close

Se connecter

Se connecter avec OpenID

50 ans d`expérience dans l`électromobilité - Mitsubishi

IntégréTéléchargement
 MITSUBISHI MOTORS
50 ans d’expérience dans l'électromobilité
Depuis
quelques
années,
l'industrie
automobile
mondiale
a
commencé
à
appréhender
l'électromobilité comme l'une des solutions de lutte contre le réchauffement climatique, développant
des concepts et établissant des partenariats afin de soutenir les vastes projets de développement que
cela nécessite, que ce soit dans le domaine des batteries, des composants de la chaîne de
transmission ou de l'électronique…
…mais chez Mitsubishi Motors Corporation, l'électromobilité occupe une place prépondérante depuis
longtemps déjà et est profondément ancrée dans la philosophie de R&D de la marque depuis que
celle-ci a débuté ses recherches dédiées aux véhicules électriques (EV) en octobre 1966. L'actuel
Outlander PHEV est donc le dernier modèle d'une longue série de véhicules électriques Mitsubishi
ET le précurseur d'une gamme étendue de modèles 100% électriques ou hybrides rechargeables
associant l'architecture d'un SUV et le groupe propulseur d'un véhicule électrique.
1966 – Technologie au plomb
Les années 1960 ont vu le nombre de particuliers possédant une automobile augmenter de manière
significative. Dans les années 1970, cette tendance s'est accompagnée d'un renforcement de la
densité du trafic en zone urbaine, un facteur source de catastrophes routières et d'embouteillages. En
outre, la pollution générée par les rejets et les bruits émis par les véhicules sont devenus un
problème social majeur. Les véhicules électriques sans émissions sont apparus comme la solution
pour réduire voire éviter cette pollution.
En 1966, à savoir quatre ans avant que la division moteurs de Mitsubishi Heavy Industries ne fasse
l'objet d’une scission pour devenir la société Mitsubishi Motors Corporation (MMC) que l’on connaît
aujourd’hui, Mitsubishi Heavy Industries (MHI) a signé avec Tokyo Electric Power Company un
accord l'engageant à « fabriquer et tester un prototype de véhicule électrique exploitant les avancées
de la technologie actuelle des batteries ».
À cette époque, MHI travaillait en collaboration avec Mitsubishi Electric et Japan Storage Battery
Co.,Ltd. (aujourd'hui baptisé GS Yuasa Corporation*) au développement d'un futur véhicule urbain et
de véhicules utilitaires spéciaux qui contribueraient à supprimer la pollution en ville. Après la
finalisation de son prototype, en mai 1971, la nouvelle société MMC livra à Tokyo Electric dix
véhicules électriques de type E12 (Minica Van). Dérivés du modèle Minivan standard de la marque,
ces véhicules étaient alimentés par des batteries d'accumulateurs au plomb avec une vitesse
maximum de 80 km/h (dans le respect des limites légales).
* Société créée conjointement par Japan Storage Battery Co.,Ltd. et Yuasa Corporation en 2004
MMC continua sur sa lancée en livrant des véhicules électriques dérivés du Minica Van, du Minicab
Van, du Minicab Truck et du Delica Van à des sociétés d'électricité. Lancé en 1971, ce premier projet
de véhicule électrique a été suivi de plusieurs autres, jetant les bases des actuels i-MiEV et Outlander
PHEV et tenant tous compte des problèmes auxquels le monde se trouvait confronté :
1991 - Technologie nickel-cadmium
Ainsi en avril 1991, dans le cadre d'une collaboration avec Tokyo Electric Power Company, MMC
finalisa le développement de la Lancer Van EV, un utilitaire léger électrique alimenté par des batteries
nickel-cadmium affichant une densité énergétique supérieure aux batteries d'accumulateurs au
plomb.
Deux ans plus tard, s'appuyant sur ses travaux menés pour le développement de la Lancer Van EV,
MMC mit au point deux versions du Libero EV, l'une alimentée par des batteries d'accumulateurs au
plomb et l'autre par des batteries nickel-cadmium. La société livra 28 exemplaires de ce modèle à la
Tokyo Electric Power Company. Fin 1996, MMC vendit 7 Libero EV à batteries d'accumulateurs au
plomb à des organismes gouvernementaux.
1994 - Technologie lithium-ion
MMC explora alors les possibilités offertes par les véhicules électriques tout en poursuivant ses
travaux de R&D dédiés aux batteries, aux moteurs électriques et aux composants majeurs de ce type
de véhicule. C'est ainsi que la société s'intéressa à la batterie lithium-ion dès ses débuts, pour sa
densité énergétique et sa puissance supérieure à celles des batteries classiques.
Encouragé par le vote en 1990 de la loi californienne sur les véhicules zéro émission (ZEV), MMC
débuta en 1994 le développement du véhicule hybride rechargeable MITSUBISHI HEV alimenté par
une batterie lithium-ion. En 1995, MMC devint la première société au monde à signer un accord
d'essai de véhicule avec le California Air Resources Board (CARB), auquel furent ainsi fournis trois
véhicules électriques de test.
MMC accéléra ensuite le rythme de ses recherches sur les batteries lithium-ion et décrocha en
décembre 1999 le record de distance parcourue en 24 heures par un véhicule électrique avec une
version électrique de sa FTO-EV alimentée par des batteries lithium-ion et manganèse. Bénéficiant
d'un temps de charge très court de 20 minutes pour chaque cycle de conduite de 50 minutes, la FTOEV parcourut 2 142,3 km, améliorant le précédent record établi de pas moins de 442,3 km et entrant
ainsi dans le Livre Guinness des Records.
2005 – Technologies alternatives
Les ingénieurs de MMC commencèrent alors à étudier l'ensemble des solutions d'électromobilité.
C'est ainsi que virent le jour en 2005 diverses technologies des plus prometteuses, parmi lesquelles
un moteur intégré aux roues (tout d'abord sur la Colt EV à roues avant motrices, puis sur la Lancer
Evolution MiEV à transmission intégrale).
L'une des autres évolutions majeures de cette époque fut issue de l'étude de l'impact de cette
technologie de moteur intégré aux roues sur les dimensions globales d'un véhicule tel que le
Concept-EZ-MIEV dévoilé au salon automobile de Genève 2006, modèle urbain de 3,70 m à bord
duquel la quasi totalité de l'espace intérieur est dédiée aux passagers :
2006 – Lancement de la production en série
Une fois convaincu de pouvoir commercialiser sa batterie lithium-ion, son moteur électrique et
d'autres technologies électriques majeures, MMC annonça en octobre 2006 le lancement du projet « i
MiEV » (sans tiret à cette époque…) qui déboucha finalement sur la mise au point de l'« i-MiEV »
(avec un tiret), premier véhicule électrique produit en série et proposé par un constructeur généraliste
parmi sa gamme de modèles.
En juillet 2009, MMC débuta la vente de l'i-MiEV aux entreprises, avant d'étendre sa
commercialisation au grand public en 2010 - tout d'abord au Japon puis sur certains marchés
mondiaux, comme annoncé précédemment.
Cet effort ne passa pas inaperçu puisque l'i-MiEV remporta notamment le prix de la « Technologie la
plus évoluée » dans le cadre de l'élection de la « Voiture japonaise de l'année 2009 - 2010 ».
2012 : du véhicule 100% électrique au véhicule hybride rechargeable
Reprenant quelques éléments de la technologie de l'i-MiEV (concernant notamment le très
sophistiqué système d'exploitation « MiEV OS » développé par MMC – le cerveau électronique du
véhicule), l'innovation majeure suivante mise au point par MMC dans sa quête de l'électromobilité fut
révélée deux ans plus tard avec la présentation de l'Outlander PHEV, le premier SUV hybride
rechargeable à deux moteurs électriques à charge autonome proposé par un constructeur généraliste
et intégré à sa gamme de modèles.
L'Outlander PHEV se démarquait des autres solutions hybrides rechargeables disponibles sur le
marché dans la mesure où il faisait appel à l'architecture de base d'un véhicule électrique (commande
électronique, absence de transmission, etc.) plutôt qu'à un groupe propulseur tout électrique monté
sur un véhicule à moteur thermique classique.
Ce modèle ayant été développé dès le début avec l'objectif d'une architecture double (à savoir la
possibilité de l'équiper d'un groupe propulseur hybride rechargeable ou d'un moteur thermique), ses
dimensions ont également pu être optimisées en consentant un minimum de compromis (ex. : volume
de coffre réduit de seulement 14 litres par rapport à l'Outlander thermique) et ce, au profit de ses 5
passagers qui peuvent ainsi voyager à son bord sur de longues distances dans un environnement
confortable et silencieux et sans inquiétude concernant l'autonomie du véhicule.
Plus grande autonomie...
Modèle aussi prisé que robuste – comme l'ont prouvé ses chiffres de ventes et ses prouesses en
sport automobile ainsi que ses remarquables résultats sur le plan de la fiabilité - l'Outlander PHEV est
devenu la vitrine technologique de Mitsubishi Motors, mettant en avant les fondamentaux qui soustendent la nouvelle génération des véhicules de MMC associant l'architecture d'un SUV à la
technologie d'un véhicule électrique – qu'ils soient équipés d'un système de propulsion 100%
électrique ou d'un système hybride rechargeable – tout en offrant bien évidemment la sécurité et la
commodité de la transmission intégrale.
Annonçant cette orientation - tant sur le plan de la forme que du fond, MMC a profité du salon
automobile de Tokyo 2015 pour dévoiler l'eX-Concept, sa nouvelle vitrine de l'électromobilité. Ce SUV
compact animé par un système électrique nouvelle génération fait appel à une batterie haute capacité
aux performances élevées, associée à des moteurs électriques compacts haute puissance, gages de
légèreté et d'efficacité. Bénéficiant de diverses mesures d'allègement du véhicule lui-même, le
système d'entraînement électrique peut afficher une autonomie de 400 km...
…ce qui représente un énorme bond en avant par rapport aux premiers travaux sur l'électromobilité
menés par Mitsubishi en 1966 et une promesse forte pour un avenir pas si lointain…
***
Auteur
Документ
Catégorie
Без категории
Affichages
0
Taille du fichier
13 223 Кб
Étiquettes
1/--Pages
signaler