close

Se connecter

Se connecter avec OpenID

Avril 2016 - Reconversion militaire

IntégréTéléchargement
VDC1814_COM_025_INFOS DOC 25/03/2016 10:32 Page25
reconversion 2.0
Contacts :
Catherine Perel :
contact@uv2a.fr
Éric Euzen :
reconversion@unc.fr
Sites :
www.unc.fr et www.uv2a.fr
Catherine Perel, partenaire reconversion de l’UNC
L’entretien d’embauche
Vous venez d’obtenir un entretien :
bravo ! Vous pouvez être satisfait,
vous avez passé la difficile première
étape de la sélection parmi de
nombreux CV et votre profil sur
papier semble correspondre
pour l’employeur à sa recherche.
Il reste à ce dernier à vérifier que
votre expérience, votre personnalité
et surtout votre motivation sont bien
en phase avec sa recherche. Cet entretien est une chance,
et elle sera certainement unique pour ce poste.
Alors : Comment s’y préparer ?
Vous connaissez tous les conseils de base de
préparation à l’entretien, rappelons juste les
essentiels : la ponctualité, la tenue adaptée,
la politesse et le sourire.
Cependant la meilleure façon de préparer
son entretien est de l’envisager du point de
vue du recruteur, peut­être votre futur
employeur !
ge
Le témoigna
Quand on parle de transition profes­
sionnelle, on ne peut pas passer à côté du
fameux entretien d’embauche auquel j’ai
été confronté à plusieurs reprises. Tout
d’abord, décrocher un entretien signifie
tout simplement que si le recruteur
(entreprise) nous a convoqué c’est parce
que les renseignements que nous lui avons
procurés correspondent à ses attentes. En
effet, on a toujours tendance à considérer
que le rapport de force est en faveur du
recruteur, mais n’oublions pas que nous
sommes tous les deux (recruteur et
candidat) à être dans une démarche de
gagnant­gagnant et par conséquent que
nous tous les deux sommes deux à avoir un
pouvoir de décision et de négociation.
Mon expérience m’a montré que la
préparation à l’entretien est presque
l’étape la plus importante. Le candidat doit
arriver le mieux préparé possible à son
entretien et pour cela il doit se renseigner
précisément sur l’entreprise elle­même,
sur le poste à pourvoir, le service, la
hiérarchie, ou encore sur les critères de
Si, pour vous, décrocher cet emploi est
déterminant, soyez sûr que recruter la bonne
personne l’est aussi pour l’employeur, et se
tromper dans son recrutement a un coût
pour l’entreprise, l’acte de recruter est aussi
très engageant. Le stress est donc présent des
deux côtés ! Le recruteur n’est pas là pour
vous déstabiliser, ni pour juger si vous êtes une
bonne personne mais pour s’assurer que
vous êtes la bonne personne pour son
entreprise.
sélection. C’est en s’appuyant sur ces
informations recueillies que le candidat
sera alors en capacité de présenter et
d’argumenter concernant ses motivations,
sa personnalité et ses compétences. En
complément, le candidat devra réviser son
CV (adéquation avec le poste), préparer les
questions qu’il souhaite poser mais aussi se
préparer à répondre potentiellement à
des questions types.
Outre l’intérêt évident de se préparer à
l’entretien, cette recherche de renseigne­
ments est également l’occasion pour notre
population des anciens militaires de
parfaire notre connaissance du monde de
l’entreprise et du métier en particulier vers
lequel on souhaite se reconvertir.
Enfin, il ne faut pas oublier que l’entretien
est aussi (et surtout) une épreuve de
communication qu’il faut absolument
soigner quitte à se faire aider par un
spécialiste car elle est, à mon avis, au
moins aussi déterminante que le profil du
candidat (compétences et aptitudes) pour
décrocher le poste. Franck R.
La Voix du Combattant avril 2016
Les 3 phases de l’entretien
Phase 1
Avant l’entretien : « remplacez vos inquiétudes
par de l’action »
­ Renseignez­vous sur l’entreprise, allez visiter
son site internet, imprégnez­vous de sa
philosophie.
­ Relisez l’annonce qu’elle a passée et lisez des
annonces similaires, sortez les points essentiels et
mettez en face en quoi vous y répondez
parfaitement.
Phase 2
Pendant l’entretien : «abordez­le avec cette
pensée : que puis­je apporter à cette
entreprise ?»
­ Employez le langage du recruteur plus que le
votre. Pour cela écoutez­le attentivement et
reprenez les phrases de l’annonce qu’il a passée
ou du descriptif de poste.
­ Accentuez tous les points pour lesquels vous
correspondez à ce qu’il recherche, mais n’abordez
pas tout ce que vous savez faire ! Surtout si ce n’est
pas utile pour ce poste.
­ Restez focalisé sur la demande de la société.
Dans vos réponses, ramenez toujours la
conversation dans le contexte de l’employeur : si
vous parlez d’une de vos expériences décrivez en
quoi elle peut être utile à son entreprise.
­ Répondez précisément aux questions : ne
polémiquez pas ! Et surtout ne vous écartez pas
du sujet.
L’impression que l’on garde d’une personne se
joue souvent à la fin.
­ Finissez l’entretien en vous assurant que vous
avez répondu aux attentes du recruteur et assurez­
le de votre intêret pour ce poste.
­ Remerciez­le pour son accueil, en prononçant
son nom, cela personnalise et laisse toujours une
bonne impression.
Phase 3
Après l’entretien : «attendez sans stresser »
Le moyen le plus sûr de ne pas stresser en
attendant la réponse est de se débarrasser de
l’idée de l’échec : car oui ! Il est possible que vous
n’ayez pas ce poste, mieux vaut l’envisager avant
d’avoir la réponse. Dites vous que c’est peut être
aussi une chance, ce poste n’était peut­être pas
pour vous. Vous aurez le prochain d’autant plus
que cet entretien vous aura permis de vous
entrainer et de voir ce que vous pouvez
éventuellement améliorer. Et par ailleurs, n’oubliez
pas que vous aussi vous avez le choix : ne dites pas
« oui » uniquement parce qu’on vous a pris alors
que cet emploi ne vous convient pas vraiment.
25
Auteur
Document
Catégorie
Uncategorized
Affichages
0
Taille du fichier
256 KB
Étiquettes
1/--Pages
signaler