close

Se connecter

Se connecter avec OpenID

bsvgrandescultures – n ° 1 0 curseurs de risques

IntégréTéléchargement
RESEAU DE SURVEILLANCE BIOLOGIQUE DU TERRITOIRE 2016
PAYS DE LA LOIRE
B S V
G R A N D E S
C U L T U R E S – N ° 1 0
D U
5
A V R I L
2 0 1 6
rédigé par Adeline CHASTRUSSE Chambre d’agriculture de Loire-Atlantique
ACTUALITÉS
C
URSEURS DE RISQUES
Blés, orges et triticales
Peu d’évolution des maladies
cette semaine ; à surveiller
avec le retour des pluies.
Oïdium :
Colza
Rouille brune : pour les parcelles ayant atteint 2 nœuds
Vigilance Sclérotinia pour les
parcelles à G1 et proches G1
dans les situations à risque.
Protéger les abeilles !
Rouille jaune :
BLES
Septoriose : pour parcelles au stade 2 nœuds, variétés sensibles, 85 et 44
pour parcelles au stade 2 nœuds, variétés sensibles, 49,72 et 53
pour les autres
Protéagineux
Observez les pucerons dans
les
parcelles
qui
commencent à fleurir ;
surveillez les sitones et thrips
dans les parcelles qui lèvent.
Helminthosporiose : pour les parcelles ayant atteint 1 nœud
Rhynchosporiose et rouille naine : pour les parcelles ayant atteint 1 nœud
Lin oléagineux
Oïdium
Peu d’évolution vis-à-vis des
thrips et de la septoriose,
maintenez la vigilance;
Rhynchosporiose et septoriose pour les parcelles à 2 nœuds et variétés sensibles
pour les autres
ORGES
TRITICALE
Rouille jaune : variétés sensibles
COLZA
Sclérotinia pour les parcelles à G1 ou proches G1 et à risque agronomique
Puceron cendré :
Protéagineux hiver
Sitone et Thrips
Pucerons pour les parcelles proches de la floraison ou en fleur
Pois - Ascochytose si maladie déjà présente sur la partie inférieure des plantes
pour les parcelles saines
Féverole - Botrytis si maladie déjà présente sur la partie inférieure des plantes
Féverole - Ascochytose si maladie déjà présente sur les plantes
ABONNEMENT BSV
Retrouvez le bulletin de santé du végétal
sur le web...
 www.draaf.pays-de-la-loire.agriculture.gouv.fr
 www.paysdelaloire.chambagri.fr
 www.fredonpdl.fr
… ou inscrivez-vous en ligne pour être
informé directement par mail de chaque
nouvelle parution :
http://www.paysdelaloire.chambagri.fr/menu/
vegetal/surveillance-biologique-du-territoire/sinscrireau-bsv-cest-gratuit.html
Page 2
RESEAU DE SURVEILLANCE BIOLOGIQUE DU TERRITOIRE 2016
PAYS DE LA LOIRE
B
So
mm
air
e
BSV GRANDES CULTURES–N°10
LÉS
Réseau d’observations
43 parcelles sont renseignées cette semaine sous VGOBS avec la répartition suivante :
 Loire Atlantique 2, Maine-et-Loire 14, Mayenne 5, Sarthe 11 et Vendée 11
 39 blé tendre, 4 blé dur
Stade phénologique et état des cultures
Dans les parcelles du réseau, les stades vont d’épi 1 cm à plus de 3 nœuds. La moitié des parcelles du réseau a atteint le
stade 2 nœuds. Les parcelles au stade 3 nœuds et plus sont situées en Vendée.
Visuellement, les parcelles peuvent sembler plus saines du fait du gain d’une feuille depuis la semaine dernière dans
certaines parcelles.
Stades des parcelles de blés du réseau
(en % du total de parcelles de blés observées)
sem 13
sem 14
70%
62%
60%
47%
50%
40%
40%
30%
20%
20%
13%
7%
10%
2%
2%
0%
5%
0%
2%
0%
fin tallage
épi 1 cm
1 noeud
2 noeuds
3 noeuds
+ de 3 noeuds
Des pucerons sont toujours signalés dans certaines parcelles, en particulier en Vendée.
Des symptômes de viroses (JNO) sont visibles.
Stade 1-2 nœuds et feuilles définitives
Au stade 1 nœud, les 3 dernières feuilles définitives de la plante ne sont pas encore sorties. En général,
la feuille qui pointe est le F3 définitive.
Au stade 2 nœuds, la F1 visible totalement déployée est, en général, la F3 définitive ; la feuille
pointante est la F2 définitive.
 Piétin verse
Observations et analyse du risque
Pas d’évolution de la maladie. Elle est observée dans 7 parcelles du réseau (soit 27% des parcelles), avec en moyenne 8 %
des pieds touchés (de 5 à 32 %).
Du rhizoctone peut également être observé dans 7 parcelles du réseau avec en moyenne 5 % des pieds touchés.
De la fusariose est signalé dans 4 parcelles avec 6 % de pieds touchés.
Apprendre à distinguer les différentes maladies du pied : voir BSV précédents.
Page 3
RESEAU DE SURVEILLANCE BIOLOGIQUE DU TERRITOIRE 2016
PAYS DE LA LOIRE
So
mm
air
e
BSV GRANDES CULTURES–N°10
 Piétin verse (suite)
Et les autres céréales ?
Le blé dur est également sensible au piétin verse, mais souvent implanté dans des situations
agronomiques moins à risque.
L’orge peut également être touchée par le piétin verse et au piétin échaudage.
Choix de la variété
Rotation
Gestion des résidus de culture
Période de risque
Seuil indicatif de risque
À partir du stade épi 1 cm jusqu’au stade 2 nœuds.
Risque élevé à partir de 35 % de tiges atteintes.
Entre 10 et 35 % de tiges atteintes, la nuisibilité est
incertaine et variable.
 Oïdium
Observations et analyse du risque
La maladie est très peu présente. Elle est signalée dans 5 parcelles
du réseau sur 8 % des feuilles.
Le risque est actuellement faible. Les pluies « lavent » les
symptômes.
Choix de la variété
Densité
Période de risque
Seuil indicatif de risque
À partir d’épi 1 cm.
20% de feuilles des 3 derniers étages foliaires déployés
avec présence de feutrage blanc sur 5% de la surface
foliaire (50% si variété tolérante)
 Rouille brune
Observations et analyse du risque
Pour les parcelles ayant atteint le stade 2 nœuds
La maladie est très peu présente. Elle est signalée dans 2 parcelles du réseau sur respectivement 10% et 40% des feuilles.
L’intensité de la maladie est faible : seules quelques rares pustules sont visibles.
Le risque est actuellement faible.
Rouille brune
CA 44
Choix de la variété
Période de risque
Seuil indicatif de risque
À partir du stade 2 nœuds.
Présence de pustules sur les 3 derniers étages foliaires.
Page 4
RESEAU DE SURVEILLANCE BIOLOGIQUE DU TERRITOIRE 2016
PAYS DE LA LOIRE
So
mm
air
e
BSV GRANDES CULTURES–N°10
 Rouille jaune
Observations et analyse du risque
Rouille jaune
CA 44
La maladie est très peu présente dans le réseau. Elle est signalée cette
semaine dans 3 parcelles.
Pour une parcelle au stade 1 nœud en 72, quelques foyers peu actifs
sont visibles sur variété MUSIK (résistante). Quelques symptômes sont
visibles également sur RUBISKO (résistante) dans une parcelle à 1 nœud
et HYFI (assez sensible) dans une parcelle à 3 nœuds.
La maladie est à surveiller, en particulier sur les variétés sensibles. Les
conditions météo annoncées pour les jours à venir ne devraient pas faire
exploser les symptômes pour le moment (températures fraîches).
Des symptômes peuvent être vus sur des variétés résistantes. 2
possibilités :
 acquisition de la résistance au stade adulte, c’est-à-dire à 2
nœuds : dans ce cas, le foyer ne se développera pas
forcément
 contournement de résistance : ne pourra être confirmé
qu’en fin de campagne.
Choix de la variété
Période de risque
Seuil indicatif de risque
À partir d’épi 1 cm.
Seuil indicatif de risque :
À épi 1 cm : présence de foyers actifs
À partir de 1 nœud : en présence des premières pustules
 Septoriose
Pour les parcelles au stade 2 nœuds,
variétés sensibles,85 et 44
Pour les parcelles au stade
2 nœuds, variétés sensibles,
49,72 et 53
Pour les autres
Observations
Peu d’évolution des symptômes depuis la semaine dernière. Les symptômes issus des pluies contaminatrices du week-end
de Pâques ne sont a priori pas encore visibles. De plus les blés ont pu dans certaines parcelles gagnés une feuille depuis.
Détail des symptômes observés, pour les 18 parcelles au stade 2 nœuds et plus.
le schéma indique le % moyen de feuilles touchées et le % de parcelles concernées
Page 5
RESEAU DE SURVEILLANCE BIOLOGIQUE DU TERRITOIRE 2016
PAYS DE LA LOIRE
So
mm
air
e
BSV GRANDES CULTURES–N°10
 Septoriose (suite)
Pour les parcelles au stade 2 nœuds et plus, une seule parcelle dépasse le seuil de risque. Elle est située en Vendée,
variété sensible, stade plus de 3 nœuds.
Répartitions des parcelles du réseau SBT PdL dans les différentes classes de symptômes de
septoriose sur F2 visibles (F4 définitives)
Parcelles au stade 2 noeuds et variétés sensibles (6 parcelles)
Nombre de parcelles
4
3
2
1
0
aucun
1-20%
≥20%
% de F2 visibles (F4 définitive) présentant des symptômes
sem 13
sem 14
Modèle SEPTOLIS (Arvalis)
Ce modèle permet de visualiser et d’évaluer le risque de contaminations de septoriose sur les différents étages foliaires en
fonction du climat. Il prend en compte :
La sensibilité variétale (ALIXAN : sensible ; SOLEHIO : tolérante)
La date de semis (précoce : 10/10 ; tardive : 25/10)
Caractéristiques des variétés étudiées
ALIXAN
APACHE
SOLEHIO
Note GEVES septoriose
4 – assez sensible
4,5 – assez sensible
6,5 – peu sensible
Précocité floraison
½ précoce
précoce
Très précoce *
* le caractère très précoce de SOLEHIO peut jouer sur les résultats du modèle. Le seuil peut être dépassé sur cette variété
tolérante alors que sur les variétés sensibles non, par le simple fait que la variété est en avance (1 feuille de plus).
Page 6
RESEAU DE SURVEILLANCE BIOLOGIQUE DU TERRITOIRE 2016
PAYS DE LA LOIRE
So
mm
air
e
BSV GRANDES CULTURES–N°10
 Septoriose (suite)
Résultats du modèle de cette semaine
Variétés et dates de semis
Alixan
département
85
44
49
72
53
station météo
10-oct
Apache
25-oct
10-oct
Solehio
25-oct
10-oct
25-oct
Fontenay le Comte
La Roche sur Yon
Nantes
Derval
Angers
Marcé
Le Mans
Tresson
Ernée
Château Gontier
risque fort
risque modéré
risque faible
Ce sont des parcelles qui ont été semées précocement qui sont en risque fort, en particulier pour le 85 et 44.
Pour les autres départements, le risque est modéré pour les semis précoces.
Analyse du risque
Pour les parcelles qui sont actuellement au stade 2 nœuds, avec variétés sensibles et situées sur la façade atlantique de la
région (85 et 44), le risque est élevé (observations et modèle). Dans les autres départements, le risque est modéré.
Pour les parcelles au stade 2 nœuds semées autour du 20-25 octobre avec variétés tolérantes, le risque est faible.
Le retour des pluies potentiellement contaminatrices est annoncé pour le week-end prochain.
Période de risque
À partir du stade 2 nœuds
Seuil indicatif de risque
Au stade 2 nœuds : 20% de F2 visibles (future F4 définitive) atteintes (50%
si variété tolérante)
Choix de la variété
Page 7
RESEAU DE SURVEILLANCE BIOLOGIQUE DU TERRITOIRE 2016
PAYS DE LA LOIRE
O
So
mm
air
e
BSV GRANDES CULTURES–N°10
RGE
Réseau d’observations
13 parcelles sont renseignées cette semaine sous
VGOBS avec la répartition suivante :
 Maine-et-Loire 6, Mayenne 2, Sarthe 4 et Vendée 1
Stades des parcelles d'orge du réseau
(en % du total de parcelles d'orge observées)
sem 13
44%
45%
44%
38%
40%
Stade phénologique et état des cultures
Dans les parcelles du réseau, les stades vont d’épi 1
cm à 2 nœud s.
Les parcelles d‘orge semblent rattraper leur retard.
Globalement, les parcelles présentent un bon état
général.
sem 14
50%
38%
35%
30%
23%
25%
20%
15%
10%
5%
6%
6%
0%
0%
fin tallage
épi 1 cm
1 noeud
2 noeuds
 Helminthosporiose
Pour les parcelles ayant atteint le stade 1 nœud
Observations et analyse du risque
Elle est signalée dans 8 parcelles cette semaine avec en moyenne 39 % de feuilles touchées (de 5 à 100%). Peu d’évolution
des symptômes pour le moment (légère diminution qui peut être due au gain d’une feuille).
Toutes les variétés utilisées au sein du réseau sont peu sensibles. Toutes dépassent le seuil de risque. Les symptômes les
plus importants se trouvent les F3 du moment.
Attention au retour des pluies potentiellement contaminatrices le week-end prochain.
Période de risque
Seuil indicatif de risque
À partir du stade 1 nœud.
Si plus de 10% des feuilles sont atteintes (25% si variété
tolérante)
 Rhynchosporiose
Pour les parcelles ayant atteint le stade 1 nœud
Observations et analyse du risque
5 parcelles sont touchées cette semaine avec en moyenne 24% de feuilles touchées.
On note donc une légère augmentation des symptômes. Seules 3 parcelles sont dans la période de risque. 2 sont avec une
variété sensible (ETINCEL) et dépassent le seuil de risque.
De nouvelles pluies > 1 mm sont annoncées à partir de jeudi.
Surveillez vos parcelles en particulier les variétés sensibles.
Période de risque
Seuil indicatif de risque
À partir du stade 1 nœud.
Si plus de 10% (25% si variété tolérante) des feuilles sont
atteintes et s’il y a eu plus de 5 jours (7 jours si variété
tolérante) avec des pluies supérieures à 1 mm depuis le
stade 1 nœud
 Rouille naine
Pour les parcelles ayant atteint le stade 1 nœud
Observations et analyse du risque
La maladie est très peu observée dans le réseau. Elle concerne cette semaine une seule parcelle avec 20 % de feuilles
touchées (variété tolérante, donc seuil non atteint).
La maladie est à surveiller en particulier dans les cas de variétés sensibles.
Période de risque
Seuil indicatif de risque
À partir du stade 1 nœud.
Si plus de 10% des feuilles sont atteintes (50% si variété
tolérante)
Page 8
RESEAU DE SURVEILLANCE BIOLOGIQUE DU TERRITOIRE 2016
PAYS DE LA LOIRE
BSV GRANDES CULTURES–N°10
So
mm
air
e
T
RITICALE
Stades des parcelles de triticale du réseau
(nombre de parcelles de triticale observées)
Réseau d’observations
6 parcelles sont renseignées cette semaine sous
VGOBS avec la répartition suivante :
 Loire Atlantique 1, Maine-et-Loire 2 et Vendée 3
Stade phénologique et état des cultures
Dans les parcelles du réseau, les triticales vont du
stade 1 nœud à 3 nœuds.
sem 13
sem 14
6
5
5
4
3
3
2
2
2
1
1
1
0
épi 1 cm
1 noeud
2 noeuds
3 noeuds
Quelques pucerons commencent à être observés sur les feuilles.
 Oïdium
Observations et analyse du risque
Il est toujours un peu plus présent dans les parcelles de triticale que de blés ou orge.
La maladie est signalée dans 5 parcelles avec des symptômes très importants pour 3 parcelles.
Les parcelles les plus à risque sont donc à surveiller attentivement (peuplement dense et variétés sensibles).
Période de risque
À partir d’épi 1cm
Seuil indicatif de risque
20% de feuilles des 3 derniers étages foliaires déployés
avec présence de feutrage blanc sur 5% de la surface
foliaire (50% si variété tolérante)
 Rhynchosporiose
pour les variétés sensibles
Pour les autres
Observations et analyse du risque
Elle est signalée la même parcelle que la semaine dernière en Vendée. Les symptômes ont évolué : 47% des feuilles
touchées cette semaine (20% la semaine dernière).
Surveillez l’évolution des symptômes. Des pluies > 1 mm sont annoncées à partir de jeudi.
Période de risque
À partir d’1 nœud
Seuil indicatif de risque
CA 85
Si plus de 10% (25% si variété tolérante) des feuilles sont atteintes et
s’il y a eu plus de 5 jours (7 jours si variété tolérante) avec des pluies
supérieures à 1 mm depuis le stade 1 nœud
C4 44
Rhynchosporiose
Page 9
RESEAU DE SURVEILLANCE BIOLOGIQUE DU TERRITOIRE 2016
PAYS DE LA LOIRE
So
mm
air
e
BSV GRANDES CULTURES–N°10
 Rouille jaune
Pas d’évolution de la maladie.
Elle est toujours signalée dans 2 parcelles dans le réseau cette semaine.
À surveiller sur variétés sensibles.
sur variétés sensibles
Période de risque
Seuil indicatif de risque
À partir d’épi 1cm
À épi 1 cm : présence de foyers actifs
À partir de 1 nœud : en présence des premières pustules
 Septoriose
Pour les variétés sensibles et
ayant atteint le stade 2 nœuds
Pour les autres
La maladie semble moins présente sur triticale que sur blé.
Elle est signalée dans 2 parcelles du réseau cette semaine (stade 2 et 3 nœuds, située en 85 et sud 44). Le seuil de risque
de 20% de F2 visibles atteintes est tout juste atteint pour une des 2 parcelles.
De nouvelles pluies potentiellement contaminatrices sont annoncées le week-end prochain.
Pour les parcelles où des symptômes sont déjà présent et au stade 2 nœuds, le risque est modéré.
Pour les autres parcelles, le risque est faible.
Période de risque
Seuil indicatif de risque
À partir de 2 nœuds
Au stade 2 nœuds : 20% de F2 visibles atteintes (50% si
variété tolérante)
C
OLZA
Réseau d’observations
25 parcelles sont renseignées cette semaine sous VGOBS avec la répartition suivante :
 Loire-Atlantique 1, Maine et Loire 5, Mayenne 4, Sarthe 10 et Vendée 5
Stade phénologique et état des cultures
Dans les parcelles du réseau, les stades des colzas vont de Boutons séparés (E) à Chute des premiers pétales (G1). La
majorité des colzas est en cours de floraison. Des premières parcelles sont au stade G1.
Les parcelles de colzas ne sont plus concernées par le charançon de la tige du colza et les méligèthes.
Stades des parcelles de colza du réseau
(en % du total de parcelles de colza observées)
sem 13
sem 14
100%
72%
80%
60%
41%
31%
20%
17%
7%
0%
4%
8%
0%
Inflorescence Boutons séparés
dégagée (D2)
(E)
1 ère fleur
ouverte (F1)
16%
C4 44
40%
0%
3% 0%
Allongement
Chute des
Formation des
hampe florale premiers pétales
siliques
(F2)
(G1)
RESEAU DE SURVEILLANCE BIOLOGIQUE DU TERRITOIRE 2016
PAYS DE LA LOIRE
Page 10
So
mm
air
e
BSV GRANDES CULTURES–N°10
C
OLZA
Stade F2
CRAPL
CRAPL
Le stade G1 correspond à la chute des premiers pétales. Les 10 premières siliques de la hampe florale principale ont une
longueur de 2 cm. La floraison des inflorescences secondaires commencent à ce stade. Environ 100 degré jour base 0
séparent les stades F1 et G1, soit 6 à 10 jours selon les températures.
Attention de ne pas se fier à l’apparence « extérieur » de la parcelle. Certaines sont hétérogènes et il convient de bien rentrer
dans la parcelle pour déterminer le stade. Un stade est atteint lorsqu’au moins 50% des plantes sont à ce stade.
Stade G1
 Charançon des siliques
Les premiers charançons commencent à être observés. Ils sont pour le moment encore très peu nombreux.
Dans le réseau, 1 seule cuvette est positive avec 1 charançon capturé.
Les températures annoncées dans les jours à venir ne sont pas favorable au vol (température maximum < 15°C).
Les colzas ne sont pas encore dans la période de risque.
Le risque est donc nul.
CRAPL
Comment le reconnaître ?
Couleur gris ardoise et bouts de pattes noirs. 2,5-3 mm (plus petit que le
charançon de la tige du colza).
APPEL
R
Des débuts de vol peuvent avoir lieu à partir de 15°C, ils sont
plus fréquents à partir de 17°C.
Seules, les larves de charançons sont peu nuisibles
(destruction de 4 à 6 graines par silique), par contre, les
piqûres de ce charançon au niveau des siliques constituent
une porte d’entrée pour les cédidomyies dont les larves
occasionnent la destruction de la silique entière.
Période de risque
À partir de G2
Seuil indicatif de risque
1 charançon pour 2 plantes en moyenne à l’intérieur du champ. L’observation des bordures est utile pour cet insecte qui
colonise préférentiellement en début d’infestation.
Page 11
RESEAU DE SURVEILLANCE BIOLOGIQUE DU TERRITOIRE 2016
PAYS DE LA LOIRE
So
mm
air
e
BSV GRANDES CULTURES–N°10
 Puceron cendré
Ils sont observés dans 1 parcelle en Vendée, avec moins d’1 colonie/m².
Commencez par surveiller les bordures.
Période de risque
Seuil de risque
De mi-floraison à G4
À partir de 2 colonies par m². Surveiller les bordures des
parcelles.
 Sclérotinia
Certaines parcelles devraient atteindre le stade G1 d’ici la fin de semaine.
Rappelons que ce stade est le stade clé pour la gestion du Sclérotinia.
Bien repérer le stade G1 (voir plus haut).
Pour les parcelles à G1 ou proches
de G1 et à risque agronomique
Stade G1 (100 degré jour (dj) base 0 depuis stade F1)
Date Apparition stade F1
85,44 et 49
72 et 53
21/03
31/03
02/04
24/03
03/04
04/04
28/03 - cumul T° jusqu’au 04/04
70-75 dj
→ Stade G1 vers le 07 ou
08/04 au vu des températures
annoncées
65 dj
→ Stade G1 vers le 09 ou
10/04 au vu des températures
annoncées
Les conditions climatiques actuelles sont plutôt favorables à la maladie (températures, humidité).
Rotations avec des cultures non hôtes du
champignon
Réduction du potentiel infectieux de la parcelle par
l’utilisation d’un agent fongique de lutte biologique,
Période de risque
À partir de G1
Seuil de risque
Il n’existe aucun seuil de risque. Le risque est fonction :
 de la présence de cultures sensibles dans la rotation et de leur nombre (colza, pois, tournesol, soja ou luzerne)
 de la présence de sclérotinia sur la parcelle les années passées
 des conditions climatiques avant, pendant et après la floraison
Le temps durant la floraison sera déterminant en permettant ou non à la maladie de s’extérioriser. Une humidité relative
supérieure à 90 % au niveau du couvert végétal pendant 3 jours et une température journalière moyenne d’au moins 10°C
seront ainsi favorables à cette maladie. À cet effet, la présence de précipitations n’est pas indispensable à la maladie pour
progresser.
Les abeilles butinent, protégeons les !
Respectez les bonnes pratiques phytosanitaires
1. Les traitements insecticides et/ou acaricides sont interdits, sur toutes les cultures visitées par les abeilles et autres
insectes pollinisateurs, pendant les périodes de floraison et de production d'exsudats.
2. Par dérogation, certains insecticides et acaricides peuvent être utilisés, en dehors de la présence des abeilles, s'ils
ont fait l'objet d'une évaluation adaptée ayant conclu à un risque acceptable. Leur autorisation comporte alors une
mention spécifique "emploi autorisé durant la floraison et/ou au cours des périodes de production d'exsudats, en
dehors de la présence des abeilles".
3. Il ne faut appliquer un traitement sur les cultures que si nécessaire et veiller à respecter scrupuleusement les conditions
d’emploi associées à l’usage du produit, mentionnées sur la brochure technique (ou l’étiquette) livrée avec l’emballage de
la spécialité commerciale autorisée.
4. Afin d’assurer la pollinisation des cultures, de nombreuses ruches sont en place dans ou à proximité des
parcelles en fleurs. Il faut veiller à informer le voisinage de la présence de ruches. Les traitements fongicides et
insecticides qui sont appliqués sur ces parcelles, mais aussi dans les parcelles voisines, peuvent avoir un effet
toxique pour les abeilles et autres insectes pollinisateurs. Il faut éviter toute dérive lors des traitements phytosanitaires.
Page 12
RESEAU DE SURVEILLANCE BIOLOGIQUE DU TERRITOIRE 2016
PAYS DE LA LOIRE
P
So
mm
air
e
BSV GRANDES CULTURES–N°10
ROTEAGINEUX
Réseau d’observations
4 pois de printemps (2 en Maine et Loire, 1 en Mayenne et 1 en Sarthe
1 féverolèe d’hiver (Vendée)
En pois de printemps, les parcelles sont en cours de levée.
La parcelle de féverole d’hiver est à début floraison.
Ravageurs
En pois et féverole de printemps, 2 ravageurs sont à surveiller dès la levée : les thrips et les sitones.
Les conditions climatiques de cette année incitent également à surveiller les limaces dans les parcelles, d’autant plus que
de nouveaux épisodes pluvieux sont prévus le week-end prochain.
Soyez vigilant et positionner des pièges afin d’évaluer la présence des limaces.
Les parcelles avec un sol motteux, des résidus de culture en surface seront plus à risque.
 Sitones
Uniquement pour les pois et féverole de printemps
Observations et analyse du risque
Pas de sitone observé cette semaine dans les parcelles de pois de printemps. Ils peuvent ponctuellement être observés en
protéagineux d’hiver avec des traces de morsures (pas d’incidence pour ces cultures d’hiver).
Les conditions climatiques sont plutôt favorables dans les jours à venir.
Les parcelles sont donc à surveiller avec la plus grande attention.
Les sitones sont des petits coléoptères de la famille des charançons (3,5 à 5 mm de long), de couleur gris
verdâtre à brun rougeâtre. Ils sont actifs par temps ensoleillé et par températures supérieures à 12°C. Il
peut y avoir plusieurs vols.
La trace des morsures des adultes sur les feuilles est très caractéristique : encoches semi-circulaires sur le
bord des feuilles. Ces dégâts sont sans grande incidence pour la culture mais permettent de savoir que le ravageur est
présent dans la parcelle.
En effet, ce sont les dégâts des larves qui consomment les racines et les nodosités perturbant ainsi l’alimentation
azotée de la plante qui sont le plus préjudiciables. La lutte vise les adultes avant les pontes.
Dégâts de sitones
Sitone adulte
Source : CRAPL
Période de risque
Seuil indicatif de risque
De la levée à 6 feuilles.
Au-delà du stade 6 feuilles, les adultes ont déjà pondu au
pied des plantes.
Pois : 5 à 10 morsures en moyenne par plante.
Féverole : au moins 1 morsure sur chaque feuille
RESEAU DE SURVEILLANCE BIOLOGIQUE DU TERRITOIRE 2016
PAYS DE LA LOIRE
Page 13
So
mm
air
e
BSV GRANDES CULTURES–N°10
 Thrips
Uniquement pour les pois de printemps
Observations et analyse du risque
Les températures sont suffisantes pour que les thrips soient actifs. Ce ravageur est
donc à surveiller dès la levée des pois
Le thrips adulte est un minuscule insecte noirâtre de forme allongée (1 mm). Les adultes passent l’hiver
dans le sol. Ils deviennent actifs dès 7-8°C. Lors de la levée du pois, ils sortent du sol et se cachent dans
les cotylédons et les feuilles en formation.
C’est la salive toxique injecté par le thrips lorsqu’il se nourrit qui provoque différents symptômes :
- feuilles gaufrées avec des taches jaunes ou brunes
- nombreuses ramifications
- plantes chétives, naines, sans gousses
Les dégâts sont d’autant plus important que la levée du pois est difficile (mauvaises conditions
climatiques).
Période de risque
Seuil de risque
De la levée à 6 feuilles.
À partir d’1 thrips par plante. Prélevez 20 plantes et mettez
-les dans un sac plastique transparent. Secouez. Attendez
quelques minutes et comptez le nombre de thirps présents
sur les parois du sac. Divisez ce nombre pas 20 pour
obtenir le nombre moyen de thrips par pante.
 Pucerons verts du pois
Pour les pois d’hiver
Pour parcelles proches de la floraison ou en fleur
Dans toutes les cultures, les pucerons commencent à être observés. Il faut donc commencer à surveiller les parcelles les
plus en avance qui arriveraient à début floraison.
Période de risque
Seuil de risque
De début floraison (surveillance à commencer un peu
avant) à fin du stade limite avortement.
À partir de 10 pucerons par plante.
 Pucerons noirs de la fève
Pour les féveroles d’hiver
Pour parcelles proches de la floraison ou en fleur
Puceron momifié
CA 44
Observations et analyse du risque
Des manchons ont été observés dans la parcelle de féverole en Vendée.
En parallèle des auxiliaires étaient également visibles : coccinelles et pucerons
momifiés.
Le temps ensoleillé et la hausse des températures ont été favorables.
Les conditions météo annoncées dans les prochains jours ne devraient pas faire
Période de risque
Avant la floraison et jusqu’à floraison + 15 jours.
À partir de 10 % de plantes portant une colonie.
Pucerons noirs de la fève
CA 44
Seuil de risque
RESEAU DE SURVEILLANCE BIOLOGIQUE DU TERRITOIRE 2016
PAYS DE LA LOIRE
Page 14
So
mm
air
e
BSV GRANDES CULTURES–N°10
Maladies foliaires du pois
Pour les pois d’hiver (à partir de la floraison pour les pois de printemps)
Ascochytose (anciennement Anthracnose) - Didymella pinodes
Pour parcelles saines
Si maladie déjà présente sur la partie inférieure des plantes
Ascochytose du pois
CRAPL
Observations et analyse du risque
La présence de la maladie est très variable selon les parcelles : de très
malade à très sains.
De nouvelles pluies potentiellement contaminatrices sont annoncées le
week-end prochain.
Surveiller l’évolution des symptômes sur feuilles (apparition des
symptômes suite aux pluies contaminatrices des semaines
précédentes).
Maladies foliaires de la féverole
Pour les féverole d’hiver (à partir de la floraison pour les féverole de printemps)
Botrytis
Si maladie déjà présente sur la partie inférieure des plantes
Il faut continuer de surveiller les parcelles dans les jours à venir, en
particulier si la maladie est déjà présente dans la parcelle.
Le risque est d’autant plus important lorsque les semis ont été précoces.
L
RAPPE
Favorisé par les températures douces et une forte humidité.
Surtout nuisible lors de la floraison en général, mais une nuisibilité précoce est possible en cas d’hiver
favorable à la maladie.
Densité de semis
CA 44
Observations et analyse du risque
Dans la parcelle du réseau, la maladie est présente sur 40% des feuilles
de la partie supérieure de la plante.
Les températures restent relativement fraîches dans les jours à venir. Il
ne devrait donc pas y avoir d’explosion de la maladie pour le moment.
Page 15
RESEAU DE SURVEILLANCE BIOLOGIQUE DU TERRITOIRE 2016
PAYS DE LA LOIRE
So
mm
air
e
BSV GRANDES CULTURES–N°10
Ascochytose (anciennement Anthracnose) - Ascochyta fabae
Si maladie déjà présente sur les plantes
Observations et analyse du risque
Des symptômes peuvent être observés dans certaines parcelles. Attention de ne pas les
confondre avec ceux du botrytis qui sont très présents cette année.
De nouvelles pluies potentiellement contaminatrices sont annoncées le week-end prochain.
Surveillez l’apparition des symptômes dans les parcelles où la maladie est présente.
CRAPL
Enfouissement des résidus de
culture, densité de semis
(si trop élevé, la maladie est favorisée)
Botrytis de la fèverole
Des pustules de rouilles peuvent également être observées.
CA 44
Des symptômes de mildiou peuvent être observés. L’incidence de ces symptômes est
souvent limité (contaminations secondaires). Il n’existe pas d’intervention spécifique
contre cette maladie en végétation.
CA 44
Autres maladies
Mildiou sur féverole
Vous êtes intéressés pour intégrer le réseau SBT et suivre une parcelle de protéagineux, en particulier féverole ?
Contactez l’animateur filière : adeline.chastrusse@loire-atlantique.chambagri.fr
L
IN OLEAGINEUX
Rédacteur : Nina Rabourdin – Terres Inovia,
Suppléant : Guy Arjauré – Terres Inovia, en partenariat avec ARVALIS-Institut du végétal.
Bulletin rédigé par Terres Inovia à partir des observations réalisées cette semaine pour le lin
d’hiver par : CA28, CA36, EPLEFPA du Cher, BELLANNE SA et Terres Inovia
Pour le lin de printemps par : CA41 et BELLANNE SA
Le réseau lin oléagineux Nord-Ouest est composé à ce jour de 16 parcelles de lin d’hiver pour la campagne 2015/2016. La
répartition régionale est la suivante : 7 parcelles en Centre, 4 parcelles en Poitou Charentes, 2 en Bretagne, 3 en Pays de la
Loire.
5 parcelles de lin oléagineux d’hiver ont fait l’objet d’une collecte d’observations cette semaine (Centre 3, Poitou-Charentes
1, Pays de la Loire 2) et 2 parcelles de lin oléagineux de printemps (Poitou-Charentes 1 et Centre 1)
Stade phénologique et état des cultures
Lin oléagineux d’hiver : cette semaine les stades s’échelonnent de D2 (= 20 cm) à D4 (=40 cm) pour les parcelles suivies
cette semaine. Les stades ne sont pas forcément en avance par rapport à l’année dernière (à la même période 60% des
parcelles suivies dans le réseau BSV 2014-2015 étaient à D4 et certaines parcelles montraient les premiers boutons floraux). L’avance prise en reprise de végétation cette année a été freinée par les températures qui tardent à remonter.
Lin oléagineux de printemps : cette semaine 2 parcelles ont fait l’objet d’une collecte d’information sur le lin de printemps :
1 parcelle dans les Deux Sèvres (79), semée le 21/03 de la variété EURODOR, et 1 parcelle dans le Loir et Cher (41), semée
le 19/03 de la variété OMEGALIN. Ces 2 parcelles sont levées et au stade A2 (= cotylédons visibles).
Page 16
RESEAU DE SURVEILLANCE BIOLOGIQUE DU TERRITOIRE 2016
PAYS DE LA LOIRE
So
mm
air
e
BSV GRANDES CULTURES–N°10
Analyse du risque Thrips
Les parcelles sont en période à risque. Cette semaine encore la parcelle à Souge dans l’Indre (36) fait état d’une pression
faible en dessous du seuil de risque (1 à 4 thrips/ balayage). Pas d’évolution depuis la semaine dernière. Le redoux, l’absence
de pluie et de vent leur sera favorable. La surveillance doit se maintenir.
Analyse du risque Maladies
Septoriose : Les symptômes de septoriose évoluent peu cette semaine encore sur les parcelles suivies. 100 % des parcelles
sont en dehors de la période de risque (floraison débutée) vis-à-vis de la septoriose. Dans les parcelles déjà atteintes
surveiller la progression des symptômes sur les étages supérieurs. Dans les parcelles saines, surveillez l’apparition des
symptômes.
É
cophytoPIC
Retrouvez toute l’actualité sur la protection intégrée des cultures via le portail
dédié :
http://grandes-cultures.ecophytopic.fr/grandes-cultures
(*) 1 = risque faible; 2 = risque assez faible; 3 = risque moyen; 4 = risque assez fort; 5 = risque fort
RESEAU DE SURVEILLANCE BIOLOGIQUE DU TERRITOIRE 2016
PAYS DE LA LOIRE
Rédacteur : Adelline CHASTRUSSE - CA 44 - adeline.chastrusse@loire-atlantique.chambagri.fr
Directeur de publication : Jean-Loïc LANDREIN - président du Comité régional de surveillance biologique du territoire
Groupe technique restreint : Arvalis, Chambres départementales d’agriculture (CA 44, CA 49, CA 53, CA 72, CA 85), CRAPL,
Coop de France Ouest, Négoce Ouest, Terres Inovia
Observateurs : Acti Négoce, Agriculteurs, Agrial, AgriNégoce, AMC, Anadiag France, Arvalis, Bernard Agriservice,
Brouard AgroSolutions, CAM, CAPL, CAVAC, CA 44, CA 49, CA 53, CA 72, CA 85, CER France 53 et 72, Coop Herbauges,
ECLA, FNAMS, GEVES, Hautbois SAS, Pelé Agri-Conseil, SAS Jeusselin, Soufflet Atlantique, Terrena.
Ce bulletin est produit à partir d’observations ponctuelles. S’il donne une tendance de la situation sanitaire
régionale, celle-ci ne peut être transposée telle quelle à la parcelle. La CRAPL dégage donc toute responsabilité
quant aux décisions prises par les agriculteurs pour la protection de leurs cultures et les invite à prendre ces
décisions sur la base des observations qu’ils auront réalisées sur leurs parcelles.
Action pilotée par le ministère chargé de l’Agriculture, avec l’appui financier de l’Office national de l’eau et des milieux aquatiques, par les crédits issus
de la redevance pour pollutions diffuses attribués au financement du plan Ecophyto.
Auteur
Document
Catégorie
Uncategorized
Affichages
1
Taille du fichier
2 206 KB
Étiquettes
1/--Pages
signaler