close

Se connecter

Se connecter avec OpenID

Adoption du projet de loi autorisant la ratification du traité révisé de

IntégréTéléchargement
Intégration des
ODD dans la SCAPP
(2016-2030)
Page 4
HORIZONS
Atelier
régional sur
l'échange des
expériences
entre les OSC
Page 5
QUOTIDIEN NATIONAL D’INFORMATIONS - ÉDITÉ PAR L’AGENCE MAURITANIENNE D’INFORMATION - N° 6747 DU VENDREDI 15 SAMEDI 16 DIMANCHE 17 AVRIL 2016 PRIX : 100 UM
Au conseil des ministres
Adoption du projet de loi autorisant la
ratification du traité révisé de la CEN-SAD
L
e Conseil des Ministres s'est réuni le Jeudi 14 avril 2016
sous la présidence de son Excellence Monsieur Mohamed Ould Abdel Aziz, Président de la République.
Le Conseil a examiné et approuvé un projet de loi autorisant la
ratification du traité révisé de la Communauté des Etats Sahélo-Sahariens (CEN-SAD) adopté à N'Djamena (Tchad) le 16
Février 2013 par la conférence des Chefs d'Etat.
Le présent projet de loi a pour objet de finaliser la procédure de
ratification du traité révisé de la Communauté des Etats Sahélo-Sahariens (CEN-SAD) adopté à N'Djamena (Tchad) le 16
Février 2013 par la conférence des Chefs d'Etat.
L'objectif de ce nouveau traité est de permettre de mieux répondre aux attentes des Etats membres en termes d'intégration
régionale et de renforcement de la coopération notamment dans
les domaines de la sécurité, du développement durable et de la
lutte contre la désertification et les effets négatifs des change-
ments climatiques.
Le Conseil a également adopté des projets de décrets accordant
des permis de recherche minière visant à impulser les efforts de
valorisation de nos ressources naturelles conformément aux
objectifs de développement du pays tout en répondant aux besoins des promoteurs de plus en plus intéressés à investir dans
le secteur minier national.
Lire page 3
Sommet de l'OCI
Mauritanie-Banque Mondiale
Signature de deux conventions de financement
D
eux conventions portant sur
un don destiné au financement des projets gouvernance
du secteur public et Eco-pole halieutique de Nouadhibou ont été
signées mercredi à Washington
(Etats Unis d'Amérique), rapporte un communiqué du ministère de l'Economie et des
Finances dont une copie est parvenue jeudi à l'Agence Mauritanienne d'Information (AMI).
La première convention est destinée au financement du Projet
Gouvernance du Secteur Public,
d'un montant de 11.600.000 dollars américains alors que la seconde est destinée au financement du Projet Eco-pole halieutique de Nouadhibou, pour un
montant 7.750.000 dollars américains.
Lire page 3
Le ministre des Affaires islamiques
représente le Chef de l’Etat
Les travaux de la 13è session (session de l'unité et de la solidarité pour la justice et la paix), du Sommet organisé par l'Organisation de la Coopération Islamique (OCI), ont démarré, jeudi à Istanbul (Turquie).
Le Chef de l’Etat, Monsieur Mohamed Ould Abdel Aziz, était représenté à
ce sommet par le ministre des Affaires islamiques et de l'Enseignement originel, M. Ahmed Ould Ehel Daoud.
Lire page 3
HORIZONS
N° 6747 DU VENDREDI 15 SAMEDI 16 DIMANCHE 17 AVRIL 2016
Page 2
Ministère des Pêches et de l’Economie maritime
COMMUNIQUE
Le Ministère des Pêches et de l'Economie Maritime communique:
Les navire Almap-3 et Almap-4, propriété de la Société Algero-Mauritainenne,
sont vendus aux Ets. Mohamed Abderrahmane 0/ Elarbi, conformément au procès-verbal définitif d'exécution de vente en date du 19/10/2007, notarié par
Maître BABYA 0/ MED Abdellahi, huissier de justice titulaire de charge à
Nouadhibou.
Toute opposition ou réclamation d'une partie intéressée devra être adressée au
Ministère des Pêches et de l'Economie Maritime dans un délai de 15(quinze)
jours à compter de la date de la diffusion du présent communiqué.
LA CNSS AU SERVICE
DES ASSURES SOCIAUX
La Secrétaire Générale du Ministère des
pêches et de l'Economie Maritime
KHADIJA MINIT BOUKA
ADRESSES UTILES
Police Secours
Sapeurs Pompiers
Brigade Maritime
Brigade Mixte
SOMELEC (Dépannage)
SNDE
Météo
17
118
4525 39 90
4525 25 18
4525 23 08
4529 84 88
4525 11 71
COMMISSARIATS DE POLICE
Commissariat TZ - 1
Commissariat TZ - 2
Commissariat Ksar 1
Commissariat Ksar 2
Commissariat El Mina 1
Commissariat El Mina 2
Commissariat Sebkha 1
Commissariat Sebkha 2
Commissariat Riadh 1
Commissariat Riadh 2
Commissariat Arafat 1
Commissariat Toujounine 1
Commissariat Dar Naïm 1
Commissariat Dar Naïm 2
Commissariat Teyarett 1
Commissariat Teyarett 2
Commissariat Spécial Aéroport
Commissariat Voie publique
Direction Régionale de la Sûreté
Police Judiciaire
4525 23 10
4524 29 52
4525 21 66
4525 27 38
4525 12 97
4524 25 24
4525 38 21
4524 29 82
4524 29 35
4524 29 50
4525 10 13
4525 29 30
4524 29 56
4524 29 53
4525 24 71
4524 29 51
4525 21 83
4525 29 65
4525 21 59
4525 54 49
HÔPITAUX
Centre Hospitalier National
Hôpital Cheikh Zayed
Polyclinique
PMI Pilote
PMI Ksar
PMI Teyarett
- Assurez-vous que vos employeurs vous déclarent à
la CNSS
- Employeurs, s’acquitter de ses cotisations est un acte
civique
- Assurez-vous que vos pièces d’Etat Civil sont issues
de l’enrôlement actuel des populations
HORIZONS
QUOTIDIEN NATIONAL D’INFORMATION
ÉDITÉ PAR L’AGENCE
4525 21 35
4529 84 98
4525 12 12
4525 22 16
4525 20 19
4525 35 94
MAURITANIENNE D’INFORMATION
DIRECTEUR DE PUBLICATION, DIRECTEUR GÉNÉRAL DE L’AGENCE
MAURITANIENNE D’INFORMATION: Sidi Mohamed Ould Bouna
CLINIQUES
Clinique Moulaty
Clinique Najar
Clinique Kissi
4525 13 41
4525 49 42
45 29 27 27
AMI
FAX: 45 25 55 20
E-mail :
Chaabrim@gmail.com
amiakhbar@gmail.com
B P: 371/ 467
Direction des Ressources:
45 25 27 77
Siège:45 25 29 70/45 25 29 40
DIRECTEUR DE LA RÉDACTION :
Mohamed Saleh Ould Chighaly
RÉDACTEUR EN CHEF :
Baba Dianfa Traoré
RESPONSABLE DE LA MAQUETTE :
Elhadrami Ould Ahmedou
TIRAGE :
IMPRIMERIE NATIONALE
HORIZONS
N° 6747 DU VENDREDI 15 SAMEDI 16 DIMANCHE 17 AVRIL 2016
Page 3
ACTUALITE
Au conseil des ministres
Adoption du projet de loi autorisant
la ratification du traité révisé de la CEN-SAD
L
e Conseil des Ministres s'est
réuni le Jeudi 14 avril 2016
sous la présidence de son
Excellence Monsieur Mohamed
Ould Abdel Aziz, Président de la
République.
Le Conseil a examiné et approuvé
un projet de loi autorisant la ratification du traité révisé de la Communauté
des
Etats
Sahélo-Sahariens (CEN-SAD)
adopté à N'Djamena (Tchad) le 16
Février 2013 par la conférence des
Chefs d'Etat.
Le présent projet de loi a pour
objet de finaliser la procédure de
ratification du traité révisé de la
Communauté des Etats Sahélo-Sahariens (CEN-SAD) adopté à
N'Djamena (Tchad) le 16 Février
2013 par la conférence des Chefs
d'Etat.
L'objectif de ce nouveau traité est
de permettre de mieux répondre
aux attentes des Etats membres en
termes d'intégration régionale et de
renforcement de la coopération notamment dans les domaines de la
sécurité, dudéveloppement durable
et de la lutte contre la désertification et les effets négatifs des changements climatiques.
Le Conseil a également examiné et
adopté les projets de décrets sui-
vants:
- Projet de décret accordant le permis de recherche n° 2155 pour les
substances du groupe (2) dans la
zone de Tarf Tokobre (Wilaya du
Gorgol) au profit de la société
Soho Properties Natural Ressources Sarl.
- Projet de décret accordant le permis de recherche n° 2156 pour les
substances du groupe (2) dans la
zone de Hsey Sidi (Wilayas de
l'Assaba et du Gorgol) au profit de
la société Soho Properties Natural
Ressources Sarl.
- Projet de décret accordant le permis de recherche n° 2182 pour les
substances du groupe (2) dans la
zone de Teiba (Wilayas de l'Assaba
et du Gorgol) au profit de la société Tijirit Mining SA.
- Projet de décret accordant le permis de recherche n° 2183 pour les
substances du groupe (2) dans la
zone d'Oued Lemguil Sud (Wilaya
du Gorgol) au profit de la société
Tijirit Mining SA.
- Projet de décret accordant le permis de recherche n°2330 pour les
substances du groupe (5) dans la
zone de Tedghamcha Sud Ouest
(Wilayas du Trarza, de l'Inchiri et
de Dakhlet Nouadhibou) au profit
de la société SURICATE SARL.
Ces projets de décrets visent à impulser les efforts de valorisation de
nos ressources naturelles conformément aux objectifs de développement du pays tout en répondant
aux besoins des promoteurs de
plus en plus intéressés à investir
dans le secteur minier national.
Le ministre des Affaires étrangères
et de la Coopération a présenté une
communication relative à la situation internationale.
Le ministre de l'Intérieur et de la
Décentralisation a présenté une
communication relative à la situation intérieure.
Des membres du gouvernement commentent
les résultats des travaux du conseil des ministres
L
es ministres de la Culture et de l'Artisanat,
porte-parole du gouvernement, Dr Mohamed Lemine Ould Cheikh, de la Justice, Me
Brahim Ould Daddah et des Affaires étrangères et de la Coopération, Dr Isselkou Ould
Ahmed Izid Bih, ont commenté jeudi soir à
Nouakchott, les résultats des travaux du
conseil des ministres tenu plus tôt dans la matinée.
Le ministre de la Culture et de l'Artisanat,
porte-parole du gouvernement a indiqué que
le conseil des ministres a examiné et approuvé
un projet de lois, des projets de décrets et des
communications, notamment le projet de loi
autorisant la ratification du traité révisé de la
Communauté des Etats Sahélo-Sahariens
(CEN-SAD) adopté à N'djamena (Tchad) le 16
février 2013 par la Conférence des Chefs
d'Etat.
En réponse à une question relative à la préparation, par les cadres issus de certaines wilayas
du pays, de la visite du Président de la République au Hodh Charghi, prévue au début du
mois de mai prochain, le ministre de la Culture a indiqué que la préparation, par les cadres et les notables de n'importe quelle wilaya,
de l'accueil du Président de la République, est
une chose tout à fait normale, même s'il s'agit
d'un parti politique ou d'une personnalité morale, car cela dénote de la générosité authentique de notre peuple.
S’agissant du décès d'un docker, dont les
causes ont été attribuées aux autorités sécuritaires, le ministre a indiqué que les faits rapportés par certains sites et véhiculés par les
rumeurs sur la mort d'un docker et qui prétendent que la Gendarmerie ou les forces de sécurité ont un lien avec cette mort, ne reposent
sur aucun fondement.
Le ministre a affirmé que la Gendarmerie et
les forces de l'ordre n'ont aucun rapport avec la
mort de ce docker qui était parmi les grévistes.
Pour sa part, le ministre de la Justice a indiqué
que son département a pris un certain nombre
de mesures pour améliorer les conditions de
vie des prisons et de leurs pensionnaires,
conformément aux instructions du Président
de la République. Il a souligné que les prisonniers bénéficient des soins médicaux et qu'ils
reçoivent gratuitement les médicaments dont
ils ont besoin.
Le ministre a précisé que des fonds sont mobilisés pour couvrir les frais des soins des prisonniers et qu'un dentiste et un médecin
généraliste ainsi que dix infirmiers ont été affectés aux prisons.
Il a noté que deux salles de soins seront
construites, l'une à la prison civile et l'autre à
la prison centrale de Dar Naïm et souligné que
la pression sera allégée sur les prisons, grâce à
l'ouverture des prisons d'Aleg et de N'Béka.
Le ministre des Affaires étrangères et de la
Coopération, Dr. Isselkou Ould Ahmed Izidbih, a indiqué que le conseil des ministres a
discuté de la question de la convention des
pays du Sahel et du Sahara, signée en 1998 à
Tripoli. Il a précisé que le présent traité est une
réactualisation de la convention originale et
que sa discussion en conseil des ministres permettra au Président de la République de la signer après y avoir effectué les amendements
nécessaires.
Le ministre a ajouté que l'élément nouveau apporté par le nouveau texte porte sur la création
d'un conseil permanent de sécurité et de paix
dans la région du Sahel et du Sahara, tout en
sachant l'importance que cela revêt pour l'actuelle situation sécuritaire de la région et la
création du conseil permanent pour le développement durable.
Il a souligné que la région du Sahel et du Sahara jouit du statut d'observateur au sein des
Nations Unies et est en relation avec les
grandes institutions internationales.
Le ministre des Affaires étrangères a insisté
sur l'importance pour la Mauritanie de la ratification de cette convention, surtout qu'elle a
lieu après plusieurs succès de notre pays sur le
plan sécuritaire, et après qu'il ait eu à fonder
des environnements favorables à la concertation, au dialogue et à l'entente au sujet des
questions fondamentales de la région.
Répondant à une question relative à sa rencontre avec les ambassadeurs des pays arabes
accrédités en Mauritanie au sujet du prochain
sommet de la Ligue Arabe à Nouakchott, et à
la disponibilité du nouvel aéroport à accueillir
les illustres hôtes, le ministre a déclaré que sa
rencontre avec les diplomates des pays arabes
est tout à fait normale, surtout que notre pays
se prépare à un évènement aussi important que
celui d'organiser le sommet de la Ligue arabe.
A cet effet, il a indiqué qu'au cours de cette
rencontre, il a informé les diplomates arabes
sur l'état d’avancement des préparatifs de cet
important évènement pour lequel une commission nationale d'organisation de haut niveau a été créée.
S'agissant de la disponibilité du nouvel aéroport international à accueillir les illustres
hôtes, le ministre a fait remarquer que ce sera
l'occasion de se rendre compte de l'importance
d'un tel édifice public.
Il a souligné que le nouvel aéroport est actuellement au stade d'expérimentation de ses équipements de pointe.
HORIZONS
N° 6747 DU VENDREDI 15 SAMEDI 16 DIMANCHE 17 AVRIL 2016
ACTUALITE
Mauritanie-Banque Mondiale
Signature de deux conventions de financement
Deux conventions portant sur un
don destiné au financement des projets gouvernance du secteur public
et Eco-pole halieutique de Nouadhibou ont été signées mercredi à
Washington (Etats Unis d'Amérique), rapporte un communiqué du
ministère de l'Economie et des Finances dont une copie est parvenue
jeudi à l'Agence Mauritanienne
d'Information (AMI).
Les conventions, paraphées, côté
mauritanien par le ministre de
l'Economie et des Finances, M.
Moctar Ould Diay et côté Banque
Page 4
Mondiale par la directrice des Opérations de la Banque Mondiale
pour la Mauritanie, Mme Louise
Cord, mobilisent un montant global
de près de 19 millions de dollars
américains.
La première de ces conventions est
relative au don destiné au financement du Projet Gouvernance du
Secteur Public, d'un montant de
11.600.000 dollars américains, vise
le renforcement du suivi et du
contrôle des dépenses publiques et
de l'administration fiscale foncière
et minière. Il s'agit ainsi de favoriser
la transparence dans la gestion fiscale et domaniale et la traçabilité
pour un meilleur suivi et, partant,
d’un contrôle optimal de ces dépenses.
La seconde a trait également à un
don destiné au financement du Projet Eco-pole halieutique de Nouadhibou, pour un montant 7.750.000
dollars américains.
La signature s'inscrit dans le cadre
de l'excellente coopération entre la
Mauritanie et la Banque Mondiale,
précise le communiqué du ministère de l'Economie et des Finances.
La ministre déléguée reçoit les ambassadeurs
des USA en Mauritanie et au Mali
La ministre déléguée auprès du ministre des Affaires étrangères et de
la Coopération, chargée des Affaires
maghrébines et africaines et des
Mauritaniens de l'Etranger, Mme
Khadijetou M'Bareck Fall, a reçu en
audience, mercredi à Nouakchott,
les ambassadeurs des Etats Unis
d'Amérique en Mauritanie et au
Mali, leurs Excellences Messieurs
Larry André et Paul A. Folmsbee.
La rencontre a porté sur les relations
de coopération bilatérales et les
moyens susceptibles de les développer dans l'intérêt des deux pays
amis.
L'audience s'est déroulée en présence de M. Mohamed Lemine Abdallah Chemra, directeur adjoint des
Affaires américaines et asiatiques au
ministère des Affaires étrangères et
de la Coopération.
lntégration des
ODD dans la SCAPP (2016-2030)
Sommet de l'OCI
Le ministre des Affaires islamiques
représente le Chef de l’Etat
Les travaux de 13è session (session
de l'unité et de la solidarité pour la
justice et la paix), du Sommet organisé par l'Organisation de la Coopération Islamique (OCI), ont démarré,
jeudi à Istanbul (Turquie).
Le Chef de l’Etat, Monsieur Mohamed Ould Abdel Aziz, a été représenté à ce sommet par le ministre
des Affaires islamiques et de l'Enseignement originel, M. Ahmed
Ould Ehel Daoud.
L'agenda du sommet porte sur l'examen de plusieurs sujets dont principalement la question palestinienne,
les situations de conflits dans le
monde islamique, l'immigration, la
lutte contre le terrorisme et l'extrémisme violent ainsi que le plan décennal de l'Organisation de la
Coopération Islamique.
La délégation mauritanienne à ce
sommet comprend, en plus du mi-
nistre, SEM. Mohamed Ahmed Ould
Mohamed Lemine, ambassadeur de
Mauritanie en Turquie et M. Houceïn Ould Deih, directeur du Monde
arabe et des Organisations islamiques au ministère des Affaires
étrangères et de la Coopération.
Hodh El Gharbi :
Financement de 18 projets pour 21 organisations de base
Vingt et un (21) contrats de micro financement au profit de 21 Organisations de base (OB) dans la wilaya du
Hodh El Gharbi pris en charge par le
Programme de l’Union Européenne
pour la Société civile et la Culture
(PESCC) ont été signés jeudi à
Aïoun.
Ces financements, qui totalisent 21,2
millions d'ouguiya, par le biais du
Fonds d'appui aux organisations de
base, ont été octroyés à 18 projets
profitant à 21 organisations de base
réparties entre 11 communes de la
wilaya.
Dans un mot pour la circonstance,
M. Ba Alioune Abderrahmane,
conseiller du wali du Hodh El
Gharbi chargé des Affaires juridiques, a loué ce précieux appui du
PESCC dans la wilaya.
Il a précisé que ces micro financements constituent une contribution
réelle au renforcement du développement local qui est une priorité du
Président de la République, Monsieur Mohamed Ould Abdel Aziz,
car visant à réaliser les aspirations
des citoyens dans les différents domaines.
A son tour, le maire adjoint de la
commune d'Aïoun, M. Cheikh El
Bekaye Ould Tar, a exprimé sa satisfaction à l'occasion de la signature
de ces financements en raison de
l'appui matériel qu'ils représentent
pour les organisations de la société
civile afin de les encourager à mettre
en place des projets générateurs de
revenus et soutenir ainsi le développement local.
Le Fonds d'appui aux initiatives locales a octroyé, en février dernier,
dix (10) financements similaires
d’un montant global de 16,8 millions d'ouguiya.
Les travaux d’un atelier de sensibilisation sur l'intégration des Objectifs du Développement Durable
(ODD) dans la stratégie nationale de
développement, dénommée Stratégie de Croissance Accélérée et de
Prospérité Partagée (SCAPP 20162030) ont débuté jeudi à Nouakchott.
Les participants à cet atelier de deux
jours, organisé par le ministère de
l'Economie et des Finances avec la
collaboration du PNUD, suivront
des exposés relatifs aux ODD à l'horizon 2030, les différences avec les
OMD, l'approche onusienne dans
l'exécution de cette stratégie et les
mécanismes suivis pour accompagner les Etats membres dans sa mise
en oeuvre, en particulier dans les
pays les moins développés.
Un exposé sera également présenté
sur les premiers résultats de l'évaluation de l'adéquation de la Stratégie nationale avec la Stratégie des
Nations Unies pour le Développement Durable, intervenue après l'expiration des délais du Cadre
Stratégique de Lutte contre la Pauvreté (CSLP), qui s'articule autour
de la croissance, des ressources humaines et de la bonne gouvernance.
Dans une allocution prononcée à
cette occasion, le secrétaire général
du ministère de l'Economie et des
Finances, M. Mohamed Ould
Ahmed Aida, a rappelé l’important
développement économique et social connu par notre pays au cours
des dernières années, grâce à la
clairvoyance du Président de la République, Son Excellence Monsieur
Mohamed Ould Abdel Aziz, "qui a
œuvré à bâtir une société moderne,
développée, compétitive et profondément ancrée dans ses valeurs civilisationnelles".
"Le CSLP et les OMD qui le soustendent arrivant à échéance en 2015,
la réflexion sur une nouvelle vision
au-delà de 2015 a été engagée aux
niveaux national et mondial, et
devra déboucher sur la nouvelle
stratégie de développement du pays
2016-2030, dénommée Stratégie de
Croissance Accélérée et de Prospérité Partagée (2016-2030)" a-t-il
ajouté.
M. Ould Ahmed Aida a remercié le
bureau régional du PNUD pour son
important appui en ce moment crucial de préparation de la SCAPP.
Le représentant résident adjoint du
PNUD, M. José Levy, a mis en
exergue la grande importance que
revêt, pour le système des Nations
Unies, le présent atelier de sensibilisation et de formation sur l'intégration des ODD dans la planification
nationale.
L'atelier "offre l'opportunité aux acteurs de développement de la Mauritanie de se familiariser avec les
outils indispensables à la mise en
oeuvre du programme de développement post- 2015, adopté le 25 septembre dernier par les Chefs d'Etat
et de gouvernement à New York" at-il ajouté.
Il a réitéré, enfin, la disponibilité du
PNUD, de concert avec toutes les
agences du système des Nations
Unies résidentes et non résidentes et
d'autres partenaires techniques et financiers, à œuvrer avec le gouvernement à l'intégration des ODD
dans les politiques publiques et à accompagner l'accélération de leur
réalisation.
La cérémonie de lancement des activités de l'atelier s'est déroulée en
présence des secrétaires généraux
des ministères de l'Education nationale et de la Santé.
HORIZONS N° 6747 DU VENDREDI 15 SAMEDI 16 DIMANCHE 17 AVRIL 2016
ACTUALITE
Sensibilisation sur les impacts des PCB
Les travaux d'un atelier national de
sensibilisation sur les impacts des
polychlorobiphényles (PCB) sur
l'environnement et la santé humaine
ont débuté jeudi à Nouakchott.
L'atelier, organisé par le ministère de
l'Environnement et du Développement durable en partenariat avec le
Centre régional de la Convention de
Bâle et le Centre régional de la
Convention de Stockholm pour les
pays d'Afrique francophone, vise le
renforcement des capacités des acteurs sur la problématique de gestion
des polluants organiques persistants
utilisés comme produit de congélation dans les générateurs et les climatiseurs électriques.
Le secrétaire général du ministère de
l'Environnement et du Développement durable, M. Madi Ould Taleb,
a rappelé les besoins d'aide, exprimés à la dernière réunion organisée
par la commission de coordination
du Projet régional de Gestion rationnelle des Déchets liquides chimiques
dangereux tenu au Togo en juin dernier, dans le domaine de la sensibilisation sur les risques des déchets
dangereux sur la santé publique et
l'environnement conformément aux
dispositions de l'article 10 de la
Convention de Stockholm sur les
polluants organiques persistants et
présents essentiellement dans les
huiles utilisées dans les générateurs
électriques, notamment anciens.
M. Madi Ould Taleb a également indiqué que le département a décidé
d'organiser cet atelier en partenariat
avec toutes les parties concernées
par la gestion de ce produit.
Il a précisé que cette rencontre sera
aussi une opportunité pour l'échange
d’expériences et d’avis en vue de la
présentation des acquis du projet et
de l'identification des insuffisances
et des défis, afin de permettre aux
coordinations nationales et régionales de mieux s'armer pour éliminer ces produits en mettant à
contribution les moyens les plus
sûrs.
Le directeur du Centre régional des
Conventions de Bâle et de Stockholm, Dr Michel Sik, a conforté l'assistance quant à l'engagement
indéfectible du Centre à appuyer la
Mauritanie dans la mise en oeuvre
des deux conventions précitées.
"En effet, a-t-il dit, la Mauritanie
participe au Programme de renforcement des capacités et assistance
pour les plans nationaux de mise en
oeuvre de la Convention de Stockholm dans les pays africains les
moins avancés et les petits Etats insulaires en développement -CEDEAO +4". Il a affirmé que la
Mauritanie a réalisé, avec succès,
ses inventaires et son plan d'action
d'élimination des PCB.
Le coordinateur du Projet régional
PCB, M. Massamba N’Dour, a loué
les relations de partenariat existant
entre la Mauritanie et ce projet, malgré sa récente adhésion en 2011, à
travers les directions de l'Environnement et la SOMELEC.
La cérémonie d’ouverture de l’atelier s'est déroulée en présence des
secrétaires généraux des ministères
du Pétrole, de l'Energie et des Mines
et de l'Hydraulique et de l'Assainissement ainsi que des représentants
des secteurs concernés.
Page 5
Conférence de l'initiative
des Imams et des Oulémas
L'Initiative des Imams, des Oulémas
et de la Société civile pour la réconciliation issue du Réseau des Imams
et des Oulémas pour la Protection de
l'Enfance et l'Action de Bienfaisance, a organisé, jeudi à Nouakchott, une conférence sous le thème:
"l'intérêt général et son rôle dans le
maintien de l'ordre public".
A cette occasion, le président du Réseau, l'Imam Hademine Ould Saleck, a indiqué que la balance des
intérêts a connu aujourd'hui un dysfonctionnement dans le monde islamique du fait du flou entourant les
normes du bien et celles du mal.
De son côté, Dr Mohamed Abderrahmane Ould Cheikh Mohamed,
président du Regroupement des Oulémas et des Imams de Mosquées en
Mauritanie, a présenté un exposé détaillé sur l'intérêt général et son rôle
dans le maintien de l'ordre public.
Il a ensuite axé sur un certain nombre d'axes relatifs au thème central
de la conférence et souligné que l'intérêt général est le seul moyen permettant aux gens de bien vivre dans
cette vie et dans l'au-delà. Il a appelé
à revoir les idées figées, à faire ressortir la vérité et à barrer la route
aux tentatives visant à porter atteinte
à la religion.
La conférence s'est déroulée en présence du président de l'Union des
Oulémas et des Imams, de certaines
personnalités de la société civile et
de plusieurs Oulémas et Imams de
mosquées.
Le wali du Trarza poursuit sa
visite des services régionaux
Atelier régional sur l'échange des
expériences entre les OSC
Les travaux d'un atelier régional sur
l'échange des expériences entre les
Organisations de la Société Civile
(OSC), la définition des priorités au
développement et l'extension des interventions des organisations concer
nées dans les différents domaines du
développement ont démarré, jeudi, à
Nouakchott.
La rencontre, la seconde du genre
dans ce sous-secteur, porte sur la
présentation d'une vision globale sur
les différents services publics avec
l'identification de ceux qui doivent
bénéficier en priorité dans le cadre
des interventions des OSC.
L'atelier, organisé conjointement par
le Réseau des OSC pour la Promotion de la Citoyenneté et le Programme de l'Union Européenne
pour la Société Civile et la Culture
(PESCC), vise à mettre en exergue
le rôle joué par la société civile pour
contribuer à la promotion et au développement des différents services
publics du pays.
Le directeur des Relations avec la
Société civile au ministère des Relations avec le Parlement et de la Société civile, M. Mohameden Ould
Horma, a indiqué à cette occasion,
que le gouvernement mauritanien
oeuvre, sur instructions du Président
de la République, Monsieur Mohamed Ould Abdel Aziz, à renforcer
les capacités des acteurs non gouvernementaux afin d'optimiser leur
contribution au développement durable généralisé, au profit de la nation et des citoyens. Il a ajouté que la
rencontre vise par ailleurs l'ancrage
de la concertation et de l'échange des
données et des expériences entre les
OSC ainsi qu'à développer le partenariat entre tous les acteurs du développement.
Le président du Réseau des OSC
pour la Promotion de la Citoyenneté,
M. Mahmoud Mohamed Khairou,
s'est appesanti sur le rôle de la société civile dans la redynamisation
et la promotion des différents services publics et l'impulsion de l'action du développement.
Les activités des OSC viennent en
complément des efforts déployés par
le gouvernement d'où la nécessité
pour les deux parties de présenter
une vision générale des priorités de
développement qui doivent bénéficier de l'intervention, a-t-il noté.
La responsable du Renforcement
des Capacités des OSC au niveau du
PESCC, Mme Esther Gil, a souligné
l'importance de ce type d'atelier
d'échange d'expériences entre les
différentes OSC afin de renforcer
leur rôle dans le développement et
de promouvoir les services publics
pour améliorer leurs prestations en
faveur des citoyens.
Elle a rappelé l'attention accordée
par le PESCC au renforcement des
capacités de la société civile à travers la formation et la sensibilisation.
Le wali du Trarza M. Saydou Hassan Sall, a effectué, jeudi, une visite
au niveau des services régionaux relevant de la wilaya.
Cette visite a englobé la direction régionale de la Jeunesse et des Sports;
les directions de l'Environnement et
du Développement durable, de la
Culture et de l'Artisanat; la Société
Mauritanienne d'Electricité, la Représentation de l'Agence "Tadamoun" pour la Lutte contre la
Pauvreté, les Séquelles de l'Esclavage et pour l'Insertion au Trarza.
Ces visites, qui se sont poursuivies
pour toucher l'ensemble des services
régionaux de la wilaya, ont permis
au wali d'être édifié, sur le terrain,
par rapport à la situation et à la
marche des directions et services régionaux et de connaître de près, les
problèmes qui leur sont posés.
A cette occasion, le wali a suivi des
explications et commentaires présentés par les responsables régionaux qu’il a exhortés à davantage
d'action et de rigueur pour régler les
problèmes rencontrés par les citoyens.
Il les a également invités à faire de
l'administration un outil au service
du développement destiné à rapprocher les prestations des populations
qui sont finalement l'objet et la finalité de l'activité des pouvoirs publics.
Météo:
Hausse de températures
sur l'ensemble du pays
La situation météorologique en
Mauritanie sera caractérisée, au
cours de la journée, par un temps
marqué par la présence d'un couloir
dépressionnaire sur la bande Sud,
l'Ouest et le centre du pays occasionnant des hausses de températures sur l'ensemble du pays et
particulièrement sur le Gorgol, le
Guidimagha, le Brakna, le Trarza y
compris Nouakchott, Dakhlet Nouadhibou, l'Inchiri, l'Assaba et le deux
Hodhs.
Les vents seront modérés à forts de
direction Nord-est à Est et tournant
dans l'après midi au secteur Nordouest le long du littoral.
La visibilité sera affectée par sable
sur le centre, le Sud et le Sud-est du
territoire.
HORIZONS
Page 6
N° 6747 DU VENDREDI 15 SAMEDI 16 DIMANCHE 17 AVRIL 2016
ENVIRONNEMENT
Changements climatiques
Quelles conséquences sur les ressources en eau (2)
Environ 40% de la population d’Afrique subsaharienne
n’a pas accès à l’eau potable. C’est le continent où l’accès à une eau de qualité est le plus limité, selon le quatrième rapport de l’Onu sur l’eau. Pourtant, l’Afrique
compte dix-sept grands fleuves et une centaine de grands
lacs, auxquels s’ajoutent de considérables nappes phréatiques.
L’eau et les changements climatiques sont régulièrement
cités parmi les crises les plus graves que l’humanité aura
à affronter pendant les prochaines décennies. En fait, les
liens entre les deux enjeux sont si étroits que l’on devrait
peut-être plutôt y voir un seul et unique enjeu. La publication par le Groupe des Expert Intergouvernemental sur
l’Evolution du Climat (GIEC) d’un rapport sur le thème
permet de fournir un tableau d’ensemble des conséquences du changement climatique sur les ressources en
eau.
Le réchauffement des températures
et les impacts qui lui sont associés
auront également des conséquences
sur la qualité de l’eau disponible
pour la consommation humaine. Il a
ainsi été observé que le réchauffement de la température des lacs et
des rivières entraîne une dégradation
de leur qualité aussi bien en termes
biologiques que chimiques. L’intensité accrue des précipitations pourrait aggraver la pollution de l’eau,
dans la mesure où ces précipitations
emmèneraient avec elles davantage
de polluants vers les aquifères souterrains, et ce d’autant plus que
l’érosion associée à des précipitations intenses rend ces substances
plus mobiles. L’érosion a aussi pour
conséquence d’accroître la turbidité
de l’eau. Si les précipitations et le
débit des rivières sont trop importants, voire s’ils entraînent des inondations, ils risquent de saturer les
systèmes de récupération et de traitement des eaux usées, avec à la clé
un risque accru de contaminations
ou de décharges intempestives. Si à
l’inverse ils sont trop faibles, la
quantité d’eau disponible ne suffira
pas à dissoudre de manière satisfaisante les polluants…
d’eau, ou inversement d’une surabondance d’eau entraînant inondations
ou
destructions
d’infrastructures. L’agriculture serait
particulièrement touchée par une
baisse de la disponibilité de l’eau,
alors même que le problème de la
sécurité alimentaire de la population
mondiale revient sur le devant de la
scène. De nombreuses industries
souffriront également du manque
Conséquences économiques
Ce tableau d’ensemble, déjà peu réjouissant, ne tient pas compte des
impacts économiques d’une pénurie
d’eau, au premier rang desquels le
secteur de l’énergie, dont le besoin
en eau est loin de se réduire à l’hydroélectrique.
Une autre conclusion tirée par le rapport du Groupe des experts intergouvernemental sur l’évolution du
climat (GIEC) est que les systèmes
actuels de gouvernance de l’eau ne
sont pas en mesure de faire face aux
défis liés au changement climatique.
L’expérience hydrologique passée,
selon ces experts, ne peut plus
constituer un guide fiable pour le
futur. L’ampleur et la complexité de
ces
L’accès à l’eau, une priorité
La nature n’étant pas la principale responsable du faible taux d’accès à l’eau potable de la population africaine, d’autres pistes doivent être explorées, afin de mieux cerner les raisons de la gravité de
la situation. Par conséquent, d’autres barrières, à l’exploitation et à
la distribution, peuvent exister. Il faut donc entrer dans la sphère des
usages économiques, politiques et sociaux, pour les appréhender.
C’est donc la question de la gestion de la ressource qui est en jeu.
Toutefois, une approche réductrice consisterait à considérer l’utilisation de l’eau, comme la simple ponction, qui en est faite par les
États et les populations. Ce serait alors restreindre l’acte d’exploiter, à des tâches essentiellement techniques : pomper, traiter, distribuer, user, collecter et rejeter. Bien que ces actes techniques soient
incontournables, une exploitation efficace de l’eau doit obligatoirement veiller à ce que ses cinq fonctions parallèles soient réalisées :
santé, habitat, transport, production et culture. Cela implique des
forces politiques, économiques et sociales favorables.
phénomènes impliqueraient de repenser totalement les cadres de pensée traditionnels des décideurs et des
scientifiques en matière de gestion
de l’eau, et en particulier de mettre
davantage l’accent sur la gestion de
la demande, c’est-à-dire sur les
usages et la conservation de l’eau.
Or, pour l’instant, l’accent est plutôt
mis sur les solutions purement techniques comme le dessalement ou les
infrastructures de très grande
échelle. Outre qu’on peut s’interroger sur leur bénéfice économique,
sur leur impact environnemental et
sur leur accessibilité aux pays les
plus pauvres, des techniques et projets de ce type ne semblent pas marqués
par
une
conception
particulièrement innovante de la
gouvernance de l’eau.
Le manque d’eau,
un concept à préciser
Le manque d’eau est un concept difficile à évaluer. En effet, il fait intervenir des mesures quantitatives pour
déterminer le nombre annuel de m3
disponibles, par personne, au sein
d’un pays. Il n’est pas forcément représentatif de l’hétérogénéité d’un
territoire, de sa population, et des
différents usages de l’eau. Le
concept du manque d’eau cible en
fait les pays pour lesquels les ressources en eau sont faibles, ce qui ne
signifie pas obligatoirement que la
population souffre d’un accès limité
à l’eau potable. Inversement, une
population qui vit dans un pays, avec
une disponibilité importante en eau
renouvelable, ne dispose pas systématiquement d’une eau salubre.
D’un point de vue scientifique, le
manque d’eau permanent trouve son
origine dans deux phénomènes principaux, à savoir l’aridité et la désertification.
Respectivement, le premier est naturel et résulte de précipitations faibles
et d’un sol peu spongieux, tandis que
le deuxième dépend de l’Homme,
qui a appauvri les sols et a exploité
abusivement les eaux souterraines.
Ce manque d’eau est irréversible et
oblige les populations à le prendre
en compte dans sa gestion du territoire. Selon une optique hydrologique, le manque d’eau peut être
temporaire et surgir de manière aléatoire. Ainsi, les sécheresses marquent un état naturel, mais
temporaire de manque d’eau, à la
suite d’une période de précipitations
inférieures à la moyenne.
Urgence de l’eau en Afrique
subsaharienne
Il apparaît clairement qu’il existe un
décalage entre la rareté en eau, au niveau physique et hydrologique, et sa
pénurie, dont peut souffrir une population. Bien que l’OMS fixe le minimum décent à 50 litres/hab./jour,
44 pays ne remplissent pas ces
conditions, dont 31 en Afrique. Plus
grave encore, seulement 3 pays, sur
les 22 dont la population dispose de
moins de 20 litres/jour, n’appartiennent pas au continent africain.
L’Afrique subsaharienne se trouve
dans l’urgence.
Les ressources en eau que l'on peut
gérer, ou le potentiel de développement, correspondent à cette partie
des ressources en eau qui est disponible pour le développement selon
des considérations économiques
données. Ce dernier chiffre prend en
compte des facteurs divers, comme
par exemple la variabilité des écoulements, les crues, les eaux souterraines exploitables, les écoulements
minima pour l'utilisation non
consommatrice nette d'eau, etc.
Il est aussi appelé potentiel de développement des ressources en eau.
Dans la région soudano-sahélienne,
38% des variations dans l’accès à
l’eau sont expliquées par les quantités de ressources disponibles. Mais,
comme la pente est positive, cela signifierait que plus les pays ont des
ressources, moins leur population
ont accès à une eau potable. Le facteur naturel ne semble donc pas déterminant dans l’accès à cette eau.
Dans la question de l’accès à l’eau
potable sur le continent africain, le
rôle de la nature doit donc être relativisé.
Le problème se pose davantage en
termes de disponibilité effective, et
relève par conséquent, d’une insuffisance des infrastructures de traitement et de distribution de l’eau.
Les origines de cette insuffisance
sont plus obscures, surtout dans les
villes, qui offrent une densité de population élevée, qui garantirait la
rentabilité des investissements de
sociétés de distribution.
(A SUIVRE)
Baba D. TRAORE
cjpodzara@yahoo.fr
HORIZONS
N° 6747 DU VENDREDI 15 SAMEDI 16 DIMANCHE 17 AVRIL 2016
MAGAZINE
Page 7
Hygiène de vie
Videz votre côlon des déchets toxiques avec cette boisson naturelle
Pour nettoyer le côlon, cette
recette naturelle qui favorise
l’élimination des déchets se
révèle très efficace… Elle ne
nécessite que 4 ingrédients :
pomme, miel, graines de chia
et graines de lin moulues. Explications.
Le côlon : un organe essentiel
pour éliminer les déchets du corps.
Après le foie, le côlon est un organe
qui joue le rôle de station d’épuration au sein de l’organisme car il favorise l’élimination des déchets
toxiques. Il s’agit de la partie du gros
intestin qui part de l’intestin grêle et
va jusqu’au rectum. Sa longueur
varie entre 1,5 m et 1,80 m. Le côlon
a pour fonction de digérer les nutriments qui n’ont pas été assimilés par
l’intestin grêle.
Nettoyer le côlon : un geste
important pour rester en bonne santé
En général, il est recommandé de
nettoyer le côlon au moins deux fois
par an pour permettre d’éliminer les
toxines et autres déchets qui s’accumulent à l’intérieur. Un côlon sain
favorise une meilleure digestion et
permet de prévenir les maladies, en
particulier le cancer du côlon. L’évacuation n’est pas suffisante car des
déchets peuvent rester à l’intérieur.
Mais il existe des astuces naturelles
pour le nettoyer efficacement. Voici
l’une de ces méthodes, qui date de
l’Antiquité grecque. Aux États-Unis,
les Américains ont découvert cette
méthode dans les années 1930 seulement.
Comment savoir si votre côlon a besoin d’être purifié ?
Les symptômes les plus courants
d’un côlon en mauvaise santé sont
les suivants :
Des selles irrégulières à cause d’une
digestion de plus en plus difficile
Des troubles digestifs plus fréquents
: constipation, diarrhée, ballonnements, gaz, flatulences, etc.
Présence de parasites dans l’intestin
qui irritent les parois intestinales
Colite : inflammation chronique du
côlon provoquée par la prise de certains médicaments
Fatigue, baisse d’énergie
Sautes d’humeur, stress, irascibilité, etc.
Diminution de la concentration
Une mauvaise hygiène alimentaire
est souvent à l’origine d’un côlon
surchargé. Souvent, la viande et certains aliments transformés ne sont
pas toujours correctement digérés.
Résultat : ils restent coincés dans le
côlon, entraînant une accumulation
de mucus et de toxines dans le corps,
qui vont déclencher des maux de
tête, de la fatigue, une prise de poids,
etc.
Quels aliments privilégier
pour avoir un côlon sain ?
Pour favoriser le nettoyage de votre
Voici pourquoi il ne faut plus dormir sur le côté droit
Quand il s’agit des positions du
sommeil, chacun de nous choisit
celle qui lui convient le mieux :
sur le ventre, le dos ou sur l’un des
côtés, l’essentiel est d’être confortablement installé et de profiter
d’une bonne nuit de sommeil.
Pourtant, les experts de la santé
déconseillent certaines de ces positions à cause de leur effet néfaste
sur la santé.
Comment la position de sommeil
peut affecter votre santé ?
Si vous êtes sujet à l’une des
conditions suivantes, arrêtez immédiatement de dormir sur le côté
droit !
Femmes enceintes :
Ce conseil n’est pas forcément applicable puisqu’on n’est pas
conscient de notre position de
sommeil, mais les médecins recommandent aux femmes enceintes d’éviter de dormir sur le
côté droit et voici pourquoi (entre
autres) :
1. Baisse du flux sanguin au niveau de l’utérus : dormir sur le
côté droit fait peser le poids de
l’utérus sur la veine cave qui se
trouve sur le côté droit de la colonne vertébrale, ce qui la comprime et gêne la circulation du
sang.
2. À cause de quelques kilos en
plus, dormir sur le côté droit pendant une durée prolongée peut
comprimer le foie et l’endomma-
ger.
3. La conséquence la plus horrifiante est l’augmentation du risque
de mort à la naissance. Ce risque
est encore plus élevé durant les 3
derniers mois de grossesse. En
effet une étude parue dans le Journal of Medicine a montré que le
risque d’enfant mort-né passerait
de 1.96/1000 chez les femmes
ayant dormi sur la gauche la veille
de l’accouchement à 3.93/1000
chez celles ayant dormi sur le dos
ou le côté droit.
Pour votre santé :
Dormir sur le côté droit n’est pas
bénéfique pour la santé des
femmes enceintes, mais aussi pour
chacun d’entre nous. Voici les différents problèmes de santé que
peut causer cette position :
1. Brûlures d’estomac
En dormant sur le côté droit, l’estomac et le pancréas, principaux
responsables du processus de digestion, se retrouvent dans une position qui n’est pas naturelle et qui
les force à vider leur contenu de
manière prématurée, ce qui se traduit par des reflux et des brûlures
d’estomac.
2. Engourdissement
Si vous êtes habitué à dormir sur
votre côté droit (ou même
gauche), vous allez probablement
vous réveiller chaque matin avec
le bras engourdi. Ceci est dû au
fait que la majeure partie de votre
poids pèse sur votre bras et limite
la circulation sanguine à son niveau. Ce trouble est communément appelé « bras en caoutchouc
» car en dormant, vous exercez
une forte pression sur vos nerfs, ce
qui engendre une sensation de picotement et de fourmillement dans
le bras. Cette sensation désagréable risque de vous réveiller au milieu de la nuit et de vous empêcher
de vous rendormir par la suite. Si
elle se produit souvent, cette sensation d’engourdissement pourra
causer l’insomnie – un trouble du
sommeil assez récurrent.
3. Précancérose (des lésions qui
peuvent évoluer en cancer)
Comme expliqué un peu plus haut,
dormir sur le côté droit favorise le
reflux gastro-oesophagien (RGO)
qui consiste en la remontée d’une
partie du contenu de l’estomac
dans l’œsophage. Puisque ce dernier n’est pas conçu pour supporter l’acidité, un reflux fréquent
peut entraîner une inflammation
ou des lésions de sa paroi qui risquent d’évoluer en cancer.
Toutefois, il faut savoir que dormir
sur le côté droit n’est pas néfaste à
100% et a aussi sa part de bienfaits
: cela permet de réduire la pression
artérielle et aide à dégager le cœur
du poids des autres organes, notamment le poumon, favorisant
ainsi un bon flux sanguin et une
régulation du rythme cardiaque.
côlon, si vous optez pour des fruits
et des légumes, assurez-vous de privilégier ceux qui sont riches en fibres et qui possèdent des nutriments
essentiels permettant le bon fonctionnement de l’organisme comme
la pomme, la poire, les mûres, les
fraises, la groseille, les fruits séchés
tels que figues, pruneaux, etc. Pour
les légumes : l’aubergine, la courgette, les asperges, les poireaux, les
carottes, les petits pois, etc.
Une méthode efficace pour
nettoyer le côlon
Cette technique de nettoyage du
côlon que nous vous recommandons
ici est riche en fibres, en vitamines
et en minéraux qui vont vous aider à
éliminer efficacement les toxines accumulées dans le côlon.
La recette !
Ingrédients :
1 pomme
1 cuillère à soupe de miel
1 cuillère à soupe de graines de chia
1 cuillère à soupe de graines de lin
moulues
1 tasse d’eau
Instructions de préparation :
Commencez par mélanger tous les
ingrédients à l’exception des graines
de chia. Ensuite, vous allez ajouter
les graines de chia puis verser l’eau.
Mélangez continuellement jusqu’à
ce que vous constatiez une augmentation de volume des graines de chia.
Votre boisson pour nettoyer le côlon
est prête à l’emploi !
Il faut consommer cette boisson
deux fois par jour (au réveil à jeun
et avant de se coucher) en cure de 15
à 20 jours en moyenne (privilégier
une alimentation saine en parallèle,
en mangeant des fruits et légumes
riches en fibres).
Il faut garder à l’esprit que les aliments riches en fibres nécessitent de
boire beaucoup d’eau. Il est donc
important pendant toute la durée de
la cure de boire pour maintenir une
hydratation optimale de votre corps
et éliminer efficacement les toxines
(boire au minimum 1,5L d’eau par
jour).
Bienfaits des ingrédients :
Les pommes sont un ingrédient de
base dans cette recette en raison de
leur forte concentration en fibres solubles qui va favoriser la sensation
d’être rassasié. Les pommes contiennent aussi des fibres insolubles qui
permettent d’augmenter le volume
des selles et de prévenir la constipation.
Dans cette recette, les graines de lin
sont un autre aliment magique pour
purifier le côlon. Grâce à leur forte
concentration en fibres, elles favorisent l’assimilation des nutriments
lors du processus digestif. Les
graines de lin favorisent le passage
des aliments dans le tractus gastrointestinal, permettant ainsi de réduire le risque de cancer du côlon
grâce à leur concentration en antioxydants. Les graines de lin contiennent des omégas-3, considérés
comme des acides gras particulièrement bénéfiques pour la santé.
Les graines de chia sont riches en fibres, essentielles pour un tube digestif en bonne santé. Elles
favorisent l’élimination des toxines,
le confort intestinal et la perte de
poids. Les nutriments essentiels
contenus dans les graines de chia
sont facilement assimilés par l’organisme. Les acides gras omégas-3
contenus dans cet ingrédient sont
très bénéfiques pour la santé cardiovasculaire.
Contre-indications :
Graines de lin : elles sont contre-indiquées aux enfants de moins de 6
ans, aux en cas d’occlusion intestinale, aux personnes qui souffrent du
syndrome du côlon irritable, de diabète, de troubles de la tyroïde… Demandez l’avis de votre médecin
traitant pour éviter toute interaction
avec un autre médicament.
Graines de chia :
Le chia contient une substance allergène qui n’a pas encore été clairement établie. Il est déconseillé aux
personnes qui sont allergiques aux
graines de sésame ou de lin, par
exemple. Les graines de chia sont
aussi déconseillées aux personnes
qui souffrent de cancer de la prostate
et à celles qui suivent un traitement
lié aux maladies du sang, en raison
de leur effet anticoagulant.
Sidi Moustapha Ould BELLALI
bellalisidi@yahoo.fr
HORIZONS
N° 6747 DU VENDREDI 15 SAMEDI 16 DIMANCHE 17 AVRIL 2016
Page 8
ECONOMIE
Agriculture:
L'Afrique pourrait cultiver plus de blé pour se nourrir
P
our lutter contre la famine et la flambée du
prix des céréales qui
ravagent l'Afrique, un rapport publié par le Centre international d'amélioration du
maïs et du blé, une ONG
basée à Mexico, à l'occasion
d'une conférence sur le blé
en Ethiopie, propose de développer la culture du blé dans
le continent. Cette étude, qui
dresse un état des lieux de
douze pays, souligne que les
agriculteurs au sud du Sahara ne cultivent que 44 % du
blé consommé localement.
Surtout, ils ne font pousser
que 10 % à 25 % des quantités que les chercheurs considèrent comme à la fois
réalisables d'un point de vue
biologique et rentables d'un
point de vue économique – le
seuil de rentabilité ayant été
fixé à 200 dollars (154 euros)
par hectare.
"L'Afrique subsaharienne possède
d'importantes étendues de terres propices à la production de blé de façon
rentable et sans irrigation, compte
tenu des conditions de précipitations", affirment les auteurs de
l'étude. Ainsi, huit des pays étudiés,
au premier rang desquels le Rwanda,
le Burundi et l'Ouganda, pourraient
utiliser chacun au moins 500 000
hectares de terres disponibles, essentiellement en zone montagneuse.
"Le blé est cultivé depuis très longtemps en Afrique mais il n'occupe
aujourd'hui qu'une place marginale
dans la production de céréales, loin
derrière le maïs, le riz et le sorgho",
relève Yves Vigouroux, chercheur
spécialiste des céréales africaines à
l'Institut de recherche pour le développement (IRD).
Si le blé s'avère bien implanté en
Ethiopie, au Kenya et en Afrique du
Sud, l'ensemble des pays d'Afrique
subsaharienne en ont produit seulement 6 millions de tonnes en 2010,
contre 55 millions de tonnes de
maïs, 18 de riz, 17 de sorgho et 10
de mil, selon l'Organisation des Nations unies pour l'alimentation et
l'agriculture (FAO).
Consommation en hausse
dans les villes
Or, la consommation de blé ne cesse
d'augmenter dans le continent, tirée
par le développement rapide des métropoles. "Contrairement à ceux des
campagnes, les habitants des villes
consomment essentiellement du blé,
sous forme de pain, et du riz, pour
des questions de praticité. Les céréales traditionnelles, comme le mil,
beaucoup plus longues à préparer,
s'avèrent maintenant réservées aux
fêtes", explique Yves Vigouroux.
De fait, les importations de blé explosent. Elles étaient ainsi de 38 millions de tonnes en 2010, contre 9
millions pour le riz, 1,4 million pour
le maïs et 1,2 million pour le sorgho,
selon les chiffres de la FAO. A tel
point que l'Afrique représente aujourd'hui 15 % de la demande mondiale en blé.
Flambée des prix
Un changement de régime alimentaire coûteux alors que le prix des
céréales flambe sur les marchés.
Avec 347 dollars (269 euros) la
tonne en juillet (+ 13 % par rapport
à 2011), les importations de blé coûteront cette année 12 milliards de
dollars aux pays africains.
"Le blé n'est pas une céréale africaine, ce n'est pas une céréale tropicale, mais de nombreux gouvernements veulent la produire localement au lieu de payer pour l'importer", explique Hans-Joachim Braun,
directeur du programme blé pour le
Centre international d'amélioration
du maïs et du blé. "Si l'Afrique ne va
pas vers l'autosuffisance en blé, elle
pourrait devoir faire face à de nouvelles famines, à l'instabilité, voire à
la violence politique, comme les
émeutes du pain l'ont montré en
Afrique du Nord il y a quelques années", estime Bekele Shiferaw, un
des auteurs de l'étude. En 2008, la
Zambie et le Rwanda ont échappé à
de fortes hausse des prix du blé sur
les marchés internationaux grâce à
leur production intérieure, fait valoir
le rapport.
Augmenter les rendements
Atteindre l'autosuffisance pour la
consommation de blé risque toutefois d'être long. "Les rendements des
cultures africaines sont aujourd'hui
très bas, jusqu'à vingt fois inférieurs
à ceux en France, note Yves Vigouroux.
En généralisant le labour et en utilisant un minimum d'intrants, comme
de la fertilisation organique animale,
on pourrait augmenter le rendement
de façon significative, davantage
que la croissance de la population."
Mais rien ne sert d'augmenter les
rendements si l'on ne peut pas commercialiser sa production. "Le potentiel biologique est là. Mais il faut
aussi avoir accès aux marchés. Le
gros problème est l'infrastructure
routière. Cela ne sert pas à grandchose si l'exploitation agricole est
loin des villes", ajoute Hans-Joachim Braun, appelant à un soutien
des gouvernements et des agences
de développement
Culture du blé : un enjeu
majeur pour l’Afrique
A l’heure où l’Occident perd de sa
superbe, l’Afrique peut envisager
des perspectives solides de croissance à long terme. Plusieurs facteurs plaident en faveur du
développement du continent.
En premier lieu, de nombreux pays
disposent d’une meilleure stabilité
politique et ont mis en route des réformes économiques intéressantes.
En deuxième lieu, le continent Africain regorge de richesse, Il détient
10% des réserves mondiales pétrolières, 40% du gisement d’or et surtout 60% des terres arables non
cultivées du monde. Or la demande
mondiale en pétrole, gaz naturel, minerais, denrées alimentaires et autres
ressources naturelles ne cesse de
croître. L’agriculture, notamment,
devient un enjeu majeur pour
l’Afrique de demain.
L’agriculture est un
secteur d’avenir
L’agriculture africaine est encore
trop souvent une agriculture de subsistance, basée sur de petites exploitations qui n’ont pas toujours accès
aux nouvelles technologies et
conservent des rendements faibles.
Pourtant, depuis quelques temps, les
prémices d’une “révolution verte” se
font jour dans un certain nombre de
pays d’Afrique. Le gouvernement
ghanéen, notamment, s’est lancé
dans une politique de distributions
d’intrants qui permet aux paysans
d’améliorer leurs rendements.
L’accroissement de la production
agricole a un double intérêt : améliorer l’indépendance alimentaire
des pays et développer des filières
fortes qui pourront, à terme, constituer un relais de croissance important pour l’Afrique.
Le blé, enjeu majeur pour
la sécurité alimentaire
Dans cette optique, il existe aujourd’hui un enjeu majeur autour du
blé en Afrique. En effet, la demande
ne cesse d’augmenter (la consommation individuelle est passée de 25
kg à 50 kg par an entre les années 60
et aujourd’hui) et la plupart des pays
sont dépendants des importations. A
l’heure actuelle, la production domestique de blé ne couvre que 40%
des besoins. Or, comme le cours
mondial du blé ne cesse d’augmenter, l’importation de blé en Afrique
représentera en 2012 un coût de 18
milliards d’euros.
A ce prix-là, le CIMMYT (Centre
international pour l’amélioration des
cultures de blé et du mais) considère
qu’il serait bien plus efficace de cultiver le blé directement en Afrique.
Le climat n’y est pas favorable dans
certaines régions mais les conditions
semblent réunies dans de nombreux
pays d’Afrique subsaharienne.
“Terres disponibles, sols et climat
adaptés, main d’oeuvre bon marché,
population urbaine et revenus en
hausse” sont les avantages mis en
avant par Bekele Shiferaw, directeur
du programme socio-économique du
CIMMYT.
Dans certains pays, comme le
Rwanda, le Burundi ou l’Ouganda,
les rendements pourraient rapidement atteindre 4 tonnes par hectare,
là où le rendement mondial moyen
tourne autour de 3 t/ha. Cela donne
une idée du potentiel qui existe pour
le blé en Afrique.
L’objectif à court terme est plus d’atteindre une plus grande indépendance alimentaire que d’exporter
d’éventuels surplus mais rien n’empêche de voir à plus long terme et
d’envisager une filière du blé en
Afrique basée sur une agriculture intensive et moderne capable de
constituer un relais de croissance
important.
Page 9
HORIZONS N° 6747 DU VENDREDI 15 SAMEDI 16 DIMANCHE 17 AVRIL 2016
ANNONCES
AVIS D'APPEL D'OFFRES OUVERT
N°5/T/2016/SNDE
1.Cet Avis d'appel d'offres fait suite à l'Avis Général de Passation des Marchés
paru
dans lejoumal Horizons n06682 en date du 15/01/2015
La SNDE a obtenu des fonds extérieurs dans le cadre de l'exécution de son programme d'investissement, afin de financer les travaux d'entretien, réparation et
de maintenance des conduites d'adduction d'eau de la ville de Nouakchott, à partir du fleuve Sénégal (adduction de l'Aftout) et du champ captant d'Idini. Toutes
les conduites sont en fonte ductile de DN 700, DN 1100, DN 1200 et DN 1400
mm, à revêtement extérieur standard (peinture bitumineuse sur protection en
zinc) ou en polyuréthane dans un délai de vingt quatre (24) mois.
2.Les travaux objet du présent appel d'offres sont constitués par un seul lot .
3.La SNDE sollicite des offres sous pli fermé de la part de candidats éligibles et
répondant aux qualifications requises pour exécuter les travaux précités.
4. Le présent appel d'offres est un Appel d'offres national ouvert.
5. Le présent appel d'offres est ouvert à tous les candidats remplissant les
conditions définies dans le Dossier d'Appel d'Offres.
Les critères de qualification figurent dans le présent avis d'appel d'offres et la
Section III ci¬après du présent DAO. Les soumissionnaires dont l'offre ne répond pas aux exigences de cette section seront disqualifiés.
L'attention des soumissionnaires est attirée sur le fait que l'expression qui indique que les membres d'un groupement doivent respecter un critère dans leur
ensemble signifie que leurs références pour le critère en question seront additionnées. Les références cumulées doivent totaliser 100%.
Une offre qui ne répond pas à l'un des critères ci-dessus sera écartée.
6. Les candidats intérssés peuvent obtenir des informations auprès de :
Siège de la SNDE (Société Nationale d'Eau)
Ksar Château d'eau - Ilot C BP 796 NOUAKCHOTT - Mauritanie,
Tél.: + (222) 452416 03 + (222) 45 2414 56, Fax: -f(222) 45252331 // Secrétariat du Conseiller Responsable de la Cellule des Marchés, 2ème étage
Alle C. /
E-mail: dg.snde{a).gmail.com/cellulemarches.snde@yahoo.com//
Les critères de qualification exigés des soumissionnaires, sous peine de rejet de
leurs offres sont les suivants:
Les candidats intéressés peuvent, contre un paiement non
remboursable de deux cent mille (200 000 UM) Ougui ya, obtenir, à
5.1 Références techniques
5.1.1- Avoir réalisé au moins un marché similaire de nature et complexité
comparables durant les 5 dernières années en tant qu'entrepreneur principal. Un
marché similaire doit comprendre la pose ou la réparation des conduites d'adduction d'eau potable en fonte ductile de diamètre supérieure à 500 mm. Seules
les références attestées par un maître d'ouvrage public seront considérées.
5.1.2 - Le soumissionnaire doit présenter dans son offre la liste du personnel
d'encadrement et des ouvriers spécialisés, affectés à l'exécution des prestations
du présent appel d'offres. Le soumissionnaire doit disposer d'au moins :
a. Un ingénieur (bac +5) en génie civil, en hydraulique ou en électromécanique
ayant une expérience d'au moins trois ans dans les travaux de pose des conduites
de grand diamètre (DN > 500 mm) dans les terrains normaux et inondés. Cet ingénieur doit être un employé permanent pendant la durée de ce contrat.
b. Un chef de chantier diplômé en BT (Bac +2) ayant une expérience d'au moins
cinq ans dans les travaux de pose des conduites de grand diamètre (DN > 500
mm) dans les terrains normaux et inondés. Le chef de chantier doit être un employé permanent pendant la durée de ce contrat »:
La présentation des CV, diplômes et attestations est exigée
Les moyens proposés et non justifiés ne seront pas pris en considération lors de
l'évaluation des offres.
compter du 4 avril 2016 un dossier d'Appel d'offres complet à
l'adresse mentionnée ci-après:
Seules les références attestées par un maître d'ouvrage public seront considérées.
5.1.3 - Le soumissionnaire doit justifier qu'il est propriétaire du matériel nécessaire pour l'exécution des prestations du présent appel d'offres, donné dans la
liste ci¬dessous, en renseignant le tableau suivant:
•1 Pelle à chenilles (10 tonnes, profondeur d'attaque 6 m)
•1 Camion Grue de 5 tonnes
•1 Dispositif de rabattement de nappe notamment les pompes
d'épuisement
•1 Tronçonneuse pneumatique
•1 Compresseur et marteaux piqueurs
•1 Camion de la tonnes
•1 Groupe d'éclairage 3 x 15 00 w sur mât.
La présentation de justificatifs de propriété est exigée. Les moyens proposés et
non justifiés ne seront pas pris en considération lors de l'évaluation des offres.
La SNDE procédera à des inspections inopinées pour s'assurer de la disponibilité permanente des engins et outillage affectés à l'exécution du contrat.
Siège de la SN DE (Société Nationale d'Eau)
Ksar Château d'eau - Ilot C BP 796 NOUAKCHOTT - Mauritanie, Tél.: + (222)
45241603 + (222) 45 2414 56, Fax: -f(222) 45252331
Secrétariat du Conseiller Responsable de la Cellule des Marchés, 2éme étage
Aile C.
E-mail: dg.snde@gmail.com/cellulemarches.snde@yahoo.com
Le paiement se fera par virement dans l'un des comptes suivants:
BMCI compte N° 130334 150193 ouvert au nom de la SNDE,
BCI compte N° 00617811482 ouvert au nom de la SNDE,
GBM compte N° 2404022037 ouvert au nom de la SNDE,
BNM compte N° 3421 ouvert au nom de la SNDE,
BAMIS compte N° 01001302001 94 ouvert au nom de la SNDE,
BANQUE EL AMANA compte N° 07115071150 ouvert au nom de la SNDE,
BPM COMPTE N° 000847821024002000022 000
Le document d'Appel d'offres sera immédiatement remis aux candidats intéressés ou leur sera adressé suivant leur demande et à leurs frais en utilisant le mode
d'acheminement qu'ils auraient choisis.
7.Les offres devront être rédigées en langue française et devront être déposées
à l'adresse indiquée dans le DAO au plus tard le 4 mai 2016 A 12 HOO GMT.
Les offres qui ne parviendront pas à l 'heure et la date ci -dessus indiquées, seront purement et simplement rejetées et retournées aux frais des soumissionnaires concernés sans être ouvertes. Les offres seront ouvertes, en présence des
représentants des soumissionnaires qui désirent assister à l'ouverture des plis et,
à l'adresse ci-après:
Siège de la SNDE (Société Nationale d'Eau)
Ksar Château d'eau - Ilot C BP 796 NOUAKCHOTT - Mauritanie,
Té 1.: + (222) 45 2416 03 + (222) 45 2414 56, Fax: -f (222) 45 25 23 31
Secrétariat du Conseiller Responsable de la Cellule des Marchés, 2éme étage
Aile C.
8.Les offres doivent comprendre une garantie de soumission d'un montant de 3.
000. 000 UM (trois millions d'Ouiya).
5.2 Références financières
5.2 1. Attestation de disponibilité d'autofinancement d'au moins 50.000.000 UM
(cinquante millions d'Ouguiya).
Les offres devront demeurer valides pendant une durée de 90 jours, à compter
de la date limite de dépôt des offres.
5.2.2 Chiffre d'affaires durant les trois dernières années d'au moins 200.000.000
UM (deux cent millions d'Ouguiya).
DIRECTEUR GENERAL
FALL N'GUISSALY
HORIZONS N° 6747 DU VENDREDI 15 SAMEDI 16 DIMANCHE 17 AVRIL 2016
Page 10
ANNONCES
Nom de l'Autorité contractante: Ministère de l'Agriculture/DA
Adresse: MA: Tél: 45257475
Nom de l'Autorité contractante: Ministère de l'Agriculture/DA
Adresse: MA: Tél: 45257475
AVIS D'ATTRIBUTION
PROVISOIRE DE MARCHE
AVIS D'ATTRIBUTION
PROVISOIRE DE MARCHE
Appel d'Offre National N° : DAON N°04/CPMP/SR/DA/MA/2016
Date de publication de l'Avis d'Appel d'Offres: 23/02/2016
Appel d'Offre National N° : DAON N°004/CPMP/SR/DA/MA/2016
Date de publication de l'Avis d'Appel d'Offres: 23/02/2016
Dénomination du marché:Fourniture de semences traditionnelles (lot1)
Dénomination du marché: Fourniture de semences maraichères (lot 2)
Nombre d'offres reçues: 07
Nombre d'offres reçues: 07
Date d'ouverture des offres: 04/04/2016
Date d'ouverture des offres: 04/04/2016
Nom et adresse de l'attributaire provisoire: Ets TAWFIK, NIF 10700414,
Capitale, NKTT-Mauritanie, Tél:(222)45 29 35 58, portable 36 304526.
Nom et adresse de l'attributaire provisoire: Ets Mohamed Mahmoud
Ould Mohamed El Moctar, NIF 10700448, Capitale Nouakchott, BP
: 1419, NKTT-Mauritanie, Tél: (222) 45 295648.
Montant de l'offre retenue provisoirement: 157075000 UM TTC et TVA
Délai de livraison: 2 mois.
Montant de l'offre retenue provisoirement: 46995000 UM TTC et TVA
Délai de livraison: 2 mois.
La publication du présent avis est effectuée en application des Articles 41
et 42 du Code des Marchés publics. Elle ouvre le recours auprès de la Commission de Règlement des Différends de l'Autorité de Régulation des Marchés publics, en vertu de l'Article 53 dudit Code.
La publication du présent avis est effectuée en application des Articles
41 et 42 du Code des Marchés publics. Elle ouvre le recours auprès de la
Commission de Règlement des Différends de l'Autorité de Régulation
des Marchés publics, en vertu de l'Article 53 dudit Code.
L'Autorité contractante doit procéder à la publication de cet avis, immédiatement après l'approbation de l'attribution.
L'Autorité contractante doit procéder à la publication de cet avis, immédiatement après l'approbation de l'attribution.
Nktt, le 14/04/2016.
La PRMP/CPMP/SR
Yacoub Ould HAIBELTY
Nom de l'Autorité contractante: Ministère de l'Agriculture/SONADER
Adresse: MA: Tél: 45257475
AVIS D'ATTRIBUTION
PROVISOIRE DE MARCHE
Appel d'Offre National N° : DAON N°04/CPMP/SR/SONADER/MA/2015
Date de publication de l'Avis d'Appel d'Offres: 29/01/2015
Dénomination du marché: travaux de réhabilitation de 280 ha des Périmètres Irrigués Villageois(PIV) du Brakna Ouest
Nombre d'offres reçues: 06
Nktt, le 14/04/2016.
La PRMP/CPMP/SR
Yacoub Ould HAIBELTY
SOMELEC
Cellule chargée des Marchés
C.C.M
Commission des Marchés d’Investissements
C.M.I
Procès-verbal N°19/CMI/2016 du 29/03/2016
(Extrait)
--------L’an deux mille seize et le vingt neuf mars, s’est tenue au siège de la SOMELEC, sur
convocation de son Président, Mr Mohamed Salem AHMED, Directeur Général une
réunion de la Commission des Marchés d’Investissements pour délibérer sur l’ordre
du jour suivant :
Ordre du jour:
Date d'ouverture des offres: 03/03/2015
Nom et adresse de l'attributaire provisoire: Groupement EMBC-TP/MATRA
Sarl; NIF 10701933, Adesse :329, Zone université,Tevragh-Zeina,
E-mail :embctp@yahoo.fr,Tel:45 24 2288,Noukchott-Mauritanie
Montant de l'offre retenue provisoirement: 440 815 668 UM HT avec un crédit d'impôt de 63 373 749 qui sera corrigé par la commission fiscale du Ministère des Finances
Délai d'exécution:10 mois
La publication du présent avis est effectuée en application des Articles 41 et 42
dul Code des Marchés publics. Elle ouvre le recours auprès de la Commission
de Règlement des Différends de l'Autorité de Régulation des Marchés publics,
en vertu de l'Article 53 dudit Code.
L'Autorité contractante doit procéder à la publication de cet avis, immédiatement après l'approbation de l'attribution.
Nktt, le 06/04/2016
La PRMP/CPMP/SR
Yacoub Ould HAIBELTY
Après délibérations, la commission a pris la décision suivante :
Décision:
L’ordre du jour étant épuisé, la séance fut levée à 17 Heures aux jour, mois et an que
dessus.
HORIZONS N° 6747 DU VENDREDI 15 SAMEDI 16 DIMANCHE 17 AVRIL 2016
Page 11
ANNONCES
SOCIETE MAURITANIENNE D’ELECTRICITE
(SOMELEC)
DAO N° 002/ CAE/ 2016
Avis d’Appel d’Offres(AAO)
1-La Société Mauritanienne d’Électricité (SOMELEC), BP 355, Avenue de l’Indépendance, Nouakchott, République Islamique de Mauritanie, a prévu dans son budget pour
l’exercice 2016 une enveloppe pour l’acquisition de Matériels de transport et de manutention.
2-La SOMELEC sollicite des offres sous pli fermé de la part de candidats éligibles et répondant aux qualifications requises pour la fourniture en deux (2) lots des matériels suivants :
sa contrevaleur dans une monnaie librement convertible. Le mode de paiement du DAO
sera par virement dans l’un des comptes en banques locales de la SOMELEC.
Le document d’Appel d’offres sera immédiatement remis aux candidats intéressés ou
adressé à leurs frais en utilisant le mode d’acheminement qu’ils auraient choisis. Le dossier peut être consulté gratuitement à l’adresse ci-dessus ;
•Lot 1 : Vingt véhicules (7 véhicules plateaux 2x4, 11 véhicules Pickup 4x4 une cabine et 2 véhicules Pickup 4x4 deux cabines);
•Lot 2 : Six Camions grues (4 Grues sur camions 4x4 et 2 Grues sur camions 6x6).
7.Les offres en trois copies plus un original devront être rédigées en langue française et
devront être déposées à l’adresse indiquée ci-dessus au plus tard le 29/04/2016 à 12 heures
TU. Les offres qui ne parviendront pas aux heures et date ci-dessus indiquées, seront purement et simplement rejetées et retournées aux frais des soumissionnaires concernés sans
être ouvertes.
3-Le présent Appel d’Offres est un appel d’offres national ouvert pour lequel les candidats peuvent soumissionner, au choix, pour l’un des 2 lots ou pour les deux lots.
Les offres seront ouvertes aussitôt, en présence des représentants des Soumissionnaires qui
désirent assister à l’ouverture des plis à la:
4-Le présent appel d'offres est ouvert à tous les candidats éligibles et remplissant les conditions définies dans le Dossier d'Appel d'Offres et qui ne sont pas frappés par les dispositions de l’article 24 de la loi n° 2010-044 (Cas d’incapacités et d’exclusions).
Direction Générale de la SOMELEC
Salle de réunion du 1er étage.
47, Avenue de l’Indépendance
BP 355 Nouakchott - R.I de Mauritanie
5-Les candidats intéressés peuvent obtenir des informations auprès de Mr Le Conseiller
Chargé des Marchés -Email : bedy@somelec.mr, à compter du 22/03/2016, du lundi au
jeudi de 08H à 17H et le vendredi de 08H à 12H à l’adresse mentionnée ci-après :
Cellule chargée de la commission des marchés de la SOMELEC
47, Avenue de l’Indépendance – 2ième étage
BP 355 Nouakchott - R.I. de Mauritanie
Tél : 00 222 36 30 68 92
6-Les candidats intéressés peuvent obtenir un dossier d’Appel d’offres complet à l’adresse
mentionnée ci-après :
Cellule chargée des marchés de la SOMELEC
47, Avenue de l’Indépendance, 2ieme étage
BP 355 Nouakchott - R.I. de Mauritanie
Tél : 00 222 36 30 68 92
à compter du 22/03/2016 contre un paiement non remboursable de 200 000 Ouguiyas ou
8.Les Offres sous plis fermés et anonymes doivent être accompagnées d’une garantie de
soumission, pour chaque lot, émise ou validée par une banque établie en République Islamique de Mauritanie. Le montant de cette garantie est de 2 000 000 MRO par lot et la
validité de chaque garantie ainsi constituée est de 120 jours à compter de la date d’ouverture des Offres.
Les offres doivent porter la mention : « Appel d’Offres pour l’Acquisition de véhicules
Pickup et de camions grues ».
9.Les offres devront demeurer valides pendant une durée de 90 jours à compter de la date
limite de dépôt des offres.
LE PRESIDENT DE LA COMMISSION DES ACHATS D’EXPLOITATION
MOCTAR MOHAMED
La SOGECO-SA, soucieuse du respect et la promotion de la culture HSE, recrute
pour son site à Nouakchott et en dehors, hommes et femmes, pour les postes suivants:
Vous pouvez faire figurer vos dossiers de candidature ci-dessous détaillé en indiquant la référence par e-mail à recrutement sogeco@sogeco-sa-mr ou
sous pli àSogeco Route de l’AEROPORT Nouakchott au plus tard MERCREDI 20 avril 2016 à 16 h
1 Demande d’emploi manuscrite datée et signée, adressée du Directeur des Ressource humaines de Sogeco
1 CV actualisée signé
1Copie d’acte de naissance
1 photopile de de la CIN
1 Les copies des diplômes
Le (es) certificat(s) de travail ou des précédents employeurs(s)
NOTA BENE :
1)Aucun dossier ne sera restitué
2) Seuls les candidats présélectionnés seront contactés
HORIZONS
Page 12
N° 6747 DU VENDREDI 15 SAMEDI 16 DIMANCHE 17 AVRIL 2016
SP
RTS
Sidi - Brahim dit Dieng
Football/Championnat national DI /21ème journée
Le Ksar perd face à la SNIM : 3-0
La 21è journée a été jouée les 9, 12 et
13 avril 2016 à Nouakchott et, à
Nouadhibou, la capitale économique.
Le 13 avril à l’Office du Complexe
Olympique de Nouakchott, le FC
Tevragh-Zeina était aux prises avec
l’Asc Kédia de Zouérate.
L’Asc Kédia a perdu sur le score de
5 buts à 0 face au géant du football
national. C’est donc un match dont
le résultat n’arrange pas les choses
pour l’ Asc Kédia qui est au bas de la
liste, en cette fin de saison.
Le 12 avril, il y a eu deux rencontres
à Nouadhibou et à Nouakchott.
A Nouadhibou, l’Asc Snim a défait
l’Acs Ksar. Le score a surpris les
Ksarois qui ont quitté la pelouse battus 3 à 0, une défaite sur les épaules.
A l’Office du Complexe Olympique
de Nouakchott, l’Asac Concorde a
disposé de l’Asc Armées au score de
1 but contre 0, en première heure.
En deuxième heure, l’Asc Tidjikja
a perdu face au FC Nouadhibou sur
le score de 2 buts à 1, une victoire
qui relance les Stéphanois.
Le 9 avril, deux matchs ont été disputés à l’Office du Complexe Olympique.
En première heure, Toujounine recevait l’Asc Nasr ZemZem. Cette
dernière s’est imposée par le score
de 2 buts à 0 en première heure.
En deuxième heure, l’Asc Police a
dominé l’Itihad Assaba au score de
2 buts à 1 en deuxième heure.
L’Asc Garde nationale était exemptée de cette 21ème journée.
Sidy-Brahim
Boxe
Trois Français encore en lice pour les Jeux
Alors que les boxeurs de l’équipe de
France sont actuellement en piste en
Turquie pour tenter de décrocher un
billet olympique, trois des huit Bleus
engagés ont passé le cut des quarts
de finale. Ils sont à un combat de
Rio.
L’aventure continue pour Christian
M’Bili Assomo (75kg), Paul Omba
Biongolo (91kg) et Sofiane Oumiha
(60kg).
Tous les trois sont les seuls rescapés
de l’équipe de France de boxe, qui
tente actuellement de se qualifier
pour les Jeux Olympiques de Rio (5
au 21 août) à Samsun (Turquie). Le
premier s’est offert le Finlandais
Ilari Kuja (3-0), Omba Biongolo a
écarté le Croate Alen Babic sur arrêt
de l’arbitre à la première reprise.
Quant au troisième, il a battu le
Tchèque Hmajak Aperjan (3-0).
S’ils s’imposent vendredi en demifinales, ils valideront leur billet pour
le Brésil. Sinon, ils devront remporter le match pour la troisième place.
Cette journée de mercredi s’achève
pourtant sur un bilan mitigé. Ils
étaient en effet huit à avoir passé le
premier tour et à combattre pour les
quarts de finale.
Les filles ont toutes perdu. Erika
Guerrier (75kg) a été battue par la
Suédoise Nash aux points. Estelle
Mossely (60kg) s’est inclinée contre
l'Italienne Testa (décision partagée).
Enfin, Sarah Ourahmoune (51kg) a
perdu contre la Britannique Adams
(elle aussi aux points) dans trois
matchs très disputés.
Plus qu’une option pour les battus
L’aventure s’arrête également pour
Hassan Amzile (64kg), battu par le
Turc Batuhan Gozgec (3-0), et pour
Elie Konki (52kg) dominé aux
points par l’Irlandais Brendan Irvine.
Pour tous ces boxeurs éliminés, il ne
restera plus qu’une seule option s’ils
veulent se qualifier pour les Jeux.
Les filles devront en découdre du 16
au 30 mai lors des championnats du
monde à Astana, quant aux garçons,
c’est lors du TQO de Bakou (14 au
26 juin) qu’ils joueront leur dernière
chance.
Ils rejoindraient alors Khedafi Djelkhir, Matthieu Bauderlique et Tony
Yoka, tous les trois déjà qualifiés.
Amstel Gold Race
Gilbert au départ malgré tout
Forfait mercredi à la Flèche brabançonne, première des classiques ardennaises, Philippe Gilbert sera bel
et bien au départ de l'Amstel Gold
Race, a annoncé la formation BMC,
via un communiqué. Le Belge de 32
ans, vainqueur en 2010, 2011 et
2014, souffre pourtant d'une fracture
du majeur de la main gauche suite à
une altercation avec un automobiliste à l'entraînement.
Philippe Gilbert a-t-il Jan Raas dans
le viseur ? Vainqueur à trois reprises
de la seule classique de la saison à
se disputer sur le sol néerlandais, le
Belge n'est qu'à deux longueurs du
recordman de victoires sur la plus
résultat d'une bagarre avec une automobiliste la semaine dernière à
l'entraînement, Gilbert a reçu le feu
vert du médecin de la BMC pour
être au départ de Maastricht dimanche. "Mon début de saison a été
perturbé par la maladie et les blessures. J'espère que c'est maintenant
derrière moi et je veux me battre devant dimanche, a déclaré Gilbert. Je
suis remonté à vélo ces derniers
jours et j'ai pu longuement m'entraîner mercredi. Cela m'a donné
confiance. Je suis en forme et prêt
pour l'Amstel."
La sélection BMC pour l'Amstel
Marcus Burghardt (GER), Alessan-
flandrienne des classiques ardennaises (les cotes y sont plus courtes
qu'à la Flèche Wallonne ou sur
Liège-Bastogne-Liège). Malgré un
majeur de la main gauche fracturé,
dro De Marchi (ITA), Silvan Dillier
(SUI), Philippe Gilbert (BEL), Ben
Hermans (BEL), Samuel Sanchez
(ESP), Dylan Teuns (BEL), Loïc
Vliegen (BEL).
Football/Barça-Atletico
Place à l'attaque
Après leur victoire 2-1 à l'aller dans
leur antre du Camp Nou, le FC Barcelone, défait ce week-end sur le terrain de la Real Sociedad, a encore
beaucoup à faire ce soir pour se hisser en demi-finale de la Ligue des
Champions. Face à eux, les Madrilènes de l'Atletico, leur actuel dauphin en Liga, ne comptent pas leur
laisser la tâche facile. Dans cette
confrontation 100% espagnole, difficile de se prononcer quant à l'issue
de cette rencontre. Une chose est
sûre : des deux côtés les attaquants
peuvent faire basculer la rencontre.
En trois confrontations cette saison
entre les deux équipes, les Catalans
l'ont à chaque fois emporté sur le
score de 2 à 1. Un même résultat ce
soir sur la pelouse de l'Atletico Madrid (20h45) leur assurerait une
place dans le dernier carré européen.
Mais on ne le sait que trop bien : le
foot n'est pas une science exacte
d'autant que les joueurs de Luis Enrique connaissent un petit passage à
vide.
Mauvaise dynamique
Défait pour la deuxième fois consécutive en championnat ce week-end
(0-1 face à la Real Sociedad), le FC
Barcelone a vu son avance fondre en
tête de la Liga. Derrière eux, l'Atletico Madrid n'est plus qu'à trois longueurs et peut de nouveau leur
mettre la pression. Alors que Lionel
Messi, qui n'a plus marqué depuis
quatre matchs, et Neymar ont sombré samedi en championnat, les Catalans s'en remettent au troisième
membre de son trio offensif "MSN"
pour chasser ses doutes: Luis Suarez, suspendu face à la Real Socie-
dad, fera son retour ce soir. L'Uruguayen, double buteur contre l'Atletico à l'aller et passé tout près d'une
exclusion, a métamorphosé Barcelone depuis ses débuts à l'automne
2014. "C'est un joueur importantissime, déterminant, qui sait très bien
jouer avec son corps. Son arrivée a
offert davantage de profondeur au
Barça", avait constaté Simeone, l'entraîneur de l'Atletico, en janvier.
Cette saison, Suarez est le meilleur
marqueur du club catalan (45 buts
en 45 matches) et son explosivité
peut dynamiser une équipe qui semble faiblir à l'heure de briguer un
deuxième triplé consécutif LigaCoupe-C1. "Luis Suarez est un
homme-clé pour nous grâce à sa capacité de buteur mais aussi pour son
travail et son caractère", a résumé
l'entraîneur Luis Enrique la semaine
dernière.
L'Uruguayen pourrait alors profiter
d'une défense remaniée du côté "colchonero" : José Maria Gimenez
(cuisse) est convalescent et Stefan
Savic vient seulement de reprendre
l'entraînement, ce qui sème le doute
sur l'identité du défenseur central
qui accompagnera Godin. Si Savic
est trop court, le jeune Français
Lucas Hernandez (20 ans) pourrait
être reconduit.
Griezmann en pleine forme
Mais la défense des Madrilènes n'est
pas la seule à souffrir des blessures.
Du côté de Barcelone, Jérémy Mathieu (genou) et Thomas Vermaelen
(mollet) sont forfaits, ce qui a empêché Luis Enrique de faire souffler
Javier Mascherano et Gerard Piqué,
très sollicités
Auteur
Документ
Catégorie
Без категории
Affichages
9
Taille du fichier
1 379 Кб
Étiquettes
1/--Pages
signaler