close

Se connecter

Se connecter avec OpenID

BSV_RA_GC_no08_du_24_03_2016 - DRAAF Auvergne

IntégréTéléchargement
Grandes Cultures n°08 du 24 mars 2016
A RETENIR
Colza
Le colza est en pleine période de risque vis-à-vis des méligèthes. Veillez à ce que les
seuils de risque ne soient pas dépassés, particulièrement dans le cas de petits colzas
peu aptes à compenser mais ne cherchez pas à éradiquer ces insectes. Dans le cas de
colzas sains et vigoureux, un niveau de présence est toléré.
Céréales
Un tiers des parcelles ont désormais atteint le stade un nœud.
L’état sanitaire est marqué par une nette progression de la présence de septoriose,
présence sans risque pour l’instant tant que l’on n’est pas au stade 2 nœuds.
Colza
16 parcelles sur les 24 présentes dans le réseau ont fait l’objet d’observations cette
semaine.
Stades des Cultures
Les conditions climatiques de la semaine écoulée ont été assez poussantes. La floraison
est imminente pour la majorité des parcelles du réseau. Nous avons cette semaine :
5 parcelles au stade D2 : inflorescence principale dégagée
10 parcelles au stade E : boutons séparés
1 parcelle au stade F1 : début floraison
Ravageurs et maladies présents dans le réseau cette semaine
Ravageur / Maladie
Charançon de
la tige du colza
Nombre de parcelles concernées/
nombre de parcelles observées :
Niveau d’attaque
2/5 : 1 individu par cuvette
Charançon
de la tige du chou
1/5 : 2 individus
Méligèthes
3/3 : 1 à 3 individus par cuvette
16/16 : 2 à 100 % de plantes avec
présence
16/16 : 0.2 à 4 individus par plante
Charançon des
siliques
2/4 : 3 et 4 individus par cuvette
Analyse du risque
Pas de ré-infestation signalée en dépit de la
remontée des températures. Maintenir la
vigilance dans les secteurs où le colza accuse
des retards de développement et ceux où les
parcelles n’ont pas fait l’objet de protection.
Présence généralisée de méligèthes dans le
réseau. Veillez à ce que les seuils de risques
ne soient pas dépassés, particulièrement pour
les petits colzas et les colzas stressés pour
lesquels les capacités de compensation
seraient limitées. La gestion du risque se fait à
la parcelle, les niveaux d’infestation pouvant
être très variables.
Risque nul
Modélisation de l’activité via Proplant Expert
→ Charançons de la tige du colza : le vol principal est complété sur l’ensemble des stations de la région. Le
modèle prévoit cependant de nouvelles arrivées possibles sur les stations de Grenoble, Ambérieu et Lyon.
Concernant les pontes, le modèle indique des pontes possibles sur la station d’Ambérieu et Montélimar.
→ Méligèthes : le vol a démarré et il est engagé selon le modèle entre 15 et 26% sur le réseau. Les
conditions à venir sont moyennement favorables aux nouveaux vols.
Ravageurs / maladies au printemps, reconnaissance et seuils de nuisibilité
Identification
Période de sensibilité de
la culture
Du stade D1 jusqu’à l’entrée en floraison.
Nuisibilité
Elle est évaluée à partir du comptage des insectes sur 4x5 plantes consécutives.
Faire la moyenne par rapport au nombre de plante totale (non au nombre de plantes
infestées).
Elle est à juger en fonction du niveau de développement du colza et de ses capacités
de compensation selon le tableau ci-dessous. Il ne sert à rien de vouloir éradiquer
ces insectes (une certaine présence étant tolérable).
BSV n°08 du 24 mars 2016
2
Seuils indicatifs de risque méligèthe
Crédit Photo : Terres Inovia
→ Le charançon des siliques a été capturé cette semaine
dans le réseau, mais le risque ne débutera
qu’ultérieurement, lorsque les premières siliques seront
présentes dans les parcelles.
BSV n°08 du 24 mars 2016
3
Céréales
BLE TENDRE
A la date du 22 mars, le réseau d’observation est composé de 24 parcelles de blé tendre réparties sur les
État sanitaire
L’oïdium est signalé sur 4 parcelles dont 2 dans la
Drôme, une dans l’Ain et une dans l’Isère. Il est observé
uniquement sur les feuilles F3 avec une fréquence de 10
à 20%. La présence de cette maladie est en nette
régression depuis la semaine dernière, évolution qui
s’explique sans doute par les conditions météo de cette
dernière semaine : température fraîche voire gelées
blanches la nuit. Avec l’arrivée du stade épi 1 cm, la
présence de cette maladie présente un risque qu’il faudra
désormais évaluer au regard des seuils et en fonction de
la variété.
Seuils de risque pour l'oïdium
Variétés sensibles
Autres variétés
Plus de 20% des 3
Plus de 50% des 3
dernières feuilles sont
dernières feuilles sont
couvertes à plus de 5%
couvertes à plus de
de leur surface par un 15% de leur surface par
feutrage blanc
un feutrage blanc
La rouille brune n’est observée que sur une seule parcelle dans la Drôme sur feuille F3. Il conviendra d’être
vigilant sur le développement de cette maladie à partir du stade 2 nœuds.
Quelques pustules de rouille jaune ont été observées cette semaine sur une plateforme expérimentale
variétés de blé dans le nord de la Drôme. Rien d’alarmant pour l’instant mais cela démontre qu’il faut être
vigilant à partir du stade un nœud désormais.
La septoriose est observée sur feuilles F3 sur 8 parcelles avec une fréquence de 10 à 60 %. Elle est aussi
signalée sur F1 de deux parcelles avec une fréquence de 10 à 20 %. Avec 10 parcelles concernées la
présence de cette maladie est en augmentation depuis la semaine dernière mais ne devient un risque qu’à
partir du stade 2 nœuds.
Des symptômes de piétin verse ne sont signalés que sur une seule parcelle du réseau, avec une fréquence
de 10%. Avec l’arrivée du stade épi 1 cm un risque potentiel existe et les observations des symptômes sur
tiges devront être plus précises, symptômes à ne pas confondre avec le rhizoctone et la fusariose du pied.
BSV n°08 du 24 mars 2016
4
Quelques taches physiologiques ou carences alimentaires sont signalées sur 9 parcelles.
BSV n°08 du 24 mars 2016
5
BLE DUR
Trois parcelles de blé dur composent le réseau cette semaine. Deux d’entre elles ont atteint le stade 1 nœud,
alors que la troisième est encore au stade épi 1 cm. Aucun symptôme de maladie n’est signalé, excepté
quelques traces d’oïdium avec une fréquence de 10% sur feuille F3. Quelques taches physiologiques et
carences alimentaires sont signalées sur cette même parcelle.
ORGE
Le réseau d’observation comprend 5 parcelles cette semaine : une dans l’Ain, trois dans la Drôme et une dans
la Loire. Elles sont toutes au stade épi 1 cm.
L’oïdium est signalé sur deux parcelles de la Drôme sur feuilles F3 avec une fréquence de 10 à 20%.
La rynchosporiose est observée sur feuille F3 d’une seule parcelle à une fréquence de 20%.
TRITICALE
La rouille jaune a été observée cette semaine dans le nord de la Drôme sur la moitié des trente variétés de
triticale d’une plateforme expérimentale variétés. La présence de cette maladie sur cette espèce dont une
partie des variétés sont sensibles montre qu’il faut être vigilant surtout à partir du stade 1 nœud. A partir de ce
stade le seuil de risque est atteint dès l’apparition des premières pustules, mêmes rares.
Maïs
Reprise des observations Maïs à partir des prochains semis du printemps 2016.
Tournesol
Reprise des observations Tournesol à partir des prochains semis du printemps 2016.
BSV n°08 du 24 mars 2016
6
Bulletin édité sous la responsabilité de la Chambre Régionale d’Agriculture de "Auvergne-Rhône-Alpes."
Directeur de publication : Jean-Luc FLAUGERE, Président du Comité Régional d'Epidémiosurveillance
Analyse de risque et rédaction : Colza et tournesol : Terres Inovia, Blé et maïs : ARVALIS-Institut du Végétal
Animation du réseau : Chambre d’Agriculture de la Drôme
A partir des observations réalisées par :
Coopératives et négoces agricoles : Agridev, Agridrôme, Natura'Pro, Drômoise de Céréales (CDC), Ets Payre, GAIC Cholat, Groupe
Bernard, Groupe Dauphinoise, Groupe Eurea, Pomarel Négoce, Terres Dioises, Top Semence, Valsoleil
Autres organismes : ANAMSO, ARVALIS-Institut du Végétal, Chambre d’Agriculture de la Drôme, Centre Régional d’Expérimentation
Agricole de Satolas (CREAS), FREDONRA, Syndicat des Producteurs de Semences de Maïs et de Sorgho (SPSMS)
"Ce bulletin est produit à partir d’observations ponctuelles. S’il donne une tendance de la situation sanitaire régionale, celle-ci ne peut pas être transposée telle
quelle à la parcelle. La CRARA dégage donc toute responsabilité quant aux décisions prises par les agriculteurs pour la protection de leurs cultures et les invite à
prendre ces décisions sur la base d’observations qu’ils auront eux mêmes réalisées sur leurs parcelles et/ou en s’appuyant sur les préconisations issues de bulletins
techniques.
Action pilotée par le ministère chargé de l'agriculture, avec l'appui financier de l'Office national de l'eau et des milieux aquatiques, par les crédits issus de la
redevance pour pollutions diffuses attribués au financement du plan Ecophyto."
BSV n°08 du 24 mars 2016
7
Auteur
Документ
Catégorie
Без категории
Affichages
0
Taille du fichier
526 Кб
Étiquettes
1/--Pages
signaler