close

Se connecter

Se connecter avec OpenID

Cette semaine: La Shoah à Chouchan

IntégréTéléchargement
La Shoah à Chouchan ?
par Albert Bensoussan
Esther, Élie Sarfati
Pourim est une fête importante, voire
conséquence de quoi, il la répudie et fait quérir
capitale, pour le judaïsme. Elle est mémoire de
une autre épouse ; et c’est Esther ‫ ֶאסְתֵּ ר‬, la nièce
génocide et commémoration de notre salut par
d’un de ces déportés de Jérusalem après la
l’intervention divine. Mais rappelons ce qu’est
destruction du 1er Temple, Mordekhaï ‫מ ְָרדֳּ כַי‬,
cette fête marquée par un jeûne de treize
un homme de Judée ‫ י ְהוּדִ יאִישׁ‬de la ville de
heures (seulement) et la lecture de la méguila.
Chouchan (Suse), qui est choisie comme
Le récit rapporte un épisode de l’histoire
nouvelle épouse du monarque. Entre-temps,
légendaire du peuple hébreu dans son exil
Mordekhaï a surpris un complot contre le roi
babylonien. Le roi A’hashverosh ‫שׁוֵרוֹשׁ‬
ְ ‫( ֲא ַח‬qui
et en prévient la reine Esther, qui déjoue le
est Xerxès), dont l’empire immense va de
projet criminel et la chose est consignée, dit-
l’Inde (Hodou ‫ )ה ֹדּוּ‬à l’Éthiopie (Koush ‫)כּוּשׁ‬,
on, dans les annales du Palais. Le vizir Haman
donne un banquet pour célébrer le 3ème
‫ ָהמָן‬, tout gonflé de suffisance, est ulcéré de voir
anniversaire de son règne et manifester sa
que Mordekhaï est le seul à ne pas se
grandeur,
exhibant
prosterner devant lui, et il décide d’en finir
publiquement la beauté de son épouse, mais la
avec tous ces Juifs qui refusent l’idolâtrie. Il
reine Vashti ‫ ַושְׁתִּ י‬refuse de paraître ; en
consulte le « Pour », le sort ‫ – פּוּר‬d’où le nom
notamment
en
1
de Pourim – qui détermine la date du massacre
Esther, au cours du banquet qui suit, révèle
: le 13 Adar. Mordekhaï, voyant dans l’édit
au Roi le projet assassin de Haman ; le Roi
d’extermination le signe d’une faute collective,
prend alors fait et cause pour la reine et son
se revêt d’un sac, fait pénitence, et le peuple
peuple et c’est Haman qui sera pendu – lui et
avec lui va jeûner trois jours avant qu’Esther
toute sa descendance – à la potence qu’il
ne se présente devant le Roi pour demander
avait fait dresser pour son pire ennemi : le
l’abolition de l’édit.
sort s’est donc retourné contre lui – jouant
Esther, on ne la voit ni ne la représente :
en somme, le Pour et le contre. Mordekhaï
c’est un visage voilé, évanescent, mystérieux
est nommé vizir et le peuple juif sur toute
; il est vrai que Esther vient de la racine
l’étendue du royaume est sauvé.
hébraïque seter ‫ סֵתֶ ר‬qui signifie mystère, le
André Chouraqui, qui a magistralement
verbe sater ‫ סֵתֶ ר‬cacher soigneusement, et
traduit la Méguila, souligne « le caractère naïf
hissater ‫ ִהסָּתֵ ר‬, se cacher ; ce ne peut être plus
d’un récit fait avant tout pour émouvoir ».
clair. Invisible présence de notre Dieu caché.
Ayant
Une autre hypothèse consiste à voir dans
événements et la réalité historique des
Esther la racine d’Aster, l’astre, l’étoile, et ce
personnages, il estime qu’il s’agit là «
serait donc le premier d’une longue série de
probablement d’une composition libre, d’un
prénoms féminins qui chez nous, en Algérie,
récit d’imagination, écrit pour expliquer la
étaient aussi bien Étoile, Kokhava ‫ וֹ ָכבַהכּ‬que
célébration de la fête des Pourim, qui a dû
Nedjma, en arabe. Mais Esther s’appelle en
être à l’origine une sorte de carnaval comme
réalité Hadassa ‫ הֲדַ סָּה‬, qui signifie myrte, la
beaucoup de peuples en célèbrent à la fin de
plante la plus odorante, celle que l’on
l’hiver ». De fait, quand nous lisons la
retrouve dans l’assemblage du loulav de
Méguila, nous ne nous rappelons pas ces
Souccot.
personnages emblématiques et indéfiniment
mis
en
doute
l’historicité
des
Le roi A’hashverosh, qui a du mal à
refoulés dans les sables d’un lointain passé,
dormir, se fait lire les annales du Palais, puis
la Perse, Suse (Shush, aujourd’hui, à l’origine
il consulte Haman : que faire d’un homme
de mon nom, moi qui suis fils de Suse ou
qui vous a sauvé la vie ? Haman qui croit,
Chouchan : Ben Chouchan, une ville
dans sa suffisance, que le Roi parle de lui, se
iranienne où l’on peut visiter la tombe
retrouve, par suite de ce quiproquo, escorter
d’Esther et de Mardochée, près de celle du
Mordekhaï en habits royaux devant la foule.
prophète Daniel), Vashti, hypothétique reine
Alors, humilié et ruminant sa vengeance, il
répudiée,
projette de faire pendre Mordekhaï, et fait
miraculeusement choisie par Dieu à travers
dresser une potence devant le Palais. Mais
l’adjuvant
2
Esther,
Mardochée,
vierge
le
d’Israël
bon
roi
A’hashverosh et le vilain vizir Haman.
justement que c’est une allégorie plus qu’une
Esther reste évanescente, elle n’existe pas
prière dogmatique, d’où d’ailleurs le nom de
physiquement, elle est un visage sans traits,
la divinité est absent.
une beauté sans support parce que sans
chacun voit Pourim à sa porte : ainsi,
égale, elle est un cadre qui se remplit de
naguère, le « Pourim d’Alger », à l’automne,
toutes celles – ces femmes de justice, Judith
célébrait la défaite de Charles-Quint devant
ou Déborah – qui sont destinées à sauver
le port d’Alger au XVIe siècle, et mon père
Israël − tiens, tant qu’à rêver, et si c’était
en son immense piété a jeûné le 3 Hechvan
finalement une femme qui, réalisant enfin
jusqu’au jour où nous fûmes chassés
l’œuvre tronquée de Golda Meir, introduisait
d’Algérie ; exilé aux brumes humides de
vraiment la paix en Eretz-Israël ?
Noisy-Le-Sec, à quoi cela rimait désormais
Alors justement,
Le fait est que Pourim est bien notre
de jeûner pour sa belle ville perdue ? Selon la
Carnaval, une fête de débridement et de
circonstance historique les personnages
défoulement ; l’on crie et l’on danse, on
s’incarnent dans la modernité : l’Allemagne
secoue les crécelles, on porte des masques,
hitlérienne et maintenant l’Iran des mollahs
on rejoue l’histoire et on la met en scène. Il
nous proposent un portrait revisité de
arrive qu’on représente la marionnette de
Haman (descendant d’Amalek ‫) ֲע ָמלֵק‬, de
Haman avec la moustache en brosse
celui qui veut nous anéantir, l’artisan de la
d’Hitler. Les petites filles se déguisent en
Shoah, mais qui, avec l’aide de Dieu et de
« Esther Hamalka » : les rues israéliennes en
nos prières, sera lui-même pulvérisé, car s’il
sont pleines le 14 Adar. La lecture de la
est une moralité dans la fête des sorts, c’est
Méguila, qu’on doit écouter religieusement à
qu’en fin de compte le sort se retourne
deux reprises, la veille au soir et au matin de
forcément contre le méchant. Pourim a donc
la fête, est joyeusement ponctuée de bruits
pour nous valeur de conjuration. C’est une
de crécelle aux 54 mentions du nom de
fête qui, à la fin de l’hiver, nous fait sortir
Haman. Il est d’usage, enfin, de faire des
des ténèbres et nous libère de l’angoisse.
cadeaux
manot
C’est pourquoi la fête de Pourim coïncide
prescrit la Méguila : envoi – michloa’h ‫– ַחוֹלשׁ ִמ‬
avec le printemps et le renouveau. Pourim
de manah ‫ – ָמנָה‬présent ou don). Il faut
est une fête du souvenir, où nous pensons à
festoyer, boire jusqu’à plus soif, et déguster
tout notre peuple opprimé, réprimé, déporté,
une pâtisserie de circonstance qu’on appelle
massacré à travers l’histoire, mais jamais
« oreille d’Haman » (Ozène Haman ‫)זֶן ָהמָןוֹא‬.
anéanti. Pourim est la célébration de l’espoir.
pour
Pourim
(michloa’h
Albert Bensoussan
Un dernier mot. Ce qui fonde notre
vision mythique ou mystique de Pourim c’est
3
Auteur
Документ
Catégorie
Без категории
Affichages
13
Taille du fichier
818 Кб
Étiquettes
1/--Pages
signaler