close

Se connecter

Se connecter avec OpenID

Annonces avril1 et 4.docx 2

IntégréTéléchargement
Avril
2016
La miséricorde
transcende toute chose. La miséricorde de Jésus est sans fin. La
miséricorde de Dieu est pour toujours. Elle est un abîme insondable. L’eau et le sang jaillissant du
cœur de Jésus transpercé sur la croix ouvrent les portes du cœur de Dieu, de son amour pour tout
homme. Il suffit de se plonger dans ses entrailles. Dieu répand sa miséricorde sans attendre de
retour. On n’a rien à lui donner. Rien ne sera assez grand en retour de ce qu’il nous donne. La
miséricorde descend très profond jusqu’aux enfers, s’approche de toute misère humaine. Elle se
penche vers nous, restaure les valeurs, permet à chaque personne de se retrouver, nous ramène
aux valeurs que nous avons. La miséricorde ce n’est pas la pitié. Elle se manifeste dans son sens
vrai, initial lorsqu’elle transforme en bien tout mal qui se retrouve dans l’homme. Le bien produit
de très belles fleurs dans le grand jardin de Dieu. L’amour veut ce qu’il y a de meilleur pour
l’autre. La Petite Thérèse veut tout offrir, même le rien à Jésus, au Tout.
L’amour est le deuxième mot de la miséricorde. La terre est remplie de l’amour de Dieu, de son
attention, du soin qu’il prend de nous comme un père, une mère qui nettoie son bébé, le berce, le
nourrit, lui chante une berceuse, l’endort.
Jésus nous a dit : « Je suis avec vous tous les jours jusqu’à la fin du monde ». Il est venu consoler
les affligés, affliger ceux qui sont confortables. Donner du travail à quelqu’un, le restaure dans sa
dignité d’homme et de femme. La vie ne cesse d’humilier le chômeur. A travers les œuvres de
miséricorde, on construit la civilisation de l’amour et de la vérité.
Dans la tournée de nuit à Manhattan, quartier des affaires et des commerces de luxe, les pauvres,
les »homeless », « les blacks » ou les latino-américains nous disaient : « ce que nous avons le plus
besoin c’est que vous nous parliez et que vous nous parliez de Dieu, de sa miséricorde. Que vous
priez pour nous et avec nous, que vous nous bénissez « Jésus est l’unique Sauveur. « J’ai
confiance en toi « nous répètent inlassablement Sainte Faustine, Jean-Paul II, Mère Teresa et les
huit fondateurs des Franciscains du Bronx dans la lignée de la Nouvelle Evangélisation.
Seigneur, prends mon bien pour en faire un mieux et mon mieux pour un grand bien. Tu es venu
pour faire de moi quelqu’un de bien, pour remplir pleinement ma vie, pour soulager le monde qui
brûle. Au final, tu deviendras moi et moi je deviendrai Jésus eucharistie.
Jean-Louis Maurin, diacre
Auteur
Document
Catégorie
Uncategorized
Affichages
0
Taille du fichier
898 KB
Étiquettes
1/--Pages
signaler