close

Se connecter

Se connecter avec OpenID

BSV Cultures légumières N° 180 - DRAAF Aquitaine

IntégréTéléchargement
N°180
Edition
16/03/2016
Poitou-Charentes
Bulletin disponible sur le site de la DRAAF http://www.draaf.aquitaine-limousinpoitou-charentes.agriculture.gouv.fr/BSV-2016-POITOU-CHARENTES
Recevez le Bulletin de votre choix GRATUITEMENT en cliquant sur :
http://www.bsv-pc.fr/formulaire.php
www.aquitainagri.fr
Animateur et rédacteur filière
Jean-Michel LHOTE - ACPEL
jml.acpel@orange.fr
Ce qu'il faut retenir
Pomme de terre primeur
•
Situation générale : les précipitations du début de l’année ont
compliqué les plantations. Les conditions risquent d’être
propices au rhizoctone et aux autres pourritures. Malgré tout,
les parcelles sont assez régulières et de bonne vigueur.
•
Dégâts liés au gel : quelques dégâts ponctuels ont été notés.
Rester vigilants si des températures basses sont annoncées.
•
Mildiou : Quelques symptômes notés dans des tunnels. Pas de
risque annoncé sur les parcelles de plein champ.
Animateurs délégués
Poireau : Sylvie SICAIRE - CA 16
sylvie.sicaire@charente.chambagri.fr
Céleri et carotte : Benoit
VOELTZEL - CA17
benoit.voeltzel@charentemaritime.chambagri.fr
Pomme de terre primeur :
Thierry MASSIAS - CA 17
Thierry.massias@charentemaritime.chambagri.fr
Tomates abris froids : Geoffrey
MONNET - CA 86
Geoffrey.MONNET@vienne.chambagri.fr
Melon : Jean Michel LHOTE
ACPEL
Jml.acpel@orange.fr
Directeur de publication
Dominique GRACIET
Président de la Chambre
Régionale d'Agriculture Aquitaine
Limousin Poitou-Charentes
Boulevard des Arcades
87060 LIMOGES Cedex 2
accueil@alpc.chambagri.fr
Supervision
DRAAF
Service Régional de
l'Alimentation Aquitaine–
Limousin-Poitou-Charentes
22 Rue des Pénitents Blancs
87000 LIMOGES
Reproduction intégrale
de ce bulletin autorisée.
Reproduction partielle
autorisée avec la mention
« extrait du bulletin de santé
du végétal ALPC Cultures
légumières N°X du
J/M/2016 »
Bulletin de Santé du Végétal Aquitaine - Limousin - Poitou-Charentes / Edition Poitou-Charentes
Cultures légumières – N°180 du 16 mars 2016
1/4
Pomme de terre primeur
o Situation générale
Dans les tunnels, les pommes de terre sont au stade grossissement des tubercules. La végétation est
généralement très belle.
Pour les doubles bâches, les pommes de terre sont au stade tubérisation à tout début grossissement.
Pour les bâches, les stades sont entre le tout début de la levée et l’allongement des stolons.
Les parcelles plantées en plein champ sans bâche commencent à lever, pour les plus avancées.
Dans l’ensemble, les parcelles sont assez régulières et d’une bonne vigueur.
Depuis début janvier, de grosses quantités de précipitations ont perturbé les plantations. Selon les
parcelles, entre 280 et 330 mm sont tombés depuis le 1er janvier. La semaine dernière, les températures
étaient fraiches le matin. En début de semaine, les températures sont remontées dans la journée. La
remontée des températures du sol devrait permettre une évolution significative des plantes.
Du fait des retards dans les plantations, dans les germoirs, les racines commencent à bien se développer
sur les plants. Il est donc nécessaire de penser à bien aérer.
Les pluies importantes et le froid des dernières semaines engendrent un risque important pour le
rhizoctone et différentes pourritures. La présence de mouillères est notée dans certaines parcelles. Les
sols trop humides mettent beaucoup de temps à se réchauffer.
o Dégâts liés au gel
Les pommes de terre étant en train de lever dans bon
nombre de parcelles de plein champ, il faut être
vigilant au gel, si des températures basses sont
annoncées. Quelques dégâts ponctuels liés au gel ont
été notés.
Il peut être nécessaire de lancer une lutte anti-gel.
Dégâts liés au gel – Thierry MASSIAS CA 17
o Mildiou (Phytophtora infestans)
Quelques foyers ont été détectés dans les
tunnels. Ces foyers sont principalement
dus à l’aspersion et à une mauvaise
aération.
Symptômes de mildiou sur feuillage – Thierry MASSIAS CA 17
Bulletin de Santé du Végétal Aquitaine - Limousin - Poitou-Charentes / Edition Poitou-Charentes
Cultures légumières – N°180 du 16 mars 2016
2/4
Cette année, le modèle épidémiologique MILEOS® va permettre d’identifier les périodes à risque pour le
mildiou. Le modèle permet de simuler le développement des générations du mildiou, en s’appuyant sur les
facteurs climatiques : température et hygrométrie.
La prise en compte de la sensibilité variétale vis-à-vis du mildiou du feuillage est un facteur important
pour le raisonnement du risque de la maladie. ALCMARIA et CHARLOTTE sont deux variétés
sensibles.
En début de campagne, le seuil de nuisibilité va dépendre de l’environnement où se situe la parcelle et de
la sensibilité variétale.
Si la parcelle se situe dans un environnement avec présence de mildiou (tas de déchets,
repousses, proximité de foyers, …), le risque est élevé quelle que soit la tolérance variétale à partir du
stade 30% de levée de la culture.
Si la parcelle se situe dans un environnement sain, dans un premier temps, l’analyse de risque
repose sur le nombre de générations et dans un second temps, sur le potentiel de sporulation (réserve de
spores).
o Pour des variétés sensibles comme ALCMARIA et CHARLOTTE, le risque potentiel existe
quand la 3ème génération a terminé son incubation.
o
Pour des variétés intermédiaires au mildiou, le risque potentiel existe quand la 4ème
génération a terminé son incubation.
o
Pour les variétés tolérantes au mildiou, le risque potentiel existe quand la 5ème génération a
terminé son incubation.
Dès lors que le nombre de génération est atteint (lié à votre sensibilité variétale), le potentiel de
sporulation sera pris en compte dans l’analyse du risque épidémiologique.
Seuil de nuisibilité :
Nombre de générations atteint, associé au potentiel de sporulation
Nombre de
génération non
atteint
Pas de risque.
Potentiel de
sporulation nul
Potentiel de
sporulation faible
Potentiel de
sporulation moyen
Potentiel de
sporulation fort
Seuil : 0-1,99
Seuil : 2-2,99
Seuil : 3-3,99
Seuil : 4 et +
Pas de production
significative
d’inoculum.
Production faible
d’inoculum avec un
risque potentiel
uniquement pour
les variétés
sensibles.
Production
moyenne
d’inoculum avec un
risque potentiel,
pour les variétés
sensibles et
intermédiaires.
Production élevée
d’inoculum avec un
risque potentiel,
dans tous les cas
de figure
Source BSV Pomme de terre Picardie n°04 du 21 avril 2015
Évaluation du risque : pour les 3 stations météo de l’Île de Ré, le modèle montre que l’on est
dans la première génération du mildiou. Il n’y a donc pas de risque pour les parcelles de plein
champ sans bâche dans un environnement sain.
Attention : le modèle ne fonctionne que depuis le 1er mars et ne tient pas compte du « microclimat » induit par les bâches. Il faut donc être vigilant pour les parcelles bâchées et pour les
parcelles proches de foyers avérés ou de sources d’inoculum primaire.
Bulletin de Santé du Végétal Aquitaine - Limousin - Poitou-Charentes / Edition Poitou-Charentes
Cultures légumières – N°180 du 16 mars 2016
3/4
Edition AQUITAINE
Les structures partenaires dans la réalisation des observations nécessaires à l'élaboration du Bulletin de santé du
végétal d'Aquitaine-Limousin-Poitou-Charentes Cultures légumières sont les suivantes : Ce bulletin est rédigé par l'ACPEL
avec la collaboration de référents par culture (techniciens des Chambres d'Agriculture de la Charente, de la Charente-Maritime et
d'Indre et Loire et de la Vienne) sur la base d'observations réalisées par des producteurs et techniciens : Charentes-Alliance, les
entreprises de production de melon, la coopérative AGROLEG, la coopérative UNIRE, des producteurs d'Agrobio Poitou-Charentes.
Ce bulletin est produit à partir d'observations ponctuelles réalisées sur un réseau de parcelles. S'il donne une tendance de la situation
sanitaire régionale, celle-ci ne peut pas être transposée telle quelle à chacune des parcelles. La Chambre Régionale d'Agriculture
Aquitaine-Limousin–Poitou-Charentes dégage donc toute responsabilité quant aux décisions prises par les agriculteurs pour la
protection de leurs cultures. Celle-ci se décide sur la base des observations que chacun réalise sur ses parcelles et s'appuie le cas
échéant sur les préconisations issues de bulletins techniques (la traçabilité des observations est nécessaire).
" Action pilotée par le Ministère chargé de l'agriculture, avec l’appui financier de l’Office national de l'eau et des milieux aquatiques, par les crédits issus
de la redevance pour pollutions diffuses attribués au financement du plan Ecophyto ".
Bulletin de Santé du Végétal Aquitaine - Limousin - Poitou-Charentes / Edition Poitou-Charentes
Cultures légumières – N°180 du 16 mars 2016
4/4
Auteur
Документ
Catégorie
Без категории
Affichages
0
Taille du fichier
982 Кб
Étiquettes
1/--Pages
signaler