close

Se connecter

Se connecter avec OpenID

Communiqué de presse

IntégréTéléchargement
Communiqué de presse
Michael Wiget
Media Relations
Tél. : +41 (0) 58 286 43 07
michael.wiget@ch.ey.com
Etude internationale : la Suisse en queue de peloton dans la
promotion des cadres dirigeants féminins
Une étude mondiale coinitiée par EY et menée auprès de quelque 22 000 entreprises
dans plus de 90 pays le montre clairement : la Suisse a un important retard à combler en
ce qui concerne la représentation des femmes dans les organes de direction. Au niveau
mondial, deux pays statistiquement significatifs seulement affichent une proportion de
femmes supérieure à 25 % dans les conseils d’administration. L’étude révèle par ailleurs
que les entreprises au management diversifié relèvent mieux les défis et obtiennent de
meilleurs résultats. C’est également la conviction d’EY Suisse qui lance, à la veille de la
Journée internationale de la femme, un appel pour faire avancer l’égalité des sexes.
ZURICH, LE 7 MARS 2016 – En tant que sponsor principal de la Journée internationale de la
femme du 8 mars, la société d’audit et de conseil EY réitère son engagement en faveur de la
promotion professionnelle des femmes. EY invite les individus et les entreprises à traduire
leurs paroles en actions concrètes en matière d’égalité des chances. La Journée internationale
de la femme est l’occasion de rendre hommage aux femmes pour leurs contributions sociales,
économiques, culturelles et politiques.
Les derniers chiffres du Peterson Institute for International Economics révèlent que dans les 59
pays où plus de dix entreprises ont été analysées, la part des femmes dans les conseils
d’administration n’est supérieure à un quart qu’en Norvège (40 %) et en Lettonie (25 %). Elle
dépasse les 20 % en Italie (24 %), en Finlande (23 %), en Bulgarie (22 %), en Slovénie (22 %),
en Suède (22 %) et au Kenya (21 %). La proportion de femmes à la direction des entreprises
analysées est supérieure à un tiers uniquement en Bulgarie (37 %) et en Lettonie (36 %). Les
Philippines (33 %), la Slovénie (33 %), la Roumanie (32 %), la Malaisie (29 %) et la Thaïlande
(28 %) ont également réalisé d’importants progrès en matière d’égalité des sexes à la direction
des entreprises.
2
La proportion des femmes dans les entreprises suisses reste faible
Même si une avancée a été faite en direction de la parité hommes-femmes, la part des
femmes au sein des conseils d’administration et des instances de direction demeure largement
inférieure à 20 % dans la plupart des pays. Les principales économies mondiales – États-Unis,
Chine, Japon, Allemagne et Grande-Bretagne – figurent clairement dans la seconde moitié du
classement des 59 pays les plus importants du monde. Le Japon ferme les deux classements.
Parmi les 207 entreprises analysées en Suisse, seules six ont élu une femme à la présidence
du conseil d’administration et sept sont dirigées par un CEO féminin. 9,1 % des membres des
conseils d’administration sont des femmes et elles sont 8,3 % à siéger dans les comités de
direction. Parmi les 59 pays où plus de dix entreprises ont été sondées, la Suisse se classe au
56e rang en termes de représentation des femmes à la direction. S’agissant des conseils
d’administration, elle fait un peu mieux, et figure au 42e rang.
Une part de femmes élevée est synonyme de bénéfices accrus
Sur près de 22 000 entreprises cotées analysées, l’enquête démontre que les sociétés où la
part des femmes à la direction dépasse 30 %, ces entreprises enregistrent une hausse du
bénéfice net pouvant aller jusqu’à 6 points de pourcentage.
Bruno Chiomento, CEO d’EY Suisse, l’affirme : « L’étude montre que les entreprises ayant une
proportion équilibrée de femmes et d’hommes sont plus performantes. Les sociétés ayant un
plus grand nombre de femmes aux postes de direction ont des avantages sur le marché. Leurs
collaborateurs sont plus engagés, la culture d’entreprise est plus ouverte et la capacité
économique s’accroît. Les chefs d’entreprise doivent se demander s’ils encouragent
suffisamment les femmes à s’engager vers des postes de direction. »
Les congés parentaux ont un impact positif sur la représentation des femmes
L’étude montre que d’autres facteurs ont aussi un impact positif sur la diversité des sexes dans
le management. Outre la politique nationale de formation, le droit à des congés parentaux, en
plus du congé maternité, joue également un rôle décisif. Dans les dix pays les plus
progressistes du point de vue de la représentation des femmes aux postes de direction, les
salariés ont droit à onze fois plus de jours de congé parental que dans les dix derniers du
classement. « Lorsque les femmes ne sont pas seules responsables de la prise en charge des
enfants, elles ont plus de chances de pouvoir développer leurs capacités entrepreneuriales et
3
d’établir les contacts professionnels nécessaires pour accéder à des postes de direction. Les
entreprises pourraient agir d’elles-mêmes à cet égard et ne devraient pas attendre
l’intervention de l’État », souligne Barbara Aeschlimann, responsable des ressources humaines
chez EY.
EY soutient la Journée internationale de la femme
En devenant le sponsor de la Journée internationale de la femme, EY a fait toute une série de
promesses. Ces promesses trouvent leur origine dans les expériences propres à la société EY,
présente dans le monde entier, et dans diverses études. Leur but est de suggérer aux
individus et aux entreprises des mesures concrètes afin d’encourager l’ascension
professionnelle des femmes. Ces promesses de parité (Pledge for Parity) peuvent être
publiées sur le site Internet de la Journée internationale de la femme et partagées sur les
réseaux sociaux.
« La diversité au sein de l’entreprise doit être améliorée en permanence. A une époque où les
entreprises sont confrontées à d’importants bouleversements et à des défis technologiques, la
diversité au sein de la direction est un outil essentiel et décisif pour le succès des affaires.
Nous avons besoin des meilleurs talents pour élargir les perspectives de la prise de décisions
complexes », estime en effet Bruno Chiomento.
Voici des mesures que les entreprises peuvent engager
EY aide les individus et les entreprises à lutter contre la discrimination sexuelle au travail par
l’intermédiaire de la plate-forme Women. Fast forward. Cette plate-forme en ligne est un
catalyseur incitant les individus à mettre la question de l’égalité des sexes à l’ordre du jour et
encourageant les entreprises à engager les mesures nécessaires afin de promouvoir les
femmes sur leur lieu de travail.
Des mesures simples permettent aux entreprises de promouvoir la diversité des sexes. Il faut
offrir aux femmes un cadre leur permettant de mettre en avant leurs propres atouts et
performances. Une flexibilité accrue des horaires de travail, des programmes d’encadrement
spécifiques ainsi qu’un recrutement ciblé et rigoureux déploieront des effets positifs à moyen et
long terme. « Cela exige une prise de conscience et une discussion relative aux préjugés
inconscients et, surtout, une direction qui s’implique dans le changement de culture », martèle
Barbara Aeschlimann.
4
Informations complémentaires :
Site Internet de la Journée internationale de la femme : www.internationalwomensday.com
Plate-forme EY en ligne pour l’égalité des sexes : www.ey.com/womenfastforward
Etude et données Peterson : www.iie.com/publications/interstitial.cfm?ResearchID=2913
EY | Assurance | Tax | Transactions | Advisory
À propos de l’organisation mondiale EY
L’organisation mondiale EY est un leader dans le domaine des services de l’audit, de la fiscalité, des
transactions, du droit et du conseil. Nous utilisons notre expérience, nos connaissances et nos services
afin de contribuer à créer un lien de confiance au sein des marchés financiers et des économies à
travers le monde. Nous possédons les meilleurs atouts pour cette tâche – d’excellentes prestations
d’audit et de conseil, des équipes remarquables et un service qui dépasse les attentes de nos clients.
Building a better working world : notre mission globale est d’encourager l’innovation et de faire la
différence – pour nos collaborateurs, pour nos clients et pour la société dans laquelle nous vivons.
L’organisation mondiale EY désigne toutes les sociétés membres d’Ernst & Young Global Limited
(EYG). Chacune des sociétés membres d’EYG est une entité juridique distincte et indépendante, et ne
peut être tenue responsable des actes ou omissions des autres entités. Ernst & Young Global Limited,
société britannique à responsabilité limitée par garantie, ne fournit pas de prestations aux clients. Pour
de plus amples informations, rendez-vous sur notre site Internet www.ey.com.
L’organisation EY est représentée en Suisse par Ernst & Young SA, Bâle, avec dix bureaux à travers la
Suisse et au Liechtenstein par Ernst & Young AG, Vaduz. Dans cette publication, « EY » et « nous » se
réfèrent à Ernst & Young SA, Bâle, une société membre d’Ernst & Young Global Limited.
Auteur
Document
Catégorie
Uncategorized
Affichages
0
Taille du fichier
75 KB
Étiquettes
1/--Pages
signaler