close

Se connecter

Se connecter avec OpenID

2016.03_POS_3.0239_Office de la protection de l

IntégréTéléchargement
POSTULAT URGENT
Auteur
Objet
Date
Numéro
Yves Fournier, PLR, Géraldine Arlettaz-Monnet (suppl.), PLR, Marie-Paul
Bender (suppl.), AdG/LA, et Jean-Daniel Bruchez, PDCB
Office de la protection de l'enfant de Martigny et Monthey: URGENCE!
07.03.2016
3.0239
Actualité de l'événement
Un courrier adressé à la députation de notre région la semaine dernière fait état d'une
situation d'urgence.
Imprévisibilité
Rien ne laissait présager d'une telle urgence avant la réception de ces différents courriers.
Nécessité d'une réaction ou d'une mesure
La prise en charge de ces enfants ne peut être différée sans encourir le risque d'une
dégradation rapide avec des conséquences dramatiques.
Un très récent courrier de l'Office pour la protection de l'enfance (OPE) corroboré par les
réactions de l'Autorité intercommunale de protection de l'enfant et de l'adulte ainsi que par
les APEA de régions de Monthey, St-Maurice et Martigny met en évidence une situation de
crise à laquelle le Parlement se doit de remédier dans les plus brefs délais.
La qualité et la diligence nécessaires pour la prise en charge d'enfants victimes de
maltraitances, violences parentales, abus sexuels, risques suicidaires, ruptures avec leur
famille... ne sont plus garanties en raison des délais d'attente qui ont dû être introduits, faute
d'effectif suffisant, pour le traitement de ces dossiers. Les intervenants de ces centres sont
en effet aujourd'hui débordés par la quantité de dossiers leur incombant. Les chiffres en
notre possession mentionnent qu'un intervenant à plein temps de l'OPE valaisan doit suivre
plus de 90 dossiers alors que le canton Vaud n'en compte que 60 et que Genève ne confie
que 50 cas par spécialiste.
Compte tenu de cette urgence et afin d'éviter des drames, il est urgent que le département
concerné débloque les fonds nécessaires à créer de suite deux postes supplémentaires au
sein des Centres régionaux de Martigny et Monthey.
Financièrement, l'engagement de deux intervenants en protection de l'enfant à 100% (env.
Fr. 300'000.- bruts) est partiellement compensé par les émoluments facturés aux communes
(curatelle éducative ou mandat d'assistance éducative: Fr. 300.-/cas/mois). Le montant net
ainsi à charge de l'Etat avoisine Fr. 100'000.-/an que nous demandons au Département de
prendre sur son budget ordinaire pour 2016. Nous invitons ledit Département a proposé au
Grand Conseil le même montant et les EPT y relatifs pour le budget 2017.
Au chapitre financier, nous notons également qu'une intervention précoce permet de
diminuer très sensiblement le nombre de jeunes placés ultérieurement en institution(s) dont
les factures sont particulièrement onéreuses.
Conclusion
Le manque d'effectif dans les OPE génère une situation extrêmement délicate avec la mise
en place de délais d'attente qui ne permettent plus une intervention adéquate et rapide dans
des cas de maltraitances, violences parentales, abus sexuels, risques suicidaires, ruptures
avec leur famille... Les postulants demandent au Département concerné d'accorder
immédiatement sur son budget ordinaire deux EPT supplémentaires aux OPE de Martigny et
Monthey.
Auteur
Document
Catégorie
Uncategorized
Affichages
0
Taille du fichier
13 KB
Étiquettes
1/--Pages
signaler