close

Se connecter

Se connecter avec OpenID

1 Je voudrais vous souhaiter à tous une très bonne année avec la

IntégréTéléchargement
Chers Collègues….
Je voudrais vous souhaiter à tous une très bonne année avec
la réussite dans tous vos projets aussi bien professionnels que
personnels et surtout une année pleine de ces petits moments
de bonheurs simples qui comptent énormément.
Avec les départements de la faculté des sciences nous avons
décidé de coupler les vœux de cette année 2016 avec
l’inauguration des amphis de la fac des sciences en l’honneur
de personnalités scientifiques marquantes de notre faculté et
ceci dans le cadre des 50 ans de la faculté des sciences
d’Orsay que nous avons fêtés en 2015.
C’est un symbole important, peut être encore plus en ces temps
troublés de mettre en avant des personnalités scientifiques qui
sont aussi des hommes ou des femmes extraordinaires qui ont
su donner beaucoup à la science mais aussi autour d’eux et
même bien au-delà des frontières du laboratoire et nous
verrons que c’est exactement le cas de Jean-Pierre Kahane.
Ces images, ces références sont importantes pour nos jeunes,
en particulier ceux qui étudient à l’université et elles leur
permettront de découvrir et d’apprécier l’environnement riche et
de qualité qui les entoure et par ricochet de mettre en avant la
valeur de leur formation et donc de leur diplôme.
Bien sûr afin de mettre en lumière ces évènements de la faculté
des sciences d’Orsay et donc d’abord ces personnalités
exceptionnelles, un article est en préparation qui sera à la fois
sur le site WEB de l’univ et de la faculté mais aussi dans la
brochure de PSud diffusée à tous nos partenaires écoles et
organismes ainsi qu’aux collectivités, ministères…. Et oui ne
soyons pas modeste et en cette période ou le mot excellence
est parfois galvaudé ou limité à un périmètre non représentatif,
il est important de mettre en avant l’excellence à l’université et
1
la faculté des sciences d’Orsay au travers ses départements de
discipline avec ses enseignants-chercheurs ou chercheurs (je
me permets d’ailleurs d’associer les organismes et en
particulier le CNRS qui contribue fortement à notre visibilité en
recherche) et bien la faculté des sciences n’a que l’embarras du
choix pour afficher en local mais aussi au national et
l’international l’excellence de sa recherche et de sa formation.
Vous comprendrez qu’actuellement ces messages prennent
une importance particulière mais dont l’objectif doit être
constructif afin de démontrer, s’il en était besoin, qu’universités,
écoles et organismes ont intérêt à s’allier pour profiter des
forces reconnues de chacun et doivent travailler ensemble
dans le respect et la reconnaissance mutuelle.
Pour le département de Mathématiques, le choix a dû être
difficile avec de grands noms qui ont fait son histoire : Les
mathématiques d’Orsay prennent leur essor en 1958 avec la
nomination des professeurs Hubert Delange, Jacques Deny et
Léonce Lesieur, très vite rejoints par Jean-Pierre Kahane en
1961 et Henri Cartan en 1969, tous considérés comme les
pères fondateurs de ce qui deviendra LE département de
mathématiques d’Orsay et du Laboratoire de Mathématiques
d’Orsay. Le département de mathématiques a rapidement
acquis une solide notoriété internationale, confortée par
l’attribution de 4 médailles fields : Jean-Christophe Yoccoz en
1994, Laurent Lafforgue en 2002 , Wendelin Werner en 2006
en et Ngô Bảo Châu en 2010.
Aujourd’hui le département de Mathématiques et la faculté des
sciences ont souhaité inaugurer l’amphi Jean-Pierre Kahane,
professeur émérite de l’université Paris Sud au laboratoire de
Mathématiques d’Orsay, membre de l’académie des sciences,
récipiendaire de nombreux prix comme le cours Peccot au
2
collège de France en 1957, distinction importante pour les
jeunes mathématiciens, le prix Maurice Audin en 1960, le prix
Servant en 1972, le Grand prix des sciences mathématiques et
physiques en 1980 et le prix Emile Picard en 1995 pour
l’ensemble de son œuvre mathématique.
Jean-Pierre Kahane a démarré sa carrière au CNRS, puis il a
été nommé professeur à la faculté des sciences en 1961, et a
été le deuxième président de l'Université Paris-Sud de 1975 à
1978.
Ses travaux de recherche portent sur l’analyse de Fourier et
ses interactions avec d’autres branches des mathématiques, en
particulier la théorie des probabilités. Ils ont donné lieu à une
vaste production d’articles et de conférences sur ces sujets.
Il a été également très engagé sur les sujets liés à
l’enseignement. Il est à l’origine du rapport de la Commission
de Réflexion sur l’Enseignement des Mathématiques
(CREM) qu’il a présidé ainsi que la
Commission
Internationale de l’Enseignement Mathématique.
La perte d’attractivité des filières scientifiques a été aussi un de
ses sujets de préoccupation et il a proposé l’idée de la création
dans tous les collèges et les lycées de laboratoires de
mathématiques, semblables aux laboratoires de physiquechimie et de biologie, disposant de locaux propres, de
matériels, pas seulement informatiques, mais aussi de livres et
de documents. Certains voient le jour par la volonté des
professeurs eux-mêmes avec l’agrément des chefs
d’établissement et le concours des élèves et les expériences
sont très concluantes.
Il participe et encourage la diffusion de la science dans le
public et d’ailleurs je me souviens en 2009 de sa prestation
dans les rues de Bures sur Yvette où il faisait un exposé de
3
géométrie et il réussissait à captiver les passants avec
uniquement un crayon et du papier. Il est de ceux qui luttèrent
pour conserver le Palais de la Découverte menacé à l’époque
où l’on créait La Villette. Appelé par Jean-Pierre Chevènement,
Jean-Pierre Kahane est rentré en 1981 à la mission
interministérielle de l’information scientifique et technique
(Midist). Il en devient le président en 1982. Il a été préoccupé,
dans le domaine de l’édition, par la publication d’ouvrages de
vulgarisation scientifique. Pour lui, l’information scientifique et
technique, la diffusion des publications, et le rapport à
l’enseignement, doivent être des préoccupations importantes
pour les mathématiciens.
C’est aussi lui qui, ayant compris que ce sera un instrument de
travail et de partage incomparable, met en place la bibliothèque
de mathématiques d’Orsay, aujourd’hui l’une des plus riches en
France avec ses quelques 60 000 ouvrages et ses 700
collections de revues.
Un centre scientifique comme Orsay se devait aussi d’avoir un
groupe d’histoire des sciences et si le doyen Poitou en a émis
l’idée en premier, la concrétisation est intervenue sous
l’impulsion des présidents JP Kahane et R. Omnès qui en 1975
ont permis la création du Centre Interdisciplinaire d’Étude de
l’Évolution des Idées, des Sciences et des Techniques avec la
volonté d’ouvrir les sciences « dures » à une réflexion et à des
échanges interdisciplinaires réguliers. Puis, un poste de
professeur a été affecté en 1987 avec l’arrivée de Paul
Brouzeng, professeur en épistémologie et histoire des sciences
et des techniques qui a été une grande figure de ce domaine et
qui aura lui aussi un amphi inauguré à son nom dans le cadre
du Groupe d’Histoire et de Diffusion des Sciences d’Orsay.
Jean-Pierre Kahane est non seulement un mathématicien hors
du commun mais aussi un homme engagé dans la société
4
civile française. Monsieur Kahane est un exemple pour de
nombreux jeunes chercheurs, en tant qu’enseignant il a éveillé
la passion de beaucoup de jeunes étudiants de la communauté
française et étrangère et je n’ai fait qu’effleurer l’ensemble des
domaines où il a accompli un énorme travail de réflexion au
sein
des
différentes
communautés
qu’elles
soient
mathématiques ou autres.
Pour tout cela la faculté des sciences d’Orsay et le département
de mathématiques sont heureux et fiers de pouvoir aujourd’hui
inaugurer l’amphi Jean-Pierre Kahane.
5
Auteur
Document
Catégorie
Uncategorized
Affichages
0
Taille du fichier
74 KB
Étiquettes
1/--Pages
signaler