close

Se connecter

Se connecter avec OpenID

ALLONGEMENT ADAPTATIF DE LA RANGEE DES

IntégréTéléchargement
ALLONGEMENT ADAPTATIF DE LA RANGEE DES INCISIVES
CHEZ QUELQUES ANTILOPES (*)
par
Ernst von LEHMANN
Zool. Forschunginstitut und Museum Alexander Koenig, Bonn
L'auteur demerit une « dent » cartilagineuse ou coruee decouverte sur un
spocimen de Situtunga (Limnotragus spekei) en arriere de la canine. Une formation de ce type se retrouve chez la plupart des Tragelaphines. Considerations
sur les adaptations des incisives chez les Antilopes, les unes etant modifiees pour
brouter des plantes herbacees (grands Ongulos), les autres pour pre"lever des
feuillages (especes de petite taille).
Les resultats exposes ci-dessous nous ont ete suggeres par des
observations fortuites. Nous avons recu, il y a quelque temps, pour
notre Musee, en provenance du Jardin zoologique de Cologne, un
Situtunga femelle (Limnotragus spekei) ; en examinant de plus
pres le specimen frais, j'ai trouve dans la rangee dentaire anterieure une « cinquieme » dent pointue tout ii fait remarquable,
qui se trouvait placee de chaque cote derriere la canine. On voit
sur la figure 1 que 1'animal etait encore en train de changer de
dentition ; les incisives anterieures sont dejä remplacees, alors
que les deuxiemes et troisiemes incisives et les canines appartiennent encore a la dentition de lait. La cinquieme dent apparait
comme une formation cornee ou cartilagineuse, et il est par cons£quent clair que, sur des cranes maceres, tels qu'ils existent apres
preparation dans les collections des musees, une formation de ce
type ne pent plus etre presente. Une enquete aupres de divers conservateurs de musees nous revela que ces faits leur etaient inconnus. II se trouvait heureusement parmi nos collections deux
mächoires inferieures de Guib (Tragelaphus scriptus) provenant
du mont Cameroun, qui n'avaient pas ete nettoyees d'une maniere
serieuse et qui presentaient de ce fait les memes formations cartilagineuses, bien que quelque pen ratatinees (fig. 2).
J'ai alors essaye de voir si de tels phenomenes apparaissent
chez d'autres Tragelaphines ; je desirerais ä ce sujet remercier une
fois de plus le Dr van Bemmel (Rotterdam), M. Walther (Kron(1) Traduit de Pallemand par J. DORST.
Unauthenticated
Download Date | 3/24/16 9:41 AM
MAMMALIA,
19G1
PL. VII
Fig. 1 A. — Situtungu. Jcunc O changeant de dentition, avec « dent » coriicc.
Kig. I B . — Ccphalophc (Cepha tophus monticola) uvcc « dent » cartilagincuse.
Unauthenticated
Download Date | 3/24/16 9:41 AM
MAMMALIA,
19àß
PL. VIII
n
Unauthenticated
Download Date | 3/24/16 9:41 AM
INCISIVES DES ANTILOPES
473
berg), le Directeur Heck et M. Altner (Munich), d'avoir bien voulu
examiner les animaux vivants dont ils avaient la garde. J'ai pu
moi-meme examiner quelques Antilopes au Zoo de Cologne. Le
resultat est que chez tous les representants des Tragelaphines qui
ont ete examines, cette dent cartilagineuse est presente, ii savoir
chez le Grand Koudou, le Guib, le Situtunga et, d'une maniere tres
interessante, egalement chez TEland. A la fin de la redaction de ce
manuscrit, j'ai pu mettre en evidence la meme formation chez un
Cephalophe bleu (Cephalophus monticola) qui vient de nous etre
envoye et egalement sur une machoire d'un autre sujet plus
anciennement tue. En revanche, les representants d'autres sousfamilies : Gazelle, Oryx, Nilgaut et, parmi les Caprines, la Chovre
domestique, ne presentaient pas cette pointe. Bien entendu, jusqu' present seul un petit nombre de sujets ont pu etre examines
et nous serions tres heureux d'obtenir du materiel supplemental.
PLANCHE VIII
Fig. 2 a 16. — Rangee des incisives chez quelques Antilopes.
Fig. 2. — Guib harnacho. Remarquer la « dent » cornoe.
Fig. 3. — Chevrotain kanchil ..(Tragulus). Elargissement extreme des incisives
medianes et elargissement circulaire du diasteme qui les sopare en vue de la
collecte de rameaux.
Fig. 4. — Muntjac. Diffe'renciation d'une pince coupante olargie avec un diastame
pour collecter des branches.
Fig. 5. — En haut : Daim ; en bas : Cerf Sika. Ddbut de l^largissement des
incisives posterieures et des canines.
Fig. 6. — Cerf Wapiti de 1'Altai. MSme tendance.
Fig. 7. — Cerf geant (Megaceros}. Incisives de taille identique.
Fig. 8. — Cerf Pudu. Remarquer la taille uniforme des incisives, ce qui confirme que les Cerf s sud-americains dorivent de formes de plus grande taille.
Fig. 9 A. — Cerf du Pere David. Remarquer les profondes cupules dans les
incisives, destinecs a maintenir les plantes aquatiques glissantes et mouillecs, tout comme des ventouses.
Fig. ß) Â. — Elan (A/ces). Incisives presentant une surface interne dlargic en
eventail, avec des bords en relief, pour saisir et trancher des branches.
pjg 4 10. — Ourebi. Mdme tendance que chez les Cervidos de petite taille,
savoir premiere paire d'incisives tres olargies.
Piga i\t — Gazelle-girafe (Lithocranius). Meme forme de dents chez cette Antilope de taille moyenne.
Pig. 12. — Gazelle de Grant. Differences de taille entre les incisives moins
apparentes.
pig. 13. — Eland (Taurotragus). Type « brouteur ». Incisives de taille uniforme,
pig. 14. __ Bison d'Europe, juv. Incisives presque uniformes.
Fig. 15. — Chamois.
Pig. 16. — Girafe. Allongement de la ranged dentaire áçÉÝçâçÃâ par suite du
doveloppement des canines (collecte de branches).
Unauthenticated
Download Date | 3/24/16 9:41 AM
474
MAMMALIA
Je voudrais attirer Tattention des directeurs de jardins zoologiques, des veterinaires et des chasseurs sur ce point.
En relation avec les faits mis en evidence, nous voudrions dire
un mot au sujet de cette adaptation. II est bien connu que la rangee
dentaire anterieure presente des modifications multiples chez les
ruminants, en rapport avec la maniere dont ceux-ci prelevent leur
rtOurriture. La tendance fondamentale est la suivante. Les petits
ruminaftts, tels le Chevrotain porte-musc, les Muntjacs et les petites Antilopes, sont lies ä un convert vegetal dense et ne prelevent
pas leur nourriture sur le sol, mais au contraire ä une certaine
hauteur au-dessus de celui-ci ; ils presentent de ce fait un fort
elargissement des incisives anterieures, des pinces tres coupantes
et tres elargies, ce qui constitue un outil bien adapte pour sectionner les pousses, les branchettes et les rameaux. Nous trouvons les
mgmes dispositions chez des formes de taille moyenne, habitant
des terrains plus degages, des steppes buissonneuses ou des steppes
arides avec seulement des plantes dures et ligneuses. Les grands
ruminants, enfin, qui sont adaptes aux savanes herbeuses proprement dites, ont en revanche developpe un instrument propre ä
brouter ; ils ont une rangee de dents fortes et relativement egales
qui leur permet de se nourrir aux depens de vegetaux de grande
taille, de nature comparable et relativement mous. (Les paysans
disent que la vache doit manger a pleine bouche, et les chasseurs
que le chevreuil se nourrit du bout des leVres ; ceci correspond
bien ä la realite, car les grands ruminants tondent le terrain, alors
que les petits se contentent de couper un rameau cä et lä.) A ce
dernier type de ruminants appartietinent egalement les Caprines
et
peüt admettre avec uiie certaine vraisemblance qu'au cours
de leur evolution les moutons et les chevres se sont adaptes ä se
nourrir aux dopens de päturages sur les prairies de montagne et
non aux depens de buissons.
Cette tendance generate, a laqtielle vient peut-etre s'ajollter une
allometrie de croissance particuliere, s'observe egalement chez les
Cervides qui ressemblent done, au point de vue de leur evolution,
aux Cavicornes (fig. 3 ä 15).
On observe encore d'autres adaptations particulieres (fig. 3,
9 et 16). La Girafe presente, par exemple, en rapport avec la collecte de branches, un allongement lateral de la rangee des dents
destinees ä trancher, par suite de la differenciation des canines ;
il est possible que la dent cartilagittetise joue un role comparable
Unauthenticated
Download Date | 3/24/16 9:41 AM
INCISIVES DES ANTILOPES
475
chez les Guibs et les Cephalophes. II serait interessant de savoir
si la Gazelle-girafe (Lithocranius) presente quelque chose de comparable.
On pent evidemment objecter que les Chevres, qui se sont ä
Theure actuelle volontiers adaptees au prelevement de rameaux,
et, parmi les Cervides, 1'Elan (Alces), ne presentent pas les memes
modifications. De meme, en sens oppose, PEland (Taurotragus),
qui pature avant tout de Therbe, n'a pas besoin d'une dentition
ainsi modifiee. Mais j'ai I'impression que chez le male d'Eland
que j'ai pu examiner, cette dent supplemental n'etait pas pointue, mais au contraire elargie et de la meme taille que les autres
dents. Je presume de ce fait qu'ä 1'origine, la formation de cette
« dent accessoire » n'est intervenue que dans des groupes relativement limites ; cette neoformation se serait produite d'une
maniere individuelle chez les differentes especes. Du materiel supplementaire est cependant necessaire pour se faire une idee definitive sur ce probleme.
BIBLIOGRAPHIE
OBERGPELL, F. — Vergleichende Untersuchungen an Dentitionen und Dentale altburdigaler Cerviden von Wintershof-West in Bayern und
rezenter Cerviden. Palaeonthographica, Stuttgart, Abt. A, 109,
71-166, 1957.
POCOCK, R. I. — The Incisiform Teeth of European and Asiatic Cervidae.
Proc. Zoo/. Soc. London, 1935, p. 179.
Unauthenticated
Download Date | 3/24/16 9:41 AM
Auteur
Document
Catégorie
Uncategorized
Affichages
0
Taille du fichier
578 KB
Étiquettes
1/--Pages
signaler