close

Se connecter

Se connecter avec OpenID

22/03/2016 - La Métropole de Lyon plaide pour une vision globale

IntégréTéléchargement
Lyon, 22 mars 2016 COMMUNIQUE DE PRESSE La Métropole de Lyon plaide pour une vision globale des infrastructures autoroutières 44 000 véhicules traversent chaque jour l’agglomération Lyonnaise sans s’y arrêter. Le réseau autoroutier de l’agglomération qui mélange circulation locale, flux nationaux et internationaux sur de mêmes voiries, est inadapté à cette situation, ce qui provoque des nuisances majeures, en particulier sur les axes nord‐sud avec les autoroutes A6‐A7 et A46, qui passent au cœur de la Métropole de Lyon. Parallèlement, l’itinéraire de contournement par l’Est de l’agglomération via l’A432 est payant. Concurrencé par trois itinéraires gratuits (le tunnel sous Fourvière, le boulevard Laurent Bonnevay et la Rocade Est) qui offrent de meilleurs temps de parcours, en particulier aux heures creuses, il est ainsi insuffisamment attractif. C’est pour remédier à cette situation que l’État porte la réalisation d’un grand contournement autoroutier de Lyon. Des études, cofinancées à 50% par l’État et la Métropole de Lyon sont en cours sur les hypothèses de contournement de l’agglomération, avec deux options : soit en tracé neuf par l’Ouest de l’agglomération lyonnaise, soit par l’Est de l’agglomération en s’appuyant sur un prolongement vers le Sud du réseau autoroutier existant ‐ et notamment l’autoroute A432 qui dessert l’aéroport et la gare TGV de Lyon St Exupéry, à partir de son raccordement avec l’A43. Elles sont menées de façon coordonnée avec celles inscrites au plan de relance autoroutier concernant l’élargissement de l’A46‐Sud. Pour l’Est de la Métropole, ce grand contournement permettra de soulager la Rocade Est et le boulevard Laurent Bonnevay. S’agissant des projets autoroutiers dont l’arrivée est prévue au cœur de la Métropole de Lyon, les projets A89 et A45 ont l’un comme l’autre été conçus avec l’inscription d’un contournement à l’ouest de Lyon (« COL »). C’est ainsi que les documents opposables prescrivent et retiennent comme grand principe, d’une part, pour le Nord‐Ouest de Lyon de raccorder l’A89 à l’A6 et l’A46, et d’autre part, pour le Sud‐Ouest de raccorder l’A45 à l’A47 et l’A7. La décision ministérielle en date du 23 février 2016 demandant à Monsieur le Préfet de Région de lancer les études d’opportunité du « barreau nord » A89‐A6 répond à cet enjeu. S’agissant du Sud‐Ouest de Lyon, la Métropole de Lyon rappelle l’urgence absolue à traiter enfin la question de l’arrivée du projet autoroutier A45 porté par l’État, projet qui prévoit à l’heure actuelle de déboucher en plein cœur de d’agglomération, sur une autoroute, l’A450, déjà saturée matin et soir, en déversant un trafic supplémentaire de +27 000 véhicules par jour. Gérard Collomb, Président de la Métropole de Lyon a ainsi réaffirmé son opposition au projet de l’A45 tel qu’envisagé aujourd’hui si cette nouvelle autoroute débouchait à Pierre‐
Bénite/Irigny : « Ce serait une véritable catastrophe avec plus de 27 000 véhicules supplémentaires chaque jour en entrée d’agglomération si cette autoroute A45 arrivait ainsi sur le pont de Pierre Bénite ». C’est ainsi que la Métropole sollicite l’État afin d’obtenir de sa part un engagement rapide pour lancer des études permettant d’analyser les possibilités de raccordement de l’A45 à l’A47 et l’A7. Pour ce faire, les crédits inscrits au CPER 2015‐2020 signé le 11 mai 2015 sur la ligne « études grand contournement » à 10 M€ permettraient de traiter ce besoin. Le principe de déclasser les autoroutes A6 et A7 qui passent par le tunnel sous Fourvière en plein centre‐ville, « véritable scandale urbanistique et écologique, rappelle l’urgence cruciale à agir pour la qualité de l’air, quelques semaines après l’accord conclu fin 2015 à Paris dans le cadre de la COP21 » souligne Gérard Collomb. La continuité autoroutière existe à présent, renforcée aujourd’hui avec l’ouverture récente des barreaux autoroutiers A432 Nord et A466, et demain encore davantage avec la mise en service annoncée fin 2017 de la liaison A89‐A6 dont les travaux sont en cours. Le déclassement de l’autoroute en Ville, d’Écully, en passant par Lyon, par La Mulatière, par Oullins et jusqu’à Pierre‐Bénite, est une véritable opportunité pour ces communes, et pour la Métropole dans son ensemble. Il permettra de retrouver un accès au fleuve et ainsi d’améliorer le cadre de vie de nos concitoyens. Nous portons l’ambition d’y développer des transports en commun, des pistes cyclables et d’y retrouver des berges réaménagées. Le Conseil Municipal de Lyon qui s’est réuni lundi 14 mars a adopté à l’unanimité le principe du déclassement A6‐A7. Un large consensus s’est exprimé sur ces grands principes lors du Conseil de la Métropole du 21 mars. Un groupe de travail comprenant les maires des communes concernées et les présidents de groupes politiques sera constitué sous 15 jours pour construire une position commune. Par ailleurs, lors du Conseil de la Métropole de Lyon du 21 mars, les élus ont voté une délibération pour la réalisation d’une nouvelle bretelle améliorant les circulations entre l'A450 et l’A7 en direction de Lyon. Pour Jean‐Luc Da Passano, Maire d’Irigny et Vice‐Président de la Métropole de Lyon en charge des Grandes Infrastructures, « Ces travaux permettront aux usagers en provenance de Pierre‐Bénite et d’Irigny de rejoindre directement l’A7 en direction de Lyon sans passer par le nœud A450‐A7. Cet aménagement permettra, notamment, de séparer les flux pendulaires des flux de transit présents sur l’A450. C’est une réalisation très attendue ». La Métropole de Lyon financera aux 2/3 cette réalisation avec une participation de 3M€, le reste étant financé par l’État. 
Auteur
Document
Catégorie
Uncategorized
Affichages
0
Taille du fichier
1 590 KB
Étiquettes
1/--Pages
signaler