close

Se connecter

Se connecter avec OpenID

Claude Parent, l`homme des possibles

IntégréTéléchargement
Éditorial
Claude Parent,
l’homme des possibles
Il en a inspiré plus d’un
et restera une référence pour
nombre d’architectes, artistes
et autres créateurs. Claude Parent
a disparu le 27 février 2016,
au lendemain de son 93e anniversaire,
laissant l’architecture française orpheline
d’un de ses visionnaires.
Lors de l’annonce de son décès, L’Architecture
d’Aujourd’hui bouclait ce numéro consacré au
climat. Nous avons bousculé nos pages pour rendre
hommage à celui qui fut ami d’André Bloc (fondateur
d’AA en 1930) et, toujours, lecteur attentif et fidèle.
Claude Parent était écouté et consulté par la profession.
Architectes reconnus ou étudiants étaient reçus avec le même
plaisir chez lui à Neuilly-sur-Seine.
Les hommages étaient nombreux bien avant le 27 février 2016.
En 2007, Jean Nouvel lui dédiait sa Philharmonie de Paris ;
en 2014, Rem Koolhaas consacrait une salle de la Biennale
d’architecture de Venise à la fonction oblique, et impossible
de ne pas voir dans le dessin de Zaha Hadid un emprunt littéral,
bien trop littéral au goût de Parent. De la structure oblique,
théorisée avec son complice Paul Virilio en 1963, on retient certes
la dimension iconoclaste mais, avant tout, « l’intention d’un nouveau
mode d’investissement de l’espace vécu », alternative à l’horizontale
« caduque » et à « son corollaire abstrait et hérétique », la verticale.
Avec l’oblique, l’obstacle devient surmontable, la circulation,
habitable, l’espace, changeant, le monde, palpable et le corps, vivifié
par l’effort. L’architecte de la maison Drusch à Versailles (1966) n’a
pas tant formulé une utopie que défendu l’absolue nécessité de créer
une nouvelle façon de se mouvoir et d’être dans nos villes de plus en
plus banalisées, aseptisées, réglementées, militarisées. Claude Parent
avait formulé la possibilité d’un autre monde, et il observait
à l’égard de tout objet, de toute entreprise, la même liberté.
Ainsi de ses observations sur les récentes évolutions
de L’Architecture d’Aujourd’hui qu’il partageait avec l’équipe
de la revue via des lettres manuscrites. Extrait d’un courrier du 17
mai 2014 à propos du numéro 400 : « Ouvrez [la revue] aux autres
catégories d’intervenants : les architectes étouffent leurs revues. À vous
de jouer sans eux. On y gagnera de l’originalité, de l’espérance et DU
PLAISIR. » Le 13 novembre 2014, au sujet du numéro 403 consacré
à l’habitat pavillonnaire : « Bravo pour le pavillonnaire. Il ne meurt
jamais et cette persistance mérite bien un numéro. Mais il ne
progressera jamais pour autant. C’est intéressant cette survivance
entêtée mais sans victoire. »
Franc-tireur, à l’avant-garde toute sa vie, Claude Parent
incarnait à lui seul la liberté de penser que défend tout créateur.
Dessin / drawing :
Stéphane Maupin pour / for AA
Emmanuelle Borne
L’Architecture d’Aujourd’hui nº411
1
Auteur
Документ
Catégorie
Без категории
Affichages
1
Taille du fichier
50 Кб
Étiquettes
1/--Pages
signaler