close

Se connecter

Se connecter avec OpenID

Bulletin paroissial - Dimanche de Rameaux

IntégréTéléchargement
BULLETIN PAROISSIAL N° 12/2016
DIMANCHE DES RAMEAUX
PAROISSE SAINT MICHEL
paroisse.saint-michel@laposte.net
http://paroissedufrancois.fr
Adresse : Presbytère 97240 Le François, Martinique ; tel. 0596 543045, fax. 0596 542906
MESSES DOMINICALES
SAMEDI 18h00
DIMANCHE 7h00 ; 9h30 ; 18h00
MESSES EN SEMAINE
LUNDI 18h30
MARDI 6h30
JEUDI 6h30
VENDREDI 6h30
HORAIRES DU BUREAU
LUNDI 8h00 - 11h00
VENDREDI 8h00 - 11h00
SAMEDI 8h00 - 10h30
LE PRETRE RECOIT
MARDI 16h00 - 18h00
VENDREDI 8h00 - 11h00
EXPOSITION DU SAINT
SACREMENT
VENDREDI 16h00 - 18h00
(tous les 15 jours)
ENSEIGNEMENT BIBLIQUE
VENDREDI 18h00 - 19h30
(tous les 15 jours)
La Passion selon saint Luc a sa grâce propre et son originalité. Je voudrais en signaler aujourd’hui deux points forts : la sérénité de Jésus et la
marche à la suite du Maître.
La sérénité de Jésus
Luc souligne d’abord la grande sérénité de Jésus face à la violence qui
s’abat sur lui. Il reste courageusement fidèle à la voie non violente qui
est la sienne, et qui n’est autre que celle de l’amour infiniment respectueux de Dieu pour l’homme. « J’ai désiré ardemment manger cette
Pâque avec vous avant de souffrir », dit Jésus dès l’entrée de la Passion.
Et il meurt en disant : « Père, entre tes mains, je remets mon esprit ».
Oui, c’est librement, en sachant où il va, que Jésus affronte résolument
sa mort. Luc est ainsi le seul à mentionner l’épisode du bon larron à qui
Jésus fait cette promesse : « Amen, je te le déclare, aujourd’hui tu seras
avec moi dans le paradis. » Ce n’est pas seulement insister sur la miséricorde de Jésus, mise si bien en exergue tout au long du récit : il accueille Judas avec délicatesse ; il guérit l’homme dont l’oreille a été coupée par les disciples ; il regarde Pierre après son reniement ; il s’attendrit
sur les femmes de Jérusalem et leurs enfants ; à son contact des ennemis aussi irréductibles qu’Hérode et Pilate, se réconcilient ; il prie pour
ses bourreaux. Mais c’est également une manière pour Luc de montrer
que Jésus a envisagé sa mort comme une entrée dans la gloire et une
inauguration de son royaume. Cette sérénité n’a pourtant rien de l’impassibilité stoïcienne. Jésus partage l’angoisse et la fragilité de notre
condition humaine jusqu’à suer du sang. Mais comme jadis le prophète
Elie réconforté au désert, son combat du mont des Oliviers est adouci
par un ange. Sa force vient de sa prière. Au plus dur de l’épreuve, il reste
le Fils en continuel contact avec le Père. Notons aussi la charité
constante de Luc qui dit des disciples qu’ils se sont « endormis de tristesse ».
La marche à la suite de Jésus
Luc montre ensuite comment nous, ses lecteurs d’hier comme d’aujourd’hui, sommes invités à porter la croix derrière Jésus, en mettant nos
pas dans les siens. Comment, nous, disciples, allons-nous suivre la Passion ? En y venant, comme nous sommes. En nous laissant convertir par
son regard de bonté, comme Pierre. En portant sa croix et en le suivant,
comme Simon de Cyrène. En nous abandonnant, avec Jésus, entre les
mains du Père.
Alors, ainsi que l’indiquent le lever des étoiles et les lampes du sabbat
qui closent la Passion selon saint Luc, s’ouvre pour nous une grande espérance. Une vie nouvelle est en train de naître, un passage se fraie à
travers nos violences et nos morts, pour nous faire déboucher dans
l’éternité. kerit.be
PAGE 1
BULLETIN PAROISSIAL N° 12/2016
DIMANCHE DES RAMEAUX
E XTRA IT DU ME S S AG E D U PA PE FR A N Ç O I S P OUR LA XXXI èm e JOUR N É E M ON D IA L E D E L A J E U N E S S E
DI M AN C H E D E S R AM E AU X - 2 0 16 « Heu re ux le s mi s é r ic or di e ux , ca r i l s o b t i e n d r o n t m i s é r i c o r d e
(…° La devise de ce jubilé extraordinaire – “Miséricordieux comme le Père” (cf. Misericordiae Vultus, 13)
– s’accorde bien avec le thème des prochaines JMJ.
Essayons donc de mieux cerner ce que signifie la miséricorde divine. Pour parler de la miséricorde divine,
l’Ancien Testament recourt à différents termes, les plus
significatifs étant : hessed et rahamim. Le premier, appliqué à Dieu, exprime son indéfectible fidélité à l’Alliance avec son peuple, qu’il aime et pardonne toujours. Rahamim, quant à lui, peut être traduit par “entrailles” et renvoie en particulier au sein maternel, faisant comprendre que l’amour de Dieu pour son
peuple est comme celui d’une mère pour son enfant.
Le prophète Isaïe l’exprime bien par ces mots : « Une
femme oublie-t-elle son petit enfant, est-elle sans pitié
pour le fils de ses entrailles ? Même si les femmes oubliaient, moi, je ne t’oublierai pas » (Is 49, 15). Un tel
amour implique que l’on fasse de la place pour l’autre
en soi-même, que l’on sente, souffre et se réjouisse
avec le prochain.
Le concept biblique de la miséricorde contient également l’idée d’un amour concret, qui est fidèle, gratuit
et capable de pardonner. Ce passage du prophète
Osée nous offre un bel exemple de l’amour de Dieu,
comparable à l’amour d’un père pour son fils : «
Quand Israël était jeune, je l’aimai, et d’Égypte j’appelai mon fils. Mais plus je les appelais, plus ils s’écartaient de moi ; aux Baals ils sacrifiaient, aux idoles ils
brûlaient de l’encens. Et moi j’avais appris à marcher à
Éphraïm, je le prenais par les bras, et ils n’ont pas
compris que je prenais soin d’eux ! Je les menais avec
des attaches humaines, avec des liens d’amour ; j’étais
pour eux comme ceux qui soulèvent un nourrisson
tout contre leur joue, je m’inclinais vers lui et le faisais
manger » (Os 11, 1-4). Malgré le comportement mauvais de l’enfant qui mériterait un châtiment, l’amour
du père est fidèle et pardonne toujours un fils repentant. Comme on peut le remarquer, le pardon fait toujours partie de la miséricorde : « La miséricorde de
Dieu n’est pas une idée abstraite, mais une réalité
concrète à travers laquelle il révèle son amour comme
celui d’un père et d’une mère qui se laissent émouvoir
au plus profond d’eux-mêmes par leur fils [...] Il vient
du cœur comme un sentiment profond, naturel, fait de
tendresse et de compassion, d’indulgence et de pardon »(Misericordiae Vultus, 6).
Pour le Nouveau Testament, la miséricorde divine
(eleos) est la synthèse de l’œuvre que Jésus est venu
accomplir dans le monde au nom du Père (cf. Mt 9,
13). La miséricorde de notre Seigneur se manifeste
surtout quand il se penche sur la misère humaine et
manifeste sa compassion pour celui qui a besoin de
compréhension, de guérison et de pardon. Tout en
Jésus parle de la miséricorde. Mieux ! Il est lui-même
la miséricorde. Au chapitre 15 de l’Évangile de Luc, on
trouve les trois paraboles de la miséricorde : la parabole de la brebis perdue, celle de la drachme perdue,
et la parabole dite du “fils prodigue”. Dans ces trois
paraboles, nous sommes touchés par la joie de Dieu,
la joie qu’il éprouve quand il retrouve un pécheur et
lui pardonne. Oui ! La joie de Dieu est de pardonner !
Voilà la synthèse de tout l’Évangile. « Chacun de nous
est cette brebis perdue, cette pièce d’argent perdue ;
chacun de nous est ce fils qui a gâché sa liberté en
suivant de fausses idoles, des mirages de bonheur, et
qui a tout perdu. Mais Dieu ne nous oublie pas, le
Père ne nous abandonne jamais. C’est un père patient,
il nous attend toujours ! Il respecte notre liberté, mais
il reste toujours fidèle. Et lorsque nous retournons à
lui, il nous accueille comme ses enfants, dans sa maison, car il ne cesse jamais, même pour un instant, de
nous attendre, avec amour. Et son cœur est en fête
pour tout enfant qui revient. Il est en fête parce qu’il
est joie. Dieu a cette joie, quand l’un de nous, pécheur, va à lui et demande son pardon » La miséricorde de Dieu est très concrète et nous sommes tous
appelés à en faire personnellement l’expérience.
Lorsque j’avais dix-sept ans, un jour où je devais sortir
avec mes amis, j’ai décidé de me recueillir d’abord
dans une église. Une fois à l’intérieur, j’ai trouvé un
prêtre qui m’a inspiré une confiance particulière, et
j’ai senti le désir d’ouvrir mon cœur dans la confession. Cette rencontre a changé ma vie ! J’ai découvert
que lorsque nous ouvrons nos cœurs avec humilité et
transparence, nous pouvons contempler d’une façon
très concrète la miséricorde de Dieu. J’ai eu la certitude que dans la personne de ce prêtre, Dieu était là,
m’attendant déjà, avant même que je ne fasse le premier pas pour entrer dans l’église. Nous le cherchons,
mais il nous précède toujours. Il nous cherche depuis
toujours et il nous trouve en premier. Peut-être quelqu’un parmi vous a-t-il un poids sur le cœur et pense :
j’ai fait ceci, j’ai fait cela.... N’ayez pas peur ! Il vous
attend ! Il est père : Il nous attend toujours ! Comme
c’est beau de trouver l’étreinte miséricordieuse du Père
dans le sacrement de la Réconciliation, de découvrir
le confessionnal comme le lieu de la Miséricorde, de
se laisser toucher par cet amour miséricordieux du
Seigneur qui nous pardonne toujours !
PAGE 2
BULLETIN PAROISSIAL N° 12/2016
N OT E Z S U R V O S A G E N DA S
✠ Dimanche 20 mars à 9h30 - messe animée par les enfants de la 4ème et 5ème années de catéchisme
✠ Lundi 21 mars messe à 6h30 à l’église
✠ Le bureau paroissial sera fermé du Mardi 22 mars au jeudi
31 mars inclus. Réouverture le vendredi 1 avril à 8h00. Pas de
permanence du prêtre cette semaine.
✠ Mardi 22 mars à 18h00 - Réunion pour les parents, parrain et marraine des enfants qui seront baptisés dimanche le
3 avril et le 24 avril
✠ Mercredi 23 mars à 10h00 à la cathédrale St. Louis à
Fort de France - Messe chrismale
✠ Jeudi 24 mars : l’entretien de l’église est confié aux paroissiens des : Morne Courbaril – Dostaly – Vapeur - Monnérot
✠ Jeudi 24 mars messe à 18h00 - Messe en mémoire de la
dernière Cène du Seigneur
✠ Vendredi 25 mars : Chemin de croix paroissial : Rendez
vous à 5h30 près de la gendarmerie. Le circuit serait le suivant : rue Jean Jaurès, rue Séraphin Calonne, rue Frantz Fanon, boulevard du Soleil Levant, rue Florent Holo, Cité Eucalyptus, Rue Vincent Allegre, rue Jean Jaurès - place de l’église
✠ Vendredi 25 mars à 15h00 - Célébration de la Passion de
Notre Seigneur et la Vénération de la Croix
✠ Samedi 26 mars : Pas de messe aux Gliricidias
✠ Samedi 26 mars à 8h00 à l’église - réunion pour les lecteurs, les servants d’autel et les catéchumènes, leur parrain et
marraine en vue de la préparation de la Veillée Pascale
✠ Samedi 26 mars à 19h00 - Veillée Pascale ((Les participants emmènent un cierge muni d’un protège flamme)
✠ Pas de messe Dimanche de Pâques à 18h00
✠ Pas de messe lundi 28 mars
✠ Mardi 29 et Mercredi 30 : De 7h30 à 15h30 à Josseaud.
Retraite des enfants qui feront leur Première Communion
✠ Jeudi 31 mars et Vendredi 1 er avril : De 7h30 à
15h30 à Josseaud. Retraite des enfants qui feront leur
Profession de Foi
✠ Le groupe de la Miséricorde Divine vous invite à
méditer la neuvaine à la MD qui commence, vendredi
saint le 25/03 et se termine le samedi 02/04 afin de
préparer la fête solennelle de la Miséricorde Divine
du dimanche 03/04. Dans l’après-midi de ce dimanche de fête, nous vous invitons à venir la célébrer avec nous à partir de 14h à l’église Saint Michel
du François.
DIMANCHE DES RAMEAUX
Entrée messianique du Seigneur à Jérusalem : (Lc 19, 2840)
En ce temps-là,
Jésus partit en avant pour monter à Jérusalem.
Lorsqu’il approcha de Bethphagé et de
Béthanie,
près de l’endroit appelé mont des Oliviers,
il envoya deux de ses disciples,
en disant :
« Allez à ce village d’en face.
À l’entrée, vous trouverez un petit âne attaché,
sur lequel personne ne s’est encore assis.
Détachez-le et amenez-le.
Si l’on vous demande :
‘Pourquoi le détachez-vous ?’
vous répondrez :
‘Parce que le Seigneur en a besoin.’ »
Les envoyés partirent
et trouvèrent tout comme Jésus leur avait
dit.
Alors qu’ils détachaient le petit âne,
ses maîtres leur demandèrent :
« Pourquoi détachez-vous l’âne ? »
Ils répondirent :
« Parce que le Seigneur en a besoin. »
Ils amenèrent l’âne auprès de Jésus,
jetèrent leurs manteaux dessus,
et y firent monter Jésus.
À mesure que Jésus avançait,
les gens étendaient leurs manteaux sur le
chemin.
Alors que déjà Jésus approchait de la
descente du mont des Oliviers,
toute la foule des disciples, remplie de joie,
se mit à louer Dieu à pleine voix
pour tous les miracles qu’ils avaient vus,
et ils disaient :
« Béni soit celui qui vient,
le Roi, au nom du Seigneur.
Paix dans le ciel
et gloire au plus haut des cieux ! »
Quelques pharisiens, qui se trouvaient
dans la foule,
dirent à Jésus :
« Maître, réprimande tes disciples ! »
Mais il prit la parole en disant :
« Je vous le dis :
si eux se taisent,
les pierres crieront. »
PAGE 3
BULLETIN PAROISSIAL N° 12/2016
INTENTIONS DE MESSES
Samedi 19 mars messe à 18h00 + Scholastique et Emma
CLOTAIL + époux Camille et Suzetta VITALIEN et enfants décédés + Marie-Pierre et Marie-Paule ELIETTE +
Constance NIVORE + Alix et Joseph VULF + Jean-Yves
URSULET + les époux Stéphen et Suzette LAVIOLETTE +
action de grâces (les époux Germain et Lucien PARSEMAIN – 50 ans de mariage)
Dimanche 20 mars messe à 7h00 - Messe pour les âmes du
purgatoire et aux intentions de la paroisse
Dimanche 20 mars messe à 9h30 + Albert, Monique et Garcin CONSEL + Emmanuel et Annick AMUSAN + Udanie
SEVEUR + Jeannine, Francette et Nicolas RIEUX + Virginie
DANSICARE + Dérose Eloi TELCIDE + action de grâces
pour Francine et enfants
Dimanche 20 mars messe à 18h00 + Camille et Félix LERUS
+ Honoré Gilbert et Edvige Hélène RETORY + Albert
BAILLARD + action de grâces pour Louis-André et pour
Marie-Claire, Gaëlle et Uriel
Lundi 21 mars messe à 6h30 (à l’église) + Messe de funérailles : + Jean CERTAIN et Clément ZOCLY + Antonine
RODE + Marcel MAINGÉ + action de grâces pour Emmanuel et famille ; pour Muguette et Marie-Claude; et
pour François + une intention particulière (Jean)
Mardi 22 mars messe à 6h30 + époux Guy AUGUSTINCYRIAQUE + Reynald LORIOT + Jean-Paul JERPAN +
Bertin LANCETTE + Lucianise BAILLARD + Gabrielle
AYNARD + André CAYOL + Sainte POTIÉRIS + Marcel
LALA + Bonne DIPHÉ + Edouard PRIAM
Jeudi 24 mars messe à 18h00 - Messe en mémoire de la dernière cène du Seigneur
Vendredi 25 mars à 15h00 - Célébration de la Passion de
Notre Seigneur et la Vénération de la Croix
Samedi 26 mars messe à 19h00 + Veillée Pascale
Dimanche 27 mars messe à 7h00 - Messe pour les âmes du
purgatoire et aux intentions de la paroisse
Dimanche 27 mars messe à 9h30 + les époux Charles et
Rose ROSIER et Bruno, + Marie-Andrée KENGHÉ + Père
Bruno LATOUR, action de grâces pour Inès, pour Monique JÉROME et pour la famille TOUSSAINT
Dimanche 27 mars pas de messe à 18h00
DIMANCHE DES RAMEAUX
22 mars - Sainte Catherine de
Suède
Catherine eut pour père un prince de
Suède et pour mère sainte Brigitte, cette
femme si célèbre par ses Révélations. La
fille devait être l'émule, sinon l'égale de
sa mère, par ses vertus comme par les lumières qu'elle reçut du Ciel. On vit Catherine, encore au berceau, repousser une
nourrice de vie coupable et ne point vouloir de son lait. Le démon la poursuivit
dès sa plus tendre enfance, prenant la
forme d'un taureau pour l'épouvanter et
s'acharnant contre son petit corps frêle et
délicat. Lorsque Catherine, après la sainte
éducation qu'elle reçut dans un monastère, fut en âge de se marier, son père lui
donna de force un noble et vertueux
époux qu'elle eut le bonheur de faire
consentir à garder avec elle le voeu de
virginité parfaite. Cependant Brigitte,
après la mort de son mari, était allée demeurer à Rome, qu'une inspiration divine
lui avait montrée comme un lieu spécialement propre à sa sanctification. Catherine eut bientôt le désir de rejoindre sa
mère et obtint cette grâce de son époux,
qui, du reste, mourut pieusement
quelques temps après. Dans la Ville éternelle, on pouvait voir la mère et la fille
visiter avec ferveur les églises et les tombeaux des martyrs et s'adonner ensemble
à tous les exercices de la mortification et
de la piété. Catherine sut résister aux obsessions de plusieurs seigneurs romains
qui la recherchaient en mariage, et Dieu
la défendit parfois d'une manière merveilleuse. Sa joie était de paraître vile aux
yeux des hommes; quatre heures par jour
à genoux sans interruption, elle contemplait les souffrances du Sauveur; elle flagellait cruellement son corps pour devenir
plus semblable à son divin modèle. Un
jour vint où elle fut privée de la compagnie de sa mère chérie; elle fit transporter
en Suède les restes mortels de cette sainte
femme, qui y furent reçus en triomphe;
elle-même se fixa dans un monastère de
sa patrie, où sa vertu s'épura dans le sacrifice: sa vie dès lors ne fut qu'une longue
suite de douleurs corporelles. C'est dans
un transport d'amour que son âme s'envola vers le Ciel. Depuis le moment de sa
mort jusqu'à sa sépulture, une étoile brilla
jour et nuit sur le monastère.
PAGE 4
Auteur
Документ
Catégorie
Без категории
Affichages
2
Taille du fichier
322 Кб
Étiquettes
1/--Pages
signaler