close

Se connecter

Se connecter avec OpenID

16 - Syndicat de l`enseignement de l`Ouest de Montréal

IntégréTéléchargement
MAI 2016
VOL. 22 NO 16
Syndicalement vôtre
SEOM.QC.CA
Le Mot du président
Luc JACOB
Après « L’effet enseignant (sic) »… « L’effet employé (sic) »!
DANS CE NUMÉRO :
Le réseau des femmes de la
FAE : un temps d’arrêt
annuel pour partager et
2
réfléchir
Quoi faire en cas
d’accident?
3
Bientôt à la retraite?
4
CALENDRIER
Formation sécurité
d’emploi - secteur des
jeunes
9 mai 2016
Conseil des personnes
déléguées
Le 11 mai 2016
Délégation au Congrès
de la FAE
12 mai 2016
Conseil fédératif de
Gatineau
Les 19 et 20 mai 2016
Avez-vous consulté « l’Ardoise » récemment?
Pour celles et ceux qui l’ignorent encore,
l’Ardoise est l’infolettre de tous les employés
de la CSMB. Bien que sa lecture révèle des
perles sur une base régulière, je vous invite
à consulter particulièrement sa dernière
parution, datée du 21 avril 2016 et portant
le numéro 69. Diane Lamarche-Venne et
Dominic
Bertrand,
respectivement
présidente et directeur général de la CSMB
ont jugé bon en « feu » cette semaine « des
secrétaires », devenue « semaine des
employés » par un tour de passe-passe qui
m’échappe,
d’ajouter
à
« l’effet
enseignant », « l’effet employé. » Ce dernier
aurait pour objectif de renforcer « l’effet
enseignant », puisque : « …pour qu’un
enseignant donne son plein potentiel, il doit
recevoir l’appui des bonnes ressources. Au
premier chef celles de son équipe-école,
notamment le personnel de direction, de
soutien et professionnel qui lui assurent de
travailler dans les meilleures conditions
possible.1 »
L’effet enseignant : un lourd tribut
Si je puis, en partie, souscrire à l’idée que le
premier facteur favorisant la réussite soit
« l’effet enseignant », bien que le terme me
révulse encore, je demeure totalement
estomaqué de la responsabilité que cette
affirmation fait reposer sur les épaules de
l’ensemble des profs.
Le SEOM a clairement expliqué son point de
vue lors de la consultation sur le Plan
stratégique de la CSMB au printemps 2014,
après une rigoureuse consultation des
membres, grâce au travail remarquable des
personnes déléguées et de Mélanie Hubert,
vice-présidente à la vie professionnelle, dans
un délai record de trois (3) semaines. Curieux
de constater que malgré une lettre de treize
pages2 et une intervention bien sentie au
Conseil des commissaires de juin 2014, la
voix officielle représentant le personnel
enseignant ait été si peu entendue, voire
quasi ignorée.
La réussite : une responsabilité à partager
Voilà maintenant que nos décideurs locaux
semblent vouloir faire porter une partie du
fardeau sur l’ensemble du personnel, en plus
de la qualité des TNI, du chauffage et de la
disponibilité des suppléantes et suppléants!
Il serait opportun que nos dirigeants utilisent
les processus de consultation prévus tant à la
Loi de l’instruction publique que dans la
convention collective et prennent réellement
en considération les demandes clairement
exprimées par les enseignantes, enseignantes
ainsi
que
leurs
représentantes
et
représentants syndicaux à l’avenir.
réussir : « …la
toute
première
orientation de la Planification stratégique
2014-2018
de
la
CSMB3 »,
soit :
«Reconnaître et renforcer l'effet enseignant 4»,
Pour
rien de mieux que les personnes visées pour
indiquer la voie, soit les profs. Qui mieux que
nous peut répondre de nos besoins et de nos
attentes?
voir page 4 :
SYNDICAT DE L’ENSEIGNEMENT DE L’OUEST DE MONTRÉAL
TÉL. (514 637-3548) - TÉLÉC. (514 637-0000)
-
EMPLOYÉ
COURRIEL SEOM@SEOM.QC.CA

PAGE
Le réseau des femmes de la FAE : un temps d’arrêt
annuel pour partager et réfléchir
2
Nathalie PETERSON
membre SEOM au comité des femmes FAE
Caroline PROULX-TROTTIER
vice-présidente à la vie syndicale
C
ette année encore, le réseau des femmes de la
FAE a réuni environ près d’une centaine de
femmes, des huit syndicats, de l’APRFAE, du
comité des femmes et de l’équipe de la vie politique
de la FAE, pour une journée d’échanges, de
conférences pertinentes, de réflexion et de fous rires.
L’égalité entre les sexes : avancer vers l’arrière!
C’est sous ce thème que s’est déroulée la journée. Il
est rare au rythme où se bousculent nos années
scolaires et syndicales que nous prenions un moment
pour nous arrêter et réfléchir collectivement à notre
place dans la société comme femme. Pourtant,
travaillant dans une profession essentiellement
féminine, cela n’est franchement pas un luxe!
Une solide entrée en matière avec Koriass et sa
« NATURAL BORN FEMINISTE1 » qui a fini de
réveiller celles d’entre nous qui sommeillaient encore!
Trois conférencières lui ont succédé avec un tour
d’horizon assez troublant de la situation actuelle.
D’abord, Geneviève Dumont, chercheuse au Conseil
du statut de la femme du Québec, nous a entretenues
de sa plus récente recherche sur les rapports
égalitaires entre les filles et les garçons de 12 à
17 ans, dans les relations sexuelles. Bien que sa
recherche soit fondée sur la littérature d’une
quinzaine d’experts, cela ne l’a pas empêchée d’aller
sur le terrain rencontrer à Montréal, à Québec et à
Saguenay près de 70 adolescentes.
Triste constat : la sexualité des ados est encore
perçue comme un problème, voire un danger et non
une étape de la vie. Affligeant de réaliser qu’à force
de parler de risques, de danger, de MTS et de
grossesses, on a mis en veilleuse l’amour, l’intimité,
le désir et le plaisir lorsque l’on discute avec les ados.
Terrifiant de constater que les mythes de l’idéal
romantique, du prince charmant, de la putain, de la
mère et du « king » sont encore bien présents.
La communication de Lilia Goldfarb du YWCA,
travaillant au service à la collectivité, particulièrement
au service jeunesse, nous a rappelé que c’est dès le
plus jeune âge que les filles et garçons apprennent à
se définir selon les normes sociales, notamment celles
qui ont cours dans nos écoles. Elle a aussi développé
sur l’effet direct des images2 qui sont présentées
quotidiennement aux enfants par la pub de jouets
hypersexués. Pires encore sont celles quotidiennement
vues par les enfants et véhiculées dans la pub
destinée aux 17-49 ans. Cette dernière, utilisant
outrancièrement non seulement des stéréotypes
sexistes, mais aussi banalisant la violence faite aux
femmes de façon inacceptable. Et que dire du
syndrome « Lolita », i.e. cette sexualisation et hyper
sexualisation précoces des petites filles déguisées en
femmes dites fatales? Horrifiant de constater que la
porno est passée de marginale à « mainstream »!
Pour conclure ce sombre portrait, Élizabeth Harper,
professeure et chercheuse de l’École de travail social
de l’UQAM, a apporté sa contribution en regard de la
cyber violence. Là non plus le portrait n’est pas rose.
Si 85% de la population est branchée, toutes et tous
n’utilisent pas toujours cet outil avec circonspection.
La vitesse de diffusion par les adolescents d’images
devant demeurer privées pour celles qui les leur ont
transmises est troublante. Les ados se définissent de
plus en plus dans des rapports virtuels, mais les
dommages collatéraux eux sont bien réels. Le contrôle
de cet espace est difficile à réaliser tant pour l’école
que pour les parents. Quant aux cyber prédateurs
adultes, ils sont d’une habilité redoutable et ne
reculent devant rien pour assouvir leurs fantasmes. La
cyber violence, à terme, a des impacts plus
importants, car le chantage y est souvent associé,
mais aussi parce que le monde virtuel permet d’isoler
encore plus les personnes agressées et demeure sans
témoins probants. Bref, il reste du boulot à faire!
En ajouter sur notre tâche ou laisser faire? Difficile
question!
La période d’échange avec nos trois panélistes a
permis de préciser certaines questions, mais aussi de
nous positionner et de remettre en perspectives que
nous ne pouvons être les seules, à titre de profs à
porter la voie du changement, bien que notre rôle s’y
voir page 3 :
MAI 2016
SYNDICALEMENT VÔTRE
SUITE
VOL. 22 NO 16

PAGE
 FEMMES
3
suite de la page 2
prête quotidiennement. Heureusement, le dîner nous
aura permis de discuter et de laisser retomber la
poussière…
Puis la toujours énergique Nabila Ben Youssef,
humoriste québécoise d’origine tunisienne nous a fait
rire un bon coup, question de décanter, mais aussi de
pousser la réflexion plus loin et par le biais de
l’humour. Nous avons terminé ce réseau en ateliers
de discussion, animés avec brio par des membres du
comité des femmes et des conseillères de la FAE.
Ateliers comme chaque année trop courts, mais
captivants et vibrants, au terme desquels, une
plénière finale est venue couronner le tout, nous
laissant solidaires et malgré tout, sur une note
d’espoir en l’avenir que nous souhaitons meilleur
pour nous, nos mères, nos filles, nos sœurs, nos
collègues et toutes celles qui suivront.
1
2
http://seom.qc.ca/wp-content/uploads/2013/08/Natural-Born-F%
C3%A9ministe.pdf.
http://seom.qc.ca/wp-content/uploads/2013/08/Pr%C3%
A9sentation-Lilia-Goldfar-comprim%C3%A9e.pdf.
Quoi faire en cas d’accident du travail?
Mélanie HUBERT
vice-présidente à la vie professionnelle
Louis-Philippe FOISY
personne-ressource SST
L
orsque vous vous blessez au travail, même s’il
s’agit d’un accident somme toute mineur, nous
vous incitons à prendre quelques minutes afin de
compléter le formulaire de déclaration d’accident du
travail de la CSMB.
Au-delà de la déclaration d’accident du travail de la
CSMB
Toutefois, si l’accident déclaré est tel que vous devez
vous absenter le lendemain de l’accident ou dans les
jours qui suivent, nous vous recommandons de
consulter un médecin. Si un lien peut être fait entre le
diagnostic que vous recevrez et l’accident de travail
que vous avez subi, une réclamation auprès de la
Commission des normes, de l’équité, de la santé et de
la sécurité du travail (CNESST), anciennement CSST,
pourra être envisagée.
Le médecin devra alors compléter l’attestation
médicale de la CNESST. Assurez-vous que les dates
mentionnées soient exactes (celle de l’accident ainsi
que celle de la visite chez le médecin). Le diagnostic
établi devrait également figurer à l’endroit approprié.
Cette attestation doit être retournée au secteur SST de
la CSMB dans les meilleurs délais.
Conservez une copie de tout document que vous ferez
parvenir à la CSMB ainsi que tous les documents
reçus.
MAI 2016
En tout temps, si vous devez revoir le médecin en
lien avec le diagnostic établi et votre accident du
travail, demandez un rapport médical sur le
formulaire prévu par la CNESST.
Conservez une copie et envoyez l’original au secteur
SST de la CSMB.
Si votre absence doit se prolonger au-delà de 14
jours ou si vous avez des frais médicaux à vous faire
rembourser, vous devrez également compléter la
Réclamation du travailleur de la CNESST et y joindre
toutes les pièces justificatives.
Le SEOM peut vous aider
Nous pouvons vous guider à travers ce processus qui
peut vous sembler long et laborieux. Il suffit d’entrer
en communication avec Louis-Philippe Foisy ou
Jacques Saint-Roch, tous deux dédiés exclusivement
aux questions de SST. Ils pourront vous soutenir dans
l’exercice et la défense de vos droits.
Pour en savoir plus, vous pouvez également consulter
le site de la CNESST.
1
2
SYNDICALEMENT VÔTRE
Voir à ce sujet le Syndicalement vôtre vol.22 no 13.
http://www.csst.qc.ca/travailleurs/accident-du-travail-oumaladie-professionnelle/Pages/que-faire-accident-travail.aspx.
VOL. 22 NO 16
PAGE
4
 EMPLOYÉ
suite de la page 1
De même, nous avons interpellé le Conseil des
commissaires à de nombreuses reprises, afin qu’il
soutienne nos revendications en faveur de la fin des
coupures en Éducation, notamment dans les
commissions scolaires et du refinancement de
l’école publique. Nos demandes sont restées sans
réponse. Facile de remettre une partie de la
responsabilité sur l’ensemble du personnel qui
semble être là uniquement pour soutenir l’effet
enseignant! Mais les nombreuses coupures et
encadrements de tout acabit les ont également mis
à mal, et ce depuis plusieurs années! Faire plus
avec moins a depuis trop longtemps atteint des
limites objectives et vérifiables.
La CSMB a également fait fi de nos demandes
d’appui répétées en période de négociation, pour
nous permettre notamment de recouvrer notre
autonomie professionnelle individuelle et collective.
dont il est question ici, dégageons-le des tâches
administratives, des embûches bureaucratiques, des
réunions et des formations superflues et ne
répondant ni à ses besoins ni à ses aspirations.
Redonnons-lui sa pleine autonomie professionnelle.
Finalement, écoutons ce qu’il a à dire! Nous verrons
à coups sûrs croître et s’épanouir « l’effet
enseignant! »
Quant à l’ensemble du personnel syndiqué, la
réponse à « l’effet employé » lui appartient. Nous
sommes toujours disposés à collaborer avec
l’ensemble de nos collègues, dans le respect des
fonctions de chacune et chacun, et dans le respect
de notre tâche, soit à hauteur de 32 h/semaine.
1
2
3
L’effet enseignant : peut-être, mais pas sans nous!
4
http://ardoise.csmb.qc.ca/infolettre2016-04-21.html.
http://seom.qc.ca/wp-content/uploads/2016/05/Retour-deconsultation-plan-strat%C3%A9gique-2014-2018.pdf.
http://ardoise.csmb.qc.ca/infolettre2016-04-21.html.
http://ardoise.csmb.qc.ca/infolettre2016-04-21.html.
Si l’on souhaite que le personnel enseignant
« performe plus et mieux », car c’est bien de cela
Bientôt à la retraite?
P
our les personnes qui ont décidé de prendre leur retraite, ou qui prévoient la prendre dans
un avenir prochain, l’Association de personnes retraitées de la FAE (APRFAE) a préparé
pour vous un portfolio de documents afin de vous fournir de l’information importante
préalable à la prise de votre retraite. Par la même occasion, nous vous transmettons aussi de
l’information sur l’Association qui regroupe les personnes retraitées de la FAE.
L’APRFAE est un affilié de la FAE et notre association est reconnue par la Commission
administrative des régimes de retraite et d’assurances (CARRA).
Des exemplaires du portfolio en version papier sont disponibles dans tous les syndicats affiliés à la FAE.
Si ce n’est pas encore fait, vous pouvez vous le procurer directement en vous adressant à votre syndicat local ou
le recevoir en version électronique en vous adressant directement à l’APRFAE à l’adresse suivante :
retraites@aprfae.ca ou par téléphone au 514 666-6969.
L’APRFAE, UNE ASSOCIATION QUI NOUS UNIT!
Le journal Syndicalement vôtre est réalisé par le Syndicat de l’Enseignement de l’Ouest de Montréal (SEOM). Tiré à 3 900 exemplaires, il est
distribué à toutes les enseignantes et les enseignants de la Commission scolaire Marguerite-Bourgeoys.
Équipe de production : Caroline Proulx-Trottier et Isabelle Filiatrault
Conception graphique, mise en page et révision de textes : Caroline Proulx-Trottier, Isabelle Filiatrault et Chantal Harvey
MAI 2016
SYNDICALEMENT VÔTRE
VOL. 22 NO 16
Auteur
Document
Catégorie
Uncategorized
Affichages
0
Taille du fichier
467 KB
Étiquettes
1/--Pages
signaler