close

Se connecter

Se connecter avec OpenID

Colette Langlade - Debout La France Dordogne

IntégréTéléchargement
FÉDÉRATION DE LA D ORDOGNE
www.debout-la-france- 24 .fr
Madame Colette LANGLADE
Députée de la Dordogne
Permanence parlementaire de Thiviers
3 Rue Notre-Dame
24800 Thiviers
Périgueux, le 5 avril 2016.
Monsieur la Députée,
Le 24 mars dernier, dans un hémicycle quasi-désert, une vingtaine de vos collègues députés se sont prononcés sur la
proposition de loi dite de « modernisation » des règles applicables à l’élection présidentielle. Cette proposition avait été
déposée, en novembre 2015, par Monsieur Bruno Le Roux, Président du groupe socialiste à l’Assemblée Nationale, et Monsieur
Jean-Jacques Urvoas qui n’était pas encore Garde des Sceaux à cette époque.
Les articles de la loi ont été adoptés par la représentation nationale par 11 voix « pour » (toutes émanant des rangs du groupe
socialiste, républicain et citoyen), 7 voix « contre » (dont celle de Nicolas Dupont-Aignan) et 2 abstentions enregistrées sur les
bancs du parti Les Républicains qui, je vous l’accorde, n’ont pas fait preuve d’un très grand courage politique en choisissant
une forme de complicité honteuse qui ne les honore pas.
En transposant ces chiffres sur un scrutin électoral dont la base serait constituée des 577 députés siégeant à l’Assemblée
Nationale, on peut donc avancer que l’abstention a atteint un niveau de 96,5%... pour un sujet pourtant éminemment
important puisque portant sur l’organisation du débat démocratique, au travers de l’élection majeure dans le système politique
français. Autrement dit, ce sont 3,5% de la représentation nationale siégeant à l’Assemblée qui ont décidé du verrouillage
programmé de l’élection présidentielle, et ce, dès 2017, c’est-à-dire à seulement quelques mois de la prochaine échéance.
A cette occasion, des socialistes ont, une nouvelle fois, démontré que lorsqu’ils utilisent le terme « modernisation » dans
l’intitulé d’une proposition ou d’un projet de loi, c’est pour mieux masquer par des mots, ce qui constitue, en fait, une réelle
et incontestable régression dans les actes. C’est, une fois de plus, le cas avec ce texte qui n’a pour but que d’ériger de nouveaux
obstacles sur le chemin d’accès au débat démocratique pour toute voix alternative qui voudrait exprimer une orientation
différente de celles imposées par un trio PS/LR/FN.
Ainsi, alors que, scrutin après scrutin, les leaders politiques nationaux représentant les deux premiers partis du triptyque
infernal décrit ci-avant, poussent des cris d’orfraie devant la progression constante d’un vote qu’ils qualifient de « populiste »
(à lui seul, l’usage de ce terme, à tous bouts de champ, mériterait un débat) mais qui leur permet d’assurer, au travers
d’alliances de second tour contre-nature, leur maintien au pouvoir, il serait, désormais, quasiment impossible de faire entendre
une autre voix. La nouvelle pensée unique serait donc accaparée, d’un côté, par des partis dits « de gouvernement », qui
alterneraient le pouvoir et poursuivraient, consciencieusement, quel que soit celui des deux qui exercerait les responsabilités,
les abandons successifs de souveraineté qui dépècent le pays de toute réelle capacité d’action et de toute marge de manœuvre
en le plaçant sous la tutelle d’organes non élus. De l’autre côté, le troisième larron, établi sous forme d’une petite entreprise
familiale prospère, dont les rênes sont tantôt confiées au père, à la fille, et peut-être, bientôt, à la nièce, servirait les intérêts
des deux premiers en faisant office de repoussoir pour, au final, ramener les électeurs vers ceux, qu’à la base, ils voulaient fuir.
…/…
Pour tout contact avec le Secrétaire Départemental
Pascal BILLAT – 136 rue Lagrange Chancel – 24000 PERIGUEUX

06 47 3 5 1 5 78
w w w. fa ce b ook .c o m/ DL F 24

d l f 24 @o ran g e .f r
@P a sca lB il lat
FÉDÉRATION DE LA D ORDOGNE
www.debout-la-france- 24 .fr
…/…
Des partis politiques venus d’horizons divers, de droite ou de gauche (si tant est que cette distinction ait encore du sens), mais
aussi des structures issues de la société civile et désireuses de faire naître des mouvements citoyens, expriment la volonté de
porter des projets alternatifs avec une foi qu’il serait inconvenant de leur contester tant l’engagement de leurs militants est
sincère et désintéressé. Cette loi leur est tout particulièrement destinée… non, pour les aider, mais pour les tuer dans l’œuf.
Alors même que le Parti Socialiste, en 2011 avant la présidentielle de 2012, et le parti Les Républicains, cette année, en vue de
2017, ont privatisé, sans vergogne, un temps médiatique de plusieurs mois pour l’organisation de primaires qui ne sont qu’un
travestissement honteux de la philosophie de la Constitution de la V ème République, ces deux là voudraient, désormais,
cadenasser le premier tour de l’élection présidentielle pour mieux contrôler, en fait, tout le processus (qu’il deviendrait difficile
de qualifier de démocratique) visant à élire le prochain chef de l’Etat. Ce qui nous est proposé n’est rien d’autre, en fait, que
la substitution d’une démocratie populaire à une démocratie de l’entre-soi.
Face à une telle volonté, détestable sur le plan moral, et dangereuse en raison des réactions qu’elle pourrait finalement
engendrer, à moyen terme, dans les urnes ou dans la rue, j’aimerais, au même titre que nombre d’habitants de la Dordogne,
connaître votre position personnelle sur le sujet.
En effet, certainement retenue par d’autres obligations, vous ne faisiez pas partie de la poignée de députés présents, le
24 mars 2016, pour prendre part au vote, et, sauf erreur, je n’ai entendu ou lu, de votre part, aucune prise de position
personnelle sur cette loi et sur ses conséquences, qu’il s’agisse de la difficulté renforcée, pour les candidats, à collecter les
parrainages d’élus et à en suivre le résultat, ou qu’il s’agisse du passage de 5 à 2 semaines de la période d’égalité du temps de
parole sur un quinquennat qui en compte… 260 !
C’est la raison pour laquelle, Madame la Députée, je tenais à vous interpeller au travers de cette lettre ouverte, en vous
demandant, expressément, d’afficher publiquement votre position. Votre absence dans l’hémicycle, le 24 mars dernier,
pourrait être interprété comme une forme de désinvolture, voire même comme un désintérêt manifeste pour les conditions
du débat démocratique. Je vous offre, par conséquent, l’occasion de corriger cette impression en exposant clairement votre
position, que j’espère personnelle et détachée de toutes contingences partisanes.
Dans l’attente de vous lire,
Je vous prie d’agréer, Madame la Députée, l’expression de mes sentiments respectueux.
Pascal BILLAT
Secrétaire départemental
DEBOUT LA FRANCE Dordogne
Copie par mail à : clanglade@assemblee-nationale.fr
Pour tout contact avec le Secrétaire Départemental
Pascal BILLAT – 136 rue Lagrange Chancel – 24000 PERIGUEUX

06 47 3 5 1 5 78
w w w. fa ce b ook .c o m/ DL F 24

d l f 24 @o ran g e .f r
@P a sca lB il lat
Auteur
Документ
Catégorie
Без категории
Affichages
11
Taille du fichier
706 Кб
Étiquettes
1/--Pages
signaler