close

Se connecter

Se connecter avec OpenID

Cancer du sein sur tissu mammaire ectopique : à

IntégréTéléchargement
J Radiol 2009;90:1089-91
© Éditions Françaises de Radiologie, Paris, 2009
Édité par Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés
lettre
sénologie
Cancer du sein sur tissu mammaire ectopique :
à propos d’un cas
H Hassani (1), F Demuynck (1), F Auquier (2), P Merviel (3), AF Le Blanche (1)
Key words: Breast. Carcinoma. Ectopic breast tissue. CT.
Observation
Une femme de 53 ans présentait pour
antécédents une polyarthrite sévère séronégative et corticorésistante depuis 10 ans,
une embolie pulmonaire en 1992, une
ischémie aiguë du membre inférieur gauche d’origine embolique en 1994 et une
incontinence urinaire d’effort. Elle était
G2P2, n’avait pas allaité, était ménopausée depuis l’âge de 48 ans, sans traitement hormonal substitutif.
Un scanner thoraco-abdomino-pelvien
avec injection de produit de contraste
Mots-clés : Sein. Cancer. Sein ectopique. Scanner.
était réalisé dans le cadre du bilan de polyarthrite et découvrait de façon fortuite un
nodule sous-cutané de 10 mm de diamètre situé légèrement en dedans de la ligne
mammelonnaire droite, à 3 cm sous le
sillon sous-mammaire (fig. 1).
Un examen sénologique était donc programmé dans les suites de ce scanner.
L’examen clinique des seins s’avérait sans
particularité. Les mammographies effectuées (face, oblique, profil) montraient
des seins de densité intermédiaire BIRADS 3, sans masse ni distorsion architecturale ou microcalcifications suspectes.
Sur l’incidence de profil droit notamment, le sillon sous-mammaire apparaissait bien dissocié, sans anomalie (fig. 2).
L’échographie mammaire complémentaire, réalisée d’une part en raison de la
densité mammaire et, d’autre part, compte tenu de l’existence d’un nodule souscutané sur la ligne mamelonnaire, montrait un nodule de 10 × 7,5 mm, hypoéchogène, à grand axe vertical, de contours
microlobulés, avec atténuation postérieure, classé ACR 5 (fig. 3).
Cinq biopsies à l’aiguille de 14 gauges échoguidées étaient réalisées, fixées dans l’alcool
a b
Fig. 1 :
a
b
TDM thoracique après injection de produit
de contraste iodé montrant le nodule souscutané centimétrique situé à 3 cm en dessous
du sillon sous-mammaire droit (flèche blanche).
En coupe axiale.
Reconstruction sagittale.
(1) Radiologie Nord, CHU d’Amiens, place Victor-Pauchet, 80054 Amiens cedex 1. (2) Radiologie, Centre de Gynécologie et d’Obstétrique, CHU d’Amiens, place Victor-Pauchet,
80054 Amiens cedex 1. (3) Gynécologie, Centre de Gynécologie et d’Obstétrique, CHU d’Amiens, place Victor-Pauchet, 80054 Amiens cedex 1.
Correspondance : H Hassani
E-mail : hh_idr@hotmail.com
1090
Cancer du sein sur tissu mammaire ectopique : à propos d’un
cas
Fig. 3 :
Fig. 2 :
Incidence mammographique de
profil du sein droit démontrant la
liberté du sillon sous-mammaire
(étoile blanche).
formolé acétique, et l’examen anatomopathologique concluait en faveur d’un carcinome canalaire infiltrant de grade I.
Le bilan d’extension réalisé par la suite
s’avérait négatif. La patiente bénéficiait
d’un traitement chirurgical consistant en
une tumorectomie avec exérèse du ganglion sentinelle dont l’analyse anatomopathologique extemporanée était positive.
Un curage ganglionnaire axillaire complétait donc le traitement. L’examen anatomopathologique définitif confirmait
un carcinome infiltrant de type mixte
(composantes canalaire et lobulaire). La
prise en charge ultérieure consistait en une
radiothérapie et une chimiothérapie, actuellement toujours en cours.
Discussion
Les glandes mammaires dérivent embryologiquement de l’ectoderme. La ligne lactéale, ou crête mammaire, correspond à un épaississement longitudinal de
l’ectoderme de chaque côté de la ligne
médiane, sur la face ventrale de l’embryon, et est visible à partir de la 4e semaine de développement. Elle s’étend de la
racine du membre supérieur à la racine
du membre inférieur. Les bourgeons
mammaires primitifs sont des épaississements localisés de cette ligne apparaissant
H Hassani et al.
L’échographie met en évidence un nodule hypoéchogène, ovale, de grand axe vertical, de contours microlobulés, avec atténuation postérieure.
par paires symétriques. Le développement, la situation et le nombre de ces
bourgeons sont fonction des espèces.
Chez l’être humain, il persiste seulement
deux bourgeons pectoraux à la disparition
de la crête mammaire à la 6e semaine. La
plaque aréolo-mammelonnaire se développe quant à elle à partir de l’invagination en profondeur du bourgeon mammaire, dans le derme au 3e mois, puis
dans le tissu sous-dermique au 6e mois.
Au 8e mois, les tissus conjonctif et musculaire se développent, dans le même temps
que se constituent et se ramifient les
canaux galactophores.
À la naissance, la glande mammaire se
limite à un court système de tubules, avec
une aréole et un mamelon au sommet
duquel s’ouvrent 15 à 20 canaux galactophores.
Elle poursuit son développement de façon lente pendant la période prépubertaire, puis plus rapidement à la puberté, en
fonction du sexe et des influences hormonales.
Les anomalies de développement embryologique peuvent conduire à la persistance
de tissu mammaire ectopique. Il peut
s’agir soit d’une glande mammaire surnuméraire (polymastie), pouvant ou non
être associée à une aréole ou un mamelon,
soit de mamelons et aréoles surnuméraires (polythélie, avec ou sans polymastie),
situés sur la ligne lactéale du creux axillaire jusqu’à la vulve (fig. 4). Certains
auteurs décrivent également du tissu
mammaire en position aberrante, non
situé sur la ligne lactéale. Dans ce cas, il
s’agit de cellules se répandant à partir de
petits diverticules de la crête mammaire
au cours du développement embryonnaire, puis perdant tout contact avec celle-ci
(1). La fréquence de tissu mammaire ectopique dans la population générale atteint jusqu’à 6 %, en fonction des groupes
ethniques (2). Le plus fréquemment, il se
situe dans la région axillaire (2/3 des cas),
mais peut se retrouver sur toute la ligne
lactéale, jusqu’à la vulve (2, 3). La littéra-
Fig. 4 :
Schéma représentant la ligne lactéale (pointillés) et les positions
habituelles de mamelons ectopiques (cercles).
J Radiol 2009;90
H Hassani et al.
ture contient des cas de tissu mammaire
en position aberrante, par exemple en
situation faciale (4). Un caractère héréditaire est reconnu, sans que le mode de
transmission ne soit clairement établi (5).
Il semble exister une relation entre le tissu
mammaire ectopique, des malformations
urinaires et un risque accru de néoplasie
urogénitale (5). Ce tissu mammaire ectopique est le siège de la même pathologie
que le sein normalement positionné, tant
bénigne que maligne (6-12). Le mamelon
ou l’aréole étant absent dans la plupart
des cas, le tissu mammaire ectopique passe inaperçu, en particulier s’il n’est pas en
position axillaire, et échappe au diagnostic au cours du bilan sénologique habituel. Les circonstances de découverte
sont fortuites, comme dans le cas présenté ici, ou reliées à la palpation ou à la visibilité d’une masse sous-cutanée, se modifiant au cours des variations hormonales,
voire à une présentation dermatologique
(6). En raison de l’éventualité rare de
cancer, tout nodule sous-cutané de diagnostic incertain à proximité de la ligne
lactéale doit être exploré et bénéficier
d’une échographie et d’une micro-biopsie. Le tissu mammaire ectopique doit
être surveillé s’il est connu. Une chirurgie
J Radiol 2009;90
Cancer du sein sur tissu mammaire ectopique : à propos d’un
cas
d’exérèse de ce tissu pourrait se discuter,
supprimant le problème de la surveillance. Le cas clinique de notre patiente souligne l’importance de signaler les nodules
sous-cutanés visibles sur les examens scanographiques, notamment sur la ligne
lactéale, afin de les diriger vers un examen échographique et éventuellement
une biopsie.
Références
1.
2.
3.
4.
5.
Beler F. Development and anatomy of
the breast. In Mitchell GW Jr. Basser LW
(eds): The female breast and its disorders.
Baltimore, Williams & Wilkins, 1990.
Tjalma WA, Senten LL. The management of ectopic breast cancer — case
report. Eur J Gynaecol Oncol 2006;27:
414-6.
Routiot T, Marchal C, Verhaeghe JL,
Depardieu C, Netter E, et al. Breast carcinoma located in ectopic breast tissue: a case report and review of the literature.
Oncol Rep 1998;5:413-7.
Koltuksuz U, Ayden E. Supernumerary
breast tissue: a case of pseudomamma on
the face. J Pediatr Surg 1997;32: 1377-8.
Urbani CE, Betti R. Accessory mammary
tissue associated with congenital and
1091
hereditary nephrourinary malformations. Int J Dermatol 1996;35:349-52.
6. Amsler E, Sigal-Zafrani B, Marinho E,
Aractingi S. Carcinome mammaire ectopique primitif axillaire. Ann Dermatol
Venereol 2002;129:1389-91.
7. Marsall MB, Moynihan JJ, Evans RT. Ectopic breast cancer: case report and literature review. Surg Oncol 1994;3: 295-304.
8. Du Jardin E, Fauconnier JP, De
Ruyver D, Gerard R. Sein accessoire : risque de dégénérescence néoplasique pour
ces tissus ectopiques. À propos d’un cas.
Le Sein 2000;9:294-8.
9. Pardo M, Silva F, Jimenez P, Karmelic
M. Mammary carcinoma in ectopic breast
tissue. À case report. Rev Med Chil
2001;129:663-5.
10. Gutermuth J, Audring H, Voit C,
Haas N. Primary carcinoma of ectopic
axillary breast tissue. J Eur Acad Dermatol Venereol 2006;20:217-21.
11. Irvin WP, Cathro HP, Grosh WW,
Rice LW, Andersen WA. Primary breast
carcinoma of the vulva: a case report and
literature review. Gynecol Oncol 1999;73:
155-9.
12. da Silva BB, Rodriques JS, Borges US,
Pires CG, Pereira da Silva RF. Large
mammary hamartoma of axillary supernumerary breast tissue. Breast 2006;15:
135-6.
Auteur
Document
Catégorie
Uncategorized
Affichages
0
Taille du fichier
197 KB
Étiquettes
1/--Pages
signaler