close

Se connecter

Se connecter avec OpenID

9e session

IntégréTéléchargement
Allocution du Président du Conseil Supérieur
de l’Education, de la formation et de la Recherche
Scientifique
---9e session du Conseil
Rabat
Mercredi 23 mars 2016
1
Mesdames et messieurs,
Parce qu’elle intervient après l’adoption de la vision stratégique de la réforme et l’amorce, par
le gouvernement, des mesures de sa mise en œuvre, cette 9ème session marque une nouvelle
étape dans l’action du Conseil. Elle constitue également une occasion de présenter l’état
d’avancement des travaux relatifs à la réalisation du plan d’action du Conseil pour 2016-2017.
En effet, la vision stratégique du Conseil 2015-2030 continue, depuis son adoption en mai
dernier, de faire son chemin, de susciter des adhésions de taille et des soutiens conséquents
auprès des différentes institutions et des différentes composantes de la société et de franchir
des étapes qui témoignent de son bien-fondé, de sa justesse ainsi que de la pertinence de la
promotion qui en a été faite.
Ce processus a connu, depuis la dernière session du Conseil, des moments forts et hautement
significatifs :

Le premier moment, le plus fort et le plus emblématique, a sans doute été la
programmation de la réforme de l’enseignement telle qu’elle résulte de la vision
stratégique à l’ordre du jour d’un Conseil des Ministres qui s’est tenu, sous la
présidence de Sa Majesté le Roi, à Laayoune, le 6 février dernier.
Face à cet événement qui fera date, nous nous pouvons qu’être fiers du travail
accompli et honorés par cette consécration solennelle qui vient couronner un large
processus d’élaboration, d’adaptation, d’échange et de validation et qui consacre la
nature fondamentalement stratégique de la vision et de sa portée.

L’autre moment fort a consisté en la tenue d’une réunion présidée par le Chef de
Gouvernement le 6 janvier 2016 qui réunissait dix-huit ministres et le président du
Conseil et qui a notamment servi d’une part à lever toute ambiguïté sur l’adhésion du
gouvernement et son engagement à mettre en œuvre la réforme et d’autre part à
prendre deux décisions de la plus grande importance :
- La mise en place d’un comité technique chargé d’élaborer l’avant-projet de loicadre, préconisé par notre vision stratégique et prescrit par le discours royal à
l’occasion de la fête du trône 2015 ;
- La création d’une commission interministérielle comprenant dix-huit
départements chargée d’assurer l’accompagnement et le suivi de la mise en
œuvre de la vision.
2
Quelques jours plus tard, le 29 janvier 2016, le chef de gouvernement a donné
personnellement le coup d’envoi du travail du comité technique chargé de
l’élaboration du projet de loi-cadre composé des deux conseillers du Chef du
Gouvernement, des secrétaires généraux des ministères en charge de l’éducation, de
la formation et de la recherche scientifique, d’un représentant du Secrétariat Général
du Gouvernement, d’un représentant du Ministère de l’Economie et des Finances et
du secrétaire général du Conseil Supérieur de l’Éducation de la Formation et de la
Recherche Scientifique. À cette occasion, le Chef de Gouvernement a défini les termes
de la mission de ce comité auquel il a fixé un délai de deux mois pour mener à terme
sa mission qui s’achève dans quelques jours.
Là encore, il nous faut saluer le rythme et la cadence du processus de mise en œuvre
de la vision, l’implication et la détermination du Chef de Gouvernement, le travail
accompli par les départements ministériels en charge de l’éducation, de la formation
et de la recherche scientifique et les efforts déployés par les membres de ce comité
technique pour traduire les principes directeurs, les grandes orientations et les choix
structurants de la vision sous forme de dispositions juridiques conformes aux
exigences des lois-cadres et assurant la réalisation des objectifs fixés par la vision,
indépendamment des contingences politiques.
Ce qui prête aujourd’hui à l’optimisme, c’est que la confiance en la réussite de la
réforme éducative se rétablit petit à petit et que la vision stratégique fait l’objet d’une
appropriation progressive par tous les marocains en tant que feuille de route pour
l’édification d’une école en phase avec son époque et digne du projet de société
démocratique et des choix de développement retenus par notre pays.

Le 3ème temps fort concerne les avancées réalisées par l’étude portant sur le
financement du système éducatif, le financement de la réforme et plus
particulièrement, la diversification des sources de financement.
Il y a lieu de rappeler ici qu’un groupe d’experts, formé de divers partenaires autour
de l’Instance Nationale de l’Evaluation, travaille sur cette délicate et difficile question
depuis bientôt un an. Ces experts se sont heurtés à de nombreuses difficultés liées
notamment à l’insuffisance des données économiques, financières et démographiques
disponibles et à l’incertitude de certaines projections et de certaines options.
Malgré ces contraintes, les travaux avancent et ils seront poursuivis, conformément
au plan d’action du Conseil, au sein de la commission permanente chargée de la
gouvernance. Dès que cette étude sera terminée, elle fera naturellement l’objet d’un
examen et d’un débat au sein du bureau puis au sein de l’assemblée générale.
3
En attendant, nous ne pouvions pas laisser passer la précieuse opportunité de
l’élaboration de la loi-cadre sans tenter d’y intégrer les conclusions qualitatives de
l’étude qui ne dépendent pas des calculs et prévisions quantitatives et qui s’inscrivent
en droite ligne des recommandations de la vision relatives à la question du
financement.
C’est là la raison pour laquelle la commission permanente de la gouvernance a eu à
examiner et à adopter les conclusions destinées à trouver place dans la loi-cadre,
qu’elle a soumises au Bureau. A son tour, ce dernier a décidé, après examen, de
soumettre les recommandations en question à cette session pour examen et adoption.
En procédant ainsi, nous gagnons sur deux fronts :
- d’un côté, nous laissons mûrir l’étude sur la question du financement qui revêt
la plus haute importance ;
- d’un autre côté, nous saisissons au vol l’opportunité d’incorporer à la loi-cadre
en gestation, les principes et grandes orientations relatives à la question du
financement, en parfaite conformité avec les dispositions de la vision
stratégique.
Mesdames et messieurs,
Outre ce qui précède, il y a lieu de rappeler les différents travaux sur lesquels se penchent le
Conseil et ses instances.
Tout d’abord, au cours de la dernière session, l’Assemblée générale a créé une commission
ad hoc chargée de l’élaboration du rapport d’activités du Conseil conformément à l’article 5
de la loi qui régit le Conseil qui stipule que le Conseil doit établir, une fois par an, un bilan de
ses activités destiné à être soumis à la haute appréciation de Sa Majesté le Roi et adressé au
Chef de Gouvernement et au Parlement.
Cette commission composée de quatre membres : deux membres du Conseil (MM. Khalid
Samadi et El Mahjoub El Hiba) et deux hauts responsables de l’Administration (M. Abdellatif
El Moudni, Secrétaire général du Conseil et Mme Rahma Bourqia, Directrice de l’Instance
Nationale de l’Evaluation), a accompli sa mission dans les délais impartis. Elle a eu la bonne
idée de faire deux rapports au lieu d’un :
-
-
un rapport descriptif et détaillé des activités du Conseil à travers le recensement
chronologique des activités des Commissions Permanentes, des Commissions
Ad-hoc, du Bureau, de l’Assemblée Générale et de toutes les composantes de
l’appareil administratif.
un rapport synthétique construit autour des grandes orientations qui président
à l’action du Conseil à travers le positionnement institutionnel de celui-ci, le
déploiement de ses activités et l’esquisse de ses perspectives d’avenir.
4
Je tiens d’ores et déjà à remercier les auteurs de ce rapport pour leurs efforts et les féliciter
pour la qualité du travail réalisé et soumis aujourd’hui à l’appréciation de l’Assemblée
Générale.
De leur côté, les Commissions permanentes et les groupes spéciaux de travail ont avancé dans
la réalisation de leurs programmes respectifs tirés du plan d’action 2016-2017. Nous aurons
donc le plaisir d’écouter, au cours de cette session, les présidents de ces commissions qui nous
informeront sur l’état d’avancement de leur travail et qui partagerons avec nous leurs
réflexions d’étape.
De même, les trois groupes de travail crées lors de la dernière session qui se penchent
respectivement sur l’enseignement religieux, sur l’enseignement privé et sur la Formation
professionnelle dans le but d’approfondir et d’enrichir les développements consacrés à ces
question par la vision stratégique nous présenteront, à leur tour, leur méthode de travail et
l’état d’avancement de leurs travaux.
Avec ces présentations, nous perpétuons un exercice hautement apprécié par tous les
membres, qui figure parmi les bonnes pratiques de partage de notre Institution et qui
contribuent à assurer la cohérence de l’action du Conseil.
Mesdames et messieurs,
Pour finir, je déclare ouverte la 9ème session de notre Conseil en étant persuadé que nos
débats permettront, une fois encore, de réaliser de nouvelles avancées sur le chemin que nous
avons tracé ensemble et balisé ensemble pour servir les valeurs cardinales qui guident notre
action et notre engagement à savoir celle de l’école de l’équité et de l’égalité des chances,
celle de l’école de la qualité pour tous, celle de l’école de l’épanouissement des apprenants et
celle de l’école du progrès socio-économique et culturel de notre pays.
Nous y parviendrons comme d’habitude en apportant chacun la quintessence de nos
réflexions et de nos expériences respectives et en suivant la démarche qui a présidé à notre
action à savoir celle de l’intelligence collective et celle du dialogue et de l’échange libres,
francs, sereins, responsables et constructifs.
5
Auteur
Document
Catégorie
Uncategorized
Affichages
3
Taille du fichier
434 KB
Étiquettes
1/--Pages
signaler