close

Se connecter

Se connecter avec OpenID

Bulletin Bayon - Secteur pastoral du Saintois

IntégréTéléchargement
PAROISSE BIENHEUREUX ANTOINE DE RAVINEL
LE LIEN PAROISSIAL
N°6 - AVRIL 2016
EDITO
C’est un fait, de nombreuses personnes vivent aujourd’hui sans aucun lien apparent avec
l’Église. Certaines délaissent toute pratique ne se reconnaissant plus dans l’Église. D’autres
participent plus ou moins régulièrement aux activités et célébrations proposées en paroisse. Pourtant
nous désirons tous « faire perdurer la religion » comme le disent certaines familles.
Mais comment cela peut-il se faire ?
Les rencontres, en particulier celles des jeunes, permettent d’entendre ce qu’ils vivent dans notre
société tourmentée. Les écouter vraiment fait aussi percevoir ce qu’ils attendent de l’Église. C’est
une jeune génération très attachée à un fond de valeurs éthiques, en quête de sens, de spiritualité
mais qui n’est pas à l’aise dans des célébrations dominicales qu’elle trouve monotones et
ennuyeuses : «la messe, un truc de vieux ! » dit-elle. Voilà une affirmation qui peut choquer nos
oreilles et laisser perplexe !
Certains d’entre nous vont jusqu’à penser que l’Église est en train de s’effondrer et s’en
attristent. Tandis que d’autres rêvent de faire de notre Église une belle maison où il fait bon vivre
ensemble avec nos différences et dans le dialogue.
Alors comment construire cette maison de communion ?
Et si nous nous écoutions les uns les autres avec les oreilles et les yeux du cœur ? Autrement dit,
avec miséricorde comme nous le préconise notre pape lorsqu’il en appelle à « l’apostolat de
l’oreille ». On pourrait alors voir et entendre que nous vivons tous quelque chose des béatitudes,
même si nous ne fréquentons pas régulièrement les sacrements de l’Église.
Renaître à une nouvelle manière de transmettre la foi
aujourd’hui, c’est d’abord épouser une nouvelle
manière d’être, inspirée par Jésus lui-même lorsqu’il
rencontrait ses contemporains. C’est un regard, une
écoute de miséricorde qu’il leur portait. Regarder
comme Jésus, toute personne, c’est voir d’abord la
présence de Dieu en chacun. Cette conviction de foi peut
renouveler l’allure de notre présence auprès de nos
frères : un style plus détendu, léger, gratuit, moins
désireux d’efficacité, moins soucieux de les faire devenir
des chrétiens à notre image.
L’apostolat de l’oreille ? ... Ne serait-ce pas d’abord ce passage ?
Bonne Pâque !
Noëlle HOUOT
Ils sont trois de gauche à droite : Antoine, Aude et
Emeline, avec Marie José qui les accompagne. Ils
habitent Crévéchamps (Aude et Emeline) et Bayon
(Antoine). Tous les trois ont fait la demande
pratiquement en même temps, ce qui a réjoui Marie
José et moi-même, la situation idéale pour mettre en
place un groupe de catéchumènes qui va les emmener
au baptême d’ici deux ans environ.
La première à prendre la parole est Emeline. « J’ai demandé le baptême, parce que j’ai toujours
été proche de ma grand-mère qui est très chrétienne. A ma naissance mes parents n’ont pas voulu
que je sois baptisée. J’ai donc attendu d’avoir la majorité pour demander le baptême. J’ai pris
contact avec Marie José qui m’a fait découvrir certains textes en particulier Zachée. Elle m’a
également fait voir et expliquer les vitraux de l’église.
Au départ, mes parents étaient intrigués et à la fin, ils ont dit que c’était une bonne idée. J’ai même
l’impression que c’est une chose qui a permis de réunir la famille car avant elle était un peu
dispersée. Je suis contente de pouvoir choisir moi-même ma religion et j’aimerais mieux connaître
la vie de Jésus. »
Puis c’est Aude la plus jeune qui prend la parole. « Ma famille est chrétienne, mais comme mes
parents ont divorcé, mon baptême est passé un peu après et étant donné que j’ai vécu avec ma mère
qui était moins croyante que mon père, je n’ai pas eu de parcours religieux. C’est le décès de mon
cousin il y a 4 ans, qui m’a amenée à me poser des questions sur ce qui se passait après la mort et
qui m’a donné également à réfléchir sur le fait que je n’étais pas baptisée. Pour l’instant je ne
connais rien de Jésus. »
Et enfin Antoine, attendant patiemment son tour. « Il n’y a pas si longtemps que ça que j’y
pense. Mes parents n’ont pas vu la nécessité de me baptiser. Pourquoi ce désir ? Ce n’est pas facile
à expliquer. C’est venu tout d’un coup comme ça. En fait c’est le mariage d’un ami à l’Eglise qui a
un petit peu tout déclenché. Et puis il y a eu aussi certaines lectures. J’aime beaucoup l’histoire.
Je me suis pas mal posé de questions en particulier par rapport à Jeanne D’Arc, comment cette
fille-là a pu faire ce qu’elle a fait. »
Il reste maintenant à toute notre paroisse à les soutenir et à les aider tout au long de leur
cheminement pour qu’ils puissent devenir membres à part entière de notre communauté.
Jean Paul WEY, curé de la paroisse bienheureux Antoine de Ravinel
“ Ҫa carbure, ça cherche.”
Pour l’instant le programme n’est pas encore définitivement arrêté.
Mais on sait que ce sera un temps de fête pour les enfants, les
jeunes générations, les anciens. Avec le concours d’Isabelle
DIDION, chef de chorale de la Mandolaine.
Réservez votre journée à la salle polyvalente de BENNEY
de 10 heures à 16 heures.
Lors de cette journée, il y aura une bénédiction des enfants.
Venez nombreux !
Jean Paul WEY, curé de la paroisse bienheureux Antoine de Ravinel
Quelques années à l’Équipe d’Animation Pastorale (EAP)
En 2011, Michel Henry, curé d’alors, me demandait de faire partie de l’EAP ; la
paroisse avait besoin de quelques “volontaires“ pour exercer cette responsabilité. Je
ne savais pas bien en quoi cela consistait. J’ai tout de même dit “oui“, par
inconscience ? par vanité ? ou tout simplement en pensant que je pouvais rendre ce
service. Une lettre de mission de notre évêque en précisait le sens : “aider à ce que
la paroisse soit pour chacun un lieu de Vie, de Fraternité, d’Annonce et de Mise en
Pratique de la Parole de Dieu pour que Tous puissent la recevoir.“ Cet objectif qui
paraît aller de soi pour des chrétiens, il nous est imparti de le mettre en œuvre dans le
concret de la vie paroissiale , ce n’est finalement pas si facile.
Quelques uns des points que j’ai appréciés :
- le nombre et la diversité des personnes rencontrées, leur engagement pour répondre aux besoins de la
communauté paroissiale, quel qu’il soit ; il n’y a pas de petits services.
- les échanges qui m’ont permis à moi, peut-être à d’autres aussi, de réfléchir davantage en qui je crois.
- les petits projets réussis, pensés puis réalisés à plusieurs : une messe, une célébration, une rencontre, ou
ce bulletin …
- chaque “oui“ répondu à nos appels
- chaque initiative de bénévoles qui aident à la prière ou qui tissent des liens de fraternité
Pourtant, il y a aussi les “ratés“ ou les difficultés, du moins, selon moi.
- le petit nombre de participants et de ceux qui acceptent une responsabilité
- une communication qui passe mal
- nos propres limites à nous et à tous, nos différences. Il est difficile d’affirmer ses propres convictions
tout en recevant une pensée, une manière d’agir qui n’est pas nôtre …
Finalement, je ne regrette pas d’avoir dit ce “oui“, et je terminerai par ces quelques mots empruntés à
Mgr Romero (archevêque de San Salvador, assassiné le 24 mars 1980) :
“Rien de ce que nous faisons n’est achevé, ce qui voudrait dire, en d’autres termes,
que le royaume se trouve au-delà de nos possibilités …
Ce n’est peut-être pas fini, mais c’est un début, un pas de plus sur le chemin,
Une opportunité de laisser entrer la grâce du Seigneur qui fera le reste“
Françoise Rousselot
Des larmes devant
la crèche
Le 25 décembre dernier, à la fin de la messe de
Noël, j'ai donné le bras à une femme âgée, à la
démarche chancelante, qui voulait aller prier devant
la crèche installée dans le chœur de l'église. Alors
que nous contemplions l'enfant Jésus, j'ai senti que
cette personne âgée, appuyée à mon bras, pleurait.
Surpris et un peu gêné, je lui ai demandé si tout
allait bien. Elle m'a répondu : « Oui, mais je pense à
tous ces réfugiés, personne n'en veut... Qu'est-ce
qu'ils vont devenir ? » J'ai d'abord été surpris par
cette expression spontanée d'émotion, puis j'ai eu
honte de moi. Oui, le drame des réfugiés fuyant les
horreurs de la guerre m'émeut, mais cette émotion
ne m'avait jamais touché au point de me faire
pleurer...
Cette femme, par ses larmes, m'a donné une
bonne leçon de foi chrétienne. Tout chrétien sait
qu'il est aimé de Dieu, d'un amour sans limite, qui
pardonne tout. Notre Dieu n'est pas un dieu lointain,
qui nous juge de haut, c'est un Dieu qui nous
accompagne à chaque instant et qui nous pardonne
toutes nos petitesses. Cet amour inépuisable qui Lui
fait nous pardonner inlassablement s'appelle la
miséricorde. Mais la chance inouïe d'être aimés et
pardonnés par Dieu nous oblige : l'amour
miséricordieux que nous recevons, nous sommes
appelés à le répercuter dans le monde, là où nous
sommes. Par la compassion. Compassion par
l'ouverture du cœur, compassion par la prière,
compassion par les actes de solidarité. En
contemplant le dénuement de l'enfant Jésus dans la
crèche, cette femme a ressenti cet appel à la
compassion, sincèrement, profondément. C'est ça
être chrétien. Tout simplement.
Francis Martin
Carême et chemin vers Pâques
Semainier
 Tous les mercredis :
10h St Charles, Bayon (Adoration)
11h St Charles, Bayon (Messe)
 Tous les vendredis :
16h30 St Charles, Bayon
(Chapelet et Messe)
 Tous les dimanches : messe
10h St Charles, Bayon
Dimanches-Évangile
 Dimanche 17 avril 10h30 Bayon
 Dimanche 3 juillet 10h30 Bayon
(RDV au presbytère de Bayon)
Messe des familles
18h
RAMEAUX/PASSION 10h30
BAYON
JEUDI SAINT
20h00
BAYON
VENDREDI SAINT
20h00
BAYON
VIGILE PASCALE
20h00
BAYON
PAQUES
10h30
VILLACOURT
Baptême de 2 enfants d'âge scolaire
Messes dominicales à 10h30
 Tous les Samedis : messe
17h St Charles, Bayon
18h Haroué, salle L. Harmand
 Samedi 23 avril
 20 mars
 24 mars
 25 mars
 26 mars
 27 mars
Einvaux
 3 avril
2ème dimanche de Pâques
 10 avril
3ème dimanche de Pâques
 17 avril
4ème dimanche de Pâques
 24 avril
5ème dimanche de Pâques
er
 1 mai
6ème dimanche de Pâques
 Jeudi 5 mai
ASCENSION
 8 mai
7ème dimanche de Pâques
 15 mai
PENTECÔTE
 22 mai
Sainte Trinité
 29 mai
Profession de foi
 5 juin
10ème dimanche ordinaire
 12 juin
Premières communions
 Samedi 18 juin
Confirmation 18h00
ème
 19 juin
12 dimanche ordinaire
 26 juin
VIRECOURT
TONNOY
LOROMONTZEY
MANGONVILLE
HAUSSONVILLE
EINVAUX
CREVECHAMPS
ROVILLE
HAIGNEVILLE
BAYON
SAINT GERMAIN
BAYON
BAYON
BAINVILLE AUX
MIROIRS
ème
13 dimanche ordinaire TONNOY
Messe de fin d’année de caté
Échanges et débats
Des jeunes de la paroisse aux JMJ à Cracovie ?
C’est un projet initié par 9 jeunes mais sa réalisation est
JOURNÉE FESTIVE
Dimanche 3 avril de 10h à 16h à BENNEY incertaine. Toutefois si d’autres jeunes souhaitent s’adjoindre
à ceux qui espèrent aller jusqu’au bout de cette belle
ESPERANCE ET VIE
aventure, n’hésitez pas.
14, 15, 16 avril
Contacter dès maintenant Nadine BAGUET au 03 83 72 47
Rassemblement national à Lourdes
08.
Les équipes du Rosaire ont été créées par le père
LES SOIRÉES « BIEN COMMUN »
Eyquem qui disait à Toulouse en 1988 :
Pour tous, 19h à 22h à Haroué
« La prière en commun des « Équipes du Rosaire » se
22 avril - 20 mai
veut une célébration de la Parole de Dieu. »
Notre rassemblement diocésain annuel aura lieu cette
LECTURE DU LIVRE DE MICHÉE
année à Sion le samedi 18 juin.
22 mars et 3 mai de 20h à 22h à Haroué
Cette journée sera présidée par Monseigneur Papin,
« Venez et voyez ».
70 ANS DU SECOURS CATHOLIQUE
Renseignements : Esselin Maryvonne tél:0383725167.
Samedi 28 mai : marche régionale vers Sion
sous réserve de modifications
Pour des informations complémentaires, contacter :
infosparoissesbhv@gmail.com ou 03 83 72 50 63
2 rue Antoine de Ravinel 54290 Bayon
Directeur de la publication :
Jean-Paul Wey,
curé de la paroisse de Bayon.
jpwey45@gmail.com
Auteur
Document
Catégorie
Uncategorized
Affichages
0
Taille du fichier
1 737 KB
Étiquettes
1/--Pages
signaler