close

Se connecter

Se connecter avec OpenID

Cahier de planification intégrée

IntégréTéléchargement
Cahier de
planification
intégrée
Outil d’aide à la décision pour
un aménagement à l’échelle du
sous-bassin hydrographique
SOUS-BASSIN DE LA
RIVIÈRE MOOSE
1 472 ha
À l’attention des décideurs, des aménagistes, des propriétaires et de leurs conseillers
Équipe de réalisation
Recherche, rédaction et cartographie:
Manon Ayotte, ing.f.
Vérification et supervision :
Martin Larrivée, ing.f.
Catherine Frizzle, biologiste
Remerciements
Nous remercions nos partenaires régionaux pour leur implication au projet et également
pour leur collaboration à la réalisation du Cahier de planification intégrée.
COGESAF
Agence régionale de mise en valeur des forêts privées de la Chaudière
Municipalité de Disraeli Paroise
Municipalité de Beaulac-Garthby
MRC des Appalaches
Association des riverains du lac Aylmer (ARLA)
Un merci spécial aux propriétaires forestiers qui nous ont autorisé l’accès à leurs
propriétés afin de réaliser les activités d’acquisition de connaissances.
Cette initiative a été rendue possible grâce à la contribution
financière de la Conférence régionale des élu(e)s (CRÉ) de la
Chaudière-Appalaches, dans le cadre du Programme de
développement régional et forestier du ministère des Ressources
naturelles.
I
Mise en contexte
Le programme «Aménagement intégré des ressources par sous-bassin versant»
de la Fondation de la faune du Québec
De 2003 à 2006, la Fondation de la faune du Québec s’est associée avec la Forêt
modèle du Bas-Saint-Laurent et le ministère des Ressources naturelles et de la Faune
de cette région dans le développement et l’expérimentation d’une stratégie
d’aménagement des habitats fauniques en forêt privée à l’échelle du sous-bassin
hydrographique. C’est dans cet esprit que fut réalisé le premier cahier des habitats
fauniques. En 2006-2007, le groupe de partenaires a convenu d’intégrer à l’approche
l’ensemble des ressources du milieu forestier dans une seule et même stratégie. Ainsi
est né le Cahier de planification intégrée des ressources du milieu forestier, un outil
polyvalent qui intègre à la fois les préoccupations forestières et fauniques à l’échelle
d’un sous-bassin versant.
Afin d’exporter cette approche et de développer une expertise en la matière dans
différentes régions du Québec, la Fondation de la faune du Québec et ses partenaires
ont donc convenu de mettre en place le programme Aménagement intégré des
ressources par sous-bassin versant. Un groupe de travail formé de représentants du
ministère des Ressources naturelles et de la Faune (MRNF), du Regroupement des
sociétés d’aménagement forestier du Québec (RESAM), de la Fédération des
producteurs de bois du Québec (FPBQ), de la MRC du Témiscouata et de la Fondation
de la faune du Québec assure la supervision du programme.
L’objectif général du programme est de favoriser l’implantation, à l’échelle du sousbassin versant, d’une approche globale d’aménagement intégré des ressources (forêt,
faune, etc.) qui facilitera le développement durable (environnemental, économique et
social) de la forêt privée. Plus spécifiquement, il permettra de :
•
•
•
•
•
•
démontrer que l’approche globale d’aménagement intégré par sous-bassin peut
aider à moyen et à long terme à optimiser la contribution des boisés privés au
développement durable des régions ;
démontrer la complémentarité et la compatibilité des travaux d’aménagement
forestier et faunique ;
identifier des pratiques forestières qui contribuent à la mise en valeur (qualité et
productivité) de l’ensemble des ressources du sous-bassin ;
maintenir et améliorer la diversité et la qualité des habitats fauniques aquatiques,
riverains et terrestres et optimiser leur rendement ;
augmenter le niveau d’implication et le nombre de propriétaires actifs dans la
conservation, la protection et la mise en valeur des ressources tant forestières
que fauniques de leur propriété ;
faciliter les démarches menant à la certification des pratiques forestières.
II
La gestion à l’échelle du paysage, en utilisant le sous-bassin comme unité territoriale,
s’impose de plus en plus comme une avenue en matière de gestion durable des forêts
privées. Bien plus qu’une tendance, cette façon de faire s’inscrit déjà comme une
condition au sein des indicateurs de plusieurs normes de certification des pratiques
forestières tout en permettant de cibler des enjeux spécifiques qui répondent aux
besoins des communautés locales et régionales.
En forêt privée, l’utilisation du sous-bassin comme unité de planification s’avère
intéressante pour implanter un processus de gestion qui dépasse les limites de petites
propriétés individuelles. D’une part, cette approche facilite le regroupement de lots où
les propriétaires peuvent facilement s’identifier et développer un sentiment
d’appartenance à un territoire qui n’est pas trop vaste. D’autre part, elle permet d’obtenir
une vision globale pour établir une stratégie commune de développement durable des
ressources du territoire plus susceptible de répondre aux attentes d’une approche
écosystémique.
Source : Document d’information à l’intention des promoteurs, Programme d’aménagement intégré par
sous-bassin versant, Fondation de la Faune du Québec
http://www.fondationdelafaune.qc.ca/documents/x_programmes/80_docinfo_progr_sousbassin.pdf
Aménagement forestier coopératif de Wolfe (AFCW) est l’un des promoteurs du projet
«Aménagement intégré de la forêt du bassin versant du ruisseau Bernier», l’un des six
projets soutenus par le programme de la Fondation de la faune du Québec. Ce dernier
s’est déroulé sur une période de cinq ans et en est à sa dernière année de réalisation.
Plusieurs informations ont été acquises grâce à ce dernier et beaucoup d’initiatives ont
pu être mises de l’avant.
AFCW était donc désireux de mettre à profit les
connaissances et outils développés et de poursuivre les efforts en terme d’approche par
bassin versant, d’où la mise du pied du projet de la rivière Moose.
III
Table des matières
Le programme «Aménagement intégré des ressources par sous-bassin versant» de la
Fondation de la faune du Québec ________________________________________________ II
Le cahier de planification intégrée (CPI) ___________________________________________1
Principaux enjeux _____________________________________________________________1
Notes méthodologiques__________________________________________________________2
PORTRAIT DES RESSOURCES _________________________________________________1
FICHE TECHNIQUE DU SOUS-BASSIN VERSANT de la rivière moose________________5
COUVERT FORESTIER________________________________________________________8
Écosystèmes riverains__________________________________________________________15
PRINCIPALES ESPÈCES _____________________________________________________26
Poissons ____________________________________________________________________26
Faune aviaire ________________________________________________________________26
Cerf de Virginie ______________________________________________________________26
Principaux constats – Faune ____________________________________________________27
EAU________________________________________________________________________33
Rivière Moose : 971 mètres __________________________________________________33
Cours d’eau permanents : 11 km______________________________________________33
Cours d’eau intermittents : 10 km_____________________________________________33
Qualité de l’eau ____________________________________________________________33
Traverses de cours d’eau ____________________________________________________34
MILIEUX HUMIDES _________________________________________________________37
Milieux humides : 17,6 ha____________________________________________________37
Principaux constats – Eau et milieux humides______________________________________37
LES ANNEXES ___________________________________________________________ xxxix
Annexe 1 : Types écologiques présents sur le bassin versant de la rivière Moose ______ xl
Annexe 2 : Points de réflexion sur l’approche par bassin versant – cas de la rivière Moose
__________________________________________________________________________xli
Liste des cartes :
Carte 1: Localisation du sous bassin versant de la rivière Moose dans le bassin versant
de la Rivière Saint-François ______________________________________ 4
Carte 2: Occupation du territoire du bassin versant de la rivière Moose ____________ 6
Carte 3: Élément particulier des écosystèmes riverains ________________________ 15
Carte 4: Groupement d’essences _________________________________________ 16
Carte 5: Types écologiques du bassin versant de la rivière Moose _______________ 17
Carte 6: Potentiel forestier du bassin versant de la rivière Moose ________________ 18
Carte 7: Localisation des groupements d’essence en regard aux types écologiques
regroupés ___________________________________________________ 19
Carte 8: Dépôt de surface _______________________________________________ 20
Carte 9: Classe de pente________________________________________________ 21
Carte 10: Topographie du bassin versant de la rivière Moose ___________________ 22
Carte 11: Régime hydrique ______________________________________________ 23
Carte 12: Contraintes à la traficabilité de la machinerie forestière en regard à la fragilité
des stations __________________________________________________ 24
Carte 14 : Répartition des potentiels d’habitat du cerf de Virginie ________________ 28
Carte 15 : Répartition des potentiels d’habitat de l’orignal ______________________ 29
Carte 16 : Répartition des potentiels d’habitat pour la gélinotte huppée ___________ 30
Carte 17 : Répartition des potentiels d’habitat de la martre d’Amérique ___________ 31
Carte 18: Répartition des lots par rapport au réseau routier_____________________ 35
Carte 19 : Localisation des traverses de cours d’eau à l’échelle du bassin versant de la
rivière Moose _________________________________________________ 36
Carte 20: Localisation des milieux humides _________________________________ 38
Liste des tableaux :
Tableau 1: Caractéristiques biophysiques du bassin (1 472 ha) ..................................... 5
Tableau 2: Caractéristiques du couvert forestier pour le bassin de la rivière Moose –
Portrait global .................................................................................................. 8
Tableau 3 : Caractéristiques du couvert forestier pour le bassin de la rivière Moose –
Portrait détaillé................................................................................................. 9
Tableau 4: Types écologiques........................................................................................11
Tableau 5 : Comparaison de la composition du couvert (données écoforestières vs types
écologiques regroupés) ..................................................................................11
Tableau 6: Dépôts de surface.........................................................................................12
Tableau 7: Classe des pentes ........................................................................................13
Tableau 8: Régime hydrique...........................................................................................13
Tableau 9: Risques et contraintes des terrains forestiers du bassin versant ..................14
Tableau 11 : Localisation des traverses présentes.........................................................34
Le bassin versant
Le bassin versant désigne l’ensemble du
territoire drainé par un cours d’eau principal
et ses tributaires. Ce territoire est délimité
par des frontières naturelles qui suivent la
crête des montagnes appelées les « lignes
de partage des eaux ». Le bassin versant a
donc la forme d’une vallée, ou encore d’un
entonnoir et l’eau qui s’y trouve s’écoule de
l’amont vers l’aval vers un même point.
C’est ainsi que sont déterminées les limites
du projet et donc les lots touchés par ce
dernier (voir la délimitation des propriétés
incluses à la carte 3).
Le bassin versant : un territoire pour les rivières (MDDEP)
Le cahier de planification intégrée (CPI)
Le cahier de planification intégrée dresse un portrait des ressources présentes sur le
territoire du sous-bassin à l’étude et émet des constats suite à l’analyse des données.
Cet outil s’adresse aux décideurs (propriétaires, conseillers techniques, municipalités,
etc.) oeuvrant sur le territoire du sous-bassin afin de les soutenir au moment de faire
des choix éclairés en matière d’aménagement du territoire. Cet ouvrage de référence
permet de développer une vision globale qui devrait mener à une gestion harmonisée
des ressources. Au final, les actions concertées devraient se traduire par une réponse
positive du milieu naturel et une meilleure qualité de vie pour tous.
Principaux enjeux
Que risque-t-on de perdre? En regard au portrait des ressources et des constats, cette
question a permis de faire ressortir les principaux enjeux et défis de gestion pour le
bassin versant de la rivière Moose. Ces derniers sont simplement énumérés au début
du cahier de planification intégrée afin d’orienter le lecteur dans la consultation du
document.
Enjeux – Bassin versant du ruisseau Bernier
1.
2.
3.
4.
Productivité des écosystèmes forestiers
Qualité des habitats fauniques terrestres et aquatiques
Qualité de l’eau
Biodiversité
1
Notes méthodologiques
1. L’information obtenue par les types écologiques cartographiques peut être utile au
moment de mettre en place des stratégies d’aménagement mais le gestionnaire doit
être conscient de la possible discordance avec la réalité terrain.
2. La Politique sur la protection des rives, du littoral et des plaines inondables du
ministère du Développement durable et des Parcs fixe à 10 mètres, à partir de la
lignes des hautes eaux, la largeur de la rive à protéger (ou 15 mètres dans le cas
d’une pente supérieure à 30% avec un talus de plus de 5 mètres de hauteur). Il a
cependant été déterminé d’utiliser les 20 premiers mètres pour dresser le portrait des
bandes riveraines du bassin dans l’unique but d’obtenir le plus d’informations
possibles sur l’état des écosystèmes riverains. Ce choix ne suggère d’aucune façon
que la largeur de protection doit être établie à 20 mètres.
2
PORTRAIT DES RESSOURCES
ÉLÉMENTS DE CONNAISSANCES
ET
PRINCIPAUX CONSTATS PAR RESSOURCE
Carte 1: Localisation du sous bassin versant de la rivière Moose dans le bassin versant de la Rivière Saint-François
4
FICHE TECHNIQUE DU SOUS-BASSIN VERSANT DE LA RIVIÈRE MOOSE
MRC des Appalaches
Sous-bassin de la rivière Saint-François
Bassin de niveau 2
Latitude : 45° 52’ 48’’ Longitude : 71° 25’12’’
Superficie totale : 1 472 ha
De tenure privée
Municipalités impliquées :
1. Disraeli (Paroisse)
2. Beaulac-Garthby
Tableau 1: Caractéristiques biophysiques du bassin (1 472 ha)
Catégorie
Superficie
(ha)
%
249
16,9
Terrain forestier
1 192
80,9
Friches
11,26
0,76
Aulnaie
18
1,2
Plaine inondable
1,57
0,11
Gravière
0,44
0,03
Eau
0,26
0,02
Total
1 473
100
Agriculture
Source : Système d’information écoforestière, MFFP
5
Carte 2: Occupation du territoire du bassin versant de la rivière Moose
Gouvernement du Québec, tout droit réservé
6
FORÊT ET BOIS
COUVERT FORESTIER
Tableau 2: Caractéristiques du couvert forestier pour le bassin de la rivière Moose – Portrait global
Superficie totale
Classe de densité (ha)
Superficie par classe d'âge (ha)
Jeune
Intermédiaire
Mature
(90-120
ans)
(ha)
%
A
B
C
D
Feuillus
Mélangés
Résineux
Aulnaies
Sans couvert (issu de CPR, P et FR)
200
596
272
18
136
16%
49%
22%
1%
11%
34
92
23
88
201
106
46
193
101
15
58
31
118
319
53
24%
65%
11%
42
96
127
16%
36%
48%
0
61
33
0%
65%
35%
37
121
9
22%
72%
5%
0
0
16
0
0
1
0
0
27
0
0
1
4
0
8
32%
0%
68%
Total
1222
150
395
339
104
489
40%
264
22%
94
8%
166
14%
16
1%
27
2%
11
1%
Groupes de peuplements
(10-30 ans)
(50-70 ans)
524
(JIR)
(JIN)[1]
43%
(VIR)
(VIN)[2]
54
4%
8
Tableau 3 : Caractéristiques du couvert forestier pour le bassin de la rivière Moose – Portrait détaillé
Superficie totale
Classe de densité (ha)
Superficie par classe d'âge (ha)
Jeune
Groupes de peuplements
Intermédiaire
(ha)
%
A
B
C
D
(10-30 ans)
(50-70 ans)
Feuillus tolérants (FT)
Feuillus intolérants (FI)
Autres feuillus indéterminés
42
143
14
3%
12%
1%
7
24
3
8
69
11
25
21
3
12
2
38
78
0,3%
8%
16%
42
16%
Mélangés à dominance de feuillus
tolérants (FTR)
167
14%
37
60
46
23
15
3%
33
13%
15
121
10%
46
40
34
83
17%
2
1%
81
7%
3
31
40
12
2%
46
50
4%
2
21
27
39
8%
Mélangé à dominance de résineux
indéterminés (RFX)
55
5%
3
12
23
12
42
9%
Mélangé à dominance de feuillus
indéterminés (FR)
(M - Dominance THO)
(M - Présence THO)
Résineux
(R - Dominance THO)
(R - Présence THO)
Plantation résineuse
Plantation mélangée
Aulnaie
Sans couvert (issu de CPR et P)
Friche
120
(3)
(6)
230
(17)
(32)
42
3
18
124
11
10%
(0,2%)
(0,5%)
19%
(1%)
(3%)
3%
0,2%
1%
10%
1%
34
3
2
96
4
8
11
3
22
15
125
25%
1
96
14
9
4
3
31
Total
1222
100%
395
339
Mélangés à dominance de feuillus
intolérants (FIR)
Mélangé à dominance de résineux
avec présence de feuillus tolérants
(RFT)
Mélangé à dominance de résineux
avec présence de feuillus intolérants
(RFI)
7
16
150
7
19
4%
34
3
7%
1%
489
40%
16
104
(JIR)
Mature
(JIN)[1]
37
22%
16%
104
62%
27
29%
3
2%
17%
12
13%
12
7%
2
1%
7
7%
2
1%
13
5%
2
33
35%
9
4
5%
3
4
118
5
9
9
264
45%
(90-120
ans)
(VIR)
(VIN)[2]
4
16
27
9
4
12
8
8
3%
22%
524
94
8%
166
43%
14%
16
1%
54
27
2%
11
4%
Source : Système d’information écoforestière, MFFP
9
1%
•
•
•
•
•
•
•
•
Les peuplements mélangés dominent avec 596 ha (49%) alors que les
peuplements résineux et feuillus représentent respectivement 272 ha (22%)
et 200 ha (16%).
Une portion considérable du territoire, issu de coupe avec protection de la
régénération (CPR) ou de plantations (P), n’a aucun couvert défini, soit 124
ha (10%).
Les peuplements au stade intermédiaire dominent avec 524 ha (44%).
Les jeunes peuplements occupent également une proportion importante du
couvert avec 489 ha (40%) et sont majoritairement composés de
peuplements mélangés (319 ha).
Les peuplements matures et vieux représentent 54 ha (4%) et sont
constitués d’érablières, de pessières, de pessières à thuya et de cédrières
mélangées.
Les peuplements à dominance de thuya occupent 20 ha et les peuplements
avec présence de thuya en essence compagne couvrent 38 ha. De
l’ensemble, 36% sont de vieux peuplements.
C’est 257 ha (21%) du couvert forestier qui origine de coupe totale, 49 ha
(4%) de plantation et 35 ha (3%) issus de friches.
C’est 769 ha (63%) du couvert forestier qui aurait déjà reçu des
interventions d’aménagement (coupe ou reboisement).
10
Tableau 4: Types écologiques
Végétation potentielle
Type écologique
Érablière à tilleul
Érablière à bouleau jaune
Bétulaie jaune à sapin et à érable à sucre
Bétulaie jaune à sapin
Pessière blanche ou cédrière issue d'agriculture
Cédrière tourbeuse à sapin
Sapinière à thuya
Sapinière à épinette noire et sphaigne
Sapinière à épinette rouge
Marais ou marécage d’eau douce (aulnaie)
Total
Source : Système d’information écoforestière, MFFP
FE20, FE22
FE32, FE35
MJ12, MJ15
MJ22, MJ25
RB10, RB12, RB15
RC38
RS15, RS18
RS37, RS38, RS39
RS52, RS55
MA18R
Superficie
(ha)
%
1
41
248
616
1
140
17
39
76
25
18
1222
0,1%
3%
20%
50%
11%
1%
3%
6%
2%
1%
100
Le type écologique est un système de classification du territoire qui exprime
1) les caractéristiques écologiques de la végétation (composition, structure et
dynamique), aussi appelé végétation potentielle;
2) les caractéristiques physiques du milieu (épaisseur du sol, texture, drainage).
Il permet d’identifier ce vers quoi devraient tendre les peuplements sur ces stations au fil
du temps.
Au total, 21 types écologiques se retrouvent sur le bassin versant à l’étude.
Respectivement, les plus importants en termes de superficie pour les portions à
vocation forestière sont MJ25 (37%), MJ12 (19%) et MJ22 (13%). L’appellation
complète de chaque type écologique se retrouve à l’annexe 1.
La première lettre du type écologique indique la composition feuillue (F), mélangée (M)
ou résineuse (R) du couvert. En comparant les résultats obtenus pour les types
écologiques regroupés avec ceux des tableaux 3 et 4 sur les caractéristiques du couvert
forestier, il est possible de remarquer des variations considérables, particulièrement en
ce qui concerne les groupements feuillus et mélangés. Selon les types écologiques,
seulement 4% du bassin versant devrait être composé d’un couvert feuillu.
Tableau 5 : Comparaison de la composition du couvert (données écoforestières vs types
écologiques regroupés)
Composition du couvert Superficie en fonction des
Superficie en fonction des
types écologiques
données écoforestières
Feuillu
4%
16%
Mélangé
73%
49%
Résineux
23%
22%
1
Également 7 ha de RB14 et 242 ha de RB12 actuellement occupés par l’agriculture.
11
La carte no. 7 montre une superposition du type écologique au type de couvert. Il sera
intéressant de tenir compte de cette information lors de la planification des travaux.
De façon générale, le potentiel forestier décroît selon les végétations potentielles
suivantes : FE1-FE2-FE3>MJ1>MJ2>MS2>RS1>RS2>RE. En regardant l’information
de chaque peuplement en lien avec le drainage et le dépôt de surface, le potentiel
forestier semble élevé a très élevé sur plus de la moitié du territoire forestier et moyen à
élevé sur 34% additionnel. Les portions à faible ou très faible potentiel couvre seulement
9 % et correspondent en majorité aux sols organiques.
Potentiel forestier
Très élevée (TE)
Très élevée seepage (TE)
Élevé (E)
Élevé seepage (E)
Moyen à élevé (M-E)
Moyen (M)
Faible (F)
Très faible (TF)
Total
Feuillus
(sup ha)
37
52
407
410
0
907
Résineux
(sup ha)
Total
(sup ha)
%
68
26
84
37
52
515
12
410
68
26
84
3%
4%
43%
1%
34%
6%
2%
7%
297
1204
100%
108
12
Les types écologiques se terminant par 5, 7, 8 ou 9 présentent des contraintes au
niveau de la traficabilité de la machinerie lors des interventions en forêt à cause de
l’humidité du sol, occasionnant des risques d’orniérage et de remontée de la nappe
phréatique. Pour le territoire du bassin Moose, c’est derniers représentent 671 ha, soit
55% (aulnaies inclues). Des détails sur les contraintes d’intervention sont fournis au
tableau 9.
Tableau 6: Dépôts de surface
Épaisseur du dépôt
Affleurement rocheux
Code
Superficie
(ha)
%
Épais
Supérieur à 1 m
Nuls ou très rares
1A
1060
87
Moyen
Entre 50 cm et 1 m
Très rares ou rares
1AY
57
5
Mince
Mince à très
mince
Glaciolacustre
Entre 25 et 50 cm
Rares ou peu abondants
1AM
9
1
Inférieur à 50 cm
Abondants
R1A
0,1
0,01
4GS
7
0,5
7T + 7E
96
8
1222
100
Désignation
Organique
Total
Source : Système d’information écoforestière, MFFP
Ce tableau permet de constater que le territoire du bassin est occupé par une proportion
de sols sensibles. Les sols ayant la désignation mince ou très mince occupent à peine
12
plus de 1% et sont susceptibles au décapage et au chablis. Les sols organiques
couvrent 8% et sont à risque de causer de l’orniérage.
Certains des dépôts minces et très minces se retrouvent sur des pentes supérieures à
9%. En plus d’être susceptibles au décapage et au chablis, les risques d’érosion sont
plus élevés.
Tableau 7: Classe des pentes
Classe
Superficie (ha)
%
A (0%-3%)
433
35
B (4%-8%)
633
52
C (9%-15%)
154
13
D (16%-30%)
1
0,1
E (31%-40%)
0
0
F (41% et plus)
0
0
Total
Source : Système d’information écoforestière, MFFP
1222
100,0
Le territoire forestier est en bonne partie facilement accessible, d’autant plus que les
pentes de classe C sont majoritairement localisées sur des dépôts de surface épais et
moyens.
Tableau 8: Régime hydrique
Classe
Drainage
Superficie (ha)
%
0
1
2
3
4
5
6
excessif (xérique)
rapide (xérique-mésique)
bon (mésique)
modéré (mésique-subhydrique)
imparfait (subhydrique)
mauvais (hydrique)
très mauvais (hydrique)
0
0
10
611
482
42
78
0
0
0,8
50
40
3
6
Total
Source : Système d’information écoforestière, MFFP
1222
100
La moitié de la forêt du bassin versant se situe sur des stations au drainage bon et
modéré. Les stations au drainage imparfait (4) représentent un potentiel en tant que
marécage arboré et peuvent nécessiter des pratiques forestières adaptées en raison
des risques d’orniérage et de remontée de la nappe phréatique présents (travaux
d’hiver).
En résumé, trois facteurs procurent une fragilité au milieu :
1) la pente, pouvant entraîner des risques d’érosion;
2) l’épaisseur du sol, où se retrouvent des risques de décapage et de chablis;
3) l’humidité, pouvant occasionner des risques d’orniérage et de remontée de la
nappe phréatique;
13
En combinant l’ensemble de ces caractéristiques, il est possible de dresser un portrait
global de la fragilité du territoire du bassin versant de la rivière Moose.
Tableau 9: Risques et contraintes des terrains forestiers du bassin versant
Contrainte potentielle et risque associé
Sol organique, très humides, orniérage
Texture moyenne ou grossière, très humide, orniérage
Texture moyenne ou grossière, humide, orniérage
Sol mince ou très mince, avec ou sans affleurement rocheux, décapage, chablis
Sol épais et de texture moyenne, avec seepage, érosion
Sans contrainte ni risque, mais attention pente (C ou D)
Sans contrainte ni risque
Total
Sup (ha)
80
21
482
10
64
149
397
%
7%
2%
40%
1%
5%
12%
33%
1204
100%
Ainsi, c’est 45% du territoire qui ne présente pas de problématique particulière.
L’humidité des stations est le principal facteur limitatif pour les aménagements en forêt
avec 49% de la superficie à vocation forestière du bassin versant.
14
ÉCOSYSTÈMES RIVERAINS
En regard aux vingt premiers mètres bordant les cours d’eau et les plans d’eau, c’est un
total de 82,6 ha qui composent les bandes riveraines :
Couvert
58 ha boisés (incluant les aulnaies)
25 ha non boisés 17 ha en agricole
7 ha au couvert indéterminé
Pente
5,5 ha avec une pente 9 à 15%
Drainage
17,5 ha avec un drainage imparfait
21,5 ha avec un drainage mauvais ou très mauvais
Source : Système d’information écoforestière, MFFP
70%
30%
7%
21%
26%
Carte 3: Élément particulier des écosystèmes riverains
Gouvernement du Québec, tout droit réservé
15
Carte 4: Groupement d’essences
Gouvernement du Québec, tout droit réservé
16
Carte 5: Types écologiques du bassin versant de la rivière Moose
Gouvernement du Québec, tout droit réservé
17
Carte 6: Potentiel forestier du bassin versant de la rivière Moose
18
Carte 7: Localisation des groupements d’essence en regard aux types écologiques regroupés
Gouvernement du Québec, tout droit réservé
19
Carte 8: Dépôt de surface
Gouvernement du Québec, tout droit réservé
20
Carte 9: Classe de pente
Gouvernement du Québec, tout droit réservé
21
Carte 10: Topographie du bassin versant de la rivière Moose
Gouvernement du Québec, tout droit réservé
22
Carte 11: Régime hydrique
Gouvernement du Québec, tout droit réservé
23
Carte 12: Contraintes à la traficabilité de la machinerie forestière en regard à la fragilité des stations
24
FAUNE
PRINCIPALES ESPÈCES
Liste des espèces présentes rapportées suite aux discussions avec les propriétaires
(basée sur leurs observations personnelles) :
Orignal (nb de mention = 7)
Cerf de virginie (nb de mention = 15)
Gélinotte huppée (nb de mention = 4)
Lièvre d’Amérique (nb de mention = 4)
Castor d’Amérique (nb de mention = 3)
Dindon sauvage (nb de mention = 3)
Harfang des neiges (nb de mention = 1)
Omble de fontaine (nb de mention = 5)
Poissons
• Doré jaune
À l’échelle de la région, les plus grandes populations de doré jaune seraient
présentes dans les lacs Saint-François et Aylmer, de même que dans la
Rivière Saint-François.
Ces populations pourraient faire l’objet d’une sur pêche, la problématique est à
documenter par les spécialistes du MFFP.
Le MFFP a réalisé un suivi des populations dans le lac au cours des dernières
années et procédé à des campagnes d’ensemencement.
Un plan de gestion propre à cette espèce a été publié par le MRNF.
• Omble de Fontaine
• Achigan
• Barbotte brune
• Perchaude
• Brochet
• Meunier noir et meunier rouge
•
Depuis 2004, au lac Aylmer les dorés de moins de 35 cm doivent être remis à
l’eau. Par cette mesure, le MFFP vise à maintenir et améliorer la qualité de la
pêche du doré tout en assurant la préservation de la population.
Faune aviaire
• Habitat reconnu pour les oiseaux aquatiques (oies, bernaches, canards)
directement à la sortie du bassin, milieu caractérisé au printemps et à l’été 2014
dans le cadre d’un projet de l’Agence régionale de mise en valeur des forêts
privées de la Chaudière-Appalaches.
Cerf de Virginie
• Aucune aire de confinement répertoriée par le MFFP.
26
Principaux constats – Faune
•
Peu d’information de disponible sur la faune présente sur le territoire du bassin
versant de la rivière Moose.
27
Carte 13 : Répartition des potentiels d’habitat du cerf de Virginie
Gouvernement du Québec, tout droit réservé
28
Carte 14 : Répartition des potentiels d’habitat de l’orignal
29
Carte 15 : Répartition des potentiels d’habitat pour la gélinotte huppée
30
Carte 16 : Répartition des potentiels d’habitat de la martre d’Amérique
31
EAU ET MILIEUX HUMIDES
EAU
Rivière Moose : 971 mètres
•
•
•
La rivière Moose n’est alimentée par aucun lac et prend sa source à la tête du
bassin versant.
Dénivellation de 110 mètres.
Présence de quatre sections en aulnaie et une section en plaine inondable à son
exutoire, juste avant le lac Aylmer (voir page 6, carte 2).
Cours d’eau permanents : 11 km
•
Essentiellement constitués de la rivière Moose et d’un affluent
Cours d’eau intermittents : 10 km
•
•
•
Au nombre de treize
Aucune toponymie connue
Répartition du réseau hydrographique peu complexe
Qualité de l’eau
•
Aucune donnée trouvée
33
Traverses de cours d’eau
•
Le bassin comprend environ 24 traverses de cours. Cette donnée a été obtenue
par l’intersection des chemins et des cours d’eau.
-
-
Les traverses de cours d’eau peuvent être une cause importante d’érosion des sols et d’apport
en sédiments aux cours d’eau.
En forêt privée, en raison du lotissement, leur présence est souvent inévitable et leur nombre
est donc considérable.
La mise en place d’une traverse de cours d’eau a toujours des répercussions sur la qualité de
l’eau et sur l’habitat aquatique mais il est possible d’atténuer ces impacts en respectant
certaines mesures au moment du choix de la structure, de sa dimension et lors de son
installation (utilisation de membrane géotextile, enfouissement, compactage et stabilisation).
Le guide des saines pratiques d’intervention en forêt privée propose des conseils pratiques
pour l’installation des traverses.
Tableau 10 : Localisation des traverses présentes
Cours d'eau
Permanent
Intermittent
Type de chemin
Nb traverse
Route nationale pavée
Route locale non pavée
1
1
Rue et chemin carrossable non pavé
Indéterminé
Route locale non pavée
5
3
3
Rue et chemin carrossable non pavé
7
Indéterminé
4
Total
24
Source : Système d’information écoforestière, MFFP
Il semble y avoir peu de traverse de cours d’eau présentes, au bénéfice de la qualité du
réseau hydrographique du bassin versant de la rivière Moose. L’organisation des lots en
fonction des chemins locaux peut expliquer ce fait. En fait, grâce à ces derniers, les
propriétaires ont souvent un accès à chaque extrémité de leur propriété. La carte
suivante illustre ce constat.
34
Carte 17: Répartition des lots par rapport au réseau routier
35
Carte 18 : Localisation des traverses de cours d’eau à l’échelle du bassin versant de la rivière Moose
Gouvernement du Québec, tout droit réservé
36
MILIEUX HUMIDES
Milieux humides : 17,6 ha
Il est à noter que les données sur les milieux humides utilisées dans la présente section
proviennent de Canards Illimités Canada. Pour cette raison, la superficie totale couverte
diffère légèrement de celle se trouvant au tableau 1.
•
•
14,87 ha en marécage arbustif (nb de milieu = 1)
2,73 ha en herbaçaie (nb de milieu = 1)
Sources des données pour les milieux humides de plus d’un hectare :
Milieux humides classifiés de l’Atlas de conservation des terres humides de la vallée du
Saint-Laurent 1 : 80 000, mars 2003 (version 1), Environnement Canada – Service
canadien de la faune;
Milieux humides non classifiés de la BDTQ, 1 : 20 000, 1998, Ministère des Ressources
naturelles et de la Faune;
Données fusionnées et traitées par Canards Illimités Canada pour les plans régionaux.
En raison d’un drainage mauvais et très mauvais, certaines stations peuvent être
considérées comme des milieux humides boisés potentiels (141,04 ha) :
•
•
28,79 ha en marécage mixte riche (nb de milieux = 2)
112,25 ha en marécage résineux riche (nb de milieux = 10)
Principaux constats – Eau et milieux humides
•
•
•
Manque de données à jour sur la qualité de l’eau afin de dresser un portrait global.
Problématique fréquente d’algues bleu-vert au lac Aylmer.
Aucune validation terrain n’a été réalisée pour caractériser les milieux humides et
aucune entente de conservation volontaire n’est existante pour le moment, bien
que des démarches soient en cours auprès de l’Agence Chaudière pour celui à
l’exutoire de la rivière Moose.
37
Carte 19: Localisation des milieux humides
Gouvernement du Québec, tout droit réservé
38
LES ANNEXES
xxxix
Annexe 1 : Types écologiques présents sur le bassin versant de la rivière Moose
Type écologique
Description
FE20
Érablière à tilleul sur dépôt très mince, de texture variée, de drainage de xérique à hydrique
FE22
Érablière à tilleul sur dépôt de mince à épais, de texture moyenne et de drainage mésique
FE32
Érablière à bouleau jaune sur dépôt mince à épais, de texture moyenne et de drainage mésique
FE35
Érablière à bouleau jaune sur dépôt de mince à épais, de texture moyenne et de drainage subhydrique
MA18R
Marais ou marécage arbustif, d'eau douce, sur dépôt organique ou minéral de mince à épais, de drainage hydrique, minérotrophe,
riverain (en bordure d’un cours d’eau ou d’un lac)
MJ12
Bétulaie jaune à sapin et érable à sucre sur dépôt de mince à épais, de texture moyenne et de drainage mésique
MJ15
Bétulaie jaune à sapin et érable à sucre sur dépôt de mince à épais, de texture moyenne et de drainage subhydrique
MJ22
Bétulaie jaune à sapin sur dépôt de mince à épais, de texture moyenne et de drainage mésique
MJ25
Bétulaie jaune à sapin sur dépôt de mince à épais, de texture moyenne et de drainage subhydrique
RB10
Pessière blanche ou cédrière issue d'agriculture sur dépôt très mince, de texture variée et au drainage de xérique à hydrique
RB12
Pessière blanche ou cédrière issue d'agriculture sur dépôt de mince à épais, de texture moyenne et de drainage mésique
RB14
Pessière blanche ou cédrière issue d'agriculture sur dépôt de mince à épais, de texture grossière et de drainage subhydrique
RB15
Pessière blanche ou cédrière issue d'agriculture sur dépôt de mince à épais, de texture moyenne et de drainage subhydrique
RC38
Cédrière tourbeuse à sapin sur dépôt organique, de drainage hydrique, minérotrophe
RS15
Sapinière à thuya sur dépôt de mince à épais, de texture moyenne et de drainage subhydrique
RS18
Sapinière à thuya sur dépôt minéral de mince à épais, de drainage hydrique, minérotrophe
RS37
RS38
Sapinière à épinette noire et sphaignes sur dépôt minéral de mince à épais, de drainage hydrique, ombrotrophe (uniquement dans
le parc nationel de Frontenac)
Sapinière à épinette noire et sphaignes sur dépôt organique ou dépot minéral de mince à épais, de drainage hydrique,
minérotrophe
RS39
Sapinière à épinette noire et sphaignes sur dépôt organique de mince à épais, de drainage hydrique, ombrotrophe
RS52
Sapinière à épinette rouge sur dépôt minéral de mince à épais, de texture moyenne, de drainage mésique
RS55
Sapinière à épinette rouge sur dépôt de mince à épais, de texture moyenne et de drainage subhydrique
xl
Annexe 2 : Points de réflexion sur l’approche par bassin versant – cas de la rivière Moose
Points négatifs/défis :
•
•
Concept encore à valoriser auprès des équipes techniques et propriétaires.
Demande plus de coordination pour mettre en lumière les informations disponibles sur
cette unité territoriale, faire les liens nécessaires et surtout intégrer les données acquises
aux outils de gestion (nécessité d’une ressource disponible).
• Projet sur un an n’offre pas la possibilité de cumuler beaucoup de données par les
activités régulières (prise de données à même les sorties régulières telles les PAF et
prescriptions de travaux) et de bien développer les liens entre les partenaires (idéal 3
ans).
Points positifs :
•
Dans l’objectif même de l’aménagement intégré des ressources et facilite la prise en
compte des ressources eau et faune.
• Vision territoriale intéressante, unité de travail réaliste impliquant plusieurs acteurs et
facilitant les analyses.
• Favorise l’émergence de projets concertés (exemple dans le cas du projet Moose de
l’Agence de mise en valeurs des forêts privées de la Chaudière avec la conservation
volontaire du milieu humide à la sortie du bassin et celui de la compensation d’habitat
faunique pour le poisson).
• Prise de conscience sur empreinte environnementale et sentiment d’appartenance au
milieu plus facile.
xli
Auteur
Документ
Catégorie
Без категории
Affichages
0
Taille du fichier
2 596 Кб
Étiquettes
1/--Pages
signaler