close

Se connecter

Se connecter avec OpenID

Brochure du programme EcoSwissMade - HES-SO

IntégréTéléchargement
EcoSwissMade
P r o g r a m m e d e r e c h e r c h e t h é m a t i q u e HE S - S O
sur le manufacturing et l a performance industrielle
Ingénierie et Architecture
Edito
HE-Arc Ingénierie - Groupe Conception des moyens de production
Claude Jeannerat
claude.jeannerat@hes-so.ch
+41 32 930 22 26
HEI-VS - Institut Systèmes Industriels
Jacques-Eric Bidaux
jeric.bidaux@hevs.ch
HEIA-FR - Institut iRAP
2
Comité de pilotage
du programme
EcoSwissMade
Jean-Marc Boéchat
jean-marc.boechat@hefr.ch
3
hepia - Institut inSTI
Jacques Richard
jacques.richard@hesge.ch
HEIG-VD – Institut COMATEC
Alain Schorderet
alain.schorderet@heig-vd.ch
La recherche appliquée et développement est au cœur des missions
de la HES-SO. Dirigée par des professeurs de l’institution, elle permet à
tous les collaborateurs d’acquérir
des compétences pratiques, pour
répondre aux besoins de la société,
mais aussi de l’industrie, et de
garantir un enseignement de pointe
à nos étudiants.
Depuis quatre ans, le Domaine Ingénierie et Architecture a structuré
ses projets de recherche appliquée
en six programmes thématiques
qui, ensemble, couvrent tous les
champs d’étude de la faculté. De
l’énergie à l’optimisation de la
chaîne agroalimentaire, en passant
par l’étude de la densification
urbaine ou des objets connectés,
ces programmes thématiques ont
pour objectif de trouver des
solutions concrètes aux problèmes
de notre temps et sur une durée
relativement courte.
Nous avons souhaité expliquer
au grand public et aux entreprises
la nature de ces programmes, au
travers d’une série de brochures
présentant leurs points forts
et les compétences clés qu’ils
mobilisent. Les publications
servent aussi à mettre en avant
les réalisations concrètes auxquelles les programmes ont permis
d’aboutir, grâce à une collaboration
forte avec des partenaires du
secteur concerné.
dans l’atelier pour créer ma propre
vis. L’odeur de l’huile, le bruit et la
taille des machines me transportaient alors dans un autre monde.
C’est la même fascination qui me
saisit aujourd’hui quand je regarde
les développements d’une
micromachine capable de créer une
pièce jusqu’à une demi-fois sa taille
à partir d’un simple schéma conçu
sur ordinateur. L’arrivée de
l’industrie 4.0 ouvre une nouvelle
ère pour notre production.
La brochure que vous tenez entre
vos mains présente le programme
thématique EcoSwissMade, dédié
au manufacturing et à la performance industrielle. Son nom
comprend ainsi les concepts de
l’écoconception et de l’efficience
énergétique, qui ont aujourd’hui un
impact fort sur le maintien et le
développement d’une industrie
manufacturière suisse. Enfant, je
suivais mon papa avec fascination
Apprenons à maîtriser les
technologies qui équiperont et
amélioreront la machine de demain,
tout en étant conscients de
l’ampleur de notre responsabilité en
matière de développement durable.
Olivier Naef
Responsable du Domaine Ingénierie
et Architecture de la HES-SO
I n g é n ierie e t A R C H I T E C T U R E - E C O S W I S S M A D E
l e p ro g ramme
EcoSwissMade
En plus des risques de
délocalisation, le secteur
industriel suisse doit faire
face aux défis environnementaux. Le programme
EcoSwissMade apporte des
solutions concrètes pour
améliorer l’efficience et
réduire la consommation
énergétique.
La Suisse romande est l’une des
régions les plus innovantes et
densément industrialisées
d’Europe. C’est une grande force.
En revanche, avec l’évolution des
conditions-cadres, ces avantages
pourraient se transformer en
faiblesses. Le programme
EcoSwissMade se projette dans
l’avenir: la question qui sous-tend
ses projets est de savoir si la région
pourra maintenir sa situation
particulière à l’horizon 2030.
Trois éléments centraux se
détachent. Le premier concerne la
situation économique et le niveau
élevé des salaires en Suisse. Pour
éviter des délocalisations, il faudra
impérativement produire moins
cher, d’autant plus qu’en 2017,
l’entrée en vigueur du label Swiss
made imposera de nouvelles
contraintes en termes de production en Suisse. Le deuxième point
touche à la législation, notamment
en matière de protection de
l’environnement. Dans les années
à venir, nous devrons produire
autant, voire davantage, en
consommant moins. Enfin, divers
grands changements nous
attendent, notamment la croissance de la population mondiale,
qui impliquera une hausse de la
consommation des ressources
naturelles et des ressources en
énergie. Les surfaces industrielles
seront de plus en plus chères et
difficiles à trouver.
4
L’idée du programme EcoSwissMade
consiste à innover sur le long
terme pour obtenir des avantages
économiques, mais aussi
écologiques. Ces deux éléments ne
doivent pas être opposés, mais vus
comme complémentaires. En
d’autres termes, l’industrie de
I n g é n ierie e t A R C H I T E C T U R E - E C O S W I S S M A D E
demain devra être tout aussi
performante en consommant
moins d’énergie, moins de matière
et de surface disponibles. Ce sont
là les principes de l’écologie
industrielle.
Aujourd’hui, les industriels
pressentent ces évolutions.
Malheureusement, comme il s’agit
de considérations à long terme, ils
ne se donnent souvent ni le temps
ni les moyens de modifier les
choses. Notre rôle est de réfléchir à
des solutions potentiellement plus
intéressantes permettant de
continuer à produire autant avec
une empreinte nettement
diminuée. Voilà l’objectif des
différents projets du programme
EcoSwissMade, démarré en 2013.
Dans les prochains mois, nous
travaillerons à leurs développements futurs en collaboration avec
les industriels. Les compétences
en recherche appliquée des HES-SO
doivent constamment rester
ancrées dans la réalité du monde
de la production.
Les projets du programme
EcoSwissMade sont orientés sur
les procédés (production additive
et soustractive), les machines
(miniaturisation) et les processus
de fabrication (C-lean). Ils couvrent
ainsi un grand nombre des besoins
industriels.
Claude Jeannerat
Coordinateur du programme
HES-SO EcoSwissMade
Professeur HE-Arc Ingénierie
Trois questions à Jacques Richard
Chercheur en éco-ingénierie à l’Institut inSTI de la
Haute école du paysage, d’ingénierie et d’architecture
de Genève - hepia, Jacques Richard est responsable de
LEMM, un projet de micro-fraisage par électro-érosion
(micro-EDM-milling) épuré, réalisé en collaboration
avec le Prof. Maurizio Tognolini de la HEIG-VD.
1–
En quoi le procédé que vous développez peut-il
être qualifié de light?
L’objectif est de rendre le micro-EDM-milling modulaire.
Actuellement, cette nouvelle technologie n’est pas
encore utilisée en raison de ses problèmes de
lourdeur: elle demande des machines et logiciels
complexes. C’est très cher. Notre objectif est d’en faire
un système plug and play, de façon à pouvoir l’installer
sur une fraiseuse classique et de rendre ce procédé
abordable.
2–
Comment votre module se positionne-t-il en
regard des procédés d’usinage plus classiques comme
le fraisage?
Il serait complémentaire. Le micro-EDM-milling permet
de fabriquer des pièces qu’aucune autre technique ne
parvient à produire. Des pièces avec des détails à haut
facteur de forme, en particulier pour la réalisation de
petites cavités profondes. Ainsi, on peut très bien
imaginer l’implanter dans une machine standard pour
s’occuper de la finition des pièces. Tout pourrait être
fabriqué sur la même machine.
3 – Qu’est-ce qui a permis d’alléger cette technique?
Le défi du projet réside surtout dans la miniaturisation
du générateur, de lui donner une intelligence propre lui
permettant une certaine indépendance vis-à-vis de la
commande numérique. Le générateur est responsable
de gérer seul les processus d’étincelage de façon à
permettre un usinage à vitesse constante. La subtilité
est qu’aujourd’hui nous avons besoin de commandes
numériques dédiées à l’électro-érosion qui régulent en
permanence cette vitesse selon les conditions
d’étincelage. Avec LEMM, en misant sur un petit
générateur intelligent, il sera possible de se passer
d’une commande numérique spécifique. Le micro-EDMmiling pourra ainsi communiquer avec une machine
standard.
27%
La part du PIB national qui se trouve dans le secteur
secondaire. Ceci place la Suisse en tête des pays les plus
industrialisés... osons la défendre!
(Source: OFS, 2012)
Hautes écoles impliquées:
HE-Arc Ingénierie
HEIG-VD
hepia
HEIA-FR
HEI-VS
I n g é n ierie e t A R C H I T E C T U R E - E C O S W I S S M A D E
5
P R O J E T S ecoswissmade
P R O J E T S ecoswissmade
AZAT
BioMIM
BMF4.3
FUNCUT
Icomposite
LEMM
Mars 2014
Janvier 2016
Mai 2015
Novembre 2015
Octobre 2015
Avril 2015
But: Améliorer la zone thermique-
But: Développer un nouveau procédé
pour produire des pièces métalliques
par moulage par injection de poudres
(PIM), à l’aide de liants polymères
biosourcés.
But: Développer une petite broche
400 ktpm/250 W pour le microfraisage
But: Améliorer les performances
des micro-outils de coupe.
But: Evaluer les performances
énergétiques et fonctionnelles
des machines-outils.
But: Rendre le procédé de
micro-fraisage par électroérosion
modulaire et facile d’utilisation.
Hautes écoles HES-SO:
hepia & HE-Arc Ingénierie
Hautes écoles HES-SO:
Hautes écoles HES-SO:
Descriptif: Le projet FUNCUT
HEIA-FR, HEIG-VD & hepia
hepia, HEIG-VD & HE-Arc Ingénierie
Descriptif: Le projet Icomposite
Descriptif: Il s’agit de rendre
vise à injecter des composites par
des méthodes dérivées des
matériaux à fibres longues pour les
adapter aux fibres continues ou
extruder des composites. Cela
permet de fabriquer des produits à
bas coût. Ces techniques doivent
être adaptées pour obtenir des
propriétés utiles à base de
thermoplastes et de fibres carbone.
modulaire et accessible le procédé
du micro-EDM-milling, qui permettra de réaliser des cavités profondes alliant précision et rapport
d’aspect élevé, ce qu’aucun autre
procédé de fabrication ne permet.
Par la gestion d’intelligence locale
au niveau du générateur d’étincelles, LEMM doit en démontrer une
utilisation aisée et facilement
intégrable sur une petite machine.
Date de lancement:
Date de lancement:
ment affectée.
Hautes écoles HES-SO:
HE-Arc Ingénierie, HEI-VS, HEIA-FR
& hepia
Descriptif: La surface des pièces
usinées par des usinages classiques
(fraisage, EDM, rectification) est
souvent thermiquement affectée
(microfissures, phases métallurgiques désordonnées). La technologie développée dans le cadre du
projet AZAT permet d’éviter ce
problème grâce à un usinage laser
pico- et femtoseconde.
Hautes écoles HES-SO:
HEI-VS, HEIA-FR & hepia
Descriptif: Le projet BioMIM vise à
produire des pièces par moulage par
injection de poudres métalliques
(technologie MIM) à l’aide de liants
naturels, dont des polymères
synthétisés par fermentation
bactérienne. Les pièces produites
sont en métal biocompatible tel que le
titane ou l’acier inoxydable sans
nickel. Des solutions pour la
récupération des liants et solvants
utilisés sont aussi développées.
Date de lancement:
HEIG-VD & HE-Arc Ingénierie
Descriptif: Ce projet a pour objectif
de concevoir une solution de rotor
sur paliers à gaz hybrides (aérostatique et aérodynamique), de
comparer des solutions de moteurs
synchrones et de trouver une
solution adaptée au développement
d’un revêtement pour les surfaces
de paliers.
Date de lancement:
Hautes écoles HES-SO:
explore une voie innovante
permettant d’augmenter la durée de
vie des outils de coupe et de
diminuer le coût d’opérations
d’usinage par des dépôts ultra-durs
(méthode HiPIMS) sur des substrats carbure usinés et microstructurés par laser pico-seconde.
Date de lancement:
Date de lancement:
6
7
Date de lancement:
MAISO50001
Date de lancement:
MicroCnc
Micromac_Dev
Janvier 2015
Janvier 2014
Janvier 2014
But: Rechercher un bon compromis
entre productivité, bilan énergétique et état de surface d’une pièce
à usiner.
But: Développer un système de
management de l’énergie pour
l’appliquer au projet Micromac, dans
le cadre de la norme ISO 50001.
Hautes écoles HES-SO:
Hautes écoles HES-SO:
But: Développer un framework de
calcul de trajectoires CNC modulaire, orienté objet, et le démontrer
en pilotant une machine à l’aide
d’une carte embarquée.
Décembre 2014
But: Développer, réaliser et
pré-caractériser la micromachine.
HEIG-VD, HE-Arc Ingénierie & hepia
HEI-VS, HE-Arc Ingénierie & hepia
Hautes écoles HES-SO:
Descriptif: Ce projet développe
Descriptif: Le projet MAISO50001
des algorithmes d’optimisation de
trajectoire minimisant le temps de
parcours et l’énergie consommée,
en respectant la contrainte de la
précision de trajectoire. Les
algorithmes ainsi créés permettront
d’extraire les motifs spatiaux de
surface liés au comportement
vibratoire de la machine.
souhaite créer une base de
données relationnelle permettant
d’intégrer l’ensemble des données
énergétiques d’un système
mécanique. Il est possible de faire
varier un paramètre énergétique et
d’en prévoir les répercussions.
L’approche permet d’éviter, dès la
phase de conception, des choix
techniques entraînant des
conséquences énergétiques
pénalisantes et difficiles à corriger
par la suite.
HEIG-VD, HE-Arc Ingénierie
& HEIA-FR
Cleama
EcoCarac
EcOptSurf
Décembre 2015
Novembre 2015
But: Expérimenter et étendre
l’utilisation des outils du Lean à
l’analyse énergétique et environnementale pour mieux maîtriser ces
aspects en production.
But: Evaluer les performances
énergétiques et fonctionnelles des
machines-outils.
Haute école HES-SO:
hepia, HEIG-VD & HE-Arc Ingénierie
Date de lancement:
Date de lancement:
Hautes écoles HES-SO:
HEIA-FR
Descriptif: Le projet EcoCarac
Descriptif: Le projet Cleama vise à
s’inscrit dans l’axe Microfactory du
programme EcoSwissMade de la
HES-SO. Il consiste à évaluer les
performances fonctionnelles et
énergétiques réelles de machines
standards et orientées Eco
(micro-machines). Basé sur la
réalisation d’une pièce test et des
mesures dédiées, ce projet
permettra d’évaluer les gains
énergétiques et d’encombrement
offerts par l’utilisation d’une
micro-machine.
analyser une zone de production
selon les outils standards du Lean
(VSM, SADT) – un système d’organisation pour optimiser la gestion de
production. L’idée consiste à réaliser
un inventaire des utilisateurs, évaluer
les consommations et procéder à une
analyse de la consommation globale
de la zone. Une campagne de mesure
et une évaluation des outils sont
aussi prévues, de même qu’un
examen de la pertinence des
méthodes et des outils mis en œuvre.
I n g é n ierie e t A R C H I T E C T U R E - E C O S W I S S M A D E
Date de lancement:
Descriptif: Le projet MicroCnc vise
à réaliser une brique logicielle CNC
permettant de développer rapidement des applications dans le
domaine des machines d’usinage et
de robotique. Le framework
développé permettra également de
répondre aux besoins de fabricants
de machines ayant des applications
spéciales ou recherchant à
diminuer leurs coûts en simplifiant
l’architecture logicielle.
Date de lancement:
Hautes écoles HES-SO:
HE-Arc Ingénierie, HEIG-VD & hepia
Descriptif: Le projet Micromac_Dev
représente une mini-révolution
dans le monde de la machine-outil.
L’utilisation de technologies
microtechniques de très haute
performance (démonstrateur en
cinq axes, un développement de la
taille d’une machine à café) permet
une efficacité remarquable sans
perte de qualité d’usage. Cette
technique a été conçue pour une
pièce de 50 mm de diamètre.
I n g é n ierie e t A R C H I T E C T U R E - E C O S W I S S M A D E
P R O J E T S ecoswissmade
u n p roje t p hare
Micromac_Study
MiniMaComp2
Mini-Z-Phi
Mars 2014
Mai 2015
Avril 2016
But: Définir un cadre optimal pour
réaliser une machine d’usinage
intrinsèquement efficiente quant à
ses performances fonctionnelles,
énergétiques et spécifiques.
But: Evaluer et caractériser
l’utilisation industrielle de solutions
non métalliques pour les composants de mini-machines-outils de
haute précision.
But: Développer un petit actionneur
à deux degrés de liberté capable de
produire à la fois un mouvement de
translation et un mouvement de
rotation.
Hautes écoles HES-SO:
Hautes écoles HES-SO:
Hautes écoles HES-SO:
HE-Arc Ingénierie, HEIG-VD & hepia
HE-Arc Ingénierie & HEIA-FR
HEIG-VD & HE-Arc Ingénierie
Descriptif: Le projet Micromac_Stu-
Descriptif: Le nouveau paradigme
Descriptif: Le projet a pour objectif
dy explore une voie porteuse sur le
plan des gains énergétiques
réalisables: la miniaturisation. Le
besoin réel du procédé représente
15% de l’énergie consommée. Il
s’agit d’un concept technologique
«small footprint» innovant et
efficient de par l’adéquation de la
taille machine/objet qu’elle fabrique
(ratio 5/1).
lié aux mini-machines d’usinage
ouvre de nouvelles voies pour les
matériaux intervenant dans leur
construction. Les propriétés
mécaniques requises sont
différentes de celles d’une machine
conventionnelle. Le projet va
comparer différentes solutions non
métalliques et réaliser un prototype
de composant pour la mini-machine
MicroMac.
de développer et tester un miniactionneur à deux degrés de liberté.
Le dispositif comporte des
codeurs optiques spéciaux pour
la mesure précise de position.
Ce type d’actionneur très compact,
et inexistant sur le marché, permet
de déplacer très rapidement
et de positionner précisément
des petites pièces.
Date de lancement:
Date de lancement:
MicroMac
Date de lancement:
8
9
SG-3DP
TrajOpt
Avril 2016
Janvier 2014
But: Développer et réaliser une
machine «table-top» pour l’impression 3D de pièces métalliques et
céramiques.
But: Développer une génération de
profils de mouvement pour des
micro-machines.
Hautes écoles HES-SO:
HEIG-VD & HE-Arc Ingénierie
Date de lancement:
Date de lancement:
HEIG-VD & HE-Arc Ingénierie
Descriptif: Le projet SG-3DP porte
sur une nouvelle méthode d’impression 3D du type jet d’encre. Il s’agit
de déposer du solvant sur des
couches de granulés poudre-liant
(SG-3DP: Solvent on Granule 3D
Printing). Le solvant ramollit le
polymère présent dans les
granulés, permettant de les lier
couche par couche. Les pièces ainsi
générées sont ensuite soumises à
des traitements de déliantage et de
frittage. Le procédé s’applique à la
fabrication de pièces métalliques
aussi bien que céramiques.
Hautes écoles HES-SO:
Descriptif: TrajOpt vise à effectuer
des analyses de compliance
permettant de choisir une architecture de machine appropriée pour le
développement d’algorithmes
d’optimisation robustes et rapides
et la réalisation de tests sur un
démonstrateur.
I n g é n ierie e t A R C H I T E C T U R E - E C O S W I S S M A D E
Sous ses airs de machine à
café, MicroMac est capable
de produire tous les composants d’une montre. Miniaturiser un moyen de production sans perte de qualité ni
de rendement en consommant un minimum d’énergie,
c’est l’objectif de ce projet
débuté en 2014. Une
micromachine dans la cour
des grandes.
«Quand nous parlons d’horlogerie,
de biomédical, la plupart des pièces
produites n’excèdent pas 50 mm
d’arête. Pourquoi ne pas développer
une machine adaptée à la taille de
l’objet qu’elle fabrique?» Aux yeux
de Claude Jeannerat, l’innovation
se dessine en miniature. Un défi
né d’un constat: les moyens de
production actuels sont certes très
performants mais aussi très gourmands en énergie électrique.
Au cœur de la problématique: le
souci écologique.
Face aux mastodontes énergivores,
le projet de Claude Jeannerat, développé en collaboration avec la HE-Arc
Ingénierie, la HEIG-VD et l'hepia,
propose une machine d’usinage
cinq axes, de haute complexité, au
maximum cinq fois plus grande que
la pièce qu’elle produit. «Actuellement, seuls 15% de l’énergie d’une
machine standard servent au
procédé d’usinage réel alors qu’un
pourcentage important alimente
les systèmes de refroidissement
de ces mastodontes de plusieurs
I n g é n ierie e t A R C H I T E C T U R E - E C O S W I S S M A D E
tonnes», souligne le coordinateur
du programme EcoSwissMade. Une
débauche d’énergie pour des climatiseurs qui rejettent à leur tour de la
chaleur dans l’atmosphère.
Du haut de sa trentaine de kilos,
MicroMac consomme dix fois moins
d’énergie. L’air ambiant suffit à
maintenir la micromachine à sa
température optimale de fonctionnement. «Son empreinte carbone
est intéressante et répond aux
objectifs environnementaux fixés
par la Confédération. Notre vision
est de se dire que d’ici à 2030,
on continuera à produire localement.» La Suisse pourrait ainsi se
démarquer en ajoutant la composante écologique à son savoir-faire
ancestral de précision et de grande
qualité. Une empreinte verte visible
également sur le paysage.
10
C’est mathématique: avec le micromanufacturing, les usines aussi
mincissent. «MicroMac peut tenir
sur la table de votre salon, plaisante
Claude Jeannerat. Elle peut se localiser n’importe où.» Cette logique
colle à celle de l’industrie 4.0: la
personnalisation de la production.
Fabrication décentralisée rime avec
diminution de la mobilité forcée
des personnes et revitalisation
de certains villages. «Ces petites
machines ne nécessiteront plus
obligatoirement d'usines telles que
nous les connaissons.» En d’autres
termes, elles permettent d’économiser sur l’investissement dans de
grandes surfaces industrielles.
Une industrie à taille humaine
devient aussi plus accessible: une
technologie haut de gamme abordable pour d’autres acteurs que les
géants du high-tech. «Par exemple,
lorsqu’un médecin dentiste effectue une reconstruction dentaire, il
doit déléguer l’usinage de la dent
à une entreprise extérieure. Cette
petite machine pourrait très bien
réaliser cette tâche au sein du
cabinet.» Pour l’ingénieur de la HEArc, le champ d’action de MicroMac
est vaste. L’horlogerie, le monde
médical, la connectique pourraient
être les futurs clients de la micromachine suisse. «Pourquoi ne pas
l’imaginer sur notre bureau, à côté
de l’imprimante 3D?» Démocratiser son utilisation, voilà l’envie.
Sur ce point, la micromachine
développée dans le cadre du
programme EcoSwissMade prend le
contre-pied de sa cousine nippone.
Au Japon, les micromachines
sont miniaturisées à l’extrême
et assignées à une tâche bien
particulière. MicroMac, à l’inverse,
mise sur la flexibilité. L’objectif est
de réaliser toutes les pièces d’une
panoplie de production. Imaginée
pour être un objet multifonctionnel,
elle s’apparente au couteau suisse.
«C’est une machine qui peut très
bien accueillir de l’usinage par
enlèvement de copeaux, laser ou
encore EDM. Ce que nous voulons,
c’est qu’elle soit capable de porter
pratiquement tous les moyens de
production modernes», explique
Claude Jeannerat.
Reste un défi de taille, la barrière culturelle. «L’image qu’une
machine se doit d’être lourde
est gravée dans les mentalités.
Psychologiquement, il faut réussir
à dépasser le préjugé selon lequel
une machine légère est moins
performante. MicroMac n’est pas
un jouet! L’industrie doit peu à peu
changer de paradigme.» Claude
Jeannerat croit en une production
industrielle d’avenir en Suisse. Les
exigences liées au nouveau label
«Swiss Made» en 2017 inciteront
les industriels à rapatrier une partie
de leur production. Un obstacle qui
pourrait se révéler une aubaine
pour les projets EcoSwissMade et
particulièrement pour le micromanufacturing. En collaborant avec
le tissu industriel, les hautes écoles
d’ingénierie et d’architecture de la
HES-SO pourront apporter l’innovation nécessaire qui permettra
aux entreprises suisses de rester
concurrentielles.
Hautes écoles impliquées:
EcoSwissMade
Programme de recherche
thématique HES-SO
sur le manufacturing
et la performance industrielle
HE-Arc Ingénierie
Une publication de la HES-SO Haute école
spécialisée de Suisse occidentale
HEIG-VD
Impressum
hepia
Edition
Rectorat HES-SO
Rue de la Jeunesse 1
2800 Delémont
Suisse
Photographies
Couverture – Guillaume Perret / Lundi13
P. 3 – Bertrand Rey
P. 4 – Thierry Parel
P. 9 – Guillaume Perret / Lundi13
« Pourquoi ne pas
développer une machine
adaptée à la taille de
l'objet qu'elle fabrique? »
35 kilos
Le poids de la machine développée par le projet MicroMac.
I n g é n ierie e t A R C H I T E C T U R E - E C O S W I S S M A D E
11
EcoSwissMade
Auteur
Документ
Catégorie
Без категории
Affichages
10
Taille du fichier
4 085 Кб
Étiquettes
1/--Pages
signaler