close

Se connecter

Se connecter avec OpenID

Bulletin n° 4 mai 2016 - Aide à l`Eglise en Détresse

IntégréTéléchargement
N° 4 · mai 2016
Afgiftekantoor
Leuven Masspost
Huit numéros par an
www.egliseendetresse.be
Bénédiction de la mission :
le sacrement des malades
en Ouganda.
« Le véritable missionnaire,
qui ne cesse jamais d’être
disciple, sait que Jésus
marche avec lui, parle avec
lui, respire avec lui,
travaille avec lui. »
Pape François, lettre apostolique,
Evangelii Gaudium
« Toute puissance m’a été donnée au ciel
et sur la terre. Allez donc, de toutes les
nations faites des disciples, les baptisant
au nom du Père et du Fils et du Saint
Esprit, et leur apprenant à observer tout ce
que je vous ai prescrit. Et moi, je suis avec
vous tous les jours jusqu’à la fin du
monde. » (Mt, 28, 18-20).
Par ses dernières paroles avant son Ascension, le Seigneur ressuscité revendique un pouvoir absolu sur
toute l’humanité et sur tous les
temps. En vertu de ce pouvoir,
il envoie ses disciples. La mission divine de baptiser tout
homme et de lui enseigner
l’Évangile est valable pour toute l’Église,
pour chacun d’entre nous. Mais l’Église
peut-elle représenter un tel mandat missionnaire universel à l’égard de tous les
pouvoirs étatiques, de toutes les cultures et
religions, sans sembler arrogante et intolérante ? C’est en effet justement à cause de
sa mission intemporelle et universelle
qu’elle est souvent honnie et rejetée.
cosmique », au-dessus de tout ce qui est
terrestre, mais il a été placé par Dieu le
Père à la tête de l’Église (cf. Ep 1,22). Il
vit en elle par les sacrements, l’Eucharistie,
sa Parole, son Esprit. Cependant, la plénitude de l’Esprit du Christ dans l’Église
n’est pas une puissance menaçante, mais
répond aux besoins les plus profonds de
l’homme. C’est pourquoi un témoin du
Christ doit tout d’abord être rempli de l’Esprit Saint. Cela lui permet d’aimer le Christ
et d’observer tout ce qu’Il a dit.
Thérèse de Lisieux, patronne des missions
et docteur de l’Église : « Je ne peux pas
accomplir les œuvres éclatantes. Je ne
peux ni prêcher l’Évangile, ni verser mon
sang. Mais qu’importe ! Mes frères travaillent à ma place. Et moi, j’aime pour
eux. Mais comment témoignerai-je mon
Amour, puisque l’Amour se prouve par les
œuvres ? Je n’ai d’autre moyen de prouver
mon amour à Jésus que de jeter des fleurs,
c’est-à-dire de ne laisser échapper aucun
petit sacrifice, aucun regard, aucune parole, de profiter de toutes les
plus petites choses et de les
faire par amour ».
Nous pouvons tous
devenir missionnaires
de l’Amour !
Chers amis, des petits sacrifices, des petites choses – en ce
sens, nous pouvons tous être
L’Amour pour le Christ est le cœur des missionnaires de l’Amour, afin que la
de l’Église et la force motrice de sa foi en Jésus se répande réellement
mission générale, « catholique ». Sans jusqu’aux extrémités de la terre.
Amour, l’Église cesserait d’être l’Église
et serait en fait une entreprise humaine, Je vous bénis avec gratitude,
condescendante, à la recherche du pouvoir.
Ce n’est que parce que le Seigneur est tous
les jours avec nous que nous pouvons
accomplir une mission mondiale qui semble nous dépasser. C’est une mission
Le Christ ressuscité est le Souverain uni- d’amour qui commence dans le secret.
P. Martin Maria Barta
versel. Cependant, Il n’est pas un « Christ C’est ce que nous enseigne surtout Sainte
Assistant ecclésiastique
1
r is a
Moto
t io n
Pérou – Beaucoup de
temps et d’efforts
périlleux pour redescendre dans la vallée.
Nigeria – Le Centre des catéchistes de
Jos : étudier avant d'enseigner.
Parole et dignité pour tous les peuples
En Latin, le mot « movere » a deux sens : stimuler et déplacer. En effet, dans le port de Lagos rendraient son imporvotre amour permet aux moteurs de fonctionner, aux roues de rouler – tation encore plus chère. Mgr Kaigama a
jusqu’aux extrémités de la terre.
offert 8 000 euros pour le bus. Il ne peut davantage. Il attache une grande importance à
À quatre mille mètres d’altitude, là où les Eu- voiture en effet, les sœurs pourraient atteindre ce Centre pour catéchistes. C’est un phare
ropéens ne sont pas les seuls à avoir du mal à régulièrement « tous les peuples » de ces pour la dignité des femmes – dans une région
respirer, les Sœurs missionnaires de Mère confins de la terre. Alors la Parole de Dieu ne où les islamistes foulent aux pieds cette diLaura Montoya (Lauritas ou missionnaires de serait plus semée seulement de façon occa- gnité. Nous avons promis 53 000 euros pour
la Vierge Immaculée et de Sainte Catherine sionnelle sur ces hauteurs. L’exemple de ces le bus et la formation des catéchistes. Parole
de Sienne) viennent rendre visite aux Indiens religieuses, leur aide en matière d’éducation et dignité – la Bonne Nouvelle du Christ ne
des Andes. Elles viennent à pied et les sen- et de santé rendent la terre vraiment féconde. doit pas avoir de frontière.
tiers sont raides et pénibles dans ce diocèse Nous leur avons promis de « moderniser leur
pauvre d’Abancay (Pérou). Autrefois elles âne », c’est-à-dire une Suzuki à quatre roues
venaient parfois aussi à cheval ou à dos d’âne motrices, pour 15 600 euros.
quand elles portaient de lourdes charges.
La plupart des autochtones vivent dans de pe- Les catéchistes de Jos (Nigeria) ne peuvent
tits villages, très éloignés les uns des autres. plus se contenter d’une seule jeep. Il y a dix
Des bus des transans, nous avions fiports publics partent
nancé
une camionLa Bonne Nouvelle du
dans la nuit entre
nette. Elle a maintedeux et quatre Christ ne doit pas avoir nant besoin de
grosses réparations et
heures, trajets que
de frontière
les sœurs sont heune peut transporter
reuses d’assumer. Mais ces bus ne circulent que cinq passagers. Entre temps, les femmes
que deux fois par semaine et ne s’arrêtent ont fait un excellent travail missionnaire, le
qu’à certains points de ramassage. Autrement Centre pour les catéchistes féminines – une
dit, les sœurs ne peuvent parcourir toutes les rareté – s’est beaucoup développé. Des
routes missionnaires. Pourtant, Jésus avait femmes de 43 paroisses participent au prochargé ses disciples d’aller vers « toutes les gramme de formation sur deux ans. Le Centre
nations », donc aussi chez les Indiens des est situé à 40 kilomètres de Jos. Il faudrait
hauts plateaux des Andes. Des routes non as- donc un solide minibus de 30 places. Il n’est Mozambique – Impossible sans
phaltées mais carrossables traversent les certes pas bon marché dans le pays, mais les moto : un catéchiste en route vers
montagnes abruptes et les vallées. Avec une droits élevés à l’importation et la corruption « ses » villages.
•
2
En cas de surplus, votre don ira à un projet similaire permettant de poursuivre le travail pastoral de l’AED.
n
lisatio
é
g
n
a
lle év
Nouve
Enfin revivre sa foi
publiquement
L’histoire des chrétiens au Kosovo
remonte à Saint Paul, l’Apôtre des
Nations. Dans sa Lettre aux Romains, il écrit qu’il a proclamé l’Évangile aux peuples de cette région, lors
de ses voyages (Rm 15,19).
L’histoire n’a pas toujours été tendre envers
eux : persécutions, expulsions, oppressions.
Mais bon nombre de leurs descendants sont
restés fidèles au Christ au cours des siècles,
même aux pires moments de l’Empire
ottoman, et plus tard sous les communistes.
Aujourd’hui, l’Église catholique au Kosovo
compte au total 66 800 fidèles, 57 prêtres
et 85 religieuses, dans 24 paroisses. Mgr
Dodë Gjergi connaît beaucoup d’entre eux
personnellement. Il a observé une forme
particulière de nouvelle évangélisation :
« C’est la re-christianisation, parce que
beaucoup de ceux qui se font baptiser
veulent maintenant revenir publiquement
à la foi catholique et la proclamer. Ils ne
laissent pas l’islam derrière eux, car
beaucoup se rendent compte qu’ils n’ont jamais été vraiment musulmans. Mais c’est
seulement maintenant qu’ils peuvent en
parler publiquement. »
Pendant les siècles de terreur sous le joug
turc, la plupart des Albanais du Kosovo se
sont convertis à l’islam. Pour cela, il suffit
de dire en public la première sourate du
Coran. Cependant, beaucoup ont continué
à pratiquer leur foi catholique en cachette.
Ils se sont accrochés à l’espoir de pouvoir
à nouveau prier le Notre Père en public et
célébrer la messe. On les appelle les cryptocatholiques. Ils veulent maintenant remettre
en lumière cette pratique religieuse secrète
de leurs parents en la sortant de la pénombre de l’histoire. La vie religieuse cachée a
conduit à forger l’une des caractéristiques
de l’identité nationale du Kosovo : une
compréhension particulière de la liberté
Des jeunes avec Mgr Dodë. Non plus cryptocatholiques mais catholiques au grand jour.
Messe à Pristina : « Je suis avec vous
tous les jours jusqu’à la fin du monde ».
religieuse et de la tolérance. Ce n’est que
lors de la guerre d’indépendance qu’un
islam radical a vu le jour, financé par l’Arabie saoudite, ce qui a conduit à des tensions.
faire prendre davantage conscience de son
message d’amour et de tolérance, » déclare
Mgr Dodë. « Nous considérons tous les
hommes comme nos frères, même ceux qui
ont un autre regard sur le monde ».
La bienheureuse Mère Teresa a vécu de cette
tradition de tolérance et d’amour du prochain. Quand elle était jeune femme, sur le
point d’offrir sa vie à Dieu, elle s’est rendue
à Letnica, au Kosovo, devant la statue miraculeuse de Notre Dame. « Nous voulons
Compte tenu du drame des réfugiés dans
les Balkans, ces paroles ne s’appliquent pas
seulement aux Kosovars. Ici, l’Église pauvre du Kosovo est particulièrement soutenue. Avec votre aide.
•
Enseignez-leur à tout respecter …
« Un livre pour chaque élève, une Bible pour chaque catéchiste ». C’est
l’objectif des frères missionnaires de Saint Paul, au Congo.
Cette élève de Kisantu a un trésor
dans la main …
Les trois quarts de la population du diocèse
de Kisantu (République Démocratique
du Congo) sont catholiques. Mais on
trouve difficilement des livres chrétiens,
des Bibles et des catéchismes, car il n’y a
pas de bibliothèque. En outre, les 30 paroisses et les écoles des villages sont très
éloignées les unes des autres, et les routes
sont à peine utilisables à cause du sable et
de la boue. Il faut donc que les livres parviennent aux élèves et aux enseignants.
C’est la tâche des frères missionnaires.
Mais impossible sans Jeep. Nous les aidons
à hauteur de 22 200 euros. Il ne doit pas y
avoir d’obstacles à la Bonne Nouvelle.
En cas de surplus, votre don ira à un projet similaire permettant de poursuivre le travail pastoral de l’AED.
•
3
n
lisatio
é
g
n
a
lle év
Nouve
Chez eux, les estropiés
de la vie sont remis
sur pied.
Un hôpital de l’amour
« Je vois très clairement qu’aujourd’hui, l’Église a un besoin urgent
de guérir les blessures et d’offrir
aux cœurs des fidèles, chaleur et
proximité. Je vois l’Église comme un
hôpital de campagne après la bataille ».
Le Père Andrés Jaramillo s’est pleinement
approprié ces paroles du Pape François et
a fondé à Girardota (Colombie) une
confrérie qui agit comme un hôpital de
campagne pour les âmes blessées, après
des décennies de guerre civile. La
« Confrérie du Sacré-Cœur » veut être un
refuge et un lieu de réconfort pour les personnes désespérées, blessées, en
recherche, et accablées par la douleur de
l’âme. Il existe des endroits et des subsides pour de nombreux groupes – personnes âgées, enfants, victimes de guerre,
pauvres, déplacés, réfugiés. Mais pas pour
les gens ordinaires dont l’âme est en
détresse : un étudiant, une maîtresse de
maison, un gestionnaire, un employé de
bureau, chacun d’entre nous. Lola Lopez
avait perdu sa fille unique et se sentait brisée, détruite. « Je ne pouvais pas m’arrêter
de pleurer. J’oubliais de manger, de dormir, de vivre ». Le Père Andrés et sa communauté l’ont invitée à prier et à parler
avec eux. « Ils ne demandaient rien, ils
n’exigeaient rien. Ils me témoignaient leur
affection, me souriaient. » Lola s’est rétablie. « L’Amour a vaincu la mort », dit-elle ;
« cet Amour sans mesure, désintéressé et
gratuit a guéri mes blessures ».
d’autres pays que la Colombie. Nous
avons promis de financer le rez-de-chaussée
(50 000 euros). Ce seront les fondations
d’un hôpital de la Bonne Nouvelle.
•
Il y a tellement de Lolas. La confrérie
veut désormais construire une maison,
la maison-mère de nombreux futurs hôpi- Ils n’ont pas seulement besoin de pain
taux de campagne ; il y en aura aussi dans mais de l’affection de la communauté.
La Bonne Nouvelle en prison
« Il n’y a pas un endroit que la Misé- signes d’amour. Ils ont besoin du regard du
ricorde de Dieu ne pourrait atteindre, Seigneur, dans une chapelle, et en lisant la
pas un endroit et pas une personne Bible.
qu’elle ne pourrait toucher ».
C’est ce que vous leur permettez dans de
Le Pape François adressa ces paroles aux nombreuses prisons. Par exemple à Livingsdétenus de la prison de Ciudad Juárez tone (Zambie), où vous avez offert 120
(Mexique) en février dernier. Sans une aide Bibles au Père Roman, aumônier de la pride l’extérieur, les prisonniers réussiraient ra- son (1 100 euros). Ou à Mauá (Kenya), où
rement à trouver un nouveau départ et le vous aidez le Père Jediel à construire une
chemin de la conversion intérieure. Ils ont chapelle dédiée à Saint Thaddée, patron des
besoin d’encouragements. Ils ont besoin de causes désespérées (12 000 euros). Ou à
4
Mbeya (Tanzanie), où vous donnez de l’argent au Père Innocent, pour acheter des livres de chants et de prières, des Bibles, des
catéchismes, des vidéos et des manuels scolaires pour les 150 prisonniers (4 800 euros).
Certains d’entre eux veulent et peuvent montrer leur gratitude en servant l’Église comme
catéchistes formés, à la fin de leur détention.
Les chemins et les effets de la Bonne Nouvelle sont sans limites. Ce sont les voies de
la miséricorde.
En cas de surplus, votre don ira à un projet similaire permettant de poursuivre le travail pastoral de l’AED.
•
g asc
Mada
ar
« Et vous m’avez visité »
Celui qui a affronté la douleur
jusqu’au plus haut point et dont
nous pourrions dire « il a vécu l’enfer » peut devenir prophète dans la
société (Pape François).
Dans de nombreuses prisons, les prisonniers vivent cet enfer. Certains croupissent
sans procès derrière les barreaux, dans des
conditions inhumaines : dans des cellules
bondées, avec des criminels endurcis, leur
assiette à moitié vide, à des températures
tropicales. Les sœurs de la Congrégation
de l’Immaculée Conception de Niort, à
Miarinarivo (Madagascar) les visitent. Une vie pour ceux qui souffrent :
Bon nombre de détenus ne savent pas lire, les infatigables sœurs de Miarinarivo.
ils ont dû signer leur acte de jugement sans
comprendre les accusations.
Grâce à ces trois religieuses, Lucie peut
aller à l’école et vivre une vie normale.
Le cas d’Agnès est particulièrement Elle saura toujours ce qu’est l’Amour,
tragique. Son mari a été assassiné. Après malgré le drame familial.
l’enterrement, un membre de la famille
de la victime s’est présenté à Agnès avec D’autres prisonniers n’ont fait que prendre
un document, en disant qu’on savait qui un morceau de pain pour protéger leur
était l’assassin, et qu’Agnès devait signer famille de la faim. Ils ont été arrêtés et
le document pour montrer qu’elle était traînés au tribunal. Les religieuses leur
d’accord avec l’enquête. Agnès a apportent, à eux et aux autres, du pain et
« signé » avec son empreinte digitale. Il la Parole de Dieu. Elles aident aussi les
s’agissait en fait de l’aveu qu’elle avait familles à se réconcilier. En effet, à Madaelle-même tué son mari. Le procès eut gascar, de nombreuses familles excluent
lieu et elle fut condamnée à 15 ans de les prisonniers. Les sœurs s’occupent
prison pour meurtre. Les sœurs s’occu- aussi des orphelins, des jeunes filles abanpèrent de sa fille Lucie, comme des autres données qui vivent dans les rues. Elles
enfants dont les mères sont en prison. viennent aussi en aide aux sans-abri et
L’école en prison : les prisonniers
apprennent l’alphabet.
Grâce aux sœurs, Lucie a échappé
à un sort terrible. Elle est heureuse
et proche du Christ.
visitent les écoles. Cela fait de nombreuses années qu’elles travaillent à cette
vigne difficile. Quand leur congrégation
est arrivée à Madagascar, il y a 60 ans, les
sœurs ont trouvé à se loger dans une maison, déjà vieille à l’époque, et qui a sans
cesse nécessité des réparations. Les tornades et les tempêtes ont achevé sa dégradation. Maintenant, la maison risque de
s’effondrer et doit être entièrement rénovée. Les sœurs sont accablées. Mais elles
ont besoin de ce lieu de prière communautaire pour reprendre des forces en vue de
leur dur labeur. Elles veulent continuer à
être des prophètes de l’amour et montrer
le sourire de Dieu à Lucie et aux autres
enfants. Nous les aidons à hauteur de
50 000 euros.
En cas de surplus, votre don ira à un projet similaire permettant de poursuivre le travail pastoral de l’AED.
•
5
© Jakub Serych
Il y a un an, l’Église est descendue dans la rue à Prague –
Mgr Dominik Duka en tête.
Prague est certes une vieille
ville européenne, cultivée,
mais un siècle de communisme et d’athéisme a poussé
l’Église dans les catacombes,
puis en marge de la société.
Les chrétiens ont voulu
présenter à la ville la vie de l’Église, la vie avec le Christ, « secouer
les préjugés sur l’Église et la foi ». Ils ont réussi – avec votre aide.
Les églises ont été ouvertes pendant une semaine, des jeunes ont
prié et assisté à la messe dans les rues, des affiches sur les bus et
les trains ont annoncé la joie d’un Dieu présent. Le Cardinal Duka
vous remercie du fond du cœur. Et il a rappelé que « nous avons
tous reçu des grâces et des dons différents de la part de Dieu,
mais aucun de nous n’a reçu l’indifférence et la distance ». C’est ce
que l’on ressent particulièrement chez les Bienfaiteurs de l’Aide à
l’Église en Détresse.
Détresse, amour et gratitude – Vos lettres
Partager mon premier salaire avec la Syrie
Je suis heureuse de partager cette somme
avec l’Aide à l’Église en Détresse. (pour
la Syrie), prise sur mon 1er salaire.
Une Bienfaitrice de France
Contribution pour un monde meilleur
Je remercie l’Aide à l’Église en Détresse
pour plus de 30 années de collaboration
et de précieux projets soutenus pendant
que j’étais évêque. Je prie pour que
l’Aide à l’Église en Détresse puisse
Un travail formidable
continuer de contribuer avec succès à un
Certains élèves de l’école catholique monde meilleur.
Saint-Pierre et Saint-Paul à Waterloo ont Un évêque de Papouasie-Nouvelle-Guinée
récemment organisé une brocante pour la
mission. Ils veulent que l’Aide à l’Église Ça me brise le cœur
en Détresse reçoive une partie des recettes Chaque fois que j’ouvre le Bulletin,
pour aider les enfants nécessiteux. Pour- j’ai le cœur brisé et je me sens appelé
à aider – surtout maintenant où tant
suivez votre travail merveilleux !
Des élèves catholiques aux États-Unis de chrétiens souffrent et meurent en
martyrs. De même que ces chrétiens
persécutés et oubliés ont besoin de
Déjà depuis 25 ans
Je vous envoie un chèque de 100$ pour notre prière et de notre aide, notre
aider à soulager un peu de misère. Ça Occident égoïste et matérialiste a
fait vingt-cinq ans que je collabore et que besoin de leurs prières pour sauver
je prie pour l'Aide à l'Église en Détresse. nos âmes.
Un Bienfaiteur d’Australie
Un Bienfaiteur du Canada
Aide à l’Église en Détresse a.s.b.l.
Abdij van Park 5, B-3001 Leuven,Tél. +32 (0)16 39 50 50, Fax +32 (0)16 39 50 60
Votre don : pour la Belgique :
IBAN : BE25 1960 0933 4182 et BIC : CREGBEBB. Pour un dégrèvement fiscal pour
un don à partir de 40 €, veuillez verser à l’Aide et Espoir a.s.b.l. sur le compte
IBAN: BE72 1960 1357 6116 et BIC : CREGBEBB.
Pour le Luxembourg :
IBAN : LU66 1111 0261 9404 0000 et BIC : CCPLLULL.
E-mail : info@egliseendetresse.be – Website : www.egliseendetresse.be
6
Johannes
Freiherr
Heereman,
Président du Conseil
exécutif
Chers amis,
Les photos de Syrie et d’Irak sont
terrifiantes. Elles sont aussi édifiantes.
Beaucoup de gens en Europe ont peur
des islamistes radicaux. C’est très
compréhensible – mais pas pour des
chrétiens. « Ne craignez pas ceux qui
tuent le corps, mais qui ne peuvent
tuer l’âme ; craignez plutôt celui qui
peut faire périr l’âme et le corps dans
la géhenne », dit Jésus (Mt 10,26).
Rien ni personne ne peut tuer cette
âme attachée au Christ. Avec lui, nous
avons la vérité et la Bonne Nouvelle
que Dieu est toujours avec nous.
Confesser avec joie cette vérité, c’est
notre mission, et cela implique que
nous aidions toutes les personnes persécutées, notamment en Syrie et en
Irak.
J’entends de plus en plus souvent des
musulmans, étonnés d’être persécutés
par leurs propres coreligionnaires,
tandis que les « infidèles » chrétiens se
comportent différemment envers eux.
Beaucoup veulent en savoir plus sur ce
Dieu qui est Amour. Eux aussi, nous
pouvons les aider. Le Dieu d’Amour
s’est révélé à tous les hommes par le
Christ. Tant que nous témoignons de
cette vérité par nos vies et nos actes,
nous n’avons pas à avoir peur que
l’Europe devienne musulmane.
Rédaction : Jürgen Liminski
Editeur responsable : Kirche in Not /
Ostpriesterhilfe,
Postfach
1209,
D-61452 Königstein – En Belgique :
Uma Wijnants, Abdij van Park 5,
B-3001 Leuven – P608135 – De licentia
competentis auctoritatis ecclesiasticae
– ISSN 0252-2519 – Printed in Belgium.
www.acn-intl.org
Auteur
Документ
Catégorie
Без категории
Affichages
1
Taille du fichier
2 017 Кб
Étiquettes
1/--Pages
signaler