close

Se connecter

Se connecter avec OpenID

BSV Grandes cultures n°11 du 19 avril 2016 - DRAAF Nord-Pas

IntégréTéléchargement
11 19 avril 2016
 COLZA : Début de période de risque sclérotinia - Hors période de risque pour le charançon des siliques - Fin du
risque charançon de la tige et méligèthes sur toutes les parcelles.
 BLE 1 nœud en moyenne (proche du stade 2 nœuds). Très forte pression septoriose sur variétés sensibles
semées tôt ayant atteint le stade 2 nœuds. Rouilles à surveiller.
 ORGES D’HIVER : Dernière feuille pointante dans 1 cas sur 2. Situation sanitaire correcte et stable.
 POIS : Sitones à surveiller.
 FEVEROLES DE PRINTEMPS : Les attaques de sitones sont signalées sur la majorité des parcelles
 MAIS : premiers semis en cours
 BETTERAVES : Dernier semis, premiers resemis, dégâts de limaces et tipules observés !
COLZA
Stades : floraison généralisée
stade du colza (53 parcelles)
58%
53 parcelles observées
BSV n°10 - 12/04
Quasiment toutes les parcelles (96 %) ont au
minimum 50% de leur pied en fleur. Les
températures plus clémentes en journée ont
permis la progression des stades.
La chute des pétales a commencé sur 38% des
parcelles (stade G1).
BSV n°11- 19/04
43%
38%
26%
16%
15%
4%
E
0%
F1
F2
G1
Légende des stades :
E : Boutons séparés. Les pédoncules floraux
s'allongent en commençant par ceux de la périphérie
F1 : Premières fleurs ouvertes sur 50% des plantes
F2 : Allongement de la hampe floral. Nombreuses
fleurs ouvertes
G1 : Chute des premiers pétales. Les 10 premières
siliques ont une longueur inférieure à 2cm. La floraison
des inflorescences secondaires commence à ce stade
Stade G1 (M. Roux-Duparque – CA02)
1
Fin du risque méligèthes et charançon de la tige pour toutes les parcelles
Les méligèthes sont toujours présents sur 11 parcelles du réseau mais le stade de sensibilité est dépassé. Il n’y a plus de
capture de charançon de la tige du colza cette semaine.
Charançon des siliques
10 12 avril
2016a été observé sur 5
Le charançon
des siliques
parcelles, à raison de 1.5 individu par plante
en milieu de parcelle et 2.4 individus par
plante en bordure. La présence de ce
ravageur est encore faible.
D’après le modèle Proplant, le vol est réalisé
entre 2 et 11%, en fonction des stations
météo de la région, et ne montre pas de
conditions favorables actuellement.
Le stade de sensibilité des plantes n’est
pas encore atteint.
Charançon des siliques sur
bouton (J. Gaillard – CA02)
Charançon des siliques (F. Dumoulin –CA60)
Seuil : 1 charançon des siliques en moyenne pour 2 plantes du stade G2 à courant G4 (lorsqu’il n’y a plus de
jeunes siliques à piquer), soit 10 individus au total sur 20 plantes observées.
Autres ravageurs
Pas de pucerons cendrés signalés cette semaine.
Sclérotinia : Le stade G1 est en progression
15 kits pétales ont été réalisés et 3 sont en cours de réalisation. 38% des parcelles ont atteint le stade G1 (chute des
premiers pétales, 10 premières siliques présentes sur 50% des plantes au minimum, floraison des inflorescences
secondaires) qui est le stade primordial dans la lutte contre cette maladie.
Le tableau ci-dessous résume les résultats de la semaine. Un test est considéré comme positif quand il dépasse 30% de
fleurs contaminées.
Sur 15 prélèvements, 12 sont positifs. Le risque sclérotinia est donc présent sur la majorité des parcelles testées, mais
7 d’entre elles n’ont pas encore atteint le stade sensible G1.
lieu
FONTAINE BONNELEAU
CROIXRAULT
ALBERT
VERSIGNY
SERANS
LANDIFAY
BORNEL
MORGNY EN THIERACHE
FROIDMONT
CATENOY
CHAMPS
AUNEUIL
JAMERICOURT
MONANPTEUIL
NEUVILLE ST AMAND
dép
date prélèvement
date lecture
60
80
80
02
60
02
60
02
02
60
02
60
60
02
02
12/04/16
11/04/16
12/04/16
11/04/16
12/04/16
14/04/16
12/04/16
11/04/16
11/04/16
11/04/16
15/04/16
11/04/16
12/04/16
14/04/16
10/04/16
17/04/16
15/04/16
18/04/16
15/04/16
17/04/16
01/04/16
17/04/16
15/04/16
19/04/16
15/04/16
19/04/16
17/04/16
18/04/16
18/04/16
% fleurs
douteuses
5,0%
5,0%
7,5%
2,5%
% fleurs
contaminées
12,5%
23,3%
25,0%
35,0%
35,0%
45,0%
45,0%
50,0%
52,5%
55,0%
57,5%
62,5%
70,0%
70,0%
80,0%
stade actuel
F1
F2
F2
G1
F1
F2
F1
F2
G1
G1
G1
F2
F2
F2
G1
2
Pour le sclérotinia du colza, il n’existe pas de seuil de risque a priori étant donné que la protection ne peut être que
préventive.
Le niveau de risque "à priori" peut être évalué selon :
1)
2)
3)
4)
Le taux de contaminations des pétales (cf. ci-dessus)
Les conditions climatiques plus ou moins favorables à la germination des sclérotes (humidité en végétation et
températures douces) : actuellement, les températures sont plutôt défavorables surtout le matin et les conditions
humides sont peu présentes cette semaine, sauf en début de matinée.
Le nombre de cultures sensibles dans la rotation (tournesol, pois, haricot ... / fréquence de retour du colza).
Les attaques des années antérieures sur les parcelles
Autres maladies
Présence de cylindrosporiose dans 5 parcelles dont 2 ont entre 60 et 70% de plantes touchées. Présence d’oïdium dans
deux parcelles mais faible intensité.
A ce stade, pour ces deux maladies, la lutte peut s’envisager via la lutte contre la sclérotinia
Présence d’oïdium dans 2 parcelles mais faible intensité.
Pollinisateurs / auxiliaires : la floraison est engagée, soyez vigilant.
Des coccinelles sont signalées dans une parcelle (sur 15% des plantes).
Les abeilles butinent, protégeons les ! Respectez la réglementation « abeilles »
1.
Dans les situations proches de la floraison, sur colza, en pleine floraison ou en période de production d’exsudats,
utiliser un insecticide ou acaricide portant la mention « abeille », autorisé « pendant la floraison mais toujours en
dehors de la présence d’abeilles » et intervenir le soir par température <13°C (et jamais le matin) lorsque les
ouvrières sont dans la ruche ou lorsque les conditions climatiques ne sont pas favorables à l'activité des abeilles, ceci
afin de les préserver ainsi que les autres auxiliaires des cultures potentiellement exposés.
2.
Attention, la mention « abeille » sur un insecticide ou acaricide ne signifie pas que le produit est inoffensif pour
les abeilles. Cette mention « abeille » rappelle que, appliqué dans certaines conditions, le produit a une toxicité
moindre pour les abeilles mais reste potentiellement dangereux.
3.
Il est formellement interdit de mélanger pyréthrinoïdes et triazoles ou imidazoles. Si elles sont utilisées, ces
familles de matières actives doivent être appliquées à 24 heures d’intervalle en appliquant l’insecticide pyréthrinoïde en
premier.
4.
N’intervenir sur les cultures que si nécessaire et veiller à respecter scrupuleusement les conditions d’emploi associées
à l’usage du produit, qui sont mentionnées sur la brochure technique (ou l’étiquette) livrée avec l’emballage du produit.
5.
Afin d’assurer la pollinisation, de nombreuses ruches sont en place dans les parcelles de multiplication de semences.
Les traitements fongicides et insecticides qui sont appliqués sur ces parcelles, mais aussi dans les parcelles voisines,
peuvent avoir un effet toxique pour les abeilles. Limiter la dérive lors des traitements. Veiller à informer le voisinage
de la présence de ruches.
Pour en savoir plus : téléchargez la plaquette « Les abeilles butinent » et la note nationale BSV « Les abeilles, des alliées
pour nos cultures : protégeons-les ! » sur les sites Internet partenaires du réseau d'épidémiosurveillance des cultures ou
sur www.itsap.asso.fr
Cet encadré a été rédigé en 2012
par un groupe de travail DGAL, APCA, ITSAP-Institut de l’abeille, et soumise à la relecture du CNE.
3
BLE
Stade
Cette semaine, 60 parcelles de blé ont été observées.
Les stades avancent lentement et à peine plus d’un
tiers des parcelles atteignent le stade 2 noeuds ce jour,
ce qui nous situe dans une année proche de la
médiane alors que l’année était très précoce en sortie
d’hiver.
Le début de montaison précoce en jours courts (surtout
pour les parcelles les plus avancées), accompagné
d’un temps
28 couvert avec de faibles rayonnements et
beaucoup de journées de pluie fin mars - début avril,
ont sensibilisé les céréales d’hiver au risque verse,
avec des 1ers entre nœuds étiolés.
Rouille Jaune
Le modèle Yello montre toujours un risque climatique élevé pour les situations agronomiques à risque. Les symptômes
observés la semaine dernière se confirment dans 4 parcelles du réseau fixe sur les 40 observées cette semaine. Les
variétés sensibles sont touchées : pour Allez-Y, 80% des f3 et 40% des f2 présentent des symptômes et sur les 3 parcelles
de Trapez touchées, 10% à 30% des f3 présentent des symptômes.
Parmi les variétés notées au moins 4 fois, et indemnes, on trouve Bergamo, Fructidor, Terroir et Rubisko. En résumé, la
rouille jaune est à surveiller plus particulièrement sur les variétés sensibles. (cf. échelle des sensibilités variétales).
Seuil de nuisibilité rouille jaune
=> à partir du stade Epi 1 cm, présence de foyer actif (plusieurs plantes contiguës portant de nombreuses
pustules pulvérulentes sur une ou plusieurs feuilles).
=> à partir
du septembre
stade 1 nœud, 2015
présence de pustules pulvérulentes dans la parcelle.
29 01
4
Echelle 2015 des résistances au stade adulte des variétés de blé tendre à la rouille
28
Septoriose
Les symptômes de septoriose sont toujours fortement présents dans la quasi-totalité des parcelles observées
cette semaine (83% des parcelles) au moins sur f3 avec des fréquences allant de 10% à 100% et une moyenne de 43%
des f3 touchées. Sur 8 parcelles sur 47 notées (12% des parcelles), des symptômes sont également observés sur f2, avec
des parcelles ayant atteint le stade 2 Nœuds pour certaines.
5
 Cette semaine, 29 parcelles sur 47 sont toujours au stade 1 Nœud (soit 61% des situations), stade pour lequel le
seuil de nuisibilité n’est pas atteint mais les conditions climatiques restent propices au développement des maladies
et de nombreuses contaminations sont en cours d’incubation.
 Pour les 18 parcelles les plus précoces qui ont atteint le stade 2 Nœuds (38% des situations), la F3 définitive est
actuellement déployée et le seuil de nuisibilité est atteint pour les variétés les plus sensibles (Trapez, Pakito,
Bergamo, Expert…). En revanche, les variétés peu sensibles n’ont pas atteint le seuil de nuisibilité cette semaine
(Fructidor, Boregar, Cellule).
La vigilance est de mise pour les parcelles précoces, et les variétés les plus sensibles.
Note de sensibilité à la septoriose
Variétés Très
Sensibles
ALIXAN
4
ISTABRAQ
4
PAKITO
4
TRAPEZ
4
APACHE
4.5
BERMUDE 4.5
Variétés Moyennement Sensibles
ADVISOR
ALTAMIRA
DIAMENTO
JB DIEGO
KUNDERA
OREGRAIN
SELEKT
SHERLOCK
TERROIR
ALLEZ Y
ALTIGO
BERGAMO
CHEVRON
EXPERT
HYBERY
LAVOISIER
RGT KILIMANJARO
5
5
5
(5)
5
5
5
5
5
5.5
5.5
5.5
5.5
5.5
5.5
5.5
5.5
ARKEOS
6
ARMADA
6
AS DE COEUR 6
ASCOTT
6
AUCKLAND
6
COMPIL
6
CREEK
(6)
FLUOR
6
HYTECK
6
LAURIER
6
NEMO
6
PALEDOR
6
RGT MONDIO 6
RUBISKO
6
TRIOMPH
6
Variétés Peu
Sensibles
BOREGAR
6.5
FRUCTIDOR 6.5
GRAPELI
6.5
LEAR
6.5
LYRIK
6.5
OXEBO
6.5
Variétés Très
Peu Sensibles
BAROK
CELLULE
HYFI
RONSARD
7
7
7
7
Simulation Septolis en secteur maritime (Abbeville) - Estimation au 18/04 + prévision météo jusqu’au 24/04
Graphique épidémiologique de contaminations septoriose (Arvalis)
On observe un effet date de semis important entre ces 2 extrêmes (1er octobre et 15 novembre).
En semis précoce le modèle simule les premières contaminations de la F3 définitive (bâtonnets rouges) et bientôt sur F2 qui
est en train de pointer. La maladie est déjà théoriquement bien visible sur les F4 définitives (courbe noire), ce que confirme
les notations. Sur semis tardifs, la F3 définitive est quasiment indemne.
6
Simulation Septolis en secteur plus tardif (Estrées Mons) - Estimation au 18/04 + prévision météo jusqu’au 24/04
Graphique épidémiologique de contaminations septoriose (Arvalis)
En secteur plus continental, les stades sont moins avancés et la pluviométrie légèrement moins importante. Les niveaux de
contaminations et d’expression de symptômes sont donc moins importants surtout en semis tardifs. Attention toutefois aux
semis précoces.
Seuil de nuisibilité septoriose :
A partir du stade 2 nœuds (F2 définitive pointante), 20% des f3 du moment touchées sur variétés sensibles, 50%
sur variétés tolérantes.
Rouille brune
Aucun symptôme de rouille brune n’est signalé dans le réseau fixe. En revanche, une parcelle flottante d’Expert (variété
sensible) au stade 1-2 Nœuds, présente une à deux pustules de rouille brune sur la f3 du moment sur environ 10% des pieds.
Le risque climatique « rouille brune » est élevé cette année suite à l’automne et l’hiver très doux et comparable à l’année
2007 qui fut une année de référence haute (cf. cartographies). Pour l’instant les températures fraiches de ce début de
printemps ne sont pas favorables à l’expression des symptômes, mais la vigilance sera de rigueur dès la remontée
prochaine des températures, en particulier pour les variétés sensibles (cf.tableau).
7
Note de sensibilité à la rouille brune
Variétés Sensibles
BOREGAR
COMPIL
EXPERT
ALIXAN
CELLULE
CHEVRON
JB DIEGO
PAKITO
2
3
3
4
4
4
4
4
Variétés Moyennement Sensibles
ALLEZ Y
ALTAMIRA
APACHE
ARKEOS
AUCKLAND
BAROK
BERGAMO
BERMUDE
DIAMENTO
HYTECK
SELEKT
5
5
5
5
5
5
5
5
5
5
5
ADVISOR
AS DE COEUR
ASCOTT
FLUOR
KUNDERA
LYRIK
PALEDOR
RGT KILIMANJARO
RGT MONDIO
TRAPEZ
Variétés Peu Sensibles
6
6
6
6
6
6
6
6
6
6
ALTIGO
ARMADA
GRAPELI
HYBERY
HYFI
LAURIER
LAVOISIER
NEMO
OREGRAIN
OXEBO
RONSARD
TERROIR
TRIOMPH
7
7
7
7
7
7
7
7
7
7
7
7
7
FRUCTIDOR 8
RUBISKO
8
SHERLOCK 8
Oïdium
L’oïdium est anecdotique cette semaine. Quelques symptômes sont signalés dans 2 parcelles sur les variétés Cellule et
Boregar.
JNO (Jaunisse Nanisante de l’Orge)
Une parcelle avec des symptômes de JNO est signalée cette semaine (variété Trapez semis précoce) dans le réseau fixe
ainsi qu’une forte attaque sur une parcelle flottante sans traitement de semence ni intervention en végétation derrière maïs
grain sans labour. Des pucerons sur feuillage sont également fréquemment observés en plaine.
8
ORGE D’HIVER
Stades
Cette semaine 21 parcelles d’orge d’hiver ont été observées. Les stades évoluent un peu plus rapidement que sur blé. 57%
des parcelles se répartissent encore entre les stades 1 et 3 nœuds mais sur 43% des parcelles la dernière feuille est
pointante.
Les premiers entre-nœuds paraissent souvent étiolés indiquant un risque de verse potentiel élevé.
Etat sanitaire
La situation sanitaire des 3 dernières feuilles est globalement bonne et STABLE par rapport à la semaine dernière avec la
sortie d’une nouvelle feuille alors que les maladies progressent peu.
L’helminthosporiose et la rhynchosporiose présentent des niveaux de développement comparables, loin devant la rouille
naine qui se cantonne sur f3 dans 1/3 des parcelles notées sur cette maladie et très loin devant l’oïdium et la ramulariose qui
sont anecdotiques avec quelques symptômes sur f3 dans une parcelle chacune.
Sur les 19 parcelles notées sur maladies cette semaine, les observateurs ont relevé :
 Pour la rhynchosporiose : absence sur f1, 9 % des f2 touchées en moyenne et 25 % des f3 => quasi STABLE
 Pour l’helminthosporiose : absence sur f1, 6 % des f2 touchées en moyenne et 23 % des f3 => Légère HAUSSE
 Pour la rouille naine : 7 % des f3 touchées en moyenne => quasi STABLE
 Pour l’oïdium : une seule parcelle touchée avec 20% des f3 => STABLE
 Pour la ramulariose : une seule parcelle touchée avec 20% des f3 => non significatif
Avec les conditions climatiques actuelles c’est donc l’ensemble du cortège de maladies qu’il faut considérer sur le bouquet
des 3 dernières feuilles pour évaluer le risque maladies.
Précisons que la variété Etincel représente 3 parcelles observées sur 4. Pour les maladies non dominantes (rouille naine,
oïdium, ramulariose), les pourcentages ci-dessus sont sur-évalués, car en absence de maladie, les observateurs ne
saisissent pas toujours les absences.
Les seuils de nuisibilité s’appliquent à partir du stade 1 nœud (cas général désormais) :
Seuil de nuisibilité maladies :
Du stade 1 noeud à épiaison, plus de 10% des 3 dernières feuilles touchées par le cortège de maladies sur
variétés sensibles et plus de 25% des 3 dernières feuilles sur variétés tolérantes.
Etincel étant considérée comme une variété tolérante, aucune parcelle du réseau n’a atteint ce seuil à ce jour.
ORGE DE PRINTEMPS
Sur orge de printemps, 7 parcelles ont été observées cette semaine. Les stades sont très hétérogènes et s’échelonnent
entre seulement 1 feuille et 2 talles pour les plus avancées.
Les observateurs ne signalent rien de particulier. Les pucerons vecteurs de la JNO, souvent présents sur céréales d’hiver,
sont suivis attentivement sur orge de printemps mais semblent pour l’instant absents des parcelles observées.
9
POIS PROTEAGINEUX
Stades :
pois de printemps : 1 à 2 étages foliaires.
pois d’hiver : 13 étages foliaires à début floraison.
Cette semaine, ont été observées en pois de printemps :
 12 parcelles en Picardie ;
 3 parcelles en Nord-Pas-de-Calais ;
Thrips :
Le stade de sensibilité du pois aux attaques de thrips est dépassé sur l'ensemble des parcelles.
Sitones :
Cette semaine, la plupart des parcelles de pois de printemps présentent des morsures de sitones. Sur le réseau, la
majorité des parcelles observées sont en dessous du seuil indicatif de risque. Une seule parcelle (Catenoy - Oise)
dépasse le seuil avec de 5 à 10 morsures par étage foliaire.
Cette semaine, dans le réseau.
département
commune
Stade
80
80
80
80
80
62
60
59
59
02
02
02
02
02
VIGNACOURT
ESSERTAUX
COISY
BOUSSICOURT
AIRAINES
WANQUETIN
CATENOY
CREVECOEUR-SUR-L'ESCAUT
AUCHY-LEZ-ORCHIES
SAINT-ERME-OUTRE-ET-RAMECOURT
ORAINVILLE
FLAVY-LE-MARTEL
CHAMPS
BARISIS
2F
2F
2F
2F
2F
3F
2F
1F
2F
2F
3F
3F
3F
1F
Nombre moyen
de morsures par étage foliaire
de 1 à 5 morsures
de 1 à 5 morsures
de 1 à 5 morsures
de 1 à 5 morsures
de 1 à 5 morsures
pas de morsures
de 5 à 10 morsures
pas de morsures
de 1 à 5 morsures
de 1 à 5 morsures
de 1 à 5 morsures
de 1 à 5 morsures
de 1 à 5 morsures
pas de morsures
Les sitones (Sitona lineatus) sont actifs à des températures
supérieures à 12 °C. Ce sont des charançons de 3,5 à 5 mm de
long, de couleur brun-rougeâtre. Ils se remarquent par la présence
d’encoches semi-circulaires sur le bord des feuilles.
Ces encoches sont dues aux morsures des adultes. Elles sont
sans grande incidence contrairement aux destructions des
nodosités causées par les larves ce qui perturbe l’alimentation
azotée des cultures. La lutte vise les adultes avant les pontes.
Sitone adulte (C. GAZET CA 59-62)
Le seuil indicatif de risque est de 5 à 10 morsures de sitones sur l'étage foliaire le plus touché,
entre la levée et le stade 6 feuilles.
10
Le comptage des morsures est effectué sur l'étage foliaire le plus touché, sur 10 plantes par parcelle..
Analyse du risque
Avec le temps ensoleillé de ces derniers jours, la pression sitones
continue d'augmenter. Cette semaine, les parcelles de pois de
printemps sont dans la période de risque. Elles doivent faire l’objet
d’une surveillance attentive de la présence de sitones dès leur levée,
jusqu’au stade 6 étages foliaires.
Les pois d’hiver ont dépassé la période de risque.
Oiseaux :
Des dégâts d’oiseaux sont signalés sur des parcelles de
pois de printemps. Dans le réseau, leur présence est
enregistrée sur 9 parcelles.
Dégâts d’oiseau sur pois (C. GAZET CA 59-62)
Maladies :
Des symptômes d’Ascochytose (anciennement Anthracnose) sont toujours signalés sur pois d’hiver (voir BSV du 5 avril
2016).
Adventices :
Avec le retour des pluies la semaine prochaine, les levées d’adventices vont reprendre.
Les pois sont favorables à l’emploi du désherbage mécanique, du fait d’un mode d’implantation souvent régulier de la
graine, en ligne et en profondeur.
Ces outils peuvent être aussi bien utilisés en pré et post-levée de la culture en pois.
source : Agrotransfert R&T - CA 80
11
FEVEROLE DE PRINTEMPS
Stades :
De la levée à 3 feuilles
Cette semaine 14 parcelles du réseau Nord -Pas de Calais -Picardie
ont été observées .
Sitone du pois :
Des morsures de sitones se sont généralisées sur les parcelles . Ces
attaques sont signalées
sur 11 parcelles avec des niveaux
d'attaques faibles. Les journées ensoleillées de ces derniers jours
sont favorables à cet insecte .
Contrairement à la culture du pois, on ne connait pas de nuisibilité
du sitone sur la culture de féverole : c’est la raison pour laquelle il
n’existe pas de seuil de nuisibilité de cet insecte sur cette
culture.
Thrips :
Sitone sur féverole Photos C GAZET CA Nord Pas
de Calais
Des thrips sont aussi présents sur quelques parcelles .
On ne connait pas la nuisibilité de cet insecte sur la féverole
Limaces :
Des attaques de limaces, sans gravité, ont encore été observées sur une parcelle cette semaine .
Les conditions climatiques actuelles et la croissance rapide des cultures ne sont pas favorables aux dégâts de limaces.
Oiseaux :
La présence de pigeons ramiers est toujours signalée, en particulier sur les parcelles encore en cours de levée .
MAIS
Stades : Non levés
Les premiers semis de maïs sont réalisés.
A ce jour, il n’y a pas d’urgence à semer. S’assurer du ressuyage et du réchauffement du sol avant d’intervenir. Une bonne
préparation du sol et du lit de semences favorisent la levée et la mise en place de la culture.
BETTERAVES
Le nombre de parcelles fixes observées évolue encore, il passe à 25 parcelles pour les 3 départements. Cette semaine, 2
parcelles flottantes viennent compléter les observations.
Quelques semis ont été réalisés la semaine dernière, du 8 au 10 avril. Les betteraves germent et arrivent à la surface,
espérons qu’elles émergent avant que la croute ne se forme.
Les derniers semis sont en cours de réalisation ainsi que les premiers resemis.
12
Les passages orageux de la semaine dernière ont
apporté
localement
jusqu’à
70
mm
d’eau,
occasionnant des ravinements.
Les averses de grêles signalées la semaine dernière ont
entrainé des « casses » de plantules de l’ordre de 10 000
pieds par ha!.
Betterave cassée par la grêle - ITB
Ravinement suite aux orages secteur de Breteuil - ITB
Des resemis sont actuellement réalisés dans des parcelles
attaquées par le parasitisme, limaces grises et noires ainsi que par
les tipules, principalement en terre argileuse et en semis direct.
Les populations de betteraves se situent sous le seuil minimum,
dans 2 cas de parcelles flottantes.
Seuil de retournement : 20 betteraves sur 10 m à 45 cm
d’écartement ou 22 betteraves sur 10 m à 50 cm d’écartement.
Tipule avec betterave sectionnée – ITB
Stades :
Le stade des betteraves observées dans les 25 parcelles fixes du réseau s’échelonne de cotylédons étalés à 2 feuilles
naissantes.
Ravageurs :
Les limaces restent ponctuellement observées dans le réseau d’Epidémiosurveillance : pour les limaces grises, 4
parcelles sur les 27 observées, et pour les limaces noires 2 parcelles sur les 27 observées cette semaine.
Poursuivez les piégeages surtout dès le retour de la pluie. Disposez dans la parcelle 4 bâches de ¼ de m2 sur sol humide
le matin ou le soir. Relevez les pièges 24 heures après et déplacez ceux-ci pour le relevé suivant.
Le seuil indicatif de risque est pour rappel : 1 limace noire ou 4 limaces grises par m² du stade levée des
betteraves au stade 6 feuilles.
Il faut ajouter la présence de tipules dans une parcelle flottante. Les tipules sont des larves cylindriques de couleur gris
terreux, sans pattes, avec 2 paires de cornicules sur l’arrière. Les plantules de betteraves sont sectionnées, les cotylédons
semblent plantés en terre. Il n’existe plus aucune solution disponible contre ce parasite.
Bulletin édité sur la base des observations réalisées par les partenaires du réseau Picardie : Acolyance, Agora, Arvalis, Asel, Bayer Cropscience, Bully Grains, Calipso, Calira,
Capseine, Capseine, CFA Le Paraclet, CER France 60, Cerena, les CETAS 02, les CETAS 80, Terres Inovia, Chambres d’Agriculture de l’Aisne, de l’Oise, de la Somme, Chambre
d’Agriculture d’Ile de France, Ets Charpentier, Ets Compas, Coop de Milly sur Thérain, Ets Bitz, FREDON Picardie, FREDON Nord Pas de Calais , Inra, ITB 02-60-80, Maison familiale de
Villers Bocage, Noriap, Sanaterra, St Louis Sucre, Tereos, Ternoveo, Textilin, Ucac, Unéal, Valfrance, Vivescia, Van Robaeys Frères, le SRAL Picardie - M. Alain BECUE, M. Arnaud
COLIN, Mr POLIN Technipro.
Bulletin rédigé par les animateurs régionaux des filières : Céréales : F. Dumoulin - Chambre d’Agriculture de l’Oise et E. Gagliardi - Arvalis Institut du Végétal. Colza : A. Vanboxsom –
Terres Inonvia. M. Roux Duparque – Chambre d’Agriculture de l’Aisne. Maïs : V. Duval - Fredon Picardie et B. Carpentier - Arvalis Institut du Végétal. Protéagineux : V. Duval - Fredon
Picardie et A. Tournier - Chambre d’Ag. de l’Aisne. Lin : H. Georges - Chambre d’Ag. de la Somme et D.CAST– Arvalis. Betteraves : H. Hemeryck– Chambre d’Ag. de l’Oise et P.
Delefosse - ITB 60. Luzerne : T. Leroy – Chambre d’Ag. de la Somme
Directeur de la publication : Christophe BUISSET - Président de la Chambre Régionale d’Agriculture Nord Pas de Calais Picardie - 19 bis rue Alexandre Dumas - 80 000 AMIENS Tél. : 03 22 33 69 00 Fax: 03 22 33 69 99
Publication gratuite, disponible sur les sites Internet http://draaf.nord-pas-de-calais-picardie.agriculture.gouv.fr/ et www.chambres-agriculture-picardie.fr - Chambre d’Agriculture
Nord Pas de Calais Picardie
Coordination et renseignements : Jean Pierre Pardoux- Tèl : 03 22 33 69 28 - E-mail : jp.pardoux@somme.chambagri.fr . Action pilotée par le ministère chargé de l'agriculture, avec
l’appui financier de l’Office national de l'eau et des milieux aquatiques, par les crédits issus de la redevance pour pollutions diffuses attribués au financement du plan
Ecophyto 2018.
13
Auteur
Document
Catégorie
Uncategorized
Affichages
1
Taille du fichier
1 996 KB
Étiquettes
1/--Pages
signaler