close

Se connecter

Se connecter avec OpenID

3 - Hassidout.org

IntégréTéléchargement
LE TEHILIM DU CHABAT
CHABBAT PARACHAT PÉKOUDEI
SAMEDI 12 MARS 2016 | 2 ADAR II 5776
YÉROUSHALAÏM :
KIRYAT SHMONA :
NETANYA :
TEL AVIV :
ACHDOD :
HAIFA :
EILAT :
Entrée
17h 05
17h 13
17h 24
17h 24
17h 25
17h 15
17h 24
Sortie
18h 21
18h 20
18h 23
18h 23
18h 23
18h 22
18h 22
Éditée par Rav Smadja
Beth Habbad Francophone Herzlia
Pitouha - 12 rehov Yaadout Admana
Beth Habbad Eilat - rehov 6 rodded
Téléphone : 528770612/0544749873
E-mail : mhs770@gmail.com
‫יום‬
‫ב׳‬
Mon père, le Tséma’h Tsédek, me dit :
“ Si vous saviez la force des versets des Tehilim, ce qu’ils accomplissent dans les sphères célestes, vous les
liriez sans cesse. Sachez que les Psaumes brisent toutes les barrières, connaissent des élévations
successives, auxquelles rien ne peut faire obstacle, qu’ils se déposent devant le Maître des mondes et font
leur effet, dans la bonté et la miséricorde ”.
(Extrait du journal du Rabbi)
RÉPARTITION MENSUELLE DES TÉHILIM
Dans votre synagogue, comme dans toutes celles des ‘Hassidim, on instaurera la pratique que j’ai
introduite pour toutes les communautés, il y a quelques années, la lecture publique des Tehilim,
selon leur répartition mensuelle, après la prière, suivie d’un Kaddish, à l’issue de chaque office.
Grâce à cela, D.ieu vous accordera une bénédiction abondante, l’opulence matérielle. Cela vous sera
salutaire, matériellement et spirituellement. De la part de votre ami, recherchant votre bien et vous
accordant ma bénédiction matérielle et spirituelle,
(Lettre, Iguerot Kodech, tome 11, page 224)
HAYOM YOM 2 ADAR II
Une bénédiction nécessite un révélateur tout comme la pluie n'est bénéfique que dans la mesure où elle tombe
sur un champ labouré et planté. C'est ainsi que les averses de printemps ou d'automne arrosent le champ et la
vigne.
A l'inverse, sur un champ inculte, ni labouré ni planté, la pluie, l'averse de printemps ou celle d'automne ne sont
d'aucune utilité.
Psaume de la Rabbanit.
Les jours où on ne dit pas ta’hanoun, on lit le psaume 20.
Psaume du Rabbi.
se lit Ado-nay
ÉDITION BETH LOUBAVITCH
- 1-
Leilouy Nichmat Rav Chmouel ben Rav Chaim Hillel Azimov
= Ado-nay
-2-
PSAUME 10 (LAMA)
(1) Eternel, pourquoi Te tiens-Tu à distance ? Pourquoi Te caches-Tu dans
les moments de détresse ? (2) L’impie, dans son arrogance, poursuit le
pauvre. Ils sont victimes des stratagèmes qu’ils ont conçus. (3) Car,
l’impie glorifie le désir de son cœur et le voleur se vante d’avoir dédaigné
l’Eternel. (4) L’impie, dans son insolence, se dit : “ Il ne se venge pas ”.
Toutes ses pensées sont : “ Il n’y a pas de D.ieu ”. (5) Ses voies sont
toujours fructueuses. Il semble que Tes sentences soient
considérablement éloignées de lui. Il se gonfle devant tous ses ennemis.
(6) Il se dit, en son cœur : “ Je ne chancellerai pas. En chaque génération,
le mal ne m’atteindra pas ”. (7) Sa bouche est emplie de jurons, avec
fourberie et malice. La raillerie et l’iniquité sont sous sa langue. (8) Il se
place en embuscade dans les espaces ouverts. Dans les lieux cachés, il
assassine l’innocent. A la dérobée, ses yeux guettent l’homme qui est
sans défense. (9) Il se terre dans sa cachette, comme un lion dans son
antre. Il se tapit pour enlever le pauvre, puis il le ravit en l’attirant dans
son filet. (10) Il fait mine de s’accroupir et de se voûter. De la sorte, celui
qui est sans défense devient la proie de sa puissance. (11) Il se dit, en son
cœur : “ D.ieu a oublié. Il a occulté Sa Face. Il ne verra pas, pour l’éternité
”. (12) Eternel, dresse-Toi. D.ieu, tends la main. N’oublie pas ceux qui sont
humbles ! (13) Pourquoi l’impie mépriserait-il D.ieu ? Parce qu’il se dit, en
son cœur : “ Tu ne te venges pas ”. (14) Or, en fait, Tu vois, mais Tu
supportes la malice et le défi. Il est en Ton pouvoir de donner. C’est pour
cela que celui qui est sans défense place sa confiance en Toi. Tu as
toujours aidé l’orphelin. (15) Brise la force de l’impie, puis recherche la
méchanceté de l’impie et Tu ne la trouveras pas. (16) L’Eternel règne pour
l’éternité. Les nations ont été perdues de Sa terre. (17) Eternel, Tu as
entendu le désir de ceux qui sont humbles. Tu as dirigé leur cœur. Que
Ton oreille écoute, (18) afin de faire justice à l’orphelin et au démuni, de
sorte qu’ils ne soient plus effrayés par un frêle mortel de la terre.
PSAUME 11 (LA MENATSÉA’H)
(1) Au chef des chantres, de David. J’ai placé ma confiance en D.ieu.
Comment osez-vous me dire, à moi qui suis votre montagne, que mon
âme s’envole comme un oiseau ? (2) Car, voici que les impies tendent
l’arc. Ils disposent leur flèche sur la corde, afin de la décocher, dans
l’obscurité, à ceux qui ont le cœur droit. (3) Car, quand les fondations
sont détruites, qu’a fait le Juste ? (4) L’Eternel est dans le Sanctuaire de
Sa sainteté. Le trône de l’Eternel se trouve dans les cieux, mais Ses yeux
observent, Ses paupières scrutent les actions des fils de l’homme. (5)
L’Eternel soumet le Juste à l’épreuve, mais Il hait l’impie, celui qui
affectionne la violence. (6) Il fera pleuvoir sur les méchants des charbons
incandescents et du soufre. La part qui leur est allouée sera un vent
caniculaire. (7) Car, l’Eternel est Juste. Il aime celui dont les actions sont
équitables. Ceux qui sont droits percevront Sa face.
PSAUME 12 (LA MENATSÉA’H)
(1) Au chef des chantres, sur la harpe à huit cordes, Psaume de David. (2) Eternel,
délivre-nous, car plus personne n’est pieux, car ceux qui sont loyaux ont disparu
d’entre les fils de l’homme. (3) L’un prononce des paroles vaines devant l’autre.
Ayant une langue flatteuse, ils parlent avec un cœur sournois. (4) Que l’Eternel
coupe toutes les lèvres flatteuses, toute langue qui s’exprime avec vantardise, (5)
ceux qui ont dit : “ Avec nos langues, nous l’emporteront. Nos lèvres sont avec
nous. Qui pourrait être notre maître ? ”. (6) “ A cause de la violence infligée au
pauvre, à cause de la plainte de ceux qui sont dans le besoin, Je Me dresserai
maintenant pour punir le méchant ”, dit l’Eternel, “ Je lui accorderai la délivrance ”,
lui dit-Il. (7) Les Paroles de l’Eternel sont des mots purs, comme l’argent raffiné
dans le creuset le plus fin de la terre, ayant été purifié sept fois. (8) Toi, Eternel, Tu
les protégeras, Tu les préserveras pour toujours de cette génération impie, (9) en
laquelle les méchants avancent, de tout côté. Quand ils sont exaltés, c’est une
disgrâce pour l’humanité.
PSAUME 13 (LA MENATSÉA’H)
(1) Au chef des chantres, Psaume de David. (2) Eternel, jusqu’à quand
m’oublieras-Tu, pour toujours ? Jusqu’à quand me voileras-Tu Ta face ? (3) Jusqu’à
quand devrai-je trouver conseil en mon âme, afin d’échapper au chagrin de mon
cœur, tout le jour ? Jusqu’à quand mon ennemi s’élèvera-t-il au-dessus de moi ? (4)
Observe ma détresse et réponds-moi, Eternel mon D.ieu. Illumine mes yeux, de
peur que je m’endorme, du sommeil de la mort, (5) de peur que mon ennemi dise :
“ Je l’ai vaincu ” et que mes oppresseurs se réjouissent, quand je trébuche. (6) Et,
moi, j’ai placé ma confiance en Ta bonté. Mon cœur se réjouira de Ton salut. Je
chanterai pour l’Eternel, car Il m’a prodigué le bien.
Applications du Beth Loubavitch sur Android et AppStore
PSAUME 14 (LA MENATSÉA’H)
(1) Au chef des chantres, de David. Nabuchodonosor le dévoyé dit, en
son cœur : “ D.ieu n’existe pas ”. Nabuchodonosor et son peuple se
corrompirent et ils commirent des abominations. Nul ne faisait le bien.
(2) L’Eternel, des cieux, observa les fils de l’homme, afin de voir s’il est
une personne avisée, recherchant D.ieu. (3) Mais, ils se sont tous égarés.
Ensemble, ils se sont corrompus. Personne ne prodigue le bien, pas
même un seul. (4) Or, tous ceux qui font le mal, tous ceux qui dévorent
mon peuple comme ils mangeraient du pain, savent qu’il en est ainsi
parce qu’ils n’invoquent pas l’Eternel. (5) Là-bas, à Jérusalem, ils étaient
saisis par la panique, car D.ieu était avec la génération vertueuse. (6) Toi,
Nabuchodonosor et tes armées, vous méprisez le conseil du peuple juif,
qui est humble, qui place sa confiance en l’Eternel. (7) Que de Celui Qui
réside à Sion vienne la délivrance d’Israël ! Lorsque l’Eternel fera revenir
la captivité de Son peuple, Yaakov exultera, Israël se réjouira.
PSAUME 15 (MIZMOR)
(1) Psaume de David. Eternel, qui résidera dans Ta Tente, dans le Temple
? Qui habitera sur la montagne de Ta sainteté ? (2) Celui qui marche dans
l’intégrité, agit avec droiture, dit la vérité en son cœur, (3) n’a pas
calomnié par sa langue, n’a pas fait le mal à son prochain, n’a mis aucun
de ses proches en disgrâce par ses actions, (4) aux yeux duquel l’homme
méprisable est objet de dégoût, mais qui honore ceux qui craignent
D.ieu, qui n’enfreint pas son serment, pas même à son détriment, (5) qui
ne prête pas son argent à intérêt, qui ne prélève pas d’usure sur
l’innocent. Celui qui accomplit tout cela ne chancellera jamais.
PSAUME 16 (MI’HTAM)
(1) Mi’htam de David. Protège-moi, D.ieu, car j’ai placé ma confiance en
Toi. (2) Toi, mon âme, tu as dit à l’Eternel : “ Tu es mon Maître. Il ne
T’incombe pas de me prodiguer le bien (car je ne le mérite pas) ”. (3) Pour
l’amour de ceux qui sont saints et reposent dans la terre, pour ceux qui
sont puissants par leur crainte de D.ieu, par leur mérite, tous mes désirs
sont exaucés. (4) Quant à ceux qui s’empressent auprès d’autres dieux,
que leur chagrin se renforce. Je ne déverserai pas, comme eux, des
libations de sang et je n’aurai pas leurs noms sur mes lèvres. (5) L’Eternel
est le lot qui m’a été imparti et mon sort. Tu guides ma destinée. (6) Des
parts sont tombées pour moi en des lieux agréables. De fait, un héritage
merveilleux est le mien. (7) Je bénis l’Eternel, Qui m’a conseillé. Pendant
les nuits également, mon intellect me met en garde. (8) J’ai placé l’Eternel
face à moi en permanence. Parce qu’Il est à ma droite, je ne chancellerai
pas. (9) De ce fait, mon cœur se réjouit et mon âme exulte. Ma chair, elle
aussi, repose en sécurité. (10) Car, tu n’abandonneras mon âme au
tombeau. Tu ne permettras pas que Ton homme pieux voit l’enfer. (11)
Fais-moi connaître le chemin de la vie, afin que je sois comblé de la joie
de Ta présence, de la béatitude de Ta main droite, pour l’éternité.
PSAUME 17 (TEFILA)
(1) Prière de David. Ecoute, Eternel, ma juste supplication, entends ma
plainte, tends l’oreille à ma prière, exprimée par des lèvres sans malice.
(2) Que mon verdict soit prononcé devant Toi. Que Tes yeux observent
ma droiture. (3) Tu as mis mon cœur à l’épreuve, Tu l’as examiné pendant
la nuit, Tu m’as testé et Tu n’as rien trouvé de mal. Aucune pensée impie
ne traverse mon esprit. Mes mots sont identiques à mes pensées. (4)
Pour que mes actions humaines soient conformes aux Paroles de Tes
lèvres, je me suis préservé des voies de ceux qui sont hors-la-loi. (5)
Soutiens mes pas afin que je sois ferme sur Tes chemins, que mes pieds
ne chancellent pas. (6) Je T’ai invoqué, D.ieu, car Tu me répondras. Tends
Ton oreille vers moi, écoute ma déclaration. (7) Retiens Ta bonté, Toi Qui,
par Ta main droite, délivres ceux qui placent leur confiance en Toi de
ceux qui se dressent contre Toi. (8) Garde-moi comme la prunelle de l’œil.
Protège-moi, à l’ombre de Tes ailes, (9) des impies qui me dépossèdent,
des ennemis mortels qui m’encerclent. (10) Leur graisse a fermé leur
bouche, de sorte qu’ils ont parlé avec arrogance. (11) Ils entourent
maintenant nos pas, pour nous tendre un guet-apens. Ils ont posé leurs
yeux pour que nous nous écartions du droit chemin, sur la terre. (12)
Chaoul est tel un lion désireux de dévorer sa proie, tel un lionceau qui se
tapit dans sa cachette. (13) Dresse-Toi, Eternel, affronte-le, mets-le à
genoux. Sauve mon âme de l’impie qui Te sert de glaive. (14) Que je sois
parmi ceux dont la mort est par Ta main, Eternel, ceux qui meurent à un
âge avancé, dont la part est la vie éternelle, dont les entrailles sont
emplies de Tes bienfaits cachés, qui sont repus de nobles fils et qui
transmettent leur abondance à leur descendance. (15) Par le mérite de
ma droiture, j’observerai Ta face, je serai rassasié de Ton image.
Grâce au Dvar Malhout en hébreu/français, étudiez en toute tranquilité
Inscription pour recevoir le Dvar Malhout chez vous pour tous les
jours de la semaine : Tél. : 01.77.38.00.95 - E-mail : dvar770@gmail.com Site internet : www.dvarmalkhout.org
LE TANYA DU CHABAT
‫ ומחשבה טובה כו׳‬,‫ טהור ידים יוסיף אומץ‬:‫ אזי‬,‫אם ירחיב ה׳ לו עוד‬
Et il réfléchit et décide que si D.ieu lui donne encore plus de largesse et de temps pour l’étude, alors « Celui qui a les mains pures
redoublera de détermination », c’est-à-dire qu’il dévouera le temps supplémentaire qui lui est alloué à l’étude de la Thora ; et dès
lors, « La bonne pensée, [D.ieu l’associe à l’acte effectif]. »
Cette seule décision de consacrer le temps supplémentaire octroyé par D.ieu – jusqu’à l’ensemble de la journée – est assimilée à un acte
effectif. En vertu de cette « bonne pensée », il devient, d’une certaine manière, une demeure pour D.ieu non seulement durant le temps qu’il
étudie la Thora, mais tout au long de la journée.
‫ יהיה מכון לשבתו יתברך בנתינת צדקה שיתן מיגיעו‬,‫וגם שאר היום כולו שעוסק במשא ומתן‬
Et le reste de la journée entière également, où il est occupé à ses affaires, il sera un lieu de résidence pour D.ieu par la charité qu’il
donnera du produit de son labeur.
‫ חסד דרועא ימינא‬:‫ וכמו שכתוב בתיקונים‬,‫ מה הוא רחום וכו׳‬:‫שהיא ממדותיו של הקב״ה‬
[Laquelle charité] est l’un des attributs de D.ieu que l’on est enjoint d’imiter, selon la parole des Sages : « De même qu’Il est
compatissant… [de même dois-tu être compatissant] », et comme il est écrit dans lesTikounei Zohar : « la bonté est le bras droit de
D.ieu » pour ainsi dire. L’usage de l’attribut de bonté permet donc de devenir un réceptacle, une demeure pour l’expression du « bras
droit de D.ieu », l’attribut divin correspondant.
‫ואף שאינו נותן אלא חומש‬
Et bien qu’il ne donne à la charité qu’un cinquième de ses gains,
Le cinquième correspond à la mesure qui doit au plus être consacrée à la charité. Il équivaut donc a priori à un cinquième de son temps
de travail. Comment toute sa journée de travail, constituée aussi des quatre autres cinquièmes, devient-elle à son tour un lieu de résidence
pour la Présence divine ?
‫הרי החומש מעלה עמו כל הארבע ידות לה׳ להיות מכון לשבתו יתברך‬
ce cinquième donné à la charité élève avec lui toutes les quatre autres parties à D.ieu, pour qu’elles deviennent elles aussi un lieu de
résidence pour Lui.
‫ שמצות צדקה שקולה כנגד כל הקרבנות‬,‫כנודע מאמר רז״ל‬
Comme il est connu ce que disent nos Sages, [à savoir] que le précepte de la charité est équivalent à tous les sacrifices.
‫ וכל הצומח על ידי עשרון סלת אחד בלול בשמן כו׳‬,‫ היה כל החי עולה לה׳ על ידי בהמה אחת‬,‫ובקרבנות‬
Or, concernant les sacrifices, tout le règne animal était élevé vers D.ieu par l’offrande d’un seul animal, et tout le règne végétal
par l’offrande d’un dixième de mesure de fine farine mélangée avec de l’huile.
Il en va de même pour la charité : tout le travail de la journée se trouve élevé par le don d’un cinquième consacré à la charité.
‫ כמו שכתוב לקמן‬,‫ הרי בשעת התורה והתפלה עולה לה׳ כל מה שאכל ושתה ונהנה מארבע הידות לבריאות גופו‬,‫ומלבד זה‬
Et outre cela, tout ce qu’il a consommé et bu et ce dont il a profité des quatre [autres cinquièmes] pour la santé de son corps, se trouve
élevé vers D.ieu au moment de [l’étude de] la Thora et de la prière, comme il sera expliqué plus loin.
Il en ressort que même le temps employé pour ces quatre cinquièmes qui constituent un profit personnel dont il n’a pas été fait don à la
charité, devient une demeure pour D.ieu par l’étude de la Thora et la prière.
Depuis le Chapitre trente et un, le texte a discuté la question de la joie. Celle-ci doit répondre à l’état d’amertume et d’un « cœur brisé »
suscité par un bilan spirituel. Différentes formes de joie ont été décrites : la joie qui caractérise le retour de l’âme divine à sa source, libérée
de l’exil imposé par le corps et l’âme animale, la joie de la proximité avec D.ieu par la méditation sur Son unité, la joie de voir D.ieu se réjouir
de la brisure de la sitra ahara…
Le texte montre maintenant que cette joie, sous ses différentes formes d’expression, ne contredit pas l’amertume éprouvée au regard de la
situation du corps et de l’âme animale. Bien qu’antagonistes, la joie et l’amertume peuvent coexister parce qu’elles ont des causes bien
distinctes.
- 4-
Auteur
Document
Catégorie
Uncategorized
Affichages
0
Taille du fichier
3 821 KB
Étiquettes
1/--Pages
signaler