close

Se connecter

Se connecter avec OpenID

CCB Physiologie médecine Sujet

IntégréTéléchargement
Université de Bourgogne
Facultés de Médecine et de Pharmacie
Le 26 Avril 2016
Durée : 30 minutes
30 QCMs de types 1 et 5
Concours blanc de l’UE Physiologie spé
médecine
(physiologie II, III, IV)
Mehdi AMAROUCH, Mehdi AQAR, Louis CARRE, Valentin COLIN, Clara Fourrier,
Noémie ROGE
Les informations contenues dans les documents du TeD ne peuvent en aucun cas faire
l’objet de contestation au concours de PACES. Tous droits réservés au TeD.
QRU : QCM 1 à QCM 6
QCM 1 :
Le nœud atrio-ventriculaire :
A.
B.
C.
D.
E.
Récupère l’influx nerveux en provenance des ventricules.
Permet de transmettre l’influx nerveux des oreillettes aux ventricules.
Est situé à la pointe du cœur.
N’est pas une structure capable d’automatisme.
Stimule le cœur à une fréquence de 60 bpm en absence de toute pathologie.
QCM 2 :
Concernant l’innervation du cœur :
A. Elle se fait exclusivement par le système nerveux parasympathique.
B. Le système nerveux parasympathique innerve les oreillettes et les ventricules.
C. Elle est à l’origine du frein parasympathique, qui module la fréquence
cardiaque de repos.
D. L’innervation sympathique agit principalement sur les récepteurs ß2
adrénergiques.
E. Elle module uniquement la fréquence cardiaque.
1
QCM 3 :
Parmi ces différents types de mouvements, lequel est propagé :
A.
B.
C.
D.
E.
Brassage.
Broyage.
Segmentation.
Péristaltisme.
Propulsion.
QCM 4 :
Si un sujet ingère 40 g de glucide, 5g de protides et 15g de lipides, la quantité
d’énergie apportée vaut :
A.
B.
C.
D.
E.
225 kcal.
385 kcal.
450 kcal.
1317 kJ.
1600 kJ.
QCM 5 :
Parmi les phénomènes suivants, quel est celui qui permet le transport de
chaleur du noyau vers l’écorce de l’organisme par le sang ?
A.
B.
C.
D.
E.
La conduction.
La radiation.
L’évaporation.
La convection.
La sudation.
QCM 6 :
Dans des conditions non pathologiques, la kaliémie est voisine :
A.
B.
C.
D.
E.
2 mEq/L.
5 mEq/L.
10 mEq/L.
15 mEq/L.
27 mEq/L.
2
QRM : QCM 7 à QCM 30
QCM 7 :
Les jonctions intercellulaires au niveau des cardiomyocytes :
A.
B.
C.
D.
E.
Sont formées entre autres par les desmosomes.
Forment des stries scalariformes ou disques intercalaires.
Ne sont pas impliquées dans la transmission des forces de contraction.
Ne permettent pas le passage de petites molécules.
Interviennent dans le fonctionnement du muscle cardiaque comme un
syncytium électrique.
QCM 8 :
L’automatisme cardiaque :
A. Peut théoriquement être induit par les cellules du faisceau de His en
conditions pathologiques.
B. Est lié à une entrée de calcium dans la cellule lors de la phase de
dépolarisation diastolique lente.
C. Implique les canaux If dans la phase de dépolarisation diastolique lente.
D. Peut être modulé par une hyperthermie.
E. Est modulé par l’innervation du cœur.
QCM 9 :
A propos du couplage excitation-contraction dans les cardiomyocytes :
A. Plus la fréquence de stimulation est élevée, plus la force de contraction sera
faible.
B. Si la fréquence de stimulation est trop élevée, on aura une tétanisation du
myocarde aboutissant à un arrêt cardiaque.
C. D’après l’effet Starling, plus une fibre est étirée, plus sa force de contraction
sera importante.
D. Lorsque la force de contraction augmente, la vitesse de contraction diminue.
E. Le couplage excitation-contraction repose sur l’entrée de calcium
extracellulaire dans la cellule suite à la stimulation électrique.
QCM 10 :
Le cycle cardiaque :
A. La systole auriculaire a lieu en même temps que la diastole ventriculaire.
B. La diastole générale correspond à la diastole des deux ventricules.
C. Lorsqu’on module la fréquence cardiaque, c’est la durée de la systole qui va
varier.
D. Le bruit B1 correspond à la fermeture des valves atrio-ventriculaires.
E. Dans la phase isotonique de la systole ventriculaire, le sang est enfermé dans
le ventricule.
3
QCM 11 :
Les pressions sanguines dans le cœur et les gros vaisseaux :
A.
B.
C.
D.
E.
La pression systolique dans le ventricule gauche est de 140 mmHg.
La pression moyenne dans le ventricule gauche est de 100 mmHg.
La pression systolique dans le ventricule droit est de 30 mmHg.
La pression moyenne dans le ventricule droit est d’environ 25 mmHg.
La pression moyenne au niveau de l’oreillette gauche est d’environ 40 mmHg.
QCM 12 :
Le travail du cœur :
A.
B.
C.
D.
E.
Peut être calculé selon la formule W = Pression/Volume.
Peut être modulé par une modification de la compliance du cœur.
Dépend entre autres du retour veineux.
Est susceptible de changer après un infarctus du myocarde.
Est diminué en cas de stimulation par le système nerveux sympathique.
QCM 13 :
Le débit cardiaque :
A.
B.
C.
D.
E.
Augmente avec l’âge.
Diminue pendant le sommeil.
Diminue lors du passage de la position couchée à la position debout.
Est augmenté pendant la grossesse.
Diminue en période post-prandiale.
QCM 14 :
A propos de l’électrophysiologie :
A. Le segment PQ correspond à la repolarisation des oreillettes.
B. Le complexe QRS représente la dépolarisation des ventricules.
C. En cas d’hypertrophie ventriculaire, le complexe QRS peut diminuer en
amplitude.
D. Un bloc de branche (défaut de conduction), peut entrainer un allongement du
complexe QRS.
E. Le segment ST correspond au plateau du potentiel d’action.
4
QCM 15 :
Concernant les différentes couches de la paroi vasculaire :
A. L’endothélium a un rôle important dans le contrôle de la vasomotricité.
B. L’endothélium vasculaire forme une barrière peu étanche qui délimite la
lumière vasculaire.
C. L’endothélium vasculaire sécrète l’enzyme de conversion qui joue un rôle
dans le contrôle de la volémie.
D. La média est formée de cellules musculaires lisses baignant dans une matrice
riche en élastine et en collagène.
E. Dans tous les vaisseaux l’adventice reçoit sa propre vascularisation.
QCM 16 :
Concernant les résistances vasculaires :
A. Elles suivent la loi de Poiseuille.
B. En cas de polyglobulie (augmentation du nombre de globules rouges), les
résistances vont diminuer.
C. Les résistances sont importantes dans le système digestif.
D. Les résistances sont faibles au niveau cutané.
E. Les résistances doivent être faibles au niveau du cerveau et du cœur afin d’y
assurer un débit important.
QCM 17 :
Concernant l’ulcère gastroduodénal :
A. L’ulcère est une perte de substance de la muqueuse gastrique ou duodénale
provoquant des saignements et des douleurs de type gastrite (=brûlures).
B. Les douleurs sont rythmées par les prises alimentaires.
C. L’ulcère gastroduodénal est provoqué la plupart du temps par la bactérie
Helicobacter pylorisurvivant en milieu acide.
D. On peut soigner l’ulcère par la prise d’IPP (=inhibiteur de la pompe à protons)
avec pour objectif de faire baisser la production de HCl.
E. On peut renforcer une hypothèse de diagnostic par un test à l’urée marquée.
QCM 18 :
Concernant la composition des sucs digestifs :
A. Les enzymes sont stockées sous forme de zymogène puis libérées par
exocytose.
B. On dénote la présence de HCO3- sécrétés par le pancréas.
C. L’amylase pancréatique est active en milieu acide.
D. Les glandes salivaires sécrètent l’α-amylase pour couper les liaisons de
l’amidon.
E. La bordure en brosse des entérocytes possèdent des enzymes capables de
couper les disaccharides.
5
QCM 19 :
Concernant les bases générales de l’absorption digestive :
A. L’absorption est favorisée par la longueur du tube digestif et ces nombreux
replis formant des villosités.
B. L’absorption de la vitamine B12 se fait par liaison au facteur intrinsèque.
C. La vitamine B12 est absorbée au niveau de l’iléon.
D. La majorité de la réabsorption de l’eau à lieu dans le colon.
E. La réabsorption des sels biliaires à lieu dans l’iléon.
QCM 20 :
Concernant le contrôle de l’activité gastro-intestinale :
A. Elle peut se faire par les plexus nerveux, le système nerveux autonome ou
encore les hormones circulantes.
B. Le plexus nerveux sous-muqueux ou myentérique permettent un contrôle
intrinsèque, c'est-à-dire des réflexes cours liés à la distension locale.
C. Le parasympathique relâche l’activité et met au repos le tube digestif.
D. La CCK est sécrétée au niveau de l’estomac.
E. La sécrétine freine l’activité de l’estomac.
QCM 21 :
Concernant le microbiote intestinal :
A.
B.
C.
D.
E.
Le côlon abrite 50 % des bactéries du corps.
Les bactéries anaérobies représentent la majorité de cette flore.
Il participe à la synthèse de vitamine K intervenant dans la coagulation.
Il empêche les organismes pathogènes de se développer.
Il dégrade les aliments non digestibles comme les fibres ce qui amène à la
production de gaz.
QCM 22 :
Le coefficient d’utilisation digestive (CUD) :
A.
B.
C.
D.
E.
Correspond à la (quantité ingérée - quantité excrétée) / quantité ingérée.
Correspond à la (quantité ingérée - quantité excrétée) / quantité excrétée.
Correspond à la quantité absorbée / quantité ingérée.
Est de 100% pour les glucides.
Est plus important pour les lipides que pour les protéines.
6
QCM 23 :
Concernant les méthodes de mesure du métabolisme énergétique :
A. La calorimétrie directe consiste à mesurer la perte de chaleur du patient dans
une chambre calorimétrique.
B. La calorimétrie directe mesure les ingesta et les égesta.
C. La thermochimie respiratoire est une méthode calorimétrique indirecte.
D. En thermochimie respiratoire, l’équivalent énergétique de la combustion d’1L
d’O2 est de 5,1 kcal.
E. Ces méthodes reposent toujours sur le principe de thermodynamique.
QCM 24 :
Parmi les propositions suivantes, quelles sont celles qui permettent de lutter
contre le froid ?
A.
B.
C.
D.
E.
Vasodilatation cutanée.
Thermogenèse chimique des adipocytes bruns.
Évaporation.
Horripilation adrénergique.
Hypothalamus postérieur.
QCM 25 :
Parmi les phénomènes suivants, quels sont ceux que l’on remarque lors de
l’augmentation de la valeur consigne de la température centrale au cours de la
fièvre ?
A.
B.
C.
D.
E.
Mise en place de sudation.
Mise en place de frisson.
Un phénomène de radiation.
Une hypothermie centrale.
Une hyperthermie centrale.
QCM 26 :
Concernant les liquides corporels :
A. La déperdition quotidienne moyenne d’urine est d’environ 1500 mL.
B. La perspiration insensible représente environ 28 % des sorties d’eau du corps
humain.
C. Un nourrisson au 1er mois est constitué de 70 % d’eau.
D. Le tissu osseux est le tissu le moins hydraté.
E. La lymphe possède un débit lent et faible drainant 8 à 10 L/jour.
7
QCM 27 :
Concernant les échanges d’eau dans le corps humain :
A.
B.
C.
D.
La Na+ est le cation principal du plasma.
Le K+ est l’anion principal du LIC.
La natrémie est de 142 mmol/L.
L’osmolarité totale du plasma, à l’équilibre, est plus ou moins égale à celle du
liquide interstitiel et du LIC.
E. L’osmolarité du liquide interstitiel, à l’équilibre, est environ de 0,3 Osm/L.
QCM 28 :
Après ingestion de 2L d’eau hypertonique par voie orale, à l’équilibre et en
l’absence d’adaptation rénale :
A.
B.
C.
D.
E.
L’osmolarité augmente dans le plasma et dans le liquide interstitiel.
L’osmolarité du LEC augmente.
Le volume intracellulaire baisse.
Le volume du LEC diminue.
L’osmolarité augmente dans le LIC.
QCM 29 :
Concernant la répartition de l’eau dans le corps d’un adulte de 70 kg :
A.
B.
C.
D.
E.
Sa masse sèche est de 50 %.
La proportion d’eau est de 28 L.
Le LIC représente 1/3 de l’eau totale du corps.
Le plasma représente 4 % de l’organisme et le liquide interstitiel 16 %.
Le plasma représente 2,8 L.
QCM 30 :
Concernant les différents compartiments liquidiens du corps :
A. La composition et le volume du plasma sont régulés par le système neuroendocrinien et rénal.
B. La composition du liquide interstitiel est essentiellement dépendante du
plasma.
C. Le liquide interstitiel est pauvre en protéines.
D. La partie inférieure du corps est drainée par le conduit thoracique.
E. La circulation lymphatique est permise à la fois par la contraction des cellules
musculaires lisses des conduits lymphatiques et la contraction des cellules
musculaires striées lors de la marche par exemple.
8
Auteur
Документ
Catégorie
Без категории
Affichages
91
Taille du fichier
533 Кб
Étiquettes
1/--Pages
signaler