close

Se connecter

Se connecter avec OpenID

cette page - Agefi.com

IntégréTéléchargement
Vendredi 6 mai 2016
|
Numéro 87
|
Créé en 1950
|
Vendu en kiosques et par abonnement
|
Prix 4,50 CHF (TVA 2,5% incl.) - 4,50 EUR
|
agefi@agefi.com
|
Rédacteur en chef: François Schaller
Chemins de fer en Chine
La dette colossale
de 640 milliards
de dollars
PAGE 21
JA-PP/JOURNAL — CASE POSTALE 5031 — CH-1002 LAUSANNE
SMI 7752.97
7880
7835
7790
7745
-1.24% - Clos hier
DOW JONES 17648.35
17750
17700
17650
17600
-0.02%
ÉCHANGE D’INFORMATIONS FISCALES
100 à 200 postes
de fonctionnaires
PAGE 8
INDICE DES BULLES IMMOBILIÈRES EN SUISSE
Toujours dans la zone de risque
PAGE 3
ENTRETIEN AVEC LUKAS BRAUNSCHWEILER
Sonova reprend AudioNova
PAGE 4
RUAG VICTIME D’ESPIONNAGE INDUSTRIEL
Manque de transparence critiqué
PAGE 8
LE SWISS TAX REPORT 2016 DE KPMG
Le coût d’un échec de la RIE III
Les spécialités chimiques suisses
impressionnent les investisseurs
Emblématiques des recentrages industriels continuels sur des activités de niche à l’échelle du monde. Tour d’horizon.
PHILIPPE REY
Recentrages en continu sur de véritables spécialités à l’échelle du
monde, produits et solutions à
haute valeur ajoutée (c’est-à-dire
des marges), innovation et marketing efficace. C’est la réponse
depuis vingt-cinq ans aux doutes
récurrents des économistes sur le
sens d’une industrie de la chimie
en Suisse. Issue historiquement
(mais pas seulement) des grands
généralistes que furent Ciba, Sandoz et Roche.
Pointe de l’iceberg, les quelques
entreprises cotées sont aussi re-
présentatives d’un goût remarquable pour la performance.
dans ce segment. Elles ont à peu
près toutes dépassé les attentes
sur le premier trimestre, avec des
perspectives encore encourageantes. Ems-Chemie est l’une
des entreprises les plus rentables
du monde dans la chimie. Sika,
Lonza Group et Clariant font
aussi partie du groupe, avec deux
leaders spécifiques à l’agrochimie (Syngenta) et aux arômes et
parfums (Givaudan).
La création de valeur de Ems,
Sika et Givaudan a impressionné
ces cinq dernières années. Syn-
genta aussi depuis sa première
cotation en 2000. Lonza et Clariant n’ont pas été aussi convaincants, même si le cours du premier a doublé par rapport au
début 2011. Le cours de Clariant
se situe aujourd’hui au niveau de
2007.
Ces deux références doivent encore confirmer leurs bonnes dispositions actuelles. Ce qui requiert une amélioration durable
du cash-flow libre et de la rentabilité des capitaux investis.
A la stratégie de spécialités
s’ajoute les investissements dans
la recherche et développement,
et leur transformation en nouveaux produits et procédés. Avec
un lien particulier entre la R&D
en Suisse et la production ici ou
ailleurs.
Selon Science Industries Switzerland (organisation de branche
couvrant chimie, pharmacie et
biotechnologies), les principaux
groupes de produits peuvent être
sériés en chimie fine, vitamines,
substances odoriférantes et aromatiques, produits de protection
des plantes, produits chimiques
pour applications techniques et
industrielles, ainsi que pigments,
couleurs et peintures. SUITE PAGE 4
PAGE 3
FACE À LA HAUSSE DES COÛTS DE LA SANTÉ
La traque aux traitements inutiles
CHRONIQUE SUR L’INDUSTRIE 4.0 (3/6)
Les contours de l’usine du futur
PAGE 6
LA BANQUE PROFIL DE GESTION À GENÈVE
Marge nette plutôt remarquable
PAGE 3
Verbier Festival cible
les entreprises locales
KIM GAYNOR. La directrice administrative a une nouvelle offre pour associer les petites entreprises de la
région. Problématique typique des événement culturels
ambitieux.
Verbier Festival se diversifie et adapte sa politique
de sponsoring. Un Club Entreprise voit le jour pour
l’édition de cette année qui aura lieu du 22 juillet au
7 août prochains. Cet événement haut de gamme –
la moyenne du prix du billet s’élève tout de même à
95 francs – attire depuis ses débuts des sponsors de
taille.
La manifestation peut se targuer de compter actuellement Julius Baer (les instituts financiers suisses sont
très actifs dans le soutien du domaine culturel) et
Nespresso comme sponsors principaux après avoir
connu d’autres grands noms comme Rolex ou encore
UBS. Cette stratégie de sponsoring laissait peu de
place aux plus petites entreprises de la région. C’est
pour pallier ce manque que le festival souhaite se
diversifier dans ses offres en proposant un Club
entreprise.
Cette nouvelle prestation offre un accès au salon et
bar privatisé afin de permettre aux membres d’inviter
leur clientèle dans le but de faire de la relation
publique. Mais aussi un avantage marketing avec une
visibilité sur les différents supports. Un service à la
carte pour des prestations supplémentaires payantes
a été mis en place. Les billets de concert, le catering
et autres services sont à payer séparément. PAGE 6
Bilan d’un procès
La nomination est
capital à mi-parcours clairement ciblée
LUX LEAKS. Deux semaines d’audience ont abondamment
éclairé les motivations des auteurs des fuites.
SYNGENTA. Le groupe renouvelle la présidence exécutive
quelques mois avant la cession à ChemChina.
Extrême lors de son ouverture fin
avril, l’intérêt médiatique pour le
procès LuxLeaks est bien retombé. Dommage. Parce que les
enjeux sont fondamentaux dans
une actualité hypersensible.
Une condamnation d’Antoine
Deltour, la principale source des
révélations sur la fiscalité du
Luxembourg, pourrait conduire
à une amélioration de la protection des lanceurs d’alerte.
Cette condamnation paraît d’autant plus probable que l’ancien
collaborateur du groupe PwC au
Luxembourg a reconnu les faits
qui lui sont reprochés. Contrairement à ses deux co-accusés: un
autre ancien employé du cabinet
Le processus de renouvellement
aura duré près de huit mois, mais
Syngenta est enfin parvenu à arrêter son choix sur un candidat.
Erik Fyrwald, actuellement à la
direction d’un groupe américain
de distribution de spécialités chimiques, reprendra la présidence
exécutive en juin prochain. Libérant ainsi John Ramsay de la double fonction, CEO et CFO, qu’il
tient depuis octobre 2015, après
le départ de Mike Mack. Le profil
du nouveau nommé paraît d’emblée assez cohérent dans la perspective de la reprise de Syngenta
par ChemChina. Erik Fyrwald
est chimiste de formation, son
parcours s’est essentiellement dé-
d’audit qui a aussi transmis des
données. Ainsi que le journaliste
qui les a recueillies, soupçonné
d’avoir été l’instigateur de l’opération.
Une majorité de commentateurs
s’attendent à un verdict plutôt clément. Le président du tribunal
d’arrondissement de Luxembourg a néanmoins déclaré qu’il
ne voulait pas prendre en compte
la dimension morale des actes reprochés aux accusés. Il s’agit de
questions de droit dans un Etat
de droit.
Bilan à mi-parcours de ce procès,
qui reprendra mardi 10 mai avec
le réquisitoire du ministère public. PAGE 19
ERIK FYRWALD. Premier CEO
venant de l’extérieur dans
toute l’histoire du groupe.
roulé dans la production, avec
une expertise sur la distribution
aux Etats-Unis. Exactement ce
qui manquera au futur propriétaire chinois. PAGE 4
De l’or à la place des dollars
ÉCONOMIES ÉMERGENTES. Pourquoi les banques centrales devraient absolument réduire leurs positions en obligations.
KENNETH ROGOFF*
Les banques centrales des pays
émergents connaissent-elles actuellement une surcharge en dollars et une pénurie d’or?
Compte tenu du ralentissement
économique mondial, où les marchés émergents sont probablement très reconnaissants envers
les réserves qu’ils conservent,
cette question peut paraître inopportune.
Mais il y a fort à parier qu’une
évolution des marchés de l’or sur
les marchés émergents dans le
sens d’une accumulation de l’or
aiderait le système financier international à fonctionner plus en
douceur et profiterait à tout le
monde.
Soyons clairs, je ne fais pas partie
de ceux (en général des Américains cinglés d’extrême-droite),
qui favorisent un retour à l’étalon-or, où les pays fixent la valeur
de leur monnaie relativement à
celle de l’or. Après tout, le dernier
règne de l’étalon-or a connu une
fin tragique dans les années 1930
et il n’y a aucune raison de croire
qu’un retour à ce régime pourrait
produire un résultat différent.
Non, je propose simplement que
les marchés émergents convertissent en or une part importante
des milliers de milliards de dollars
dans les réserves en devises qu’ils
détiennent actuellement: la
Chine à elle seule a des réserves
officielles de 3,3 mille milliards
de dollars. Même convertir par
exemple jusqu’à 10% de leurs réserves en or ne les rapprocherait
pas des nombreux pays riches qui
détiennent 60% à 70% de leurs
Genève
réserves officielles en or, certes
plus petites.
Depuis quelque temps, les pays
riches ont fait valoir qu’il était
dans l’intérêt collectif de chacun
de démonétiser l’or. SUITE PAGE 2
* Harvard
www.lindegger-optic.ch
9HRLEMB*jeiaae+[F\K\A\B\S
PAGE 8
Auteur
Document
Catégorie
Uncategorized
Affichages
1
Taille du fichier
281 KB
Étiquettes
1/--Pages
signaler