close

Se connecter

Se connecter avec OpenID

20-22 octobre 2016. - Les Amis de George Sand

IntégréTéléchargement
Colloque « George Sand et les sciences de la vie et de la Terre »,
20-22 octobre 2016.
Kyoko WATANABE
Le voyage et les oiseaux chez George Sand
George Sand a écrit un grand nombre de romans sur l’artiste, et cela, dès
son premier roman signé J.Sand, jusqu’à la fin de sa vie. Dans l’œuvre
sandienne, l’artiste est souvent représenté par l’image de l’oiseau.
L’objet de notre étude sera l’oiseau et le voyage dans quatre œuvres choisies
convenant à cette démonstration : La Dernière Aldini (1838), Horace (1842),
Teverino (1846) et Les Ailes de courage (1872).
Dans les romans sandiens, le plus souvent, les personnages se transforment
en artistes à travers leur déplacement. Alors que beaucoup sont obligés de
partir malgré eux, le déplacement de Teverino n’est ni exil, ni fuite, mais le
résultat d’un choix pour trouver plus de liberté. Celui-ci qu’on a qualifié
initialement de « vagabond », de « vaurien », et de « misérable » devient
artiste au moment où il chante. Nous analyserons ce chant où il s’agit
d’oiseaux. Ici, la question n’est pas simplement d’évoquer la comparaison de
poète libre mais solitaire. La métaphore « oiseau amphibie » sera la clef de
notre analyse. Dans les écrits sandiens, le voyage des artistes
a pour point
de départ le domaine des poissons et pour but celui des oiseaux. Les poissons
représentent le joug familial.
En examinant la dernière partie de Teverino, nous constatons que l’oiseau
n’est attaché à aucun lien terrestre, qu’il est totalement libre et mobile. Les
oiseaux se déplacent selon leur choix. Teverino à l’image de l’oiseau qui veille
Madeleine de loin, en chantant et en apprenant à chanter aux enfants,
affermit notre hypothèse que l’oiseau, tout petit et fragile qu’il est, peut tisser
la lignée de vie de son espèce, tout en effaçant l’individualité. Les oiseaux
peuvent apparaître petits comme des points minuscules, mais confondus
comme un ensemble dans la nature, ils font naître l’art. Tels les
chants
populaires et folkloriques, dont on ignore l’auteur mais qui sont transmis de
génération en génération, leurs chants produisent une musique spontanée.
Cela représente l’art idéal pour Sand.
Nous verrons aussi, grâce aux Ailes de courage, que les connaissances de
Sand concernant les oiseaux ne restent pas dans le cadre de l’imaginaire et
du poétique. Le héros Clopinet connaît également le passage du poisson à
l’oiseau. Il se
forme à travers son voyage et acquiert une connaissance
d’ornithologue qui lui permet de vivre sa vie. En passant par la collection
d’oiseaux empaillés chez le baron, le vrai « observateur » et « artiste de
naissance » qu’il était, le jeune garçon apprend à lire et à écrire, même le latin,
tout en restant un « véritable élève de la nature ». Ce qui prouve cette
conviction de Sand que l’imaginaire n’est pas incompatible avec nature et
science. Aspects fantastiques sont nés d’une connaissance profonde de la
romancière.
Kyoko Watanabé est professeur de français à l’Université de Meiji à Tokyo
Bibliographie
George Sand
-
Vies d’artistes, Presses de la Cité (Omnibus), 1992.
-
Histoire de ma vie, Œuvres autobiographiques, Gallimard (Pléiade) 1970.
-
Lettres d’un voyageur, Michel Lévy, 1869.
-
Consuelo, Phébus, 1999.
-
La Comtesse de Rudolstadt, Phébus, 1999.
-
Contes d’une grand-mère, Éditions de l’Aurore, 1982-1983.
-
Pierre qui roule, SAFRAT, 1990.
-
Questions d’art et de littérature, Éditions Des Femmes, 1991.
-
Les Ailes de courage, Flammarion (Étonnants Classiques), 1997.
-
Antonia, Babel, 2002.
- Georges Lubin, Album Sand, Gallimard (Pléiade), 1973.
- Madeleine L’HOPITAL, La notion d’artiste chez George Sand, Boivin, 1946.
- Nicole MOZET, « Signé ‘ le voyageur’ : George Sand et l’invention de
l’artiste »in Romantisme n.55.
-
Jules Michelet, L’Oiseau, Hachette, 1893.
-
Gustave FLAUBERT, Le Dictionnaire des idées reçues, Le livre de poche
(Classique), 1997.
-
Chiyo SAKAMOTO et al, Le Monde de George Sand, Dai-san shobo, 2003.
-
Michel Foucault, L’Archéologie du savoir, Gallimard, 1969.
-
Surveiller et punir, Gallimard, 1975.
-
Les mots et les choses, Gallimard, 1966.
-
Jean-Pierre Richard, Poésie et profondeur, Seuil, 1976.
Auteur
Документ
Catégorie
Без категории
Affichages
0
Taille du fichier
91 Кб
Étiquettes
1/--Pages
signaler