close

Se connecter

Se connecter avec OpenID

Ce rapport a été produit par OCHA en collaboration avec les

IntégréTéléchargement
République Démocratique du Congo :
Lualaba, Haut – Katanga et Haut – Lomami
Note d’informations humanitaires du 12 mai 2016
Ce rapport a été produit par OCHA en collaboration avec les partenaires humanitaires. Il a été publié par OCHA et couvre la période du 05 au 12 mai 2016 Faits saillants

Lukafu, nouveau foyer de choléra dans le Haut-Katanga
Contexte général
La situation sécuritaire dans le Territoire de Mitwaba reste marquer par son cortège
de mouvements de populations. Au moment où, suite au calme revenu dans leur
milieu d’origines, de nombreuses personnes déplacées internes retournent chez
elles, certaines populations fuient les attaques armées. Un des derniers incidents
a eu lieu en début mai où environ 2 000 civils ont dû quitter Bulumbu et
Tomombo, villages situées à 200 km au sud-ouest de Mitwaba pour se réfugier
dans le Groupement de Mukabe-Kazadi, Province du Lualaba. C’est la deuxième
attaque, en trois mois, dans le Territoire de Mitwaba. En janvier 2016, environ 3 500
autres personnes s’étaient déplacées des villages Kilunga et Kitobo vers Lumbwe et Mukabe-Kazari,
dans le Territoire de Lubudi.
Mitwaba compte plus de 19% des déplacés des provinces du Haut-Katanga, Haut-Lomami et Lualaba
réunies.
Besoins et Réponses humanitaires
Épidémies
Choléra
Malgré une tendance générale à la baisse, depuis le 01 avril dernier, dans les provinces du HautKatanga, Haut-Lomami et Lualaba, le choléra continue à s’enliser. L’aire de santé de Mandombwe, dans
la zone de santé de Lukafu constitue le nouveau foyer. Entre les 25 avril et le 01 mai, 25% de malades
En milieux ruraux, la majorité des habitants s'approvisionnent en eau dans des rivières, lacs, des sources non aménagées, des puits traditionnels
ouverts et ces habitants ont des problèmes de santé tel que l’e choléra. OCHA/JL Mbalivoto
www.unocha.org
Bureau de la coordination des affaires humanitaire (OCHA) | Nations Unies.
La coordination sauve des vies
RDC :Urgence | Note d’information humanitaire no10|2016
sont décédés. L’accès à cette aire de santé reste difficile à cause du mauvais état des routes. Dans
toute la zone de santé de Lukafu, il n’existe aucune structure de traitement de choléra –ni unité de
traitement de choléra, ni centre de traitement de choléra-. L’accès à l’eau potable reste un luxe, les
populations s’approvisionnent dans des puits traditionnels non-protégés
Nutrition
L’ONG international ADRA vient de lancer un projet de réhabilitation
21 220 femmes
nutritionnelle ciblant les enfants de 6 à 59 mois, des femmes enceintes et enceintes et allaitantes
femmes allaittantes souffrant de la malnutrition aigue modérée (MAM) dans les
et 54 540 enfants de
zones de santé de Kilwa et Pweto, en partenariat avec le Programme
moins de 5 ans
alimentaire mondial (PAM). En fin 2015, les resultats d’une enquête malnutris modérés pris
nutritionnelle conjointe avaient révélé des taux de malnutrition aigue globale
en charge par le PAM
(MAG) au-dela des seuils d’urgence qui est de 10%. Kilwa et Pweto avaient
dans cinq ZS
respectivement enregistré plus de 10% et 15% de MAG. En 2014, des enquêtes
similaires menées dans les mêmes zones avaient également montré une prévalence de MAG de plus de
11%, confirmant ainsi une situation alarmante. La situation est aggravée par plusieurs facteurs tels que
les mouvements de population, l’insécurité alimentaire et le non accès à l’eau potable.
Dans les zones de santé de Kambove, Kapolowe, Kilela Balanda, Mitwaba et Mufunga Sampwe ce sont
plus de 21 000 femmes enceintes et allaitantes et 53 440 enfants de moins de 5 ans malnutris modérés
qui seront pris en charge, dans 86 aires de santé. Pendant un an, le PAM et ses différents partenaires
font aussi mener des projets de réhabilitation nutritionnelle. Depuis septembre 2014, ces zones de santé
ont enregistré de forts taux de MAG allant de 15 à 20%.
Cependant, la prise en charge de la malnutrition aigüe modérée seule ne suffit pas. L’idéal serait
d’accompagner cette réponse par celle prenant en compte les malnutris sévères. D’après le PAM et
d’autres experts en nutrition, cela pourrait éviter que les enfants pris en charge de la malnutrition aigüe
modérée ne retombent à nouveau dans le cycle de malnutrition. Par manque d’acteurs efficaces et de
ressources financières suffisantes, de nombreux d’autres enfants malnutris et femmes enceintes et
allaitantes sont sans assistance.
Pour plus d’informations, veuillez contacter :
Ambroise Kombo, Chef de Sous-Bureau OCHA Katanga ai, kombo@un.org, Tél: +243 81 589 10 18
Jolie Laure Mbalivoto, Assistante à l’information publique OCHA Katanga, mbalivotoj@un.org, Tél: +243 81 706 12 37
Yvon Edoumou, Chargé de l’information publique et du plaidoyer OCHA RDC, edoumou@un.org, Tél: +243 97 000 37 50
Toute l’information humanitaire sur la RDC en ligne sur rdc.humanitarianresponse.info
Bureau de la coordination des affaires humanitaires (OCHA) | Nations Unies
La coordination sauve des vies | www.unocha.org
Auteur
Document
Catégorie
Uncategorized
Affichages
0
Taille du fichier
262 KB
Étiquettes
1/--Pages
signaler