close

Se connecter

Se connecter avec OpenID

call for proposals template - EACEA

IntégréTéléchargement
APPEL À PROPOSITIONS
EACEA/12/2016
Programme «Europe créative»
Volet transsectoriel
SOUTIEN A L’INTEGRATION DES
REFUGIES
Lignes directrices
Mars 2016
Table des matières
INTRODUCTION – CONTEXTE ..................................................................................................... 4
1.
OBJECTIFS ET PROJETS CIBLÉS ........................................................................................ 4
1.1. Objectifs de l’appel ...................................................................................................... 4
1.2. Projets ciblés ................................................................................................................ 5
1.2.1. Partenariats créatifs .............................................................................................. 5
1.2.2. Taille des projets ................................................................................................... 5
1.2.3. Contributions aux tiers.......................................................................................... 6
1.2.4. À propos du partenariat ........................................................................................ 6
2.
CALENDRIER ................................................................................................................... 7
3.
BUDGET DISPONIBLE ...................................................................................................... 8
4.
CONDITIONS D’ÉLIGIBILITÉ ............................................................................................. 8
5.
CRITÈRES D’ÉLIGIBILITÉ .................................................................................................. 9
5.1. Critères généraux d’éligibilité ...................................................................................... 9
5.2. Projets éligibles ............................................................................................................ 9
5.3. Partenariat éligible ...................................................................................................... 9
5.3.1. Obligations spécifiques du candidat chef de file ................................................ 10
5.4. Pays éligibles .............................................................................................................. 10
5.5. Activités éligibles ....................................................................................................... 11
5.6. Période éligible .......................................................................................................... 11
6.
CRITÈRES D’EXCLUSION ................................................................................................ 12
6.1. Exclusion de la participation ...................................................................................... 12
6.2. Rejet de la procédure d’adjudication ........................................................................ 14
6.3. Pièces justificatives .................................................................................................... 15
7.
CRITÈRES DE SÉLECTION ............................................................................................... 15
7.1. Capacité financière .................................................................................................... 15
7.2. Capacité opérationnelle ............................................................................................ 16
8.
CRITÈRES D’ATTRIBUTION ............................................................................................ 16
9.
DISPOSITIONS JURIDIQUES........................................................................................... 18
10.
DISPOSITIONS FINANCIÈRES ......................................................................................... 18
10.1. Principes généraux .................................................................................................... 18
10.2. Formulaires de financement ..................................................................................... 20
10.2.1. Montant maximal demandé ............................................................................... 20
10.2.2. Coûts éligibles ..................................................................................................... 20
10.2.3. Coûts directs éligibles: ........................................................................................ 21
10.2.4. Coûts indirects éligibles (frais généraux) ............................................................ 22
10.2.5. Coûts non éligibles .............................................................................................. 22
10.2.6. Calcul du montant final de la subvention - documents justificatifs ................... 23
10.2.7. Règle du non-profit ............................................................................................. 23
10.3. Modalités de paiement ............................................................................................. 23
10.4. Garantie de préfinancement ..................................................................................... 24
11.
PUBLICITÉ ..................................................................................................................... 24
2
11.1. Par les bénéficiaires ................................................................................................... 24
11.2. Par l’Agence ............................................................................................................... 24
11.3. Communication et diffusion ...................................................................................... 25
12.
PROTECTION DES DONNÉES ......................................................................................... 26
13.
PROCÉDURE DE SOUMISSION DES PROPOSITIONS...................................................... 27
13.1. Publication ................................................................................................................. 27
13.2. Inscription sur le portail des participants de la Commission européenne ................ 27
13.3. Soumission de la demande de subvention ................................................................ 27
13.4. Procédure d’évaluation ............................................................................................. 28
13.4.1. Première étape de la procédure d’évaluation: évaluation des critères
d’éligibilité, d’exclusion et de sélection .............................................................. 28
13.4.2. Deuxième étape de la procédure d’évaluation: évaluation des critères
d’attribution ........................................................................................................ 28
13.5. Décision d’attribution ................................................................................................ 29
13.6. Règles applicables...................................................................................................... 29
14.
Contacts ........................................................................................................................ 29
Annexe 1 - Glossaire ................................................................................................................. 31
Annexe 2 – documents obligatoires – liste de vérification ...................................................... 32
3
INTRODUCTION – CONTEXTE
Un des principaux objectifs du programme «Europe Créative» est d’encourager, de préserver
et de promouvoir la diversité culturelle et linguistique européenne. Alors que l’Europe
accueille un nombre considérable de réfugiés, l’Union européenne se fixe comme priorité clé
d’aider les États membre de l’UE à gérer cette situation. En novembre 2015, le Conseil
«Éducation, jeunesse, culture et sport» a réaffirmé que le dialogue interculturel par le biais de
la culture et des arts jouait un rôle important dans l’intégration des réfugiés. La culture et le
cinéma jettent des ponts et améliorent la compréhension mutuelle entre la population du pays
d’accueil et les réfugiés.
Dans ce contexte, la Commission européenne a révisé son programme de travail pour 2016
afin d’inclure des mesures spécifiques soutenant l’intégration des réfugiés et encourageant la
compréhension mutuelle entre les réfugiés et les populations hôtes en Europe. Aux fins du
présent appel à propositions, les principaux protagonistes seront les opérateurs créatifs et
culturels.
1.
OBJECTIFS ET PROJETS CIBLÉS
1.1.
Objectifs de l’appel
Le présent appel à propositions a pour objectif général de soutenir des projets culturels,
audiovisuels et transsectoriels qui visent à faciliter l’intégration des réfugiés dans
l’environnement européen, à améliorer la compréhension culturelle mutuelle et à encourager
le dialogue interculturel et interreligieux, la tolérance et le respect des autres cultures.
Le présent appel a pour objectif spécifique de mettre en place des projets culturels et
audiovisuels transnationaux susceptibles:





d’aider les réfugiés à avoir des relations sociales et à s’exprimer sans nécessairement
maîtriser immédiatement la langue du pays d’accueil;
d’être des plateformes d’apprentissage au sens large, qui encouragent le respect et la
compréhension de la diversité, les compétences interculturelles et civiques, les valeurs
démocratiques et la citoyenneté;
d’offrir aux citoyens européens la chance de découvrir et de comprendre les valeurs et
les cultures des réfugiés et d’en tirer des enseignements – dans un processus de
redécouverte et d’enrichissement de leur propre culture;
de soutenir la présentation et la création conjointe d’œuvres culturelles et/ou
audiovisuelles dans l’ensemble de l’Europe;
d’offrir la possibilité de coopérer avec des organisations d’autres secteurs afin
d’encourager une réponse plus globale, plus rapide, plus efficace et à plus long terme à
ce défi mondial.
4
La Commission vise à sélectionner un petit nombre de candidatures de haute qualité – telles
qu’évaluées par rapport aux critères d’attribution prévus dans la section 9 des présentes
orientations - qui intègrent pleinement l’esprit et les modalités de ces objectifs. Comme pour
toutes les candidatures au programme «Europe créative», il est essentiel que la valeur ajoutée
d’un travail au niveau européen, plutôt qu’au niveau local ou national, ressorte clairement de
la candidature. Par conséquent, le choix des partenaires et leur rôle dans le projet sont très
importants.
Il n’y a pas de priorités établies. Les candidats potentiels doivent dès lors s’assurer que le
projet et les activités qu’ils envisagent s’inscrivent clairement dans le cadre d’au moins un des
objectifs publiés.
1.2.
Projets ciblés
Le résultat escompté est un nombre limité de consortiums créatifs de qualité, constitués
d’organismes travaillant dans les secteurs culturels et créatifs, qui mettront en place et
testeront des initiatives visant à soutenir l’intégration des réfugiés dans les pays participants et
à partager leurs résultats.
La portée du présent appel est assez ouverte. L’appel vise toutefois à garantir la promotion de
certains concepts à travers les projets:
1.2.1.
Partenariats créatifs
Par le présent appel, la Commission vise à encourager l’activité au niveau du programme
«Europe créative» (englobant dès lors les sous-programmes Médias et Culture) via ce qu’on
appelle les «partenariats créatifs». Il s’agit de consortiums établis pour encourager des
organisations créatives et culturelles à envisager une collaboration avec des organisations
d’autres secteurs, afin de satisfaire aux objectifs de l’appel. Bien qu’il ne s’agisse pas d’une
exigence ferme, la Commission est intéressée par de nouveaux modèles de collaboration
incluant des secteurs directement impliqués dans le soutien aux réfugiés, tels que l’aide
humanitaire, l’éducation et la formation à tous les niveaux, la santé, la jeunesse, etc.
Les projets doivent être soumis par un partenariat ne comptant pas moins de trois
organisations couvrant au moins deux pays éligibles pour une participation au sousprogramme Culture (voir section 6). Le candidat chef de file (coordinateur) ainsi qu’une
organisation partenaire doivent être établis dans les secteurs créatifs et culturels. Au moins
une organisation supplémentaire doit être impliquée; le partenaire supplémentaire doit
également provenir des secteurs créatifs et culturels mais il pourrait également être une
organisation active dans des secteurs tels que les domaines public, social, des soins de santé,
éducatif, de la jeunesse ou tout autre domaine susceptible de soutenir l’intégration des
réfugiés.
1.2.2.
Taille des projets
Le présent appel vise à garantir que les fonds très limités disponibles aient le plus grand
impact possible et inspirent d’autres projets de cette nature à l’avenir. De même, les services
de la Commission européenne cherchent à simplifier la gestion de l’appel ainsi qu’à obtenir
des résultats rapidement. Par conséquent, la portée de l’appel est axée sur des projets qui
correspondent au cadre suivant:
 Durée maximale
24 mois
 Subvention minimale 100 000 EUR ne représentant pas plus de 80 % des coûts
éligibles
5

Subvention maximale 200 000 EUR ne représentant pas plus de 80 % des coûts
éligibles
Remarques:
 Les candidatures présentées pour une durée supérieure à 24 mois et celles demandant
une subvention inférieure à 100 000 EUR ne seront pas prises en considération.
 Une subvention excédant le plafond de 200 000 EUR ne sera accordée en aucun cas.
 Les coûts éligibles sont précisés à la section 11.2.
Une candidature qui ne s’intègre pas dans le cadre résumé dans cette section ne sera en aucun
cas retenue.
1.2.3.
Contributions aux tiers
Si les projets envisagés dans le cadre du présent appel sont relativement importants, les
dispositions permettent également le regroupement et la gestion d’un certain nombre de
petites activités au sein d’un projet par le biais de contributions à des tiers. Ces contributions à
des tiers ne sont pas obligatoires mais les consortiums qui souhaitent les inclurent doivent
prendre en compte les points suivants:
 elles doivent être gérées par le candidat chef de file (coordinateur);
 chaque activité financée de la sorte doit promouvoir les objectifs du projet (sélection
parmi les objectifs de l’appel);
 la candidature doit inclure une stratégie détaillée et les critères que le candidat chef de
file et les partenaires utiliseront pour accorder un soutien financier aux tiers;
 si la candidature est retenue, les tiers responsables des candidatures financées doivent
satisfaire aux mêmes conditions contractuelles et obligations en matière de
communication d’informations que le partenariat.
 chaque contribution aux tiers ne peut excéder 60 000 EUR.
Voir section 11.1.f pour plus de détails.
1.2.4.
À propos du partenariat
Le candidat chef de file (coordinateur):
Le candidat chef de file représentera le consortium dans toute relation contractuelle avec
l’Agence.
Le candidat chef de file doit être une entreprise, une association ou une organisation active
dans les secteurs culturels et créatifs tels que définis à l’article 2 du règlement n° 1295/2013
du Parlement européen et du Conseil établissant le programme «Europe créative»1. Le
formulaire de candidature inclut une section dans laquelle les candidats doivent fournir des
informations concernant les statuts et les objectifs de l’organisation du candidat chef de file.
Le candidat chef de file doit établir un accord écrit avec tous les partenaires, définissant leurs
rôles respectifs dans le projet. Le texte de cet accord fera partie de la candidature. La version
signée originale sera exigée en cas de candidature retenue et devra être fournie à l’Agence
avant la signature de la convention de subvention.
1
http://data.consilium.europa.eu/doc/document/ST-14443-2015-INIT/fr/pdf
6
Le candidat chef de file remettra la candidature à l’Agence au nom de tous les partenaires. Par
conséquent, les candidatures doivent inclure les mandats des organisations partenaires
confirmant leur participation (signatures originales ou équivalent exigés).
Les partenaires:
Au moins un des partenaires du projet doit être actif dans les secteurs culturels et créatifs tels
que définis à l’article 2 du règlement n° 1295/2013 du Parlement européen et du Conseil
établissant le programme «Europe créative»2. Une preuve de cette activité sera exigée.
Le partenariat peut également inclure des organisations qui ne sont pas actives dans les
secteurs culturels et créatifs mais qui participeront néanmoins activement aux objectifs
poursuivis. Les partenaires doivent être actifs dans les domaines public, social, des soins de
santé ou éducatif ou dans tout autre secteur qui pourrait soutenir l’intégration sociale et
culturelle des réfugiés et/ou générer un dialogue interculturel.
Les partenaires sont des entreprises, des associations ou des organisations établies dans les
pays éligibles. Les partenaires doivent être pleinement actifs dans la mise en œuvre du projet.
Une preuve de cette conformité sera requise dans la description détaillée du projet.
Les personnes physiques ne sont pas autorisées à demander une subvention.
2.
CALENDRIER
Phases
Délais indicatifs
a)
Publication de l’appel
début mars 2016
b)
Date limite de présentation des candidatures
jeudi 28 avril 2016 –
12 heures (midi, heure de
Bruxelles)
c)
Période d’évaluation
3 mois
d)
Information des candidats
Début août 2016
e)
Signature de la convention de subvention
Septembre 2016
f)
Date de début de l’action (projet)
septembre décembre 2016
2
http://eur-lex.europa.eu/legal-content/EN/TXT/HTML/?uri=CELEX:32013R1295&from=FR
7
3.
BUDGET DISPONIBLE
Le budget total alloué au cofinancement des projets est estimé à 1,6 million d’EUR.
Chaque subvention s’élèvera entre 100 000 et 200 000 EUR, représentant au maximum 80 %
du budget éligible. Le montant restant d’au moins 20 % des coûts éligibles doit être assuré par
les candidats (partenariat).
L’Agence prévoit de subventionner environ 8 à 12 projets. L’Agence se réserve le droit de ne
pas distribuer tous les fonds disponibles.
CONDITIONS D’ÉLIGIBILITÉ
4.
Les candidatures doivent remplir les conditions suivantes:
-
elles doivent être envoyées par voie électronique au plus tard à la date limite de dépôt
des candidatures indiquée à la section 3 des présentes orientations;
-
elles doivent être soumises par écrit au moyen des documents de candidature en ligne
(formulaire électronique et annexes) décrits à la section 14 des présentes orientations;
-
il convient de répondre à toutes les questions du formulaire et des annexes et de
compléter tous les tableaux, sauf lorsqu’ils concernent les dispositions facultatives
(telles que les contributions aux tiers);
-
elles doivent être soumises dans l’une des langues officielles de l’UE et la langue
utilisée doit être une langue de communication pour le partenariat au nom duquel la
candidature est présentée (c.-à-d. que toutes les personnes de contact des partenaires
doivent pouvoir comprendre le contenu du formulaire de candidature);
-
elles doivent satisfaire au cadre de la taille des projets présenté au point 2.2.2 cidessus.
Veuillez noter que seules les demandes dactylographiées seront prises en considération.
Le formulaire de candidature doit être accompagné d’un budget équilibré et de tous les
autres documents obligatoires (voir liste en annexe 2).
Le non-respect de ces exigences entraînera le rejet de la candidature.
Remarque: Un certain nombre d’activités préparatoires sont requises pour compléter les
documents de candidature et soumettre le formulaire de candidature électronique («eForm»).
Outre la planification détaillée établissant qui fait quoi et le budget détaillé pour chaque
organisation participant au projet, chaque organisation doit fournir un code identifiant du
participant (PIC, Participant Identification Code); sans le PIC, le formulaire électronique ne
peut être soumis. Les organisations peuvent obtenir un code PIC en s’inscrivant auprès du
portail des participants de l’éducation, de l’audiovisuel, de la culture, de la citoyenneté et du
bénévolat. Si le candidat chef de file ou l’un des autres partenaires a déjà un code PIC qui a
été utilisé pour d’autres programmes ou appels (par exemple, s’ils ont déjà participé à des
8
appels précédents dans le cadre du programme «Europe créative» ou des programmes
Erasmus + ou de recherche), le même code PIC doit être utilisé pour le présent appel à
propositions (voir section 14.2 pour de plus amples informations).
CRITÈRES D’ÉLIGIBILITÉ
5.
5.1.
Critères généraux d’éligibilité
Les critères d’éligibilité sont présentés aux points 1 et 2 de l’appel à proposition et concernent
les candidats éligibles, les pays, la composition du partenariat, le soutien financier aux tiers, la
période d’éligibilité. Les candidatures qui ne satisfont pas à ces critères ne seront pas prises en
considération. Une liste de vérification de ces critères est présentée en annexe 2 des présentes
orientations pour les candidats.
Les candidatures qui satisfont aux critères suivants feront l’objet d’une évaluation
approfondie.
5.2.
Projets éligibles
Les projets éligibles sont mis en œuvre par des partenariats créatifs qui impliqueront un
candidat chef de file (coordinateur) et au moins deux autres partenaires ayant leur siège social
dans au moins deux pays différents participant au programme «Europe créative».
5.3.
Partenariat éligible
Le partenariat minimum se compose d’au moins trois organisations couvrant au moins deux
pays éligibles. Les critères de partenariat spécifiques sont établis ci-dessous.
Le candidat chef de file et au moins un des partenaires doivent être actifs dans les secteurs
culturels et créatifs. Le partenaire supplémentaire peut être actif dans des secteurs pertinents
tels que les services publics, l’aide humanitaire, les secteurs social/des services sociaux, les
soins de santé, l’éducation et la formation à tous les niveaux, la jeunesse, le sport ou tout autre
domaine susceptible de soutenir l’intégration des réfugiés.
I.
Le candidat chef de file et au moins un des partenaires doivent
a) avoir leur siège social dans un des pays suivants:
a. les 28 États membres de l’Union européenne,
b. les pays de l’AELE/EEE: Islande et Norvège,
c. les pays candidats à l’adhésion à l’UE: l’Albanie, l’ancienne République
yougoslave de Macédoine, le Monténégro, la Serbie et la Turquie,
d. le pays candidat potentiel: Bosnie-Herzégovine
b) être une entreprise, une association ou une organisation active dans les secteurs
culturels et créatifs tels que définis à l’article 2 du règlement n° 1295/2013 du
9
Parlement européen et du Conseil établissant le programme «Europe créative». Une
preuve de cette activité sera exigée.
II.
Il doit y avoir au moins une organisation partenaire, outre les deux partenaires
susmentionnés (c.-à-d. un partenaire chef de file et au moins deux organisations
partenaires au total). L’autre ou les autres organisations partenaires doivent se
conformer aux critères suivants:
a. être enregistrée(s) dans l’un des pays suivants:
1. les 28 États membres de l’Union européenne,
2. les pays de l’AELE/EEE: Islande et Norvège,
3. les pays candidats à l’adhésion à l’UE: l’Albanie, l’ancienne République
yougoslave de Macédoine, le Monténégro, la Serbie et la Turquie,
4. Pays candidat potentiel: la Bosnie-Herzégovine,
5. d’autres pays participant au sous-programme culture: la Géorgie, la Moldavie et
l’Ukraine.
b. être une entreprise, une association ou une organisation active dans les secteurs
culturels et créatifs tels que définis à l’article 2 du règlement n° 1295/2013 du
Parlement européen et du Conseil établissant le programme «Europe créative»
OU
Le partenaire ou les partenaires restants peuvent être des organisations qui ne sont pas
actives dans les secteurs culturels et créatifs mais qui participeront néanmoins
activement aux objectifs poursuivis dans le cadre du projet. Ils peuvent être actifs dans
des secteurs pertinents tels que les services publics, l’aide humanitaire, les secteurs
social/des services sociaux, les soins de santé, l’éducation et la formation à tous les
niveaux, la jeunesse, le sport ou tout autre domaine susceptible de soutenir
l’intégration des réfugiés.
Dans un cas comme dans l’autre, une preuve de cette activité sera exigée.
5.3.1.
Obligations spécifiques du candidat chef de file
Le candidat chef de file remettra la candidature à l’Agence au nom de tous les partenaires. Par
conséquent, les candidatures doivent inclure les mandats des organisations partenaires
confirmant leur participation (signatures originales ou équivalent exigés). La version signée
originale sera exigée en cas de candidature retenue et devra être fournie à l’Agence avant la
signature de la convention de subvention.
Le candidat chef de file doit établir un accord écrit avec tous les partenaires, définissant leurs
rôles respectifs dans le projet. Le texte de cet accord fera partie de la candidature. La version
signée originale sera exigée en cas de candidature retenue et devra être fournie à l’Agence
avant la signature de la convention de subvention.
Les personnes physiques ne sont pas éligibles à solliciter une subvention ou remplir le rôle
d’une organisation partenaire.
5.4.
Pays éligibles
Le partenariat peut couvrir les pays suivants, sous réserve des conditions stipulées au
point 6.2 ci-dessus:
10
1. les 28 États membres de l’Union européenne,
2. les pays de l’AELE/EEE: Islande et Norvège,
3. les pays candidats à l’adhésion à l’UE: l’Albanie, l’ancienne République yougoslave de
Macédoine, le Monténégro, la Serbie et la Turquie,
4. Pays candidat potentiel: la Bosnie-Herzégovine,
5. d’autres pays participant au sous-programme Culture: la Géorgie, la Moldavie et
l’Ukraine.
5.5.
Activités éligibles
Les activités éligibles à prendre en considération sont les activités qui visent à atteindre les
objectifs mentionnés sous les objectifs et priorités.
Ces activités visent à soutenir l’intégration de réfugiés provenant de pays ne participant pas au
programme «Europe créative» et récemment arrivés dans l’UE, en utilisant les activités
culturelles et créatives dans toute leur diversité et leur potentiel, en les reliant autant que
possible à l’éducation.
Les types d’activités éligibles au titre du présent appel sont les suivants:
-
projets créatifs tels que des expositions, festivals, co-création, tourisme, film et
créations audiovisuelles;
-
conférences, séminaires;
-
activités de formation;
-
actions de sensibilisation et de diffusion;
-
actions visant à la création et à l’amélioration des réseaux, des échanges de bonnes
pratiques;
-
études, analyse, projets de cartographie;
-
échanges, mobilités;
-
activités de recherche.
Ces activités peuvent être entreprises directement par le partenariat, ou par des tiers
conformément aux dispositions de la section 2.2.3 (ci-dessus) et 11.1.f (ci-dessous).
5.6.
Période éligible
Les activités doivent débuter entre septembre 2016 et décembre 2016.
Une subvention de l’Union peut cependant être octroyée à un projet qui a déjà commencé,
pour autant que le candidat produise la preuve de la nécessité de démarrer le projet avant la
signature du contrat. En tout état de cause, l’Agence devra approuver la justification de la
nécessité de démarrer le projet avant cette signature; par ailleurs, le projet ne peut commencer
avant la date limite de soumission de la candidature.
Aucune subvention ne peut être octroyée à titre rétroactif à des projets déjà achevés.
11
La durée maximale d’un projet sera de 24 mois. Les candidatures relatives à des projets dont
la durée prévue est supérieure à celle qui est indiquée dans les présentes orientations ne seront
pas considérées comme éligibles.
Toutefois, si après la signature de la convention et le début du projet, les bénéficiaires se
trouvent dans l’impossibilité, pour des raisons pleinement justifiées et indépendantes de leur
volonté, d’achever le projet dans le délai imparti, une prolongation de la période d’éligibilité
pourra être accordée. Une prolongation maximale de six mois sera accordée, si elle est
demandée avant l’expiration du délai visé dans la convention de subvention. La durée
maximale sera alors portée à 30 mois.
Dans certains cas dûment justifiés, les coûts supportés avant la signature de l’accord mais
après la date de soumission peuvent être éligibles.
Seules les candidatures qui satisfont aux critères d’éligibilité seront prises en compte pour
l’octroi d’une subvention. Si une candidature est jugée irrecevable, une lettre en indiquant les
raisons sera adressée au candidat.
6.
6.1.
CRITÈRES D’EXCLUSION
Exclusion de la participation
Un candidat sera exclu de la participation aux appels à propositions s’il se trouve dans l’une
des situations suivantes:
a) il est en état de faillite ou fait l’objet d’une procédure d’insolvabilité ou de liquidation, ses
biens sont administrés par un liquidateur ou sont placés sous administration judiciaire, il a
conclu un concordat préventif, il se trouve en état de cessation d’activités, ou dans toute
situation analogue résultant d’une procédure de même nature prévue par les législations ou
réglementations nationales;
b) il a été établi par un jugement définitif ou une décision administrative définitive que le
candidat n’a pas respecté ses obligations relatives au paiement des impôts ou des cotisations
de sécurité sociale selon le droit du pays où il est établi, celui du pays de l’ordonnateur ou
celui du pays où la subvention doit être mise en œuvre;
c) il a été établi par un jugement définitif ou une décision administrative définitive que le
candidat a commis une faute professionnelle grave en ayant violé des dispositions législatives
ou réglementaires applicables ou des normes de déontologie de la profession à laquelle il
appartient, ou en ayant adopté une conduite fautive qui a une incidence sur sa crédibilité
professionnelle, dès lors que cette conduite dénote une intention fautive ou une négligence
grave, y compris en particulier l’une des conduites suivantes:
i. présentation frauduleuse ou par négligence de fausse déclaration en fournissant les
renseignements exigés pour la vérification de l’absence de motifs d’exclusion ou le respect
des critères de sélection, ou dans l’exécution d’un marché, d’une convention de subvention
ou d’une décision de subvention;
ii. conclusion d’un accord avec d’autres personnes en vue de fausser la concurrence;
iii. violation de droits de propriété intellectuelle;
iv. tentative d’influer sur le processus décisionnel de l’Agence lors de la procédure
d’adjudication;
v. tentative d’obtenir des informations confidentielles susceptibles de lui donner un
avantage indu lors de la procédure d’adjudication;
d) il a été établi par un jugement définitif que le candidat est coupable de l’un des faits
suivants:
12
i. fraude, au sens de l’article 1er de la convention relative à la protection des intérêts
financiers des Communautés européennes, établie par l’acte du Conseil du 26 juillet 1995;
ii. corruption, telle qu’elle est définie à l’article 3 de la convention relative à la lutte contre
la corruption impliquant des fonctionnaires des Communautés européennes ou des
fonctionnaires des États membres de l’UE, établie par l’acte du Conseil du 26 mai 1997, et
à l’article 2, paragraphe 1, de la décision-cadre 2003/568/JAI du Conseil, ou telle qu’elle
est définie dans les dispositions légales du pays de l’ordonnateur, du pays où le candidat
est établi ou de celui où la subvention doit être mise en œuvre;
iii. participation à une organisation criminelle, telle qu’elle est définie à l’article 2 de la
décision-cadre 2008/841/JAI du Conseil;
iv. blanchiment de capitaux ou financement du terrorisme, tels qu’ils sont définis à
l’article 1er de la directive 2005/60/CE du Parlement européen et du Conseil;
v. infraction terroriste ou infraction liée aux activités terroristes, telles qu’elles sont
définies respectivement à l’article 1er et à l’article 3 de la décision-cadre 2002/475/JAI du
Conseil, ou incitation à commettre une infraction, complicité ou tentative d’infraction
telles qu’elles sont visées à l’article 4 de ladite décision;
vi. travail des enfants ou autres formes de traite des êtres humains, tels qu’ils sont définis à
l’article 2 de la directive 2011/36/UE du Parlement européen et du Conseil;
e) il a gravement manqué à des obligations essentielles dans l’exécution d’un marché, d’une
convention de subvention ou d’une décision de subvention financée par le budget de l’Union,
ce qui a conduit à leur résiliation anticipée ou à l’application de dommages-intérêts
forfaitaires ou d’autres pénalités contractuelles, ou ce qui a été découvert à la suite de
contrôles, d’audits ou d’enquêtes effectués par un ordonnateur, l’OLAF ou la Cour des
comptes;
f) il a été établi par un jugement définitif ou une décision administrative définitive que le
candidat a commis une irrégularité au sens de l’article 1er, paragraphe 2, du règlement (CE,
Euratom) n° 2988/95 du Conseil;
g) en l’absence de jugement définitif ou, le cas échéant, de décision administrative définitive,
le candidat se trouve dans l’un des cas visés aux points c) à f) ci-dessus, sur la base des
éléments suivants:
i. les faits établis dans le cadre d’audits ou d’enquêtes menés par la Cour des comptes,
l’OLAF ou le service d’audit interne, ou de tout autre contrôle, audit ou vérification
effectué(e) sous la responsabilité de l’ordonnateur d’une institution de l’UE, d’un office
européen ou d’une agence ou d’un organe de l’UE;
ii. les décisions administratives non définitives, y compris le cas échéant les mesures
disciplinaires prises par l’organe de surveillance compétent qui est chargé de vérifier
l’application des normes de déontologie professionnelle;
iii. les décisions de la BCE, de la BEI, du Fonds européen d’investissement ou
d’organisations internationales;
iv. les décisions de la Commission relatives à la violation des règles de l’Union dans le
domaine de la concurrence ou les décisions d’une autorité nationale compétente concernant
la violation du droit de l’Union ou du droit national en matière de concurrence;
v. les décisions d’exclusion de l’ordonnateur d’une institution de l’UE, d’un office
européen ou d’une agence ou d’un organe de l’UE;
h) lorsqu’une personne qui est membre de l’organe d’administration, de direction ou de
surveillance dudit candidat ou qui détient des pouvoirs de représentation, de décision ou de
contrôle à l’égard de ce candidat (directeur de l’entreprise, membre des organes de direction
ou de surveillance, ou détenteur de la majorité des actions) se trouve dans une ou plusieurs
des situations visées aux points c) à f) ci-dessus;
i) lorsqu’une personne physique ou morale qui répond indéfiniment des dettes dudit candidat
se trouve dans une ou plusieurs des situations visées aux points a) ou b) ci-dessus.
13
Si un candidat se trouve dans l’une des situations d’exclusion précédemment énumérées, il
doit indiquer les mesures qu’il a prises pour remédier à cette situation, démontrant ainsi sa
fiabilité. Ces mesures peuvent être prises au niveau technique ou dans les domaines de
l’organisation et du personnel afin d’éviter la répétition d’une telle situation; elles peuvent
aussi inclure la réparation des dommages ou le paiement d’amendes. Ceci ne s’applique pas
aux situations visées au point d) de cette section.
6.2.
Rejet de la procédure d’adjudication
Le candidat ne se verra pas attribuer de subvention pour cette procédure:
(a) s’il se trouve dans une situation d’exclusion établie conformément à la section 7.1 cidessus;
(b) s’il a présenté de fausses déclarations en ce qui concerne les informations exigées pour
participer à la procédure ou n’a pas communiqué ces informations;
(c) s’il a déjà participé à la préparation d’un appel à propositions, si cela entraîne une
distorsion de concurrence qui ne peut être corrigée autrement.
Les mêmes critères d’exclusion s’appliquent aux entités affiliées.
Le rejet de cette procédure et des sanctions administratives (exclusion ou sanction financière)
peuvent être infligés aux candidats ou entités apparentées le cas échéant, si l’une des
déclarations ou informations transmises et requises dans le cadre de la participation à cette
procédure se révélait fausse.
Les candidats doivent être informés que l’Agence peut publier sur son site internet les
informations suivantes, qui ont trait à l’exclusion et, le cas échéant, à la sanction financière
pour les cas visés aux points c), d), e) et f) de la section 7.13
(a) le nom du candidat concerné;
(b) la situation d’exclusion;
(c) la durée de l’exclusion et/ou le montant de la sanction financière.
En cas de qualification juridique préliminaire (c’est-à-dire en l’absence de jugement définitif
ou de décision administrative définitive), la publication précisera qu’il n’y a pas de jugement
définitif ni de décision administrative définitive. En pareil cas, il y a lieu de publier sans
tarder les informations relatives à d’éventuels recours du candidat, à leur état d’avancement et
3
Ces informations ne seront pas publiées dans l’une des circonstances suivantes:
(a) lorsqu’il est nécessaire de préserver la confidentialité d’une enquête ou d’une procédure judiciaire nationale;
(b) lorsque la publication des informations causerait un dommage disproportionné au candidat concerné ou serait à d’autres
égards disproportionnée, compte tenu des critères de proportionnalité et du montant de la sanction financière;
(c) lorsqu’une personne physique est concernée, sauf si la publication de données à caractère personnel est justifiée à titre
exceptionnel, notamment par la gravité de la conduite ou son incidence sur les intérêts financiers de l’Union. En pareil cas, la
décision de publier les informations prend dûment en considération le droit au respect de la vie privée et d’autres droits
prévus par le règlement (CE) n° 45/2001.
14
à leur issue, ainsi qu’à une éventuelle révision de la décision par l’ordonnateur. Lorsqu’une
sanction financière a été infligée, les informations publiées précisent aussi si le montant prévu
par cette sanction a été versé.
La décision de publier les informations est prise par l’Agence, à la suite du jugement définitif
concerné, de la décision administrative définitive, ou de la qualification juridique
préliminaire, selon le cas. Cette décision prend effet trois mois après sa notification à
l’opérateur économique.
Les informations publiées sont retirées dès que l’exclusion a pris fin. En cas de sanction
financière, les informations publiées sont retirées six mois après le paiement de cette sanction.
Conformément au règlement (CE) n° 45/2001, lorsqu’il s’agit de données à caractère
personnel, l’Agence informe le candidat des droits dont il dispose en vertu des règles
applicables régissant la protection des données et des procédures disponibles pour l’exercice
de ces droits.
6.3.
Pièces justificatives
Les candidats demandant une subvention supérieure à 60 000 EUR doivent signer une
déclaration sur l’honneur attestant qu’ils ne se trouvent pas dans l’une des situations visées
aux sections 7.1 et 7.2 ci-dessus; ils doivent remplir le formulaire qui est joint au formulaire
de candidature accompagnant l’appel à propositions.
La
déclaration
sur
l’honneur
est
disponible
http://eacea.ec.europa.eu/europe-creative/financement_fr
7.
à
l’adresse
suivante:
CRITÈRES DE SÉLECTION
Les candidats doivent présenter une déclaration sur l’honneur, complétée et signée, attestant
leur qualité de personne morale, ainsi que leur capacité financière et opérationnelle à mener à
bien les activités proposées.
7.1.
Capacité financière
Les candidats doivent disposer de sources de financement stables et suffisantes pour maintenir
leur activité pendant la période de réalisation du projet et pour participer à son financement.
La capacité financière des candidats sera évaluée sur la base des pièces justificatives
suivantes, à remettre avec le formulaire de candidature électronique:
-
une
déclaration
sur
l’honneur
du
candidat
(http://eacea.ec.europa.eu/europe-creative/financement_fr);
chef
de
file
-
les états financiers du candidat chef de file (y compris le bilan, le compte de profits et
pertes et les annexes) des deux derniers exercices financiers pour lesquels les comptes
ont été clos, Les candidats qui n’ont clos qu’un exercice financier à la date de
soumission fournissent les états financiers pour ce seul exercice;
15
-
Le formulaire de capacité financière pour le candidat chef de file, complété avec les
données comptables légales pertinentes, afin de calculer les ratios indiqués dans le
formulaire,
Si, sur la base des documents produits, l’Agence estime que la capacité financière n’est pas
satisfaisante, elle peut:
-
demander un complément d’information;
-
proposer une convention de subvention sans verser de préfinancement;
-
proposer une convention de subvention avec un préfinancement échelonné;
-
proposer une convention de subvention assortie d’un préfinancement couvert par une
garantie bancaire (voir la section 11.4 ci-dessous);
-
le cas échéant, exiger la responsabilité financière solidaire de l’ensemble des
cobénéficiaires;
-
rejeter la candidature.
La vérification de la capacité financière ne s’applique pas aux organismes publics ni aux
organisations internationales de droit public. Elle ne s’appliquera pas aux établissements
d’éducation et de formation s’il en est décidé ainsi par l’ordonnateur compétent sur la base de
son analyse des risques de gestion.
7.2.
Capacité opérationnelle
Les candidats doivent posséder les compétences professionnelles et les qualifications
adéquates nécessaires à la réalisation de l’action proposée.
Le représentant légal de l’organisation du candidat chef de file (coordinateur) attestera de la
capacité opérationnelle du partenariat sous la forme de leur déclaration sur l’honneur. En
outre, la capacité opérationnelle sera évaluée sur la base des informations à l’appui suivantes:
-
le curriculum vitæ ou la description du profil des principaux responsables de la gestion
et de la mise en œuvre de l’opération au sein de chaque institution partenaire;
-
une liste exhaustive des projets et activités antérieurs, en lien avec le domaine d’un
appel donné ou avec les actions à mener à bien.
CRITÈRES D’ATTRIBUTION
8.
Les candidatures éligibles feront l’objet d’une évaluation au regard des critères suivants:
1. Pertinence du concept de projet et de la stratégie ou des stratégies connexes
(40 points)
Conformément aux objectifs principaux du présent appel, ce critère évalue dans quelle mesure
le projet et le partenariat contribueront à aider les réfugiés à s’intégrer dans l’UE et offriront
aux citoyens européens la chance de découvrir et de comprendre la population immigrée grâce
à des moyens culturels et créatifs, y compris le cinéma et l’audiovisuel.
-
Dans quelle mesure le projet proposé satisfait-il aux objectifs décrits à la section 2 du
présent document?
Dans quelle mesure la ou les stratégies proposées sont-elles claires et convaincantes?
16
-
De quelle façon le partenariat proposé constitue-t-il une collaboration utile et
innovante entre les différents secteurs pour atteindre les objectifs visés?
Dans quelle mesure le projet est-il complémentaire des actions mises en œuvre au
niveau national, régional ou local?
2. Qualité du contenu du projet et des activités du partenariat créatif (30 points)
Ce critère évalue la façon dont le projet sera mis en œuvre concrètement (qualité des activités
et des éléments livrables et modalités de travail, y compris le partenariat créatif).
-
Comment le projet est-il mis en œuvre concrètement et quels résultats pratiques est-il
censé produire?
Dans quelle mesure la proposition de projet dans son ensemble et l’organisation des
activités sont-elles claires et réalistes?
Dans quelle mesure le calendrier de mise en œuvre des activités du projet est-il clair et
réaliste?
Dans quelle mesure l’affectation du budget et des ressources humaines est-elle
appropriée aux activités menées dans le cadre du projet?
Dans quelle mesure les modalités de travail du partenariat et la coordination des tâches
de tous les partenaires sont-elles clairement définies?
Dans quelle mesure le partenariat possède-t-il les compétences, l’expérience et la
connaissance du terrain pour livrer des résultats/produits de qualité qui satisferont à
l’objectif ou aux objectifs poursuivis?
(Uniquement pour les candidatures incluant des subventions aux tiers) Dans quelle
mesure le cadre des critères est-il adéquat pour la sélection et le suivi des subventions?
3. Diffusion et impact potentiel du projet (30 points)
Ce critère évalue l’approche du projet en ce qui concerne la communication de ses activités et
de ses résultats et le partage de connaissances et d’expériences avec d’autres organisations ou
groupements cherchant à traiter des questions en rapport avec les réfugiés. L’objectif est de
développer au maximum l’impact des résultats du projet en les mettant à disposition le plus
largement possible aux niveaux local, régional, national et européen, de manière à ce que sa
portée ne concerne pas seulement les personnes ayant directement participé au projet, mais
perdure au-delà de la durée de vie du projet.
- Dans quelle mesure le projet vise-t-il à produire des résultats et/ou de bonnes
pratiques et/ou une méthodologie et/ou un nouveau modèle d’action?
- Des résultats concrets et bien définis sont-ils prévus? Dans quelle mesure sont-ils
appropriés pour les objectifs généraux du projet (évaluation qualitative et
quantitative)?
- Le projet aura-t-il un impact mesurable, compréhensible pour les publics cibles?
Dans quelle mesure les éléments de preuve présentés dans le formulaire de
candidature sont-ils convaincants pour la réalisation de l’impact envisagé?
- Dans quelle mesure le projet vise-t-il à produire des résultats qui auront un impact
sur la population tant réfugiée que locale?
- Dans quelle mesure la ou les stratégies et les résultats pourront-ils être reproduits
dans d’autres contextes/pays?
- Quelle est l’étendue de l’impact direct à court terme sur la population cible?
17
- Dans quelle mesure l’impact du projet va-t-il au-delà de ceux qui sont directement
impliqués dans le projet et au-delà de la durée de vie du projet? Dans quelle mesure
les éléments de preuve selon lesquels le potentiel pour un impact à moyen ou long
terme peut être réalisé sont-ils convaincants?
9.
DISPOSITIONS JURIDIQUES
En cas de subvention accordée par l’Agence, une convention de subvention établie en euros et
précisant les conditions et le niveau de financement, sera envoyée au bénéficiaire, ainsi que la
procédure, afin de formaliser les obligations des parties.
les deux exemplaires de la convention originale doivent être d’abord signés par le bénéficiaire
et renvoyés immédiatement à l’Agence. L’Agence est la dernière partie signataire.
Veuillez noter que l’octroi d’une subvention ne confère aucun droit pour les années suivantes.
10.
DISPOSITIONS FINANCIÈRES
10.1.
Principes généraux
a) Non-cumul
Une même action ne peut recevoir qu’une seule subvention du budget de l’Union.
En aucun cas les mêmes coûts ne peuvent être financés deux fois par le budget de
l’Union. Afin de garantir le respect de cette disposition, les candidats indiquent sur le
formulaire de candidature les sources et montants des financements de l’Union dont ils
bénéficient ou demandent à bénéficier pour la même action, une partie de ladite action
ou son fonctionnement au cours du même exercice, ainsi que tout autre financement
dont ils bénéficient ou demandent à bénéficier pour la même action.
b) Non-rétroactivité
La subvention rétroactive d’actions déjà achevées est exclue.
La subvention d’actions déjà entamées ne peut être octroyée que dans les cas où le
candidat peut démontrer la nécessité de commencer l’action avant la signature de la
convention.
Dans ces cas, les dépenses éligibles à un financement ne pourront être engagées avant
la date de dépôt de la demande de subvention.
c) Cofinancement
Le co-financement implique que les ressources nécessaires pour exécuter l’action ou le
programme de travail ne peuvent pas provenir entièrement de la subvention de l’UE.
Le cofinancement de l’action peut prendre les formes suivantes:
 ressources propres du bénéficiaire,
 recettes provenant de l’action,
18
 contributions financières de tiers.
d) Budget équilibré
Le budget prévisionnel de l’action doit être joint au formulaire de candidature. Ses
recettes et ses dépenses doivent être équilibrées.
Le budget doit être libellé en euros.
Les candidats qui prévoient que les coûts ne seront pas encourus en euros doivent
utiliser le taux de change publié sur le site web InforEuro, à l’adresse suivante:
http://ec.europa.eu/budget/contracts_grants/info_contracts/inforeuro/inforeuro_en.cfm
à la date de publication du présent appel à propositions.
e) Contrats de mise en œuvre/sous-traitance
Lorsque la mise en œuvre de l’action exige l’attribution de marchés publics (contrats
de mise en œuvre), le bénéficiaire est tenu d’attribuer le marché à l’offre qui présente
le meilleur rapport qualité-prix ou le prix le plus bas (selon le cas), en évitant les
conflits d’intérêts, et de conserver les pièces justificatives pour un éventuel audit.
Si le marché dépasse 60 000 EUR, le bénéficiaire doit se conformer aux règles
spéciales visées dans la convention de subvention jointe à l’appel. De plus, le
bénéficiaire doit justifier de manière claire la mise en concurrence et conserver tous
les documents en cas d’audit.
Les entités, en leur qualité de pouvoirs adjudicateurs au sens de la
directive 2004/18/CE4 ou d’entités adjudicatrices au sens de la directive 2004/17/CE5,
observent les règles nationales en vigueur en matière de passation de marchés publics.
La sous-traitance, c’est-à-dire l’externalisation de tâches ou d’activités spécifiques qui
font partie de l’action ou du programme de travail décrits dans la proposition et qui ne
peuvent pas être exécutées par le bénéficiaire lui-même, doit satisfaire aux conditions
applicables à tout contrat de mise en œuvre (comme indiqué ci-dessus) et répondre en
outre aux conditions suivantes:
- elle ne peut porter que sur la mise en œuvre d’une partie limitée de l’action;
- elle doit être justifiée au regard de la nature de l’action et des mesures nécessaires à
sa réalisation;
- elle doit être clairement spécifiée dans la proposition, ou une autorisation écrite
préalable de l’Agence doit être obtenue.
f) Soutien financier à des tiers
Les candidatures peuvent prévoir l’apport d’un soutien financier à des tiers. Le cas
échéant, les candidatures doivent inclure:
- une liste exhaustive des types d’activités pour lesquelles un tiers peut recevoir un
apport financier:
- la définition des types de personnes ou catégories de personnes pouvant bénéficier
d’un soutien financier,
4
Directive 2004/18/CE relative à la coordination des procédures de passation des marchés publics
de travaux, de fournitures et de services.
5
Directive 2004/17/CE portant coordination des procédures de passation des marchés
19
- les critères pour l’attribution d’un soutien financier,
- le montant maximal à attribuer à chaque tiers et les critères pour déterminer ce
montant.
Le montant du soutien financier par tiers ne peut excéder 60 000 EUR et ne peut être
géré que par le candidat chef de file.
10.2.
Formulaires de financement
Les subventions financées par le remboursement des coûts éligibles en combinaison avec un
taux forfaitaire couvrant les frais généraux sont calculées sur la base d’un budget prévisionnel
détaillé, indiquant clairement les coûts qui sont éligibles à un financement de l’UE.
10.2.1.
Montant maximal demandé
La subvention de l’UE est limitée à un taux de cofinancement maximal de 80 % des coûts
éligibles (tenant compte de la subvention maximale mentionnée à la section 4).
Par conséquent, une partie des dépenses totales éligibles prises en compte dans le budget
prévisionnel doit être financée à partir de sources autres que la subvention de l’Union.
Le montant de la subvention ne peut excéder les coûts éligibles ni le montant demandé. Les
montants sont indiqués en euros.
Le fait que l’Agence exécutive accepte une demande ne signifie pas qu’elle s’engage à
octroyer une subvention égale au montant demandé par le bénéficiaire.
10.2.2.
Coûts éligibles
Les coûts éligibles sont les coûts réellement exposés par le bénéficiaire d’une subvention, qui
remplissent les critères suivants:
-
ils sont exposés pendant la durée de l’action précisée dans la convention de
subvention, à l’exception des coûts relatifs aux rapports finaux et aux certificats.
La période d’éligibilité des coûts débutera à la date précisée dans la convention de
subvention.
Si un bénéficiaire peut prouver la nécessité de lancer l’action avant la signature de la
convention, des dépenses pourront être autorisées avant l’attribution de la subvention.
La période d’éligibilité des coûts ne pourra en aucun cas débuter avant la date de dépôt
de la demande de subvention (voir la section 11.1b);
-
ils sont mentionnés dans le budget prévisionnel global de l’action/du programme de
travail;
-
ils sont liés à l’action subventionnée et nécessaires à la réalisation de l’action/du
programme de travail;
-
ils sont identifiables et vérifiables, et sont notamment inscrits dans la comptabilité du
bénéficiaire et déterminés conformément aux normes comptables applicables du pays
dans lequel le bénéficiaire est établi, ainsi qu’aux pratiques habituelles du bénéficiaire
en matière de comptabilité analytique;
20
-
ils satisfont aux dispositions de la législation fiscale et sociale applicable;
-
ils sont raisonnables, justifiés et respectent les exigences de bonne gestion financière,
notamment en ce qui concerne l’économie et l’efficience.
Les procédures de comptabilité et de contrôle internes du bénéficiaire doivent permettre un
rapprochement direct des coûts et des recettes déclarés au titre de l’action ou du projet avec
les comptes et pièces justificatives correspondants.
10.2.3.
Coûts directs éligibles:
Les coûts directs éligibles de l’action ou du programme de travail sont les coûts qui, dans le
respect des conditions d’éligibilité précitées, peuvent être définis comme étant des coûts
spécifiques de l’action directement liés à sa réalisation et peuvent donc lui être imputés
directement, tels que:
-
le coût du personnel sous contrat de travail avec le candidat ou un acte de nomination
équivalent, et affecté à l’action, y compris les salaires proprement dits plus les
cotisations sociales et les autres coûts statutaires inclus dans leur rémunération, pour
autant que ces coûts soient conformes à la politique habituelle du candidat en matière
de politique de rémunération ou, le cas échéant, ses partenaires. Remarque: il doit
s’agir de frais réellement engagés par les bénéficiaires (coordinateur et partenaires) et
les coûts de personnel d’autres organisations n’étant éligibles qu’à condition d’être
directement payés ou remboursés par l’un des bénéficiaires. Ces coûts peuvent inclure
une rémunération supplémentaire, y compris des paiements sur la base de contrats
supplémentaires de quelque nature que ce soit, pour autant que cette rémunération soit
versée de manière systématique à chaque fois qu’un même travail ou qu’une même
expertise est requis(e) et indépendamment de la source de financement utilisée;
Les coûts salariaux correspondants du personnel des administrations nationales sont
éligibles dans la mesure où ils sont liés au coût des activités que l’autorité publique
compétente ne mènerait pas si le projet considéré n’était pas entrepris;
-
les indemnités de séjour (pour les réunions, y compris les réunions de lancement le cas
échéant, les conférences européennes, etc.) à condition que ces coûts soient conformes
aux pratiques habituelles du bénéficiaire et qu’ils n’excèdent pas les barèmes
approuvés annuellement par la Commission;
-
les frais de déplacement (pour les réunions, y compris les réunions de lancement le cas
échéant, les conférences européennes, etc.) à condition que ces coûts soient conformes
aux pratiques habituelles du bénéficiaire en matière de frais de déplacement et qu’ils
n’excèdent pas les barèmes approuvés annuellement par la Commission;
-
le coût d’amortissement des biens d’équipement (neufs ou d’occasion); seule la part
d’amortissement du bien d’équipement correspondant à la durée de l’action et à son
taux d’utilisation effective aux fins de l’action peut être prise en compte par l’Agence,
sauf si la nature et/ou le contexte d’utilisation du bien justifient une prise en charge
différente par l’Agence;
-
les coûts de matériels consommables et de fournitures, pour autant qu’ils soient
identifiables et affectés à l’action;
-
les coûts découlant d’autres contrats passés par le bénéficiaire ou ses partenaires pour
les besoins de l’action, pour autant que les conditions prévues dans la convention ou la
décision de subvention soient respectées;
21
-
les coûts de soutien financier aux tiers pour autant que les conditions établies dans la
convention de subvention soient remplies;
-
les coûts découlant directement des conditions requises pour la réalisation de l’action
ou du projet (diffusion d’informations, évaluation spécifique de l’action, traductions,
reproduction, etc.);
-
les coûts liés à une garantie de préfinancement offerte par le bénéficiaire de la
subvention lorsqu’une telle garantie est nécessaire;
-
les coûts liés aux audits externes lorsque ceux-ci sont nécessaires pour appuyer des
demandes de paiement;
-
la taxe sur la valeur ajoutée («TVA») non déductible pour toutes les activités qui ne
relèvent pas des autorités publiques au sein des États membres.
Pour les actions entraînant des coûts liés à un pays tiers (c’est-à-dire des coûts liés à des
personnes physiques citoyennes d’un pays tiers, à des organisations établies dans un pays
tiers ou à des activités menées dans un pays tiers), les coûts pertinents supportés par le
chef de projet et/ou les partenaires ne doivent pas dépasser 30 % du budget éligible total.
10.2.4.
Coûts indirects éligibles (frais généraux)
Un montant forfaitaire, plafonné à 7 % du montant des coûts directs éligibles de l’action, sera
accepté au titre des coûts indirects représentant les frais administratifs généraux du
bénéficiaire pouvant être considérés comme affectés à l’action.
Les coûts indirects ne peuvent inclure des coûts imputés à une autre ligne budgétaire.
L’attention des candidats est attirée sur le fait que, pour les organisations qui bénéficient
d’une subvention de fonctionnement, les coûts indirects ne sont plus éligibles au titre
d’actions spécifiques.
10.2.5.
Coûts non éligibles
Sont considérés comme non éligibles les coûts suivants:
- la rémunération du capital,
- les dettes et les frais afférents au service de la dette,
- les provisions pour pertes ou créances,
- les intérêts dus,
- les créances douteuses,
- les pertes de change,
- les frais des virements réalisés par l’Agence imputés par la banque du bénéficiaire;
- les coûts déclarés par le bénéficiaire et couverts par une autre action bénéficiant d’une
subvention de l’Union européenne. En particulier, les coûts indirects ne sont pas éligibles
dans le cadre d’une subvention à l’action octroyée à un bénéficiaire qui reçoit déjà, au cours
de la période considérée, une subvention de fonctionnement financée par le budget de
l’Union;
- les apports en nature,
- les dépenses démesurées ou inconsidérées.
22
10.2.6.
Calcul du montant final de la subvention - documents justificatifs
Le montant final de la subvention qui sera attribué au bénéficiaire est établi une fois l’action
terminée, après validation de la demande de paiement contenant les documents suivants:
- un rapport final fournissant des informations détaillées sur la mise en œuvre et les résultats
de l’action, y compris des informations détaillées sur les activités des tiers;
- l’état financier final des coûts effectivement supportés, y compris le détail de la
«contribution aux tiers» le cas échéant;
Le bénéficiaire est tenu de remettre, afin de justifier le paiement final, un «rapport
d’observations factuelles concernant le rapport financier final - Type I» rédigé par un auditeur
agréé ou, dans le cas d’un organisme public, par un agent public qualifié et indépendant.
Les procédures que doit exécuter et le format que doit respecter l’auditeur agréé ou, dans le
cas d’un organisme public, l’agent public qualifié et indépendant, sont spécifiés dans les
«notes d’orientation» à l’adresse suivante: https://eacea.ec.europa.eu/sites/eaceasite/files/annex_iii_guidance_notes_audit_type_i_03-2014_fr.pdf.
L’utilisation du modèle de rapport établi par les «notes d’orientation» est obligatoire.
Si les coûts éligibles réellement supportés par le bénéficiaire sont moins élevés que prévu,
l’Agence applique le taux de cofinancement indiqué dans la convention de subvention aux
dépenses effectivement supportées.
En cas de non-exécution ou d’exécution clairement insuffisante d’une activité prévue dans la
demande jointe à la convention de financement, la subvention finale sera réduite en
conséquence.
10.2.7.
Règle du non-profit
Les subventions de l’Union ne peuvent avoir pour finalité ou effet de générer un quelconque
bénéfice dans le cadre de l’action ou du programme de travail du bénéficiaire. Le profit se
définit comme un excédent des recettes par rapport aux coûts éligibles supportés par le
bénéficiaire, lorsque la demande de paiement du solde est soumise. À cet égard, lorsqu’un
profit est réalisé, l’Agence a le droit de recouvrer un pourcentage du profit correspondant à la
contribution de l’Union aux coûts éligibles réellement engagés par le bénéficiaire pour
réaliser l’action ou le programme de travail.
10.3.
Modalités de paiement
Un préfinancement correspondant à 70 % du montant de la subvention sera versé au
bénéficiaire dans les 30 jours à compter de la date à laquelle la convention aura été signée par
la dernière des deux parties, pour autant que toutes les garanties requises aient été reçues.
L’Agence arrêtera le montant du paiement final à verser au bénéficiaire sur la base du calcul
du montant final de la subvention (voir la section 11.2 ci-dessus). Si le montant total des
versements anticipés est supérieur au montant final de la subvention, le bénéficiaire sera tenu
de rembourser le montant excédentaire déjà versé par la Commission au moyen d’un ordre de
recouvrement.
23
10.4.
Garantie de préfinancement
Dans le cas où la capacité financière du candidat n’est pas satisfaisante, il est possible de
demander une garantie de préfinancement d’un montant pouvant atteindre celui du
préfinancement, afin de limiter les risques financiers liés au versement du préfinancement.
La garantie financière, libellée en euros, est fournie par un établissement bancaire ou financier
agréé établi dans l’un des États membres de l’Union européenne. Lorsque le bénéficiaire est
établi dans un pays tiers, l’ordonnateur compétent peut accepter qu’un établissement bancaire
ou financier établi dans ce pays tiers fournisse une telle garantie s’il estime que
l’établissement en question présente une sécurité et des caractéristiques équivalentes à celles
offertes par un établissement bancaire ou financier établi dans un État membre de l’UE. Les
sommes bloquées sur des comptes bancaires ne sont pas acceptées comme garanties
financières.
Cette garantie peut être remplacée par une caution solidaire d’un tiers, ou par la caution
solidaire des bénéficiaires d’une action parties à la même convention de subvention.
La garantie est libérée au fur et à mesure de l’apurement du préfinancement, en déduction des
paiements intermédiaires ou de solde au bénéficiaire, selon les conditions prévues dans la
convention de subvention.
Cette exigence ne s’applique pas:
 aux organismes publics et aux organisations internationales de droit public établis par
des accords intergouvernementaux, aux agences spécialisées créées par ces
organisations, au Comité international de la Croix-Rouge (CICR) ou à la Fédération
internationale des sociétés de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge.
 Les bénéficiaires qui ont conclu un contrat-cadre de partenariat peuvent également être
dispensés de cette obligation.
11.
11.1.
PUBLICITÉ
Par les bénéficiaires
Les bénéficiaires doivent mentionner clairement la contribution de l’Union européenne dans
toutes leurs publications ou à l’occasion d’activités pour lesquelles la subvention est utilisée.
À cet égard, les bénéficiaires sont tenus de faire apparaître de manière bien visible le nom et
l’emblème de la Commission européenne sur l’ensemble de leurs publications, affiches,
programmes et autres produits réalisés dans le cadre du projet cofinancé.
Ils doivent à cette fin utiliser le texte, l’emblème et la clause de non-responsabilité disponibles
à l’adresse suivante: http://eacea.ec.europa.eu/a-propos-de-l-eacea/identite-visuelle_fr.
Si cette disposition n’est pas pleinement respectée, les bénéficiaires peuvent voir leur
subvention réduite conformément aux dispositions de la convention de subvention.
11.2.
Par l’Agence
À l’exception des bourses versées aux personnes physiques et des autres aides directes
versées aux personnes physiques les plus démunies, toutes les informations relatives aux
subventions allouées au cours d’un exercice financier sont publiées sur le site internet des
24
institutions de l’Union européenne, au plus tard le 30 juin de l’année suivant la clôture de
l’exercice budgétaire dans le cadre duquel les subventions ont été attribuées.
L’Agence publiera les informations suivantes:
 le nom du bénéficiaire,
 la localité du bénéficiaire: l’adresse du bénéficiaire lorsqu’il est une personne morale,
la région lorsque le bénéficiaire est une personne physique, définie au niveau NUTS 26
s’il est domicilié au sein de l’UE ou à un niveau équivalent s’il est domicilié en dehors
de l’UE,
 le montant octroyé,
 la nature et l’objet de la subvention.
À la demande raisonnée et dûment justifiée du bénéficiaire, il est renoncé à la publication si la
divulgation des informations susmentionnées est de nature à mettre en péril les droits et les
libertés des personnes concernées (qui sont protégés par la Charte des droits fondamentaux de
l’Union européenne), ou à porter préjudice aux intérêts commerciaux des bénéficiaires.
11.3.
Communication et diffusion
Afin d’optimiser leurs effets, les projets devraient faire l’objet d’une stratégie forte en matière
de communication et de diffusion de leurs activités et résultats, et les candidats doivent
consacrer suffisamment de temps et de ressources à un niveau approprié de communication et
d’interaction avec leurs pairs, avec le public et avec les communautés locales le cas échéant.
Les bénéficiaires sont tenus, comme indiqué dans la convention de subvention, de produire un
résumé/rapport public en langue anglaise fournissant des informations sur leur travail et sur
les résultats de leur projet. Le résumé/rapport public doit être inclus dans le rapport final
soumis à l’Agence. Ce rapport peut être utilisé par la Commission pour fournir des
informations sur les résultats des projets.
La Commission européenne, en collaboration avec l’Agence, peut recenser des bonnes
pratiques et préparer des supports de diffusion adaptés à partager au sein des pays
participants, entre eux et au-delà de leurs frontières.
Les données et les résultats des projets seront mis gratuitement à disposition pour être utilisés
par les parties prenantes, les décideurs politiques et d’autres de nombreuses façons
différentes.
Les bénéficiaires peuvent être tenus d’assister et de participer aux événements organisés par la
Commission européenne ou l’Agence, et de partager leur expérience avec d’autres
participants et/ou des responsables politiques.
Il convient de remarquer que si cette disposition n’est pas pleinement respectée, le
bénéficiaire pourrait voir sa subvention réduite conformément aux dispositions de la
convention de subvention.
6
opérant dans les secteurs de l’eau, de l’énergie, des transports et des services postaux.
25
12.
PROTECTION DES DONNÉES
Toutes les données à caractère personnel (noms, adresses, C.V., etc.) seront traitées
conformément au règlement (CE) n° 45/2001 du Parlement européen et du Conseil du
18 décembre 2000 relatif à la protection des personnes physiques à l’égard du traitement des
données à caractère personnel par les institutions et organes communautaires et à la libre
circulation de ces données.7
À moins qu’elles ne soient expressément facultatives, les réponses fournies par le candidat
aux questions figurant dans le formulaire de candidature sont nécessaires à l’évaluation et à la
suite du traitement de la demande de subvention conformément aux spécifications de l’appel à
propositions. Les données à caractère personnel seront traitées à cette seule fin par le
département ou l’unité responsable du programme de subvention de l’Union européenne
concerné (entité agissant en tant que responsable du traitement des données). Les données à
caractère personnel peuvent être communiquées à des tiers impliqués dans l’évaluation des
candidatures ou dans la procédure de gestion des subventions sur la base du principe du
«besoin d’en connaître», sans préjudice du transfert de données à des organismes chargés de
tâches de contrôle et d’inspection conformément au droit de l’Union européenne. En
particulier, afin de sauvegarder les intérêts financiers de l’Union, des données à caractère
personnel peuvent être transmises à des services d’audit interne, à la Cour des comptes
européenne, à l’instance spécialisée en matière d’irrégularités financières ou à l’Office
européen de lutte antifraude, et entre les ordonnateurs de la Commission et les agences
exécutives. Le candidat dispose d’un droit d’accès aux données le concernant et d’un droit de
rectification de ces données. Pour toute question relative à ces données, veuillez prendre
contact avec le responsable du traitement. Le candidat a le droit de saisir à tout moment le
Contrôleur européen de la protection des données. Une déclaration de confidentialité détaillée,
comprenant les coordonnées des personnes à contacter, est disponible sur le site web de
l’EACEA à l’adresse suivante:
http://eacea.ec.europa.eu/about/documents/calls_gen_conditions/eacea_grants_privacy_statem
ent.pdf
Les candidats et, s’il s’agit de personnes morales, les membres de l’organe d’administration,
de direction ou de surveillance dudit candidat ou les personnes détenant des pouvoirs de
représentation, de décision ou de contrôle à l’égard de ce candidat, ou les personnes physiques
ou morales qui répondent indéfiniment des dettes dudit candidat, doivent savoir que leurs
données à caractère personnel (nom, prénom s’il s’agit d’une personne physique, adresse,
statut légal et nom et prénom des personnes détenant des pouvoirs de représentation, de
décision ou de contrôle, s’il s’agit d’une personne morale) peuvent être enregistrées dans le
Système de détection rapide et d’exclusion (EDES) par l’ordonnateur de l’Agence, s’ils se
trouvent dans l’une des situations mentionnées dans le règlement (UE, Euratom) n° 966/2012
du Parlement européen et du Conseil du 25 octobre 2012 relatif aux règles financières
applicables au budget général de l’Union et abrogeant le règlement (CE, Euratom)
n° 1605/2002 du Conseil (JO L 298 du 26.10.2012, p. 1), tel que modifié par le règlement
(UE, Euratom) nº 2015/1929 du Parlement européen et du Conseil du 28 octobre 2015
(JO L 286 du 30.10.2015, p. 1)
7
JO L 8 du 12.1.2001
26
13.
PROCÉDURE DE SOUMISSION DES PROPOSITIONS
13.1.
Publication
L’appel à propositions est publié sur le site internet de l’Agence EACEA à l’adresse suivante:
http://eacea.ec.europa.eu/europe-creative/financement_fr
13.2.
Inscription sur le portail des participants de la Commission européenne
Avant de soumettre une candidature électronique, les candidats chefs de file et les partenaires
devront inscrire leur organisation sur le portail des participants de l’éducation, de
l’audiovisuel, de la culture, de la citoyenneté et du bénévolat pour recevoir un code identifiant
du participant (PIC, Participant Identification Code). Le PIC sera demandé dans le formulaire
de candidature.
Le portail des participants est l’outil utilisé pour la gestion de toutes les informations
juridiques et financières liées aux organisations. Les informations relatives aux procédures
d’inscription
sont
disponibles
sur
le
portail
à
l’adresse
suivante:
http://ec.europa.eu/education/participants/portal.
Cet outil permet également aux candidats de télécharger différents documents liés à leur
organisation. Ces documents doivent être téléchargés une fois et ne seront plus demandés lors
de candidatures ultérieures de la même organisation.
13.3.
Soumission de la demande de subvention
Les candidatures doivent être soumises conformément aux critères d’admissibilité énoncés à
la section 5 et avant la date limite indiquée à la section 3.
Aucune modification de la candidature n’est autorisée après l’expiration de la date limite de
dépôt des candidatures. Toutefois, lorsque certains aspects doivent être clarifiés ou dans le cas
d’erreurs matérielles, l’Agence peut contacter le candidat à cet effet durant le processus
d’évaluation.
Tous les candidats seront informés par écrit des résultats de la procédure de sélection.
 Soumission électronique
Les candidats sont priés de se connecter sur https://eacea.ec.europa.eu/PPMT/ et de suivre la
procédure de soumission des candidatures.
27
13.4.
13.4.1.
Procédure d’évaluation
Première étape de la procédure d’évaluation: évaluation des critères
d’éligibilité, d’exclusion et de sélection
Seules les candidatures répondant aux critères d’éligibilité, d’exclusion et de sélection
pourront faire l’objet d’une subvention et seront évaluées par des experts au regard des
critères d’attribution. Les candidats dont les dossiers ne répondent pas aux critères
d’éligibilité, d’exclusion et de sélection en seront informés par écrit, avec l’indication des
motifs.
Les candidatures répondant à ces critères seront classées en fonction de leur note au regard
des différents critères d’attribution (fixés au point 9 des présentes orientations). Dans la limite
du budget disponible, les candidatures ayant obtenu les notes les plus élevées seront
sélectionnées.
L’évaluation se fondera uniquement sur les documents présentés avant la date limite
spécifiée. L’Agence se réserve cependant le droit de demander au candidat des informations
supplémentaires.
13.4.2.
Deuxième étape de la procédure d’évaluation: évaluation des critères
d’attribution
Ce volet de l’évaluation sera mené avec le soutien d’experts externes, désignés par l’Agence à
la suite d’un appel à manifestation d’intérêt (http://eacea.ec.europa.eu/a-propos-de-leacea/travailler-en-tant-qu’expert_fr).
a) Évaluation individuelle
À ce stade, les experts agissent individuellement; ils ne discutent pas de la candidature entre
eux. Les experts font part de leur avis individuel dans un rapport, attribuant des notes et
faisant des commentaires au regard des critères d’attribution fixés au point 9 des présentes
orientations.
En signant ce rapport, les experts déclarent ne pas rencontrer de conflit d’intérêts en évaluant
la candidature concernée.
b) Réunions de consensus
Une fois que tous les experts chargés de la même proposition ont achevé leur rapport, le
processus d’évaluation atteint la phase d’évaluation du consensus, qui représente leurs avis
communs.
La discussion de consensus est modérée par un représentant de l’Agence et/ou de la
Commission et/ou par d’autres experts que ceux qui ont évalué la proposition qui fait l’objet
de la réunion de consensus.
La signature par les experts du rapport de consensus complète la phase de consensus. En
signant ce rapport, les experts déclarent ne pas rencontrer de conflit d’intérêts en évaluant la
candidature concernée.
28
13.5.
Décision d’attribution
Les rapports et les avis des experts feront l’objet d’un examen par un comité d’évaluation. Ce
comité d’évaluation, composé de membres du personnel de la Commission et de l’Agence,
soumettra une proposition de sélection à l’ordonnateur. L’ordonnateur (désigné par l’Agence
ou la Commission) demeure seul responsable de l’octroi de subventions.
La procédure d’évaluation ne s’achèvera qu’après la fin de la procédure susmentionnée et
l’adoption par l’ordonnateur de la décision d’octroi de subventions.
Tous les candidats seront officiellement informés par courrier de la décision prise par
l’Agence (décision d’attribution), ainsi que des commentaires sur chaque critère d’attribution.
Une liste des candidatures sélectionnées sera alors publiée sur le site internet de l’Agence et
les données de base des projets et des partenariats seront transférés dans l’outil de diffusion de
la Commission (Creative Europe Project Results - Landing Page).
Une fois la décision d’attribution adoptée, toutes les questions techniques, juridiques et
financières sont vérifiées et font l’objet d’un accord, puis une convention de subvention est
rédigée et envoyée aux candidats sélectionnés pour être signée.
13.6.
Règles applicables
Règlement (UE, Euratom) n° 966/2012 du Parlement européen et du Conseil du
25 octobre 2012 relatif aux règles financières applicables au budget général de l’Union
(JO L 298 du 26.10.2012, p. 1) tel que modifié par le règlement (UE, Euratom) n° 2015/1929
du Parlement européen et du Conseil du 28 octobre 2015 (JO L 286 du 30.10.2015, p. 1).
Règlement délégué (UE) nº 1268/2012 de la Commission du 29 octobre 2012 relatif aux
règles d’application du règlement (UE, Euratom) nº 966/2012 du Parlement européen et du
Conseil du 25 octobre 2012 relatif aux règles financières applicables au budget général de
l’Union (JO L 362 du 31.12.2012, p. 1)
Règlement (UE) n° 1295/2013 du Parlement européen et du Conseil du 11 décembre 2013
établissant le programme «Europe créative» (2014 à 2020), concernant la mise en œuvre d’un
programme de soutien au secteur créatif européen (Europe créative) et son rectificatif du
27 juin 20148.
14.
CONTACTS
Pour tout renseignement et orientation complémentaire, veuillez prendre contact avec votre
bureau
Europe
créative:
http://ec.europa.eu/culture/creative-europe/creative-europedesks_en.htm
Contact avec l’Agence:
EACEA-REFUGEE-INTEGRATION-PROJECTS@ec.europa.eu
JO L 8 du 12.1.2001.
8
Publié au Journal officiel de l’Union européenne du 27 juin 2014 (JO L 189/260).
29
30
ANNEXE 1 - GLOSSAIRE
Appel à propositions Il s’agit de l’un des moyens de mettre en œuvre les programmes de
l’UE. Un appel à propositions est publié chaque année et stipule un certain nombre
d’éléments: les objectifs poursuivis et le budget annuel alloué au type d’action de soutien
concernée, les critères d’éligibilité, d’exclusion, de sélection et d’attribution ainsi que les
documents justificatifs pertinents à soumettre, les conditions pour obtenir un financement de
l’UE, les conditions pour la soumission des propositions, les dates éventuelles de lancement
pour les actions cofinancées et le calendrier pour la procédure d’attribution. Les appels à
proposition sont publiés sur le site internet des institutions de l’UE. Les conditions qui y sont
publiées sont juridiquement contraignantes. Pour le programme «Europe créative», les
présentes orientations servent de base pour ces appels à propositions.
Conflit d’intérêts: (article 57 des règles financières applicables au budget général de
l’Union):
1. Les acteurs financiers et les autres personnes participant à l’exécution et à la gestion du
budget, y compris aux actes préparatoires à celui-ci, ainsi qu’à l’audit ou au contrôle, ne
prennent aucune mesure à l’occasion de laquelle leurs propres intérêts pourraient être en
conflit avec ceux de l’Union. Si un tel risque existe, la personne en question a
l’obligation de s’abstenir et d’en référer à l’ordonnateur délégué, qui confirme par écrit
l’existence éventuelle d’un conflit d’intérêts. La personne en question informe également
son supérieur hiérarchique. Lorsque l’existence d’un conflit d’intérêts a été établie, la
personne en question cesse toutes ses activités en rapport avec le dossier concerné.
L’ordonnateur délégué prend lui-même toute mesure supplémentaire appropriée.
2. Aux fins du paragraphe 1, il y a conflit d’intérêts lorsque l’exercice impartial et objectif
des fonctions d’un acteur financier ou d’une autre personne, visés au paragraphe 1, est
compromis pour des motifs familiaux, affectifs, d’affinité politique ou nationale, d’intérêt
économique ou pour tout autre motif de communauté d’intérêt avec le bénéficiaire.
3. La Commission est habilitée à adopter des actes délégués en conformité avec l’article 210
exposant ce qui est susceptible de constituer un conflit d’intérêts conjointement avec la
procédure à suivre en pareils cas.
Tiers: une organisation qui n’est pas partie à l’«accord de partenariat créatif», mais qui
contribue à la mise en œuvre des actions.
Contribution aux tiers: une contribution directe aux organisations ne participant pas au
partenariat créatif, gérée par le candidat chef de file selon des conditions spécifiques
(sections 2.2.3 et 11.I.f).
Partenariats créatifs: consortiums établis entre des organisations culturelles et
audiovisuelles (culture et secteur créatif) collaborant avec des organisations provenant
d’autres secteurs, afin de répondre à des objectifs spécifiques généralement définis dans
l’appel à propositions.
Secteurs culturels et créatifs (article 2 du règlement établissant le programme «Europe
créative»): tous les secteurs dont les activités sont fondées sur des valeurs culturelles et/ou sur
des expressions artistiques et autres expressions créatrices, qu’elles soient à visée
31
commerciale ou non, quel que soit le type de structure qui les réalise et quelles que soient les
modalités de financement de ladite structure. Ces activités incluent le développement, la
création, la production, la diffusion et la conservation de biens et services incarnant une
expression culturelle, artistique ou toute autre expression créatrice, ainsi que les tâches qui s’y
rapportent, comme l’éducation ou la gestion. Les secteurs culturels et créatifs comprennent
entre autres l’architecture, les archives, les bibliothèques et les musées, l’artisanat d’art,
l’audiovisuel (y compris le cinéma, la télévision, les jeux vidéo et le multimédia), le
patrimoine culturel matériel et immatériel, le design, les festivals, la musique, la littérature,
les arts du spectacle, l’édition, la radio et les arts visuels.
Période d’éligibilité: la période pendant laquelle les coûts éligibles peuvent être générés. Elle
est stipulée dans la convention/décision de subvention.
Organisme public: un organisme du secteur public ou une entité juridique régis par le droit
privé, assumant une mission de service public et offrant des garanties financières suffisantes.
Par secteur public, on entend l’État, le gouvernement régional ou local ou toute organisation
de droit public agissant au nom et sous le contrôle/la responsabilité de l’État.
Réfugié: une personne qui, parce qu’elle craint avec raison d’être persécutée du fait de sa
race, de sa religion, de sa nationalité, de ses opinions politiques ou de son appartenance à un
certain groupe social, se trouve hors du pays dont elle a la nationalité et qui ne peut ou, du fait
de cette crainte, ne veut se réclamer de la protection de ce pays; ou tout apatride qui, se
trouvant pour les raisons susmentionnées hors du pays dans lequel il avait sa résidence
habituelle, ne peut ou, du fait de cette crainte, ne veut y retourner.
(Source: Convention et protocole relatifs au statut des réfugiés)
32
ANNEXE 2 – DOCUMENTS OBLIGATOIRES – LISTE DE VERIFICATION
Le formulaire de candidature électronique doit être accompagné de tous les documents
obligatoires énumérés ci-dessous.
Le non-respect de ces exigences entraînera le rejet de la candidature.
Note: lorsqu’un document doit être signé, la signature doit être celle du représentant légal de
l’organisation concernée. Les modèles, lorsqu’ils sont fournis, DOIVENT être utilisés. Tous
les modèles sont disponibles à l’adresse: http://eacea.ec.europa.eu/europecreative/financement_fr
Pièces jointes au formulaire électronique:
Document d’information du partenariat et du projet
Déclaration sur l’honneur
- Déclaration sur l’honneur signée concernant le statut juridique, la capacité
opérationnelle et financière, les critères d’exclusion
Lettres de mandat signées par le représentant légal de chaque partenaire et le
représentant légal du candidat chef de file
Formulaire de budget (Excel)
Documents que le candidat chef de file doit pouvoir mettre immédiatement à
disposition sur demande:
Statuts du candidat chef de file et de chacun des partenaires.
Accord de coopération signé par le représentant légal de chaque partenaire et le
représentant légal du candidat chef de file
Formulaire de budget signé*
Copies des rapports d’activité du candidat chef de file et de chacun des partenaires
des deux dernières années
Formulaire d’identification financière signé*, accompagné des annexes requises
(pour le candidat chef de file)
Formulaire de capacité financière* (pour le candidat chef de file) (non requis pour
les organismes publics)
États financiers (y compris le bilan et le compte de profits et pertes) du candidat chef
de file pour les deux derniers exercices financiers pour lesquels les comptes ont été
clos (non requis pour les organismes publics)
33
Auteur
Document
Catégorie
Uncategorized
Affichages
0
Taille du fichier
685 KB
Étiquettes
1/--Pages
signaler