close

Se connecter

Se connecter avec OpenID

ambiance lumineuse - Site Pitié

IntégréTéléchargement
Unité d’Ergonomie
Faculté de Médecine
Pitié-Salpêtrière
91, bd de l’Hôpital
75 634 Paris cedex 13
DIPLÔME D’ERGONOMIE
ET DE
www.ergonomie.chups.jussieu.fr
PHYSIOLOGIE
DU TRAVAIL
Directeur du diplôme
Docteur
Bronislaw KAPITANIAK
ambiance lumineuse
ambiance lumineuse
2
● physiologie de la perception visuelle
● l’acuité visuelle; évaluation et mesure
● facteurs influençant l’acuité visuelle
● sensibilité aux contrastes
● sensation de papillotement
● adaptation à la lumière
● fatigue visuelle
fonctions visuelles sensorielles
forme
acuité visuelle
couleur
vision colorée
mouvement
mouvements oculaires
profondeur
vision tridimensionnelle
acuité visuelle
Pouvoir
P
i séparateur
é
t
de
d l’œil
l’ il – minimum
i i
séparable
é
bl
AV = 1 / α en min d’arc (’)
AV = 1 (10/10) si α = 1’
α
E
d
D
α = d/D x 180°/π = d/D x 3440’
acuité
visuelle
densité
milliers/mm2
160
1,4
140
12
1,2
120
1,0
100
0,8
80
60
0,6
40
0,4
20
02
0,2
temporal
cônes
° par rapport à fovéa
bâtonnets
nasal
acuité visuelle
acuité visuelle
en fonction de luminance de fond
Acuité
visuelle
1,8
16
1,6
1,4
1,2
1,0
0,8
06
0,6
0,4
0,2
Luminance de fond en 10n cd/m2
acuité visuelle
AV de loin D > 4m de préférence 5 – 6 m
(accommodation nulle)
E
AV de près D = 30 - 40 cm
(accommodation maximale)
E
AV intermédiaire
sollicité dans des travaux professionnels comme TEV
optotypes
pour
la vision
de loin
1 Rosano-Weiss
2 anneaux
de Landolt
3 E de Snellen
4 chiffres
5 Monoyer
optotypes
pour
la vision
de près
La demande en conception constitue une
situation optimale pour l’ergonome qui travaille
en tenant compte, d'une part d’un budget qui
reste encore assez souple et, d’autre part
La demande en conception constitue une situation
optimale pour
po r l’ergonome qui
q i travaille
tra aille en tenant compte,
compte
d'une part d’un budget qui reste encore assez souple et,
d’autre part dispose d'un temps suffisant pour expliciter
La demande en conception constitue une situation optimale pour
l’ergonome qui travaille en tenant compte, d'une part d’un budget
qui reste encore assez souple et, d’autre part dispose d'un temps
suffisant pour expliciter ses recommandations. Cependant, cette
souplesse dépend de l’envergure de la demande, de sa
échelle de Parinaud
lu à 25 - 33 cm
sous l’angle 4’
La demande en conception constitue une situation optimale pour l’ergonome
qui travaille en tenant compte, d'une part d’un budget qui reste encore assez
souple et, d’autre part dispose d'un temps suffisant pour expliciter ses
recommandations. Cependant, cette souplesse dépend de l’envergure de la
demande, de sa dimension et du stade du projet. Elle sera différente pour la
La demande en conception constitue une situation optimale pour l’ergonome qui travaille en
tenant compte, d'une part d’un budget qui reste encore assez souple et, d’autre part dispose d'un
temps suffisant pour expliciter ses recommandations. Cependant, cette souplesse dépend de
l’envergure de la demande, de sa dimension et du stade du projet. Elle sera différente pour la
conception de postes ou de produits. Un facteur important concerne l’expérience que l’équipe des
concepteurs du travail a pu acquérir en collaborant avec un ergonome, situation plus favorable
acuité visuelle
en fonction de
luminance
et du temps
d exposition
d’exposition
cd/m2
A
13
C
12
13
14
13
13
13
sensibilité au contraste
seuil de visibilité en terme de différence de luminances
C =
L o - Lf
Lf
où :
C = contraste
Lo = luminance de l’objet
Lf = luminance de fond
sensibilité au contraste
sensibilité aux contrastes
sensibilité
aux contrastes
en fonction
de la fréquence
de stimulus
papillotant
luminance
de stimulus
FCF – fréquence
critique de fusion
(Flicker)
FCF = 50 Hz
Hz
sensation de papillotement
F = 1 Hz
alternance nettement perceptible
F > 15 Hz alternance imperceptible, papillotement
F > 40 Hz papillotement imperceptible
FCF = 50 Hz
FCF – fréquence critique de fusion (Flicker)
appareil de mesures de sensibilité aux contrastes
mesures de sensibilité aux contrastes
N = 467
contraste
moyenne
é
é-t
c.v.
simple
65,3
12
18
spatial
131,6
35
27
papillotement à 25 Hz
103,8
25
24
papillotement
p
p
à 12,5
, Hz
73,4
,
19
26
papillotement à 6,25 Hz
57,7
14
24
fatigue visuelle chez les OPV
N = 45
â
âge
Fatigue visuelle après le travail
difficulté de mise au point
Gêne par éblouissement
Port des lunettes
presb tie
presbytie
Correction inadaptée au travail
44 ans
29 (64%)
20 (44%)
9 (20%)
30 (66%)
20 (44%)
5 (11%)
mesures de sensibilité aux contrastes chez les OPV
CVB après
CVB avant
CVF après
è
CVF avant
contrôle
p6,25
p12,5
p25
spatial
simple
0
50
100
150
sensibilité aux contrastes en u.a.
adaptation du système visuel
adaptation à l’obscurité
20 - 30 min
adaptation à la lumière
phase rapide
50 s
phase lente
5 - 10 min
adaptation à la lumière
éblouissement
gêne visuelle transitoire (1 à 5 s)
diminution des performances visuelles
éblouissement accroît lorsque la source est :
● plus étendue
● plus brillante
● plus proche de l’axe du regard
● faible luminance de fond
adaptation à la lumière
luminance (cd/m2)
éclairement (lux)
300 - 3000
1000 - 10 000
photopique
3 - 100
10 - 300
mésopique haut
0,1 - 1
0,3 - 3
mésopique bas
0,001 - 0,03
0,003 - 0,1
0,0003 - 0,000003
0,001 - 0,00001
éblouissement
scotopique
adaptation à l’obscurité
● mécanisme
é
i
pupillaire
ill i
réflexe photo-moteur
● mécanisme rétinien
modification de la sensibilité
● mécanisme cérébral
modulation de fréquence des influx nerveux
défaut d’adaptation - héméralopie
adaptation
à la
lumière
adaptation à l’obscurité
augmente avec la densité de bâtonnets
Auteur
Документ
Catégorie
Без категории
Affichages
0
Taille du fichier
1 560 Кб
Étiquettes
1/--Pages
signaler