close

Se connecter

Se connecter avec OpenID

Assises de l`édition francophone - Salon du livre et de la presse de

IntégréTéléchargement
Assises de l’édition francophone
« Le numérique et le secteur de l’édition : panacée ou enfer ? Le livre face aux défis de la modernité ».
Mercredi 27 avril 2016 – Salon du livre et de la presse Genève
SYNTHESE DE LA JOURNEE
« Le numérique est un moyen de s’affranchir des barrières physiques, de garantir une diffusion
universelle de la littérature francophone, dans toute sa diversité », a affirmé Madame l’Ambassadeur
Anne Lugon-Moulin, cheffe de la division Afrique subsaharienne et Francophonie du Département
fédéral des affaires étrangères, en ouverture de la journée des Assises de l’édition francophone.
Le numérique est créateur d’opportunités, que ce soit au niveau de la diffusion dans le domaine des
sciences humaines, qui a très vite pris le virage, mais également au niveau de la diffusion littéraire
entre le Nord et le Sud. Dans cette mouvance de mutualisation et d’émulation, on trouve Cairn.info,
le réseau de coédition des Editions d’en bas, L’Oiseau Indigo, Bookwitty ou encore l’Alliance
internationale des éditeurs indépendants. Tous ces organismes défendent la bibliodiversité et la
valorisation des acteurs locaux, à tous les niveaux de la chaîne de production. Cependant, les réalités
économiques et politiques des pays de la francophonie entraînent des différences dans les vitesses
du développement du marché. Tandis qu’en France certains éditeurs, comme Luce Wilquin,
reçoivent des aides pour entamer la numérisation de leur catalogue, d’autres doivent avant tout
lutter pour trouver un lectorat, comme les éditions Elyzad en Tunisie ou Amalion Editions au Sénégal.
Le numérique a forcé certains secteurs à se réinventer. Le réseau des libraires, notamment, doit
lutter contre les géants d’Amazon et Apple qui ont le monopole sur le livre numérique. Les enjeux
sont culturels, économiques et politiques, comme l’a rappelé Guillaume Decitre.
Les intervenants et intervenantes s’accordent néanmoins sur un point : la révolution numérique n’en
est qu’à ses balbutiements. Si des solutions sont en cours de développement, il n’existe pour l’heure
pas de marché pour le livre numérique au niveau des éditeurs locaux. Alain Nevant, des éditions
Bragelonne, a rappelé que l’on parle de marché lorsque les acteurs peuvent vivre de cette activité,
pour le livre numérique c’est loin d’être le cas.
Alors la question demeure : le numérique est-il une utopie ? Tous les fantasmes de diffusion des
contenus s’effondrent-ils face aux lois du marché ? La question n’est pas tranchée, mais les échanges
de cette journée ont montré la richesse des réflexions autour du livre numérique. En tous les cas,
comme l’a rappelé François Bon, nous avons la chance de vivre une période de transition, c’est
l’occasion de décloisonner les procédés d’édition, de diffusion, mais aussi et surtout de création.
« Ouvrons ! » a-t-il scandé.
*****
Auteur
Документ
Catégorie
Без категории
Affichages
0
Taille du fichier
34 Кб
Étiquettes
1/--Pages
signaler