close

Se connecter

Se connecter avec OpenID

- Bizweek

IntégréTéléchargement
JOURNÉE MONDIALE DE L'EAU
É DITION 88 –
VENDREDI
25
MARS
2016
NOTRE BIEN
LE PLUS PRÉCIEUX
L’ HEBDOMADAIRE
ÉLECTRONIQUE GRATUIT
LES ÉQUATIONS
PROBABLES
VISHNU LUTCHMEENARAIDOO
BIZ ALERT
TEVIN SITHANEN
A-T-IL
ENFREINT
LA BOM ACT ?
INVESTIR DANS L’OR
LE MOMENT
OPPORTUN ?
ANALYSE BOURSIÈRE
2
VENDREDI 25 MARS 2016 | BIZWEEK | ÉDITION 88
J’AI ENTENDU...
PERTE DE RS 59 MILLIONS
POUR HAREL MALLAC
HERRSHA L-BOODHUN
Depuis l’année dernière, le groupe Harel Mallac
a démarré un exercice de restructuration qui fait
partie de son plan stratégique. Mais bien que le
groupe a enregistré des revenus à hauteur de
Rs 4,7 milliards (contre Rs 4,3 milliards en 2014),
il a engrangé des pertes après impôt de l’ordre
de Rs 59 millions. “ This was mainly due to the
adverse performance of its retail business, as well
as the difficulties faced by its Zambian and Tanzanian operations, which suffered from severe unfavorable currency movements. However, the
Group benefited from reduced finance costs on its
net debt,” fait ressortir le conseil d’administration. Les performances des filiales operant dans
les secteurs de la construction, de l’engineering et
des commodités ont également impacté les résultats.
Le groupe devait aussi faire ressortir que les
« asset impairments » ont atteint Rs 39 millions en
raison de la de fermeture des opérations “ of a
major conglomerate on the island, but these were
partially compensated by the successful disposal
of non-core investments at a profit of Rs 11 millions.”
Enfin, le groupe Harel Mallac est d’avis qu’en
dépit des défis, le plan de restructuration et les
mesures qui devraient entrer en vigueur en 2016
devraient l’aider à renouer avec la pro-fitabilité.
Clause de NoN-respoNsabilité
LUNDI
LA TENDANCE DE LA
SEMAINE DERNIÈRE SE
POURSUIT
La Bourse a connu principalement des chutes la semaine dernière. Et ce lundi n’est pas différent. L’équation sur la SEM était de 11 baisses contre une hausse.
C’est pour cela que la valeur totale échangée n’a atteint que Rs 22 millions et que le SEMDEX est davantage descendu en dessous de la barre de 1 800 points
pour finir à 1 787.24 points. La MCB a fini en baisse
à Rs 206,75 (-0,6%) tandis que les titres de la SBM
ont été échangés à 65 sous. Au niveau des hôteliers,
LUX Island Resort perd 0,1% pour clôturer à Rs
57,93 bien qu’il ait été le titre le plus échangé de la
séance. Quant à New Mauritius Hotels, la nouvelle
d’une fraude de Rs 115 millions n’a pas déclenché de
passions au niveau des investisseurs, et faute
d’échange, le prix de l’action est resté inchangé. Par
ailleurs, United Docks Limited perd 1,5% pour finir à
son niveau le plus bas en 27 semaines. ENL(P) et ENL
C ont tous deux chuté, sacrifiant respectivement 3%
et 3,2%. Enfin, Air Mauritius délaisse 3,3% pour terminer à Rs 13,30 tandis que Belle Mare Holdings est
en hausse de 25% à Rs 25,50.
MARDI
LA FRAUDE DE RS 115
MILLIONS AFFECTE NMH
Si la veille, la nouvelle de la fraude de Rs 115 millions
notée sur les comptes de New Mauritius Hotels n’a eu
aucun effet, c’est le contraire pour la séance de mardi.
Le prix de l’action a démarré la séance en baisse à Rs
21,35 (-3%) avant de finir à Rs 22. Pour ce qui est de
LUX et Sun Resorts, les deux ont maintenu le statu
quo à Rs 57,75 et Rs 33,50 respectivement pendant
que Constance Hotels grimpe de 3% pour clôturer à
son niveau le plus haut en quatre semaines. Sur le plan
sucrier, Terra est resté inchangé à Rs 30,50 tandis
qu’Alteo glisse à Rs 26,80 et Médine à Rs 60,25. Au
niveau des banques, la MCB a encore chuté, passant
de Rs 206,75 à Rs 206 ; ce qui a encore eu un effet négatif sur le SEMDEX. En ce qui concerne Air Mauritius, le prix devait encore chuter pour passer à
Rs 13,25. Quant à Lottotech, le prix a grimpé de
4,2% pour atteindre son niveau le plus haut en 10 semaines à Rs 3,50.
MERCREDI
ENL LAND DÉGRINGOLE
Les investisseurs ont repris confiance en NMH et le
prix est resté inchangé à Rs 22. Idem pour la MCB, à
Rs 206, en dépit d’un Net foreign sale de Rs 10 millions. La SBM devait s’améliorer à 66 sous (+1,5%)
après plusieurs séances à 65 sous. LUX a encore
baissé, passant de Rs 57,75 à Rs 57,50 pendant que
Sun Resorts reste accroché à Rs 33,50. Par ailleurs,
quelque 400 000 actions d’Ascencia ont été « crossed »
à Rs 13,30. Rogers a glissé de 0,4% à Rs 27,90 et ENL
Land de 2,9% pour finir à son niveau le plus bas en
42 semaines à Rs 45,10. Plusieurs titres sont restés inchangés à l’instar de Mauritius Union Assurance, Omnicane, IBL, MDIT et Caudan. En ce qui concerne Air
Mauritius, le prix devait reprendre pour clôturer la
séance à Rs 13,50 (+1,9%) et Lottotech a atteint son
niveau le plus haut en 11 semaines à Rs 3,59 (+2,6%).
JEUDI
LOTTOTECH GRIMPE
ENCORE
Le SEMDEX a finalement eu une séance positive et a
terminé à 1 784.13 points. ENL (P) et ENL C ont, par
contre, encore chuté. Le premier devait glisser à Rs 26
et le deuxième à Rs 15,05 respectivement. D’autre
part, POLICY s’est haussé de 4,8% à Rs 6,50 et Lottotech de 4,5% pour finir à son niveau le plus haut en
15 semaines à Rs 3,75. Belle Mare Holding, qui a
connu une hausse mardi, sacrifie 2% pour finir à Rs
25. La MCB, CIEL, Cim Financial Services et New
Mauritius Hotels ont terminé stable tandis que LUX
recouvre 25 sous et Swan délaisse 1,4% pour clôturer
à son niveau le plus bas en huit mois à Rs 365. Constance Hotels a encore grimpé pour terminer à Rs 35,
et IBL a clôturé la séance à Rs 118,75. Enfin, Innodis
a fini en baisse à Rs 41 (-3,3%).
Les différentes informations contenues dans cette page ont une valeur purement informative. BIZweek ne donne toutefois aucune garantie quant à la précision, l’exactitude, ou l’opportunité des informations ou des données. BIZweek ne s’engage nullement à prodiguer des conseils aux investisseurs et ne vise pas à influencer le marché. Ces textes ont pour objectif principal d’informer et ne constituent en
aucun cas un avis ou une invitation à réaliser un investissement. Pour des informations précises, un conseil professionnel avec un expert en la matière est préconisé.
Biz-Alert
TEVIN SITHANEN A-T-IL
ENFREINT LA BOM ACT ?
VENDREDI 25 MARS 2016 | BIZWEEK | ÉDITION 88
4
oute personne uti-lisant le terme
‘bank’, sans détenir une licence
auprès de la Banque de Maurice,
commet un délit sous l’article 97 (7) de
la Bank of Mauritius Act. Que se passet-il donc dans le cas de Tevin Sithanen,
le Chief Exe-cutive Officer (CEO),
d’Elysium Capital Partners ? Ce dernier
avait en effet décrit sa compagnie
comme une «boutique investment bank.»
Elysium Capital Partners. Le nom de
cette compagnie a en effet émergé
depuis la fin de l’année dernière dans le
sillage des informations au sujet d’une
tentative d’Offre Publique d’Acquisition
(OPA) sur New Mauritius Hotels Limited (NMH). Si initialement Elysium
T
Capital Partners était considérée comme
une société de courtage, le Chief Executive Officer (CEO) de celle-ci a tenu à
apporter des précisions.
Dans un courriel en date du 30 janvier 2016, Tevin Sithanen devait communiquer à BIZweek qu’il voulait
apporter une «correction» par rapport
aux termes «société de courtage» utilisé
par notre rédaction. Le CEO explique
que sa compagnie est un «boutique investment bank and corporate outfit.»
Mais, il est à noter qu’Elysium Capital Partners ne figure pas sur la liste des
compagnies détenant une licence auprès
de la Banque de Maurice (BoM). L’article 97 (7) de la Bank of Mauritius Act
est clair.
«Any person who, without being licensed, or without written authorisation
by the central bank, under this Act (a) uses the word “bank”, “foreign exchange dealer”, “money-changer”, “deposit
taking” or any of their derivatives in any
language in the description or title under
which that person is carrying on his activities in Mauritius;
(b) uses, as part of the name, description or title under which he carries on his
activities, any word or term likely to indicate the nature of his activities to be those
of a bank or any other financial institution;
(c) makes any representation or uses any
Conférence sur « comment
bouger de la trappe à revenu
intermédiaire »
MIndAfrica Capacity Building
Ltd organise, le 5 avril prochain, une
conférence sur « Breaking away from
the Middle Income Trap » dans le contexte mauricien. Elle se tiendra au
Maritim Resort, et aura comme principal orateur le Professeur Matthew
McCartney. L’autre orateur est Sushil
Khushiram. Ce dernier abordera les
préoccupations liées à cette « trappe »
et « the way forward. »
Selon Rajiv Servansingh, le Chairman de MIndAfrica, cette conférence
permettra de débattre sur un sujet qui
revient sur le tapis de temps en
temps, surtout que Maurice aspire à
devenir un « high income country. »
A noter que Prof McCartney est
actuellement en charge du Contemporary South Asian Studies Pro-
Le Kenya a proposé d’accueillir à
Nairobi, en juillet 2016, la quatorzième session de la Conférence des Nations Unies sur le commerce et le
développement (United Nations
Conference on Trade & Development
– UNCTAD, en anglais). Le thème
principal pour cette année est « Des
décisions aux actions : vers un environnement économique mondial inclusif et
équitable favorable au commerce et au
développement ». D’autres thèmes
seront également abordés, à l’instar
des défis et opportunités du multilatéralisme pour le commerce et le
développement. Ou encore comment
promouvoir une croissance
économique soutenue, inclusive et
durable à travers le commerce, l’investissement, la finance et la technologie afin de garantir la prospérité
pour tous. La conférence abordera
également la transformation structurale de l'économie et le renforcement de la coopération économique
afin de construire la résilience
économique et relever les défis et
saisir les opportunités du commerce
et du développement, à tous les
niveaux, en accord avec le mandat de
la CNUCED.
Enfin, elle contribuera à la mise en
œuvre effective et au suivi de l'Agenda
230 pour le développement durable
ainsi qu'aux résultats pertinents des
sommets et des conférences mondiaux
liés au commerce et au développement.
Pour rappel, le Kenya avait accueilli la
quatrième session de la Conférence
des Nations Unies sur le commerce et
le développement (CNUCED) en
gramme (CSASP) et Associate Professor en ‘Political Economy and
Human Development of India, School
of Interdisciplinary Area Stu-dies’ à
l’Oxford University. Son domaine
d’expertise concerne les développements économique, humain et politique au Bangladesh, en Inde, au
Pakistan et au Sri Lanka depuis leur
Indépendance.
L’UNCTAD tient
sa 14e conférence au Kenya
word or term in any billhead, letter, notice, advertisement or in any manner
whatsoever indicating that he is carrying
on the activities of a bank or any other financial institution, shall commit an offence.”
Il est par ailleurs mentionné, sur le
site web d’Elysium ainsi que sur la page
Linked In de celle-ci, qu’«Elysium seeks
to combine its investment banking expertise with its network of strategic partners to
provide innovative and complete solutions
to public, parastatal and private shareholders. We offer tailored financial advisory and capital-raising services to
individuals, corporations and governments
in Africa…»
LE BUREAU
RÉGIONAL DE L’OIF
POUR L’OCÉAN
INDIEN INAUGURÉ
En visite officielle à Madagascar, la Secrétaire
générale de la Francophonie, Michaëlle Jean, a inauguré, le 23 mars 2016, le Bureau régional de l’Organisation internationale de la Francophonie (OIF)
pour l’océan Indien, en présence du Président de la
République de Madagascar, S.E.M Hery Rajaonarimampianina. Ce nouveau bureau sera dirigé par
l’Ambassadeur Malik Sarr, diplomate burkinabé au
service de l’OIF depuis 1999.
« L’ouverture de ce bureau s’inscrit dans la volonté de la
Francophonie de renforcer ses liens de coopération non
seulement avec Madagascar mais avec l’ensemble des
pays de la région. Cette présence permanente à Antananarivo nous permettra d’ici novembre de consolider
l’étroite collaboration qu’entretient l’OIF avec les autorités malgaches dans la préparation du XVIe Sommet
de la Francophonie, puissant levier pour la croissance
du pays. Je tiens à remercier et exprimer toute ma gratitude au Président de la République pour la mise à disposition de ces formidables locaux qui abritent cette
nouvelle représentation officielle de l’OIF », a déclaré
la Secrétaire générale.
DIRECTRICE ET RÉDACTRICE EN CHEF
Herrsha Lutchman-Boodhun
ADMINISTRATION
Jessie Bappaya
MARKETING ET PUBLICITÉ
Email : bizweek.marketing@gmail.com
mai 1976. Les deux dernières conférences se sont tenues au Ghana (région de l’Afrique) en 2008 et au
Qatar (région de l’Asie et du Pacifique) en 2012.
Capital Publications Ltd
5, Antonio Street, Port Louis
Tél : (+230) 2111744, 2111743 | Fax : (+230) 2137114
Email : bizweek.redaction@gmail.com
VENDREDI 25 MARS 2016 | BIZWEEK | ÉDITION 88
Raj Dayal : « Un complot pour
m’empêcher de travailler »
14 heures, mercredi, le ministre de l’Environnement a
tenu un point de presse pour
dénoncer un « complot » contre sa
personne visant à « l’empêcher de travailler ». Il a également parlé de «
character assassination ». Lors de ce
point de presse très bref, Raj Dayal
soutient qu’il était le « target » sur le
« hit list » avec pour objectif de
déstabiliser le gouvernement car
plusieurs événements sont à venir, à
commercer par la présentation du
Budget et le meeting du 1er Mai.
« J’ai pris connaissance de la bande
sonore diffusée et des allégations, contre moi, que je considère graves. Le
rapport de l’Environmental Impact
Assessment (EIA) montrera la vérité.
En attendant, j’ai pris la décision de
‘step down’ », a annoncé Raj Dayal à
la presse. Il dit vouloir laisser les institutions mener à bien leur travail
et enquête.
Pour rappel, ce point de presse intervient après qu’une bande sonore
a été diffusée sur les ondes de certaines radios privées le matin.
A
L’homme d’affaires Patrick Soobany
a même consigné une déposition à
l’Independent Commission Against
Corruption, en compagnie de son
homme de loi, Me Yousuf Mohamed, pour dénoncer le ministre.
Il allègue que Raj Dayal lui aurait
demandé une contribution dans le
cadre de la fête de Holi en échange
de son permis EIA pour un projet
immobilier à Gros Cailloux.
Biz-Alert
5
SBM INSIGHTS POUR
DES ANALYSES ET
STIMULER LES DÉBATS
Le groupe SBM a lancé, mercredi, la première édition de SBM Insights®, une publication
économique émanant de la cellule Strategy, Research and Innovation du groupe, avec la collaboration du département de la Trésorerie. Une synthèse
de la publication a été présentée le mercredi 23
mars 2016, à la SBM Tower à Port-Louis par
Shailen Sreekeessoon, ‘Head - Strategy, Research and
Innovation’ de la SBM.
L’objectif de SBM Insights® est d’aider et d’accompagner les stakeholders du groupe SBM dans leurs
analyses de l’environnement économique au niveau
global, régional et local, et aussi de stimuler débats
et discussions autour des sujets qui suscitent un intérêt particulier.
SBM Insights® serait publié sur une base
trimestrielle, et devrait couvrir les topiques suivantes: premièrement, une analyse récurrente sur le
contexte macroéconomique global et sur les prévisions ayant trait à l’économie mauricienne ; deuxièmement, une couverture approfondie sur certains
pays d’intérêt particulier ; et, troisièmement, un
special report sur un thème d’importance à l’économie.
Pour sa première édition, en sus du contexte global
et de l’économie mauricienne, SBM Insights® s’est
focalisé sur l’économie seychelloise, étant donné que
le groupe SBM y a récemment obtenu un permis
bancaire, sujet à certaines conditions ; la Chine, qui
a été souvent à la une de l’actualité économique
mondiale, de par son importance systémique, ainsi
que les craintes sur sa santé économique, et les villes
intelligentes, un projet d’intérêt national.
LA TOUR
6
LES ÉQUATIONS
PROBABLES
VENDREDI 25 MARS 2016 | BIZWEEK | ÉDITION 88
VISHNU LUTCHMEENARAIDOO
ACTA PUBLICA
VENDREDI 25 MARS 2016 | BIZWEEK | ÉDITION 88
7
« Aucune transaction suspecte
sur les actions d’IBL »
YANN DUCHESNE, CEO D’IRELAND BLYTH LIMITED
La démission de Benoit Lagesse en tant de membre du Conseil d’administration
de GML Investissement a fait beaucoup de bruit. Surtout dans la conjoncture
d’une éventuelle fusion entre GML Investissement et IBL. Y a-t-il eu une transaction particulière ou suspecte sur les actions d’IBL avant la fusion entre GML Investissement et IBL ? Y a-t-il un lien entre le départ de Benoit Lagesse et des
transactions boursières suspectes alléguées qui auraient eu lieu avant la fusion ?
Le nouveau CEO d’IBL, Yann Duchesne, répond à nos questions
NÊtes-vous au courant de la démission
de Monsieur Benoit Lagesse, l’un
des directeurs de GML Investissement ?
J’ai pris connaissance de la démission de Monsieur Benoit Lagesse de
GML Investissement dans votre édition du 26 février.
NAvez-vous noté une transaction particulière ou suspecte sur les actions
d’IBL avant la fusion entre GML
Investissement et IBL ?
Nous n’avons noté aucune transaction particulière ou suspecte sur les actions d’IBL avant l’annonce du projet
de fusion entre GML Investissement et
IBL.
NLe Chairman d’IBL, Monsieur Arnaud Lagesse, a-t-il informé le Conseil d’administration du départ de
Monsieur Benoit Lagesse de GML
Investissement ?
Le Chairman d’IBL, Monsieur Ar-
naud Lagesse, en a informé les membres du Comité de Gouvernance d’IBL
pour la forme, vu que nous sommes en
discussion avec GML Investissement
pour un projet de fusion.
NLe Chairman d’IBL a-t-il informé le
Conseil d’administration d’IBL ou
le comité de bonne gouvernance de
la compagnie des raisons du départ
de Monsieur Benoit Lagesse ?
GML Investissement et IBL étant
deux entités distinctes ayant leur propre gouvernance, les raisons du départ
de Monsieur Benoit Lagesse ne concernent pas le conseil d’administration
d’IBL et n’ont pas été recherchées.
NEst-il soupçonné que des fuites d’informations puissent avoir donné lieu
à une transaction boursière sur les
actions d’IBL avant la fusion GML
Investissement-IBL ?
De nombreuses transactions boursières ont eu lieu récemment sur les ac-
tions d’IBL, dont certaines avant l’annonce du projet de fusion, mais aucune
d’entre elles n’a donné lieu à des
soupçons de fuite d’information.
NA-t-il été rapporté au conseil d’administration d’IBL que des transactions suspectes auraient eu lieu sur
les actions d’IBL ?
Rien n’a été rapporté au conseil
d’administration d’IBL, vu qu’il n’y
avait aucune transaction suspecte sur
les actions d’IBL.
NL’attention de la Bourse de Maurice
ou celle de la FSC a-t-elle été attirée
dans ce sens?
L’attention des autorités compétentes n’a pas été attirée, vu qu’il n’y
avait aucune transaction particulière ou
suspecte sur les actions d’IBL.
NY a-t-il, selon vous, un lien entre le
départ de Monsieur Benoit Lagesse
et des transactions boursières sus-
pectes alléguées qui auraient eu lieu
avant la fusion ?
Je ne connais pas les raisons du départ de Monsieur Benoit Lagesse.
Comme je vous l’ai indiqué plus haut,
de nombreuses transactions boursières
ont eu lieu récemment sur les actions
d’IBL, mais nous n’avons noté aucune
transaction particulière ou suspecte
avant l’annonce du projet de fusion.
NLe conseil d’administration d’IBL at-il été informé d’un cas où l’un des
proches d’un directeur d’IBL ou de
GML Investissement aurait acheté
des actions d’IBL avant la fusion
GML Investissement-IBL, et ce à
partir de certaines informations
obtenues avant ladite fusion ?
Comme je vous l’ai indiqué plus
haut, aucune transaction particulière
ou suspecte sur les actions d’IBL n’a été
rapportée au conseil d’administration
d’IBL
BIZ DOSSIER
VENDREDI 25 MARS 2016 | BIZWEEK | ÉDITION 88
8
LE MOMENT OPPORTUN ?
INVESTIR DANS L’OR
Vishnu Lutchmeenaraidoo a fait une demande d’emprunt, en septembre de l’année dernière, de 1,1 million
d’euros pour investir dans l’or. Est-ce donc le moment opportun pour y investir ? Si les instances internationales sont optimistes quant au cours de l’or, tel n’est pas le cas pour certains analystes locaux
’ai pris cet emprunt pour investir dans l’or au moment
opportun. » Dixit le désormais ministre des Affaires
étrangères. Ce n’est pas la
première fois que Vishnu Lutchmeenaraidoo affiche son appréciation
pour le métal jaune. Alors qu’il était encore président de la commission
économique du Mouvement Militant
Mauricien (MMM), il avait proposé que
le gouvernement investisse jusqu’à 50%
des réserves du pays dans l’or pour se protéger de l’érosion monétaire. Il devait afficher la même ambition lorsqu’il a été en
charge du portefeuille ministériel des Finances, allant jusqu’à annoncer que la
Banque de Maurice ferait des placements
conséquents dans l’or, ainsi que la création
d’un Mauritius Gold Fund qui serait coté
en Bourse.
Si Vishnu Lutchmeenaraidoo, alors
ministre des Finances, a fait sa demande
d’emprunt de 1,1 million d’euros en septembre de l’année dernière, le décaissement de la somme doit être étalé sur une
période de deux ans. Ainsi, seule une première tranche de 400 000 euros a été décaissée jusqu’ici. Celle-ci devra être
remboursée rapidement avant le décaissement d’une seconde tranche. La question
qui se pose, ici, est de savoir si Lutchmeenaraidoo a déjà investi la somme décaissée dans l’or ? Et si oui, l’a-t-il fait au
«J
moment opportun ? Et pourquoi la transaction serait-elle faite en euros ?
« Il est bon de savoir que le ‘reference price’
de l’or est toujours en dollars, mais qu’une
personne peut acheter de l’or dans n’importe
quelle devise », laisse d’emblée comprendre un analyste qui suit de près le cours
des métaux.
Mais est-ce le moment opportun d’investir ses euros dans l’or ? Dans son ‘Investment Commentary’ paru en janvier,
le World Gold Council passe en revue
l’année 2015 pour le métal jaune et met
en avant les perspectives pour 2016.
« The gold price declined in 2015 in US
dollar terms but not in all currencies. At first
glance, 2015 wasn’t good for gold. By the
end of the year, gold’s dollar price was down
by more than 11% », y lit-on. Les principales raisons derrière cela: « As the US
economy started to recover and fears of deceleration in emerging markets took hold,
gold prices fell. By the end of 2014, due to a
perceived lack of a clear catalyst for gold
prices, attention centred on the US dollar
and the eventual rate hike by the Fed. »
Le rapport fait pourtant ressortir que
le cours du dollar n’est pas l’unique facteur qui affecte le cours de l’or; et que le
dollar américain « is not always the most
relevant metric for most investors », et pose
même la question : « Will this US-centric
view of gold continue indefinitely ? We believe it will not. »
Plus de 90% de la demande physique
pour l’or provient de l’extérieur des ÉtatsUnis, principalement des économies
émergentes, et celles-ci tiennent compte
du cours en leurs devises locales, et non
en dollars américains. « In fact, the nonUS dollar price of gold held up in 2015,
even moving up in some currencies », explique le World Gold Council.
De ce fait, il y aurait des signes encourageants pour le marché de l’or. Ce
métal, rappelons-le, contribue d’habitude
à ménager les risques et la volatilité en diversifiant les portfolios, et préserve le pouvoir d’achat.
« The interconnectedness of global financial markets has resulted in a higher frequency and larger magnitude of systemic
risks. Stock valuations in the US remain
quite elevated as investors have been increasing their risk exposure in search for returns amid a very low yield environment. In
such an environment, bonds offer less protection to soften the blow of a stock market
correction. And while macroeconomic conditions in advanced economies have improved, market and liquidity risks are close
to record highs. In such an environment,
gold’s role as a portfolio diversifier and tail
risk hedge is particularly relevant », lit-on
dans le rapport.
D’ailleurs, le Global Head of Quantitative & Derivatives Research de JPMorgan Chase, Marko Kolanovic, abonde
dans le même sens. Il est d’avis que les investisseurs devraient s’intéresser à l’or, et
non les actifs, en dépit d’une hausse au
niveau du prix de l’once d’or. Ce dernier
est suivi de près par l’industrie du hedging en raison de ses prédictions souvent
avérées. Il avait par exemple prédit, le 8
février, une hausse de la demande au
niveau de l’or et du pétrole, ce qui s’est
produit depuis.
Or, Marko Kolanovic estime que les
prochaines décisions de la Réserve
Fédérale des États-Unis devraient exercer
une pression vers le bas sur le dollar, ce qui
serait en faveur de l’or.
Pour ce qui est du cours de l’or sous
différentes devises, le World Gold Council a publié un tableau du cours en dollars
américains, en euros, en livres sterling et
en yens japonais de décembre 1969
jusqu’au 29 février 2016. On constate
ainsi que le cours de l’or en dollars américains a toujours été plus élevé qu’en euros.
À l’exception des années 1983, 1984,
1985, 2000, 2001 et 2002.
En septembre dernier, mois durant
lequel Vishnu Lutchmeenaraidoo a
obtenu son prêt, l’once d’or se vendait à
USD 1114, et à EUR 997.9 Ce qui fait
qu’il était plus profitable pour lui d’acheter l’or en euros plutôt qu’en dollars
sur le plan international. C’est tout le con-
SUITE EN PAGE 9
VENDREDI 25 MARS 2016 | BIZWEEK | ÉDITION 88
RÉSERVES EN OR :
MAURICE À LA 70E
POSITION
C’est sans surprise, selon un relevé
du World Gold Council de mars
2016, que les États-Unis figurent en
pole position avec des réserves en or
atteignant 8 133,5 tonnes d’or. Ceci
représente 73,3% de ses réserves
étrangères totales. Les USA sont
suivis par l’Allemagne, dont les
réserves n’atteignent que 3 381
tonnes d’or. Dans le top 5 figurent
également le Fonds monétaire international (FMI), l’Italie et la France.
Au niveau des pays africains, l’Algérie se classe au 25e rang, et
l’Afrique du Sud au 29e rang. Quant
à Maurice, il figure à la 70e position
avec 8,9 tonnes d’or, ce qui
représente 7,4% de nos réserves
étrangères.
Mais le tableau ne tient pas compte
de tous les pays, par exemple ceux
qui n’ont pas communiqué leurs
réserves au FMI pendant les six
derniers mois, ou encore les pays qui
ne souhaitent pas rendre leurs
réserves publiques. À titre d’exemple, en juillet 2015, la State Bank of
Vietnam avait laissé entendre que
ses réserves atteignaient 10 tonnes,
mais faute de données précises ou
publiées, ces chiffres n’ont pas été
inclus dans le tableau du World Gold
Council.
traire sur le plan local où l’euro est plus
élevé que le dollar
D’ailleurs, à Maurice, les avis sont
partagés quant à la valeur refuge du métal
jaune. Certains analystes soutiennent que
le prix de l’or a baissé, passant de USD
1175 en juillet 2015 à USD 1043 en
décembre de l’année dernière avant de rebondir à USD 1250. Ils sont d’avis que le
cours de l’or devrait reprendre sa tendance à la baisse « surtout qu’on s’attend à
une hausse des taux d’intérêts aux ÉtatsUnis en avril. »
Ils avancent, par ailleurs, que l’« outlook » pour l’or n’est pas aussi brillant car
le pessimisme qui régnait semble disparaître puisque la Chine a rassuré sur
son potentiel de croissance. « Cela veut
dire que les investisseurs qui avaient opté
pour l’or face à ce pessimisme pourraient bientôt revenir vers les actifs. Bien que le prix
de l’or devrait rester au-dessus d’USD 1 000
pendant quelque temps encore, il devrait
baisser dans les mois et les années à venir »,
affirment-ils.
BIZ DOSSIER
9
Notre bien le
plus précieux
VENDREDI 25 MARS 2016 | BIZWEEK | ÉDITION 88
OPINION
JEAN PIERRE LENOIR
"Water, water everywhere,
nor any drop to drink..."
(The Rime of the
Ancient Mariner )
Coleridge
orsque nous ouvrons un
robinet le matin en se
levant, combien d'entre
nous se posent la question de
savoir d'où vient l'eau et s’il y
en aura toujours pour tout le
monde ?...
Il est vrai qu'avec ses précipitations annuelles de deux mille
millimètres, l'île Maurice n'a
pas trop de soucis à se faire,
pour l'instant du moins (Rodrigues, 1187 mm). Entourés
par l'océan, nous n'avons pas à
partager avec d'autres ce précieux liquide dont certains experts disent qu'il sera l'objet
d'une guerre violente dans le
monde un jour ou l'autre.
Du latin ‘aqua’ au ‘woda’ des
langues slaves en passant par le
grec ‘hudor’ (hydro) pour arriver au ‘water’ en anglais, le
mot « eau » vient de plus loin
puisqu'il trouve sa racine historique dans la civilisation
indo-européenne ; ‘hekweh’ qui
veut dire boire.
L'eau recouvre 72% de la
surface de la terre et est estimée
à 1 400 millions de milliards de
mètres cubes. Salée à 97% de
son volume, il reste donc seulement 3% pour l'eau douce. On
pense que l'eau vient à l'origine
du bombardement de la terre
par les météorites. Une fois
cette eau transformée en
océans, les mers s'évaporent
dans l'atmosphère pour retourner ensuite sous forme de
pluie et ainsi de suite.
Alors que certaines régions
sont généreusement arrosées,
d'autres meurent de soif.
A titre comparatif et statistique, la plus forte pluviométrie
enregistrée dans le monde sur
vingt-quatre heures l'a été à la
Réunion en 1966 lors du passage du cyclone Denise (1825
mm) ; alors que la plus faible l'a
été à Arica, au Chili, où il n'est
pas tombé une goutte d'eau
L
POST SCRIPTUM
JOURNÉE MONDIALE DE L'EAU
pendant 173 mois (octobre
1903 à janvier 1918) !
Aujourd’hui, on pense que
700 millions de personnes dans
43 pays manquent cruellement
d'eau au point d'en mourir.
Alors que le besoin moyen par
personne est de vingt litres par
jour, un milliard d'individus au
Moyen-Orient, en Chine, en
Inde, en Asie Centrale et en
Afrique Centrale ne disposent
que de cinq litres par jour, sans
compter les pays où on meurt
carrément de soif à longueur
d'année.
C'est donc pour toutes ces
raisons que l'eau, qui porte bien
son nom d'or bleu, risque d'être
l'objet de graves conflits régionaux ayant pour origine son
utilisation à travers les rivières et
fleuves qui la charrient vers
plusieurs pays. L'exemple le
plus chaud de cette situation
concerne le Nil Bleu sur lequel
l'Éthiopie a décidé de construire un barrage qui servira à
l'érection d'une importante
centrale électrique qui pourra
alimenter les États voisins. Mais
en ce faisant, cette retenue
pourrait priver l'Égypte d'un
quart de ses ressources en eau.
Quand on sait que l'Égypte est
née sur les bords du Nil et que
c'est là que la plupart de ses
habitants se trouvent, on comprend les angoisses de ce pays
qui voit ce projet d'un très
mauvais œil.
En Asie Centrale c'est toujours une rivière, le Vakhch, affluent du fleuve Amou-Daria
sur lequel une centrale électrique est aussi en train d'être
construite, et qui constitue un
différend de taille entre
l'Ouzbékistan et le Tadjikistan
qui parlent de pertes colossales
en eau pour le secteur agricole.
L'Irak et la Syrie sont eux aussi
à la merci de la Turquie où le
Tigre et l'Euphrate prennent
leur source. En cette période de
conflit ouvert entre ces trois
pays, la Turquie dispose de la
possibilité de réguler en aval le
débit d'eau qui va à ses deux
voisins pour les mettre à genoux
si les choses se corsent un peu
plus...
Par contre, en 1960, l'Inde et
le Pakistan décidèrent, en plein
conflit frontalier qui les opposait, de ne jamais interrompre
les travaux d'aménagement de
l'Indus qui nourrit ces deux
pays en eau. Près de quarante
pour cent de la population
mondiale est établie dans les
zones fluviales, ce qui sous-entend de facto qu'il y a une obligation évidente de partager
l'eau de ces fleuves entre les
pays qu'ils arrosent. Ce n'est
pas seulement de nos jours que
l'eau constitue un sujet de discorde entre pays ou régions. En
1503, on dit que Leonard de
Vinci conspirait avec Machiavel
pour détourner le cours de
l'Arno pour priver d'eau la ville
de Pise avec laquelle la ville de
Florence était en guerre.
Les prévisions et les estimations scientifiques s'accordent
toutes pour dire que dans
cinquante ans, les ressources en
eau potable vont diminuer du
tiers, ou plus, dans le monde,
pas seulement à cause du
réchauffement climatique mais
aussi à cause de l'utilisation outrancière de ce précieux liquide.
Le monde va-t-il accentuer les
tensions autour de l'eau ou vat-il décider de gérer le plus précieux de nos biens en l'élevant
au-dessus des conflits et faire en
sorte qu'il soit un facteur de
pacification ?
11
DEBRIEF
VENDREDI 25 MARS 2016 | BIZWEEK | ÉDITION 88
12
Mon Trésor obtient sa lettre
d’intention du Board of Investment
SMART CITY
Le Board of Investment a émis le 18 mars dernier la ‘letter of Intent’ pour le projet MON TRESOR d’Omnicane. Cette nouvelle étape, prévue par les dispositions dans le cadre du Smart City Scheme, constitue le feu
vert pour ce projet d’Omnicane situé à proximité de l’aéroport international Sir Seewoosagur Ramgoolam
mnicane peut aller de
l’avant avec son projet
de Smart City. Le
Board of Investment lui a remis
sa ‘letter of intent’, vendredi
dernier. La ‘letter of intent’ concerne la première phase du projet MON TRESOR couvrant
160 hectares sur les 482 ha
lorsque toutes les phases seront
complétées sur une période de
30 ans. Cette première phase du
développement
comprend
plusieurs composantes, notamment le Business Gateway, un
parc logistiques de même qu’une
zone d’industries légères, une
O
zone de port franc 600 lots résidentiels, 300 villas/duplexes,
100 appartements, un centre
d’activités commerciales et de
loisirs, une zone d’incubation
dédiée aux PME, un espace consacré à la production cinématographique, une zone
d’activités sociales, un parc à
thème (autour du dodo) et un
hub éducatif/formation entre
autres. L’offre résidentielle de
Mon Trésor sera très diversifiée,
s’adressant aux jeunes professionnels tout comme aux acquéreurs intéressés par un
logement plus élaboré, voire une
TRANSFÉRER DE
L’ARGENT SUR N’IMPORTE QUELLE CARTE
VISA, N’IMPORTE OÙ,
N’IMPORTE QUAND
Depuis jeudi dernier, il est désormais possible de transférer
de l’argent d’un smartphone, à partir l’application Juice sur
n’importe quelle carte VISA (MCB ou non MCB), n’importe où dans le monde. Binesh Mangar, Head of Cards à
la MCB a présenté la toute nouvelle fonctionnalité de l’application Juice au Star Premium, Caudan, en présence de
Jabu Basopo, General Manager, VISA, Southern & East
Africa.
Le lancement de cette nouvelle fonctionnalité VISA Direct
est tout simplement une première en Afrique et se veut
révolutionner le marché traditionnel en matière de transfert
d’argent. Désormais, plus de restriction de lieu, de temps,
plus de files d’attente en agence ou aux bureaux de transfert
d’argent ou de paperasserie à remplir. Juice rend le transfert
d’argent aussi simple que de pianoter sur son portable. De
plus, cette nouvelle fonctionnalité permet de toucher tous
les détenteurs d’une carte VISA dans le monde, qu’ils soient
clients de la MCB ou pas. Il est désormais possible pour
tout utilisateur de l’application Juice de transférer une
somme allant jusqu’à Rs 50,000 à un coût modique : Rs
200 pour un transfert à l’étranger et Rs 20 seulement pour
un transfert local.
AFRICAN REINSURANCE
BROKER LAUNCHES
LONDON OFFICE
Reinsurance Solutions Group announced, on Friday last,
the launch of its newly opened London subsidiary, Reinsurance Solutions London Ltd. Reinsurance Solutions is a
Mauritius-based reinsurance broking group trading across
villa de luxe. Les offres seront bientôt finalisées et, bien entendu,
communiquées au public.
« Nous accueillons cette ‘letter
of intent’ avec enthousiasme. Les
travaux d’aménagement et de
construction démarrent cette
année avec premièrement la mise
en chantier du quartier général
d’Omnicane. Avec la panoplie
d’activités économiques que nous
comptons développer sur le site
c’est aussi une source majeure
d’emplois pour notre région et ses
habitants, » déclare Jacques
D’Unienville, CEO d’Omnicane et de Mon Trésor Smart
City Ltd. Dans cette perspective, une route à quatre voies
contournant le village de Plaine
Magnien et reliant l’autoroute à
Africa with head office in Mauritius and subsidiaries in
Kenya, Côte d’Ivoire, and now London. The group, established 20 years ago, has grown to become the largest
African-owned specialist reinsurance broker, providing
niche reinsurance solutions to more than 100 insurance
companies in more than 30 countries in Africa and the
Middle East. The launch of the London office will extend
the group’s panel of services to the African insurance markets by providing them with more efficient access to the sophisticated technical and financial capacity of the London
reinsurance market.
A LA RECHERCHE
DE JEUNES TALENTS
CINÉASTES
Dire non à la violence routière en montrant ses talents de
cinéaste amateur. Telle est l’invitation lancée aux jeunes de
Maurice et Rodrigues par Vivo Energy Mauritius. En reconduisant pour la quatrième année consécutive sa campagne de sensibilisation à la sécurité routière baptisée Cité
Zen, la compagnie pétrolière réaffirme son engagement à
participer à l’élan national pour lutter contre le fléau des accidents de la route. Le coup d’envoi de la campagne Cité
Zen édition 2016 est marqué, cette année, par un concours
de clips vidéo amateurs sur la sécurité routière à l’intention
des jeunes de 12 à 25 ans. Le concours propose aux collégiens et étudiants du tertiaire, mais aussi des jeunes hors
du milieu de l’enseignement, de réfléchir aux risques de la
circulation routière et aux comportements à privilégier pour
s’assurer d’une protection sans faille.
LE CHEF MAURICIEN
KRISTESH HALKORY AU
SOMMET DE SON ART
Après une semaine d’efforts intenses, la gloire. C’est, en
somme, ce qu’a vécu le jeune Chef mauricien Kritesh
Halkory, de Constance Le Prince Maurice, en se voyant
l’aéroport, la New Airport Access Road, sera réalisée grâce à
la mise à disposition de 20
hectares de terres d’Omnicane.
décerner le premier prix lors du Festival Culinaire Bernard
Loiseau (FCBL) 2016, avec le Chef étoilé Michel Husser
du restaurant Le Cerf, à Marlenheim en France, et le commis Kevin Hook, du Constance Belle Mare Plage. Les trois
hommes se sont distingués lors de la 11e édition de ce festival gastronomique, qui a eu lieu du 12 au 20 mars au
Constance Belle Mare Plage. Cet événement culinaire comportait également d’autres compétitions, dont le Concours
Constance pâtisserie Pierre Hermé-Valhrona, et a vu la participation de nombreux chefs étoilés, dont le chef star
français Cyril Lignac. Le grand gagnant, Kristesh Halkory,
en était à sa deuxième participation au festival et il est encore sur un petit nuage. L’autre grand rendez-vous de cette
11e édition était le nouveau concours de pâtisserie Pierre
Hermé-Valhrona. Et celui-ci a été remporté par un autre
Mauricien, le Chef pâtissier du Constance Le Prince Maurice, Stéphane Labastide.
AMBRE RESORT & SPA
OBTIENT LE TRAVELIFE
GOLD CERTIFICATION
Ambre Resort & Spa a obtenu la prestigieuse certification
Travelife dédiée aux hôtels et logements. Certification de
développement durable, le Travellife évalue la performance
de l’hôtel au niveau de la gestion de ses impacts sociaux, environnementaux et économiques. Pendant six mois, une
équipe dédiée à cette cause particulière s’est mise au travail
avec le support du General Manager et de toute son équipe.
Ainsi Ambre Resort & Spa a diminué sa quantité de
déchets en réutilisant les déchets liquides pour l’arrosage.
L’huile de cuisson et les bouteilles en plastique sont également récupérées pour le recyclage.
VENDREDI 25 MARS 2016 | BIZWEEK | ÉDITION 88
« 2016 pourrait être
mieux en termes
de performance »
NEERAJ UMANEE, MANAGER DE SWAN SECURITIES
Initier les élèves de Lower VI à l’investissement boursier et leur faire
découvrir des perspectives de carrière dans ce domaine. Tel est l’objectif de SWAN qui a accueilli près de 200 élèves lors d’une séance de
formation, animée par Neeraj Umanee, Manager de SWAN Securities.
Cet atelier s’inscrit dans le cadre du SEM Young Investor Award 2016,
une compétition nationale qui a lieu tous les ans
lus de 900 élèves, représentant 92 écoles secondaires,
participeront à la 24e édition du Young SEM Investor
Award, une compétition nationale
qui se tient chaque année. En
équipe de cinq, ils disposeront
d’un fonds d’investissement hypothétique de Rs 200 000 et
seront appelés à investir dans un
portefeuille d’actions de cinq entreprises qui sont listées sur la
Bourse de Maurice. Ils devront
acheter et vendre des actions pour
augmenter la valeur de leur portefeuille dans un délai imparti de
trois mois.
Dans son allocution, Neeraj
Umanee, Manager de SWAN Securities, a longuement expliqué
les performances boursières des
entreprises pour éclairer les jeunes
investisseurs quant aux secteurs
qui affichent une bonne santé. Il
s’est aussi appesanti sur l’investissement d’un point de vue
théorique mais aussi pratique.
Commentant la baisse de 12.7 du
Semdex en 2015, le Manager de
SWAN Securities a attribué ce déclin à des facteurs internes mais
aussi exogènes, tels que le changement de gouvernement, l’éclatement d’un conglomérat local et
ses effets multiplicateurs, la faiblesse de la roupie, le retrait massif
des investissements étrangers, la
dévaluation du yuan, les faiblesses
de la zone européenne.
Il a également souligné que les
bourses subsahariennes ont été
négativement impactées en 2015.
Cependant, Neeraj Umanee est
tout de même optimiste pour
cette année. « 2016 pourrait être
mieux en termes de performance. Le
secteur hôtelier démontre une bonne
progression ; la construction pourrait être catalysée par les gros
chantiers annoncés comme Heritage
City, les smart cities et le développement portuaire. Le secteur financier
a démontré sa résilience en 2015 et
reste la valeur sûre de la croissance
de l’économie », a-t-il déclaré.
Abordant l’éducation financière, Neeraj Umanee est d’avis
qu’il est important d’inculquer
aux jeunes et aux citoyens en
général une connaissance basique
des produits financiers, des concepts et des risques. « Les jeunes
sont appelés à gérer de l’argent de
plus en plus tôt dans leur vie et je
pense qu’ils doivent être informés des
opportunités et aussi des risques qui
existent en finance. Etendre l’éducation financière à l’ensemble de la
population est indispensable car les
citoyens sont tous des potentiels investisseurs. Il faudrait donc les aider
à mieux comprendre leur environnement économique et financier et
faire
des
choix
informés
afin d’améliorer leur bien-être financier. »
DEUX PROJETS de surveillance des pêches mis en œuvre
par la Commission de l’océan Indien (COI) à travers son projet
SmartFish ont été récompensés
par le Réseau international de
suivi, de contrôle et de surveillance des pêches (IMCS), le 10
mars à Auckland en NouvelleZélande. Ces distinctions, soit le
1er et le 2ème prix, ont été
décernées lors de la seconde édition du Prix contre la pêche il-
licite, non déclarée et non réglementée (« Stop IUU Fishing
Award ») géré par l’IMCS.
Le premier prix remporté par la
COI distingue un projet pilote
mené par COI-SmartFish en
Tanzanie : la déclaration et l’octroi de permis des bateaux de
pêche. Grâce à l’adoption d’une
méthode d’inspection qui distingue les bateaux déclarés des
bateaux non enregistrés, les
revenus de l’industrie de la pêche
pourraient sensiblement augmenter.
Le second prix récompense la
mise en place, par la COI avec le
concours de la FAO, d’une unité
multi-agences pour répondre au
crime environnemental organisé,
incluant les crimes halieutiques.
Ces crimes halieutiques concernent la pêche illégale et la pêche à
l’explosif, le minage illégal, la
contrebande de la faune, de la
flore et du bois en Tanzanie.
P
Des élèves de Lower VI écoutant attentivement les explications
de Neeraj Umanee, Manager de SWAN Securities
La COI reçoit les 1er et 2ème prix
DEBRIEF
13
GINZA MOTORS OFFRE À
LINADEVI PONNOUSAMY UN
SÉJOUR POUR DEUX AU JAPON
Grâce à la loterie organisée par Ginza Motors, concessionnaire de
véhicules importés de seconde main, Linadevi Ponnousamy s’envolera très prochainement pour un somptueux séjour au Japon
en compagnie de son époux. Cette habitante de Vacoas a reçu
son prix cette semaine lors d’un cocktail au showroom de Ginza
Motors, entreprise du cluster automobile du Groupe ABC.
« C’est la deuxième fois que nous irons en voyage en couple. Nous
avons vraiment hâte de découvrir la culture japonaise et surtout la
destination en elle-même. À travers cette loterie, Ginza Motors a
trouvé la meilleure formule pour récompenser ses clients », explique
Linadevi Ponnousamy. Ce séjour au pays du Soleil-Levant comprend les billets d’avion, cinq nuits d’hébergement ainsi qu’une
visite guidée et Rs 25 000 d’argent de poche.
Linadevi Ponnousamy, fidèle cliente de Ginza Motors, a acheté
trois véhicules depuis 2012. La Nissan Tiida Latio, sa toute
dernière acquisition en janvier 2016, lui a permis de participer
à cette loterie qui est arrivée à terme le 29 février dernier.
RECORD BREAKING NUMBER
OF PARTICIPANTS FOR THE
AFRASIA BANK MAURITIUS
OPEN 2016
With weather conditions accompanying the golfers on Saturday
March 12, the 6th round to the Race to AfrAsia Bank Mauritius
Open 2016 was held at Anahita. The day was a complete success
with now 202 players who participated to qualify for the Pro-Am
of the major tri-sanctioned tournament.
Two months prior to the AfrAsia Bank Mauritius Open 2016
which will be held on 12-15 May 2016, golfers are getting ready
for the highlight of the year in the golf community for Mauritius
and giving their best swing to be able to play along with professionals.
Cader Jaunbocus managed to stay ahead of everyone, including
Jean François Guidez (2nd), young Philip Csizmadia (3rd) and
Doreen Chui Wan Cheong (4th & 1st Lady). He is the 5th
player to qualify for the Pro-Am.
Another stunning record was set on that day, with only 8 points
between the 1st and the 32nd on the leader board.
Special prizes were given to the longest drives which went to
Razia Moollan and Loïck Bax, while nearest to the pins were
won by Floriana Sbisa, Mike Pike, Guy Storme and Derrick Fon
Sing.
AFRIQUE
VENDREDI 25 MARS 2016 | BIZWEEK | ÉDITION 88
14
PARTNERSHIP
Orange and Ecobank
launch a bank-to-wallet
money transfer service
In Ivory Coast, Guinea Conakry and Niger, customers can use their
mobile phones to securely transfer money between accounts at any
time. This partnership, which is already operational in Mali since
January 2015 and in Cameroon since August 2015, facilitates
money transfers for both Ecobank and Orange customers by allowing them to top-up their Orange Money e-wallet from their bank account, and vice versa
ustomers can use their
mobile phones to securely
transfer money between
accounts at any time, without the
need to go to a distribution point
or to have any physical cash.
Ecobank customers can also view
bank account balance and obtain
mini-statements by SMS via the
service. By enabling customers to
link their bank account with their
Orange Money account, this new
service in Ivory Coast, Guinea
Conakry and Niger furthers the
development of mobile financial
services in Africa.
“Since its launch in January
2015 in Mali, this service has been
a huge success with close to 110 million euros transferred between
Ecobank and Orange Money accounts,” said Thierry Millet, Director of Orange Money, Mobile
Payment and Contactless. “This
easy-to-use system meets the demands
of customers who already have a
bank account and who want to use
their mobile phones to carry out
C
bank operations, wherever they are
in the country and at whatever time
of day. Customers will also benefit
from the extensive network of thousands of licensed Orange Money
vendors in addition to Ecobank’s
own high-street branches, considerably increasing the number of withdrawal points. We are happy to
deploy this partnership in large
scale,” he said.
Patrick Akinwuntan, Group
Executive, Consumer Banking at
Ecobank Group said: “We have
seen remarkable success in the volume of bank transfers since the beginning of a successful partnership
between Ecobank and Orange and
we are confident that this service
will also have a great success the new
countries that are embarking on this
service. It is a platform which highlights the importance of on-line
banking and mobile today and to
our commitment in bringing convenient banking services to everyone
in central Africa.”
Launched in the Ivory Coast in
December 2008, Orange Money
is currently available in 14 countries in Africa and the Middle
East. With close to 8 billion euros
exchanged over the course of 2015
and over 16 million customers,
Orange Money continues its rapid
growth.
Tigo Tanzania launches
innovative nano lending
LEADING DIGITAL lifestyle
company, Tigo announced this
week that it will launch an easy
to access nano lending product to
its stable of mobile financial services. This new product will not
require collateral and offers immediate access to small loans to
Tigo Pesa users.
Tigo Head of Mobile Financial
Services, Ruan Sawnepoel, said in
a statement to the press during
the week that for the first time
the nano loans product, called
Tigo Nivushe will allow Tigo
Pesa customers to build their own
credit history and being open to
any Tigo Pesa customer turns the
typical lending models upside
down. No security is required or
taken and the loan product has
been designed to be transparent
and
foster
responsible
lending.
Explaining the product’s flexibility, Swanepoel said Tigo Nivushe
offers different lending periods
with variable administrative costs
based on the length of tenure.
The loans – with an average of
Tsh 10,000 (US$ 5) – are
processed in real-time and funds
transferred within minutes. As
customers build up their credit
history they are able to borrow
higher amounts with lower administration fees. Loans are delivered directly to the mobile
wallet so customers can immediately use the funds to pay bills,
transfer to others, or cash out at
the thousands of agents across the
country, he noted.
MONEYGRAM AND GT BANK
LAUNCH NEW SERVICE
IN NIGERIA
Customers in Nigeria can now receive money from friends and
family in 129 countries directly into their personal GT Bank
accounts within minutes. These funds can be accessed as customers would normally do on all deposits into their accounts
either in person, online or through an ATM. MoneyGram and
GT Bank, one of the leading retail banks in Nigeria, announced last week the launch of MoneyGram’s receive services
across the GT Bank network. This service will be available
through MoneyGram’s cash to account service.
MoneyGram CEO Alex Holmes and GT Bank general manager, operations division, Tayo Asupoto made the announcement during a signing ceremony at the Intercontinental Hotel
in Lagos. “Remittances are crucial to Nigeria’s economy. Nigerians
living abroad sent more than $21 billion back into the country in
2015,” said Holmes. “MoneyGram’s account deposit service
makes it easy and convenient for both the sender and the receiver
to transfer and receive funds. We are pleased to work with GT
Bank and we are proud to be connected to almost 1.5 billion
bank accounts in five of the world's largest remittance receive
markets — Nigeria, China, India, Mexico and the Philippines.”
Remittance is the second largest source of foreign exchange in
Nigeria after the oil sector. According to the World Bank,
Nigeria accounts for around two-thirds of total remittance inflow to Sub-Saharan Africa. In 2015, an estimated $21 billion
flowed into the country. An estimated $5.7 billion was sent
from the United States while about $3.7 billion was sent from
the United Kingdom. Other key corridors include Cameroon
($2,4 billion), Italy ($1 billion), and Ghana ($0,8 billion).
MOBINIL BECOMES
ORANGE IN EGYPT
Orange one of the world’s leading telecommunications operators announced, last week, the launch of the Orange brand in
Egypt. Since then, the Orange brand replaces the Mobinil
brand. Egypt is the latest subsidiary of the Orange Group to
adopt the Orange brand and is the Group’s largest operation in
terms of customer numbers (33.4 million customers at the end
of December 2015) and contributes over 27% of its revenues
for the Middle East and Africa region.
Stéphane Richard, Chairman and Chief Executive Officer for
Orange, commented: “Egypt is a vibrant market and we are delighted to bring the Orange brand to this important market on
this momentous day in our history. Today Orange is a mobile operator in Egypt, but we want to be much more than that in the
future. We want to be a true digital player and help the Egyptian
economy and its people to draw the benefits of the digital age.”
Yves Gauthier, Chief Executive Officer, Orange Egypt, said:
"We are part of a truly international group with all the backing
that brings. In addition to benefiting from group-wide synergies and know-how, we are adopting the Orange strategy to
place the customer experience at the heart of what we do so
that we can deliver on our promise ‘to connect our customers to
what is essential in their lives’. Today is a proud day for our employees who have worked hard to get to this moment and we
hope our customers share our pride.”
Auteur
Документ
Catégorie
Без категории
Affichages
1
Taille du fichier
3 851 Кб
Étiquettes
1/--Pages
signaler