close

Se connecter

Se connecter avec OpenID

20 mars 2016 - s et Professionnel

IntégréTéléchargement
Le BOUCLIER PRO•TECH•TEUR
LABORATOIRE CHRDL
L’ ÉQUIPE SYNDICALE
MOT DE L’EXÉCUTIF
BONJOUR À TOUS LES TRAVAILLEURS
DE LA SANTÉ ŒUVRANT AU CISSS
Notre équipe syndicale, formée du regroupement des
exécutifs du STPL (CSSSNL) et du Bouclier affiliés
à la Centrale des syndicats du Québec (CSQ),
est heureuse de vous présenter notre première
édition spéciale « Fusion syndicale ».
Vous y trouverez une foule d’information reliée au débat des
fusions syndicales à venir et notre
analyse, évidemment subjective,
des modèles de syndicalisme en
présence. Vous y lirez des textes
sans doute parfois très éditoriaux.
Les enjeux sont énormes pour
les associations de travailleurs.
Il faut s’attendre à un débat politique très intense au cours des
prochains mois, l’équivalent d’une
élection. Mais à la fin, vous aurez
participé à un débat démocratique où vous aurez comme
travailleurs du CISSS le pouvoir
d’exercer votre choix sur votre
bulletin de vote. Notre objectif
est que ces éditions spéciales
que nous diffuserons partout
auront contribué à vous éclairer.
Vous y trouverez aussi nos
diverses coordonnées, adresse
courriel, site Internet et page
facebook de campagne, etc.
Outre ces divers moyens de
communication, notre équipe se
rendra disponible partout sur le
territoire. Nous vous accueillerons
à notre kiosque itinérant qui fera
le tour des installations. Nous
y rendrons disponible divers
documents décrivant notre
parcours comme syndicat local
depuis 10 ans. Notre objectif
syndicat technicien(ne)s
professionnel(le)s | lanaudière
syndicat salarié(e)s bouclier
catégories 2,3,4 | laurentides | lanaudière
DANS CE NUMÉRO
Bonjour à tous les travailleurs de la santé œuvrant au CISSS
1
Élu ou Têtu, là est la question! 2
Un projet pilote controversé en assurance salaire!
3
Des équipes de soins à domicile croulent sous la pression
5
« L’optimisation » au Bouclier des Laurentides: coupe à blanc!
6
Optilab: 7
comment vider un labo et une région
des technologistes qui les composent...
Le personnel des CLSC devra migrer vers les GMF
9
Traitements, thérapies et solutions à la bibliothèque
10
APTS: le syndicat provincial s’invite chez nous!
11
Plainte au tribunal administratif du travail: Le CISSS des
Laurentides et l’obstruction
de la CSN
12
Le CISSS et les kiosques syndicaux; une seconde ingérence patronale
dans le débat syndical ?
13
L’annexe à Roland
14
Avis à tout les syndiqués CSN de la catégorie 2,3 et 4
15
Kiosque d’information sur les fusions syndicales
16
www.stpl-csq.com
Venez visitez notre page
campagne-csq/lanaudière-laurentides
LA CAMPAGNE D’INFORMATION SYNDICALE EST COMMENCÉE !
MÉCANICIEN ORTHÈSE
PROTHÈSE AU BOUCLIER
21 mars 2016
Édition spéciale
VOTRE JOURNAL SYNDICAL
CAMPAGNE 2016, UN SYNDICAT LOCAL FORT POUR MA RÉGION
| Page 1 |
BOUCLIER PRO•TECH•TEUR CSQ | 21 mars 2016 |
VOTRE JOURNAL SYNDICAL LE BOUCLIER PRO•TECH•TEUR CSQ
...BONJOUR À TOUS LES TRAVAILLEURS DE LA SANTÉ ŒUVRANT AU CISSS | SUITE
aussi de rencontrer le plus
d’équipes possible sur le terrain
dans le cadre de rencontres midi
pour décrire notre modèle de
syndicalisme. Nous avons tenu un
grand nombre de ces rencontres
au cours de notre processus de
désaffiliation de la CSN et de la
démarche de syndicalisation des
salariés du CRDP le Bouclier. Nous
savons que ces échanges, type
« veillées de cuisine », sont
appréciés des travailleurs. Notez
que nous nous adresserons aux
syndiqués des catégories 2, 3
et 4. Représentant des syndiqués
au Bouclier des Laurentides,
nous ferons également campagne
pour les mêmes catégories dans
la région des Laurentides.
Enfin, ces publications viseront
aussi à vous informer des questions
d’actualité au niveau syndical
dans votre CISSS sur le territoire
des deux régions.
AINSI, VOUS AUREZ ACCÈS
À UNE INFORMATION
DIFFÉRENTE ET
CERTAINEMENT PLUS
CRITIQUE DE CELLE QUE
VOUS POUVEZ LIRE DANS LE
JOURNAL ORGANISATIONNEL
DU CISSS.
ALORS, BONNE LECTURE
ET AU PLAISIR DE VOUS
RENCONTRER!
Serge Vézina
Président
ÉLU OU TÊTU,
LÀ EST LA QUESTION!
?
Pendant que le ministre Barrette continu à nier l’évidence,
les listes d’attente s’allongent, les patients s’impatientent et les délais
de prise en charge s’étirent. Pendant que les libéraux continuent de miser
sur les compressions budgétaires pour « optimiser » le système de santé,
la population, ELLE, commence à comprendre.
Ce que les investisseurs libéraux
ont comme obsession est de plus
en plus évident: décourager les
gens à recourir aux services publics
et les pousser vers le privé.
Nous sommes dans le réseau de
la santé des travailleurs et travailleuses dédiés envers nos tâches et
notre clientèle, penser à nous en
premier n’est pas dans notre ADN,
mais nous voyons qu’il y a péril en
la demeure. La logique froide de
l’argent et du pouvoir est en train
de faire couler le bateau. Heureusement, la belle humanité qui nous
anime nous garde le plus souvent
la tête au-dessus des vagues.
Alors, écoutez bien: « ça ne
marchera pas, Messieurs-leshonorables-Dr-de-la-financepatentée ». Vous ne coulerez
pas le secteur public pour vous
remplir les poches.
Personne n’est dupe, car même les
brillants administrateurs que vous
« drillez » savamment sont conscients
que ce sont les ressources qui font
défaut. Tous observent que ce qui
manque dans les CISSS de
Lanaudière et des Laurentides,
c’est du financement.
Y manque tellement d’argent dans
le réseau de la santé qu’on est
rendu à recycler les « Post-it » et
à engager des firmes à même nos
minces budgets pour indiquer
aux gestionnaires OÙ COUPER
ENCORE!?
CAMPAGNE 2016, UN SYNDICAT LOCAL FORT POUR MA RÉGION
| Page 2 |
BOUCLIER PRO•TECH•TEUR CSQ | 21 mars 2016 |
VOTRE JOURNAL SYNDICAL LE BOUCLIER PRO•TECH•TEUR CSQ
...ÉLU OU TÊTU, LÀ EST LA QUESTION! | SUITE
Et votre obstination à maintenir haut
et fort l’épouvantail de l’austérité
devient plus pathétique au fil des
jours. Ça vous « fait-ti » vraiment
plaisir de nous vendre au
plus offrant?
Tout le monde met l’épaule à la
roue, « monsieur-le-ministre »
et pendant ce temps, vous saupoudrez du sable dans l’engrenage.
Vous retardez le trafic, Monsieur
Barrette, on travaille ici.
Fournissez-nous les moyens de
faire notre job et arrêtez de
pousser le monde vers vos
cliniques privées.
VOUS ÊTES ÉLU,
NE SOYEZ PAS TÊTU.
Marc Ricard
Représentant syndical
à la mobilisation
EN ASSURANCE SALAIRE!
APTS
L’APTS a produit à grands frais
une affiche intitulée « Mise en
garde: gestion des dossiers d’assurance salaire ». Ce document
a été diffusé sur l’ensemble du
territoire et était, selon l’expéditeur, destiné « À tous les salariés
du CISSS de Lanaudière ».
Cet affichage soulève plusieurs
questions sur les façons de faire
du syndicat provincial, notamment en ce qui concerne la justesse et la précision de l’information qu’il diffuse et la pertinence
de l’adresser à nos membres.
L’AFFICHE
L’affiche vise essentiellement
à soulever l’inquiétude des
travailleurs pour se présenter
ensuite en grand défendeur des
droits. Ce serait de bonne guerre
dans un contexte de fusion
syndicale si l’intervention ne
s’adressait pas à des syndiqués
vulnérables et en invalidité.
Nous comprenons comme tout
le monde que c’est une manœu-
vre de visibilité, mais disons
diplomatiquement que l’équipe
syndicale n’est pas tout à fait
à l’aise avec le procédé. C’est
encore plus questionnable lorsque l’on sait que l’intervention
patronale, que l’affiche de l’APTS
dénonce, ne touche pas actuellement les syndiqués de l’ancien
établissement du CSSSNL.
Le contrôle administratif que
dénonce le syndicat provincial
n’est malheureusement pas une
chose nouvelle dans Lanaudière.
Au CSSS du nord de Lanaudière,
en 2013, on congédiait des gens
à cause de leur absentéisme.
Une mobilisation locale initiée
par notre syndicat, avec l’appui
du syndicat CSN des catégories
2 et 3, avait fait reculer la direction de l’époque. Aujourd’hui,
on revient avec une recette
différente qui se donne presque
des airs de compassion mais
qui soulève de grandes questions éthiques et juridiques. Si
l’APTS voulait amener le débat
sur la place publique, elle devait
d’abord informer adéquatement
et faire un état juste de
la situation.
DÉMARCHE
ADMINISTRATIVE
La démarche administrative à
laquelle réfère le syndicat provincial est un projet pilote qui a
été présenté à l’ensemble des
syndicats du CISSS de Lanaudière. L’employeur veut implanter
ce processus à l’intérieur des
anciens établissements de
La Myriade, CSSS du sud de
Lanaudière et du Bouclier de
Lanaudière. L’administration a
présenté ce projet aux syndicats de la région réunis pour
l’occasion à la fin du mois de
janvier. Rarement n’a-t-on vu un
tel consensus syndical contre la
proposition du CISSS.
CE QUE VEUT FAIRE
L’EMPLOYEUR?
Eh bien s’inviter dans votre
parcours de réadaptation en
fixant les balises.
LA CAMPAGNE D’INFORMATION SYNDICALE EST COMMENCÉE !
UN PROJET PILOTE CONTROVERSÉ
CAMPAGNE 2016, UN SYNDICAT LOCAL FORT POUR MA RÉGION
| Page 3 |
BOUCLIER PRO•TECH•TEUR CSQ | 21 mars 2016 |
VOTRE JOURNAL SYNDICAL LE BOUCLIER PRO•TECH•TEUR CSQ
...UN PROJET PILOTE CONTROVERSÉ EN ASSURANCE SALAIRE! | SUITE
COMMENT?
LA CAMPAGNE D’INFORMATION SYNDICALE EST COMMENCÉE !
En impliquant une série de
nouveaux intervenants chargés
de soutenir « vos efforts de
retour au travail ». Une infirmière
suivra de près votre « plan de
traitement ». Un médecin
patronal « soutiendra » votre
médecin traitant. Votre gestionnaire vous appellera à la maison
pour prendre de vos nouvelles
et vous offrir son soutien.
SERVICE DE SANTÉ
Toutes ces personnes travailleront de concert avec le personnel dit administratif du Service
de santé, chargé du contrôle
administratif et juridique des épisodes d’invalidité des syndiqués.
Bref, il faudra être en bonne
santé pour supporter
ce rouleau compresseur d’interventions de toutes sortes.
Les risques de dérapages sont
nombreux et ils étaient déjà
fréquents avant que l’on ne parle
de ce projet pilote. Notre équipe
syndicale a soulevé son caractère envahissant pour l’individu et les pièges qu’il contient
concernant le respect de la
confidentialité, ainsi que la possibilité que s’y déroulent des abus
de procédures et de pouvoir
perpétrés à l’abri des regards.
Ce risque revêt une dimension
d’autant plus significative que le
processus du Service de santé
s’adresse à une clientèle vulnérable, peu en position de
faire valoir leurs intérêts ou
leurs droits.
Au sein de nos membres en
invalidité, 40 % le sont pour des
raisons liées à leur santé
psychologique. Plusieurs
membres de l’équipe syndicale
sont des intervenants de métier. D’instinct, et la littérature
scientifique le confirme, nous
tendons à penser que les interventions contraignantes sont
vouées à l’échec. Nous dirions
même plus, la pression exercée par le Service de santé, et
l’anxiété qu’elle produira à coup
sûr, pourrait nuire au pronostic
de rétablissement des salariés.
Nous sommes des adeptes
du soutien et de la prévention,
comme plusieurs représentants
syndicaux de toute allégeance
présents autour de la table en
janvier. Nous avons présenté nos
arguments en vain à l’employeur,
la décision était prise.
La DRH a prétendu s’intéresser à nos commentaires. Non
seulement nous en avons faits,
mais nous avons soumis une
proposition à l’employeur. Nous
suggérions de dissocier le sou-
tien du contrôle administratif, de
mettre sur pied une équipe de
professionnels qui serait dédiée
au parcours de réadaptation des
travailleurs du CISSS. Ces interventions seraient confidentielles.
La participation des travailleurs
en invalidité y serait volontaire.
Ce processus serait encadré par
une entente syndicale-patronale
et un comité paritaire exercerait
une vigie du déroulement des
opérations. D’aucunes façons
les interventions effectuées par
cette équipe ne pourraient être
relayées au volet administratif et
juridique du Service de santé.
La proposition a été soumise à
l’employeur qui n’a, à ce jour,
émis aucun commentaire. Voilà
pour la saine collaboration...
Les divers syndicats en ont reçu
copie, pas davantage de commentaires… L’APTS est demeurée silencieuse elle aussi...
À LA FIN DU MOIS DE
FÉVRIER, NOUS AVONS
CONTESTÉ JURIDIQUEMENT
L’IMPLANTATION DU
PROJET PILOTE AUPRÈS
DE NOS MEMBRES VISÉS DU
BOUCLIER LANAUDIÈRE.
L’équipe syndicale
« L’affiche vise essentiellement à soulever l’inquiétude
des travailleurs pour se présenter ensuite
en grand défendeur des droits »
CAMPAGNE 2016, UN SYNDICAT LOCAL FORT POUR MA RÉGION
| Page 4 |
BOUCLIER PRO•TECH•TEUR CSQ | 21 mars 2016 |
VOTRE JOURNAL SYNDICAL LE BOUCLIER PRO•TECH•TEUR CSQ
DES ÉQUIPES DE SOINS À DOMICILE
CROULENT SOUS LA PRESSION
Au cours des dernières années, plusieurs membres des équipes
de soutien à domicile (SAD) ont porté à notre attention divers problèmes
liés à l’augmentation de leur charge de travail en CLSC.
Les ressources n’ont jamais été suffisantes pour desservir une population
vieillissante et les problématiques vécues par la clientèle s’alourdissent.
Au fil du temps, les listes d’attente
n’ont cessé de s’allonger. Cette
situation s’est intensifiée suite
à l’ajout de nouvelles tâches et
responsabilités dévolues aux
équipes de soins à domicile.
LE CONTINUUM DE
SOINS: LA GOUTTE
QUI FAIT DÉBORDER
LE VASE
Pour la région du nord de
Lanaudière, le continuum de soins
est implanté depuis l’été dernier.
Valérie Lanthier, technicienne en
travail social au CLSC Chertsey et
membre STPL, explique en quoi
consiste le continuum de même
que son impact sur la charge
de travail des intervenantes et
intervenants: « dorénavant, les
établissements exigent que nous
suivions nos patients en tout
temps, et ce, même lorsqu’ils sont
hospitalisés. C’est en principe une
bonne chose, le lien de confiance
est établi et nous connaissons
très bien leur réalité, or aucune
ressource additionnelle ne nous
est octroyée. Chaque personne
hospitalisée nécessite une intervention psychosociale d’une
demi-journée par semaine, sans
compter les temps de déplace-
ment pour se rendre et revenir
du centre hospitalier, plus d’une
heure trente dans certains cas.
Le temps manque carrément. »
Elle poursuit en listant quelques
exemples de tâches qu’ils doivent
assumer au quotidien : « accompagner les gens dans leur
continuum de soins, écrire de
nombreuses notes au dossier ainsi
que les plans d’intervention (PI),
saisir toutes les statistiques requises, effectuer des évaluations plus
fréquentes, à tous les mois, qui
mesurent l’atteinte de nos objectifs… C’est beaucoup de pression
pour six intervenants psychosociaux responsables de plus de
250 personnes en perte d’autonomie au CLSC Chertsey. On nous
demande de faire preuve de
créativité personnelle pour y
arriver. Les problèmes collectifs
deviennent ainsi des difficultés
individuelles à mieux gérer. Pas
étonnant que, sous la pression
quotidienne, plusieurs personnes
remettent en question leur profession » déplore l’intervenante.
Croulant sous la pression,
nos membres nous ont
appelés à l’aide. Certains
d’entre eux ont vécu un
épuisement professionnel
tandis que plusieurs autres
se sentent fragiles.
Un recours en fardeau de tâches
est donc envisagé. Pour évaluer
la situation, l’équipe syndicale
a procédé à une cueillette de
données visant à évaluer objectivement la charge de travail et à
documenter le bien-être physique
et psychologique des intervenants
spychosociaux SAD des MRC
Matawinie, Autray, Joliette et de
Montcalm. Une intervention est
nécessaire d’autant plus que,
malheureusement, l’avenir ne
s’annonce pas meilleur. En effet,
tel que le rapporte Mme Jessica
Nadeau, journaliste au Devoir,
dans un article intitulé Québec
n’investira pas un sou de plus (29
décembre 2015): « ... le ministère
de la Santé estime pouvoir
offrir encore plus de services
sans injecter plus d’argent. Dans
son plan stratégique 2015-2020,
le ministère de la Santé et des
Services sociaux vise une augmentation de 15 % du nombre de
personnes desservies en soutien
à domicile de longue durée. Ceci,
rappelons-le, dans un contexte
CAMPAGNE 2016, UN SYNDICAT LOCAL FORT POUR MA RÉGION
| Page 5 |
BOUCLIER PRO•TECH•TEUR CSQ | 21 mars 2016 |
VOTRE JOURNAL SYNDICAL LE BOUCLIER PRO•TECH•TEUR CSQ
...DES ÉQUIPES DE SOINS À DOMICILE CROULENT SOUS LA PRESSION | SUITE
ou non seulement les ressources
sont insuffisantes, mais les
établissements doivent encore
couper dans ces soins en raison de
la dernière vague de compressions.
À ce jour, la moitié des centres de
santé et de services sociaux (CSSS),
regroupés aujourd’hui en CISSS, ont
réduit les budgets consacrés aux
soins infirmiers à domicile ou aux services à domicile, obligeant plusieurs
aînés à aller à l’hôpital pour recevoir
des soins qu’ils recevaient auparavant à domicile.
En campagne électorale, les libéraux
s’étaient pourtant engagés à investir
750 millions sur 5 ans dans ce
secteur, à raison de 150 millions
par année. »
Au final, le syndicat offre et offrira
son appui sans réserve aux membres
et revendiquera des conditions de
travail décentes pour tous.
C’est une question de santé
et de sécurité au travail.
Manon Marcil
pour le comité fardeau
de tâches SAD
(Julie Bergeron, Marie-Ève Fortin
Avec la participation de Lise Goulet,
conseillère CSQ en santé et
services sociaux)
« L’OPTIMISATION »
AU BOUCLIER DES LAURENTIDES: COUPE À BLANC!
Vous avez sans doute appris avec
consternation l’abolition de cinq
postes d’agentes administratives
au Bouclier des Laurentides.
Les trois salariées sont soutenues
par l’équipe syndicale et détiennent heureusement des protections liées à la sécurité d’emploi.
Mais le stress et l’inquiétude
que génère ce genre d’évènement dans la vie d’un ou d’une
travailleuse n’en demeure pas
moins énorme. Cette démarche
patronale ne s’inscrit pas dans les
réorganisations administratives
qui sont encore à venir. Techniquement, ce sont les coupes
brutales du ministère qui sont à
blâmer. L’administration, devenue
simple besogneuse du couperet
gouvernemental, s’exécute sans
grand enthousiasme en tentant de
donner un sens à sa démarche.
On pond, à la va-vite, un discours
maladroitement pompeux
d’analyse de « performance et
d’optimisation » qui camoufle
difficilement l’improvisation
généralisée qui caractérise les
précaires créatures administratives
que sont les CISSS.
Malgré le discours de l’administration, rien dans la démarche du
Bouclier ne constitue de l’optimisation des tâches d’agentes
administratives. Pour prétendre à
l’optimisation, il faudrait procéder
à des analyses rigoureuses des
tâches dans le but d’améliorer
certains processus, les rendre
plus efficaces, pour mieux servir
la population. Ce n’est pas de
cela qu’il s’agit ici. La commande
provenait du PDG et était très
claire, le Bouclier devait faire son
sacrifice à la cause du déficit du
CISSS des Laurentides. C’est une
coupe brutale de 150 000 $ sans
analyse poussée des dommages
collatéraux. Le plus bel exemple est cette idée surréaliste de
prétendre qu’il est possible de
laisser les clients à eux-mêmes à
la réception du point de services
de la rue Boyer, à St-Jérôme,
une installation qui compte plusieurs étages et une centaine de
professionnels de la santé. On
coupe des tâches que l’on qualifie de moins indispensables et la
première chose que l’on fait consiste à demander aux collègues
entourant la salariée « coupée »
de palier au vide créé par sa
disparition.
DE TOUTE ÉVIDENCE, LA
SANTÉ N’EN A PAS TERMINÉ
AVEC L’AUSTÉRITÉ.
L’équipe syndicale
CAMPAGNE 2016, UN SYNDICAT LOCAL FORT POUR MA RÉGION
| Page 6 |
BOUCLIER PRO•TECH•TEUR CSQ | 21 mars 2016 |
VOTRE JOURNAL SYNDICAL LE BOUCLIER PRO•TECH•TEUR CSQ
OPTILAB:
COMMENT VIDER UN LABO ET UNE RÉGION
DES TECHNOLOGISTES QUI LES COMPOSENT...
Les divers gouvernements qui ont
passé à Québec depuis 2011
entretiennent doucement mais
sûrement le projet de centraliser les
laboratoires publics de la province.
Les choses semblent avancer
lentement, mais un groupe de
personnes y travaillent assidûment
depuis toutes ces années. Le projet, nommé « Optilab », annonce
d’emblée ses couleurs. Encore une
fois, le terme optimisation sert de
prétexte à une centralisation des
services et une rationalisation de la
main-d’œuvre. Le groupe de travail
mandaté par le ministère définit le
projet « Optilab » comme une
« démarche qui provient d’une
action concertée d’acteurs
du réseau de la santé visant à doter
le Québec de laboratoires de biologie médicale capables de répondre
avec efficience aux besoins actuels
et futurs de la population ». Un peu
plus et on imaginerait une bande
d’idéalistes rêvant d’un monde meilleur. Dans les faits, la commande
est moins réjouissante. Le ministère
y voit une façon de concentrer les
activités des laboratoires et faire
des économies d’échelles, entre
autres en réduisant la main-d’œuvre
à l’échelle de la province. On affirme
répondre aussi à l’accroissement
des coûts et de la demande de
service. On prétend aussi qu’Optilab
pourrait être une réponse au départ
« massif » à la retraite des technolo-
gistes médicaux au cours des cinq
prochaines années. Ce sera malheureusement la seule préoccupation
du groupe de travail relativement
à la main-d’œuvre. Lorsque l’on lit
les documents, il est étonnant de
voir comment on fait peu de cas
de la vie professionnelle et familiale
des technologistes. C’est de
l’ingénierie, on optimise un
processus désincarné de la vraie
vie, c’est tout.
Dans notre région, ce projet fait des
laboratoires du nord et du sud de
Lanaudière des satellites de celui
du CISSS de Laval. Les analyses
qu’on dit de fort volume et de nature
non-urgente sont relayées à un
LABORATOIRE CHRDL (CISSS DE LANAUDIÈRE)
CAMPAGNE 2016, UN SYNDICAT LOCAL FORT POUR MA RÉGION
| Page 7 |
BOUCLIER PRO•TECH•TEUR CSQ | 21 mars 2016 |
VOTRE JOURNAL SYNDICAL LE BOUCLIER PRO•TECH•TEUR CSQ
...OPTILAB: COMMENT VIDER UN LABO ET UNE RÉGION DES TECHNOLOGISTES QUI LES COMPOSENT... | SUITE
méga-labo qui sera donc situé à
Laval. Certains services pourraient
être aussi davantage centralisés
vers le centre urbain. Les régions
des Laurentides et de Lanaudière
détiennent pourtant des laboratoires dans les plus performants
de la province, même si l’on prend
les données du ministère. Mais
clairement, on souhaite centraliser
davantage. Les coûts et la performance ne sont pas seulement liés
à la main-d’œuvre ou la modernisation des équipements. Plusieurs
autres enjeux exercent une pression
sur les coûts. La rémunération des
médecins de laboratoire souvent
basée sur le volume d’analyse, la
pertinence des demandes d’analyses sont des dimensions importantes dont on entend peu parler.
L’optimisation devrait aussi passer
par des solutions à ces problèmes.
L’administration affirme que le projet avance, mais on semble encore
assez loin de l’opérationnalisation
concrète. Mais comme association
de travailleurs, nous avons de vives
inquiétudes pour nos collègues.
Certains services comme la pathologie, la cytologie et la biochimie
pourraient être touchés davantage.
Ce qui est désolant dans cet exercice, c’est que l’on vide les régions
au profit des centres urbains déjà
bien nantis en opportunité d’emploi. L’état semble vouloir délaisser
son rôle traditionnel en soutenant
les régions pour offrir une diversité
d’emplois bien rémunérés. Cette
optimisation régionalisée pourrait
aussi engendrer davantage de
tâches répétitives pour bien du
monde au sein des trois régions.
NOUS SERONS TRÈS
PRÉSENTS AU COURS
DES PROCHAINS MOIS
CONCERNANT CETTE
SITUATION MALHEUREUSE.
L’équipe syndicale
L’ÉQUIPE DU LABORATOIRE CHRDL, BIOCHIMIE
CAMPAGNE 2016, UN SYNDICAT LOCAL FORT POUR MA RÉGION
| Page 8 |
BOUCLIER PRO•TECH•TEUR CSQ | 21 mars 2016 |
VOTRE JOURNAL SYNDICAL LE BOUCLIER PRO•TECH•TEUR CSQ
LE PERSONNEL DES CLSC
DEVRA MIGRER VERS LES GMF
POUR LES MÉDECINS,
PAR UN MÉDECIN.
Nous apprenions au cours des derniers jours, par
la voix du ministre Barrette, que le gouvernement
envisage de transférer du personnel des CLSC
vers les groupes de médecine familiale (GMF).
En gros, il ordonnerait à des infirmières, travailleurs
sociaux et à d’autres professionnels du réseau de
la santé, d’aller prêter main-forte aux médecins en
manque de ressources dans leurs cliniques privées
subventionnées ou si vous préférez, leurs GMF.
Les médecins responsables de GMF pourraient donc,
si le gouvernement va de l’avant, profiter d’équipe de
travail interdisciplinaire pour offrir à la population des
soins curatifs de proximité. On peut aussi dire qu’ils
subtiliseront, en plus du personnel, le travail que les
CLSC auraient pu accomplir n’eut été d’un manque
patent de volonté politique.
Si ce plan est mis en place, les médecins n’auront
évidemment pas à faire la basse besogne de gestion
des ressources humaines puisque leurs nouveaux
employés seront toujours à l’emploi des CISSS.
C’est ce qu’on appelle dans le jargon « changer
son huile à moteur sans se salir les mains! »
À qui donc profite ce petit tour de passe-passe si ce
n’est aux médecins eux-mêmes. Ces gentils petits
avares qui, tristes de n’être que rarement rémunérés
{
à l’acte dans les CLSC et soumis à une frustrante
pitance calculée à l’heure, souhaitent une voix de
contournement pour augmenter leur patrimoine.
Ont-ils intérêt à ouvrir des GMF où ils peuvent facturer
à l’acte en plus de profiter, sans l’ombre d’un risque,
des avantages fiscaux dont disposent les entreprises?
Poser la question, c’est y répondre un peu, ne
croyez-vous pas?
Cette stratégie aura probablement pour effet de
fragiliser les services de prévention offerts par les
CLSC, de les instrumentaliser et de permettre aux
GMF d‘augmenter leur profitabilité, prime de rendement à la solde pour ses administrateurs, on s’en
doute bien. Tout ça à l’apparence d’une privatisation
des ressources humaines et un détournement
monétaire planifié.
ATTENTE D’UNE RENCONTRE
Nous sommes donc en attente d’une rencontre avec
l’employeur à ce sujet et demeurons vigilants face à
cette réforme Barrette qui nous surprend de jour en
jour par son manque de réalisme. Des bonnes idées du
ministre aux impacts sur les services à la population,
une chose demeure constante: pas un sou de plus
n’est dépensé en santé, mais toujours plus de gens
dirigés vers le privé.
Marc Ricard
Représentant syndical
à la mobilisation
Pour tout cela,
un slogan s’impose de plus en plus:
C’est malade comme réforme!
{
CAMPAGNE 2016, UN SYNDICAT LOCAL FORT POUR MA RÉGION
| Page 9 |
BOUCLIER PRO•TECH•TEUR CSQ | 21 mars 2016 |
VOTRE JOURNAL SYNDICAL LE BOUCLIER PRO•TECH•TEUR CSQ
TRAITEMENTS, THÉRAPIES
ET SOLUTIONS À LA BIBLIOTHÈQUE
Saviez-vous que les bibliothèques du CISSS
de Lanaudière possèdent plusieurs ouvrages
traitant des diverses thérapies pouvant aider
les patients que vous côtoyez?
Que ce soit pour les troubles anxieux,
la dépression, les troubles obsessionnels-compulsifs, les troubles de
la personnalité, les psychoses ou les
dépendances, il est possible de
trouver dans notre collection des
pistes de solutions pour vos patients.
Les thérapies couvertes par nos
documents sont nombreuses:
thérapie cognitive et comportementale, thérapie basée sur la pleine
conscience, thérapie centrée sur
les émotions, thérapie d’acceptation
1
Bibliothèque du CHRDL
1000, boul. Ste-Anne, local RC-C-2C
St-Charles-Borromée, Qc, J6E 6J2
Téléphone : (450) 759-8222 poste 2325
csssnl.bibliotheque@ssss.gouv.qc.ca
et d’engagement, thérapie familiale,
thérapie sexuelle, thérapie de couple,
thérapie corporelle, bibliothérapie,
art-thérapie, Gestalt-thérapie,
psychanalyse, thérapie de groupe, etc.
Tous les intervenants du CISSS de
Lanaudière peuvent avoir accès au
prêt de documents, donc n’hésitez
pas à nous contacter pour en
savoir plus.
Nancy Gadoury
Bibliothécaire
CAPSULE – CONSEILS FISCALITÉ
LE REEE :
POUR l’AVENIR DE VOS ENFANTS !
De nos jours, un étudiant qui fréquente un cégep, une école de métiers, un collège
ou une université doit débourser plusieurs milliers de dollars par année. Nous
n’avons qu’à penser aux frais de scolarité, livres, matériel scolaire, frais afférents,
transport, hébergement et toutes les dépenses connexes.
2
Plusieurs stratégies permettent d’assurer un soutien financier à vos enfants dont
celle du Régime enregistré d’épargne-études (REEE). En plus d’accumuler des
sommes qui fructifient à l’abri de l’impôt, vous aurez également droit aux
subventions gouvernementales.
Centre d’apprentissage du CHPL
911, Montée des Pionniers
Terrebonne, Qc, J6V 2H2
Téléphone : (450) 654-7525 poste 22207
documentation@cssssl.ca
À la Caisse du Réseau de la santé, avec notre plan pour financer les études de vos
enfants, vous serez en mesure de leur laisser probablement le plus bel héritage
possible… soit celui de l'accès à l'éducation.
Pour des conseils judicieux concernant vos
finances…
Un seul num éro sans frais :
1 877 522-4773
ww w .desjardins.com /caissesante
CAMPAGNE 2016, UN SYNDICAT LOCAL FORT POUR MA RÉGION
| Page 10 |
BOUCLIER PRO•TECH•TEUR CSQ | 21 mars 2016 |
VOTRE JOURNAL SYNDICAL LE BOUCLIER PRO•TECH•TEUR CSQ
Comme l’équipe syndicale, vous
avez constaté que le syndicat
provincial APTS avait procédé à
des affichages dans les établissements où le STPL-Bouclier avait
des membres.
NOTRE POINT DE VUE
Outre la qualité du contenu affiché
que nous analysons brièvement
dans notre texte portant sur le
projet pilote (pages 3 et 4), nous
souhaitons vous retransmettre notre point de vue sur cette intervention. Nous sommes entrés en contact avec le représentant politique
de la région de Lanaudière. C’est
vers Longueuil que nos recherches nous ont menées. L’équipe du
STPL-Bouclier avait un message à
leur transmettre. Nous informons
le représentant que nous ne voyons aucun problème (sous réserve
de la validité du contenu diffusé
que nous relevons dans notre texte portant sur le projet pilote…) à
ce qu’il s’adresse à nos membres.
Je l’informe que nous avions déjà
accepté cette éventualité au
BOUCLIER MONT-LAURIER
printemps 2015, et que jamais
l’équipe du STPL-Bouclier ne
poserait un frein à l’échange
d’information portant sur la fusion
syndicale. Nos membres sont
libres de s’informer aux sources
qu’ils désirent et à la fin, s’ils
choisissent leur équipe locale et
ce que nous avons bâti ensemble
comme organisation, eh bien,
nous souhaitons que cette décision soit éclairée et exercée en
toute quiétude.
Nous spécifions toutefois au
représentant du syndicat provincial que cette ouverture a nécessairement sa contrepartie et que
cet affichage nous autorisait aussi
moralement à débuter notre
campagne d’information auprès
de leurs membres. L’équipe du
STPL-Bouclier est prête à défendre le modèle syndical que nous
avons bâti localement depuis
plus de dix ans. Notre équipe
souhaite bâtir un syndicat
local fort et déterminé pour tous
les travailleurs de la région.
Les ressources financières,
les ressources humaines du
syndicat et le pouvoir
décisionnel doivent demeurer
dans la région. Si vous lisez ce
journal syndical, c’est parce
que notre syndicat local
STPL-Bouclier détient le
contrôle de ses ressources
et que l’équipe syndicale
pense qu’il est de toute
première importance
d’informer les syndiqués
sur ce qui se passe dans leur
établissement. Cette
information est primordiale
lorsque l’on souhaite que les
membres connaissent les
enjeux locaux et se préparent
au besoin à défendre leurs
intérêts et leurs droits.
TRAVAILLEURS DE LA
CATÉGORIE 4, VOUS AVEZ
AUSSI DROITS À DES SERVICES
SYNDICAUX LOCAUX DOTÉS
D’UNE EXPÉRIENCE
DÉVELOPPÉE AU FIL DES
ANNÉES DANS NOTRE RÉGION.
L’équipe syndicale
BOUCLIER FIRESTONE
LA CAMPAGNE D’INFORMATION SYNDICALE EST COMMENCÉE !
APTS:
LE SYNDICAT PROVINCIAL S’INVITE CHEZ NOUS!
CAMPAGNE 2016, UN SYNDICAT LOCAL FORT POUR MA RÉGION
| Page 11 |
BOUCLIER PRO•TECH•TEUR CSQ | 21 mars 2016 |
VOTRE JOURNAL SYNDICAL LE BOUCLIER PRO•TECH•TEUR CSQ
LA CAMPAGNE D’INFORMATION SYNDICALE EST COMMENCÉE !
PLAINTE AU TRIBUNAL ADMINISTRATIF DU TRAVAIL:
LE CISSS DES LAURENTIDES ET L’OBSTRUCTION DE LA CSN
Depuis plus d’un mois, nous arpentons les établissements du
CISSS des Laurentides et de Lanaudière en vue de préparer notre campagne
d’information sur les fusions syndicales.
Nous nous sommes donc
présentés dans les locaux des différents syndicats représentant les
employés des catégories 2, 3 et 4
pour les informer de nos intentions
de rencontrer leurs membres dans
les prochaines semaines. À certains endroits, l’accueil a semblé
amical et respectueux et nous en
avons profité pour inviter les acteurs syndicaux à venir rencontrer
eux aussi nos membres et ainsi
permettre à tous de se faire leur
propre idée du modèle de syndicalisme qu’ils désirent voir les
représenter et les défendre.
Deux évènements allaient
nous obliger à modifier
notre façon de faire.
Le 9 février, après nous être
rendus dans les bureaux syndicaux de la CSN à Mont-Laurier
et après avoir discuté de façon
civilisée avec une représentante
syndicale, nous nous sommes
dirigés vers le Centre hospitalier
de Rivière-Rouge, dans l’espoir de
rencontrer le syndicat. Ce dernier
avait été averti de notre présence,
tout comme la responsable des
Ressources humaines du Nord
des Laurentides, Madame Lanoue.
Notre présence à Mont-Laurier
n’avait, semble-t-il, pas passé
inaperçue. Madame Lanoue nous
avait d’ailleurs rejoints au cellulaire
et nous lui avions alors expliqué
les motifs de notre présence.
Motifs qui semblent bien nébuleux
aux oreilles de plusieurs, mais
qui pour nous sont d’une
évidence claire.
Nous avons le devoir de
présenter le modèle de la CSQ
à plus de 15 000 personnes
avant le vote et nous prenons
les moyens pour y arriver!
Nous avons donc été estomaqués
par la réception que nous réservait, au Centre hospitalier de
Rivière-Rouge, le vice-président
du syndicat CSN. Non fier devant
notre refus de lui obéir alors qu’il
nous ordonnait de quitter les
lieux, le portier improvisé s’est
tourné vers la sécurité pour nous
éjecter de l’établissement. Après
avoir protesté, nous avons accepté de sortir avant que l’imposant gaillard ne sorte de ses
gonds. Il y a longtemps que nous
n’avions assisté à autant d’agressivité verbale.
Clairement, nous étions dans des
actions et attitudes d’intimidation
qui avaient pour but de plomber
toute discussion portant sur les
choix d’allégeances syndicales
liés aux fusions.
Nous avons demandé au CISSS
des Laurentides, par l’intermédiaire de Madame Lanoue, d’intervenir et d‘affirmer qu’ils ne tolèreraient pas d’action assimilable à
de la violence verbale et de l’intimidation physique à l’intérieur des
établissements de santé. Étant
employé de cet établissement,
le simple fait de se faire montrer
la porte par la sécurité nous a
semblé complètement irréel.
Quelques jours plus tard, le
même manège s’est reproduit,
cette fois à Saint-Jérôme, dans les
locaux du Centre jeunesse et du
Florès. Nous avions été convoqués
là pour un dossier administratif.
Encore une fois, une stratégie
d’intimidation verbale et physique
fut utilisée par des membres de
la CSN envers nos représentants
syndicaux. Nos représentants se
sont même demandés de quelle
façon ils allaient réussir à sortir
du 500 boulevard des Laurentides. Nos appels auprès de la
DRH étant demeurés lettre morte,
nous nous sommes donc tournés
vers le tribunal administratif du
travail et avons porté plainte
contre l’employeur, lui demandant
CAMPAGNE 2016, UN SYNDICAT LOCAL FORT POUR MA RÉGION
| Page 12 |
BOUCLIER PRO•TECH•TEUR CSQ | 21 mars 2016 |
VOTRE JOURNAL SYNDICAL LE BOUCLIER PRO•TECH•TEUR CSQ
...PLAINTE AU TRIBUNAL ADMINISTRATIF DU TRAVAIL: LE CISSS DES LAURENTIDES ET L’OBSTRUCTION DE LA CSN| SUITE
et 4 qui se voient privés d’accès à
l’information dans le cadre du
processus de consultation
démocratique en cours.
SOYEZ ASSURÉS QUE MÊME
AVEC L’OBSTRUCTION DE
LA CSN, VOUS AUREZ ACCÈS
À TOUTE L’INFORMATION
NÉCESSAIRE AU VOTE QUE
VOUS AUREZ À EXERCER
LORS DE LA FUSION
SYNDICALE PRÉVUE D’ICI
TROIS À SIX MOIS.
Aurore Gauthier et
Marc Ricard pour l’équipe
de mobilisation syncicale
des Laurentides
LE CISSS ET LES KIOSQUES SYNDICAUX;
UNE SECONDE INGÉRENCE PATRONALE DANS LE DÉBAT SYNDICAL ?
La semaine dernière, nous avions
planifié un kiosque d’information
syndicale au centre hospitalier
régional de Lanaudière. Tout était
prévu et nous avions obtenu
l’autorisation. La veille en
matinée, nous invitions tout le
monde à venir nous rencontrer par
la distribution d’un tract mentionnant les heures et l’endroit où se
tiendrait notre kiosque. Telle ne fut
pas notre surprise de recevoir un
appel de la DRH nous informant
de l’imposition soudaine d’un
moratoire concernant la tenue
de kiosque syndical. Pourtant,
la CSN en avait tenu un la veille
au même endroit. Nos questions
pour en savoir plus long sur les
fondements juridiques d’une telle
décision sont demeurées sans
réponse. D’emblée, nous avons
établi un lien avec l’interlocutrice
patronale entre cette décision et la
malheureuse diffusion du communiqué portant sur le maraudage
à l’été 2015. L’employeur avait
choisi de retirer le communiqué
à quelques jours de l’audition de
notre plainte à la CRT. Nous avi-
ons été bon joueur en acceptant
de négocier une entente pour un
simple retrait. Comment expliquer
le retour de l’administration dans
le débat syndical… La version
officielle veut que la DRH craignait
les dérapages. Ils sont sans doute
à même de constater, comme
tout le monde, que le syndicat
CSN du CSSSNL ne souhaite pas
de discussion ouverte concernant l’allégeance syndicale. Mais
l’impact de la décision de s’inviter
dans ce débat a été désastreux.
Tout d’abord, nous avons été
contraint de modifier notre plan
de match à la dernière minute.
Nous avons tenté de relancer une
invitation aux travailleurs pour les
rediriger vers notre bureau syndical le matin même de la journée
que nous avions prévue pour la
tenue du kiosque. La visibilité de
l’intervention et l’accessibilité à
l’information n’était absolument
pas comparable à ce que nous
avions souhaité. Cette décision a
pu aussi renforcer l’illusion chez
les représentants CSN qu’ils
avaient raison d’exercer des pres-
sions et intimider notre équipe et
les travailleurs pour nuire aux discussions. Pire, que cette stratégie
fonctionnait. Loin d’endiguer les
dérapages, cette décision semble
avoir plutôt nourri les pratiques
les plus antidémocratiques chez
nos confrères de la CSN. Nous
sommes déterminés à faire reconnaître les droits de notre associations de travailleurs à diffuser de
l’information syndicales portant
sur la fusion syndicale auprès de
l’ensemble des travailleurs que
nous pourrions être amenés à
représenter. Et ce, en contestant
toute ingérence patronale et en
refusant de se laisser intimider
par quiconque. Dès cette semaine, nous relancerons nos demandes de réservation d’espace
dans le but de tenir des kiosques
auprès de l’administration du
CISSS. Nous avons établi des discussions au plus haut niveau de
direction pour dénouer l’impasse.
Nous souhaitons que ce litige se
dénoue à l’amiable et le plus
rapidement possible.
LA CAMPAGNE D’INFORMATION SYNDICALE EST COMMENCÉE !
de faire cesser toute forme d’entrave à nos déplacements dans
le CISSS des Laurentides. Nous
considérons que l’absence de positionnement de l’employeur dans
ces dossiers équivaut à une entrave
à nos activités syndicales, en plus
d’être préjudiciable à l’ensemble
des travailleurs des catégories 2, 3
L’équipe syndicale
CAMPAGNE 2016, UN SYNDICAT LOCAL FORT POUR MA RÉGION
| Page 13 |
BOUCLIER PRO•TECH•TEUR CSQ | 21 mars 2016 |
VOTRE JOURNAL SYNDICAL LE BOUCLIER PRO•TECH•TEUR CSQ
LES PARTICIPANTS DU PROJET EXPL’OR DE L’ANNEXE
À ROLAND VOUS INVITENT À UN SOUPER STYLE
CABANE À SUCRE DU QUÉBEC.
C’est dans le cadre de leur projet collectif que les
participants ont choisi d’organiser cet
événement. La cabane à Roland est une levée
de fonds ayant pour objectif de réaliser des profits qui
seront entièrement remis à des
projets jeunesse de Joliette.
Pour cette soirée, deux invités spéciaux seront de la
partie, Madame Véronique Hivon à titre de présidente
d’honneuretMonsieurGabrielSte-Marieàtitred’invité
d’honneur.
C’est donc en leur compagnie que vous aurez
non seulement l’opportunité de déguster un
excellent repas de cabane à sucre dans une
ambiance chaleureuse, mais aussi de découvrir une vidéo produite par les participants afin
de mettre en valeur l’expérience de jeunes qui
sont passés à L’Annexe dans les dernières années. Cette soirée aura lieu le Vendredi 18 mars
2016 à 17h30 à l’Annexe à Roland. La situation
des jeunes de Joliette touche beaucoup de
personnes dans notre communauté, dont entre autres Madame Véronique Hivon ainsi que
Monsieur Gabriel Ste-Marie qui démontrent sans
aucun doute une disponibilité et un intérêt remarquables pour la cause des jeunes de Joliette.
Pour les personnes intéressées, vous pouvez
vous procurer des billets en vente à L’Annexe à
Roland, au coût de 30 $ pour les adultes et de
15 $ pour les enfants de 4 à 12 ans.
Pour plus d’information :
Sophie Mayer au 450-756-2999 au poste *223
L’Annexe à Roland, 380, rue St-Louis
Joliette (Québec), J6E 2Y6
lannexe@bellnet.ca
www.facebook.com/lannexearoland
CLSC DE ST-ESPRIT !
CAMPAGNE 2016, UN SYNDICAT LOCAL FORT POUR MA RÉGION
| Page 14 |
BOUCLIER PRO•TECH•TEUR CSQ | 21 mars 2016 |
VOTRE JOURNAL SYNDICAL LE BOUCLIER PRO•TECH•TEUR CSQ
SYNDICAT CSN DU CENTRE JEUNESSE ET DU CSSSNL DANS
LANAUDIÈRE: L’INTIMIDATION COMME DÉBAT SYNDICAL!
Nous avons débuté notre campagne d’information syndicale auprès des travailleurs du
CSSSNL et du Centre jeunesse de
Lanaudière à Joliette. Nous avons
été très surpris des méthodes
utilisées par ces représentants
locaux affiliés à la CSN. On filme
et prend en photo notre équipe
syndicale sans notre autorisation.
On ramasse derrière nous les
documents d’information destinés à leurs membres. En clair, au
diable le débat démocratique, ils
semblent vouloir décider ce que
leurs membres peuvent lire. Les
représentants CSN affirment que
nos interventions sont illégales,
sans arriver à identifier en vertu de quelle loi elles le seraient.
L’hiver dernier, la CSN référait au
« protocole de non-maraudage »
pour éviter la discussion de
l’allégeance. Le fait que ce protocole ait été signé à une époque où
on ignorait tous l’arrivée des CISSS et les inévitables fusions syndicales n’y changeaient rien selon
eux. Maintenant que la négociation nationale est terminée, ce se-
BOUCLIER RUE FIRESTONE
rait dorénavant l’application de la
Loi 10 qui deviendrait l’empêcheur
de tourner en rond. Cette loi a
créé les CISSS et contient un processus de fusion syndicale encadré par la CRT. Rien dans cette loi
n’empêche quiconque de transmettre de l’information syndicale
et initier une discussion syndicale éclairée sur les enjeux de la
fusion prochaine. Nous avons fait
reculer l’employeur à l’automne
dernier suite à la rédaction d’un
communiqué patronal portant sur,
disait-on, le prochain maraudage.
Nous avions jugé qu’il s’agissait
d’ingérence. Le communiqué a été
retiré deux jours avant notre audition à la Commission des relations
du travail.
La CSN en est toujours là. Cette
thèse de la centrale est sans
fondement. C’est une stratégie
manquant de courage politique
qui vise à éviter le plus possible
d’avoir à défendre ce qu’ils sont
et font auprès des travailleurs du
CISSS. On alimente la confusion
et la peur. Certains travailleurs du
CSSSNL se sont même fait dire
qu’ils pourraient « être poursuivis »
s’ils venaient nous voir,
surréaliste… menacer de représailles ses propres membres,
il faut le faire! Au Centre jeunesse,
les représentants se sont installés
bien en vue à la porte d’entrée,
gênant les quelques courageux
qui auraient décidé de venir chercher de l’information au local où
nous nous trouvions dans le CRD
voisin. Nos membres ont bien
connu ces méthodes lors de la
désaffiliation de la CSN, ils pourront vous témoigner qu’ils ne se
sont pas laissés intimider et ont
exercé leurs droits d’être informés.
Malheureusement, l’obstruction
et l’intimidation obtient une illusion de résultats à court terme.
Mais nous sommes confiants que
l’information et l’intelligence des
travailleurs auront le dessus sur
ces pratiques syndicales d’un
autre âge. Nous avons eu
quelques signes encourageants
au centre hospitalier la semaine
dernière. Lorsque nous nous
MÉCANICIEN ORTHÈSE / PROTHÈSE AU BOUCLIER
LA CAMPAGNE D’INFORMATION SYNDICALE EST COMMENCÉE !
AVIS À TOUS LES SYNDIQUÉS CSN
DES CATÉGORIES 2, 3 ET 4
CAMPAGNE 2016, UN SYNDICAT LOCAL FORT POUR MA RÉGION
| Page 15 |
BOUCLIER PRO•TECH•TEUR CSQ | 21 mars 2016 |
VOTRE JOURNAL SYNDICAL LE BOUCLIER PRO•TECH•TEUR CSQ
...AVIS À TOUS LES SYNDIQUÉS CSN DES CATÉGORIES 2, 3 ET 4 | SUITE
Nous reviendrons dans ces points
de service très bientôt et nous
vous encourageons à vous informer de vos choix et de ne laisser
personne exercer votre droit syndical à votre place. Les représentants des diverses allégeances
syndicales ont été informés que
nous ne poserions aucun obstacle
à leur accès à nos membres, si
ces derniers souhaitent en connaître plus sur ce qu’ils ont à offrir.
Nous l’avons affirmé haut et fort
aux représentants CSN du Centre
jeunesse et du CSSSNL. Il sera
beaucoup plus sain qu’ils
participent au débat de façon
constructive et cessent ces
pratiques d’obstruction et
d’intimidation à l’égard de notre
équipe et de leurs membres.
L’Équipe syndicale
KIOSQUE D’INFORMATION SUR LES FUSIONS SYNDICALES
POUR LES SYNDIQUÉ(E)S DES CATÉGORIES 2, 3 ET 4
Dans les prochains mois, vous devrez voter pour la centrale syndicale qui vous
représentera. Dans le but de vous informer en vue de ce vote, nous tiendrons des
kiosques d’information dans les différents établissements des CISSS de Lanaudière
et des Laurentides.
Surveillez-nous, vous ne pourrez pas manquer notre Kiosque!!
Nous vous invitons à venir nous rencontrer afin d’échanger.
Nous vous présenterons le modèle de syndicalisme qui nous tient à cœur.
L’information s’adresse aux syndiqué(e)s des catégories 2, 3 et 4, qu’ils (elles)
soient présentement syndiqué(e)s à L’APTS, la CSN, la FTQ ou la CSQ.
Au plaisir de vous y rencontrer!
Catherine Henry
NOS
PARTENAIRES
AVIS DU
STPL-BOUCLIER-CSQ
« Tous les textes rédigés dans ce journal engagent la responsabilité de l’exécutif du
STPL-BOUCLIER-CSQ mandaté par l’association des technicien(ne)s et professionnel(le)s
(catégorie 4) œuvrant au CISSSNL et les membres du Bouclier Laurentides Lanaudière.
Bien que ce document soit rendu disponible à tous, ces textes sont destinés à l’usage
exclusif de nos membres. » Le STPL-BOUCLIER-CSQ.
STPL-CSQ
1000, boulevard Ste-Anne
Local 6E-13, St-Charles Borromée
(Québec) J6E 6J2
Téléphone pour l’équipe syndicale
450 759-8222, poste 2785
syndicat technicien(ne)s
professionnel(le)s | lanaudière
syndicat salarié(e)s bouclier
catégories 2,3,4 | laurentides | lanaudière
Campagne d’information
syndicale:
Lanaudière 450 394-4238
Laurentides 450 848-5270
Télécopieur
450 755-5080
Courriel
stpl-csq@bellnet.ca
Correction de textes
Brigitte Belleville
Site Web
www.stpl-csq.com
Graphiste
Vézinadesign
Heures d’ouverture
Du lundi au vendredi
8h30 à 16h30
Collaborateurs et photos
Serge Vézina, Catherine Henry,
Manon Marcil, Nancy Gadoury
Marie-Ève Fortin, Marc Ricard,
Lise Goulet, Aurore Gauthier.
Facebook
campagne-csq
/lanaudière-laurentides
CAMPAGNE 2016, UN SYNDICAT LOCAL FORT POUR MA RÉGION
| Page 16 |
LA CAMPAGNE D’INFORMATION SYNDICALE EST COMMENCÉE !
sommes adressés à une syndiquée CSN qui avait toujours
notre tract bien en vue devant elle,
nous lui avons dit à la blague
« oublie pas de lire ça, là! ».
Toujours à la blague mais à moitié
sérieuse, elle se retourne vers
nous et affirme d’un air solennel:
« que j’en vois un venir me l’enlever, voir! ». Nous nous sommes
dis, en voilà une avec qui l’intimidation ne fonctionnera plus…
Auteur
Document
Catégorie
Uncategorized
Affichages
0
Taille du fichier
1 252 KB
Étiquettes
1/--Pages
signaler