close

Se connecter

Se connecter avec OpenID

1 Message du Ministre des Affaires étrangères, Lazăr Comănescu

IntégréTéléchargement
Message du Ministre des Affaires étrangères, Lazăr Comănescu,
Lors de la festivité de célébration de la Journée Internationale de la Francophonie,
sous le haut patronage du Président de la Roumanie
(Palais Cotroceni, le 22 mars 2016)
J’ai la grande joie de célébrer, à côté de vous, la Journée Internationale de la
Francophonie, dans ce cadre spécial, marqué par la présence d’un grand nombre de
jeunes et d’enseignants, de tout le pays, qui déroulent une partie significative de leur
activité en français. Cette participation d’exception nous offre une bonne occasion pour
illustrer la dimension éducationnelle de la Francophonie et, en général, mettre en
exergue l’impact que les initiatives et programmes francophones peuvent avoir sur les
jeunes.
L’organisation de cet événement sous le haut patronage du Président de la
Roumanie, S.E. Monsieur Klaus Iohannis, est un témoignage évident de l’importance
que notre pays attache à la promotion des valeurs et des objectifs de l’Organisation
Internationale de la Francophonie (OIF).
La Francophonie institutionnelle, que nous célébrons aujourd’hui, mobilise l’action
de 80 Etats et gouvernements francophones des 5 continents, en faveur de ses principes
fondamentaux visant la promotion de la paix, de la démocratie et du développement
durable, ainsi que le respect des droits de l’homme. La Francophonie a subi, dès sa
création, en 1970, un processus continu de réforme, devenant ainsi une organisation
multilatérale puissante et respectée.
L’adhésion de la Roumanie à la grande famille francophone, il y a 25 ans, en tant
qu’observateur et, en 1993, en tant que membre à part entière, est ancrée dans la riche
tradition francophile et francophone du peuple roumain. Pour nous, la langue française a
représenté et représente encore non seulement notre « langue du cœur » et un porteur
de valeurs culturelles, mais aussi un moyen d’action, une modalité d’accès à la
modernité et aux institutions démocratiques.
A présent, dans le contexte de la globalisation, l’utilisation de la langue française
constitue, d’avantage, un atout pour la facilitation de l’accès des jeunes au le marché du
travail et à la performance professionnelle. Je vous encourage chers jeunes, à
considérer la langue française comme un investissement dans votre avenir social et
professionnel.
Comme Monsieur le Président vient de le dire, l’activité de la Roumanie au sein
de l’Organisation Internationale de la Francophonie a été et reste très riche. J’insisterais,
tout particulièrement sur le Programme Eugen Ionescu de bourse doctorale et de
recherche postdoctorale, lancé en 2006, lors du onzième Sommet de la Francophonie,
qui a eu lieu à Bucarest, parce que ce programme facilite le rapprochement entre les
jeunes universitaires francophones et offre une plateforme généreuse pour la
coopération interuniversitaires. Nous sommes fiers du fait que plus de 600 jeunes,
provenant de 37 pays francophones, spécialement de l’Afrique et de notre région, ont
bénéficié de ces bourses.
Restant dans le domaine de l’éducation, je voudrais également remarquer la
contribution de l’Organisation Internationale de la Francophonie au renforcement de
l’enseignement roumain en français, à tous les niveaux, à l’aide de ses structures
spécialisées, y compris le Centre Régional CREFECO pour le perfectionnement des
professeurs de langue française.
Et puisque la Francophonie signifie beaucoup plus que l’éducation, je voudrais
vous en offrir quelques exemples de projets du domaine de la paix et de la sécurité, à
savoir la participation de notre pays aux opérations de paix déroulées sous l’égide des
1
Nations Unies et de l‘Union Européenne, dans des pays francophones, ou la formation,
en français, des participants aux opérations de maintien de la paix, dans le cadre de
l’Ecole d’Application des officiers « Mihai Viteazul » de la Gendarmerie Roumaine,
accréditée par les Nations Unies, le seul centre de ce type de notre région.
Permettez-moi de vous rappeler aussi l’inauguration, à Bucarest, en 2013, de la
Place de la Francophonie, la seule de ce type en Europe.
Je voudrais également souligner que la réalisation d’un grand nombre de projets
francophones en Roumanie a été possible grâce à l’excellente coopération que nous
avons avec les Bureaux régionaux de l’OIF et de l’AUF, que remercie chaleureusement à
cette occasion aussi. Par ailleurs, j’exprime ma satisfaction particulière pour
l’enthousiasme et le professionnalisme que le Groupe des ambassades et délégations,
ici présentes, manifestent dans la promotion de l’agenda francophone à travers notre
pays.
En tant « qu’Etat-phare » pour la Francophonie en Europe centrale et orientale, la
Roumanie reste engagée à l’avenir aussi, dans la réalisation des projets nationaux et
régionaux.
En guise de conclusion, en consonance avec le motto de la Journée de la
Francophonie, de cette année, « le pouvoir des mots», je renouvellerais l’appel fait aux
participants à la festivité d’aujourd’hui, surtout aux jeunes, d’utiliser de plus en plus la
langue française, comme un puissant moyen d’action et de dialogue culturel.
2
Auteur
Документ
Catégorie
Без категории
Affichages
0
Taille du fichier
199 Кб
Étiquettes
1/--Pages
signaler