close

Se connecter

Se connecter avec OpenID

Bonne nouvelle

IntégréTéléchargement
Cérémonie commémorative
Fête des Mères
8 mai 2016 à 14 h
1 844 569-9753 | 24/7
www.urgelbourgie.com
Des rafraîchissements seront servis.
100%
ENTREPRISE
Cimetière jardin Urgel Bourgie / Athos | 8145, ch. de Chambly, St-Hubert • 14 h bilingue : français et anglais
Page AC T IO N S O C IA L E
4
Page C U LT U R E
5
Ingrid Falaise : trouver la force...
QUÉBÉCOISE
Page E N V I R O N N E M E N T
8
La culture fleurie à Longueuil
Bruit au parc Jean-Drapeau...
VOLUME 16 • NUMÉRO 2 • DU 21 AVRIL AU 11 MAI 2016 • AU CŒUR DE L’AGGLOMÉRATION DE LONGUEUIL • POINTSUD.CA
LES
Souper-spectacle :
Hommage à Nirvana par Sliver !
Bonne nouvelle
5 mai 2016 - 19H
à l’Hôpital Pierre-Boucher
PAGE 3
1150, rue Volta, Boucherville
450 906-1336
vous avez couru toute
la journée, eh bien
«
,
»
maintenant
Coin de Chambly / près de l'aéroport
ACTION SOCIALE
2
DU 21 AVRIL AU 11 MAI 2016 • POINTSUD.CA
La Table de Concertation
Agglo-Réseau
UNE INVITATION VOUS EST LANCÉE
Chaque premier mercredi du mois, les
organisations du milieu (privé, public et social) sont invitées à prendre part à une rencontre afin de créer des liens d’affaires dans
un échange de bons procédés et de savoirfaire en visant l’objectif suivant : favoriser et
soutenir le développement économique et
social de l’agglomération de Longueuil.
Nous regrouperons une vingtaine
d’organismes communautaires, d’économie
sociale et d’entreprises privées de l’Agglomération de Longueuil qui partagent des objectifs d’équité, de solidarité, de justice sociale,
de partage de la richesse, de cohésion, d’entraide, de non discrimination et d’amélioration de l’environnement. Les thèmes abordés
dans les pages du journal (action communautaire et économie sociale, culture, édu-
cation, environnement et santé seront au
coeur de la démarche proposée.
En début de rencontre, un conférencier invité viendra exposer son point de vue
afin de susciter la réflexion et la discussion.
On crée ainsi une convergence dynamique.
Suivra un lunch afin de socialiser avec des
participants qui vivent différences réalités
économiques. Par la suite, se tiendra un atelier d’échange qui permet aux uns de s’enrichir de l’expertise des autres. La richesse de
chacun est mise au service des autres dans
une complémentarité bénéfique pour tous.
L’alliance stratégique sera la méthode privilégiée dans le cadre de ces rencontres dont
tous sortiront gagnants.
TCAR
ACTIVITÉ
Rencontre AGGLO-RÉSEAU
DATE
Mercredi le 4 mai 2016
HEURE De 11h30 à 14h
ADRESSE
150 rue Grant, Longueuil
PLACES LIMITÉES
MEMBRE 20$/PER.
NON MEMBRE 30$/PER.
BOÎTE À LUNCH 12$
RÉSERVEZ S.V.P.
gfontaine@pointsud.ca
SALLE Ste-Élizabeth
Conférencier invité
Alex Bastide
L’Gros Luxe
L’économie sociale est
un trésor trop méconnu
Texte et photo : Pierre Turbis
À l’occasion de sa rencontre du 6 avril
dernier, la Table de Concertation Agglo-Réseau (TCAR) recevait à titre de conférencier
Eric Tétrault, président du Pôle d’économie
sociale de l’agglomération de Longueuil.
Après avoir brièvement raconté la naissance du Pôle, M. Tétrault a souligné à quel
point l’économie sociale est une force sur
laquelle il faut compter. « Vous êtes un trésor méconnu. L’économie sociale, c’est 178
entreprises et 3000 employés présents dans
l’agglomération de Longueuil. Mieux encore, c’est plus de 60 M$ de chiffre d’affaires
global, tout cela dans le respect d’une mission d’abord sociale. »
Trop longtemps associées à des rêveurs
et des buveurs de café, les forces vives de
l’économie sociale proposent des produits
et des services de grande qualité. « Le plus
grand défi qui se dresse devant nous est
celui de la commercialisation du fruit de
notre travail. Nous devons donc insister
sur la mise en marché et la promotion de la
qualité de nos produits, en considérant que
réussite sociale et commerciale peuvent et
doivent aller de pair. »
M. Tétrault raconte que la station radiophonique FM103,3, dont il est le directeur général, s’autofinance à 90% grâce
à des ventes publicitaires et partenariats
commerciaux. « Malgré un marché très difficile, nous tenons à générer un maximum
de revenus autonomes. »
La directrice du Pôle, Mélanie Rheault,
abonde dans le même sens que M. Tétrault.
« Nous voulons être un entremetteur, créer
des maillages entre l’économie sociale et
Denis Leftakis
Président
du conseil
d’administration
Fier partenaire de la CCIRS
Membre de
Journal à but non lucratif subventionné
Carole Leblond
Présidentedirectrice
générale
Agir,
bâtir,
unir.
Point Sud est membre du
Réseau placement média communautaire
150, rue Grant, bureau 110
Longueuil, Qc J4H 3H6
Point Sud est distribué en présentoirs dans
l’agglomération de Longueuil.
CONSEIL D’ADMINISTRATION
Sylvie Gignac
Présidente, secrétaire
Lyse Perreault
Administration
Pierre Turbis
Administration
Pour nous joindre
le milieu des affaires. Nous offrons un service d’accompagnement et de support pour
que tout soit fait dans la rigueur. Ensemble,
nous pourrons briser les tabous et contribuer à développer une fructueuse complémentarité entre nous. »
Voilà qui s’inscrit parfaitement dans
la vision que l’équipe de Point Sud avait
en lançant la TCAR. Au plaisir de vous
accueillir nombreux à notre prochaine rencontre, qui aura lieu, comme à l’habitude, le
premier mercredi du mois.
Directeur de l’information
Directeur publicitaire
Responsable des membres
Infographie
Impression
Distribution
Pierre Turbis
Gaëtan Fontaine
Yvan Parent
Pierre Vaillancourt
Hebdo-Litho
Comité de bénévoles
Les opinions émises dans le journal n’engagent
que leurs auteurs. Les tribunes libres doivent
obligatoirement être transmises par courrier
électronique à l’adresse suivante : info@pointsud.ca
La direction se réserve le droit de publier des extraits
seulement.
Téléphone : 450 677-2626
Télécopieur : 450 442-2663
www.pointsud.ca
info@pointsud.ca
ISSN : 1496-824X
Dépôt légal – Bibliothèque nationale du Québec 2001
Membre de la Coopérative
des médias indépendants de la Rive-Sud
SANTÉ
3
DU 21 AVRIL AU 11 MAI 2016 • POINTSUD.CA
Nouvel appareil de fluoroscopie
à l’Hôpital Pierre-Boucher
Texte et photo : Pierre Turbis
Le 12 avril, l’Hôpital Pierre-Boucher
procédait à l’inauguration officielle d’un
nouvel appareil de fluoroscopie et de la salle
adaptée qui permettront aux patients de bénéficier des soins les plus avancés et les plus
précis qui soient. Grâce à la fluoroscopie, on
marque le passage de la radiologie photo à la
radiologie vidéo, ce qui procure des images
beaucoup plus précises et claires.
Comme l’explique le Dr Antoine Robillard, chef médical du département d’imagerie médicale de l’Hôpital Pierre-Boucher,
au-delà de la radiologie diagnostique, la
fluoroscopie sert majoritairement à des interventions thérapeutiques.
« Que l’on pense à l’injection de médicaments anti-inflammatoires pour le traitement des douleurs du dos et des articulations, les interventions thérapeutiques au
niveau des vaisseaux sanguins, tels l’installation de cathéter et drainage d’abcès ou
d’hématomes, nous travaillons aujourd’hui
avec la Cadillac des appareils de fluoroscopie. »
Chef de file en chirurgie bariatrique
L’acquisition de cet appareil permet
à l’Hôpital Pierre-Boucher de consolider
sa position de chef de file québécois en
matière d’interventions non vasculaires et
bariatriques. En effet, le nouvel appareil est
conçu pour recevoir les personnes présentant des problèmes de surpoids. Désigné
centre d’expertise en chirurgie bariatrique
en 2009, Pierre-Boucher est le deuxième
centre en importance au Québec pour le
nombre de chirurgies réalisées annuellement pour le traitement de l’obésité morbide.
Utilisé depuis 18 mois, le nouvel appareil de fluoroscopie est pleinement fonctionnel depuis octobre 2015. Vingt-cinq (25) patients seront quotidiennement traités grâce
à cet appareil, dont l’acquisition représente
une avancée majeure pour l’Hôpital.
Cette excellente nouvelle a été rendue
possible par une participation financière de
400 000 $ de la Fondation Hôpital PierreBoucher. L’acquisition de cet appareil fait
partie des neuf projets inscrits dans le cadre
de la campagne majeure de financement de
la Fondation, qui prendra fin le 31 décembre
2016.
Offre de commandite : camion de 16pi
• Votre logo sur le camion
( 9 places disponibles seulement )
• 1/2 page dans ce journal pour chacun
des commanditaires, en publireportage
• Le camion parcours 40 000 km/an
• Des MILLIONS de personnes en
Montérégie et le Grand-Montréal
vont voir votre logo
• Coût : 2 500$ par an ( pour 3 ans )
Offre exclusive
Visibilité exeptionnelle
Notoriété hors paire
Contactez François Labrecque
Coordonnateur, développement du financement et projets spéciaux
Moisson Rive-Sud 1356, rue Volta Boucherville (Québec) J4B 6G6 T : 450 641-1895 poste 28
Lundi au vendredi 8 h à 12 h - 13 h à 16 h C : francois@moissonrivesud.org
ACTION SOCIALE
4
DU 21 AVRIL AU 11 MAI 2016 • POINTSUD.CA
Ingrid Falaise
Trouver la force
de se choisir
soi-même
Texte : Pierre Turbis – Photo : Stéphanie Lefebvre
Après avoir vécu l’enfer de la violence
conjugale pendant quelques années, la
comédienne Ingrid Falaise décidait de se
choisir elle-même. Grâce à de nombreux
efforts et de l’aide professionnelle, elle est
même parvenue à regarder l’avenir avec
optimisme.
Maintenant sortie du cauchemar, elle
aide celles qui vivent en compagnie d’un
conjoint violent en prononçant des conférences au cours desquelles elle raconte son
histoire. À l’occasion de la récente Journée
internationale de la Femme, elle était l’invitée de l’organisme Carrefour pour elle.
Quelques jours après cette rencontre,
elle confiait à Point Sud le sens de sa démarche. « Le message que je souhaite trans-
Bravo et
merci
à tous les
bénévoles!
mettre aux femmes est qu’il est possible de
s’en sortir et de vivre heureuse. Je ne veux
surtout pas laisser entendre que c’est facile
mais c’est possible… et je sais de quoi je
parle. »
Selon la jeune femme, il est extrêmement difficile de concevoir que l’homme
qui peut être si gentil soit le même qui nous
traite avec autant de mépris et de violence.
« L’engrenage est complexe. Reconnaître
que notre amoureux est capable de tant de
méchanceté nous amène à questionner notre
propre jugement. On se sent inadéquate
dans tous les secteurs de notre vie. Je savais
que j’étais dans une relation toxique mais il
m’avait tellement dit que je ne pouvais rien
faire sans lui, qu’affronter la vie sans sa présence m’inquiétait terriblement. »
Texte : Pierre Turbis – Photo : Bureau de Diane Lamarre
Dans le cadre de la Semaine de l’action
bénévole, qui se tenait du 10 au 16 avril dernier, la députée de Taillon, Diane Lamarre,
a remis des certificats honorifiques de
l’Assemblée nationale à une soixantaine de
bénévoles actifs dans son comté.
« La politique permet de côtoyer le meilleur de l’humanité. Vous êtes le meilleur de
l’humanité! C’est un immense privilège de
vous honorer aujourd’hui. Au nom de tous
ceux que vous aidez, souvent au quotidien
et depuis plusieurs années, je tiens à vous
remercier pour tout le bien que vous faites
autour de vous. Votre générosité et vos multiples talents apportent réconfort, soutien et
espoir », a soutenu la députée.
Quand Ingrid Falaise est finalement
venue à bout de sortir son conjoint violent
de sa vie, elle a enfin osé regarder plusieurs
événements avec un œil différent. Elle saisissait à quel point elle avait été victime
d’un manipulateur.
« La dernière chose que je veux faire
est de juger les femmes aux prises avec la
violence conjugale. Bien au contraire, je
veux leur laisser savoir qu’elles ne sont pas
seules et qu’elles sont importantes pour leurs
proches et pour moi. Je les invite à ne jamais
désespérer. Il faut contacter des ressources
comme le Carrefour pour elle. Même si vous
vous croyez insignifiantes et sans valeur, il
n’en est rien. Croyez en vous-mêmes autant
que les autres croient en vous. Vous être capables de vous en sortir. »
Parmi les bénévoles honorés, on retrouvait des retraités engagés auprès des
enfants et des familles vulnérables, des personnes ayant œuvré pendant des décennies
au sein de la communauté, des aidants naturels qui aident leurs concitoyens à briser
l’isolement ou encore des gens d’affaires qui
soutiennent le milieu culturel.
Reconnue pour son action au sein
de la Société d’histoire de Longueuil, elle
nous a résumé le sens que revêt pour elle
l’engagement bénévole « Je fais du bénévolat pour manifester mon appartenance à la
communauté. C’est ma façon de contribuer à
l’amélioration de la qualité de vie dans mon
milieu. »
Alors qu’il entame sa 16e année, le
journal Point Sud profite de l’occasion pour
remercier chaleureusement madame Dupuis ainsi que tous les bénévoles qui investissent temps et énergie dans la réalisation
d’un média qui se veut le reflet de la vie
communautaire chez-nous.
Une bénévole spéciale pour Point Sud
Parmi ces gens de coeur, se trouvait
une femme très spéciale pour Point Sud :
Hélène Dupuis, qui fut la toute première
présidente de notre publication, en 2002.
C’est avec grand plaisir que nous avons pu
lui dire notre reconnaissance.
CULTURE
5
DU 21 AVRIL AU 11 MAI 2016 • POINTSUD.CA
La culture fleurit
à Longueuil
à l’occasion du
Printemps culturel
Texte : Pierre Turbis
Pour une 18e année consécutive, le retour du beau temps marque également celui
du Printemps culturel à Longueuil.
Plusieurs élus, artistes, artisans et
représentants d’organismes étaient donc
réunis le 31 mars denier à la Maison de la
culture, à l’occasion du dévoilement de la
programmation de la 18e édition du Printemps culturel de Longueuil. Encore cette
année, on propose plus d’une centaine
d’idées de sorties culturelles dans 30 lieux à
travers la ville durant les mois d’avril à juin.
Nathalie Baroud, comédienne et citoyenne de Longueuil, était à la barre de
l’animation de cet événement des plus
conviviaux. Avec un enthousiasme contagieux, elle a invité la population à se laisser
toucher par ce bouquet de rendez-vous plus
invitants les uns que les autres.
Prenant la parole au nom de la mairesse
Caroline St-Hilaire, la présidente de l’arrondissement du Vieux-Longueuil, France
Dubé, s’est réjouit de constater l’importance que revêt la culture à Longueuil. « Au
fil des années, le Printemps culturel constitue
un enrichissement certain pour notre communauté. Offrons-nous donc trois mois de
bonheur et de culture. »
Le lancement a été ponctué par une
superbe prestation de la chanteuse Salomé
Leclerc, qui sera en spectacle au Théatre de
la Ville le 13 mai pochain.
La programmation 2016 offre aux
adeptes comme aux non-initiés une foule
d’activités regroupées en cinq grands
thèmes : sorties culturelles, littérature,
expositions, conférences et spectacles. Ces
activités se dérouleront à travers le territoire, notamment dans les bibliothèques, le
Centre culturel Jacques-Ferron, la cocathédrale Saint-Antoine-de-Padoue, le Théâtre
de la Ville et le Marché public de Longueuil.
Pièces de théâtre, concerts, expositions de
photographies, soirées de danse, ateliers
d’arts, rencontres d’artistes, généalogie et
projections de films seront autant de suggestions pour célébrer l’arrivée du beau
temps et pour patienter jusqu’à l’été.
Même les tout-petits seront bien servis
avec leur rendez-vous culturel des Petits
bonheurs Longueuil, qui se tiendra du 1er
au 8 mai. Ateliers parents-enfants, spectacles, contes et cinéma émerveilleront les
bambins de 0 à 6 ans comme leurs parents!
La programmation complète du
Printemps culture tout comme des Petits bonheurs est disponible sur le site
www.longueuil.ca
Happy Hour 4 à 8
1166 rue Volta, Boucherville, 450-641-3993
Le Pacte…
ou la tentation
de donner son âme
au diable!
Texte et photo : Pierre Turbis
Le 13 avril, le Chœur Vives Voix présentait la comédie musicale Le Pacte, qui
raconte l’histoire d’un village de la Côte
Nord dont la population devra choisir entre
l’expropriation et la conclusion d’un pacte
avec le diable lui-même.
Créé à partir d’un livret original de Luc
Gauthier et mis en musique par Jacques Lachapelle, ce spectacle haut en couleurs mettait en vedette 47 artistes sur scène, appuyés
par un orchestre dirigé par le compositeur
lui-même.
2768
Boul JacquesCartier Est,
Longueuil
(450) 647-5555
www.1855.ca
Avec humour et passion, les interprètes
ont conquis le public par leur talent et la
fantaisie des personnages auxquels ils donnaient vie.
Après avoir proposé des spectacles de
reprises pendant plusieurs saisons, voici
que l’on choisissait d’offrir une production
de matériel original l’an dernier.
À l’occasion d’une représentation-bénéfice, le spectacle a été précédé d’une prestation de Martin Deschamps ainsi que du
Bouchervillois François Léveillée. Bref, tout
était en place pour en faire une soirée mémorable… et ce fut vraiment le cas!
6 CULTURE
DU 21 AVRIL AU 11 MAI 2016 • POINTSUD.CA
CHRONIQUE
Le coin à Mgr*
Yvan Parent
chroniqueur
*Nom de plume
La poésie à l’honneur
au conseil municipal de
Longueuil
L’énergique
et courageuse
Louise
Demain, elle célébrera ses quatrevingts ans et on peut vraiment dire que c’est
une battante. Ce qui la définit le mieux, c’est
sa facilité de communication avec tous ceux
et celles qui se retrouvent sur son chemin.
Elle les écoute, elle entend leurs doléances
ainsi que leurs bons coups et elle devient rapidement une amie qui reçoit leurs secrets.
Par ses conseils, Louise participe à ces petits bonheurs qui agrémentent parfois leurs
jours sombres.
On ne peut dire que l’école répond à
ses besoins, mais tout au long de sa vie elle
s’organise et profite brillamment des talents
qu’elle a reçus. Sa grande curiosité lui joue
parfois des tours, mais dans d’autres situations, Louise s’en sert pour vivre des moments qui la surprennent et lui rendent la
vie agréable.
Cette semaine-là, Louise qui est prête à
tout, pourvu qu’elle ne soit pas à l’école, se
croit bénie des Dieux ; la maladie l’empêche
d’être en classe, car elle est devenue contagieuse à cause de la scarlatine. Quel plaisir
de ne pas se rendre à l’école tous les jours!
Sa mère se rend régulièrement la visiter à
l’hôpital Pasteur. Un séjour qui durera quarante jours. Le personnel de l’hôpital, d’un
autre côté, constate que Louise les occupe
beaucoup. Elle déborde d’énergie.
Louise s’intéresse beaucoup à son
entourage. Quand les gens disent : c’est
la p’tite Parent. On sait de qui ils parlent!
Louise connaît tout le monde et tout le
monde la connaît. Sa famille préférée ce
sont les Lagacé. Elle a une façon de nous en
parler en ajoutant une syllabe qu’il n’est pas
approprié de mentionner.
L’école est finie! Ouf ! Pour son premier emploi, elle travaillera entre autres
dans la chambre noire chez Photo Labelle
installé dans le vieux quartier de la LonguePointe. Elle y travaillera jusqu’à la fermeture de l’entreprise due au développement
des nouvelles technologies. Le lendemain
de son licenciement, elle trouve immédiatement un autre emploi à la pharmacie de
la place. Devenue caissière, elle se spécialise
dans la vente de produits de beauté. Elle est
très heureuse, car elle revoit régulièrement
les gens de la place et ceux-ci sont contents
d’être servis par leur préférée.
Louise participe quotidiennement à
recevoir et à transmettre les nouvelles du
village. On pourrait la qualifier de journaliste de tradition orale. La clientèle souhaite
aussi être servie par Louise, car les clients
sont curieux de ce qui se vit au village. C’est
un accident, un décès, un mariage… Les
gens sont heureux de connaître ce qui passe
dans le quartier.
Grâce à son premier conjoint, Louise a
fait le tour d’une partie de la province. Son
mari Jean par son travail dans l’imprimerie et particulièrement dans les journaux
lui a fait connaître quelques villes sur la
Rive-Sud et sur la Rive-Nord comme SaintHyacinthe, Granby, Sherbrooke et SaintJérôme. À leur retour à Montréal, Louise
collabore avec son conjoint Jean dans son
entreprise d’entretien de petites fournaises
à l’huile. Louise connaît bien les habitudes
de celui-ci et sait où le rejoindre lors d’une
urgence.
Louise accorde une grande importance à sa famille. Ses enfants sont de l’or
en barre et ceux-ci s’occupent beaucoup de
leur mère. Chacun d’eux participe à sa façon en rendant la vie intéressante à sa mère
soit en l’aidant dans l’aménagement de son
logement, soit en l’invitant à aller voir son
frère, cette ancienne vedette des Flyers qui
vit à Philadelphie, ou tout simplement en lui
téléphonant pour prendre de ses nouvelles.
Elle a déjà pleuré pour ses enfants, mais elle
s’est aussi réjouie pour eux.
Après le décès de sa mère, Louise déménage avec sa famille dans la maison de
son père accédant ainsi à la demande de
ce dernier. Ce fut bon pour elle, pour sa
famille et pour son père. Ça ne réussit pas
tout le temps ces arrangements, mais dans
ce cas-ci, ce fut une réussite.
C’est par ses contacts téléphoniques
réguliers avec son frère Bernard que Louise
informa ce dernier que les deux frères et les
deux beaux-frères dînaient ensemble quatre
fois par année. Malheureusement, son
conjoint Jean et son frère Jacques quittèrent
pour un autre monde quelques semaines
après un séjour à quatre dans une pourvoirie, un cadeau de Bernard fait à la dernière
minute.
Louise et son nouveau conjoint Jacques
se sont fréquentés pendant plusieurs années. Jacques s’est vraiment occupé de
Louise. Ils ne vivaient pas ensemble, mais
ils étaient proches. Que de souvenirs ont-ils
partagés ensemble! Jacques a gratifié Louise
de plusieurs belles sorties et de bons repas
dans de bons restaurants.
Bonne fête et longue vie, Louise! Ta
résilience et ton grand désir de vivre te permettent de passer la tête haute à travers les
épreuves et les aléas de la vie.
Texte Pierre Turbis – Photo et vidéo : Chantal Parenteau
Relevant le défi lancé par son homologue Naheed Nenshi, maire de Calgary, la
mairesse de Longueuil Caroline St-Hilaire
a invité l’auteure longueuilloise Kim Thùy
à faire la lecture de textes poétiques en prélude à la séance du conseil de ville du 20
avril.
Cette présentation s’inscrivait dans le
cadre du Défi de la poésie, un programme
de La ligue des poètes canadiens instauré en
collaboration avec la Ville de Calgary et la
Writers’ Guild of Alberta.
« Lorsque j’ai été approchée pour relever
le Défi de la poésie, j’ai tout de suite pensé
à madame Thùy. En plus d’être une ambassadrice pour notre ville, elle est une auteure
prolifique et admirée de tous. Son histoire
nous a touchés : quitter le Vietnam avec
les boat people à seulement 10 ans marque
une vie. Son vécu hors du commun a teinté
l’écriture de ses livres, qui nous font sourire,
pleurer, voyager. Nous sommes très fiers que
cette grande amoureuse des mots ait fait de
Longueuil son port d’attache. Nous serons
honorés de la recevoir au conseil de ville, afin
qu’elle partage avec nous sa passion de la lecture et de l’écriture », a déclaré la mairesse
de Longueuil, Caroline St-Hilaire.
Après avoir été couturière, interprète,
avocate, propriétaire de restaurant et chroniqueuse culinaire, Kim Thùy se consacre
désormais à l’écriture. Son premier livre,
Ru, paru en 2009, devient rapidement
best-seller au Québec et en France et voit
ses droits vendus dans plus de 25 pays.
Récipiendaire de sept prix littéraires prestigieux, dont le Prix des cinq continents de la
francophonie 2010, madame Thùy vient de
lancer son quatrième livre, vi.
Me Maude Joyal-Legault 450 356-1999
mjoyal@morinpilote.com
217 St-Charles Ouest, Longueuil www.lgrosluxe.com
7
DU 21 AVRIL AU 11 MAI 2016 • POINTSUD.CA
À Boucherville,
l’environnement, la culture et
la vie communautaire sont
au cœur des priorités
Texte : Pierre Turbis
Photo : Denis Germain (Boucherville)
Point Sud rencontrait récemment le
maire de Boucherville, Jean Martel, pour
discuter avec lui de l’importance accordée
par son administration envers la qualité de
vie des citoyens et les thématiques couvertes
par notre journal – culture, éducation, économie sociale et organismes sociaux, environnement, santé.
D’entrée de jeu, le maire nous confie
que l’environnement et le développement
durable demeurent les priorités des priorités. « Par nos actions, nous faisons la preuve
que développement économique et dévelop-
pement durable ne sont surtout pas inconciliables. Tout en ayant un des plus importants
parcs industriels au Québec, la qualité de vie
chez-nous est exemplaire. À Boucherville,
cela signifie notamment des mesures en faveur du transport en commun, l’électrification des transports et des efforts importants
pour la remise en état de l’environnement
naturel. »
Selon le maire Martel, la culture constitue un élément essentiel à la qualité de vie.
« Nous sommes convaincus que la culture
enrichit la vie de notre communauté. À cet
effet, notre conseil municipal s’est doté d’un
comité consultatif sur les arts. Nous voulons
que les Bouchervillois se retrouvent autour
du beau. Depuis les rendez-vous de la mairie, qui mettent notamment en vedette l’Orchestre symphonique de Longueuil et une
association au Festival Classica, jusqu’à
l’ouverture assez récente du Café des arts,
nous encourageons les artistes locaux et
invitons notre population à découvrir des
artistes remplis de talents. »
Enfin, le maire se réjouit de la présence
de plus d’une centaine d’organismes communautaires qui contribuent à donner un
visage encore plus humain à Boucherville.
« La solidarité est une valeur essentielle dans
notre ville. C’est ainsi que Moisson Rive-Sud
est installé chez nous. Le souci des autres
s’incarne également dans les actions du
Centre de soins palliatifs Source Bleue et le
Centre de bénévolat de Boucherville (CAB).
La vie communautaire et sportive repose largement sur les épaules de nombreux bénévoles qui mettent leur cœur et leurs expertises au service des autres. »
Tout au cours de notre entrevue, Jean
Martel souligne le travail et l’implication
des uns comme des autres. « Quand je regarde notre ville, une de mes plus grandes
fiertés est de constater à quel point les Bouchervillois ont un cœur grand comme ça…
De toutes nos ressources, la ressource humaine est encore la plus précieuse… »
CULTURE
Texte et photo : Pierre Turbis
a permis d’aller au-delà du visionnement
dans un échange passionnant avec un public visiblement conquis.
La matinée Renaud
Boucherville
célèbre le
court métrage
indépendant
Parmi les joyaux culturels de notre
région, Boucherville propose annuellement
un festival international de courts métrages
indépendants, dont la sixième édition se
tenait le 17 avril dernier.
Organisée par l’organisme Ciné-Vidéo de Boucherville, cette compétition très
relevée permet d’apprécier le travail de cinéastes d’ici et d’ailleurs dans une grande
célébration de cette forme artistique trop
méconnue.
L’événement a débuté samedi par une
conférence de la cinéaste Martine Asselin.
Intitulée J’aime le court métrage, cette présentation a permis à la jeune femme de partager sa passion pour ce mode d’expression
tout à fait unique.
Tout en présentant quelques unes de
ses œuvres, accompagnées du récit de la
petite histoire de leur création, la cinéaste
Romance sur deux roues
Le lendemain avait lieu la compétition de courts métrages. Le Prix du public
est allé au film Rollmance, une fantaisie
romantique mettant en vedettes deux vélos
et leur alter ego humain. Le public a été touché, amusé et ému par l’incroyable inventivité des auteures Catherine Villeminot et
Tiphaine DeReyer.
Quant aux deux prix du jury, le second
a été remis à Patrick Peris pour Spazuk, Fire
Painter, et le premier prix au film D’où je
viens, du cinéaste Hugo Belhassen.
Le Prix Bernard a été attribué au jeune
réalisateur Jules St-Jean pour son film Le
Kadeau.
Notons enfin que la compétition a été
précédée de la Matinée Renaud, au cours
de laquelle on a projeté des films touchants,
principalement réalisés par Roger Renaud,
incluant trois œuvres fortes dénonçant
l’homophobie.
1185, ch du Tremblay, suite 290, Longueuil 450-448-2777
ENVIRONNEMENT
CHRONIQUE
Monique Hains
chroniqueuse en
environnement
8
DU 21 AVRIL AU 11 MAI 2016 • POINTSUD.CA
Planter de l’asclépiade
pour protéger
l e s mona rqu e s
- Ensemble, créons un « effet papillon » sur la Rive-Sud!
Qui n’aime pas les papillons? Venez
grossir les rangs d’un mouvement citoyen
qui déploie ses ailes pour sauver le magnifique papillon monarque de l’extinction.
Tristement, les populations de monarques ont chuté à un creux historique d’à
peine 33.5 millions en 2013, alors que leur
moyenne annuelle était de 350 millions au
cours des 15 dernières années. C’est 10 fois
moins!
Une des principales causes de ce déclin
est la disparition marquée de la seule espèce de plantes dont se nourrissent les monarques et sur laquelle les femelles pondent
leurs œufs : l’asclépiade. Elle est aussi
connue sous le nom de « soyer du Québec »
ou « soie d’Amérique ».
L’asclépiade poussait jadis abondamment dans les champs, aux bords des chemins et sur les terres agricoles. Aujourd’hui,
90 % des plants d’asclépiade ont disparu
dans certaines régions, en raison des pratiques agricoles et de l’utilisation d’herbicides à grande échelle. Cela a eu un impact
dévastateur sur les monarques.
Heureusement, il est possible de ramener les populations de ce splendide papillon
et, chose surprenante, chacun d’entre nous
peut y contribuer.
Récemment, la Fondation David Suzuki lançait la campagne « L’Effet papillon ».
En signant le « Manifeste Monarque », vous
vous engagez à poser un ou plusieurs petits
gestes chez vous ou dans votre entourage
pour permettre de sauver le monarque de
l’extinction.
Quel magnifique projet! Dans les cours
d’écoles, de bureaux, de résidences pour
aînés, de petits coins peuvent être aménagés
pour y faire pousser l’asclépiade. Une belle
occasion de développer de nouveaux liens
de voisinage. Et imaginez le plaisir lorsque
les monarques reviendront !
L’implication des résidents de la RiveSud peut faire une réelle différence. Les
Villes pourraient emboîter le pas et amplifier les efforts citoyens : plantation d’asclépiade dans les parcs, distribution de plants
aux citoyens, conférences sur le sujet.
Verrons-nous revenir des nuées de
papillons monarque par chez nous? Il n’en
tient qu’à nous : saisissons l’occasion!
Pour signer le « Manifeste Monarque »
www.davidsuzuki.org/fr
Manifeste Monarque
La Fondation David Suzuki aidera en fournissant renseignements et conseils pour
réaliser les tâches.
1. ÉVITER d’utiliser des pesticides et herbicides toxiques.
2. CONTACTER au moins une école, paroisse, entreprise ou autre organisation de
votre quartier pour proposer de faire un jardin pour papillons.
3. APPELER un centre de jardin ou une pépinière de la région pour demander de
commander des plants d’asclépiades.
4. ACHETER une plantule, des semences ou une trousse d’asclépiade pour un ami ou
pour chez vous ou FAIRE UNE CONTRIBUTION à la Fondation David Suzuki, lui
permettant de planter de l’asclépiade partout au Québec : boutique.davidsuzuki.org
5. FAIRE POUSSER de l’asclépiade et autres fleurs sauvages indigènes chez vous
(cour, jardin, balcon)
6. PARTICIPER au « Grand pique-nique urbain » de la Fondation David Suzuki, le 20
mai 2016 de 10 h à 14 h dans le parc Hydro-Québec à Montréal et passer à la « station
papillon » pour recevoir des conseils pratiques pour protéger les papillons chez vous.
Bruit au parc Jean-Drapeau
Saint-Lambert favorise
la politique
de la main tendue
Texte : Pierre Turbis – Photo : www.flickr.com
Si les Lambertois se réjouissent de la
récente décision de la Cour d’appel qui reconnaissait, encore une fois, le bien-fondé
du recours intenté, ils favorisent encore la
politique de la main tendue pour trouver un
terrain d’entente avec Montréal et evenko.
« Plus que jamais, nous souhaitons,
d’un commun accord, identifier et mettre
en œuvre des mesures d’atténuation du
bruit qui assureraient le maintien de la qualité de vie de nos citoyens tout en offrant
une expérience mémorable aux nombreux
festivaliers qui foulent le sol du parc JeanDrapeau plus de 60 jours chaque été », s’est
exprimé Alain Dépatie, maire de SaintLambert.
Les nombreux citoyens présent à la rencontre du conseil municipal du 18 avril ont
majoritairement appuyé cette position de la
Ville, qui préfère la négociation à la dispute
devant les tribunaux.
Une rencontre est d’ailleurs prévue
entre la Ville de Saint-Lambert et evenko
le 4 mai prochain. En quête d’une solution
durable et permanente, Saint-Lambert a
bon espoir qu’une entente survienne et que
des mesures d’atténuation satisfaisantes seront apportées à l’issue de cette rencontre.
Soulignons qu’en janvier dernier, la Cour
supérieure avait reconnu à Saint-Lambert
le droit de poursuivre ses démarches judiciaires contre la Ville de Montréal, evenko
et la Société du parc Jean-Drapeau.
De bonne foi, Saint-Lambert a réitéré
sa volonté de maintenir la suspension de sa
poursuite et a de nouveau tendu la main aux
parties impliquées. Malgré les nombreuses
demandes de rencontre à la Ville de Montréal restées sans réponse, Saint-Lambert a
toujours privilégié l’approche de « bon voisinage ». En négociation depuis 2007 pour
résoudre la problématique du bruit, les parties en étaient même arrivées à une entente
en 2013.
Malheureusement, après l’arrivée d’un
nouveau conseil municipal à l’hôtel de ville
de Montréal en novembre 2013, les canaux
de communication ont été coupés et la Ville
de Saint-Lambert s’est vue forcée de faire
appel aux tribunaux pour se faire entendre
et respecter dans ses droits.
La Ville de Saint-Lambert précise toutefois qu’elle n’hésitera pas à exercer toutes
ses options judiciaires dans l’éventualité où
la discussion achopperait.
9
ÉDUCATION
CHRONIQUE
DU 21 AVRIL AU 11 MAI 2016 • POINTSUD.CA
Carole Lavallée
présidente
de la CSMV
Merci
à nos bénévoles!
Tous les ans, durant la Semaine pour
l’action bénévole, qui se tenait cette année
du 10 au 16 avril, les commissaires tiennent
à souligner l’engagement des bénévoles
auprès des jeunes. Au cours de la soirée
du 13 avril, nos précieux bénévoles ont eu
droit à des prestations d’élèves talentueux,
notamment des gagnants du récent
concours Primaire en spectacle de la CSMV.
J’en profite pour réitérer notre
reconnaissance envers nos bénévoles et
les féliciter pour leur engagement et leur
participation au dynamisme de la vie des
écoles et des centres. Avec générosité,
ceux-ci consacrent un temps précieux à
l’enrichissement de la vie culturelle, sportive
et communautaire du milieu scolaire et
grâce à leur assiduité auprès des jeunes, de
nombreuses campagnes de prévention, des
activités et des sorties de tout genre peuvent
se réaliser.
Chaque établissement a son noyau
de bénévoles dévoués; en additionnant
les gestes de tout ce monde on comprend
pourquoi la Commission scolaire MarieVictorin est si dynamique, avec des élèves
jeunes et adultes bien visibles sur la scène
culturelle, sportive ou communautaire.
BÉNÉVOLES HONORÉS
PAR DIANE LAMARRE, DÉPUTÉE DE TAILLON
SEMAINE DE L’ACTION BÉNÉVOLE 2016
Je vous remercie pour tout le bien que vous faites autour de vous, chez-nous.
Votre engagement et vos talents sont importants pour notre communauté
et y apportent réconfort, soutien et espoir.
ACEF Rive-Sud - Lise Thibault, Action Services aux proches aidants de Longueuil - Claire Michaud-Leblanc, Alternative Centregens
- Marcel Brabant, Association des artistes peintres de Longueuil - Jean-Marie Benoît, Association québécoise des loisirs Folklorique
Rive-Sud - Serge Ménard, Association Québec-France Montérégie est - Denis Lussier, Association Sclérose en Plaques Rive-Sud Jean-François Dandrieu, Atelier théâtral de Longueuil (L) - Marie-Paule Carrier, Autisme Montérégie - François Martel, Baladeur
René de Longueuil - Hubert Prince, Barbaparents (Les) - Yolande Harvie, Carrefour le Moutier - Marc Gagné, Carrefour Mousseau
- Nathalie Thirion-Armanli, Centre communautaire des Aîné(es) de Longueuil - Loiselle Bouffard, Centre communautaire le Traitd’Union - Lise Lavallée, Centre de femmes de Longueuil - Karine Séguin, Chevalier de Colomb Conseil Charles Bruneau #10748
- Roger Mercure, Chœur Vives Voix - Jacques Thibodeau, Club de patinage artistique de Lgl - Nathalie Duraint, Club optimiste
Bellerive - Michel Gravel, Club optimiste Fatima Longueuil - Joan Hins, Collectif de défense des droits de La Montérégie - Marie
Tardif, Comité Logement Montérégie - Jean-Yves Laverdure, Écrit Tôt (L) - Richard Dansereau, Entraide Chez Nous (L) - Normand
Lebel, Fablier, une histoire de famille (LE) - Line Laroche, Filles d’Isabelle Cercle Notre-Dame de Fatima - Micheline Marley,
Fondation Carrefour pour Elle - Louise Poitras, Fondation la Mosaïque - Michèle McKay, Habitations Paul-Pratt (Les) - Micheline
Aubin, Hébergement Maison de la Paix - Johanne Harvey, Hockey les Sages de la Rive-Sud - Paul Boudreau, Inform’elle - Carole
Garceau, Initiative 1,2,3 GO! Longueuil - Karol Joana Hernandez Ramos, Intégration sociale des enfants Handicapés en milieu de
garde - Tommy Théberge, Foyer St-Antoine de Longueuil - Yvon Richer, Maison de la Famille LeMoyne - Edouard Archer, Maison
de Jonathan - Francine Chabot, Maison des Tournesols - Pierrette Boutin, Maison Tremplin (LA) - Martine Godin, Maison Vivre Martine Tremblay, Maisonnette Berthelet (LA) - Micheline Carbonneau, MAM Autour de la maternité - Julie Ferland, Moisson RiveSud - Denis Rioux, Partage St-François-de-Sales - Rita Picard, Regroupement des Femmes d’Origine Haîtienne-Montérégie - Yolande
Raphaël, Résidence Beauvais - Micheline Duggan, Société Alzheimer Rive-Sud - Joyce Caldwell, Société d’histoire de Longueuil
- Hélène Dupuis, Société d’histoire de Marigot - Jacques Bertrand, Société de Schizophrénie de la Montérégie - Lorraine Lamequin,
Théâtre de la Ville - Bernard Grandmont, Théâtre Lyrique de la Montérégie - Diane Bélair, Zébre (Le) - Gariela Nehmert
Diane
Lamarre
Députée de Taillon
498, boul. Roland-Therrien
Longueuil (Québec) J4H 3V9
Tél. : 450 463-3772 Téléc. : 450 463-1527
diane.lamarre.tail@assnat.qc.ca
Nos bénévoles sont présents, entre
autres, au sein des conseils d’établissement,
des nombreux comités qui s’activent dans
l’école, lors des événements, des activités
et sorties spéciales, bref, ils font partie
intégrante de la vie à l’école, et surtout,
ils sont tous réunis autour de la cause de
l’éducation publique.
Pa r tena i res i r remplaçables, nos
bénévoles contribuent à faire de l’école ou
du centre un lieu d’épanouissement et de
croissance pour les jeunes. Qu’ils apportent
une aide régulière ou plus ponctuelle,
leur soutien est essentiel et nous les en
remercions chaleureusement!
Merci, chers bénévoles, d’être des
acteurs importants dans chacun des
milieux et d’y faire une différence grâce
à votre dévouement. Tous les élèves, les
directions et le personnel de la CSMV se
joignent à nous pour vous dire BRAVO et
MERCI !
La présidente
CULTURE
10
CHRONIQUE
Gérard Deschènes
chroniqueur
Président du C.A.
de la MIRS
Depuis le 6 avril 2016, le Québec dispose d’une loi cadre qui selon la ministre,
Mme Katheen Weil, constitue « un système
de sélection moderne, rapide et flexible, à la
mesure du XXIe siècle, un système qui permet la sélection en continu de personnes dont
le profil répond aux besoins de notre marché
du travail. » Toujours selon la ministre, ce
nouveau système de sélection sera basé sur
le modèle de la déclaration d’intérêt plutôt
que sur le principe du « premier arrivé, premier servi ».
À part quelques objections d’organismes préoccupés par les impacts humains
des interventions gouvernementales, cette
nouvelle orientation que l’on pourrait qualifier d’approche utilitarisme de l’immigration semble bien reçue par la société
québécoise. D’ailleurs, cette vision de
l’immigrant-ressource qui pourra combler
des besoins en main d’œuvre et soutenir
la croissance démographique de sa société
d’accueil est une tendance qui s’est généralisée ces dernières années dans les pays
riches.
Comme d’autres, je souscris bien sûr à
des politiques qui visent à enrayer le taux
de chômage inacceptable chez les personnes
immigrantes. Mais aussi, comme d’autres,
DU 21 AVRIL AU 11 MAI 2016 • POINTSUD.CA
Votre
déclaration
d’intérêt
s.v.p.
j’ai peine à croire à la capacité des économistes à prévoir avec une relative certitude
les besoins en main d’œuvre des entreprises alors que la plupart du temps cellesci ne peuvent le faire elles-mêmes. Comme
d’autres également, j’ai peine à croire à la
disparition des barrières corporatives qui
constituent un obstacle majeur aux emplois
professionnels. Tant mieux si mon scepticisme n’était pas fondé, laissons le temps
démontrer la justesse de cette nouvelle approche.
Mais au-delà de toutes ces politiques
sur l’immigration, il y a au cœur de ce mouvement d’êtres humains l’immigrant dont
on ne parle pas beaucoup lorsque l’on fait
des lois. Dans cette chronique, je voulais
rappeler que peut importe le système d’immigration, l’immigrant verra désormais sa
vie, pour le meilleur ou pour le pire, totalement bouleversée.
Je reproduis des extraits d’un beau
texte de M. Noureddine Bellocine, directeur général de la MIRS sur les états d’âme
d’une personne immigrante. Ce texte est
paru dans le journal de la MIRS (vol. 7,
no.2, juin 2010) et est disponible sur le site
internet.
« Au-delà des raisons qui poussent
quelqu’un à l’exil, celui-ci reste une expérience humaine intense. Partir, c’est toujours
mourir un peu, disait le poète. On ne quitte
jamais impunément sa terre natale.
Ceux qui ont dû faire leur baluchon un
jour me comprennent sans doute au quart de
tour. C’est ce je ne sais quoi qui vous prend
quelque fois à la gorge jusqu’à étouffement,
pour vous relâcher, fort heureusement,
jusqu’à la prochaine crise.
Hormis quelques exceptions, l’exil est
souvent une solution de salut, de dernier
recours dans une situation extrême. Rarement un choix de vie. Et, pour cause, en
d’autres lieux et époques, c’est même considéré comme l’ultime châtiment qu’on pouvait infliger à un citoyen pour faire de lui un
métèque.
L’exil est une séparation, un découpage,
une rupture, une fracture, un déracinement,
une blessure, un renoncement, une perte,
avant d’être une condition humaine. Cette
expérience humaine peut-être féconde et a
été le ressort de créativité dans les arts et la
littérature dans les différentes diasporas à
travers le monde. L’exil est donc bel et bien
un état d’âme, au-delà du statut, des conditions de vie, du pays d’accueil, du regard des
autres. »
Comme d’autres, j’ai aussi relevé que la
Loi 77 proposait peu de nouvelles stratégies
pour aider la personne immigrante à s’épanouir au plan personnel, familial si ce n’est
les généralités du Chapitre VI sur la participation à la société québécoise.
Le système de planification et de sélection des immigrants étant maintenant
sanctionné, souhaitons que le gouvernement du Québec se préoccupe maintenant
des conditions de vie et des états d’âme de
ces personnes qui auront choisi de refaire
leur vie chez nous et sur lesquelles nous
comptons pour assurer la prospérité de ce
pays comme le dit si bien le législateur.
Gérard Deschênes
Président du CA de la MIRS
L’écrivaine Jennifer Tremblay
obtient la bourse Résidence
de création Librairie Alire
Texte et photo : Conseil des arts de Longueuil
C’est avec beaucoup de fierté que le
Conseil des arts de Longueuil, en partenariat avec la Librairie Alire et le réseau des
bibliothèques de Longueuil, remet cette
année la bourse Résidence de création Librairie Alire à l’écrivaine longueuilloise,
Jennifer Tremblay.
Cette résidence qui s’adresse aux artistes professionnels du secteur de la littérature et du conte a lieu du 7 mars au 6 mai
à la bibliothèque Raymond-Lévesque de
Saint-Hubert. L’objectif de ce programme
est de favoriser la création en permettant
aux artistes admissibles au programmes
du Conseil des arts de Longueuil de disposer des ressources locatives et financières
nécessaires à la réalisation d’une œuvre
en lien avec leur démarche artistique et
d’accroître les possibilités de contacts avec
le public longueuillois au moyen de rencontres d’activités culturelles.
Le réseau des bibliothèques de Longueuil, qui s’associe au projet pour la cinquième année, offre à l’artiste boursier du
secteur de la littérature et du conte le lieu
de création soit la bibliothèque RaymondLévesque de St-Hubert. L’artiste reçoit également une bourse de 5 000 $ offerte par la
Librairie Alire, partenaire du projet et heureux de soutenir la création.
Écrivaine et éditrice, Jennifer Tremblay
a cofondé en 2004, avec Martin Larocque,
les Éditions de la Bagnole et fait son entrée
au Centre des Auteurs dramatiques en 2008
grâce à son monologue La Liste, maintes
fois primés. Cette même année, La Liste a
remporté le Prix du Gouverneur général,
puis, en 2010, le prix Michel-Tremblay du
meilleur texte dramatique. En 2015, elle a
reçu le Prix du CALQ – Créatrice de l’année
en Montérégie.
825, rue Saint-Laurent Ouest, Place Longueuil
450 679-8211
w w w. l i b r a i r i e - a l i r e . c o m
alire.leslibraires.ca
11
DU 21 AVRIL AU 11 MAI 2016 • POINTSUD.CA
ACTIVITES CULTURELLES
de l’agglomération de Longueuil
4 au 29 mai
Galerie Vincent d’indy
Club photo de Boucherville
Photographie
Galerie Léz’arts 5-12 ans
Bibliothèque Montarville-Boucher-De La Bruère
18 avril au 12 juin 2016
Exposition annuelle 2016 L’Atelier des Arts Visuels
Café centre d’art
6 avril au au 29 mai 2016
Galerie 500 - Exposition
annuelle du 14 septembre 2015
au 19 août 2016
Ateliers, activités et animations
6-12 ans
24 avril | Voyage au cœur de la
terre. Découvrez la Terre : de
son noyau à son écorce.
Conférences - La Société d’histoire des îles-Percées
Lieu : Salle Robert-Lionel-Séguin de la bibliothèque Montarville-Boucher-De La Bruère
27 avril 2016
Conférences à la salle RobertLionel-Séguin.
Lieu : Salle Robert-Lionel-Séguin de la bibliothèque Montarville-Boucher-De La Bruère
21 avril 2016
4 mai 2016
Renseignements Direction du loisir, de la culture et de la vie communautaire Ville de Boucherville 450 449-8651 culture-patrimoine@boucherville.ca
Salon des arts visuels
24e Salon des arts visuels 2016
Le Salon des arts visuels
regroupe près de 300 artistes
qui exposent, en seul lieu ! Les
visiteurs peuvent y découvrir
pas moins de 400 oeuvres
originales.
Plusieurs activités spéciales
sont au programme de cette fin
de semaine haute en couleur !
SAMEDI 23 AVRIL
13 h | Conférence L’artiste qui
peint le sport par France Malo
Présidente d’honneur de 2016 :
Mme Marie-Élaine Thibert
14 h | Collection d’été de la
designer Katy St-Laurent : un
art sportif à porter ! Nouveau !
VENDREDI 22 AVRIL
19 h | Démonstration par
Marie-France Boisvert
DIMANCHE 24 AVRIL
11 h | Concert d’Airs d’opéras interprétés par le Duo de
violoncelles
Loisir, culture et vie communautaire 2001, boulevard de Rome Brossard (Québec) J4W 3K5 450 923-6311 http://www.ville.brossard.qc.ca
Plus de 2500 $ en prix et mentions sont remis à cet occasion.
23 avril
Journée mondiale du livre et
du droit d’auteur
Réseau des bibliothèques
publiques de Longueuil
24 avril
Atelier d’écriture avec Jean
Barbe
Entre 13 h et 16 h
Bibliothèque Georges-Dor
30 avril
Le temps d’une chanson des
années 1950 à 2000
19 h 30 à la Chapelle Saint-Antoine et aussi 1 mai 13 h 30 et
16 h 30 Par Pro-Voc
5 mai
Les Senti-Mentaux
19 h 30 à 21 h 30 à la Chapelle
Saint-Antoine et aussi 6 mai
6 mai
Carte Blanche Debbie LynchWhite
20 h Théâtre de la Ville et aussi
7 mai
10 mai
Une photo vaut mille mots Alain Gill
Jusqu’au 29 mai Bibliothèque
de Greenfield Park
13 h 30 à 15 h 30 | Atelier
familial - 4 ans et plus | Création spontanée avec de l’encre
invisible | Places limitées
16 h | Dévoilement des gagnants du concours Coup de
coeur du public
12 mai
Une nuit à Venise
Jusqu’au 15 mai
Théâtre de la Ville
Par le Théâtre lyrique de la
Montérégie
TOUS LES DÉTAILS DE LA PROGRAMMATION Info-culture : 450 463-7181 longueuil.quebec/printempsculturel
22 avril à 13:00
Expositions de Karine Payette
et Catherine Plaisance
au centre d’exposition du Vieux
Presbytère
Vendredi 22 avril 2016 20:00
Théâtre Saint-Bruno Players –
Section anglophone
Centre Marcel-Dulude
Samedi 23 avril 2016 9:00
Les déjeuners du maire
À la bibliothèque. Réservez à
l’avance.
Mercredi 27 avril 2016 19:00
Défi Santé 2016
Conférence sur la course à pied
Au centre communautaire
Mardi 26 avril 2016 19:30
Conférence de la Société
d’horticulture et d’écologie de
Saint-Bruno (SHESB)
Au Centre Marcel-Dulude
Mardi 03 mai 2016 19:30
Conférence de la Société
d’histoire de Montarville
Mercredi 04 mai 2016 19:00
Défi Santé
Conférence – Bien manger :
pour le plaisir et la vitalité
Au Centre Marcel-Dulude
Au centre communautaire
Saint-Bruno-de-Montarville (Québec) J3V 3T8 Courriel : information@stbruno.ca Téléphone : 450 653-2443 www.stbruno.ca
Samedi 23 Avril 2016 - 10:00
Laissez-vous charmer par une
lecture emballante !
Pour souligner la Journée
mondiale du livre et du droit
d’auteur
Lieu : Bibliothèque
Samedi 30 Avril 2016 - 13:30
Brico-Biblio
La bibliothèque propose aux
jeunes participants des idées
originales de bricolage qu’ils
pourront...
Samedi 30 Avril 2016 - 19:30
Concert Voix d’Amérique
Dirigée par Xavier BrossardMénard, la Société chorale de
Saint-Lambert
Où : Église catholique de SaintLambert (41, avenue Lorne)
55, avenue Argyle Saint-Lambert, QC J4P 2H3 Canada Courriel : info.citoyens@saint-lambert.ca Téléphone : 450 672-4444
Mercredi 4 Mai 2016 - 19:30
Préludes à l’opéra : Les
Feluettes
Présentés par la librairie Le
Fureteur, les Préludes à l’opéra
sont une série de conférences
illu...
Où : À la bibliothèque
Photo: Bruno Schlumberger
Photo: Denis Germain
BILLETTERIE
OSDL.CA
450 466-6661 poste 224
30e TOUT EN JEUNESSE!
Laissons place à la relève avec l’éblouissant jeune violoniste Kerson Leong
et plus de 120 musiciens sur scène !
JEUDI 5 MAI 2016, 20 H / Présenté à la cocathédrale Saint-Antoine-de-Padoue à Longueuil
KERSON LEONG, VIOLON
ORCHESTRE SYMPHONIQUE DES JEUNES DE LA MONTÉRÉGIE
MARC DAVID, CHEF D’ORCHESTRE
Ouverture Maisonneuve et Mance
Symphonie espagnole en ré mineur
Symphonie no 3 « avec orgue »
Aleksey Shegolev
Édouard Lalo
Camille Saint-Saëns
Suivez-nous sur
SAISON 2015/2016
30e ANNIVERSAIRE
fonte meta plus bold
La typo sous le logo a été
ajoutée par Julie
L’OSDL remercie le ministère de la Culture et des Communications pour son aide financière à l’acquisition de nouveaux équipements.
RESTAURANT
BAR À HUÎTRES
LE CRU
C ’ E S T. . .
ALLEZ VOIR LA
VIDÉO SUR
pointsud.ca/cru
585 Av. Victoria Saint-Lambert T : 450-671-8278 C : info@restaurantcru.ca
Lund - Merc 11:30 - 22:00 Jeud - Vend 11:30 - 23:00 Sam 17:00 - 23:00 Dim 17:00 - 22:00
Auteur
Document
Catégorie
Uncategorized
Affichages
1
Taille du fichier
5 159 KB
Étiquettes
1/--Pages
signaler