close

Se connecter

Se connecter avec OpenID

billy-infos n°13 du 25 mars 2016 - Ville de Billy

IntégréTéléchargement
Toutes les informations sur le site www.billy-montigny.fr
« 37 années de bottes » pour le lieutenant Malbranque
Voilà maintenant neuf ans, presque jour pour jour, que le lieutenant Eric Malbranque avait pris la succession du
capitaine Daniel Lemière au commandement de la caserne Victor Letor. Aujourd’hui, il passe le drapeau à son tour.
C
Bulletin d’informations municipales n°13 - 25 mars 2016
’est avec beaucoup d’émotions
qu’Eric Malbranque a officialisé
son départ en retraite. Difficile pour
lui, après trente-sept années à avoir
officié à la caserne de Billy-Montigny
de tourner la page « mais tout a une
fin » a-t-il clamé. Il a notamment
regretté de terminer sur la fermeture
du CIPALL (Centre d’Intervention
des Pompiers de l’Agglomération
de Lens-Liévin) tout en saluant le
soutien de Bruno Troni, maire, durant
ce moment difficile.
Après avoir transmis le drapeau à
son successeur, l’adjudant Emile
Lalouette, il a rendu hommage à ses
anciens collègues, leur souhaitant
une réussite dans leur carrière
professionnelle durant son allocution.
Il se range ainsi du côté des anciens :
« Je suis des vôtres maintenant ! » Mais
c’est sa femme, en particulier, qu’il a
souhaité remercier pour son soutien.
Pour avoir « supporté » ses longues
absences au cours de ses interventions.
Des interventions qui peuvent prendre
une place prépondérante au sein de la
famille d’un sapeur-pompier. Bruno
Troni l’a rappelé à son tour : « Ce
sont beaucoup d’absences, de temps
passé en dehors de la famille avec
ses collègues pour être au service de
la population ». Il a aussi remercié
le lieutenant pour ses années de
services : « On a toujours pu compter
sur lui, même s’il n’était pas seul ».
Le maire de la commune lui a ensuite
remis, au nom du conseil municipal, la
médaille d’honneur de la ville.
Notre journal souhaite une bonne et
heureuse retraite au lieutenant Eric
Malbranque.
Culture
“ Il ne faut jamais croire un romancier,
il raconte des histoires ”
Pour faire écho au salon du livre policier de Lens, la médiathèque Nelson Madiba Mandela a accueilli le
romancier régional, Michaël Moslonka.
C
’est à l’initiative de MariePierre Guinet, responsable du
secteur adulte de la médiathèque,
que le romancier est allé à la
rencontre des élèves de la classe de
6ème5 de Mme Lanney. Les enfants
étaient d’abord impressionnés et
étrangement sages face à lui. Mais
très vite, Michael Moslonka a su
briser la glace : le jeune public, il en
a l’habitude.
Beaucoup de doigts se lèvent. Il
faut dire que les élèves étaient
impatients de poser leurs questions
qu’ils avaient préparées au préalable
avec leur professeur. Un premier
demande si l’auteur est connu.
« À partir du moment où un auteur
est lu, on peut considérer qu’il est
I
a
u
L
F
b
connu. Nous nous sommes présentés,
maintenant vous me connaissez ! Mais
c’est vrai que quand je fais une séance
de dédicaces, il y a moins de monde
que pour Maitre Gimms ! ». L’auteur
met les enfants définitivement à l’aise.
Susciter des vocations
Après plusieurs échanges, vient la
question inévitable : « Comment
devient-on auteur ? » Ce à quoi l’écrivain
répond qu’il ne faut jamais lâcher prise.
« Il arrive de se heurter à des
déconvenues, mais il ne faut pas
s’y plier». Un élève fait part de son
engouement pour l’écriture. Il sait ce
qu’il veut faire plus tard, mais n’ose
pas le dire devant ses camarades. C’est
seulement en fin de séance, qu’il se
confiera au romancier. Toutefois, hors
de question pour Michael Moslonka
de divulguer leur secret !
A
vous, le romancier s’est prêté à une
séance de dédicaces.
L
D
2
d
t
d
r
c
P
L
Cette rencontre fait l’objet d’un
projet d’écriture à long terme. Durant
cet exercice, les élèves de 6ème5 de Mme
Lanney écriront leur propre récit lors
de deux ateliers qui se dérouleront à la
médiathèque, avec le romancier.
Rencontre avec Michael Moslonka à la médiathèque
près avoir rencontré les
élèves du collège David
Marcelle, Michaël Moslonka
s’est rendu à la médiathèque afin
d’échanger avec ses lecteurs. Les
discussions ont tourné autour
de ses inspirations, la condition
de l’écrivain et ses rapports avec
l’édition. Un échange riche
dans une ambiance intimiste.
Les participants ont eu plaisir
à rencontrer le romancier
auchelois.
Il est ainsi le premier écrivain à
venir présenter son travail dans
notre nouveau lieu de culture
qui soufflera bientôt sa première
bougie.Au terme de ce rendez-
U
L
p
e
C
1
c
d
Une curieuse rencontre
L’entretien commence alors :
« Qu’est-ce qu’un romancier ? »
« Quelqu’un qui écrit des romans
policiers ? Des romans d’amour ? »
« Pas seulement ! » précise l’auteur.
Un romancier, c’est avant tout
quelqu’un qui raconte une histoire.
A
D
D
fi
L
à
s
d
s
l
Association
Un devoir de mémoire
Ils étaient venus en nombre les amis de la fosse 10, le samedi 5 mars. Un peu en avance, l’association billysienne
a tenu à faire sa propre commémoration de la catastrophe minière du 10 mars 1906. Plus qu’un recueillement,
un parcours commémoratif et instructif.
L
e rendez-vous était pris au
centre
technique
communal.
L’objectif : « Inviter les gens à un
parcours touristique, commémoratif
et historique sur la catastrophe de
Courrières, et mettre en avant la Fosse
10 comme vestige de cette époque »,
confie Sébastien Glaubert, président
de l’association.
Fosse 2 de Billy-Montigny : le
bout du tunnel.
Le premier arrêt se fait au puits n°2.
Devant ce dernier vestige de la fosse
2, à côté de l’ancien laboratoire central
des houillères, là où treize miraculés ont
trouvé le salut après vingt jours passés
dans les galeries, Sébastien Glaubert
raconte l’histoire du lieu. Le sujet, il
connaît. Mais c’est Kévin Kaliski, VicePrésident, qui fait le récit des rescapés.
L’émotion se fait sentir.
Charles, ayant travaillé plus de vingt ans
dans cinq fosses, a tenu à témoigner :
« Notre travail était tout pour nous.
Aujourd’hui, je crains que les gens
nous oublient, que ce qui était notre
métier parte en poussière ». Il ajoute :
« Il y avait un vrai esprit de camaraderie.
Nous étions unis et les différences de
culture et de religion n’y faisaient rien.
Le racisme n’existait pas au fond de la
mine ». À ses côtés, Mohammed, ancien
mineur de Valenciennes, acquiesce :
« On était comme de vrais frères. Notre
briquet, on le partageait volontiers ».
de grisou a pu se déclarer. Dans
un discours plus politisé, Michel
Pillaert dénonce les représentants
des houillères qui n’ont pas voulu
assumer la responsabilité de
l’accident à l’époque. « Les mineurs
savaient qu’ils descendaient à leurs
risques et périls. Mais en ce temps,
c’était “tais-toi et descends” ».
Une négligence catastrophique.
Des témoins de l’histoire.
Dans l’assistance, deux frères arborent
fièrement la photo de leur père, Jules
Lecerf, mineur à la fosse Ledoux
à Condé, déclaré silicosé à 100% à
seulement 42 ans. À côté, des retraités
de la mine partagent des anecdotes
sur ce qui était la pierre angulaire de
leur vie.
Au bout du chemin jonché des stèles
retraçant le calvaire des survivants, une
deuxième halte se fait sur le belvédère.
De cette hauteur, procurant une vue
sur les terrils de Méricourt et de la
fosse 10 de Billy-Montigny, Alan
Meïr, représentant de l’amicale des
sauveteurs HBL (Houillères du Bassin
minier de Lorraine), prend la parole.
Il explique en détail comment le coup
La visite s’est terminée à la
nécropole
de
Méricourt.
Chaque représentant a déposé
une gerbe devant la stèle aux
1099 noms des victimes de la
catastrophe. 110 ans plus tard,
elles ne sont pas oubliées.
DIMANCHE 27 MARS de 8 à 17
h
BRADERIE
de Pâques
2016
h
Place Leclerc - Place Mathieu - Avenue de la République
Rue Jean Jaures - Rue des Fusillés - Rue Florent Evrard
Fête foraine de Pâques
du 23 au 30 MARS Place Charles Mathieu
Agenda
Municipalité
Séjours d’été 2016
L
es inscriptions pour les séjours
été 2016 ont débuté. La
municipalité vous propose cinq
centres de vacances et un séjour en
Pologne. Un acompte de 100 euros
vous sera demandé à l’inscription.
Si vous êtes intéressés, vous pouvez
consulter les renseignements sur le site
de la ville :
www.billy-montigny.fr
ou appeler au 03 21 13 81 23.
ARCES sur Gironde
«Les petits matelots»
(Charente-Maritime)
ALGAJOLA
«Viva Corsica»
(Corse)
du 19 juillet au 1er Août 2016
& du 1er Août au 14 Août 2016
( Jeunes de 6 à 13 ans)
Participation : 402,75€
du 18 au 31 juillet 2016
& du 1er au 14 août 2016
( Jeunes de 12 à 17 ans)
Participation : 361,80€
St Jean de Monts
«L’air de la mer»
(Vendée)
Calella
«Auberge Espagnole»
(Espagne)
du 19 juillet au 1er août 2016
& du 2 au 15 août 2016
( Jeunes de 6 à 13 ans)
Participation : 361,80€
du 16 au 29 juillet 2016
& du 5 au 18 août 2016
( Jeunes de 13 à 17 ans)
Participation : 402,75€
Zaostrog
(Croatie)
Trezbinia
(Pologne)
du 14 au 27 juillet 2016
& du 7 au 20 août 2016
( Jeunes de 13 à 17 ans)
Participation : 494,50€
(Dans le cadre du jumelage)
du 10 au 21 juillet 2016
pour les enfants
( Jeunes de 12 à 14 ans)
Spectacles à
l’espace culturel
Léon Delfosse
Réservations
en mairie au
03 21 13 81 13
ou en médiathèque
au
03 21 49 08 59
Municipalité
______________
VENDREDI 1ER AVRIL
Conférence sur la prévention santé
« Travaillez votre mémoire »
organisée par la Municipalité avec le
concours de la CARSAT
à 14h à Picasso (ouvert à tous)
renseignements au 06 12 39 37 44
Association
______________
SAMEDI 9 AVRIL
Marché aux puces
organisé par
La Jeunesse Billysienne
de 12h à 19h
Rues M.Sagnier, D.Cordonnier,
G.Hoquet et place de Verdun.
Inscriptions au 06 52 13 36 05.
DIMANCHE 10 AVRIL
Festival de majorettes
organisé par
Les Newdances de Billy-Montigny
à la salle Paul Eluard à11h.
Sport
______________
LUNDI 28 MARS
CBM Football (excellence)
Noyelles sous Lens
au stade Paul Guerre à 15h
SAMEDI 2 AVRIL
CBM Handball (N2)
AS Saint Mande
DIMANCHE 17 AVRIL
CBM Football (excellence)
Tilloy FC
au stade Paul Guerre à 15h
Heure d’été
DIMANCHE 27 MARS
à 2h du matin, il sera 3h !
Auteur
Document
Catégorie
Uncategorized
Affichages
4
Taille du fichier
1 715 KB
Étiquettes
1/--Pages
signaler