close

Se connecter

Se connecter avec OpenID

Archives rêvées, mémoire de peintre

IntégréTéléchargement
Archives rêvées, mémoire de peintre
Un cycle d'expositions et un colloque
Un projet qui associe la dimension recherche à la pratique de l’exposition
Le Laboratoire Arts des Images et Art contemporain EA 4010 AIAC de l'Université
de Paris 8 Vincennes Saint-Denis, s'associe à la Maison d'art contemporain
Chaillioux, centre d'art contemporain de Fresnes en Val-de-Marne, sur un cycle
d'expositions et un colloque « archives rêvées, mémoire de peintre », durant toute l'année
2016.
- En partenariat avec les Archives Nationales, site de Pierrefitte-sur-Seine :
les Archives Nationales site de Pierrefitte-sur-Seine, accueillent une exposition de synthèse en fin
de cycle. L'ensemble des expositions sera la base d’un colloque qui aura également lieu aux
Archives Nationales.
Exposition du 10 septembre au 30 octobre 2016
Colloque à la mi-octobre 2016
Partenariat dans le cadre du Labex Arts H2H
- En collaboration avec la Galerie Bernard Jordan, la Galerie Jean Fournier et la Galerie
Bernard Ceysson :
Chez Jean Fournier :
Avril 2016 : Jean-François Maurige
Fin 2016 : période surréaliste de Simon Hantaï
Chez Bernard Jordan Paris :
Janvier – février 2016 : Anthony Vérot, Alain Sicard et Jean-Pascal Février
Chez Bernard Ceysson Paris :
Février 2016, vernissage le 6 février : Marc Devade
- Trois expositions à la Maison d'art contemporain Chaillioux de Fresnes :
La Maison d’art contemporain Chaillioux suit depuis plus de vingt ans et soutient activement des
artistes qui explorent le médium peinture dans le champ contemporain.
Exposition du 19 janvier au 16 avril 2016, vernissage le samedi 16 janvier :
Jean-François Maurige (collaboration Galerie Jean Fournier)
Exposition du 3 mai au 23 juillet 2016, vernissage le samedi 30 avril :
Philippe Compagnon (collaboration Galerie Bernard Jordan)
Exposition du 13 septembre au 17 décembre 2016, vernissage le samedi 10 septembre: Franck
Chalendard (partenariat Galerie Bernard Ceysson)
Les expositions valorisent le cheminement personnel à l'atelier et présentent les traces qui
témoignent de l'élaboration des œuvres : carnets, cahiers, notes, images, documents, etc.
Sur cette base de monstration en région Ile-de-France, nous organiserons un colloque de deux
jours, qui traitera de la question et de la place de l’archive dans la pratique picturale.
Une série de visites sera organisée pour les étudiants et le public par les organisateurs et certains
doctorants et docteurs de l’Université Paris 8. Des rencontres avec les artistes, des tables rondes
seront organisées lors des différents vernissages et au cours des expositions.
Un catalogue de toutes les expositions réalisées dans l’année sera publié. Les actes du colloque
seront publiés. Une publication numérique sera mise en place.
MACC
5, rue Julien Chaillioux, 94260 FRESNES
01 46 68 58 31
macc.info@gmail.com
www.maccfresnes.com
facebook Maison d'art contemporain Chaillioux
administration : Mireille Deruet
direction artistique : Marcel Lubac
présidence (association loi 1901) : Marie-Judith Soulage
Projet porté par
Eric BONNET, professeur et directeur du Labo EA 4010 AIAC Arts des images et art contemporain
Co-direction scientifique et commissariat des expositions
Céline LUBAC Docteure de l’Université Paris 8, ATER, membre du Labo EA 4010 AIAC
Marcel LUBAC Directeur de la MACC, Partenaire 2 du Labex ARTS-H2H
ARCHIVES NATIONALES
Françoise Lemaire, Partenaire 1 du Labex ARTS-H2H
Autres institutions partenaires, nationales et/ou internationales :
Galerie Jean Fournier, Emilie Ovaere-Corthay, directrice
Galerie Bernard Ceysson, Loïc Bénétière, associé
Galerie Bernard Jordan, Bernard Jordan, directeur
Pour ce projet, la MACC reçoit le soutien de la ville de Fresnes, du Conseil Général du Val-de-Marne et de la
DRAC Ile-de-France.
L’élaboration d’une œuvre convoque toujours des images déjà-là dans la mémoire du
peintre, ou des images concrètes qu’il collecte. Comment une œuvre se fabrique-t-elle à l’atelier ?
Comment l’artiste vit-il une relation avec le passé qu’il actualise et dépasse dans le moment de la
création ? De quel passé s’agit-il ? Un passé singulier historique, un passé objectivé ou
phantasmé ? Comme autant d’images plurielles convoquées sans être là, notre mémoire agit sur
notre conscience et notre geste de façon automatique et indirecte.
Comment la peinture en tant que matériau de recouvrement, de l’opaque au diaphane,
interroge-t-elle la mémoire du regard, de celui qui s’y adonne, et de celui qui la contemple
ensuite ? Une peinture n’est-elle pas fondamentalement une archive qui s’efface et se constitue au
fur et à mesure de son élaboration, strate par strate ? L’archivage, chez les peintres, n’est pas
nécessairement associé à des problématiques historiques.
Quels sont les artistes, qui, actuellement, utilisent intimement des documents ? S’agit-il de
documents privés ou de documents publics ? Quelles formes d’archivage pratiquent-ils ? En
remettant en question la linéarité de l’histoire individuelle et collective, le geste de collectage de
l’artiste nous incite à revisiter la périodicité de son époque, par le biais de ses propres
investigations. Aussi, une véritable archéologie culturelle et sociale se met en place. Quels sont
ceux, qui, au contraire, lâchant prise, tentent coûte que coûte, de s’identifier à leur geste, dernière
trace d’une écriture succincte bientôt disparue ?
Dans quelle mesure l'œuvre peinte interroge-t-elle la mémoire singulière et la collectivité,
dans ses projections passées et à venir, dans son rapport à la langue ? La peinture, comme
l’archive, n’est-elle pas un territoire privilégié de l’oubli autant que de la mémoire? Cette
interrogation amène ainsi à considérer l’espace peint et l’espace dessiné comme des lieux où
l’oubli devient actif, et par là, absolument nécessaire.
Atelier de Jean-François Maurige, photographie Mireille Deruet, tous droits réservés
Auteur
Документ
Catégorie
Без категории
Affichages
0
Taille du fichier
1 225 Кб
Étiquettes
1/--Pages
signaler