close

Se connecter

Se connecter avec OpenID

BSV Pomme de terre n°6 du 20 avril 2016 - DRAAF Nord-Pas

IntégréTéléchargement
Pommes de terre
Nord-Pas de Calais – Picardie
Bulletin n° 6 du 20 avril 2016
Edition du Nord-Pas de Calais
Photo : C .Gazet Chambre d’agriculture NPDC
Bulletin réalisé en collaboration avec la Chambre d’Agriculture du Nord-Pas de Calais, Arvalis Institut du Végétal, les distributeurs,
les collecteurs et transformateurs, les organismes techniques et les agriculteurs impliqués dans le réseau d’observations.
SOMMAIRE :
 Mildiou:
- Situation sur le terrain.
Développement des repousses sur tas de déchets
non gérés. Pas de mildiou pour le moment.
- Risques : de « aucune génération » à « 3ème
génération atteinte » selon les postes.
Chantier de plantation mardi matin
Les chantiers de plantation se poursuivent dans l’Artois et le Béthunois où ils sont par endroit bien avancés, ils démarrent dans le Ternois et n’ont quasiment pas débuté en Flandres
où les fonds sont encore « mauvais » dans la plupart des parcelles.
Parcelle de hâtives plantée fin mars
METEO: les température sont fraiches le matin mais atteignent les 14 à 16°C au meilleur de la journée, le temps devrait rester
sec jusque jeudi. Une perturbation est annoncée à partir de vendredi, elle devrait perdurer durant le week-end ainsi qu’une
bonne partie de la semaine prochaine, elle devrait être accompagnée par une baisse des températures.
MILDIOU:
Situation sur le terrain
Les tournées d'observation se poursuivent pour localiser les tas de déchets et d'écarts de triage non gérés et déceler l'arrivée
des premiers symptômes de mildiou.
Des tas de déchets non gérés sont toujours présents à Winnezeele, Rubrouck, Oudezeele, Staples, Arneke, Saint Sylvestre Cappel, Zegerscappel, Caestre, et Morbecque.
Sur les 12 tas de déchets observés depuis la semaine dernière:

1 a été géré (Rubrouck),

5 présentent des repousses plus ou moins développées (Arneke, Oudezeele, Winnezeele, Saint Sylvestre Cappel, Caestre, Morbecque, ).

6 sont constitués de terre et de tubercules, il n’y a pas de végétation pour
le moment.
Aucun symptôme de mildiou n’a été observé pour le moment.
Les repousses font leur apparition sur les tas de déchets non gérés.
N’attendez pas que la végétation se développe ni que les parcelles lèvent pour
bâcher vos tas de déchets, il faut intervenir le plus rapidement possible !
Tas de déchets non géré avec présence
de repousses à Arnèke
1
Photo: C Haccart Chambre d’Agriculture
Des nouveaux tas de déchets non gérés ont été observés à à Hondeghem et Steenvoorde.
Pourquoi et comment gérer les tas de déchets ?
Si rien n'est fait pour empêcher les repousses de faire leur apparition sur les tas, le mildiou pourrait s'y développer rapidement,
ce qui va constituer une source d'inoculum importante pour les parcelles situées à proximité (les spores de mildiou peuvent
parcourir des distances d’environ 1km).
Si vous êtes concerné, ne tardez pas à bâcher vos tas avec une bâche noire type "ensilage" pour empêcher le développement
des repousses et protéger vos parcelles d'une arrivée précoce de l'épidémie. Des précautions particulières sont à prendre, car
l’écoulement de jus est important avec cette méthode. Le tas devra être éloigné de tout point d’eau, de toute parcelle voisine
de pomme de terre, se situer à plus de 10 m des chemins et être entouré d’une butte de terre.
La gestion des tas de déchets principalement constitués de tubercules pourra s’effectuer à l’aide d’un traitement à la chaux
vive par un mélange aussi homogène que possible de chaux vive avec les déchets dans une proportion de une dose de chaux
vive pour dix doses de déchets de pommes de terre (voir méthode et recommandations dans le BSV n°3).
Photos: C Haccart Chambre d’Agriculture 59 62
ATTENTION : Un arrêté de lutte obligatoire est pris dans les
départements du Nord et du Pas de Calais. Il rend obligatoire
la destruction de la végétation sur les tas de déchets.
Repousses sur un tas de déchets non géré à Hondeghem.
Des dégâts de gel sont visible sur le feuillage (taches noires), à ne pas confondre avec du mildiou.
Localisation de quelques tas de déchets non gérés :
Tas non gérés de déchets ou
d’écarts de triage de pomme
de terre
2
Le réseau de stations météo :
Vous trouverez sur cette carte la localisation des stations météo pour lesquelles Miléos® calcule les risques mildiou (à l’exception des stations de Le Queysnoy et Clairmarais qui ne sont pas rattachées à Miléos®).
Le réseau compte cette année 9 nouvelles stations météo, elles sont installées à Calonne Sur la lys, Esnes, Godewaersvelde,
Haucourt, Hericourt, Hondschoote, Spycker, Steenbecque et Ternas. La plupart sont encore en cours d’installation mais seront
opérationnelles pour la levée des parcelles.
Interprétation du tableau des risques mildiou et seuils de nuisibilité :
Pour commencer à tenir compte du seuil de nuisibilité, il faut que vous vous trouviez dans la situation suivante :
- Stade 30% de levée atteint
- ET Génération atteinte :
• Pour les variétés sensibles aux attaques précoces: sortie de taches de 3ème génération.
• Pour les variétés classées intermédiaires aux attaques précoces: sorties de taches de 4ème génération.
• Pour les variétés résistantes aux attaques précoces: sorties de taches de 5ème génération .
- OU génération non atteinte mais mildiou présent dans l'environnement (sur tas de déchets, repousses, jardins).
Pour que le seuil de nuisibilité soit atteint il faut que :
- Le niveau de risque atteint soit :
• Moyen pour les variétés sensibles,
• Elevé pour les variétés intermédiaires,
• Très élevé pour les variétés résistantes,
- ET que les conditions météorologiques soient favorables à la libération des spores = seuil de production de spores atteint.
Les dernières colonnes du tableau des risques vous indiquent en fonction de la sensibilité de vos variétés si le seuil de nuisibilité est atteint ou pas (OUI, NON).
3
Tableau des risques mildiou établi à partir du modèle Miléos® le 20
avril 2016 :
4
Situation au niveau de Miléos® :
En fonction des postes météorologiques, les générations vont de «aucune génération démarrée» jusqu’à la 3éme.
La réserve de spores qui correspond au niveau de risque est nulle à moyenne.
Seuls les postes de Andres et Vieille Eglise ont atteint la 3ème génération qui correspond au seuil épidémiologique pour les
variétés sensibles, mais la réserve de spores reste faible et les conditions météorologiques ne sont pas favorables aux libérations de spores.
Analyse des risques le 20 avril :
Les plantations sont en cours, les parcelles ne sont pas levées.
Les conditions météorologiques actuelles ne sont pas favorables au mildiou : les températures sont encore fraiches la nuit et
le matin et le temps est sec. Même si la météo devrait être plus humide à partir de la fin de semaine, les températures qui devraient diminuer ne vont pas favoriser les contaminations ni les libérations de spores.
Aucune tache de mildiou n’a été observée sur les repousses présentes sur les tas de déchets. Pour le moment la situation est
saine.
Le seuil épidémiologique (3ème génération) est atteint uniquement sur le poste de Andres et Vieille Eglise, mais les conditions
météorologiques ne sont pas favorables à la production de spores.
Le seuil de nuisibilité n’est pas atteint quel que soit le poste météorologique.
Comparaison avec les années précédentes à la même époque:
- Pour mémoire, en 2013, année à pression mildiou modérée, les générations étaient un peu moins avancées (1ére génération
sur le majorité des postes) suite à des gelées en mars qui les avaient remises à zéro. Les premiers symptômes de mildiou
avaient été observés le 28 mai.
- En 2014 , année à risque mildiou très élevé, les générations étaient plus avancées et allaient de la 2ème à la 6ème. Les premiers symptômes de mildiou sur tas de déchets avaient été observés dès le 25 avril.
- En 2015, année à pression mildiou plutôt faible, la situation était équivalente avec des générations qui allaient de la 1ère à la
3ème. Les premiers symptômes de mildiou sur tas de déchets avaient été observés le 27 mai.
RAPPEL : il faut des températures inférieures ou égales à –4°C pour faire geler les générations qui sont alors remises à zéro par
Miléos®.
→ Chaque campagne est différente, consultez le BSV chaque semaine pour connaître l’évolution des
risques et la situation sanitaire dans la région.
Action pilotée par le ministère chargé de l'agriculture, avec l’appui financier de l’Office national de l'eau et des milieux aquatiques, par les crédits issus de la redevance pour pollutions diffuses attribués au financement du plan Ecophyto 2018.
Ce Bulletin est rédigé à partir d'observations ponctuelles réalisées sur un réseau de parcelles. Il donne une tendance de la situation sanitaire,
toutefois celle-ci ne peut être transposée telle quelle à chacune des parcelles.
Directeur de la publication : Christophe Buisset, Président de la Chambre régionale d'Agriculture Nord-Pas de Calais—Picardie.
Rédacteurs : animateurs régionaux pour la filière pomme de terre:
Christine Haccart, Chambre d'Agriculture du Nord Pas de Calais (Tél : 03.21.64.80.88)
Cyril Hannon, Arvalis Institut du Végétal (Tél : 03.22.85.75.66)
Coordination et renseignements : Samuel Bueche Chambre d’Agriculture du Nord Pas de Calais (Tél: 03.21.60.57.60)
5
Auteur
Document
Catégorie
Uncategorized
Affichages
2
Taille du fichier
3 019 KB
Étiquettes
1/--Pages
signaler