close

Se connecter

Se connecter avec OpenID

colloque annuel 2016 département de psychologie, uqam

IntégréTéléchargement
COLLOQUE ANNUEL 2016
DÉPARTEMENT DE PSYCHOLOGIE, UQÀM
INTERVENIR
AUPRÈS DES CLIENTÈLES DIFFICILES
Susciter la motivation face aux résistances, au désintérêt,
à la méfiance ou à l’absence de consentement
18 mars 2016
Université du Québec à Montréal
18mars2016
UniversitéduQuébecàMontréal
PavillonSherbrooke
200Sherbrookeouest
Pavillon Sherbrooke
200 Sherbrooke Ouest
1
Comité d’organisation
Membres du comité
Valérie Bourgeois-Guérin, Ph.D.
Liesette Brunson, Ph.D.
Jessica Cole, B.Sc.
J. Éric Dubé, Ph.D.
Isabelle Soulières, Ph.D.
Maryse Soulières, M.A.
INTERVENIR
2
Horaire
8h30 -9h
Accueil
9h – 9h15
Mot de bienvenue de la direction du département
9h15 – 10h45
Conférence d’ouverture
Amphithéâtre SH-2800
L'Évaluation Thérapeutique au secours de l'obligation de soins
LIONEL CHUDZIK,psychologue
Fondateur du Centre de Soins et d’Études des Troubles Externalisés
Alençon, France
10h45 – 11h
Pause – café
11h15-12h30
Amphithéâtre SH-2800
Séances de communications
Amphithéâtre SH-2800
Salle SH-3260
Salle SH-3420
Modération:FlorenceVinit
Modération:ValérieBouchard
Modération:M.-JoséeGirard
*Hors des sentiers battus :
la thérapie d'aventure et son
impact motivationnel chez
des jeunes adultes
psychotiques
Girard, C. et al.
*Quand intervenir engendre
de la résistance : le cas «Les
persévérants»
Collin-Vallée, T.
*Les stratégies d'utilisation des
connaissances et la motivation
individuelle : de la résistance à
l'autodétermination
Gervais, M.-J. et al.
*Soutenir l'engagement de
pairs-chercheurs en HLM
dans l'amélioration de leur
qualité de vie : défis de la
recherche-action participative
ancrée dans la communauté
Conditions d’une
intervention auprès des
jeunes en situation
d’itinérance : Présentation
de résultats préliminaires
sur l’évaluation des
pratiques dans trois
Auberges du Cœur
Lauzier-Jobin, F.
Effet de l'intensité sur la
reconnaissance des
émotions chez les athlètes
commotionnés
Léveillé, E. et al.
Coulombe, S. et al.
*Les adultes émergents :
clientèle à risque qui
consulte peu
Paré, M.-L. et Marcotte,
D.
12h30-14h
Enjeux éthiques et défis de la
prévention du suicide sur
Internet
Mörch, C.-M. et al.
Dîner et séance de présentations par affiche
Une revue systématique et
méta-analyse des fonctions
exécutives dans le Trouble
du spectre de l'autisme
D. Thérien, V. et al.
Salle polyvalente SH-4800
3
Horaire (suite)
14h – 15h15
Séances de communications
Amphithéâtre SH-2800
Salle SH-3260
Salle SH-3420
Modération:JoséePiette
Modération:JessicaCole
Modération:AlexisLafleur
*Le Slam auprès des jeunes
membres de gang de rue au
Centre jeunesse de
Montréal
*«Aller vers» les parents en
situation de grande
vulnérabilité : l'enjeu des
systèmes de prévention
précoce
Pleinement conscient, sans le
savoir : l'activation implicite
de la pleine conscience et ses
effets sur le stress social
Guindon, C. et al.
*Utilisation de médiations
auprès de populations
psychiatriques et
délinquantes
Lacroix, O.
Saïas, Th.
*L'investissement paradoxal :
défis dans l'alliance et
l'intervention thérapeutique
auprès des parents à risque de
maltraitance
Lafortune, D. et Gilbert, S.
*Travail de transfert et
d'interprétation liés aux
problématiques
narcissiques identitaires
Brunet, L.
Représentation des barrières
et facilitants influençant
l'accès aux médecines
traditionnelles autochtones
dans le système de soins de
santé dominant
Dandeneau, S.
Illusion de compétence et
d'incompétence : coûts et
bénéfices dans le
fonctionnement scolaire
Bouffard, Th.
*Simulation des troubles
cognitifs : faut-il confronter?
Rouleau, I.
Ouellet, C. et al.
15h15 – 15h30
Pause – café
15h30 – 17h15
Conférence de fermeture
Amphithéâtre SH-2800
Le défi des maladies chroniques : la médecine comportementale et le besoin des psychologues
de la santé
KIM LAVOIE, psychologue et professeure au département de psychologie, UQÀM
Récipiendaire du Prix d’excellence en recherche 2015 de la Faculté des sciences
humaines, UQÀM
4
Conférence d’ouverture
9h15 – 10h45, Amphithéâtre SH-2800
L'Évaluation Thérapeutique au secours de l'obligation de
soins
LIONEL CHUDZIK, psychologue
Fondateur du Centre de Soins et d’Études des Troubles Externalisés
Alençon, France
Cette communication s’inscrit dans un ensemble de réflexions débutées à la création du Centre de
Soins et d’Étude des Troubles Externalisés du CPO d’Alençon (Chudzik, 2008, 2009, 2012 ;
Chudzik & Finn, 2011 ; Chudzik & Réveillère, 2013 ; Chudzik & Aschieri, 2013). Ce centre a été
créé pour la prise en charge psychothérapeutique en ambulatoire de personnes sous obligation ou
injonction de soins. Le service s'est trouvé confronté aux difficultés habituellement décrites dans
ce type de prise en charge : absence de demande, résistance au changement, méfiance importante,
tentative de manipulation, présence pour justifier le suivi. La théorie systémique nous a permis de
comprendre ces manifestations en envisageant l'obligation de soins comme étant issue d'un
système constitué de la justice, la victime et l'agresseur (Chudzik & Aschieri, 2013).
L'identification du thérapeute à l'un de ces trois pôles rend les soins impossibles et crée la
résistance et les manifestations habituellement décrites.
L'Évaluation Thérapeutique (ET : Finn, 2007) permet d’éviter les pièges de cette relation et rend
un réel travail psychothérapeutique possible (Chudzik, 2015). L'ET est une intervention
thérapeutique brève dont le bilan psychologique est la pièce maîtresse. Basée sur une approche
collaborative, l'ET permet à la personne de trouver des réponses à ses propres questions.
Nous présenterons dans un premier temps les pièges de l'obligation de soins pour la relation
thérapeutique, puis nous présenterons un exemple d'application de l'ET dans ce cadre.
5
Séances de communications parallèles – bloc A
11h15-12h30, Amphithéâtre SH-2800
Modération : Florence Vinit
*Hors des sentiers battus : la thérapie d'aventure et son impact
motivationnel chez des jeunes adultes psychotiques
Girard, C., Dubé J. É. & Ouellet-Plamondon, C.
Le processus de rétablissement suite à un épisode psychotique est généralement reconnu comme étant
complexe en raison de diverses difficultés associées à la maladie. Du fait des symptômes qu’entraîne la
psychose, il peut être difficile pour les personnes qui en souffrent de se mobiliser, de poursuivre des
activités entamées ou encore de s’investir dans de nouvelles activités adaptées à leurs capacités. Un
écart est parfois observable entre les capacités de l’individu et son fonctionnement, écart pouvant
freiner le processus de rétablissement et entraîner une chronicité de la mésadaptation. Cet écart
apparaît être modéré par des facteurs tel que le sentiment d’efficacité personnelle (Cardenas et al.,
2012). À cet égard, la thérapie d’aventure (TA), modalité d’intervention novatrice utilisant les activités
d’aventure pour promouvoir un changement thérapeutique (Gass, Gillis, & Russell, 2012), s’avère
présenter un potentiel intéressant pour cette clientèle de par son effet catalysant au plan motivationnel
(Kelley, Coursey & Selby, 1997). Nous présenterons les résultats préliminaires de notre étude visant à
évaluer l’impact de la TA auprès de jeunes adultes psychotiques au plan du sentiment d’efficacité
personnelle et du rétablissement par le biais de questionnaires autorapportés et d’entrevues
qualitatives effectuées avant, à la suite et six mois après l’aventure. Nous discuterons également de
l’effet potentiel de la TA sur la motivation à partir de nos résultats préliminaires.
*Quand intervenir engendre de la résistance : le cas «Les
persévérants»
Collin-Vallée, T.
Seulement 72 % des jeunes complètent leur formation secondaire avant l’âge de 20 ans. Des autres 28
%, la majorité est en décrochage scolaire temporaire ou définitif (Media Ranch, 2014). Ce constat
alarmant constitue le générique de « Les persévérants », la première émission de téléréalité québécoise
à présenter un programme d’intervention en santé physique et psychologique auprès d’adolescents à
risques de décrochage scolaire. La téléréalité, une forme télévisuelle récente, permet, par son impératif
de transparence, d’analyser les réactions des sujets d’un programme d’intervention implanté par divers
experts de la santé (psychologue, médecin, nutritionniste, orthopédagogue et coach sportif). La série
« Les persévérants » a fait l’objet d’une analyse par grilles théoriques élaborées à partir d’une typologie
de la résistance (Hollander et Einwohner, 2004) et de la domination (Martuccelli, 2004) afin de
déterminer quelles sont les techniques d’intervention des experts susceptibles d’engager les élèves dans
un processus de transformation personnelle et quelles sont celles qui engendrent des actes de
résistance chez les élèves.
6
* Les adultes émergents : clientèle à risque qui consulte peu
Paré, M.-L. et Marcotte, D.
Arnett (2000) définit l’âge de l’adulte émergent comme une période vie transitoire caractérisée par un
sentiment d’entre-deux, où les jeunes de cet âge ne se perçoivent ni comme adolescent, ni comme
adulte. L’instabilité vécue lors de cette phase engendre plusieurs stress, rendant cette population
particulièrement à risque de développer un trouble de santé mentale. Par ailleurs, le désir d’autonomie
caractérisant cette étape du développement freine la consultation, malgré de grands besoins. De fait,
12,7% des 15-24 ans québécois ont vécu un épisode dépressif, tandis que 8% ont reçu un diagnostic de
trouble anxieux au cours de leur vie (Statistiques Canada, 2012). Or, selon des données obtenues
auprès de collégiens, seulement la moitié des jeunes présentant un niveau élevé de symptômes
internalisés auraient consulté des services psychologiques (Paré & Marcotte, 2014). Cette
communication vise à (1) décrire les adultes émergents, (2) exposer leurs difficultés liées à la demande
d’aide psychologique, et de (3) présenter un modèle d’intervention préventive en santé mentale,
appliqué par notre équipe de recherche en milieu collégial, qui permet une meilleure accessibilité aux
ressources. Pour ce faire, une recension de la littérature sur ces thématiques sera discutée en parallèle
aux données recueillies par le laboratoire en 2012 auprès d’étudiants collégiaux. Aussi, le programme
d’offre de service en santé mentale Zenétudes, développé par notre équipe de recherche, sera décrit.
7
Séances de communications parallèles – bloc B
11h15-12h30, salle SH-3260
Modération : Valérie Bouchard
*Les stratégies d'utilisation des connaissances et la motivation
individuelle : de la résistance à l'autodétermination
Gervais, M.-J., Lauzier, J. & Houlfort, N.
Au Québec, on assiste actuellement à une importante réforme administrative, la gestion du réseau de
la santé étant dorénavant confiée aux centres intégrés de santé et de services sociaux (CISSS). Bien
que des retombées positives soient anticipées, les cliniciens et les gestionnaires sont, plus que jamais,
plongés dans un climat d'incertitude. S’ajoute à cette incertitude l’obligation pour ces intervenants de
la santé de réajuster, en continu, leurs pratiques en fonction des données probantes rendues
disponibles par la recherche. Cet exposé démontre l’importance de prendre en considération la
motivation qu’ont les individus - cliniciens et gestionnaires – face à l’obligation d’adopter des pratiques
fondées sur les données probantes. Les stratégies employées pour soutenir l’utilisation des données
probantes devront être modulées, à la fois en fonction du niveau de motivation individuelle (plus ou
moins motivé), mais également en fonction du type de motivation (autodéterminée vs contrôlée vs
amotivation). En se basant sur deux études de cas, différentes pistes d’action sont proposées afin de
composer avec ce facteur motivationnel lors de l’élaboration de stratégies de transfert et d’utilisation
des connaissances. Par-delà ces aspects relatifs à la motivation individuelle, l’analyse des deux études
de cas fait ressortir l’importance de planifier nos stratégies en tenant compte du climat d'incertitude
actuel entourant l’intervention dans le réseau de la santé au Québec.
*Soutenir l'engagement de pairs-chercheurs en HLM dans
l'amélioration de leur qualité de vie : défis de la recherche-action
participative ancrée dans la communauté
Coulombe, S., Radziszewski1, S., les locataires-chercheurs, & Houle, J.
La recherche-action participative ancrée dans la communauté (RAPAC) occupe une place importante
parmi les outils d’intervention du psychologue communautaire. L’implication de pairs-chercheurs issus
de la communauté est un des dispositifs utilisés dans les RAPAC. Outre le développement des
capacités des pairs-chercheurs, ce dispositif permet de documenter la réalité de la communauté telle
que vue de l’intérieur afin de favoriser l’empowerment des acteurs du milieu dans la mise en place de
solutions qui répondent à des besoins réels. Réussir à favoriser l’engagement actif de pairs-chercheurs
dans la recherche représente un défi, tout comme soutenir leur motivation au long d’un processus
s’étalant parfois sur plusieurs années. Ce constat émerge du déploiement d’une RAPAC Flash sur le
quartiers dans deux plans d’habitations à loyer modique (HLM). La présentation vise à explorer les
enjeux liés à l’engagement de locataires-chercheurs dans ce projet multidisciplinaire. Nous
aborderons : a) des stratégies mises à l’essai afin de susciter la motivation d’une phase à l’autre ; b) le
processus graduel de transfert du pouvoir des chercheurs universitaires aux locataires-chercheurs ; c)
les barrières externes à l’implantation des solutions pour améliorer la qualité de vie du HLM. Nous
conclurons en abordant les mécanismes pour transformer la mobilisation d’une minorité de locataireschercheurs en une mobilisation concertée d’un plus large bassin de locataires et de partenaires du
milieu.
8
Enjeux éthiques et défis de la prévention du suicide sur Internet
Mörch, C.-M., Côté, L.-P., & Mishara, B.
Internet constitue un lieu de socialisation et une importante source d’information pour les personnes
présentant un risque suicidaire (Mishara & Kerkhof, 2013). Ces dernières peuvent y trouver des
renseignements sur des ressources en santé mentale, des informations sur les méthodes de suicide les
plus efficaces ; elles peuvent y rencontrer des pairs aidants, des individus désirant former un pacte de
suicide, ou encore, des prédateurs qui les inciteront au passage à l’acte. Parallèlement, des services
d’aide, des gouvernements, des universités et des sociétés privées, s’emparent des données générées par
les personnes suicidaires sur Internet (Mishara & Kerkhof, 2013 ; Poulin, 2014). Ces collectes de
données sont généralement effectuées dans le but d’étudier leurs comportements, d’évaluer leur risque
suicidaire, et de développer des interventions en ligne afin de prévenir leur suicide. Les acteurs de la
prévention du suicide sont confrontés à deux grandes questions : sommes-nous tenus d’étudier les
internautes potentiellement à risque de se suicider parce que nous avons accès à des informations
potentiellement « révélatrices » ? Sommes-nous tenus d’intervenir pour protéger la vie de ces individus
en l’absence de leur consentement, en dépit des libertés individuelles et du respect de la vie privée ?
Seront abordés, lors de cette communication, les enjeux éthiques soulevés par l’étude des
comportements suicidaires sur Internet et leurs implications pour la prévention du suicide.
9
Séances de communications parallèles – bloc C
11h15-12h30, salle SH-3420
Modération : Marie-Josée Girard
Conditions d’une intervention auprès des jeunes en situation
d’itinérance : Présentation de résultats préliminaires sur
l’évaluation des pratiques dans trois Auberges du Cœur
Lauzier-Jobin, F.
Dans les dernières années, le phénomène de l’itinérance chez les jeunes s’est accru et les problèmes de
ceux-ci se sont complexifiés (Kulik et al., 2011; Kelly et Caputo, 2007). Les jeunes en situation
d’itinérance présentent habituellement une constellation de problèmes tels que des problèmes de santé
physique, mentale, de consommation, ainsi qu’une désaffiliation face à leur milieu familial, face à l’école
ou au travail (Van den Bree et al., 2009; Kelly et Caputo, 2007; Fournier, 2001). Les Auberges du
cœur sont des maisons d’hébergement offrant le gîte, le couvert, un milieu de vie et un encadrement
aux jeunes en difficulté ou en situation d’itinérance selon l’approche de l’affiliation sociale (René et al.,
2007). Notre recherche évaluative a exploré l’intervention de trois Auberges du cœur grâce à une
démarche participative, guidée par la théorie de programme. S’appuyant sur douze entrevues
individuelles et autant d’entrevues de groupe auprès des résidents, des anciens résidents et des
professionnels, les résultats préliminaires présenteront les stratégies d’intervention mises en place pour
travailler avec cette clientèle. Plus précisément, notre présentation détaillera les facteurs favorisant le
changement selon les différents acteurs, dont les conditions du séjour, l’encadrement du milieu de vie,
l’établissement de la relation d’aide, la personnalisation de l’intervention et la mise en action des jeunes.
Effet de l'intensité sur la reconnaissance des émotions chez les
athlètes commotionnés
Léveillé, E., Guay, G., Blais, C., Scherzer, P. & De Beaumont, L.
Plusieurs auteurs ont observé une augmentation du risque de souffrir d’anxiété de dépression après
une commotion cérébrale, plus particulièrement chez les femmes. D’autres auteurs ont rapporté une
hypersensibilité aux émotions négatives chez les personnes anxieuses et dépressives. L’objectif de cette
étude était d’investiguer les différences liées au sexe dans la reconnaissance des émotions chez les
athlètes commotionnés. 30 athlètes commotionnés (15 hommes) et 30 contrôles (15 hommes) ont été
testés. Les participants ont complété des questionnaires, des tests neuropsychologiques et une tâche
de reconnaissance des émotions formée d’une expression faciale neutre et des six émotions primaires
morphées entre elles par intervalle de 12%, de 14 à 86% d’intensité. Après chaque présentation, les
participants devaient identifier l’émotion exprimée par le visage. Nos analyses ont porté sur la
performance et le seuil de détection. Les résultats ont révélé que la performance des athlètes
commotionnés était significativement inférieure à celle des athlètes contrôles pour la peur présentée à
74% et le dégoût présenté à 62%. Ils ont également révélé une interaction entre le sexe et le groupe des
participants selon laquelle la performance des hommes commotionnés était inférieure à celle des
hommes contrôles pour ces émotions, alors qu’il n’y avait pas de différences significatives entre les
femmes commotionnées et contrôles. Ces résultats suggèrent que les hommes et les femmes ne
réagissent pas de la même façon à une commotion cérébrale.
10
Une revue systématique et méta-analyse des fonctions exécutives
dans le Trouble du spectre de l'autisme
D. Thérien, V., Nader, A.-M., Leclerc, M.-È., Khalladi, Z., Luck, D. & Soulieres, I.
Les fonctions exécutives (FE) regroupent un ensemble d’habiletés cognitives qui permettent de
moduler le comportement vers l’atteinte d’un but (e.g. mémoire de travail, inhibition, planification,
flexibilité mentale, fluence). Bien que des difficultés au plan des FE soient largement documentées
dans le Trouble du spectre de l’autisme (TSA), les résultats varient grandement en fonction de l’âge
des participants et du type de tâches utilisées (Hill, 2004). De plus, des déficits semblent plus
importants chez les enfants TSA comparativement aux adultes TSA. Par ailleurs, la nature du
dysfonctionnement exécutif dans le TSA demeure indéfinie. Une revue systématique de la littérature
s’avère donc nécessaire afin de caractériser le profil exécutif du TSA à travers différents stades du
développement. Les résultats de cette méta-analyse (n=100) démontrent des atteintes à travers toutes
les FE. Des déficits plus marqués sont observés pour les capacités de stratégies de planification et de
flexibilité. En mémoire de travail, les difficultés sont exclusivement rapportées en modalité
visuospatiale, alors que la mémoire de travail verbale semble intacte. Une meilleure connaissance du
profil exécutif dans le TSA va permettre 1) une meilleure compréhension de la nature de la
symptomatologie en autisme et 2) le développement de meilleures stratégies éducatives et
d’intervention, d’autant plus que le développement des fonctions exécutives en autisme semble suivent
une trajectoire différente.
11
Séance de présentations par affiche
12h30-14h, Salle polyvalente SH-4800
AUTEUR(S)
TITRE DE L’AFFICHE
#
Arias, D., et al.
Synesthésie et inhibition latérale: une étude de cas
1
Aumètre, F. et
Poulin, F.
Les trajectoires de participation à des activités organisées durant l’enfance : étude des
conséquences pour les enfants ayant des problèmes de comportements
2
BernierLalonger, L. et
al.
Profil cognitif dans le trouble de comportement en sommeil paradoxal
3
Boissonneault, C.
et Vinit, F.
L'apport de récits narratifs sous forme de blogs dans la compréhension de l'expérience
des femmes en procréation assistée
4
Bourgouin, P.A., et al.
Les plaintes cognitives subjectives et la performance objective aux tests
neuropsychologiques
chez les individus souffrant de trouble comportemental en sommeil paradoxal
5
Chasles M-J, et
al.
Atteinte différentielle de la fluence verbale alphabétique et catégorielle dans le TCL, la
maladie d’Alzheimer et le vieillissement normal
6
Cogné, É., et al.
L’estimation cognitive dans le trouble cognitif léger et la démence de type Alzheimer
7
Cole, J., et al.
Caractérisation du profil d’erreurs commises au test de dénomination de boston dans le
trouble cognitif léger
8
Côté, A.-S., et al.
Les liens entre la perception du style de contrôle des parents et la présence de
problèmes
intériorisés et extériorisés chez de jeunes adolescents
9
Dame, I.
Penser la perte traumatique à-travers une lecture herméneutique du bouleversement
identitaire de Julie dans Bleu de Krzysztof Kieslowski (1993)
10
Danis, E., et al.
Raisonnement analogique chez les enfants autistes
11
Degré-Pelletier
J., et al.
Évaluation de l’intelligence chez les enfants TSA : comparaison du VABS et du MELS
12
Desmarais, C. et
Poulin, F.
Antipathies mutuelles chez les enfants de maternelle : Prévalence, stabilité et
caractéristiques des dyades selon le genre
13
Doualot, A. et al.
Comparaison des patrons oscillatoires de couplage phase-amplitude dans le cortex
visuel d’aveugles congénitaux, d’aveugles tardifs et de voyants avec la
magnétoencéphalographie
14
Dubé, L. et
Saint-Amour, D.
Impact de l’exposition aux contaminants environnementaux sur l’attention chez
l’enfant : état des connaissances et perspectives de recherche
15
Escudier, F., et
al.
Anxiété et symptômes parkinsoniens dans le trouble comportemental en sommeil
paradoxal
16
Fortin, M., et al.
Effets d’une thérapie cognitivo-comportementale à durée flexible sur les symptômes
d’état de stress post-traumatique et la qualité de vie chez les victimes d’actes criminels
et d’accidents de travail
17
Girard D., et al.
Comparaison du fonctionnement cognitif et adaptatif chez les enfants autistes d’âge
préscolaire : le rôle du niveau cognitif
18
Girard, M.-J. et
Brunson, L.
Qui sont les personnes suicidaires utilisatrices d'Internet au Québec? Résultats d'une
étude de besoins
19
12
Grenon, É., et al.
Les effets du sentiment d’imposteur sur le fonctionnement scolaire et personnel de
l’élève
20
Hébert, C., et al.
Efficacité de la thérapie cognitivo-comportementale pour le trouble d’anxiété
généralisée sévère: revue systématique
21
Lachance, J. et
BourgeoisGuérin, V.
S’interroger autrement sur la résistance, l’opposition et la violence avec l’aide de
l'œuvre de Yung Lean, jeune rappeur
22
Lafleur, A. et
Boucher, V. J.
L'écologie du self-monitoring et des effets de production sur la mémoire verbale: Parler
à
quelqu'un fait-il la différence?
23
Laforte, S., et al.
La violence émotionnelle à l’enfance, la pleine conscience et les symptômes de stress
post-traumatique.
24
Lanctôt, J. et
Poulin, F.
L'expérience de l'émergence de la vie adulte et la santé mentale auprès d'un échantillon
québécois
25
LévesqueGuillemette, R.,
et al.
Le jugement des enseignants sur le fonctionnement scolaire des élèves qui surévaluent
ou sous-évaluent leur compétence
26
Lucas, A., et al.
Les prédicteurs liés à la virginité à l’âge adulte
27
MarquisTrudeau, A., et
al.
Les patrons d’évolution et les retombées scolaires de la perception du soutien
conditionnel parental
28
Melançon, F., et
al.
Qualité de la relation parent-enfant et troubles de comportement à l’adolescence chez
des enfants adoptés à l’étranger
29
Noirhomme, L.,
et al.
Le soutien conditionnel parental, leurs attentes élevées de réussite et le biais négatif
d’auto-évaluation de compétence chez l’enfant
30
Paquin, C., et al.
Exploration de l’attention en tant que mécanisme expliquant le lien entre la dépression
maternelle et la performance scolaire chez des enfants de 7 ans
31
Pérez Gay J, F.,
et al.
Les effets perceptuels d’apprendre une nouvelle catégorie
32
Puig, A. et
Chamberland, L.
Guide des pratiques d’ouverture à la diversité sexuelle et de genre en milieu collégial et
universitaire
33
Tisseyre, L., et
al.
Trois cas cliniques d’adolescents avec des problèmes de cannabis et d’amotivation
34
Tremblay, A., et
al.
L’effet du vieillissement en SEP et son impact sur le fonctionnement cognitif des
patients
35
Vézina, M.-P. et
Poulin, F.
L'activisme politique au Québec: Qui sont les jeunes engagés et comment font-ils
entendre leur voix?
36
13
Séances de communications parallèles – bloc A
14h-15h15, Amphithéâtre SH-2800
Modération : Josée Piette
*Le Slam auprès des jeunes membres de gang de rue au Centre
jeunesse de Montréal
Guindon, C., Houle, J. & Plante, P.
Le Centre jeunesse a pour mission de réhabiliter les jeunes membres de gang de rue dans leur service.
Les intervenants disposent de peu de temps (4 à 12 mois) pour la réadaptation de ces jeunes. En
général, il faut deux à trois mois pour établir une alliance thérapeutique avec eux. Ils sont difficiles à
atteindre en raison de leurs mécanismes de défense et du fait qu’ils expriment difficilement leurs
émotions. Depuis deux ans, le CJM-IU explore avec ces jeunes des ateliers Slam dans le but de les
aider à s'exprimer et d'avoir accès à leur vécu. Un bon taux de participation a été observé. Cette
communication bordera en quoi le Slam pourrait être un moyen d’intervenir auprès des clientèles
difficiles. Nous nous baserons sur des observations participatives de deux cohortes de jeunes au
Centre jeunesse et d'une revue de la littérature. Des points tels que les principes de base en artthérapie et les mécanismes de la poésie, la culture de la rue, l'alliance thérapeutique, l'identité et le récit
de vie à l'adolescence seront discutés. Le Slam permet aux adolescents de définir leur identité (Rudd,
2012). Entrer en contact avec leurs émotions, leurs expériences et répéter leur histoire dans un climat
de groupe encourageant est un élément clé d'autonomisation (empowerment) chez les adolescents
(Maddalena, 2009).
*Utilisation de médiations auprès de populations psychiatriques et
délinquantes
Lacroix, O.
Dans le domaine de la psychothérapie, l’utilisation de médiations a été documentée et élaborée par les
psychanalystes, autour du processus de création et du rôle de ces « médiations thérapeutiques » (Brun,
2011 ; Brun, Chouvier, & Roussillon, 2013 ; Brun & Talpin, 2007 ; Chouvier, 2012). Il est loin le temps
où la psychanalyse considérait uniquement la créativité comme une sublimation des pulsions. À partir
de Winnicott, une toute autre vision a été proposée (1971), à travers les notions d’objet transitionnel et
d’espace potentiel chez l’enfant, et de leur prolongement pour l’adulte, par exemple dans l’expérience de
l’art et de la religion. Durant cette présentation, nous partagerons d’abord l’expérience de l’utilisation
du dessin et du psychodrame auprès d’une clientèle psychiatrique, en termes de complémentarité de
l’intervention, de spécificité du cadre et de la nature des enjeux abordés. Ensuite, nous étudierons son
application dans un autre contexte, l’utilisation de la bande dessinée et du récit métaphorique lors
d’une recherche auprès d’anciens membres de gang de rue : s’agit-il de l’émergence d’une voie parallèle,
de la convocation d’un tiers ou d’une figure métisse ?
14
*Travail de transfert et d'interprétation liés aux problématiques
narcissiques identitaires
Brunet, L.
Cette présentation est issue de mes travaux des 20 dernières années touchant «les fonctions du
thérapeutes» et les besoins thérapeutiques spécifiques de certaines organisation non œdipiennes que
dans certaines publication je nommais « archaïques » et qui rejoignent ce que René Roussillon nomme
les « problématiques narcissiques-identitaires » dans lesquelles il ne s’agit pas tant de rendre conscient
des contenus inconscients, ni de résoudre une conflictualité inconsciente mais plutôt de permettre une
création efficiente des espaces psychiques (voir le concept de troisième topique), à travers notamment
une fonction contenante du thérapeute, de telle façon à ce que la psyché puisse devenir un conteneur
de représentations, et éventuellement pouvoir agir psychiquement sur des éprouvés en manque de
symbolisation. Ces réflexions visent bien entendu des problématiques associées aux « états-limites »
mais aussi des situations de transferts « archaïques » chez des personnalités « névrotico-normales »
(voir la notion de « folie privée » chez André Green. La présentation aborderait la notion de « geste
interprétatif » que j’ai développée dans les 10 dernières années ; sa fonction de désaveu de la destruction
de l’objet lors de transferts archaïques, de l’écoute symbolisante, de l’utilisation d’une théorie
« bienveillante » de la destructivité, de la notion du « détruit-trouvé » et de l’importance du travail sur le
transfert que les recherches récentes identifient comme l’instrument principal du succès thérapeutique,
toutes approches thérapeutiques confondues.
15
Séances de communications parallèles – bloc B
14h-15h15, salle SH-3260
Modération : Jessica Cole
*«Aller vers» les parents en situation de grande vulnérabilité :
l'enjeu des systèmes de prévention précoce
Saïas, Th.
Les systèmes de prévention précoce universels tels qu’ils sont habituellement développés supposent
d’être accessibles à tout nouveau parent, afin de lui fournir une assistance matérielle ou psychologique
en période périnatale. Initialement développés dans une logique de prévention sélective, et
progressivement généralisés à l’ensemble de la population, l’implantation de ces programmes
d’intervention précoce montre aujourd’hui la difficulté à rejoindre et à proposer les initiatives de
prévention pour les parents en ayant le plus besoin. Deux constats prédominent : (a) les services de
prévention sont majoritairement utilisés par les personnes ayant le moins de besoin et (b) lorsque les
services emploient la politique de la main tendue, les actions bénéficient majoritairement aux
populations les moins en difficulté. Cette présentation mettra en évidence les résultats d’implantation
issus d’une recherche menée en France, mais dont l’intérêt et l’impact pour les systèmes québécois sont
évidents. On discutera la définition des « vulnérabilités parentales » et les nécessaires adaptations des
services pour rejoindre les clientèles les plus en difficulté, dans un objectif d’équité et de justice sociale.
*L'investissement paradoxal : défis dans l'alliance et l'intervention
thérapeutique auprès des parents à risque de maltraitance
Lafortune, D. et Gilbert, S.
Les parents à risque de maltraitance cumulent régulièrement plusieurs facteurs de risque
psychosociaux, de même qu’ils rapportent plus souvent une histoire infantile marquée par l’adversité et
les mauvais traitements (Bailey et al., 2012). Plusieurs défis sont rapportés dans l’intervention auprès
d’eux, tels une alliance thérapeutique fragile, un déni de la précarité familiale, des difficultés à aborder
leur détresse psychologique, ou des capacités de mentalisation amoindries (Lafortune et Gilbert, 2015 ;
Suchman et al., 2012). Si ces aléas bousculent les repères habituels du cadre en psychothérapie, la
compréhension approfondie des failles dans la relation d’aide et l’exercice des fonctions parentales
permettrait-elle d’entrevoir des pistes fertiles pour l’intervention ? Dans une perspective
constructiviste, 12 entretiens individuels et 2 focus groups ont été réalisés auprès d’intervenants
psychosociaux du milieu communautaire, œuvrant auprès de jeunes parents en difficulté (18-30 ans).
L’analyse qualitative thématique du verbatim (Paillé et Mucchielli, 2012) amena à décrypter certains
défis cliniques en termes de paradoxes, lesquels mettent en lumière les enjeux et conflictualités
psychiques agissants dans l’investissement de l’aidant et de l’enfant. Seront également explorées des
avenues prometteuses en intervention, comme en recherche, en décalage des pratiques
communautaires et institutionnelles usuelles, souvent cantonnées à une approche fonctionnaliste et
palliative.
16
Représentation des barrières et facilitants influençant l'accès aux
médecines traditionnelles autochtones dans le système de soins de
santé dominant
Ouellet, C., Sit, V. & Rapinski, M.
Les populations autochtones présentent une moins bonne santé que la population générale. Les
chercheurs ont mis en évidence que l’ensemble des termes nosographiques ne trouvaient aucune
correspondance au sein des communautés autochtones. Par ailleurs, l’accès aux services de soin semble
limité pour les communautés autochtones. Cet inégal accès au système doit être mieux compris, soit
sur la question de l’accès vers les services sanitaires et l’adéquation de ces services. Comprendre
comment renforcer l’accès aux soins ainsi que de comprendre comment offrir des soins qui soient
culturellement appropriés. Une recension critique des modèles de soins de santé présentés dans la
littérature scientifique ainsi que dans la littérature grise est réalisée afin de vérifier ce qui fonctionne
bien et moins bien. L’équipe de recherche rencontrera des membres de différentes communautés en
entrevue individuelle pour comprendre leurs besoins et en cercles de partage afin de partager et
échanger des connaissances sur les meilleurs savoir-faire et savoir-être. Une analyse de contenu des
entrevues servira à analyser les besoins des populations autochtones. Le projet de recherche est
présentement en cours. La revue de littérature est faite conjointement avec la première phase de
collecte de données. Les premiers résultats d’analyse seront disponibles dans quelques semaines et
feront l’objet de la présente communication.
17
Séances de communications parallèles – bloc C
14h-15h15, salle SH-3420
Modération : Alexis Lafleur
Pleinement conscient, sans le savoir : l'activation implicite de la
pleine conscience et ses effets sur le stress social
Dandeneau, S.
La conceptualisation habituelle de la pleine conscience consiste en l’idée qu’on doit la pratiquer, qu’elle
est apprise et qu’un certain investissement en temps et effort est nécessaire. Or, certains auteurs
suggèrent que la pleine conscience est une capacité inhérente aux humains. Ainsi, cette présence
attentive et sans jugement serait déjà « en nous » et pourrait donc faire l’objet d’une activation implicite
par des méthodes souvent utilisées en psychologie sociale. L’objectif de la présentation consiste à
présenter un aperçu des études qui montrent, a) que l’activation implicite de la pleine conscience
permet de mieux faire face à différents stress sociaux tant au niveau psychologique que physiologique,
b) que les personnes qui n’ont pas une forte habitude de pleine conscience sont ceux qui bénéficient le
plus de l’activation implicite, et c) que malgré sa subtilité, l’activation implicite de la pleine conscience
ne permet pas de contrevenir à la résistance psychologique reliée à l’insatisfaction corporelle chez les
femmes. Sans trop parler des détails techniques des études, nous vous proposons d’être présent, sans
jugement, afin de faire l’expérience pour vous-même du potentiel de cette nouvelle technique.
Illusion de compétence et d'incompétence : coûts et bénéfices dans
le fonctionnement scolaire
Bouffard, Th.
La connaissance de soi comporte un ensemble de dimension dont l’auto-évaluation de sa compétence.
Cette dernière est particulièrement cruciale car elle comporte non seulement des enjeux adaptatifs au
plan des situations immédiates mais aussi et surtout au plan des accomplissements et du devenir de la
personne. Pour autant, l’auto-évaluation de sa compétence n’est pas une mesure absolue, mais une
expérience subjective de sa propre compétence. Ceci fait qu’elle peut présenter un décalage plus ou
moins marqué avec sa compétence réelle. Ainsi, une personne peut évaluer de façon assez réaliste sa
compétence, elle peut la surévaluer et présenter ce qu’on appelle un biais positif d’auto-évaluation de
compétence (aussi appelée compétence illusoire), ou la sous-évaluer et présenter ce qu’on appelle un
biais négatif d’auto-évaluation de compétence (aussi appelé illusion d’incompétence. Dans cette
présentation il s’agira d’abord de bien définir chacun de ces deux phénomènes pour ensuite se
questionner sur les coûts et bénéficies de chacun en nous attardant à la manière dont ils sont reliés à la
qualité du fonctionnement de jeunes examinés en milieu scolaire. À cette fin, nous ferons état des
résultats obtenus dans deux études longitudinales d’une durée de cinq ans. Cette perspective à plus
long terme et l’utilisation d’analyses de trajectoires permettra de constater la présence de modèles
d’évolution différents chez les élèves et l’implication de leur appartenance à ces trajectoires.
18
*Simulation des troubles cognitifs : faut-il confronter ?
Rouleau, I.
La simulation des troubles cognitifs, ou leur amplification, est un phénomène rare en
neuropsychologie clinique, mais dont il faut tenir compte dans l’interprétation des résultats de
l’évaluation (tests administrés, anamnèse et comportement). Après avoir précisé le contexte dans lequel
la simulation est suspectée, nous examinerons les outils actuellement disponibles pour la mettre en
évidence dans le cadre d’une évaluation neuropsychologique. Les différentes causes possibles amenant
un client/patient à simuler seront abordées et nous nous intéresserons particulièrement à l’attitude que
peut adopter le psychologue face à son client/patient. Dans un cas de simulation, la confrontation du
client/patient est-elle utile, nécessaire, essentielle ou dommageable, voire dangereuse ?
19
Conférence de fermeture
15h30-17h, Amphithéâtre SH-2800
Le défi des maladies chroniques : la médecine
comportementale et le besoin des psychologues
de la santé
KIM LAVOIE, psychologue et professeur au département de psychologie, UQÀM
Récipiendaire du Prix d’excellence en recherche 2015 de la Faculté des sciences humaines,
UQÀM
Malgré tous les progrès réalisés en médecine et la présence de traitements et d’interventions
efficaces, la mortalité associée aux maladies chroniques est à la hausse et est à l’origine de plus de
60% de la mortalité globale. Les maladies chroniques partagent plusieurs facteurs de risque
comportementaux (tabac, sédentarité, alimentation, non observance aux traitements et
recommandations médicales), eux-mêmes influencés par de nombreux facteurs sociaux,
systémiques et individuels. La présentation met en contexte le rôle de la médecine
comportementale sur les comportements de santé et présente l’approche motivationnelle.
Développée à l’origine pour changer les comportements addictifs, cette approche a été adaptée
pour adresser tous les comportements de santé et sert de guide pour assurer la collaboration avec
le patient. Elle vise à résoudre l’ambivalence et renforcer la motivation et l’engagement du patient
dans le changement par le biais de différentes habiletés comme l’écoute, le questionnement et
l’échange d’information. Une distinction de l’approche motivationnelle avec la thérapie cognitive
comportementale est faite et des données d’efficacité sont présentées.
Auteur
Document
Catégorie
Uncategorized
Affichages
2
Taille du fichier
1 366 KB
Étiquettes
1/--Pages
signaler