close

Se connecter

Se connecter avec OpenID

AnnieJncon, Le travail, reflet des cultures. Du

IntégréTéléchargement
COMPTES RENDUS
AnnieJncon, Le travail, reflet des cultures. Du sauvage indolent au
travailleur productif.
Paris, Presses universitaires de France, Économie en liberté, 1994,21 6 p.
Lambirion de I'ouvrage d'Annie Jacob est de décrire l'évolution de l'idée de
travail et de ses représentations dans les principaux rextes lirtéraires et écono-
miques
large place est réservée à la pensée économique en formation
du XVI' siècle à la Révolution française. Son originalité esr dans le souci de
mettre en parallèle les écrirs concetnant le Vieux Continent avec Ia littérature
de voyage et d'exploration portant sur le Nouveau Monde. Dans quelle mesute
la seconde a-r-elle influencé les premiers, permis l'élaboration de modèles nouveaux
?
Dans une première partie, I'auteur étudie les textes européens en disringuanr les ceuvres littéraires, l'Encyclopédie er les réflexions des économistes.
Elle
consacre sa seconde partie
à la représenrarion occidentale du
sauvage
d'Amérique. Son souci de diversité est bien venu puisqu'elle s'attache aussi
bien aux récits de Ccrlomb qu'aux mulriples témoignages ulrérieurs (Las Cases,
Pères Du Tertre, Labat ...) jusqu'au XVIII' siècle, avec un intérêt tout parriculier pour les textes consacrés aux nréductions" du Paragtay. Par ailleurs, elle
rente d'établir une différence, à I'aide d'une documentation fournie, quant à
I'image du sauvage en Nouvelle-France et en Nouvelle-Angleterre.
Lambition iniriale de I'ouvrage est intéressante. Puisque le concept de travail se fair de plus en plus essentiel entre le XVIII'er le XIX" siècles, s'interroger sur sa formation en amont et dans la longue durée esc d'évidence pertinent. De plus, envisager une double genèse issue à la fois d'une tradition
culturelle européenne appuyée sur la Renaissance et d'une confrontation expérimentale avec un monde nouveau, à I'anthropologie économique originale er
aux habitudes de travail particulières, est une démarche stimulante. Malheureusement, le livre répond mal aux attentes qu'il suscite. En effec, démontrer
I'exisrence de relles interactions suppose des études minutieuses qui prouveraienr, par exemple, à parrir de rexres précis comment la vision européenne du
rravail s'est trouvée modifiée ou enrichie chez tel ou tel auteur par une réflexion sur I'expérience américaine. Au lieu de cette analyse simultanée, I'auteur poursuit une description séparée de deux corpus de textes sans que ne soir
jamais proposée une étude synthétique. Par ailleurs, le parti-pris d'évirer la paraphrase
lréquenre dans ce type d'exercice
est louable mais
il
est en fait
l'essentiel, le livre se compose de longues citations et de rémal respecté:pour
qui
dissimule I'absence d'une résumés de texte, florilège agréable à lire mais
flexion approfondie. On soulignera en particulier la faiblesse des analyses (er de
la bibliographie) concernant les rapports entre ['économie politique ancienne et
Ie travail (productiIou non), question pourtant cencrale.
Jean-Yaes GREN/ER
EHESS, Paris
L4>
Auteur
Document
Catégorie
Uncategorized
Affichages
0
Taille du fichier
96 KB
Étiquettes
1/--Pages
signaler