close

Se connecter

Se connecter avec OpenID

atelier stress testing

IntégréTéléchargement
ATELIER STRESS TESTING
15ème Congrès des Actuaires
Par Idriss Tchapda Djamen, BNP Paribas, Head of CCM Stress Testing, membre de l’institut des
actuaires et membre du bureau BFA au sein de la SFdS
L’objectif de cet atelier est de présenter les principaux enjeux sur les stress tests dans 3 principaux
secteurs d’activité, à savoir, l’assurance à travers les problématiques des compagnies d’assurance, la
gestion d’actifs et les banques. Nous discuterons comment les stress tests s’intègrent dans la
réglementation de ces entreprises, comment ils sont utilisés comme outils de gestion des risques et
d’aide à la décision.
Contexte
L’industrie financière fait face à de profonds changements qui rendent les méthodes actuelles
d’analyse des risques inadaptées. La nature des dernières crises financières a modifié la manière
avec laquelle les banques et les compagnies d’assurance gèrent leurs portefeuilles. Ces acteurs
cherchent à se doter d’outils d’analyse et de modélisation leur permettant d’implémenter des
solutions de gestion active des risques.
Par ailleurs, dans le cadre de la surveillance des établissements bancaires, les instances de
supervision demandent de plus en plus d’informations notamment sur des tests de résistance qui
prennent en compte l’évolution de l’environnement économique sur une durée qui peut couvrir
plusieurs années.
Un test de résistance bancaire, ou « stress test », est un exercice consistant à simuler des conditions
économiques et financières extrêmes mais plausibles afin d’en étudier les conséquences sur les
banques, compagnies d’assurance ou encore des portefeuilles et de mesurer leur capacité de
résistance à de telles situations. Les chocs étudiés doivent être importants mais réalistes. Ils ont une
probabilité faible mais non nulle.
C’est le cas dans le cadre des stress tests américains organisés annuellement conformément à la
réforme Dodd-Frank de la régulation financière pour lequel les grandes banques américaines sont
soumises à des tests de résistances. Il s’agit d’étudier non seulement les risques pouvant peser sur
une banque soumise au test mais aussi les risques systémiques ou risques de contagion pouvant
générer une instabilité du système financier. Les résultats de ces exercices sont révélés au marché,
les banques pouvant échouer à ces tests soit pour des raisons qualitatives – rejet du scénario de
distribution des dividendes - ou quantitatives - la mesure des fonds propres par rapport à
l’exposition aux risques est insuffisante. La réussite à ces tests de résistance est une condition
ATELIER STRESS TESTING
15ème Congrès des Actuaires
indispensable pour être autorisé à relever son dividende ou encore à procéder aux rachats d’actions.
Pour les banques, à la sortie de la crise financière et face à un environnement macroéconomique de
plus en plus volatile, il est important de s’interroger sur la vulnérabilité de leurs différentes divisions
et activités. Il s’agit d’intégrer dans la gestion des risques, des scénarios adverses qui pourraient
remettre en cause des stratégies de développement d’une activité dans un secteur économique ou
encore une région du monde. De manière proactive à cette interrogation, il s’agit de se préparer en
mettant en place des actions de pilotage qui vont permettre d’atténuer les conséquences de ces
évènements adverses.
Dans le secteur de la gestion d’actifs, les stress tests se sont surtout développés sur des portefeuilles
utilisant des produits d’investissement à forte valeur ajoutée dont le suivi en terme de Risk
Management se fait avec des indicateurs de type Value at Risk ; c’est le cas par exemple des
portefeuilles qui utilisent des produits dérivés ou encore des stratégies d’arbitrage.
Un scénario va décrire de manière cohérente un état du monde résultant d’évènements ou série
d’évènements plausibles qui peuvent être adverses. Dans le cadre des compagnies d’assurance et
des banques, une des recommandations des régulateurs est que les résultats des stress tests et la
conception des scénarios soient décrits en incluant une analyse des phénomènes qui peuvent
entrainer ces événements. Il est aussi requis qu’une attention particulière soit portée à leur
compréhension par le senior management. L’une des problématiques liée aux stress tests est la
génération des scénarios, parce que le futur est incertain, le nombre de scénarios possibles n’est pas
limité. De plus, les scénarios peuvent être très complexes, impliquant des interactions entre
variables macroéconomiques et de marchés ou encore entre facteurs de risques. Dans le cadre de
cet atelier, nous présenterons les principaux enjeux liés à la conception des scénarios.
Présentations
Wayne RATCLIFFE (SCOR) :
ATELIER STRESS TESTING
15ème Congrès des Actuaires
Head of Group Risk Management, membre de l’Institut des Actuaires, Fellow du ‘Faculty and
Institute of Actuaries’ (UK) et diplômé de l’Université de Cambridge. Il a commencé sa carrière dans
le secteur de l’Assurance Vie en 1981 au Royaume-Uni. En 1994, il était à la fondation du bureau de
Scor Vie à Londres avant de rejoindre Paris au département Actuariat en 1998. En 2007, il a été
nommé Head of Group Risk Management. Wayne présentera les sujets de construction de scenarios.
Les thématiques suivantes seront abordées : Scenarios basés sur les probabilités comparées aux
scenarios caractérisés par des évènements ou des scénarios déterministes , vue holistique et Impact
sur les métriques.
Serge Kouao, Directeur des risques LBPSAM / Adjoint au Directeur des Risques LBPAM et actuaire
(en cours d’inscription à l’institut des actuaires) ; il présentera les enjeux pour les sociétés de
gestion d’actifs.
Idriss Tchapda Djamen, BNP Paribas, Head of CCM Stress Testing, membre de l’institut des actuaires
et membre du bureau BFA au sein de la SFdS
Auteur
Document
Catégorie
Uncategorized
Affichages
0
Taille du fichier
256 KB
Étiquettes
1/--Pages
signaler