close

Se connecter

Se connecter avec OpenID

Ali Bongo a participé à un débat de haut" niveau sur les ODD à Yew

IntégréTéléchargement
1er forum de la jeunesse sur l’égalité des
chances
Une vue de Libreville, la capitale gabonaise où vit près de la moitié de la population gabonaise @ Gabonactu.com
Libreville, Gabon (Gabonactu.com) – Le Premier Ministre, Chef du Gouvernement, le Professeur
Daniel Ona Ondo, a présidé ce vendredi la cérémonie d’ouverture du premier « Forum Jeunesse et
égalité des chances » organisé au Gabon pour que l’ensemble des mécanismes mis en place par
l’Etat profitent à tous les Gabonais, de manière équitable et sans aucune discrimination.
« Le lancement, en mars, du Programme pour l’égalité des chances par le Président de la
République, Chef de l’Etat, Son Excellence Ali Bongo Ondimba, constitue pour nous l’urgence de
multiplier des actions pour accélérer la cadence des réformes législatives et réglementaires visant à
lever et à atténuer les entraves au bien être des populations (…) Nous devons rompre avec le
schéma social que nous avons connu jusque là et qui a fait le lit à tant d’ injustice et de
marginalisation », a déclaré Daniel Ona Ondo.
Accompagné par Patricia Taye, ministre de l’Egalité des Chances et des Gabonais à l’Etranger, et
d’Andy Roland Nziengui, Président du Conseil National de la Jeunesse du Gabon (CNJG), le Premier
Ministre a procédé au lancement officiel des assises du Forum, organisé dans la salle des
conférences de l’hôtel boulevard de Libreville en présence de près de 500 jeunes. Au Gabon, la
jeunesse représente près de 75% de la population.
En marge de ce forum étaient organisés cinq panels et cinq ateliers qui ont vu la participation de
nombreux jeunes leur permettant ainsi d’apporter des solutions aux problématiques auxquels ils font
face. Ces derniers ont contribué à l’élaboration de politiques sectorielles pour le renforcement de
l’égalité des chances notamment un meilleur système de santé et de couverture maladie, la création
de richesse avec la mise en place des activités génératrices de revenus, l’accès à l’emploi pour les
jeunes et les femmes.
En outre, une caravane sera organisée par le Ministère de l’égalité des chances et des Gabonais de
l’étranger dans les différents quartiers et établissements scolaires à travers le Gabon afin de
promouvoir le Programme pour l’égalité des chances.
Des opposants ordonnent à Ali Bongo
Ondimba de quitter le pouvoir
Une vue partielle des leaders de l’USP @ Gabonactu.com
Libreville, Gabon (Gabonactu.com) – Des opposants gabonais y compris des leaders
de la société civile réunis au sein de l’Union sacrée pour la patrie (USP) ont
demandé samedi à Libreville lors d’un meeting au chef de l’Etat gabonais, Ali
Bongo Ondimba de quitter le pouvoir dans un délai de deux semaines à compter de
ce samedi, a annoncé Albert Ondo Ossa, président de l’USP.
« Nous avons mis en place un chronogramme de destitution d’Ali Bongo Ondimba », a déclaré le
professeur Albert Ondo Ossa.
Selon ce chronogramme, l’actuel chef de l’Etat, élu en 2009 pour un mandat de 7 ans, a une semaine
pour retirer sa candidature à l’élection présidentielle d’août prochain. « S’il le fait, nous lui
laisserons terminer son mandat ». Au cas contraire, il a une autre semaine pour démissionner de ses
fonctions de président de la République, a-t-il ajouté.
Zacharie Myboto était présent au meeting @ Gabonactu.com
Ondo Ossa, professeur agrégé en économique, ancien ministre sous Omar Bongo Ondimba et ancien
candidat à l’élection présidentielle de 2009 a indiqué que son mouvement sollicitera l’Assemblée
nationale pour démettre le président de la République pour défaut d’acte de naissance.
Jean De Dieu Moukagni Iwangou a fait un discours très enflammé à
Gabonactu.com
L’USP est convaincue qu’Ali Bongo Ondimba n’est pas le fils d’Omar Bongo Ondimba. Il est plutôt un
fils adoptif comme le confirme le journaliste écrivain français Pierre Péan dans son livre :
« Nouvelles affaires africaines ». La manœuvre de l’opposition consiste dans ce cas de faire
appliquer l’article 10 de la constitution gabonais qui dispose que les gabonais ayant acquis la
nationalité n’ont pas le droit de se présenter à l’élection présidentielle.
Une vue panoramique des participants au meeting @ Gabonactu.com
Le président Ali Bongo Ondimba et sa famille ont toujours réfuté ces accusations. Ils déplorent que
le débat surgisse après la mort d’Omar Bongo Ondimba.
« Si l’assemblée nationale ne réussi pas à le destituer, nous allons en dernier ressort nous référer au
peuple pour le chasser », a cogné en insistant Albert Ondo Ossa.
Le pouvoir n’a pas encore réagi à cette annonce. Le « clan » de Jean Ping, l’autre candidat à la
prochaine élection présidentielle du mois d’août n’était pas présent à ce rassemblement au collège
Nchorere de Libreville.
Les jeunes étaient naturellement plus nombreux @ Gabonactu.com
Aucun policier en uniforme n’était visible dans la cours ni dans les environs du meeting. Des
policiers anti-émeute étaient cependant postés dans leurs camions vers l’ancienne RTG. Ils n’ont
effectué aucune opération.
Martin Safou
Ali Bongo a participé à un débat de haut"
niveau sur les ODD à Yew York jeudi
Ali Bongo Ondimba à la tribune de l’ONU @ presse l’ONU
Libreville, Gabon (Gabonactu.com) – Le Président de la République, Son Excellence
Ali Bongo Ondimba, a pris part ce jeudi au débat thématique de haut niveau
consacré à la mise en œuvre des Objectifs de développement durable (ODD) à
l’horizon 2030, dans le cadre de la soixante dixième session de l’Assemblée
générale des Nations Unies. « La réalisation des ODD est un combat, a-t-il lancé.
Un combat pour l’avenir que nous voulons », rapporte un communiqué de la
présidence de la république.
Premier accord mondial établissant un programme d’action universel et global, ce programme
comporte un ensemble de 17 Objectifs qui ont une portée plus large que les 8 Objectifs du millénaire
pour le développement : là où ces derniers étaient centrés principalement sur des thématiques
sociales, les ODD couvrent l’ensemble des dimensions du développement durable, à savoir la
croissance économique, l’intégration sociale ou encore la protection de l’environnement.
« Des objectifs qui figurent dans le plan de développement du Gabon », s’est félicité le Chef de
l’Etat. Comme par exemple l’Objectif n°3 ‘bonne santé et bien-être’ qui fait écho à l’un des piliers du
Programme pour l’égalité des chances, l’accès aux soins de santé de qualité pour tous, en particulier
pour les Gabonaises et leurs enfants.
« Ce sont des priorités nationales. Avec la ferme volonté de promouvoir le bien-être de tous et de
garantir une éducation de qualité inclusive, j’ai lancé le programme pour l’égalité des chances afin
de passer d’un système de privilèges indus à un système d’égalité qui mènera résolument les
populations sur la voie de la richesse et de la prospérité partagée. »
Le Président de la République a souhaité enfin partager sa conviction avec l’assemblée : «Toutes les
générations appartiennent à une même communauté humaine et elles aspirent au même bonheur ».
Gaston Ella
Jean Ping dévoilera son projet de société
début mai
Libreville, Gabon (Gabonactu.com) – Candidat déclaré à l’élection présidentielle d’août prochain,
Jean Ping, ancien président de la Commission de l’Union africaine (UA) dévoilera son projet de
société début mai prochain, annonce son équipe de communication.
« Monsieur Jean Ping exposera, au cours de la première semaine du mois de mai 2016, les grands
axes de son projet de société devant la presse nationale et internationale », selon une annonce
envoyée à la presse.
Grosso modo, Jean Ping promet « Un Gabon sans peur et à l’abri de besoins ». Pour lui, le régime
actuel terrorise la population paupérisée à volonté à cause de la mauvaise gestion et les choix
politiques inappropriés.
Il est considéré comme l’un des sérieux candidat au » trône ».
Carl Nsitou
Arrestation du trésorier de l’Assemblée
nationale : Héritage et modernité dénonce
une manœuvre politicienne contre Nzouba
Ndama
Une vue des cadres d’Héritage et Modernité durant la conférence de presse @ Gabonactu.com
Libreville, Gabon (Gabonactu.com) – Les principaux ténors du PDG – Héritage et
Modernité (H&M) ont dénoncé jeudi à Libreville dans une conférence l’arrestation
du Trésorier de l’Assemblée nationale, Jean Pierre Doukaga kassa, soupçonnant
une manœuvre politicienne pour neutraliser l’ancien président de l’Assemblée
nationale Guy Nzouba Ndama devenu un redoutable challenger à l’élection
présidentielle d’août prochain.
H&M considère cette arrestation comme une « consternante » et « détestable manœuvre
politicienne résolument orientée contre le candidat Guy Nzouba Ndama ».
Jean Pierre Doukaga kassa, a été arrêté mardi dernier dans ses bureaux en fin de journée par la
Direction générale des recherches, une unité d’élite des renseignements généraux. Il est soupçonné
d’avoir tenté de soustraire des documents comptables. Son véhicule surchargé des classeurs avait
été stoppé prêt de la sortie du complexe de l’Assemblée nationale quelques heures seulement après
la démission de Guy Nzouba Ndama de son poste de président de l’Assemblée nationale.
« Nous invitons les autorités au respect de l’intégrité physique et de la dignité de monsieur Jean
Pierre Doukaga Kassa », lance H&M dans une déclaration lue devant la presse par un de ses
leaders, Alexandre Barro Chambrier.
Jean Pierre Doukaga Kassa est décrit comme un proche de Guy Nzouba Ndama qui a dirigé
l’Assemblée nationale durant 19 ans sans interruption. Il a démissionné de la tête de la chambre
basse du parlement et du Parti démocratique gabonais (PDG, au pouvoir) le 31 mars dernier pour se
porter candidat à l’élection présidentielle contre Ali Bongo, candidat à sa propre succession. En
2009, le dissident Nzouba Ndama était considéré comme le mentor du candidat Ali Bongo qu’il a
soutenu et contribué à élire.
Les documents comptables interceptés seraient compromettants. Ils révèleraient la traçabilité des
éventuels détournements orchestrés par le président Nzouba Ndama durant son long règne.
Selon Alain Claude Bilié By Nzé, l’argent volé aurait permis à Nzouba Ndama d’acheter 12 députés
devant le soutenir dans ses ambitions présidentielles.
Pour l’ancien député du parti au pouvoir, Barro Chambrier ces « propos d’une rare bassesse, sont
prononcés sans distance dans le seul dessein de travestir la vérité et abuser l’opinion nationale et
internationale et de décrédibiliser (…) l’honorable Guy Nzouba Ndama, personnalité politique de
premier plan dans notre pays et très crédible candidat déclaré à l’élection présidentielle ».
« Nous invitons le président de la République au ressaisissement et au respect des engagements
constitutionnels liés à sa charge », conclu H&M.
Au passage, la déclaration tire à boulet rouge sur le porte parole du gouvernement, Alain Claude
Bilie By Nze qui a tenu des « propos irrévérencieux » contre Nzouba Ndama lors d’une interview sur
Radio France internationale (RFI). A la même occasion, M. Bilie By Nze aurait accusé M. Nzouba
Ndama d’avoir détourné 6 milliards de FCFA qui auraient servi, entre autre, d’acheter les neufs
députés ayant démissionné collectivement du PDG.
Camille Boussoughou
Ali Bongo à New York pour signer l’accord de
Paris sur la COP 21
Logo accord de Paris sur la COP 21 @ DR
Libreville, Gabon (Gabonactu.com) – Le chef de l’Etat gabonais, Ali Bongo Ondimba
est arrivé mercredi à New York aux Etats unis sur invitation du Secrétaire général
de l’ONU Ban Kimoon à participer à la cérémonie de signature vendredi de l’accord
de Paris sur la CPO 21.
A son arrivée à New York, le Chef de l’Etat gabonais a plaidé en faveur d’une prise de conscience.
Continent le moins pollué parce que le moins industrialisé, l’Afrique est pourtant directement
menacée par la lente montée des eaux. Une hausse des températures de 4 degrés serait
catastrophique pour le monde entier, mais les conséquences pour les pays en développement
seraient encore plus dramatiques.
Lors d’un entretien au siège mondial de Bloomberg, le Président de la République a interpelé sans
détour ses contemporains : « En Afrique subsaharienne, les effets des périls climatiques, les conflits
pour l’accès à l’eau et aux terres arables, peuvent engendrer une grave crise humanitaire dans les
trente ans à venir ».
Ali Bongo Ondimba a souligné : « Nos pays en développement ont des problèmes sans doute
spécifiques ; mais les conséquences de nos échecs seront universelles ». Il a invité les pays
industrialisés à tenir leurs promesses financières, établies par l’Accord de Paris à un minimum de
100 milliards de dollars. Et martelé : « Le Gabon doit montrer l’exemple en matière de transition
énergétique et d’adaptation ; l’Afrique, elle-aussi, a des solutions à proposer ».
Selon le dernier rapport du Groupe international d’experts sur le climat (GIEC), les grandes
métropoles côtières – et quelque 900 millions de personnes – sont exposées à un risque naturel élevé
d’inondation d’ici la fin du siècle. Quant aux déplacés environnementaux, ils étaient 26 millions en
2015, plus que les réfugiés politiques, soit un par seconde. Un des principaux émetteurs étant le
Sahel, frappé par la désertification.
Le CF Mounana qualifié en quarts des finales
de la coupe de la CAF
CF Mounana @ Archives DR
Libreville, Gabon (Gabonactu.com) – Le CF Mounana a éliminé mercredi au Caire
en Egypte le club local du ENPPI après un match héroïque perdu (0-2) qui a pris
fin par des tirs au but, les deux clubs étaient à égalité des points (2-0) au match
aller à Libreville.
Selon le site internet de la CAF, durant le match au stade Petro sport, les égyptiens ont raté quatre
penaltys. Les gabonais ont également manqué un. Les deux buts égyptiens ont été marqués par
Ahmed Farrag Sabet Mohamed à la 31ème minute et Mario Roberto Martinez Hernandez à la 86ème
minute.
Le CF Mounana a marqué 5 tirs au but contre 4 pour les égyptiens.
Double vainqueur de la coupe du Gabon, le club gabonais vient de réaliser sa plus grosse
performance en compétition africaine.
Deux jeunes garçons échappent à un
enlèvement au pk6
Une vue de la voiture utilisée par les présumés kidnappeurs @ Gabonactu.com
Libreville, Gabon (Gabonactu.com) – Deux jeunes garçons dont l’âge varie entre 7
et 9 ans ont failli être kidnappés la nuit de mardi à mercredi au Pk6 par un homme
visiblement mal intentionné conduisant un véhicule de marque Toyota Carina dont
la plaque d’immatriculation de la male-arrière était arrachée.
Le présumé kidnappeur nommé Lendoye s’est présenté aux deux adolescents comme un agent de
la Police judiciaire (PJ). Un des petits semblait être de mèche avec le monsieur suspect. Après une
courte discussion avec les deux adolescents, sieur Lendoye les a embarqué avec brutalité dans sa
voiture. Ce qui a attiré l’attention des riverains. Les évènements se déroulent à partir de 22h30mn.
A la question de savoir pourquoi avoir embarqué les enfants avec brutalité, le prétendu policier
répondra « ce sont mes neveux, leurs parents m’ont envoyé les chercher ». Et d’ajouter « qu’ils ont
fui la maison depuis le matin ».
La curiosité des habitants du pk6 s’est poursuivie un peu plus envers les petits. Un des petits dira
« je ne pas connais ce monsieur ». L’autre petit répliqua « oui c’est mon oncle ».
Les propos contradictoires ont poussé les populations à faire descendre les enfants de la voiture. Le
spectre des crimes dits « rituels » étant très persistant à l’approche des échéances électorales au
Gabon.
Assailli des questions, finalement un des petits qui avançait être le neveu reconnaitra qu’il ne
connait ni le nom de son oncle, ni sa maison. Ce dernier (petit garçon) a vite été soupçonné par les
populations comme étant un appât qui attirerait les autres enfants aux fins de les faire rencontrer
des potentiels « criminels rituels ».
Informés, les parents des deux garçons accourent sur le lieu. Un des parents déclarent chercher son
enfant en vain toute la journée. Mais qu’il n’a jamais envoyé un monsieur de la PJ. La confusion est
totale.
Harcelé, le présumé adjudant Lendoye fait appel à ses collègues. Deux autres personnes se passant
pour des agents de la PJ se pointent. Après moult tractations avec les populations, le l’adjudant
Lendoye est relâché.
Avec ses compères, Lendoye s’embarque dans la fameuse voiture suspecte. Ils quittent le lieu sous
les chahuts des riverains.
Ces hués n’ont pas plus aux prétendus agents de la police judiciaires qui ont sorti les armes à feux
(Revolver ou PEA) pour vouloir tirer sur les populations. Celles-ci à mains nues n’ont bougé d’un
iota. « Tuer nous, tuer nous, bande d’assassins », ont hurlé les pères et mères de famille en
ébullition qui par cet acte, ont pensé empêcher un drame. Pris de honte, les prétendus agents ont
démarré leur véhicule pour une direction inconnue.
Le Notable
Marcel Abéké nommé porte parole de Nzouba
Ndama en Europe
Marcel Abéké @ DR
Libreville, Gabon (Gabonactu.com) – L’ancien tout puissant PDG de la Compagnie
minière de l’Ogooué (OMILOG), Marcel Abéké, 63 ans, a été nommé porte parole en
Europe du candidat à l’élection présidentielle d’août prochain, Guy Nzouba Ndama,
annonce le très informé hebdomadaire « La Lettre du continent ».
Marcel Abéké a pour mandat d’introduire Guy Nzouba Ndama dans les milieux d’affaires en Europe.
Il travaille en France depuis 4 ans comme Directeur exécutif auprès du patron du groupe minier
français Eramet dont COMILOG est la filiale gabonaise.
Marcel Abéké a dirigé la COMILOG de 1989 à 2011. Il avait très mal vécu cette éviction qu’il
considérait comme un coup bas monté par le palais du bord de mer. Il avait démissionné du Parti
démocratique gabonais (PDG, au pouvoir) en 2012.
Guy Nzouba Ndama pour sa part a démissionné de son poste de président de l’Assemblée nationale
le 30 mars dernier pour briguer le fauteuil présidentiel. Fervent défenseur d’Ali Bongo en 2009, il
est devenu son principal pourfendeur.
Martin Safou
Le journaliste Achille Patrick Dindoumou
interpellé par des gendarmes
Achille Patrick Dindoumou @ Facebook Achille Patrick Dindoumou
Libreville, Gabon (Gabonactu.com) – Le journaliste, Achille Patrick Dindoumou, des
hebdomadaires Echos du Nord et Fait divers, a été interpellé mercredi par des gendarmes
suite à une plainte pour harcèlement déposée par une femme auprès de laquelle le
journaliste tentait de recouper des informations, a annoncé sa rédaction.
« Les gendarmes sont venus déposer une plainte à la rédaction portant uniquement le prénom
Achille. Nous leur avons demandé d’établir une convocation en bon et du forme avec les noms et
prénoms de la personne recherchée. Ils sont partis. Vers 17 heures, alors que notre confrère sortait
du bureau pour acheter une carte de crédit téléphonique, il a été interpellé par des gendarmes en
poste au Tribunal de Libreville », a raconté un membre de la rédaction.
« Ils l’ont enlevé », a accusé un responsable de la rédaction. Selon ce responsable, le journaliste a
été arrêté à la sortie du bureau par quatre personnes descendues du voiture et l’ont embarqué manu
militari.
Achille Patrick Dindoumou enquêtait sur une affaire d’héritage qui tournait à l’escroquerie. Le
journaliste disposait des documents accablant contre une dame. La nécessité de recouper et
d’équilibrer les informations lui a amené à contacter la dame incriminée par ses protagonistes.
Ne comprenant pas la démarche du journaliste qui souhaitait publier son papier dans l’édition de ce
vendredi, la dame a porté plainte à la gendarmerie du tribunal qui a interpellé le journaliste pour
« harcèlement ».
Un responsable de la rédaction a affirmé que le dossier sur lequel enquêtait Achille Patrick
Dindoumou se chiffre en milliard de FCFA.
C’est la seconde fois qu’une telle situation se produit contre un membre de la réaction d’Echos du
nord et de Fait divers.
Antoine Relaxe
Auteur
Документ
Catégorie
Без категории
Affichages
0
Taille du fichier
402 Кб
Étiquettes
1/--Pages
signaler