close

Se connecter

Se connecter avec OpenID

BSV_RA_Arbono6du08032016 - DRAAF Auvergne-Rhône

IntégréTéléchargement
BULLETIN DE
SANTE DU VEGETAL
Edition RHONE-ALPES
Cultures fruitières - n°06 du 8 mars 2016
Ce BSV est réalisé à partir des observations effectuées le lundi 7 mars par
les membres du réseau BSV sur les parcelles de référence.
A retenir, cette semaine :
Abricotier (p. 2-3) :
C. pruni, vecteur de l’ECA : pic de vol en cours
Oidium : début de sensibilité cette semaine
Maladie criblée : début de sensibilité au stade H/I
Abricotier - pêcher (p. 5-6):
Période de floraison : respect des pollinisateurs
Moniliose : forte période de sensibilité pendant la floraison
Pêcher (p.4-5):
Cloque : période de sensibilité en cours
Chancre à fusicoccum : forte période de sensibilité pendant la floraison et à la chute des pétales
Thrips meridionalis : période de risque en cours, conditions sèches
et douces favorables
Pommier (p. 6-7) :
Tavelure : période de risque en cours ou qui débute cette semaine
selon les variétés.
Anthonome du pommier : débutez les battages, conditions favorables annoncées en fin de semaine
Poirier (p.8-9) :
Psylle : ponte des femelles hivernantes toujours en cours, jeunes
larves de G1 visibles sur certaines parcelles
Anthonome : prophylaxie à mettre en œuvre
SEUILS CRITIQUES DE GEL
Des températures négatives sont
de nouveau annoncées cette semaine. Les épisodes de gel de début
mars ont entrainé des dégâts dans
les vergers non protégés en Moyenne Vallée du Rhône (20 à 80 % de
dégâts).
Les valeurs de ces seuils ne sont qu’indicatives. La sensibilité du végétal dépend également de la rapidité et de la durée du refroidissement. Le seuil critique correspond à l’observation des tous premiers dégâts (références France). Les références concernant le seuil de 10 % de dégâts ont été obtenues aux
USA dans des conditions où l’air est plus sec. La sensibilité d’un végétal humide sera accrue.)
1
BULLETIN DE SANTE DU VEGETAL
RHONE-ALPES
ABRICOTIER
STADES PHENOLOGIQUES
Nyonsais-Baronnies
Sud
Montélimar
Moyenne
Vallée du
Rhône
Magic cot : F1, Flopria : F2, Orangered, Bergarouge : D
Orangé de Provence et Bergeval : C, Bergeron : C+
Farely : F3, Big red : : F3/G
Bergeval : E, Kioto : D, Bergarouge : B/C
Sud
Valence
Colorado : H, , Flopria, Big red : F3/G, Wondercot, Lady Cot :
F3, Goldrich, Faralia, Farely : : F2, Farbaly : F1 à F3,
Bergarouge : E/F1 à F2, Bergeval : D à D/E, Tardif de Tain,
Orangered : D/E, Bergecot, Bergeron : D, Kioto : D/E à F1
Nord Valence
Flopria : F3 à F3/G, Farbaly : E/F3/G,
Bergeron : D à D/E, Vertige : D/E,
Bergecot : D/F1, Faralia : F1/F2, Farely : F2, Bergeval : C/D/
F1
Nord Drôme-Isère Bergeron : D
Rhône-Loire
Lambertin : G, Early Blush : F1, Orangered : E/F1, Malice, Bergeron : D/E, Hargrand: D/E à G
Stade C
Stade B
Stade E
Stade D
Photos Fredon Rhône-Alpes
Stade F
Stade G
Stade H
ENROULEMENT CHLOROTIQUE DE L’ABRICOTIER-ECA
Réglementation : L’arrêté préfectoral n°14-261 paru le 18 décembre 2014, encadre la lutte
contre l’Enroulement Chlorotique de l’Abricotier en Ardèche et dans la Drôme.
Celle-ci est obligatoire et tout détenteur de prunus qui constate ou suspecte la présence de la maladie
est tenue de faire une déclaration auprès du SRAL ou de la FDGDON de son département.
Retrouvez les mesures de lutte à adopter dans le BSV n°1 du 26/01/16
Analyse de risque : voir paragraphe C. pruni
CACOPSYLLA PRUNI, VECTEUR DE l’ECA
Biologie : Cf. BSV Arboriculture n°1 du 26/01/16 et photos dans BSV n°03 du 16/02/2016.
Situation : Lors des battages réalisés le 7 mars, 13 individus ont été observés à Etoile-sur-Rhône (26),
4 à Vesseaux (07), 37 à St-Marcel-lès-Valence (26), et 4 à Salaise-sur-Sanne (38). Le pic d’activité de
C. pruni (population hivernante) est diminution par rapport à la semaine dernière, mais devrait de nouveau augmenter en fin de semaine avec le radoucissement. Il y a toujours un risque de contamination par les individus de la population hivernante.
2
BULLETIN DE SANTE DU VEGETAL
RHONE-ALPES
Vol de Cacopsylla pruni sur 4 sites de battage
60
Nombre de C.pruni capturés
50
40
30
20
10
0
01/02/2016
08/02/2016
Etoile-sur-Rhône (26)
15/02/2016
Salaise-sur-Sanne (38)
22/02/2016
St Marcel-lès-Valence (26)
29/02/2016
Vesseaux (07)
07/03/2016
(vide)
Méthode alternative : Il est recommandé de maintenir une barrière physique sur les abricotiers en verger.
MONILIOSES DES FLEURS ET RAMEAUX
Analyse de risque : Cf. paragraphe ABRICOTIER-PECHER en p.5
OIDIUM DE L’ABRICOTIER—PODOSPHAERA TRIDACTYLA
Biologie : Le champignon se conserve dans les bourgeons de l’abricotier. Les attaques ont lieu d’abord
sur fruit (taches blanchâtres duveteuses à contour diffus) puis plus tard sur feuille.
Analyse de risque : La période de sensibilité de l’abricotier à ce champignon s’étend de la chute des pétales au durcissement du noyau.
En tous secteurs, la période de sensibilité débutera cette semaine ou en début de semaine prochaine pour la majorité des variétés (elle est déjà en cours pour les plus avancées
de Moyenne Vallée du Rhône)
Surveillez la phénologie de vos variétés pour évaluer le risque. Des infections sur les jeunes fruits en formation pourront se produire en conditions de forte hygrométrie.
MALADIE CRIBLEE—CORYNEUM BEIJERINCKII
Analyse de risque : Le risque ne concerne que les variétés qui atteindront le stade de sensibilité H/I cette semaine. Les températures comprises entre 9°C et 27°C et une humidité prolongée due à une pluie ou à la rosée sont des facteurs favorables au champignon.
Surveillez la météorologie en fin de semaine pour les variétés au stade sensible.
3
BULLETIN DE SANTE DU VEGETAL
RHONE-ALPES
PECHER
STADES PHENOLOGIQUES
Moyenne
Vallée du
Rhône
Sud
Montélimar
Patty : G, Bright lady : F2, Big Haven : F1, Ruby Bel, Royal Pride,
Royal Queen : E/F1
Sud Valence
Garaco, Patty : G, Snowball : F3/G, Western red : F3, Springlady :
F2/F3, Rosalise : F2, Caprice : F1, Sweet star: D/E
Nord Valence
Snow ball : F3/G, Cristal : F3, Savana red, Sunlate : F2, Zephir :
F1/F2 , Big top : E/F1
Nord Drôme-Isère
Rhône-Loire
Bourgeon à fleur au
stade D
Kaweah : E
Spring Bright : E/F1, Félicia : F1, Chanas : D à F1
Bourgeon à fleur au
stade E
Stade F
Stade G
MONILIOSES DES FLEURS ET RAMEAUX
Analyse de risque : Cf. paragraphe ABRICOTIER-PECHER en p.5.
CLOQUE DU PECHER - TAPHRINA DEFORMANS
Biologie : Cf. BSV Arboriculture n°1 du 26/01/16.
Analyse de risque : La période de sensibilité est en cours en tous secteurs. Elle durera jusqu’à
l’étalement complet des premières feuilles. Pour qu’il y ait contamination sur les variétés ayant atteint le stade sensible, une période de pluie accompagnée de températures supérieures à 7°C est nécessaire. Le risque de contaminations sera important en fin de semaine en cas de pluie, soyez vigilants.
CHANCRE A FUSICOCCUM - FUSICOCCUM AMYGDALI
Biologie : Ce champignon, parasite de blessures, peut provoquer des dégâts importants sur amandier et
pêcher. En période hivernale, la maladie se présente sous forme de taches à contour elliptique, très pâles au début puis brun grisâtre, entourant la base des bourgeons (nécroses). Le chancre entoure le rameau qui se dessèche (dans la partie au dessus du chancre) au moment du débourrement. En condition
de forte hygrométrie, des filaments (cirrhes blanches) sont sécrétées par les pycnides noires (formes hivernantes du champignon) contenues dans les chancres. Ces filaments portent une multitude de spores
qui sont libérées sous l’action des pluies (dissolution des cirrhes). Fusicoccum amygdali pénètre par
les plaies formées lors de la chute des écailles, des pétales de fleurs, de jeunes fruits, par les
plaies de taille et surtout des feuilles. Le champignon émet une toxine qui provoque le flétrissement des
organes atteints.
Analyse de risque : La période de floraison et de début de chute des pétales est une période
de forte sensibilité.
CHANCRE A CYTOSPORA
Biologie : Les champignons du genre Cytospora peuvent se développer sur pêcher et abricotier. Cytospora leucostoma et Cytospora cincta sont les plus importants. C. leucostoma se développe préférentiellement dans les régions du Sud, alors que C. cincta peut s’adapter à des climats moins chauds, et peut
être présent dans les zones situées au nord de Valence (26). Sur rameau, des chancres apparaissent à la
faveur des blessures. Sur des branches jeunes, les chancres sont discrets (présence d’un méplat avec
exsudation de gomme autour des bourgeons. Sur rameaux plus âgés, les chancres présentent à leur sur-4
BULLETIN DE SANTE DU VEGETAL
RHONE-ALPES
face une écorce desséchée qui s’exfolie. Par temps humide, des pycnides noires contenues dans les
chancres sécrètent des cirrhes orangé ou brun acajou. Le champignon peut être à l’origine de dépérissement de charpentières en été.
Prophylaxie : Observez vos parcelles, éliminer les organes porteurs de chancres. Veillez à protéger les blessures de taille.
THRIPS—THRIPS MERIDIONALIS
Adulte thrips meridionalis
Biologie : Celui-ci peut être présent sur de nombreuses espèces fruitières, (dessin B. Préchac, INRA)
mais cause des dégâts sur Pêcher, surtout sur Nectarines, et pêches peu duveteuses. Les adultes hivernent dans la litière des feuilles mortes. Dès leur sortie,
ils se nourrissent en piquant les organes floraux tendres ce qui peut entrainer la
coulure des fleurs. Mais les dégâts les plus conséquents sont faits par les larves
après la fécondation de la fleur. La période à plus haut risque d’attaques
se situe en fin de floraison, au moment où le calice commence à se dessécher. Les piqures entrainent la formation de petites zones nécrosées qui s’élargissent au fur et à mesure du développement du fruit. Celui-ci se craquelle et source site E-phytia
se déforme.
Analyse de risque : La période de sensibilité est en cours pour la majorité des variétés en tous
secteurs
Afin d’évaluer le risque sur vos parcelles en floraison, ouvrir les fleurs et observer la
cuvette, l’ovaire et les étamines pour repérer les adultes (forme de bâtonnets noirs, 1.5
mm de long).
Le risque d’attaque pourrait devenir plus important à partir de la fin de semaine (temps
plus sec et doux annoncé)
Seuil Indicatif de Risque : 10% de fleurs occupées
TORDEUSE ORIENTALE DU PECHER - CYDIA MOLESTA
Situation : Un premier piège a été installé sur une parcelle de Moyenne Vallée du Rhône. Le 7 mars, aucune capture n’a été observée.
Ne pas confondre : Soyez vigilants lors de vos observations, la phéromone de piégeage peut attirer
d’autres papillons du genre Pammene qui ressemblent aux tordeuses orientales. Attention à ne pas les
comptabiliser. Elles ont une tache blanche marquée au centre des ailes, à la différence de C. molesta.
Cydia molesta (http://www.hantsmoths.org.uk/
Pammene ignorata (http://
images/Cydia_molesta_AM_30-8-08.jpg)
ukmoths.org.uk/species/pammene-ignorata/)
PECHER - ABRICOTIER
MONILIOSES DES FLEURS ET RAMEAUX
Biologie : Cf. BSV Arboriculture n°2 du 10/02/2016
Analyse de risque et prophylaxie : La période de sensibilité est en cours en tous secteurs.
Nous sommes actuellement dans la période de plus forte sensibilité en tous secteurs.
En cas de pluies et de conditions douces, des contaminations pourront se produire. Soyez
vigilants
5
BULLETIN DE SANTE DU VEGETAL
RHONE-ALPES
BACTERIOSES A PSEUDOMONAS
prophylaxie : Dans le cas de symptômes de dépérissement, il est important d’assainir en coupant
largement en dessous de la zone attaquée, et en brûlant les parties malades en dehors du verger.
Soyez particulièrement vigilants sur les parcelles aux variétés sensibles.
CERISIER
STADES PHENOLOGIQUES
Moyenne
Vallée du
Rhône
Sud
Valence
Staccato, Folfer, Fertard : B+, Sweetheart, Earlise :
B/B+, Primulat, Burlat, Regina, Belge, Coralise, Ferdouce : B,
Summit, Stark : A+ à B, Fernier, Noire de Meched,
Badacsony : A+
Nord
Valence
Sweet heart, Burlat, Coralise, Ferdouce, Folfer, Summer Charm : B, Garnet : B+
Duroni, Régina, Satin Stark : A+
Rhône-Loire
Stade A
Stade B
Burlat, Fernier, Hedelfingen : B+
BACTERIOSE DU CERISIER
La période à risque de contaminations débute avec le débourrement.
POMMIER
STADES PHENOLOGIQUES
Sud Valence
Moyenne
Vallée du
Rhône
Juliet, Rosyglow : B/C, Goldrush : B+
Canada grise, Dalinette, Gala : B
Golden : B
Nord Valence
Rosyglow : C/C3, Juliet : C, Dalinette, Goldrush : B,
Nord Drôme Isère
Juliet : C, Rosyglow : C à C3
Gala : B+, Golden : A/B
Savoie/Haute-Savoie
Golden, Gala : A/B à B, Idared : A/B à B+
Pink kiss : B/C à C, Idared, Braeburn : B à B/C, Gala : A/B
à B/C, Golden : A/B à B, Canada : A à A/B, Fuji : A/B
Rhône-Loire
Stade C3
Stade A
Stade B
Stade C
TAVELURE DU POMMIER—VENTURIA INAEQUALIS
Situation : La période à risque de contaminations primaires est désormais en cours en Moyenne Vallée
du Rhône pour les variétés ayant atteint le stade C. En tous secteurs, les conditions annoncées cette semaine devraient être favorables à l’évolution de la phénologie vers le stade sensible pour les principales
variétés.
6
BULLETIN DE SANTE DU VEGETAL
RHONE-ALPES
Modélisation : Le modèle Tavelure DGAL/Inoki est utilisé afin d’estimer la quantité de spores projetées
lors d’une pluie, et d’évaluer si les conditions sont favorables à la réalisation d’une contamination grâce
aux courbes de Mills. Ces deux informations complémentaires permettent d’estimer le risque réel associé
à une pluie.
Le tableau ci-dessous indique les risques enregistrés entre le 2 mars et le 8 mars (5 h) en Moyenne Vallée du Rhône :
Risque Mills(1)
Secteur
Zone concernée
Période de pluie
CF. courbe Mills
Quantité de spores
projetées
Niveau de risque réel
de contamination
Zone précoce
4 et 5/03
8/03
Nul
Nul
Très faible
Faible
Nul
Nul
Zone tardive
2/03, 3/03, 4/03, 5/03,
6/03, 7/03, 8/03
Nul à chaque pluie
Très faible à chaque
pluie
Nul à chaque pluie
Drôme
(1)
Le risque Mills reflète si les conditions sont favorables à la germination de spores sur le végétal après la pluie
Analyse de risque pour la semaine :
Les températures annoncées en fin de semaine seront plus favorables à
la maturation, mais celle-ci s’effectue encore lentement à cette période,
donc les prochaines pluies devraient entrainer de faibles projections. Cependant, en cas de durée d’humectation suffisante, les spores peuvent
germer et entrainer les premières infections sur les jeunes organes verts
(Cf. courbes de Mills). Surveillez la météorologie pour les variétés
au stade sensible.
ANTHONOME DU POMMIER-ANTHONOMUS POMORUM
Biologie : Ce ravageur peut ponctuellement causer des dégâts en verger. Les
adultes (4.5 à 5 mm de long, présence d’un rostre) hivernent dans des abris secs,
sous les écorces d’arbres divers, sous les pierres etc. Dès que les conditions redeviennent favorables (température diurne moyenne de 9°C pendant 3 jours), ils
reprennent leur activité. Ils commencent par piquer les bourgeons pour se nourrir, pendant 10 à 15 jours avant de pondre. Les piqûres de nutrition causent peu
de dégâts, ce sont surtout les larves qui sont problématiques en se développant
dans les boutons floraux.
Photo Chambre d’agriculture
Savoie/Mont-Blanc
Situation : Aucun adulte n’a été observé lors des battages réalisés le 7 mars sur une parcelle de Savoie/
Haute-Savoie.
Analyse de risque : Les conditions de températures pourraient devenir favorables à la reprise
d’activité des adultes en fin de semaine. Soyez vigilants dès le radoucissement. Dans les parcelles attaquées en 2015 (présence de fleurs desséchées en « clous de girofle » au printemps), réalisez des battages pour évaluer le risque.
Seuil Indicatif de Risque :
10% de bourgeons avec piqûres nutritionnelles, ou observation de 10 adultes après battage sur 100 rameaux (frappage de 2 rameaux/arbre sur 50 arbres)
7
BULLETIN DE SANTE DU VEGETAL
RHONE-ALPES
POIRIER
STADES PHENOLOGIQUES
Sud Valence
Moyenne
Vallée du Rhône
Conférence, Comice: C/C3, Williams : B/C à C3
Nord Valence
Conférence : C , William's : B/C
Nord Drôme-Isère
William's, Passe Crassane : B+ à C, Comice : B à C,
Conférence : C à C/C3
Savoie/Haute-Savoie
Rhône-Loire
Stade B
Passe Crassane : C3
Packams : C, William's : C (quelques C3)
Williams, Comice : C+, Louise Bonne : C à C à C3
Stade C
Stade C3
TAVELURE DU POIRIER - VENTURIA PIRINA
Analyse de risque : la période à risque de contaminations primaires débutera lorsque le stade
C3/D aura été observé. En cas de projections d’ascospores, et de conditions d’humectation et
de températures favorables, des contaminations pourront alors se produire (Cf. paragraphe
POMMIER-Tavelure du pommier). Observez la phénologie de vos variétés afin d’évaluer le risque
aux prochaines pluies.
ANTHONOME DU POIRIER - ANTHONOMUS PYRI
Biologie : Ce charançon peut être problématique dans certaines si- Dégât de larve d’anthonome tuations, notamment dans les parcelles en Agriculture Biologique. Chambre d’agriculture du Rhône
Les femelles débutent leur ponte dans les bourgeons à l’automne. Les
larves se développent en grignotant l’intérieur des futurs organes floraux. Au terme de 8 à 12 semaines, elles se nymphosent et les nouveaux adultes apparaissent fin avril-début mai. Ils perforent les bourgeons pour en sortir (présence de trous). Après quelques semaines
d’activités, ils entrent en diapause estivale.
Situation : Des dégâts ont été observés le 24 février en Moyenne
Vallée du Rhône, avec présence de larves. Il s’agit des larves issues
des pontes de l’automne, survenues à partir de la reprise d’activité
des adultes après leur diapause estivale.
Prophylaxie : A cette période, il est facile de repérer les bourgeons occupés qui ne débourrent pas et
dans lesquels sont installées les larves. Profitez-en pour les retirer du verger afin de couper le cycle du ravageur : l’objectif est de limiter l’émergence de nouveaux adultes au printemps, et
baisser le niveau de populations.
PSYLLE DU POIRIER—CACOPSYLLA PYRI
Situation : La ponte des femelles hivernantes se poursuit en tous secteurs, avec présence
d’œufs blancs à jaunes. Le pourcentage moyen d’organes occupés par des œufs a légèrement
augmenté par rapport à la semaine dernière. Des jeunes larves ont été observées sur une parcelle
de Moyenne Vallée du Rhône et une parcelle de Savoie/Haute-Savoie (4 % et 10 % de bourgeons occupés). Des œufs éclos ont également été observés sur une autre parcelle de Savoie/Haute-Savoie.
8
BULLETIN DE SANTE DU VEGETAL
RHONE-ALPES
Nombre de parcelles de poirier par % de bourgeons occupés par des œufs de psylles du poirier
Niveau de présence
Secteurs
Total de parcelles
suivies
Nul
Faible :
<5 %
Moyenne :
entre 6 et 10 %
Forte :
>10 %
MVR
4
0
0
0
4
RL
3
1
0
0
2
SHS
9
1
2
0
6
Evolution du % moyen d'organes occupés par les différents stades de C.pyri
60
50
40
30
20
10
0
Adulte
Larve jeune
Œuf
(vide)
Analyse de risque : Afin d’évaluer le risque sur vos parcelles, observez les bourgeons pour suivre
l’évolution de la ponte des femelles hivernantes (Cf. photos dans BSV n°1 du 26/01/16), et
repérer l’apparition des toutes premières larves de G1.
Méthode alternative :
Maintenir la barrière physique pendant toute la période de ponte des femelles hivernantes, afin de perturber la pose des œufs.
NOYER
STADES PHENOLOGIQUES
La plupart des vergers sont en dormance. Sur variétés très précoces, quelques bourgeons commencent à
gonfler.
ANTHRACNOSE
Prophylaxie : Un broyage des feuilles permet de réduire l’inoculum du champignon qui se conserve
sous forme de périthèces. Il est encore possible de le réaliser dès que les conditions redeviendront favorables.
ACARIENS ROUGES
Prognose hivernale : Vérifiez la présence d’œufs rouges à la base des rameaux, afin de mieux appréhender le risque au printemps.
cas particuliers.
9
BULLETIN DE SANTE DU VEGETAL
RHONE-ALPES
COCHENILLES LECANINES
Situation : Le passage de l'hiver se fait sous forme de larves hivernantes (stade L2). Les larves migrent
vers les jeunes branches, les pousses dès février-mars. Cette année, probablement du fait du climat très
doux, cette migration a pu être observée dès décembre. Elle est en cours. Il faut observer la face inférieure des rameaux pour les repérer.
Analyse de risque : Il n’y a pas de risque de développement des foyers et de dégâts à ce stade. Profitez de la reprise d’activité des larves hivernantes pour repérer les foyers sur vos parcelles.
Larves hivernantes de cochenilles lécanines en migration photo Coopenoix 2014
10
BULLETIN DE SANTE DU VEGETAL
RHONE-ALPES
TOUTES ESPECES
PROTECTION DES INSECTES POLLINISATEURS
La Note nationale Abeilles et Pollinisateurs reprend les précautions à adopter pour protéger ces insectes indispensables à la pollinisation. Vous la trouverez à l’adresse suivante : http://itsap.actainformatique.fr/wp-content/uploads/2014/06/note_nationale_abeilles_et_pollinisateursvf06-04-2012.pdf
Les abeilles butinent, protégeons les ! Respectez la réglementation « abeilles » et lisez attentivement la note nationale BSV sur les abeilles
1. Dans les situations proches de la floraison des arbres fruitiers et des parcelles légumières, lors de la pleine floraison, ou lorsque d'autres plantes sont en fleurs dans les parcelles (semées sous couvert ou adventices), utiliser un insecticide ou acaricide portant la mention « abeille », autorisé « pendant la floraison mais toujours en dehors de la présence d’abeilles » et intervenir le soir par température <13°C
(et jamais le matin) lorsque les ouvrières sont dans la ruche ou lorsque les conditions climatiques ne
sont pas favorables à l'activité des abeilles, ceci afin de les préserver ainsi que les autres auxiliaires des
cultures potentiellement exposés.
2. Attention, la mention « abeille » sur un insecticide ou acaricide ne signifie pas que le produit est
inoffensif pour les abeilles. Cette mention « abeille » rappelle que, appliqué dans certaines conditions,
le produit a une toxicité moindre pour les abeilles mais reste potentiellement dangereux.
3. Il est formellement interdit de mélanger pyréthrinoïdes et triazoles ou imidazoles. Si elles sont utilisées, ces familles de matières actives doivent être appliquées à 24 heures d’intervalle en appliquant l’insecticide pyréthrinoïde en premier.
4. N’intervenir sur les cultures que si nécessaire et veiller à respecter scrupuleusement les conditions d’emploi associées à l’usage du produit, qui sont mentionnées sur la brochure technique (ou l’étiquette) livrée
avec l’emballage du produit.
5. Lors de la pollinisation (prestation de service), de nombreuses ruches sont en place dans les vergers et
les cultures légumières. Les traitements fongicides et insecticides qui sont appliqués sur ces parcelles,
mais aussi dans les parcelles voisines ont un effet toxique pour les abeilles. Veiller à informer le voisinage de la présence de ruches.
Pour en savoir plus : téléchargez la plaquette « Les abeilles butinent » et la note nationale BSV « Les abeilles, des alliées pour nos cultures : protégeons-les ! » sur les sites Internet partenaires du réseau d'épidémiosurveillance des cultures ou sur www.itsap.asso.fr
Bulletin édité sous la responsabilité de la Chambre Régionale d’Agriculture Auvergne - Rhône-Alpes.
Directeur de publication : Jean-Luc FLAUGERE, Président du Comité Régional d'Epidémiosurveillance
Animation : Anne-Lise CHAUSSABEL, Chambre d’agriculture de la Drôme
Analyse de risque et Rédaction : Manuela DAGBA — FREDON Rhône-Alpes
Comité de validation : Chambre d’agriculture de la Drôme, SRAL Rhône-Alpes
A partir des observations réalisées par : Chambres d’agriculture de la Drôme, de l’Ardèche, du Rhône, de la Loire, et
de l’Isère, Chambre d’agriculture Savoie-Mont-Blanc, Coopérative du Pilat, Naturapro, Lorifruit, Terres dioises, Ets
Payre, EPL Olivier de Serres, Ets Bernard, SCAN, Groupe Dauphinoise, Valsoleil, Inovappro, Agrodia, FDGDON26,
FDGDON38, FDGDON 07, FDGDON73, FREDON Rhône-Alpes, ADABIO, Verger Expérimental de Poisy, Cooptain, Coopénoix, SENURA, SEFRA.
Ce bulletin sera produit à partir d’observations ponctuelles. S’il donne une tendance de la situation sanitaire régionale, celle-ci ne
peut pas être transposée telle quelle à la parcelle. La CRA AU-RA dégage donc toute responsabilité quant aux décisions prises par
les agriculteurs pour la protection de leurs cultures et les invite à prendre ces décisions sur la base d’observations qu’ils auront
eux-mêmes réalisées sur leurs parcelles et/ou en s’appuyant sur les préconisations issues de bulletins techniques. Action pilotée
par le ministère chargé de l'agriculture, avec l'appui financier de l'Office national de l'eau et des milieux aquatiques, par les crédits
issus de la redevance pour pollutions diffuses attribués au financement du plan Ecophyto
11
Auteur
Document
Catégorie
Uncategorized
Affichages
0
Taille du fichier
2 475 KB
Étiquettes
1/--Pages
signaler