close

Se connecter

Se connecter avec OpenID

Au Nom de Dieu, le Tout Miséricordieux, le Très Miséricordieux

IntégréTéléchargement
Au Nom de Dieu, le Tout Miséricordieux, le Très Miséricordieux;
Tout d’abord je tiens à remercier L’Archidiocèse de Gatineau de m’avoir
invité aujourd'hui pour participer à cette conférence. Personnellement, Je
suis honoré, ravi et fier d'être ici parmi vous. Je salue tout spécialement
l’Archevêque de Gatineau Mgr Paul-André Durocher, qui nous honore de sa
présence. Un salut spécial va à mon cher ami l'abbé Michel Lacroix, aux
responsables des paroisses, de la pastorale et de l'exercice du culte
catholique à Gatineau. C’est avec joie que je vous salue tous dans le
Seigneur, et je vous remercie de votre accueil chaleureux.
On a une tradition musulmane qui dit celui qui ne remercie pas les gens ne
remercie pas Dieu. Alors je vous remercie du fond du cœur pour cette
invitation et je vous transmets ma gratitude et celle de la communauté
musulmane de Gatineau.
L'Islam est un mot arabe, il signifie littéralement «la voie de la paix» ou,
«être en harmonie, en paix, avec Dieu. Cela signifie abandonner son ego,
ses désirs fantasque et capricieux pour Dieu. Un musulman, par
conséquent,
est
littéralement
«celui
qui
avec
joie,
abandonne
passionnément sa volonté à la Volonté de Dieu. La paix est donc une partie
intégrante du sens de l'Islam.
Notre relation avec Dieu [Allah]
Pour l’islam, la relation entre Dieu, [Allah en arabe] et les êtres humains,
est comme propriétaire et le locataire. Dieu est un propriétaire très
généreux. Il a créé l'univers entier pour notre service, et tout ce qu'il
demande comme loyer, c'est que nous Le reconnaissons avec gratitude.
C'est tous. Nous avons seulement à dire, je vous remercie, sincèrement du
fond du cœur. C'est le loyer. Mais pour certains d'entre nous, dire merci à
Dieu semble être la chose la plus difficile à faire. L'islam enseigne que
l'univers n'est pas tout simplement apparu par quelque accident cosmique,
par certaines collisions aléatoires des atomes.
Tous les signes dans la nature pointent vers un concepteur intelligent. Dieu
est l'architecte suprême. Nous faisons tous partie d'une création
intentionnelle. Notre but est d’adorer Dieu seul, et de suivre son plan. Au
tout début, quand il a créé Adam, il a également créé les âmes de tous les
êtres humains qui ont déjà existés et qui existerons. Alors Dieu a demandé:
«Ne suis-Je pas votre Seigneur? 'et chaque âme a répondu à l'unanimité,
«Mais si, nous en témoignons...» - afin que vous ne disiez point, au Jour de
la Résurrection: «Vraiment, nous étions pas informés».
Dieu [Allah en arabe] est le Dieu des musulmans parce qu'ils reconnaissent
Son statut. Mais Dieu est aussi appelé Rabb-al-Aalameen ou le Seigneur des
mondes. Il est donc Seigneur de toute la création, y compris ceux qui ne
reconnaissent pas son existence. Il est connu par Ses 99 beaux noms dans le
Saint Coran. Ses noms les plus souvent répétés, Al-Rahman et Al-Raheem,
Le Clément, le Très Miséricordieux, sont invoqués chaque fois qu'un
musulman commence une action. «Je commence au nom de Dieu, le très
clément, le Très Miséricordieux." Ouvrir les yeux le matin, se laver, manger,
voyager, travailler, écouter les prières ou se mettre au lit, tout acte est béni
avec le rappel de Dieu.
Vie et mort
Au cours de notre vie, nous accumulons beaucoup de pollution morale.
Nous sommes distraits, spirituellement, du droit chemin de Dieu. Nos
mauvaises pensées, paroles et actions doivent être constamment corrigées
dans notre effort dans la quête d'excellence morale. Nous sommes les
fiduciaires de Dieu. Nous jouissons de tous les trésors de la vie, y compris
nos corps et nos âmes, en prêt. Notre âme, le «souffle de Dieu» [Rouh] en
Arabe] occupe notre corps physique aussi longtemps que nous sommes
vivants, 60, 70, 80 ou 90 ans. Quand nous mourons, nos corps retournent à
la terre, d’où il est venu, et notre âme doit être retournée à son
propriétaire légitime, dans son état d’origine irréprochable. La vie sur terre
est donc tout simplement une série constante de tests, une préparation à
l'au-delà éternel.
Croyances et pratiques islamiques
Les enseignements fondamentaux de l'islam peuvent se résumer dans un
Hadith du Tradition du Prophète Muhammad, illustré par cet incident de sa
vie: Un jour, le Prophète Muhammad était dans une réunion avec ses
disciples, quand un homme s'approcha d'eux. Il était impeccablement
entretenues et sans aucun signe de poussière ou de fatigue d'un voyage.
Son visage rayonnait d'un éclat intérieur. L'homme s'assit en face du
Prophète, lui prit les deux mains, le regarda droit dans les yeux, puis il
demanda, Qu'est-ce que l'Islam? Le Prophète [la paix et bénédictions sur
lui] répondit:
 L'Islam consiste de croire qu'il n'y a qu'un seul Dieu, sans partenaire,
et que Muhammad est le dernier messager de Dieu
 d’accomplir les cinq prières quotidiennes
 de jeûner pendant le mois du Ramadan
 de payer la cotisation due aux pauvres dans la charité
 et de faire le Hajj, le pèlerinage, au moins une fois dans sa vie.
Puis, l'homme demanda, Qu'est-ce que la foi?
Et le Prophète répondit:
 La foi est de croire en Dieu,
 de croire en Ses anges,
 de croire en tous Ses livres saints,
 de croire en ses Prophètes [y compris Abraham, Moïse et Jésus],
 de croire au Jour du Jugement, la Journée de la responsabilisation,
 de croire que le bien et le mal viennent avec la permission de Dieu, et
de croire dans l'au-delà éternel.
Enfin, l'homme demanda: Qu'est-ce que l'excellence?
Et encore une fois, le Prophète répondit:
 L’excellence est d'adorer Dieu comme si vous pouvez le voir en face
de vous, sachant que même si vous ne pouvez pas le voir, alors
sûrement, Lui vous voit.
Lorsque le Prophète Muhammad avait fini, cet homme impeccablement
habillé dit: «Vous avez dit la vérité. "Puis il se leva et partit. Le Prophète a
alors demandé à ses disciples s’ils savent qui était cet homme. Ils ont dit
non, et il a dit: «Ce fut l'Archange Gabriel, et il est venu pour vous
enseigner votre religion. "
Les musulmans ne croient pas au «péché originel». L'islam enseigne que les
gens ne sont pas par nature pécheurs, mais nous oublions. Toutes les
croyances islamiques sont donc structurées autour d'une essentiellement
bonne, mais oublieuse créature.
Les principes de base sont appelés
Les cinq piliers de l'Islam:
1. L'unité divine. Celle-ci affirme qu'il n'y a pas de dieu, mais un seul
Dieu, et le Prophète Muhammad est son dernier messager.
2. Prière, cinq fois par jour, pour nous rappeler, créatures oublieuses,
de notre place dans l'ensemble de l’ordre des choses. Ça nous
rappelle notre impuissance, et la dépendance totale envers Dieu.
3. Le jeûne, de cultiver l'autodiscipline et de la compassion pour les
autres moins chanceux.
4. Charité, au moins 2,5% de la richesse excédentaire, appartient à
l'indigent. La charité purifie également notre richesse, et nous
rappelle que nous sommes fiduciaires, et non les propriétaires de la
richesse.
5. Pèlerinage, le Hajj. Au moins une fois dans une vie, ceux qui ont les
moyens de le faire, doivent visiter la Mecque, pour voir le centre
spirituel de l'Islam, et expérimenter la fraternité de toute l'humanité.
Ici à la Macque Abraham a quitté Agar et Ismaël au long de ses voyages.
C'est là la place ou on se souvient du sacrifice d'Abraham. Ici à La Mecque
Dieu demanda à Abraham de construire un lieu de culte. La Kaaba, ou
Cube, est le premier lieu de culte jamais construit n'importe où sur la
planète terre. C'est la mosquée, l’église, le temple ou synagogue originale,
si vous le souhaitez. Aucun autre bâtiment sacré n’existait avant elle.
Abraham y éleva le premier lieu de culte à Dieu, ici à La Mecque. Ici sur la
plaine d'Arafat, sur le mont de la Miséricorde, Jabal Rahma, Dieu a
pardonné Adam et Ève après qu'ils aient été chassés de Son jardin. C'est là
que tout musulman au moins une fois dans la vie, viendra à demander
pardon à Dieu comme Adam. Les pèlerins devront porter l’Ihram, 2 draps
non-cousues de lin blanc, les 2 mêmes draps qui seront notre linceul. Le
Hajj est donc aussi un rappel de la mort. Le pèlerinage est le grand niveleur.
Il n'y a pas de distinction entre riches et pauvres, aristocrate ou paysan.
Dépouillé de tous nos prétentions sociales, nous voyons les uns et les
autres comme Dieu nous voit, définie uniquement par notre bonne
conduite, et notre amour et le respect pour lui. Dieu promet au pèlerin
véridique et sincère que tous les péchés seront pardonnés et nous pouvons
rentrer à la maison, aussi innocent qu’un nouveau-né.
L'Islam n'est pas une nouvelle religion
Les musulmans, qui ont une profonde compréhension de leur foi, ne voient
aucune différence entre les enseignements originaux de tous les prophètes
de Dieu, y compris Abraham, Moïse et Jésus. Nous ne pouvons accepter un
prophète sans l'autre. Tous sont venus enseigner le message de l'unité
divine. Nous lisons dans la Bible : «Écoute, Israël, l’Éternel notre Dieu est
Un... n’adorez que moi ... " Le Prophète Muhammad n'a pas apporté une
nouvelle religion. Il est venu réaffirmer le message originel de Dieu qui fut
soit perdu ou altéré par erreur humaine. Nos cousins chrétiens et juifs dans
la tradition abrahamique sont familiers avec l'Ancien et le Nouveau
Testament. Les musulmans considèrent le Coran comme le dernier
testament de Dieu. Si on lit le Coran, on se rend vite compte que ce n'est
pas un message nouveau ou différent. Il confirme tout simplement le
message du monothéisme enseigné par les prophètes antérieurs, comme
Noé, Salomon, David, Abraham, Moïse et Jésus, (que la paix de Dieu et la
bénédiction soient sur chacun d'eux). Nous suivons un prophète dont la
mission était non seulement exclusivement aux musulmans, mais à tous les
êtres humains, inclusivement, pour tous les temps. Notre prophète est
venu comme miséricorde pour tous les peuples, toutes les créatures,
plantes, animaux et le monde invisible des djinns. Le Coran décrit la mission
de Mohamed comme "une miséricorde pour les mondes." Il a prêché
contre le culte des idoles. Il a condamné l’enterrement vie des bébés filles.
Il a arrêté les vendettas entre les tribus arabes. Il a montré que le bon
caractère est plus noble que les préjugés raciaux et tribaux. Il a mis fin à
l'usure et toutes les formes d'injustice économique.
Il a promu le monothéisme, les droits des femmes, la fraternité parmi les
croyants, et la protection de toutes les minorités, la liberté de conscience,
de la sainteté des églises et les synagogues, le respect pour les personnes
d'autres confessions. Sa mission n'était pas facile. Beaucoup de gens riches
et privilégiés se sentait menacé par ses enseignements. Tout comme tous
les autres Prophète de Dieu, il a subi la violence et le rejet de son propre
peuple.
Quelle fut la réponse du Prophète Muhammad à la violence et
l'humiliation?
Lorsque le Prophète Muhammad est allé prêcher à Taïf, une ville près de La
Mecque, les gens se moquaient de lui, le lapidèrent et le chassèrent.
Comme tous les prophètes de Dieu avant lui, il a été testé à ses limites
physiques et émotionnelles. Il n'était pas un homme violent, pourtant, la
violence a été infligée sur lui, il a été meurtri, le sang coulait et il a perdu
une dent. Comme il a laissé de Taïf, l'Ange de la montagne apparut devant
lui, et lui proposa de punir les personnes pour leurs péchés. Il offrit de
détruire tout Taïf. Mais Muhammad fut alarmé par cette suggestion. "Non,
non!" A-t-il dit. "Je ne suis pas le prophète de la vengeance. Je suis le
Prophète de la Miséricorde! Laissez-les tranquilles! Peut-être un jour, leurs
enfants accepteront mon message. " Et il avait raison. Dans sa vie, tous les
citoyens de Taïf accepterons l'Islam, sans force, sans violence.
Que dit l'islam à la violence et la "guerre sainte?
L'Islam condamne catégoriquement d’ôter une vie illégalement. Ôter une
vie illégalement équivaut à ôter la vie de l'humanité tout entière. Une vie
ne peut être légalement prise que dans une cour de justice, par exemple,
dans les cas où la peine de mort suit un acte prémédité de meurtre. Ôter la
vie illégalement est un péché majeur. Les musulmans ne sont pas autorisés
à forcer les autres à accepter l'Islam. «Pas de contrainte en religion », dit le
Saint Coran. Le Prophète Muhammad n’a jamais tolérer la violence sauf en
cas de légitime défense. Et même en cas de légitime défense, quand on doit
prendre les armes pour nous défendre, Il nous a ordonné de suivre des
règles très strictes d'engagement. Ces règles sont devenues le code
islamique de la guerre depuis plus de 14 siècles:
1. Ne pas attaquer avant d’être attaqué. Ne pas tuer à moins d’être en
danger de mort imminent.
2. Dans la bataille, ne tue personne sans discrimination [«dommages
collatéraux» moderne est interdite]
3. Répondre proportionnellement. Ne soyez pas excessif. Dieu hait ceux
qui dépassent les limites qu’Il a mis.
4. Ne pas attaquer les gens innocents [les non-combattants] qui ne vous
feraient aucun mal.
5. Ne pas couper les arbres
6. Ne pas détruire l'élevage ou les cultures.
7. Ne pas empoisonner les réserves d'eau [la guerre chimique].
8. Ne pas violer les femmes, les enfants, les civils non armés, les
moines, les prêtres ou rabbins.
9. Ne pas transgresser les lieux de culte comme les églises, les
monastères ou les synagogues.
Les premiers demandeurs d'asile
Le Prophète Muhammad avait confiance aux dirigeants chrétiens sincères
et justes. À un moment donné, lui et son disciple ont été si sévèrement
persécutés par les adorateurs d'idoles à la Mecque qu'il craignait la
destruction totale de l’Islam. Il a donc envoyé un petit groupe de
musulmans en tant que réfugiés an Abyssinie, où il savait que le Négus était
un roi juste et un dirigeant copte dévot. Le roi accueilli ces premiers
demandeurs d'asile musulmans, et ils vécurent en toute sécurité sous sa
protection.
Protection de toutes les minorités
Au cours de ses années de prédication le Prophète Muhammad s’est
également lié d'amitié avec les moines du monastère Sainte-Catherine, aux
pieds du mont Sinaï, où Moïse a ramené les Dix Commandements. Ce site
historique a une "Charte de Privilèges » dicté par le Prophète Muhammad,
et portant son sceau. Les moines y ont fièrement conservé cette Charte
pour plus de 1400 ans. Elle garantit la sécurité des chrétiens sous
domination islamique, et a été fidèlement respectée dans les pays
musulmans pendant des siècles. Imaginez, même pendant l'histoire
sanglante des croisades, les moines de Sainte-Catherine monastère vivait
paisiblement sous la protection de l'Islam. Je dois dire, ce n'était rien
d’inhabituelle.
Pour 13 des 14 derniers siècles de pouvoir politique islamique, il y avait un
plein essor des communautés chrétiennes et juives à travers le monde
musulman. Églises, mosquées et synagogues se tenaient côte à côte dans le
respect mutuel et l'harmonie, de L’Espagne à l'Indonésie et de la Bosnie au
Soudan. Dans l'islam, une société multiconfessionnelle était non seulement
«tolérée» mais aussi positivement encouragé. Le grand rabbin et
philosophe juif Moïse Maimonide, codifia la loi juive au Moyen Age. Il était
aussi le médecin personnel du calife [Saladin]. Dans la Turquie ottomane,
les jeunes chrétiens rejoignirent l'élite des corps janissaires, la garde
prétorienne du sultan, et accédèrent à des postes élevés dans l’empire. Les
dirigeants mamelouks d'Égypte furent nommés à partir de ce groupe. Vous
voyez donc, le multiculturalisme et la société multiconfessionnelle n'ont
pas été réellement inventés hier. En effet, il s’agit d’une idée qui a prospéré
pendant plus de 1000 ans dans le monde islamique.
L'islam et le terrorisme
Si l'on en croit la presse populaire ces jours-ci, l'islam est violent, une foi
militante pliée sur la conquête du monde. Les médias avides de sensation
tapent profondément dans notre inconscient collectif, profondément dans
notre psyché Christo-occidental, en s'appuyant sur les craintes subliminales
de la « barbarie turque », l’oriental infidèle, l'anti-Christ. Ils appellent
subtilement et pas-si-subtilement à notre pire peurs, des fanatiques
obligent les conversions à la pointe de l'épée. L'épée de nos jours pourrait
être un Kalachnikov AK-47, une grenade propulsée par fusée, ou des
bombes attachées à une ceinture d'explosifs. Mais quelle est la réalité
derrière ces images puissantes mythiques? Certes, quelques jeunes
musulmans ont été entraînés dans des groupes extrémistes qui prêchent la
haine et font la promotion de la violence. Ils se nourrissent sur un
sentiment d'injustice en indexant les effets de la politiques étrangères
britannique américaine en Irak, en Afghanistan, en Palestine et au Liban. Ils
accusent les gouvernements occidentaux de doubles standards en matière
de politique étrangère, de mener une guerre pour le pétrole, une guerre
contre l'Islam. C'est de cette façon donc, qu’ils tentent de justifier leurs
actes de terreur, comme un moyen approprié de répondre aux politiques
étrangères injustes.
Fins et moyens: Quel est le point de vue islamique?
Durant plus de 1400 ans d'histoire islamique, il n'exista aucun précédent, et
par conséquent aucune justification, pour Les musulmans d’ôter des vies
innocentes en cherchant à redresser et réparer les injustices perçues à leur
encontre. Dans le vieux débat sur la signification des fins et moyens, les
partisans de la laïcité et les marxistes, par exemple, ont fait valoir que «la
fin justifie les moyens », en d'autres termes, vous pourriez très bien faire
comme bien vous semble, par n’importe quel moyen qui vous plaise, dans
le but de réparer une injustice. Mais l'islam n'est pas d'accord. Islam
enseigne que vous ne pouvez pas parvenir à des fins morales en utilisant
des moyens immoraux. Vous ne pouvez pas construire une société juste en
suivant les politiques et les pratiques injustes. Vous ne faites tout
simplement que perpétuer un cycle de l'injustice mutuelle. C'est
précisément ce à quoi le Prophète Muhammad est venu mettre fin. Il mit
fin aux violences intertribales qui se recyclèrent d'une génération à l'autre,
où des gens nombreux ne rappelaient plus pourquoi tout a commencé.
Qui sont les «terroristes »?
Dans l'Islam, les fins morales ne doit être poursuivies que par des moyens
tout aussi moraux. Moyens et fins sont intégrées et indissociables. La peine
doit être proportionnée à l'infraction, et l'injustice ne peut pas être arrêtée
par plus d'injustice. L'islam enseigne que ses disciples doivent respecter les
limites [Houdood] fixé par Dieu, même dans les situations les plus
provocantes. Il est Interdit aux musulmans de réciproquer la terreur et le
violence. L'extrémisme de toute sorte est totalement en dehors de l'esprit
de l'Islam. Dans le Saint Coran, les propres mots de Dieu décrivent le
Prophète Muhammad comme une « miséricorde à toutes les nations. » Ses
disciples, les vrais musulmans croyants, sont décrits comme ummatan
wasatan, c’est à dire, «un peuple juste et équilibré ». Le Saint Coran
confirme en outre que les « meilleures des personnes sont celles qui
ordonnent ce qui est convenable et interdisent ce qui est blâmable, et qui
croient en Dieu. » Tout au long des Saintes écritures et dans l'exemple
vivant de la vie du Prophète Muhammad, il y a une cohérence sur le thème
de la justice et le rôle de la violence. L'islam ne tolère pas les «Dommages
collatéraux», la justification que des vies innocentes peuvent être prises
dans la poursuite des vrais criminels. En effet, les extrémistes violant ou
terroristes ne peuvent pas être musulmans. Les terroristes sont des
criminels, quoiqu'ils choisissent de s'appeler eux-mêmes, qu'ils portent des
ceintures d'explosifs ou qu’ils portent des costumes de hautes technologies
et commandent des grandes armées, marines ou forces aériennes.
L’expression « Terroriste Islamique » est une contradiction dans les termes,
comme «belliciste pacifique » ou « Satan angélique ». " C'est un brute
distorsion de la langue qui n'a pas de sens. Elle suggère une tentative
délibérée de discréditer l'Islam comme une foi, et les musulmans en tant
que citoyens dignes de confiance et respectueux de la loi. Hitler était un
chrétien, mais on n'entend pas des références constantes à sa religion. Les
véritables enseignements de Jésus ne sont en rien responsables des excès
de certains chrétiens, tout comme les vrais enseignements de Moïse ne
peut pas être blâmé pour les atrocités de l’armée israéliennes. Et les
musulmans dans ce sens ne font pas exception. Le plus tôt nos média et
politiciens arrêtent d'utiliser des termes injurieux et trompeurs, le meilleur
pour nous tous.
Qu'est-ce que les musulmans veulent vraiment?
Nous ne voulons pas, ni ne méritons, tout traitement de faveur ou de
privilèges. La grande majorité des musulmans veulent tout simplement se
concentrer sur leur vie, pour assurer sécurité et bonne éducation pour leurs
enfants. Nous ne voulons pas plus ni moins que n'importe quel autre
citoyen québécois, *canadien*, d'être traités avec gentillesse et respect.
Nous voulons sentir que nous sommes une partie intégrante de la société
canadienne, pas simplement des visiteurs importuns qui doivent être
«tolérés». Nous voulons que nos jeunes en particulier, aient une chance
équitable de trouver un emploi. Quand les musulmans vivent dans un
climat d'équité et d'appartenance, ils peuvent faire une contribution utile à
l'ensemble de la société dans laquelle nous vivons.
En tant que communauté qui évite l'abus de jeu de hasard, d’alcool et de
drogues, qui valorise la vie familiale et adore Dieu en servant les autres
moins chanceux, les musulmans peuvent et doivent apporter une valeur
ajoutée à la société au sens large.
Au cours de la campagne des droits civiques des années 1960, le révérend
Martin Luther King a mis en garde ses compatriotes Américains qu'ils
doivent choisir de vivre ensemble comme des frères ou périr ensemble
comme des idiots. Il réalisa à quel point nous sommes interconnectés et
interdépendants, et que nos actions aujourd'hui auront des conséquences
pour nos enfants demain et nos petits-enfants le jour après demain.
N'avons-nous pas le devoir de leur laisser la Terre mieux que lorsque nous
l'avons trouvé?
Mes chers amis! Notre monde troublé a besoin du genre de leadership
inspirant qui saura rassembler les gens, célébrer nos différences comme un
signe de l'art divin et de son infinie créativité. Nous devrions cultiver le sens
de la maturité émotionnelle et culturelle de telle sorte que nous ne sentons
pas menacés par d'autres qui sont différents.
Tout le monde mérite le respect. Nous ne sommes pas que Chrétiens,
Musulmans,
Sikhs,
Juifs
ou
Hindous,
séparés
par
des
golfes
d’incompréhension mutuelle. Nous sommes tous enfants d'Adam. Nous
sommes la plupart du temps bon, mais aussi des créatures fragiles et
oublieuses d'un Dieu aimant et Compatissant. Nous le devons à nous-
mêmes, et à Celui qui nous a créés, pour se traiter les uns et les autres avec
justice et bonté.
Montrer a autrui bonté et miséricorde est une manière d'être courtois
envers Dieu.
Pour conclure, je voudrais vous parler de l'inscription qui a accueilli les
visiteurs à l'Université de Grenade. Il se lit comme suit:
LE MONDE EST TENUE par quatre piliers:
 LA SAGESSE Des savants
 LA JUSTICE Des Grands
 LES prières des vertueux
 LA VAILLANCE Des Braves
Ces paroles inspirantes résument ce que je crois être l'essence d'une
véritable société juste et noble. Ce fut l'ethos qui sous-tendait huit siècles
de paix, de prospérité et de progrès pour une population diversifiée dans
l'Espagne musulmane, du 8ème au 16ème siècle. Il s'agit d'une vision qui
offre de précieuses leçons pour notre monde troublé d'aujourd'hui.
Mes amis, je prie pour que nos communautés religieuses travaillent
ensemble pour faire du Québec et du Canada une place sécuritaire et
prospère, non seulement pour ses propres citoyens, mais pour toutes les
personnes sur notre planète fragile et surpeuplée.
Merci de m'avoir écouté si patiemment. Puisse Dieu vous bénisse tous.
Imam Ahmed Limame, Centre Islamique de l’Outaouais | imam@cio-oic.ca
Auteur
Document
Catégorie
Uncategorized
Affichages
0
Taille du fichier
340 KB
Étiquettes
1/--Pages
signaler