close

Se connecter

Se connecter avec OpenID

(ELMS) 2016 : Retour sur les 4 Heures de SILVERSTONE

IntégréTéléchargement
European
Le
Mans
Series
(ELMS) 2016 : Retour sur les
4 Heures de SILVERSTONE
SILVERSTONE : une ouverture 2016 riche en rebondissements…
Avec une course palpitante et de nombreuses péripéties, les 4
Heures de Silverstone ont posé les grandes orientations de la
saison European Le Mans Series (ELMS) 2016.
La météo typiquement britannique a également été un acteur
important de cette journée : après la neige le matin, puis la
pluie en qualifications, la course s’est élancée sur piste
sèche. Mais des menaces d’averses, susceptible de bouleverser
la hiérarchie, ont persisté.
La Gibson-Nissan n°38 de Harry Tincknell/Simon Dolan/Giedo
van der Garde s’est finalement imposée à l’issue de quatre
passionnantes heures de course.
Le résumé complet des 4 Heures de Silverstone…
Silverstone : une ouverture 2016 riche en rebondissements
Avec une course palpitante et de nombreuses péripéties, les 4
Heures de Silverstone ont posé les grandes orientations de la
saison European Le Mans Series (ELMS) 2016. La météo
typiquement britannique a également été un acteur important de
cette journée : après la neige le matin, puis la pluie en
qualifications, la course s’est élancée sur piste sèche. Mais
des menaces d’averses, susceptible de bouleverser la
hiérarchie, ont persisté.
La Gibson-Nissan n°38 de Harry Tincknell/Simon Dolan/Giedo van
der Garde s’est finalement imposée à l’issue de quatre
passionnantes heures de course. Les sourires sont également de
mise dans le stand de United Autorport : l’écurie angloaméricaine s’offre un doublé pour ses débuts en catégorie
LMP3, emmené par la Ligier JS P3 de Alex Brundle/Michael
Guasch/Christian England (n°2).
Le départ de la course voit la Ligier JS P3 de Duqueine
Engineering partir en tête-à-queue. Simultanément la Morgan
n°29 de Pegasus Racing se déporte brutalement vers la droite
et heurte le muret des stands, endommageant l’avant de la
voiture. C’est tout d’abord Andreas Wirth (BR01 n°32 de SMP
Racing) qui prend la tête, tandis que Pierre Thiriet (Oreca
n°46 Thiriet by TDS Racing), pourtant auteur de la pole
position, dégringole au classement. Wirth ne mène qu’un demitour, avant de se faire passer par Harry Tincknell (Gibson
015S-Nissan n°38 G-Drive Racing), qui creuse alors un écart
conséquent sur le peloton. Pierre Thiriet ne ménage pas ses
efforts dans sa remontée, mais abandonne à la suite d’une
sortie de piste qui s’achève sur un choc contre le mur. Au
même moment, Tristan Gommendy ‘gare’ son Oreca n°33 (Eurasia
Motorsport) en bord de piste. Ce double incident, quasi
simultané, provoque une neutralisation « Full Course Yellow ».
Harry Tincknell est toujours en tête, mais Paul-Loup Chatin
(Ligier n°23 Panis-Barthez Compétition) commence à réduire
l’écart, s’adjugeant même le meilleur tour en course au 19e
tour. L’ordre s’inverse lors des changements de pilote :
Fabien Barthez mène la danse, avec à ses trousses un Simon
Dolan décidé à réduire un écart de 15 secondes à mi-course.
Mais des soucis techniques contraignent la Ligier n°23 à
s’arrêter. Timothé Buret perd alors un certain temps à
réinitialiser et redémarrer la voiture. Il reprend la piste,
mais la voiture s’arrête à nouveau en fin de course. Ces
péripéties permettent à la BR01 n°32 de SMP Racing de remonter
en deuxième position, sans toutefois parvenir à inquiéter la
Gibson de G-Drive Racing. Malgré quelques inquiétudes pour
Simon Dolan lorsque la pluie commence à tomber à la fin de son
relais, le pilote britannique passe le volant à Giedo van der
Garde. Le Néerlandais ramène la voiture à bon port, ce qui
permet de marquer le maximum de points pour l’ouverture de
cette saison 2016. La troisième place revient à la Ligier-Judd
n°22 de SO24! by Lombard Racing, pilotée par Vincent
Capillaire, Olivier Lombard et Jonathan Coleman, qui s’offrent
un podium bienvenu après un week-end très difficile.
En catégorie LMP3, la Ligier n°2 United Autosport d’Alex
Brundle prend la tête et conserve l’avantage jusqu’à la fin de
son relais, lorsqu’il passe le volant à Michael Guasch. Celuici attaque très fort, et il ne reste plus alors à Christian
England, le troisième homme de l’équipage, qu’à emmener la
voiture jusqu’au drapeau à damier. Les débuts de Sir Chris Hoy
en LMP2 ne se sont pas passés tout à fait comme prévu, lorsque
la Ligier JS P2 n°25 d’Algarve Pro Racing se retrouve dans le
gravier à l’amorce de Hangar Straight. Une neutralisation
« Full Course Yellow » permet de ramener la voiture, et à son
pilote écossais de reprendre le fil de sa course. L’équipe
Algarve Pro Racing franchit finalement le drapeau à damier à
la dixième place du classement général.
En LMGTE, Stuart Hall (Aston Martin Vantage n°96) est à
l’attaque pour prendre la tête. Commence alors avec son
équipier Alex McDowall une bataille qui va durer deux heures
pour le commandement. A mi-course, McDowall est en tête, mais
la bataille fait toujours rage entre les deux Aston Martin et
les deux Ferrari de JMW Motorsport et AT Racing. Alors
qu’approche la fin de course, c’est la Ferrari JMW Motorsport
de Rory Butcher qui prend l’avantage sur l’Aston Martin aux
couleurs de Beechdean, tandis que la troisième marche du
podium se joue entre Alessandro Pier Guidi (AT Racing) et
Richie Stanaway (Aston Martin n°96). Dans le dernier tour de
course se produit un contact à la sortie de Vale, qui envoie
Pier Guidi hors piste, tandis que Stanaway reçoit le drapeau à
damier en troisième position. Mais une fois la ligne d’arrivée
franchie, il gare en bord de piste, le côté avant droit de sa
voiture très endommagé. L’Aston Martin n°96 termine donc
troisième derrière la Ferrari victorieuse de JMW Motorsport et
l’autre Aston Martin n°99. Mais les commissaires infligent à
Stanaway une pénalité de quatre minutes pour comportement
antisportif, qui ramène la Ferrari n°56 de AT Racing sur la
troisième marche du podium. Les vérifications techniques
d’après-course révèlent que la Ferrari n°66 a enfreint
l’article 2.2.1.a de la réglementation technique de la
catégorie LMGTE de l’European Le Mans Series, la voiture
n’étant pas conforme à sa fiche d’homologation à cause de son
splitter avant. La Ferrari de JMW Motorsport se voit donc
exclue. La victoire revient finalement à l’Aston Martin
Vantage n°99, suivie de la Ferrari AT Racing n°56 et de
l’Aston Martin n°96.
La deuxième manche European Le Mans Series se déroulera en
Italie. L’imposant plateau ELMS a rendez-vous du 13 au 15 mai
pour les 4 Heures d’Imola.
Pour plus d’information sur les 4 Heures de Silverstone,
Rendez-vous
sur
le
site
officiel
:
www.europeanlemansseries.com.
Auteur
Document
Catégorie
Uncategorized
Affichages
0
Taille du fichier
332 KB
Étiquettes
1/--Pages
signaler