close

Se connecter

Se connecter avec OpenID

2016_Déclaration FTM-CGT_Appel 17-24-31mars

IntégréTéléchargement
Déclaration de la Fédération des Travailleurs de la Métallurgie CGT
les 17, 24 et 31 mars :
appel a amplifier l’action
Les petits reculs gouvernementaux suite
aux mobilisations contre le projet de loi de
casse du Code du travail, dite loi El Khomri,
sont de la poudre aux yeux par rapport
aux exigences exprimées. Le retrait de
la partie concernant l’encadrement des
indemnisations des prud’hommes, est
l’arbre qui cache la forêt. D’autant qu’en
août 2015, ce dispositif a été censuré par le
Conseil Constitutionnel dans la loi Macron.
La colère gronde, même dans les rangs de
ceux qui acceptent le projet tel qu’il a été
modifié. Les plus d’un million de citoyens
qui ont signé la pétition « loi travail : non
merci » ne s’y trompent pas. Ils refusent le
retour en arrière de la législation encadrant
le travail en France. Les salariés et privés
d’emploi ont besoin d’autres perspectives.
Il faut une rupture avec les politiques
d’austérité suivies depuis des années qui
font, partout en Europe, la lie du chômage,
de la précarité et de la souffrance au
travail. Nous avons l’exemple d’autres pays
européens qui ont déjà abrogé les garanties
collectives, augmentant fortement le nombre
de travailleurs pauvres.
La philosophie du projet El Khomri s’inscrit
dans la suite des lois de « sécurisation de
l’emploi », NotrE, Macron et Rebsamen.
L’un des points essentiels du projet de loi
El Khomri, non modifié, reste la remise en
cause de la hiérarchie des normes et du
principe de faveur. L’entreprise, surtout les
plus petites, là où il n’y a pas de syndicats,
est le lieu où les salariés sont les plus
fragiles, les plus vulnérables au chantage
à l’emploi. C’est donc favoriser la loi de la
jungle !
Le patronat de la métallurgie a d’ailleurs
anticipé ce projet de loi au travers des
négociations en cours dans la branche.
Aujourd’hui, le succès des manifestations
du 9 mars, nous a permis de marquer
un premier essai. Il s’agit maintenant de
le transformer en obtenant le retrait du
projet de loi et en gagnant de nouveaux
droits pour l’ensemble des salariés. C’est
le sens de la campagne confédérale
#lecodedutravailqu’ilnousfaut et également
le projet de convention collective nationale
de la métallurgie, tirant vers le haut, les
garanties collectives.
Pour la construction du rapport de forces,
les élus du Comité exécutif fédéral, réunis le
10 mars, ont voté une déclaration appelant
à poursuivre et amplifier la mobilisation
contre le projet de loi El Khomri, dans le
cadre des journées d’actions nationales
des 17, 24 et 31 mars prochains. Il s’agit,
dans les entreprises de débattre avec un
maximum de salariés et d’organisations
syndicales pour partager nos propositions,
interpeller les directions et décider
ensemble des luttes, débrayages, grèves et
manifestations.
Montreuil, le 15 mars 2016
Auteur
Документ
Catégorie
Без категории
Affichages
2
Taille du fichier
375 Кб
Étiquettes
1/--Pages
signaler