close

Se connecter

Se connecter avec OpenID

3 - Hassidout.org

IntégréTéléchargement
LE TEHILIM DU CHABAT
SEPTIÈME JOUR DE PESSA’H
SAMEDI 30 AVRIL 2016 | 22 NISSAN 5776
‫ב״ה‬
Sortie
NICE :
21h 19
MARSEILLE : 21h 26
GRENOBLE : 21h 31
MONTPELLIER : 21h 33
LYON :
21h 36
Sortie
TOULOUSE : 21h 43
STRASBOURG : 21h 35
NANCY :
21h 42
BORDEAUX : 21h 55
PARIS :
21h 58
‫יום‬
‫כ״ב‬
Mon père, le Tséma’h Tsédek, me dit :
“ Si vous saviez la force des versets des Tehilim, ce qu’ils accomplissent dans les sphères célestes, vous les
liriez sans cesse. Sachez que les Psaumes brisent toutes les barrières, connaissent des élévations
successives, auxquelles rien ne peut faire obstacle, qu’ils se déposent devant le Maître des mondes et font
leur effet, dans la bonté et la miséricorde ”.
(Extrait du journal du Rabbi)
HAYOM YOM 22 NISSAN
A'HARON CHEL PESSA'H
Septième jour de l'Omer
. Pendant la journée, on s'efforce d'adopter l'ordre
suivant. On récite d'abord le Kidouch. On dit ensuite
la prière de Min'ha. Puis, on prend le repas de la fête.
(On établit, de cette façon, un parallèle avec le
troisième repas du Chabbat, qui est également pris
après Min'ha.)
. Le Baal Chem Tov prenait trois repas à A'haron Chel
Pessa'h.
. Il appelait le dernier repas d'A'haron Chel Pessa'h "la
Seouda du Machia'h". C'est à A'haron Chel Pessa'h
qu'est consommé le repas du Machia'h, car un rayon
de la clarté messianique éclaire alors de manière
évidente.
En 5666 (1906), pour la première fois, les élèves de la
Yechiva Tom'heï Temimim, à Loubavitch, prirent
ensemble leur repas, à Pessa'h, dans la grande salle
d'étude. Il y avait alors 310 élèves et dix huit tables.
Mon père (le Rabbi Rachab) partagea le repas
d'A'haron Chel Pessa'h avec ces élèves. Il demanda
que l'on distribue quatre coupes de vin à chacun et
dit:
«Ceci est le repas du Machia'h».
(Bien sûr, il n'en fut pas ainsi uniquement cette année-là.
La pratique fut adoptée par la suite également.)
Psaume de la Rabbanit.
Psaume du Rabbi
se lit Ado-nay
ÉDITION BETH LOUBAVITCH
- 5-
Leilouy Nichmat Rav Chmouel ben Rav Chaim Hillel Azimov
se lit Ado-nay
-2-
page 2.ai
PSAUME 106 (HALLELOUYA)
(1) Louez D.ieu ! Rendez grâce à l’Eternel, car Il est bon, car Sa bonté
est éternelle. (2) Qui pourra exprimer les actes puissants de
l’Eternel ? Qui pourra proclamer toutes Ses louanges ? (3) Heureux
sont ceux qui préservent la justice, qui agissent avec droiture à tout
moment. (4) Souviens-Toi de moi, Eternel, quand Ton peuple trouve
faveur devant Toi. Pense à moi pour Ta délivrance, (5) afin que
j’observe le bien de ceux que Tu as choisi, que je me réjouisse de la
joie de Ta nation, que je me glorifie avec Ton héritage. (6) Nous
avons commis des fautes, avec nos ancêtres, des iniquités et des
mauvaises actions. (7) Nos ancêtres, en Egypte, n’ont pas perçu Tes
merveilles. Ils ne se sont pas souvenus de Tes nombreux bienfaits et
ils se sont rebellés près de la mer, devant la mer Rouge. (8)
Néanmoins, Il les a sauvés, pour Son Nom, afin de faire connaître Sa
puissance. (9) Il rugit devant la mer Rouge et celle-ci s’assécha.
Ainsi, il les conduisit dans ses profondeurs comme dans un désert.
(10) Il les sauva de l’ennemi et Il les délivra de l’adversaire. (11) Les
eaux recouvrirent leurs opposants. Aucun d’entre eux ne survécut.
(12) Alors, ils crurent en Sa Parole et ils chantèrent Sa louange. (13)
Mais, très vite, ils oublièrent Ses actions. Ils n’attendirent pas Son
conseil. (14) Ils éprouvèrent un désir, dans le désert et ils mirent le
Tout-Puissant à l’épreuve, dans cette contrée désolée. (15) Il accéda
à leur requête, mais Il envoya l’émaciation à leurs âmes. (16) Ils
jalousèrent Moché, dans le campement et Aharon, qui est saint
pour l’Eternel. (17) La terre s’ouvrit, engloutit Datan et recouvrit
l’assemblée d’Aviram. (18) Le feu brûla au sein de leur
rassemblement. Une flamme consuma les impies. (19) Ils firent un
veau, à ‘Horev et ils se prosternèrent devant une image en fusion.
(20) Ils échangèrent leur gloire céleste contre la représentation d’un
bœuf consommant de l’herbe. (21) Ils oublièrent le D.ieu
Tout-Puissant Qui les avait délivrés, Qui avait accompli des actes
grandioses en Egypte, (22) des merveilles dans le pays de ‘Ham, des
actes redoutables sur la mer Rouge. (23) Il dit qu’Il allait les tuer, si
Moché, qu’Il avait choisi, n’avait pas été sur la brèche pour eux,
devant Lui, afin que Sa colère s’en revienne de la destruction. (24)
Ils conçurent de l’aversion pour la terre agréable. Ils ne crurent pas
en Sa Parole. (25) Ils murmurèrent dans leur tente. Ils n’écoutèrent
pas la Voix de l’Eternel. (26) Il leva la main, portant serment contre
eux de les faire tomber dans le désert (27) et de causer la chute de
leur descendance, parmi les nations, de les disséminer dans les
pays. (28) Ils se joignirent à l’idole de Baal Peor et ils consommèrent
les sacrifices des morts. (29) Ils provoquèrent Son courroux par
leurs actions et une épidémie éclata en leur sein. (30) Pin’has se
dressa et il exécuta le jugement. L’épidémie cessa. (31) Ceci fut
considéré comme un acte de droiture, de sa part, pour toutes les
générations, à jamais. (32) Ils suscitèrent Sa colère par les eaux de
Meriva et Moché souffrit à cause d’eux, (33) car ils défièrent Son
esprit et Il prononça un serment, par Ses lèvres. (34) Ils ne
détruisirent pas les peuples, comme l’Eternel le leur avait
commandé. (35) Ils se mêlèrent aux nations et ils imitèrent leurs
comportements. (36) Ils servirent leurs idoles, ce qui fut un piège
pour eux. (37) Ils sacrifièrent leurs fils et leurs filles aux démons.
(38) Ils versèrent du sang innocent, le sang de leurs fils et de leurs
filles qu’ils sacrifièrent aux idoles de Canaan. Et, la terre fut souillée
par le sang. (39) Ils se rendirent impurs par leurs actions et ils
s’égarèrent par leurs agissements. (40) La colère de D.ieu se
déchaîna contre Son peuple et Il éprouva de la répulsion pour Son
héritage. (41) Il les livra aux mains des nations et leurs ennemis les
dominèrent. (42) Leurs adversaires les oppressèrent et ils leur
furent soumis. (43) De nombreuses fois, Il les sauva, mais ils se
rebellèrent, dans leur conseil et ils furent rabaissés, du fait de leur
iniquité. (44) Il observa leur affliction, quand Il entendit leur plainte.
(45) Il se souvint pour eux de Son alliance et Il céda, conformément
à Sa grande bonté. (46) Il suscita, pour eux, la miséricorde de tous
ceux qui les avaient capturés. (47) Délivre-nous, Eternel notre
D.ieu. Rassemble-nous d’entre les peuples, afin que nous rendions
grâce à Ton saint Nom et que nous nous glorifions de Ta louange.
(48) Béni soit l’Eternel, D.ieu d’Israël, pour toujours et à jamais. Et,
que tout le peuple dise : “ Amen, louez D.ieu ! ”.
Applications du Beth Loubavitch sur Android et AppStore
PSAUME 107 (HODOU)
(1) Louez l’Eternel, car Il est bon, car Son bienfait est éternel. (2)
Ainsi parleront ceux qui ont été libérés par l’Eternel, ceux qui
ont été délivrés de la main de l’oppresseur. (3) Il les a réunis des
contrées, de l’est et de l’ouest, du nord et de la mer du sud. (4) Ils
se sont égarés dans le désert, en l’endroit de la désolation. Ils
n’ont pas trouvé de cité habitée. (5) Ils étaient à la fois affamés
et assoiffés. Leur âme se languissait en eux. (6) Ils ont invoqué
D.ieu dans leur détresse. Il les a délivrés de leurs afflictions. (7) Il
les a guidés sur le droit chemin, afin d’atteindre une cité habitée.
(8) Qu’ils louent donc l’Eternel pour Sa bonté et qu’ils
proclament Ses merveilles devant les fils de l’homme. (9) Car, Il a
rassasié une âme assoiffée, empli de bien une âme affamée, (10)
ceux qui résident dans l’obscurité, à l’ombre de la mort, ligotés
par la misère et par des chaînes de fer, (11) car ils ont défié les
Paroles de D.ieu et conspué le conseil du Très-Haut. (12) Il
recourba donc leur cœur par la souffrance. Ils chancelèrent et
nul n’offrit son aide. (13) Ils crièrent vers l’Eternel, dans leur
détresse et Il les sauva de leurs afflictions. (14) Il les fit sortir de
la pénombre et du reflet de la mort, Il brisa leurs chaînes. (15)
Qu’ils louent donc l’Eternel pour Sa bonté et qu’ils proclament
Ses merveilles devant les fils de l’homme. (16) Car, Il a brisé des
portes d’airain, tordu des barres de fer. (17) Les pécheurs
insensés sont affligés parce qu’ils empruntent le chemin de la
faute et par leurs mauvaises actions. (18) Tout aliment est
répugnant à leur âme et ils ont atteint les portes de la mort. (19)
Ils crient devant l’Eternel, dans leur détresse et Il les préserve de
leurs afflictions. (20) Il envoie Sa Parole et Il les guérit. Il les
sauve de leurs sépultures. (21) Qu’ils louent donc l’Eternel pour
Sa bonté et qu’ils proclament Ses merveilles devant les fils de
l’homme. (22) Qu’ils offrent des sacrifices d’action de grâce et
qu’ils relatent joyeusement Ses hauts-faits, (23) ceux qui
traversent la mer sur des bateaux, qui effectuent leur travail
dans les eaux tumultueuses. (24) Ils ont vu les
accomplissements de l’Eternel et Ses merveilles dans les
profondeurs. (25) Par Sa parole, Il a arrêté le vent de tempête et
les vagues se sont dressées. (26) Elles sont montées jusqu’au
ciel, ont plongé dans les abîmes. Leur âme s’est fondue de
détresse. (27) Ils ont été remués et transportés comme un
homme ivre. Toute leur sagesse ne leur a été d’aucune utilité.
(28) Ils ont invoqué l’Eternel, dans leur détresse. Il les a délivrés
de leurs afflictions. (29) Il transforma la tempête en quiétude et
les vagues furent calmées. (30) Ceux qui traversaient la mer se
réjouirent quand les vagues devinrent silencieuses et Il les
conduisit vers l’endroit de leur destination. (31) Qu’ils louent
donc l’Eternel pour Sa bonté et proclament Ses merveilles
devant les fils de l’homme. (32) Qu’ils L’exaltent face à
l’assemblée du peuple et qu’ils Le glorifient en présence des
anciens. (33) Il transforme les fleuves en désert et les sources
d’eau en contrées arides, (34) le verger produisant des fruits en
terre salée, du fait de la méchanceté de ceux qui y résident. (35)
Il change le désert en lac, une contrée aride en sources d’eau.
(36) Il y installe ceux qui ont faim et ceux-ci y bâtissent une cité
d’habitation. (37) Ils ensemencent des champs et plantent des
vignes, produisant des fruits et des céréales. (38) Il les bénit et
ils se multiplient largement. Il ne réduit pas leur bétail. (39) Mais,
s’ils commettent des fautes, ils sont diminués et éparpillés, sous
l’oppression, la misère et la douleur. (40) Il jette l’opprobre sur
ceux qui sont distingués et Il les conduit à se perdre dans le
désert, où il n’y a pas de chemin. (41) Il relève le pauvre de sa
détresse, rend les familles aussi nombreuses que des troupeaux.
(42) Que ceux qui sont droits observent tout cela et se
réjouissent et que soit fermée la bouche de tous les méchants.
(43) Que celui qui est avisé garde tout cela à l’esprit. Ainsi, on
comprendra les bienfaits de l’Eternel.
Grâce au Dvar Malhout en hébreu/français, étudiez en toute tranquilité
Inscription pour recevoir le Dvar Malhout chez vous pour tous les
jours de la semaine : Tél. : 01.77.38.00.95 - E-mail : dvar770@gmail.com Site internet : www.dvarmalkhout.org
LE TANYA DU CHABAT
‫וגם כי אין לו דמות הגוף‬
Et bien que [D.ieu] n’ait pas d’apparence corporelle,
Comment donc attribuer à D.ieu des caractères propres aux organes corporels de la vue et de l’ouïe ?
‫ על דרך משל‬,‫ הכל גלוי וידוע לפניו ביתר שאת לאין קץ מראיית העין ושמיעת האזן‬,‫הרי אדרבה‬
bien au contraire, c’est pour cela que tout est révélé et connu devant Lui, infiniment plus que, par exemple, par l’intermédiaire de la faculté de la vue de l’œil et l’ouïe.
Quand on dit que D.ieu n’a pas d’apparence corporelle, cela veut dire qu’Il n’est pas sujet aux limites et aux manques inhérents au corps. Alors que l’acuité de l’œil
physique est limitée aux objets matériels, dans certaines conditions de distance et de lumière favorables, que l’audition est pareillement réduite, la « vue » et « l’audition » de D.ieu, si l’on peut s’exprimer ainsi, n’obéissent à aucune de ces restrictions. Car il va de soi que les facultés humaines ne font pas défaut au Créateur : au
contraire, elles sont dans la Divinité avec une absolue perfection.
‫ כמו קור או חום‬,‫ כמו אדם היודע ומרגיש בעצמו כל מה שנעשה ונפעל באחד מכל רמ״ח איבריו‬,‫רק הוא על דרך משל‬
Seulement, pour donner une image (de cette « vue » et « ouïe » d’en Haut, le fait que tout est révélé et connu de D.ieu), c’est comme un homme qui connaît et ressent
en lui tout ce qui se passe et qui s’exerce dans l’un de ses 248 membres, tel que le froid ou la chaleur (l’effet du froid ou de la chaleur sur l’un de ses membres, qui est
connu et ressenti),
‫ אם נכוה באור‬,‫ על דרך משל‬,‫ואפילו חום שבצפרני רגליו‬
il ressent même la chaleur dans les ongles de ses pieds, par exemple, s’il se brûle avec le feu ;
Bien que les ongles ne fassent pas partie des membres du corps, au point qu’ils peuvent être coupés sans douleur, il y ressent néanmoins la chaleur liée au feu,
‫וכן מהותם ועצמותם‬
et de même, leur être et leur essence
Non seulement l’être humain est conscient de tout ce qui se passe en ses membres, mais il ressent aussi ces membres eux-mêmes.
‫וכל מה שמתפעל בהם יודע ומרגיש במוחו‬
et tout ce qui se produit en eux, il connaît et ressent dans son esprit.
Il n’a pas besoin de recourir à l’œil ou à l’oreille pour se rendre compte de la douleur ressentie dans sa main ou son pied qui se brûle : il le sait et le ressent.
‫ יודע הקב״ה כל הנפעל בכל הנבראים עליונים ותחתונים‬,‫ על דרך משל‬,‫וכעין ידיעה זו‬,
C’est d’une connaissance semblable à celle-ci, allégoriquement parlant, que D.ieu sait tout ce qui se passe dans toutes les créatures des sphères supérieures et inférieures,
‫ כי ממך הכל‬:‫ כמו שכתוב‬,‫להיות כולם מושפעים ממנו יתברך‬
parce qu’elles reçoivent leur flux de vie de Lui, ainsi qu’il est dit : « Car tout tient de Toi ».
De même que le cerveau, source de vitalité pour les autres membres du corps, sait et ressent ce qui se passe à l’intérieur d’eux, de même, si l’on peut s’exprimer ainsi,
D.ieu, qui est la source de la vie et de l’existence de tous les êtres créés, est « conscient » de tout ce qui se produit en eux.
‫ וגם כל היצור לא נכחד ממך‬:‫וזה שנאמר‬
Et c’est là le sens de ce que l’on dit : « …et rien de ce qui a été créé n’est tenu caché de Toi »
‫ כמו שכתב הרמ״ק בפרדס‬,‫]וכמו שכתב הרמב״ם [והסכימו לזה חכמי הקבלה‬
et comme dit Maïmonide (et les sages de la Kabbale l’ont approuvé, selon ce qu’écrit Rabbi Moché Cordovero dans le Pardess),
‫ יודע כל הנבראים הנמצאים מאמיתת המצאו וכו׳‬,‫ כביכול‬,‫שבידיעת עצמו‬
[à savoir] qu’en se connaissant Lui-même, si l’on peut dire, Il connaît toutes les créatures, dont l’existence procède de la réalité de Son existence, etc.
Dès lors que l’existence des créatures tient de Sa vraie existence, D.ieu connaît, si l’on peut dire, tous les êtres créés par le fait qu’Il se connaît Lui-même.
Cependant, cette comparaison entre D.ieu, qui connaît toutes les créatures auxquelles Il donne vie, et l’âme qui ressent ce qui se passe en ses membres, pourrait
induire en erreur. De même que l’âme est revêtue du corps et, pour cette raison, est sensible aux impressions du corps (ce qui, en vérité, correspond à la définition
de la notion de « vêtement » qui agit sur l’objet qu’il revêt), de même, à D.ieu ne plaise, pourrait-on penser qu’il en va de même de la vitalité divine à l’intérieur des
êtres créés. Le texte explique donc que de ce point de vue, l’image n’est pas fidèle à l’idée représentée, car la vitalité divine n’est aucunement affectée par le monde et
ne subit aucun changement.
‫ אבל באמת אין המשל דומה לנמשל כלל‬,‫רק שמשל זה אינו אלא לשכך את האזן‬
Toutefois, cette image de l’âme et du corps est uniquement pour « apaiser l’oreille » c’est-à-dire ouvrir des perspectives divines à l’oreille et l’entendement humains en
illustrant la possibilité de la connaissance sans recourir aux sens de la vue et de l’ouïe. Mais en vérité, l’image (de l’âme et du corps) ne ressemble pas du tout à l’idée
représentée (le rapport entre le Divin et le monde).
‫ היא מתפעלת ממאורעי הגוף וצערו‬,‫ אפילו השכלית והאלקית‬,‫כי נפש האדם‬
Car l’âme de l’homme, même [l’âme] intellectuelle et [l’âme] divine, est sensible à ce qui arrive au corps et à sa douleur,
‫מחמת התלבשותה ממש בנפש החיונית המלובשת בגוף ממש‬
du fait qu’elle est revêtue vraiment de l’âme vitale qui est vêtue du corps véritablement.
L’âme vitale, qui anime le corps, se trouve littéralement vêtue du corps et parfaitement unie à lui. C’est en elle que se trouvent l’âme intellectuelle et l’âme divine.
‫ ולא מהעולם עצמו‬,‫ ממאורעי העולם ושינוייו‬,‫ חס ושלום‬,‫אבל הקב״ה אינו מתפעל‬
En revanche, le Saint Béni soit-Il n’est pas, à D.ieu ne plaise, sujet à l’effet des évènements du monde et ses changements, ni [à l’effet] du monde lui-même.
L’existence (l’essence et l’être) du monde n’agit en rien, à D.ieu ne plaise, sur Lui.
‫ חס ושלום‬,‫שכולם אינן פועלים בו שום שינוי‬
Toutes [ces choses] ne produisent aucun changement en Lui, à D.ieu ne plaise.
Ni en Lui, ni en Son unité et Son unicité : de même qu’Il était un et unique avant la Création, de même demeure-t-Il Un et unique après celle-ci.
‫ כבר האריכו חכמי האמת בספריהם‬,‫והנה כדי להשכיל זה היטב בשכלנו‬
Pour bien comprendre cela (le fait que la Création ne produit pas de changement chez le Créateur) avec notre intellect, les kabbalistes ont déjà longuement traité de
cette question dans leurs livres.
‫ אתה הוא עד שלא נברא העולם וכו׳ כנזכר לעיל פרק כ׳‬:‫ ואומרים‬,‫ בלי שום חקירת שכל אנושי‬,‫אך כל ישראל מאמינים בני מאמינים‬
Toutefois, tous les juifs sont croyants fils de croyants (leur foi est un héritage des patriarches), sans aucune spéculation de l’intellect humain, et ils affirment : « Tu
étais avant que le monde fut créé, etc. [et Tu es le même, sans changement aucun, après la Création] », comme dit plus haut, Chapitre vingt.
Ce qui veut dire qu’ils croient d’une foi parfaite en l’unicité divine à laquelle l’existence du monde ne change rien.
Extrait du Séfer Hamaamarim
Confier son âme à D.ieu permet en outre de mettre en évidence une autre qualité, que l’homme ne possède, lui, en aucune façon. Si quelqu’un agit mal envers son prochain, même si l’acte commis n’a pas une
réelle gravité, Celui-ci, du fond de son cœur, lui reprochera toujours ce qu’il a fait. Peu lui importe, du
reste, qu’il ait fait le mal, commis une faute. Il lui reproche avant tout d’avoir dirigé ce mal contre lui. Il se
promettra donc de lui infliger un châtiment dès qu’il en aura la possibilité.
-4-
Auteur
Document
Catégorie
Uncategorized
Affichages
0
Taille du fichier
3 209 KB
Étiquettes
1/--Pages
signaler