close

Se connecter

Se connecter avec OpenID

Chronique boursière

IntégréTéléchargement
Chronique boursière
LAURENT DESCHENAUX
Gestion de fortune
Bulle
026 919.24.29
UN DIGESTIF ET CA REPART
11.03.2016
MARCHES INTERNATIONAUX
Eleanor Roosevelt disait : la vie, c’est comme les
montagnes russes ; il y a des hauts et des bas,
mais c’est toi qui décide si tu cries ou si tu profites du voyage. Et le moins que l’on puisse dire,
c’est que ce magnifique proverbe ne pourrait
pas mieux représenter l’état actuel du marché.
Jeudi, après avoir avalé les nouvelles mesures
de la Banque centrale européenne (BCE),
l’ensemble des places boursières montait d’un
seul homme vers des sommets et semblait promis à un avenir radieux. Mais voilà, après le repas, vient la digestion. Et le désert proposé de
Monsieur Draghi ne se mariait pas forcément
avec son plat de résistance. En résumé, dans un
premier temps on était content avec les nouvelles mesures adoptées par la BCE, mais beaucoup moins quand son président annonça par
la suite que ce serait probablement la dernière
fois qu’il baisserait les taux. Alors qu’il y a
quelques temps, il avait assuré que la BCE
n’avait pas de limite. Et à ce moment-là, les
marchés se sont retournés aussi vite qu’ils
étaient montés, et plutôt deux fois qu’une. Mais
au lendemain de ces ballonnements, et une fois
le digestif consommé, les marchés récupèrent
leurs pertes de la veille.
www.bcf.ch/bourse
MARCHE SUISSE
La bourse suisse clôture son dernier jour de la
semaine en hausse de 1,33% à 7'998 points.
Hormis la volatile Transocean (+ 4,45%) qui carbure au prix du pétrole, la palme revient au
secteur bancaire pour qui ces nouvelles mesures de la BCE leur sont le plus profitables. Crédit Suisse s’envole de 5,44% à 15,50 francs, UBS
se hisse de 3,49% à 16,58 francs et Julius Baer
grimpe de 3,04% à 43,43 francs. Les poids lourds
Nestlé, Novartis et Roche gagnent modérément
et empêchent le SMI de s’épanouir davantage.
Swatch Group affiche la seule perte de notre
indice. Après avoir profité la veille des propos
ambitieux de la part de son patron, la banque
Bernstein et ses analystes les trouvent, eux, trop
optimistes. L’action chute de 3,12% à 351 francs.
Auteur
Document
Catégorie
Uncategorized
Affichages
0
Taille du fichier
153 KB
Étiquettes
1/--Pages
signaler