close

Se connecter

Se connecter avec OpenID

AM Intégration record! - L`économiste, le premier quotidien

IntégréTéléchargement
r
a
t
h au
k
o
e
m
v
n
i
e
n
B
à
:
e
e
s
r
i
i
a
m
l
o
a
c
l
s cer
t
r
Spo eut for
v
- FRANCE: 1 € - DEPOT LEGAL: 100/1991 - DIRECTEUR DE PUBLICATION: ABDELMOUNAIM DILAMI
VEND. 11, SAM. 12
& DIM. 13 MARS
2016
NUMERO 4727 - PRIX MAROC: 5 DH
Editorial
M
Pile ou face
IGRANTS subsahariens.
Un «intitulé» qui effraie tout
le monde à commencer par
l’Europe qui ne sait pas quoi en faire.
Alors qu’à bien y penser, et avec une
population vieillissante, elle devrait envisager ces arrivées de jeunes comme
une manne providentielle. La mobilité
humaine existe depuis des temps immémoriaux et il faudrait l’appréhender
en tant qu’élément structurant des stratégies de développement pour l’avenir,
car elle ne s’arrêtera pas.
A part Angela Merkel qui fait des
efforts appréciables, que craignent
finalement ces Etats qui «subissent»
l’afflux migratoire? D’un pays qui se
colore, de manquer d’emplois pour les
autochtones, de ne pas pouvoir assumer ou assurer l’intégration des migrants? Ou de menaces plus graves, qui
peuvent attenter à la sécurité de l’Etat,
et la fermeture des frontières se justifierait alors indubitablement. Une attitude qui devrait être valable pour tous,
normalement... Mais, non. Les pays
aux portes de l’Europe sont priés de
servir de garde-fous, pour cette population. Ici, au Maroc, côté face, on met
en avant une politique de régularisation
qui a tout de même profité à quelque
18.000 clandestins. Mais, côté pile, on
voit dans quasiment toutes les grandes
villes du Maroc des centaines de subsahariens vivre dans la précarité la plus
totale, remplaçant peu à peu les figures
familières de la mendicité marocaine.
Comme nous n’avons pas les
moyens de les renvoyer d’où ils viennent, ni le visa pour les laisser passer de l’autre côté, on camoufle. On
les cueille des villes frontalières où
ils risquent de polluer nos relations
avec l’Europe et on les relâche vers
le centre, pour qu’ils soient moins
visibles. Fès est symptomatique de la
gravité de la situation. Ce sont de véritables camps de réfugiés qui se sont
installés, créant de dangereux ghettos.
Un drame humanitaire sans précédent
que vit actuellement le Maroc qui devient une terre d’asile forcé en raison
de politiques migratoires européennes
trop strictes.o
Radia LAHLOU
Système de Management de la Qualité
BUREAU VERITAS MAROC
LE PREMIER QUOTIDIEN ECONOMIQUE DU MAROC
Avalanche de
profit warning
• Une société cotée sur cinq
concernée
• L’immobilier et le BTP fortement
impactés
• Ces alertes sont déjà intégrées
dans les cours
Voir page 20
Programme éolien
Intégration record!
A
VEC l’adjudication du marché
de 850 MW au consortium Nareva Holding/Enel Green Power/
Siemens Wind Power et le lancement du
projet industriel de Siemens à Tanger, la
stratégie nationale des énergies renouvelables marque de précieux points. D’un
investissement de 1 milliard de DH, le site
tangérois de Siemens devrait produire des
pales éoliennes onshore, destinées essentiellement à l’export. Ce projet fait partie du
deal négocié par le consortium avec l’Etat.
Il booste le taux d’intégration industrielle de
40 à 70% sur ce segment.o
Voir pages 6 & 7
■ Groupe BCP: 2,5 milliards
de DH de bénéfices
Voir page 21
■ IR sur profit foncier:
Le barème pour 2016
Voir De Bonnes Sources
■ Maroc-UE: Tous les accords
conformes au droit international
e
t
ê
u
q
Subsahariens
n
E
Voir page 10
Ph. YSA
e2
ag
p
ir
Vo
Fès, vitrine
de la crise
Voir pages 30 à 33
Dossier de presse: 19/91 - L’ECONOMISTE 70, Bd Massira Khadra - Casablanca - Tél. : 05.22.95.36.00 (LG) - Fax: Rédaction 05.22.39.35.44 - 05.22.36.59.26 - Commercial 05.22.36.46.32 - www.leconomiste.com - redaction@leconomiste.com
Auteur
Document
Catégorie
Uncategorized
Affichages
0
Taille du fichier
4 162 KB
Étiquettes
1/--Pages
signaler